Archives par mot-clé : sociologie

Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Par Evan Fisher.

Evan Fisher est étudiant en Master 2 au sein de la mention « Sociologie générale ». Il revient ici sur ses premiers (faux ?) pas dans le terrain de sa recherche conduite en partenariat avec Médecins sans frontières-France (MSF-France). En ouvrant son carnet de terrain, il donne à voir l’élaboration d’une question de recherche autour de la sélection des patients dans un hôpital de MSF-France à Amman, et il tire les leçons méthodologiques et scientifiques des premières difficultés méthodologiques qu’il a rencontrées sur le terrain. 

*               *

*

J’appréhende mon arrivée sur le terrain. Ce n’est pas que la Jordanie soit un pays dangereux ou que je ne me sente pas préparé. Mais les reportages de la BBC[1] et al-Jazeera[2] sur l’endroit de mon enquête évoquent un lieu éprouvant : un hôpital humanitaire de Médecins Sans Frontières-France (MSF-France), qui prend en charge des blessés de guerre syriens, yéménites, gazaouis et irakiens. La présence étouffante de tant de souffrance m’effraie par avance[3]. Continuer la lecture de Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Appel à communications

 « Le travail dans tous ses états »

Journée d’étude des jeunes chercheurs en sociologie de l’ehess

(20 mai 2014 – 105 bd. Raspail, 75006 Paris)
ams.ehess@gmail.com | jesocio.hypotheses.org

Depuis 2012, l’Atelier des Masterants de Sociologie (AMS) propose aux étudiant(e)s de se rencontrer afin de croiser et enrichir leurs recherches. Il organise cette année une journée d’étude afin de permettre aux jeunes chercheur(e)s du master sociologie de confronter et discuter leurs travaux. Cette journée d’étude abordera « le travail dans tous ses états ».

Le travail fut une des premières préoccupations de la sociologie comme discipline naissante, que ce soit en France (Durkheim, 1893), dans le monde anglo-saxon (Veblen, 1899) ou en Allemagne (Marx, 1867 ; Weber, 1905). Composante primordiale dans des sociétés nouvellement industrialisées, son étude permet de mieux appréhender aujourd’hui une période de profondes mutations.

Dans ce contexte, les approches du travail se multiplient et se croisent, se constituant parfois en courant ou en école de pensée. Certaines approches, davantage centrées sur l’organisation du travail (Ballé, 2009 ; Lomba, 2010), cherchent avant tout à comprendre l’ajustement des fonctions et relations au sein d’une entreprise, d’une administration, ou autres formes d’organisation. D’autres approches s’intéressent plus à la dimension communautaire regroupant les individus dans des professions (Champy, 2009, 2011). Elles rendent notamment compte des trajectoires dans et en dehors du travail, et du contexte social plus global dans lequel cette activité s’inscrit. Les recherches relevant de la sociologie du travail ne se réduisent cependant pas à ces deux orientations. Des approches mixtes croisent tant les outils analytiques que les méthodes de collectes de données afin de proposer une vision globale de leurs objets de recherches (Zimmermann, 2011). Certain(e)s auteur(e)s passent par l’analyse du travail pour s’interroger plus généralement sur les structures ou les processus constitutifs de nos sociétés contemporaines (Castel, 1995 ; Boltanski, Chiapello, 1999 ; Menger, 2011). Notons enfin que les approches du travail croisent aujourd’hui très régulièrement les autres domaines de la sociologie, comme par exemple les recherches sur le genre (Guillaume, Pochic, 2009), sur la technique (Grelon, 2007), ou encore sur le journalisme (Lemieux, 2000).

Cette multiplicité des perspectives rend la tâche difficile au chercheur qui doit se positionner. Elle l’interroge sur le sens à donner au travail dans le cadre de sa propre recherche et, plus généralement, à la place de cette notion tant en sociologie que dans la société dans son ensemble. Afin de tenter de répondre à ces interrogations et d’engager la problématisation de cette notion, nous proposons d’examiner dans cette journée la question suivante :

Quel(s) usage(s) les sociologues font-ils de la notion de travail ?

Pour ce faire, les contributeurs(rices) sont invités à inscrire leurs propositions dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants :

 1 – Le travail : quelles activités, quelles approches ?

2 – De l’objet et de la méthode : comment décrire le travail ?

3 – Le travail : quelle(s) montée(s) en généralité ?

Bien entendu, ces axes ne sauraient apporter une réponse exhaustive, ni épuiser la richesse de ce domaine et de ses usages. Cette journée ne visera donc pas tant à rechercher un consensus autour de la définition du « travail » en sociologie, qu’à échanger sur les conceptions et les utilisations pratiques des chercheurs pour appréhender cette notion complexe. Ainsi, ce programme reste ouvert à toute autre proposition qui irait dans le sens de cette entreprise.

Axe 1 – Le travail : quelles activités, quelles approches ?

