Archives de catégorie : Ficelles, trucs et astuces

Ensemble d’articles destinées à donner aux étudiant-es des trucs et des astuces, dans le but de les guider dans leur projet de professionnalisation dans le milieu de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Observations et enquêtes ethnographiques : trucs et astuces

L’ethnographie et les observations ethnographiques sont à la mode. Aujourd’hui, tout le monde semble faire ou vouloir faire de l’ethnographie. Au moins un petit peu. D’ailleurs, dans le fond, même les entretiens sont un peu ethnographiques. Ethnographie par-ci, ethnographie par-là… Ethnographie en veux-tu en voilà !

Cette diversité des pratiques ethnographiques est une richesse : loin d’être un carcan, cette méthode est adaptable à tous sujets et objets de recherche. Pour autant, cela peut poser problème. Ou tout du moins poser question. Comme par exemple… Ça se fait comment, l’ethnographie ? Concrètement ?

Il se trouve que les manières de faire sont si diverses que les ethnographes peinent à se mettre d’accord sur ce qui fait une bonne ou une mauvaise ethnographie. Bien entendu, il existe des critères d’évaluation permettant de juger de la pertinence scientifique d’une enquête. Toutefois, ces critères restent très majoritairement implicites, pour ne pas dire flous (Katz, 2010).

Ce billet n’aura pas vertu d’expliciter ces critères d’évaluation de l’ethnographie. Il n’aura pas non plus une visée programmatique, cherchant à défendre une manière spécifique de faire. L’objectif est beaucoup plus simple : à partir de mes expériences d’enquête et de discussions avec des collègues, je vous propose quelques repères, pistes et conseils susceptibles de vous aider si jamais vous souhaitiez, un jour, vous frotter à cette méthode[1].

Dans un premier temps, je reviendrai sur des grands principes de méthode qui traverse l’ethnographie (quel que soit la forme qu’elle prend). Je pourrais alors, dans un second temps, entrer dans le vif du sujet, notamment en vous proposant quelques ficelles destinées à vous aider dans vos premières expériences de terrain.

Jeune ethnographe sollicitant des ficelles pour aller sur son terrain (allégorie)

L’ethnographie en théorie : se plonger dans le terrain

Assumer le corps comme dispositif d’enquête

Quelles que soient les spécificités de votre manière de faire de l’ethnographie, il n’en reste pas moins des points communs. Le principal étant le fait que, dans les méthodes ethnographiques, l’outil premier de l’enquête : c’est vous. Que vous preniez des notes, que vous enregistriez des sons, que vous filmiez ou que vous fassiez des croquis, vous êtes toujours l’outil principal qui permet le recueil des données.

En réalité, cela n’est pas vraiment spécifique à l’ethnographie : il en va de même pour toutes les autres méthodes. Quand on fait un entretien, nous sommes à l’origine des questions, des relances, ou encore de la prise de contact. De la même manière, il serait naïf de prétendre que l’enquêteur n’a pas d’impact dans une méthode statistique : la formulation des questions, la définition des thématiques abordées (et de l’ordre dans lequel elles seront abordées) sont autant d’impacts que le chercheur a sur son terrain. Cela vaut d’ailleurs pour les sciences dites « dures » également : comme a pu le montrer Christian Licoppe (1996), les sciences naturelles ont progressivement perfectionné leurs outils de mesures afin de permettre la reproduction des expériences à l’identique. Toutefois, que l’on ait recours ou non à des outils spécifiques (de mesure, d’enregistrement ou autre), la recherche reste un travail de production de données scientifiques, impliquant des opérations de sélection et d’interprétation.

Le chercheur a donc forcément une influence, plus ou moins forte, sur ce qu’il étudie, et les méthodes ethnographiques ne font donc que rendre plus saillante encore cette difficulté en incitant l’enquêteur à se plonger pleinement dans le monde social qu’il étudie. On notera cependant que cela se retrouve même dans les expressions typiques des ethnographes et, plus généralement, des sociologues. Par exemple, on parle souvent de « notre » terrain, comme s’il nous appartenait. Il serait pourtant bien plus correct de dire « leurs » terrains, étant donné que ce terrain, c’est avant tout celui de nos enquêtés, qui y étaient avant nous et qui y resteront après notre départ. De fait, nous ne faisons donc qu’empiéter sur leur terrain.

L’ethnographie comme processus d’intégration de l’ethnographe

Malgré tout, cette expression est significative. En effet, cela devient un peu notre terrain du fait que l’ethnographie implique d’y trouver une place ou, pour être plus correct, d’y négocier une place.

Pour le dire autrement, l’ethnographie, c’est faire l’effort de s’intégrer sur un terrain. Cela ne veut pas dire que l’on va devenir l’équivalent d’un acteur. Mais que l’on va progressivement occuper une place spécifique, que l’on négocie afin de la rendre acceptable par les enquêtés.

Ethnographe tentant (vainement) d’imposer sa place sur le terrain (allégorie)

Ce processus d’intégration peut s’avérer particulièrement difficile, voire frustrant quand on se retrouve relégué à un poste d’observation a priori moins intéressant que ce que l’on avait espéré dans l’idéal. Symétriquement, on peut s’inquiéter lorsque les enquêtés nous invite à prendre une part toujours plus grande dans l’action, au point parfois de ne plus pouvoir noter. Or, c’est justement l’analyse conjointe du terrain et de ce processus d’intégration qui fait la spécificité et la richesse de l’ethnographie.

Certains disent que ce travail d’intégration de l’ethnographe rend le travail d’objectivation encore plus primordial. Parce qu’en occupant une place sur le terrain, on s’expose à la subjectivité. Il est pourtant possible de défendre l’idée inverse : le fait que l’intégration soit si centrale dans le travail de l’ethnographe rend l’objectivation plus facile. En effet, la subjectivité du chercheur devient évidente, parce qu’elle se confronte aux pratiques des acteurs. La relation de l’ethnographe à son terrain est tellement omniprésente qu’il est impossible (sauf à faire un travail déplorable) de faire l’économie de son analyse. Ces difficultés sont tellement saillantes qu’elles deviennent davantage repérables et donc probablement plus facile à contrôler.

Mais concrètement, quelles sont donc ces difficultés évoquées ici ?