La multiplicité des productions scientifiques pouvant relever de la sociologie du travail fait de ce domaine une source importante d’inspirations pour les chercheurs. Ainsi, il est possible de procéder à une étude de tout type de travail, des plus légitimes (Parsons, 1951) aux moins acceptés (Thrasher, 1928 ; Sutherland, 1937 ; Gold, 1952). Il est même possible d’appliquer ces outils à des activités ne relevant a priori pas d’un travail (Becker, 1985), ou dont le classement dans la catégorie de travail fait l’objet d’une controverse (Hely, 2008). Plus généralement, à travers une description des processus de classement, de qualification ou de légitimation du travail, les contributeurs(trices) pourront montrer que ces derniers peuvent émaner tant du chercheur que des acteurs observés.

Axe 2 – Objet et de méthode : comment décrire le travail ?

Au delà de cette pluralité d’usages de la notion de travail en sociologie, il apparait pertinent de discuter des choix de méthodes et d’analyser les coulisses de l’enquête. En effet, si le positionnement théorique permet d’expliciter et justifier une manière d’appréhender le travail, il est nécessaire de décrire les raisons qui ont guidé ce choix. Les contributeurs(rices) sont donc invité(e)s à rendre compte de la définition de leur terrain, de leur recueil ou construction de données, de leur rapport aux enquêtés et de leur processus d’analyse afin d’en mesurer les implications dans leur approche du travail. La mise en récit de cette dimension d’une recherche en cours ou achevée, revenant sur les réussites et les échecs d’un terrain et de son approche, permettra d’initier une discussion sur les différentes manières de décrire le travail.

Axe 3 – Le travail : quelle(s) montée(s) en généralité ?

L’extrême fragmentation de la littérature sociologique autour du travail ne menace pas pour autant, par la collection d’études de cas, la montée en généralité. Celle-ci demeure possible tant au niveau des pratiques individuelles de la profession (Hochschild, 2012) que de la société. Elle peut concerner l’activité décrite (Zimmermann, 2011) ou d’autres éléments qui permettent de révéler les cadres cognitifs des sociétés industrialisées (Zolesio, 2012). Dans un cas comme dans l’autre, elle permet une réflexion plus large sur des processus sociaux (Touraine, 1973 ; Castel, 1995 ; Boltanski, Chiapello, 1999). Les contributeurs(rices) sont ainsi invité(e)s à évoquer les degrés de montée en généralité possibles de leur recherche.

Chacun des axes proposés suppose une approche réflexive des chercheur(e)s, invité(e)s à dénaturaliser la présence du travail dans toutes les dimensions de leurs travaux. Ils/Elles peuvent donc orienter plus ou moins leur contribution en vue d’interroger le métier de sociologue au même titre que les autres activités, comme forme aboutie de la montée en généralité. Il sera également intéressant de chercher à situer les travaux présentés dans le champ disciplinaire et les impacts possibles sur les résultats.

En invitant les contributeurs(rices) à échanger sur ces différents axes, nous espérons pouvoir, à l’issue de cette journée, mieux prendre conscience et mieux comprendre quel est aujourd’hui l’impact du domaine sur le travail des chercheur(e)s.

 

Propositions de contribution :

Les propositions de contribution (2000 signes au maximum, bibliographie exclue) doivent être adressées aux organisateurs (ams.ehess@gmail.com), en français ou en anglais, au plus tard le 7 mars 2014. Chaque communication durera 15 minutes et fera l’objet d’une discussion.

Il est possible de proposer une communication à plusieurs auteurs.

Merci de ne pas oublier dans la proposition les mentions suivantes : Nom(s) et prénom(s) de(s) (l’)auteur(es), établissement, cursus en cours, directeur de mémoire/thèse, email.

Après décision du comité d’organisation et annonce aux auteurs (19 mars 2014), il sera demandé aux participants de communiquer les textes complets (15 000 signes bibliographie comprise, en français ou en anglais) au comité avant le 1er mai 2014. Ces documents permettront tant de réunir les présentations en différentes sessions que de les envoyer aux discutant(e)s de chacune de ces sessions.

Calendrier :

10 mars 2014 : date limite d’envoi des propositions.

19 mars 2014 : retours des comités d’organisation et scientifique.

1er mai 2014 : date limite d’envoi des versions finales des communications sélectionnées.

20 mai 2014 : journée d’étude de 9h à 17h en amphithéâtre François Furet, 105 bd. Raspail.

 

Comité d’organisation :

Mehdi Arfaoui, Marion Ink, Pierre Nocerino, Pierre-Louis Rolle, Samuel Thomas (ams.ehess@gmail.com).

 

Comité scientifique :

Coordonné par Nicolas Dodier, responsable du master de sociologie, le comité scientifique sera annoncé en même temps que le programme.

 

Bibliographie indicative :

Akrich, M., Callon, M., Latour, B., 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris: Presses de l’école des Mines, coll. « Sciences Sociales ».

Arond, H., Weinberg, S. K., “The Occupational Culture of the Boxer”, American Journal of Sociology, 5/1952, (n° 57), pp. 460-469.