L’ethnographie en pratique : quelques difficultés et ficelles assorties

L’ethnographie est marquée par une pluralité de difficultés : l’intégration sur le terrain est complexe, l’objectivation est un processus compliqué, la garantie de la scientificité est périlleuse… Autant de manières épistémo-chics de parler des problèmes, tout en esquivant de parler de l’aspect concret de ces problèmes ! Et pourtant, l’ethnographie, ce n’est qu’une succession de petits problèmes concrets. : Où se mettre ? Quoi noter ? Avec quels outils ? Pendant combien de temps ? Etc.

Afin d’entrer (enfin !) dans le concret, je vais me forcer à décrire les difficultés que j’ai moi-même pu rencontrées au cours de mes différentes enquêtes ethnographiques. Plus précisément, je vais revenir sur cinq questions que je me suis réellement posé, qui se recoupent en partie mais qui permettent d’aborder différents enjeux méthodologiques de l’observation.

Surtout, pour chacune de ces questions, je vais essayer de vous expliquer comment je m’en suis sorti. Non pas grâce à mon génie ethnographique ou à mes talents d’observateur ! Mais tout simplement parce que je n’avais pas le choix et que j’ai dû bidouiller à la va-vite une solution afin de pouvoir valider mon Master !

Ainsi, j’espère que ces bidouillages pourront constituer pour vous des pistes, des ficelles comme dirait Howard Becker. Attention, n’allez pas croire qu’il s’agit de recettes miracles permettant en un claquement de doigt de résoudre tous vos problèmes.

Ces ficelles ont pour fonction de suggérer de nouvelles manières de manipuler les choses, de permettre d’observer les choses sous un angle différent, afin de faire progresser la recherche en suscitant de nouvelles questions, de nouvelles possibilités de comparaison, d’invention de nouvelles catégories, etc.
(Becker, 2002, p. 29‑30).

Il précise d’ailleurs : « À vrai dire, dans un certain sens, mes ficelles risquent probablement de compliquer la vie des chercheurs » (Ibid.). À bon entendeur !

1/ « Et si je déformais ce que je retranscrivais ?»

Comme cela a été évoqué, l’enjeu central de l’ethnographie, ce n’est pas seulement de réussir à observer… mais aussi de réussir à écrire ce que l’on observe. L’enjeu est grand, car sans un bon travail d’enregistrement des données, on met en péril tout le reste de l’enquête.

Moi-même, lors de mes premières observations, j’étais tétanisé par la peur de déformer, de « mal » retranscrire ce que je voyais, ce que j’entendais. De fait, quand je relisais mes notes, cela me paraissait très « simplifié », assez « pauvre » : il me manquait beaucoup d’éléments, les discussions que j’avais noté était souvent incomplète, etc. Plus grave encore, mes notes me paraissaient souvent « exagérées » : en les relisant, j’avais l’impression de voir une caricature de ce que j’avais pu observer.

Cette crainte est totalement justifiée. Non pas tant parce que ma prise de notes n’était pas bonne (même si c’était le cas), mais parce qu’il s’agit en réalité d’une dimension centrale de l’ethnographie : en tant qu’observateur, on déforme forcément. C’est même la base du travail scientifique !

En tant qu’observateur, on procède à des inscriptions qui viennent transformer les éléments que l’on observe en matériaux. Les personnes, les groupes, les pratiques que l’on observe deviennent des mots sur un carnet, des images sur un disque dur, des ondes sonores dans un dictaphone, etc. Le problème, c’est qu’en faisant cela, on réalise différentes opérations : la réalité que l’on observe est réduite, on change sa forme pour la faire tenir dans un carnet, dans un dictaphone, dans une caméra.

Pour revenir sur ce qui a été dit précédemment, cela n’a rien de spécifique à l’ethnographie, ou même à la sociologie : toutes les sciences, quelles qu’elles soient, procèdent à de telles opérations. Bruno Latour (1993) donne un bon exemple de cela lorsqu’il suit des scientifiques en pleine forêt amazonienne : la science est constituée d’une succession d’opération de réduction, d’abstraction, voire de transsubstantiation. La réalité du monde change de forme en étant passé à la moulinette des outils scientifiques. Les lieux, les personnes, les pratiques que vous observez vont se transformer en notes prises dans un carnet.

Ethnographe tentant de transformer un enquêté en donnée scientifique (allégorie)

Les opérations scientifiques ne s’arrêtent pas là : ces notes du carnet vont être reprises, retranscrites, sans doute en prenant une nouvelle forme, informatique cette fois. Et cela continue : ce document informatique sera peut-être imprimé afin d’en discuter ensemble en séminaire, où vous aller par exemple stabyloter les passages les plus pertinents. Ces passages pertinents vont alors être repris afin d’être intégrés dans une validation, soit un nouveau fichier texte informatique. Cette validation sera imprimée et corrigée par votre évaluateur ou évaluatrice. Vous récupérerez alors un document papier, plein d’annotations écrites… et vous pourrez peut-être transformer à nouveau ces inscriptions en produisant un autre document, comme par exemple un article académique, une communication orale, un billet de carnet Hypothèses ou autre.

Bref, vous déformerez forcément la réalité par des opérations d’inscription successives. Sans cette déformation, vous ne pourrez jamais faire rentrer cette réalité dans vos carnets et dans les différents documents rédigés par la suite. Il convient donc de l’assumer.

En revanche, s’il faut assumer la déformation de la réalité, il ne faut pas la déformer n’importe comment. Deux points doivent attirer votre vigilance :

            Premier point : La représentativité. Même si vous déformez les faits, que vous les simplifiez pour les restituer, vous devez être attentifs au fait qu’ils ne donnent pas lieu à une caricature. Très bien, mais comment faire concrètement ? Avant tout, en passant beaucoup de temps sur le terrain, afin de systématiser les observations. Ainsi, vous devez être capable de repérer des pratiques récurrentes, des routines. Ces routines sont particulièrement identifiables par le fait qu’elles sont parfois totalement remises en cause. En effet, il est des situations où des acteurs contreviennent totalement à la règle qui est censé régir un espace donné, à ce qu’il est attendu d’eux dans cette situation. Ainsi, il est possible d’évaluer la représentativité des données grâce à la ficelle suivante :

Ficelle 1A : Si vous repérez un phénomène routinier, tâchez de repérer toutes les situations où cette routine est transgressée/remise en cause.

            Second point : La vérificabilité. Si la démarche scientifique implique des opérations de réduction, elle doit mettre un point d’honneur à rendre réversibles ces opérations. En effet, la démarche scientifique est avant tout un travail collectif, basée sur l’évaluation réciproque du travail des pairs. Concrètement, vos pairs vont chercher à vérifier vos analyses, en observant attentivement les différents choix que vous avez réalisés pendant l’enquête. Ainsi, ils vont notamment contrôler les opérations de réduction ou d’abstraction que vous aurez réalisé, afin de vérifier que votre interprétation de la situation est convaincante. Vous devez donc veiller à rendre possible ce contrôle. Pour cela, une ficelle s’avère incontournable :

Ficelle 1B : Retranscrivez au plus vite vos observations.

En effet, quand on est sur le terrain, il arrive souvent d’avoir une prise de note imprécise et partielle. Vous pouvez alors vous retrouver rapidement avec pleins de petits carnets remplies de gribouillis éparses et illisibles. Afin de permettre la vérification de vos données par d’autres, veillez donc avant tout à les rendre vérifiables par vous-mêmes. Cela implique par exemple de veiller à retranscrire au plus vite ses prises de note au propre. Vous aurez sans doute de très bonnes raisons de repousser cette première traduction (vous êtes rentré-e tard de votre observation, vous êtes épuisé-es, vous êtes complètement saou… malade, etc.). Reste que tout report de la retranscription se traduit inévitablement par une érosion de la qualité de vos données.

On pourrait résumer le premier problème de la manière suivante : « Déformer le réel n’est pas un problème (vu qu’il s’agit du travail même de la science), mais il faut veiller à savoir et contrôler comment on déforme ».

2/ « Et si je ne sais pas quoi noter ? »

Mais avant de se poser la question de si l’on déforme ou pas, encore faut-il avoir quelque chose à déformer. Si la découverte d’un nouvel espace encourage à prendre des notes tout azimut, on peut très vite avoir l’impression de tourner en rond face à l’implacable routine du quotidien. C’est ainsi qu’après quelques séances sur le terrain, on se surprend à penser avec morosité que « observation » rime avec « répétition » et « ethnographie » avec « ennui ». On en vient alors parfois à espérer quitter bien vite ce fichu terrain, en essayant de se convaincre que l’on a atteint la fameuse saturation des données. En plus, on dispose maintenant pour cela de la ficelle évoquée plus haut (cf. Ficelle 1A) ! Mais est-ce vraiment vos données qui sont saturées, ou vous qui êtes saturés par le recueil de données ? Pour répondre, vous pouvez mobiliser une autre astuce, proposée par Howard Becker (2002, p. 160 et sq.) :

Ficelle 2 : Si vous ne savez plus quoi noter, changez de focale.

Alors qu’il étudiait le travail des médecins à l’hôpital dans le cadre d’une enquête collective, Howard Becker s’ennuyait ferme. La plupart des journées consistaient à attendre que des patients viennent se plaindre de maux somme toute très banals. Étant donné que ce cher Howie avait la bougeotte (et qu’Everett C. Hughes, son directeur de thèse, l’obligeait à rester observer), il a décidé de sortir son appareil photo. En développant les clichés, il s’est rendu compte que ces moments d’attentes étaient en fait très révélateurs et intéressants. Il fallait juste les regarder pour ce qu’ils sont, à savoir des moments de sociabilités (qui occupèrent alors une place importante dans le travail rendu Boys in White).

Howard Becker, pesant dans le game de la sociologie depuis 1961 (allégorie)

Il n’est pas forcément nécessaire d’apporter son appareil sur le terrain pour mettre en place cette ficelle. En effet, lorsque l’ennui pointe le bout de son nez, il est possible de changer métaphoriquement de focale : vous pouvez alors concentrer la focale en portant l’attention sur un élément micro (un individu en particulier, un petit espace spécifique, etc.). Au contraire, vous pouvez élargir la focale en regardant des éléments plus macro (en regardant par exemple la manière dont les gens circulent entre les espaces, en décrivant les ambiances, etc.). Notons que ces changements de focale impliqueront souvent de changer de point de vue, en vous déplaçant dans l’espace concerné : n’hésitez donc pas à varier l’angle avec lequel vous observez, que ce soit concrètement ou métaphoriquement.

Changer ainsi de focale oblige à renouveler son regard sur la situation en vous obligeant à varier systématiquement votre point de vue. De plus, ce changement de point de vue aura potentiellement un effet sur la situation que vous observez : le fait de concentrer votre attention sur un autre élément ou de vous déplacer dans l’espace peut provoquer un trouble chez les acteurs. Il s’agit alors d’un nouvel élément susceptible de nourrir votre recherche : pourquoi est-il acceptable ou inacceptable que je me déplace dans cette situation, ou que je marque une attention marquée sur tel éléments ? (nous reviendrons sur ce point dans la partie consacré au cinquième problème pratique : « Et moi ? quelle est ma place dans toutes ces notes ? »). En suivant cette technique, il est probable que vous passiez un certain nombre de séances d’observation avant de vous ennuyer à nouveau !

3/ « Et si j’oubliais des choses ? »

A priori, vous ne vous ennuyez plus car vous avez désormais plein de chose à noter. Mais le problème symétrique du précédent peut alors surgir : et si j’oubliais des choses ? Si toutes ces échelles et tous ces points de vue sont susceptibles d’être intéressants, comment faire pour les traiter tous ? Est-ce que je ne risque pas de passer à côté des points les plus importants ?

On touche là à un problème récurrent en sciences sociales : le fantasme de l’exhaustivité. Croire que l’on pourra être exhaustif est un leurre dangereux (sur ce point, voir Passeron, 1991, p. 79‑80), duquel il faut se protéger. L’objectif de la sociologie n’est pas de faire une description totale du monde (rappelons-le, on réduit forcément la réalité). En revanche, la sociologie permet plus humblement d’apporter des éléments de compréhension de ce monde, des explications sociales aux énigmes qui le traversent.

Ainsi, si vous prenez des notes, ce n’est que dans le but de voir émerger une question, une énigme sociologique qui mérite qu’on lui trouve une explication, elle aussi sociologique. Si vous ne savez pas quoi noter (que ce soit parce que vous trouvez que rien n’est intéressant ou que tout l’est), c’est donc que vous n’avez pas encore la question à laquelle vous voulez apporter une réponse. Finalement, les deux problèmes précédents (« ne rien avoir à noter » et « peur d’oublier des choses ») sont les deux expressions d’un même problème : la difficulté à hiérarchiser les données, faute d’avoir une question à laquelle répondre.