Ballé, C., 2009, Sociologie des organisations, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

Becker, H. S., 1963 [1985], Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris: Métailié, coll. « Leçons de choses ».

Boltanski, L., Chiapello, È., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris: Gallimard, col « NRF essais ».

Castel, R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris: Gallimard, coll. « Folio ».

Champy, F., 2009, La Sociologie des professions, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige, Manuels ».

Champy, F., 2011, Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris: Presses Universitaires de France, Coll. « Le lien social ».

Durkheim, E., 1893 [2007], De la division du travail social, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine ».

Gold, R., “Janitors versus Tenants: A Status-Income Dilemma”, American Journal of Sociology, 1952, (n° 57), pp. 486-493.

Grelon, A., “French Engineers: Between Unity and Heterogeneity”, History of Technology, 27/2007, pp. 107-124.

Guillaume, C., Pochic, S., “What would you sacrifice? Access to top management and the work/life balance”, Gender, Work and Organization, 16/2009, (n°1), pp.14-36.

Hély, M., “À travail égal, salaire inégal : ce que travailler dans le secteur associatif veut dire”, Sociétés contemporaines, 1/2008, (n° 69), pp. 125-147.

Hochschild, A.-R., 2012, The Managed Heart Commercialization of Human Feeling, Berkeley: University of California Press.

Lomba, L., “Les petites mains des petites entreprises : gestion informelle et fractures ouvrières” Sociologie du travail, 52/2010, (n° 4), pp. 503-520.

Lemieux, C., 2000, Mauvaise presse : Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris: Métailié, coll. « Leçons de choses ».

Marx, K., 1867 [1993] Le capital, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige ».

Menger, P.-M., 2011, Les intermittents du spectacle. Sociologie du travail flexible, 2e édition augmentée, Paris: Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Cas de figure ».

Parsons, T., 1951 [1991], The Social System, Londres: Routledge.

Sutherland, E., 1937, The Professional Thief, University of Chicago Press.

Thrasher, F., “How to Study the Boys’ Gang in the Open”, Journal of Educational Sociology, 1/ Jan., 1928, (n° 5), pp. 244-254.

Touraine, A., 1973, Production de la société, Paris: Editions du Seuil, coll. « Sociologie ».

Veblen, T., 1890 [1970] Théorie de la classe de loisir, Paris: Gallimard, coll. « Tel ».

Zimmermann, B., 2011, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris: Economica, coll. « Etudes sociologiques ».

Zolesio, E., 2012, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, coll. « Le Sens Social ».

Les travailleurs des déchets – coordonné par Delphine Corteel et Stéphane Le Lay

Parution de l'ouvrage, "Les travailleurs des déchets", coordonné par Delphine Corteel
et Stéphane Le Lay et préfacé par Alain Corbin.


« Ce beau livre, dirigé par Delphine Corteel et Stéphane Le Lay, est nourri par
l’histoire. Il se fonde sur l’enquête de terrain. Il montre la diversité des
cultures du déchet. Il met en évidence l’intensité des multiples formes de la
sidération, de l’angoisse, de l’anxiété suscitées par le maniement de l’ordure
voire par sa simple proximité. Le lecteur, au fil des pages, se construit un
nouveau regard sur les travailleurs du déchet. Les auteurs l’invitent à
l’empathie. Il en vient à partager de multiples émotions où se mêlent le dégoût,
la honte, la peur, l’humiliation, la fierté. La lecture du livre, sourdement,
suggère des modes d’engagement collectif. »
Alain Corbin

Delphine Corteel est anthropologue, maître de conférences à l’université de
Reims, chercheure à l’IDHE-Cachan.
Stéphane Le Lay est sociologue, chercheur associé au CRTD-CNAM.
Avec la participation de : Sabine Barles, Régine Bercot, Carlotta Caputo,
Claudia Cirelli, Bénédicte Florin, Isabelle Gernet, Agnès Jeanjean, Dominique
Lhuilier, Frédéric Michel, Thierry Morlet, Nadine Poussin, Barbara Prost,
Valérie Pueyo, Angelo Soares, Serge Volkoff.
Avec le soutien de l'ORDIF (Observatoire régional des déchets d'Ile de France)
11 x 17 - 328 pages - 18 €
ISBN : 978-2-7492-1436-8
Editions erès
Collection « Clinique du travail » dirigée par Yves Clot et Dominique Lhuilier
En librairie à partir du 25 août 2011

Prix du jeune auteur 2011 – Sociologie du travail

La revue Sociologie du travail organise, jusqu’au 30 septembre 2011, le Prix du jeune auteur. Les étudiants avancés et les jeunes chercheurs, âgés de moins de 31 ans à la date limite de dépôt des textes et quelle que soit leur nationalité, sont invités à proposer des travaux qui entrent dans le champ de la revue. Le jury primera trois auteurs dont les articles seront publiés dans la revue. Le premier recevra une somme de 1000 euros et les deux autres 500 euros chacun.

Pour plus d’information : http://calenda.revues.org/nouvelle19523.html