Toutefois, cette difficulté n’a rien de surprenant. En effet, l’intérêt des méthodes ethnographiques est justement qu’elles permettent de faire émerger du terrain des questions que l’on n’avait pas forcément relevées comme problématiques auparavant. Il est donc totalement normal d’être perdu dans un premier temps, à ne pas savoir quoi noter (sur ce point voir Rémy, 2014).

Il faut donc garder à l’esprit que si vous êtes perdu, c’est normal ! Il est normal d’accumuler des tonnes et des tonnes de notes, alors même que la plupart ne seront pas utiles pendant l’analyse. Plus encore, même que parmi les notes qui seront analysées, seule une petite minorité apparaitra dans le rendu final. Gardez donc en tête la ficelle suivante :

Ficelle 3: L’ethnographie est une méthode de gestion des déchets, seule une minorité de données pourra être recyclée pour essayer de répondre à une question spécifique.
Cela ne veut pas dire qu’on ne doit pas consigner tous les déchets quelque part, pour pouvoir espérer faire du tri sélectif plus tard.

4/ « Et si, en fait, je n’avais rien compris à ce qu’il s’était passé ? »

Observations après observations, vous aurez donc accepté le fait que vous déformiez la réalité dans votre prise de notes. Vous aurez aussi appris à gérer vos craintes relatives à la prise de note, en changeant de focale et en accumulant les notes sans trop se soucier de ce à quoi elles vont servir.

Ce sera alors probablement le moment où vous allez faire commencer à faire relire vos notes à des collègues ou à vos évaluateurs et évaluatrices, dans l’espoir de montrer à quel point vous disposez là de matériaux susceptibles de changer la compréhension de votre objet, voire même de révolutionner la sociologie (pourquoi pas, après tout). Autrement dit, ce sera aussi le moment où vous entendrez les premières critiques sur votre travail. Peut-être alors vous vous verrez dire « Mais… vous sur-interprétez complètement vos données ! On ne peut rien faire avec ça ! ». Et hop, d’un revers de main, toutes vos données sont envoyées au composteur, sans même passer par la case recyclage. Retour au terrain, ne touchez pas votre allocation doctorale !

Jeune ethnographe accueillant les premières critiques sur ses données (allégorie)

Il s’agit d’un reproche que l’on peut faire régulièrement à des descriptions ethnographiques (notamment chez les débutants, mais pas uniquement). Et cela n’a rien de surprenant en fait, car nous passons notre temps à interpréter tout ce qui nous entoure. Prenons un exemple concret : en séminaire, vous constatez que votre voisin s’ennuie. Si cela peut sembler être une évidence, c’est avant tout une interprétation de la situation. Pour l’affirmer, vous vous appuyez sur des éléments tangibles : il baille et soupire, il clique sur son ordi sans prendre de note, il regarde par la fenêtre, etc. Tous ces comportements constituent des preuves me permettant de qualifier la situation comme relevant de l’ennui.

Nous passons notre temps, au quotidien, à interpréter les situations (ce que Goffman [1991] analyse à travers la notion de cadrage) afin d’adapter notre comportement. Nous le faisons de façon tellement permanente que cela nous semble naturel. Or, il est possible de se tromper pleinement dans notre interprétation de la situation (faire des erreurs de cadrage). Peut-être qu’en réalité, ce voisin est pleinement attentif. Peut-être que s’il ne prend pas de notes, c’est qu’un dictaphone enregistre le cours pour lui. Peut-être que regarder par la fenêtre est son moyen de se concentrer sur ce qu’il écoute. Peut-être que s’il baille, c’est parce la personne qui lui fait face a baillé sans que vous ne vous en soyez aperçu.

Le travail de l’ethnographe, c’est donc de réussir à rendre vérifiable le travail d’interprétation qu’il réalise, en apportant les différents signes qu’il souhaite utiliser comme preuve de ce qu’il affirme. Par exemple, il ne suffira pas de dire que l’un des enquêtés est énervé par les gens qui l’entourent. Vous devez décrire attentivement les différents signes qui vous permettent d’affirmer 1/ qu’il est énervé 2/ que ce sont bien les autres qui l’ont énervé.

Pourquoi est-ce si important ? Parce que cela permet la vérification des données. Mais pourquoi est-ce si important de vérifier les données ? Pour éviter de mobiliser des explications psychologiques plutôt que sociologiques. Reprenons l’exemple de l’énervement : en insistant sur le fait qu’il s’est énervé, vous pouvez laisser croire que cette réaction est surtout liée à « son tempérament », à « son caractère ». C’est d’ailleurs peut-être le cas, mais vous ne pouvez pas en juger. En revanche, si vous décrivez avec attention le contexte dans lequel cette personne s’est énervée, vous pourrez peut-être comprendre la dimension sociale sous-jacente à cette réaction. Par exemple, si vous constatez que l’énervement survient alors que la personne s’est vue interrompue par trois fois alors qu’elle essayait de parler, c’est sans doute qu’il existe une règle implicite sur la manière dont la parole est distribuée, règle que cette personne tente alors de rappeler (« on ne coupe pas la parole ») ou dénoncer (« vous ne me considérez pas comme légitime, mais j’estime avoir le droit de m’exprimer »).

Dérouler toute l’interprétation permet de la rendre vérifiable, mais aussi de s’assurer que cette interprétation est sociologique. Ce qui ne veut pas dire que les autres formes d’interprétations sont mauvaises. Juste que, en tant que sociologue, il est attendu de vous que vous vous intéressiez aux causes sociales. Vous pouvez pour ça recourir à la ficelle suivante :

Ficelle 4 : Essayez de faire de la description mince sur le terrain.

La description mince (Dont vous trouverez un bon exemple dans Rémy, 2009, p. 18‑20), c’est une manière de prendre des notes qui vise à détacher le plus que possible l’interprétation de la description. C’est un exercice exigeant qui revient à se forcer de décrire en détail les éléments de la façon la plus factuelle possible. On ne dira donc pas « Il s’énerve », mais « il se tend, sert les poings et les dents, fronce les sourcils et pousse un soupir ».

Une telle description revient à adopter une focale très resserrée, pleine de détails et, de ce fait, pas forcément compatible avec la prise de note sur le terrain. Ainsi, si vous n’avez pas le temps, mieux vaut aller au plus simple, pour noter le plus possible. Mais lorsque vous reprendrez vos notes (cf. ficelle 1B), tâchez de retracer le processus interprétatif que vous avez réalisé. Essayer de restituer l’enquête ordinaire à laquelle vous avez procédé pour comprendre cette situation.

Ensuite, dans votre restitution finale, vous ne serez pas forcément obligé de restituer vos données de façon « mince ». Si cela permet de faciliter la vérification des interprétations réalisées, cela peut s’avérer relativement incompatible avec d’autres attentes, notamment concernant les formats (la description mince impliquant l’exposition longue de matériaux conséquents). Il est donc possible de mobiliser d’autres formes de description, comme la description dense proposée par Clifford Geertz (2003). Toutefois, dans un cas comme dans l’autre, il est nécessaire de veiller à démontrer (et donc rendre vérifiable) l’interprétation proposée.

5/ « Et moi ? Quelle est ma place dans toutes ces notes ? »

Les ficelles que j’ai pu aborder jusqu’à maintenant traitent essentiellement de la manière dont vous allez retranscrire et analyser ce que vous avez observé. Et pourtant, il est une chose qui n’a pas encore été évoquée : vous, en tant qu’enquêteur physiquement présent sur le terrain.

Cela a été dit, l’observateur constitue en lui-même le dispositif d’enquête. C’est grâce à vos différents sens, à votre sensibilité, que vous allez réussir à collecter des matériaux de qualité puis à les objectiver.

L’enquêteur occupe donc une place centrale en ethnographie… mais donc, quelle est la place à lui donner dans les descriptions ? La question est d’autant plus épineuse que tous les chercheurs ne sont pas d’accord sur la question. Il est possible de distinguer deux tendances opposées : la première revient à s’effacer complètement des description pour mettre l’accent sur l’objet étudié, la seconde revient à retranscrire largement l’expérience subjective de l’enquêteur pour mieux comprendre l’objet.

Si les deux démarches sont intéressantes, elles peuvent toutes les deux être critiquées. En effet, dans le premier cas, on vous reprochera peut-être de vous oublier et donc de ne pas contrôler les effets de votre présence sur le terrain. Dans le second, on pourra vous reprocher d’être trop égocentrée, au point même d’évincer l’expérience des enquêtés. Afin de gérer ces injonctions contradictoires, il est possible de recourir à la ficelle suivante :

Ficelle 5A : Portez attention aux sentiments de gêne que vous éprouvez vous-mêmes sur le terrain, ou que les acteurs semblent éprouver à votre égard.

Pourquoi la gêne est-elle si importante ? Rappelez-vous du point précédant : sans cesse, nous interprétons les situations, sans même nous en rendre compte. Quand on éprouve de la gêne, c’est que notre comportement ne correspond pas à ce qui, selon nous, est attendu de la situation. Porter attention à la gêne revient donc à essayer d’enquêter sur les signes qui ont déclenché cette gêne. Ce faisant, vous devriez pouvoir repérer quelles sont les règles propres à l’espace que vous observez, et les canaux de cette régulation.

Ce sentiment de gêne et de malaise repose parfois sur des signes très implicites : un regard noir, un petit rire étouffé, etc. Il s’agit en effet de micro-sanctions, destinées à rappeler les conduites attendues dans l’espace concerné. Le fait de prendre des notes dans un espace donné suffit souvent à déclencher de la gêne chez l’observateur, car c’est rarement la conduite attendue dans ce genre de situation. Cette gêne sera accentuée par des regards, des gestes des enquêtés, interprétés comme des sanctions négatives. Si la gêne est inconfortable, elle renseigne sur les attentes formelles ou informelles relatives à la conduite dans cet espace.

Exercice pratique : NOP, un ethnographe travaillant sur les auteurs et autrices de BD s’est égaré dans un festival de BD. Sauras-tu décrire les micro-sanctions dont il fait l’objet et analyser sa gêne ?

Ainsi, retranscrire ses ressentis est important si, par l’analyse de la gêne et des sanctions, vous parvenez à développer une réflexivité sur l’espace observée, en décrivant les sanctions dont vous faites l’objet. Il est alors possible d’affiner la ficelle :

Ficelle 5B : Décrivez les processus de montée en réflexivité,
que ce soit chez l’enquêteur-rice ou chez les enquêté-es.

Si vous êtes capables de développer une réflexivité vis-à-vis de la gêne que vous ressentez sur le terrain, vos enquêtés le peuvent et le font aussi. D’ailleurs, les moments où ils émettent des sanctions à votre égard sont des moments de réflexivité, même si c’est à un niveau faible : ils mettent en place une réaction au fait que vous transgressez une manière de faire. Ainsi, cette ficelle permet de ne pas considérer la réflexivité comme un apanage de l’enquêteur, mais comme une pratique sociale dont tout le monde dispose, enquêteur comme enquêté.

Partant de ce même principe, vous pourrez d’ailleurs jouer de cette réflexivité pour collecter davantage de données. En effet, en sachant que les acteurs sont susceptibles de vous sanctionner, vous pouvez provoquer volontairement des fautes (à l’image des expériences de breaching proposée par Garfinkel, 2007, p. 70‑108) tout en développant en parallèle un sens du tact pour permettre le maintien de l’interaction (par exemple en faisant un petit signe d’excuse pour montrer que l’on a compris que l’on a commis une faute, que l’on ne pensait pas à mal et que l’on est de bonne volonté). C’est certes délicat et demande un peu de pratique. Cela permet toutefois de collecter rapidement des données en incitant les enquêtés à eux-mêmes monter en réflexivité en vous explicitant la règle.

Conclusion : plusieurs façons de faire

Pour finir, j’aimerais évoquer sur une dernière ficelle qui englobe en réalité toutes les autres :

Ficelle 6 : N’allez pas croire qu’il existe une seule bonne façon de faire.

Il semblerait plus correct de parler de méthodes ethnographiques (au pluriel) que d’ethnographie (au singulier). Il existe effectivement une grande diversité de places ou de comportements que l’on peut occuper sur le terrain, de manières de récolter les données, de façons de décrire, retranscrire, analyser et restituer les matériaux. Il existe également une grande diversité de thématiques et d’objets analysables sur un même terrain.

Non seulement les pratiques de l’ethnographie sont plurielles, mais ces différentes manières de travailler sont parfois contradictoires sur certains points. C’est ce qui explique que les ethnographes ne sont parfois pas d’accord entre eux sur la manière de procéder.

Cela n’a rien d’anormal. Ces différentes manières de faire correspondent à des styles différents d’ethnographe, au sens sociologique du terme (Sur la notion de « style professionnel », voir Lemieux, 2010, p. 164). En effet, s’il y a autant de manière de faire en ethnographie, c’est qu’il y a des règles professionnelles nombreuses et potentiellement contradictoires (par exemple, réussir à présenter la diversité des matériaux de manière fine et précise, tout en parvenant à être concis). Définir son style d’ethnographie, c’est pouvoir affirmer quelles sont les règles professionnelles que vous décidez de respecter en priorité, et celles qui sont moins importantes à vos yeux.

Ne croyez donc pas ceux qui vous proposent la « bonne manière de faire ». Mais ne disqualifiez pas pour autant ces conseils : essayez de comprendre en quoi cette manière de faire spécifique est censée, selon votre interlocuteur, faire de vous un meilleur ethnographe/sociologue.

C’est en cela que cette ficelle englobe toutes les autres : elle vous rappelle qu’une ficelle, ce n’est pas une solution toute faite, qui doit être appliquée mécaniquement sur le terrain. Une ficelle, c’est un moyen de se rappeler quelles sont les règles professionnelles qui, à nos yeux, paraissent particulièrement importantes. Quitte parfois à faire des choix que certains collègues interpréteront comme des fautes professionnelles.

Bref, quand on vous donne des conseils ou que l’on sanctionne les choix que vous avez fait, tâchez de repérer quels sont les critères d’évaluation (Katz, 2010) défendus par vos interlocuteurs. Ce n’est pas facile car ces critères sont parfois implicites, voire en partie inconscients. C’est néanmoins un préalable nécessaire pour pouvoir défendre votre propre manière de faire, mais aussi votre vision de ce que doit être la sociologie.

Jeune ethnographe prêt-e à plonger dans le grand bain du terrain (allégorie)

 

Bibliographie

Becker Howard S., 2002, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte, coll. “Grands repères Guides”.

Garfinkel Harold, 2007, Recherches en ethnométhodologie, Paris, puf.

Geertz Clifford « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », in Cefaï Daniel (dir.), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2003, p. 208–233.

Goffman Erving, 1991, Les cadres de l’expérience, Paris, Les éditions de minuit, le sens commun.

Katz Jack, 2010, « Du comment au pourquoi. Description lumineuse et inférence causale en ethnographie », in Cefaï Daniel (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, En temps & lieux, p. 40‑105.

Latour Bruno, 1993, « Le “pédofil” de Boa Vista –Montage photo-philosophique », in Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, La Découverte, p. 171‑225.

Lemieux Cyril (dir.), 2010, La subjectivité journalistique : Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’information, Paris, Éditions de l’ehess, coll. “Cas de figure”.

Licoppe Christian, 1996, La formation de la pratique scientifique : le discours de l’expérience en France et en Angleterre, 1630-1820, Paris, La Découverte, coll. “Textes à l’appui”.

Passeron Jean-Claude, 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, coll. “Essais & Recherches”.

Rémy Catherine, 2009, La Fin des bêtes. Une ethnographie de la mise a mort des animaux, Paris, Economica, coll. “Études sociologiques”.

Rémy Catherine, 2014, « Accepter de se perdre. Les leçons ethnographiques de Jeanne Favret-Saada », SociologieS [En ligne]. url : https://journals.openedition.org/sociologies/4776.

 

Crédits Photo de couverture : “I see cat“, par Peter Gagilas (source).

———–

[1] En cela, le billet est forcément partiel et partial. Les relecteurs et relectrices l’ont d’ailleurs bien noté, me suggérant de nombreux prolongements aussi passionnants qu’utiles ainsi que des astuces spécifiques à leurs terrains et démarches. Après avoir longuement hésité, j’ai finalement laissé de côté nombre de ces remarques et ficelles associées. Toutes mes excuses donc à Noemi Casati, Marion Ink et Théo Leschevin : si je n’ai pu faire pleinement honneur ici à vos relectures si attentives et pertinentes, c’est que je suis pleinement convaincu que vos conseils méritent des articles spécifiques aux difficultés que vous avez rencontrées (par exemple la question des différentes échelles de l’ethnographie, celles des temporalités de l’enquête ou encore celle des enjeux matériels de la prise de notes). Ce carnet vous est ouvert, si vous le souhaitez !

pierrenocerino

Doctorant et ATER à l'EHESS

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Sociologie de l’humour, humour de la sociologie

Je ne sais pas pour vous, mais moi, il est assez rare que je me bidonne devant un document sociologique. C’est dommage, parce que rire, j’aime bien ça.

Quoi de plus normal, après tout : la sociologie est une science. Et la science, c’est du sérieux. On ne rigole pas avec la science. Ou alors, c’est de la vulgarisation. Mais la vraie Science scientifique, ça, c’est sérieux. Ça utilise des graphiques et des pourcentages, des mots de plus de 4 syllabes, des notes de bas de page à rallonge et des termes latins non traduits dans le texte.

Et pourtant, parfois, on rit. Une petite note d’humour cachée au coin d’un paragraphe, un petit jeu de mot glissé dans un titre, un petit trait d’esprit placé subrepticement dans une note de bas de page,… Il serait donc possible de faire de la sociologie et de l’humour ?!

“La sociologie ne vaut pas une heure de peine si elle ne permet pas de se fendre la poire” (E. Durkheim)

Le fait est que ces chercheurs facétieux sont, généralement, des chercheurs établis. Étant donné l’exemplarité de leur carrière, il serait difficile de remettre en cause leur sérieux et leur professionnalisme. Fortes de cette réputation, ces personnes peuvent alors se permettre ces petites fantaisies. Après tout, c’est aussi l’apanage du savant que d’être un petit peu fou dans sa tête.

Toutefois, cela va parfois bien plus loin que la simple petite fantaisie, destinée à récompenser le lecteur assidu. Il arrive, dans certains cas rarissimes, que ce soit l’ensemble du document qui se trouve ponctué de blagues et d’absurdités susceptibles de déclencher l’hilarité ou, à défaut, la stupéfaction du lecteur. Pour expliquer ces absurdités, on peut à nouveau recourir à l’explication par la carrière : il s’agirait de performances quasi-artistiques, réservées aux seuls « grands » de la discipline. Cette explication ne me paraît cependant pas convaincante, tant elle part d’un postulat qui me semble discutable : « ces auteurs ne peuvent pas être vraiment sérieux dans leur démarche parce qu’ils font des blagues ».

Sauf que faire des blagues, c’est du boulot. Ça demande du temps et pas mal d’énergie, pour éviter de faire un four. Si l’on garde à l’esprit le fait que les chercheurs sont débordés, est-il absurde de penser que toute cette énergie investie dans les blagues vise aussi des buts scientifiques ?

Répondre sérieusement à cette question nécessiterait une enquête auprès de ces auteurs. Faute de temps, l’idée sera ici de s’arrêter sur un cas spécifique d’utilisation de l’humour afin de voir quel peut être l’intérêt scientifique d’une telle démarche. Ceci fait, nous explorerons ensuite différentes manières de mobiliser l’humour dans un écrit sociologique. Tout cela en vue de répondre in fine à une question certes simple, mais cruciale : Comment faire de l’humour en sociologue ?

Fuck Nuance, ou la possibilité de faire des blagues heuristiques[1]

Partons d’un cas concret où un chercheur décide de mobiliser l’humour non pas par petites touches, mais par packs de douze : en 2017, le sociologue américain Kieran Healy publie un article sobrement intitulé « Fuck Nuance ». Au-delà du titre, le contenu est également assez éloigné de ce qui est habituellement publié dans la (très) sérieuse revue Sociological Theory (éditée par la non moins sérieuse American Sociological Association). Prenons un extrait représentatif du papier pour vous donner une idée :

Durkheim a théorisé comme un cochon pendant la plus grande partie de sa carrière, fouillant sans ménagement dans la philosophie et l’anthropologie pour en sortir couvert de saleté, mais avec quelques idées-truffières qu’il exploita avec acharnement car elles étaient très efficace empiriquement[2].

Pas sûr qu’Émile Durkheim ait apprécié la métaphore ! Le caractère « drôle » d’un texte ou d’une blague étant très subjectif, il est probable que certains trouvent cette irrévérence hautement condamnable. Toutefois, qu’elle soit qualifiée comme drôle ou grossière, force est de constater que la métaphore mobilisée est porteuse de sens. Si la forme est décalée, le fond, lui, est correct. Ou, pour être plus exact, la forme est au service du fond.

Émile Durkheim sceptique face au texte de K. Healy (et à la qualité des illustrations)

L’humour comme structure structurée et structurante

Pour comprendre cela, il est nécessaire de revenir à l’argument central du papier dans lequel cette blague s’insère, à savoir : à trop introduire de nuances et de précautions dans l’analyse sociologique, on perd en possibilités de montée en généralité. Tirant les conclusions de ce constat, Kieran Healy s’applique à ne pas faire dans la nuance. Loin d’être des provocations gratuites, ses blagues deviennent alors des incarnations de son raisonnement. Plus encore, l’humour sert d’avertissement : si le raisonnement est parfois caricatural car manquant de nuances, les blagues permettent d’insister sur la dimension volontairement exagérée et ironique du papier. Elles rappellent au lecteur que ce manque de nuance est un choix, une posture mise au service de la montée en généralité. Autrement dit, ces traits d’humour sont des outils qui nous invitent à être vigilant sur la manière dont l’analyse est construite. Cela valait presque le coup de traiter Durkheim de cochon théorique, non ?

A, je m’arrête ; B, je ralentis ; C, je dépasse ; D, je critique.

Malgré tout, cette posture ironique est critiquable. Bien que pertinente pour expliciter la démarche, il serait possible d’accuser l’auteur d’avoir commis une faute du point de l’écriture scientifique. En effet, on pourrait lui reprocher de ne pas avoir fait preuve du sérieux que l’on attend d’un texte académique. En gros, on pourrait lui reprocher de ne pas avoir compris que si blague il y a, c’est en notes de bas de page, si tu as déjà ta carrière derrière toi. Que ce n’est peut-être pas rigolo, mais que c’est comme ça la vie.

L’humour : opérateur de la dénaturalisation des conventions

C’est peut-être là le plus grand tour de force de Kieran Healy : il connaît bien les codes et usages de l’écriture académique. Il sait que ces manières de faire (ou de ne pas faire) sont le résultat d’un long processus historique de construction sociale, de négociation entre les différents acteurs qui composent le champ de la sociologie. Fort de cette connaissance, il sait que certains de ces usages portent, en réalité, une forte part d’arbitraire qu’il devient nécessaire d’interroger. Il est possible de voir des signes de cette démarche dans l’extrait suivant :

Notons que la dimension esthétique de la théorie n’est pas l’apanage d’opaques européens. L’alternative à la nuance du “connaisseur” n’est pas une théorie scientifique exempte de considérations esthétiques, uniquement soumise aux contraintes directes de la preuve empirique, de la pensée claire et de la prose gracieuse. Pour emprunter un terme technique à Francfort (1988), c’est des conneries. D’ailleurs, « Je ne tolère aucune connerie » est en soi une sorte de connerie particulièrement pénible. Mieux vaut assumer l’aspect esthétique de la théorie et choisir d’embrasser un style[3].

Outre le style provocateur que l’auteur a choisi d’embrasser (pour les raisons évoquées plus haut), l’usage de la citation est intéressant. En jouant avec les codes de l’écriture académique (en l’occurrence l’intertextualité[4]), l’auteur en montre les limites d’usage (l’idée n’est pas tant ici de s’inscrire dans un échange intellectuel ou de créditer un collègue, mais de se cacher derrière une référence pour mobiliser une idée que l’on n’assumerait pas soi-même). Par cette citation, Kieran Healy rappelle donc au lecteur la nécessité d’interroger la pertinence de nos routines d’écriture.

Que le lecteur apprécie ou non l’humour de Kieran Healy, il pourra donc noter le double intérêt de sa démarche. D’une part, l’humour renforce l’argument et, d’autre part, il aide à dénaturaliser les pratiques d’écriture. Loin de se limiter à une stratégie d’écriture (pour détendre le lecteur ou au contraire pour l’inciter à prolonger sa lecture pour découvrir d’autres blagues), l’humour est ici pleinement au service du propos scientifique.

De quoi Kieran Healy est-il le nom ?
La fabrique de l’humour sociologique

Mais alors, est-ce que cela veut dire que si moi aussi je mets l’humour au service de mon propos, j’ai le droit de traiter Émile Durkheim de cochon théorique ?

Cela risque d’être compliqué. En effet, cela implique, comme l’a fait Kieran Healy, de faire un travail de dénaturalisation des pratiques d’écriture. Si cela nécessite déjà pas mal d’énergie, il faut encore ensuite réussir à convaincre ses interlocuteurs (le comité de rédaction et les évaluateurs d’une revue par exemple) que les conventions sur la manière d’écrire de la sociologie méritent d’être joyeusement tourneboulées. Rappelons en effet que les conventions, quand bien même elles portent une part d’arbitraires, sont extrêmement utiles. Elles ont effectivement pour but de servir de repères afin de faciliter la coopération entre les acteurs[5]. Remettre en cause les conventions revient donc à sauter à pieds-joints dans une fourmilière, en expliquant aux fourmis qu’elles devraient s’organiser autrement si elles voulaient vraiment prendre soin de leur reine.

Ainsi, pour parvenir à négocier ces conventions, il est nécessaire de préparer un solide argumentaire. Il convient d’expliciter les apports de ces notes d’humour, du point de vue scientifique. Le cas décrit précédemment nous donne certains arguments permettant de développer un tel argumentaire. Toutefois, il s’agit d’une façon, parmi d’autres possibles, de mobiliser l’humour dans un document académique. Une bonne manière pour trouver des arguments serait donc de multiplier l’analyse des différentes manières de faire de l’humour en sociologue.

De l’humour des sociologues.
Précis de sociologie de l’écriture sociologique

L’idée est donc de répondre à notre question « comment faire de l’humour en sociologue ? » en distinguant ici la pluralité des manières de faire, dans une sorte de typologie des usages possibles. Toutefois, pour réussir à produire une telle typologie, il est nécessaire de trouver des outils analytiques pertinents.

On pourrait spontanément être tenté par une analyse stylistique des différentes formes d’humour, distinguant par exemple l’absurde, l’ironie, la dérision ou tout autre forme potentiellement qualifiée de drôle. Ce n’est pas la solution qui a été retenue ici car 1/ si j’ai investi près de dix ans de ma vie à étudier la sociologie, ce n’est pas pour faire de la mauvaise analyse littéraire à laquelle je n’ai jamais été formée et, surtout, 2/ parce que la sociologie fournit elle aussi des outils pertinents pour analyser l’humour.

Autrement dit, pour réussir à savoir comment faire de l’humour en sociologue, il convient avant tout de se faire sociologue de l’humour.

Plaisanteries, moqueries et taquineries.
Éléments pour une sociologie de l’humour

La leçon de sociologie de l’humour du Dr Ink.

Les travaux de Marion Ink sur les sociabilités fournissent des outils intéressants à qui souhaiterait faire une sociologie de l’humour et/ou mobiliser l’humour en sociologue. Cette sociologue (et ancienne contributrice fameuse du présent carnet) montre notamment que l’humour est un support susceptible de permettre l’inclusion sociale d’individus au sein d’un groupe donné[6].

En effet, le recours à l’humour permet de désamorcer la gêne d’une interaction en normalisant (in situ ou a posteriori) les troubles qui surgissent entre des acteurs en situation. Plus encore que simplement préserver l’interaction, l’humour permet de constituer des groupes sociaux. La plaisanterie, destinée à l’origine à résoudre un moment de gêne, deviendra effectivement une expérience commune que les membres d’un groupe sont susceptibles de réactiver plus tard. Ainsi, grâce à des taquineries, les acteurs montrent leur solidarité et leur souhait de maintenir le groupe. Toute personne n’ayant pas les codes de ces taquineries aura alors bien du mal à s’intégrer au groupe des initiés.

Plus encore que de ne pas parvenir à rentrer, un acteur peut se retrouver exclu par l’humour. Une plaisanterie d’initié peut en effet prendre pour objet une personne sans que celle-ci ne soit au courant. Il ne s’agit alors pas tant d’une taquinerie que d’une moquerie, laquelle marque l’exclusion de la personne moquée (elle ne partage pas la micro-culture du groupe) tout en renforçant l’inclusion des personnes dans la confidence.

En somme, l’humour est un outil permettant de renforcer les frontières d’un groupe social donné, du fait que les membres s’accordent sur ce dont on peut rire et avec qui il est possible d’en rire.

Pour comprendre l’humour en sociologue et donc pour expliquer ses effets sociaux, il convient donc dans un premier temps de parvenir à décrire la manière dont ce rire s’organise. Autrement dit, il faut chercher à répondre à deux questions. Dans un texte sociologique, avec qui rit-on ? Et de qui rit-on ?

La communauté vaporeuse [wispy community] des lecteurs de sociologie

Concernant la première partie de la question, la réponse est a priori assez facile : on rit (ou, tout du moins, on tente de rire) avec son public. Le problème, c’est qu’on ne sait pas qui, exactement, constitue le public d’un texte académique. Il n’est effectivement pas rare que les enquêtés se penchent sur les publications que l’on fait[7]. Plus généralement, il n’est pas absurde de partir du principe que n’importe qui est susceptible de se pencher sur un de nos documents. De nombreux chercheurs s’investissent d’ailleurs pour que cela soit le cas, que ce soit en militant pour l’accessibilité des savoirs scientifiques ou en s’engageant dans des controverses publiques.

Il y a pourtant une raison qui nous pousse à écrire pour des publics spécifiques, malgré l’évidente impossibilité de maitriser son auditoire. Ces publics constituent des repères, des supports routiniers qui nous aident à prendre des décisions sur la manière d’écrire. En effet, lorsque l’on envisage un public, on anticipe surtout les attentes de ce public. Autrement dit, on anticipe les critères à partir desquels ce supposé lectorat va juger notre travail. Concernant l’écriture des documents sociologiques, il existe de nombreux critères d’évaluation, plus ou moins explicites. Étant donné la diversité de ces critères (et le fait qu’ils se révèlent parfois contradictoires), il est possible de développer différents styles d’écriture, selon que l’on privilégie le respect de tel ou tel critère d’évaluation. Toutefois, quel que soit le style retenu, il s’agit toujours d’écrire « en professionnel ». Le sociologue qui voudrait rire avec ses publics doit faire en sorte de le faire tout en faisant preuve de professionnalisme. C’est-à-dire qu’il doit faire de l’humour, tout en respectant les différents critères d’évaluation de sa discipline.

Pour résumer, l’idée est donc de rire avec son public, tout en essayant de convaincre les collègues qu’ils ont toute leur place dans ce public. Comme cela a été dit plus tôt, cela n’a rien d’évident car il faut justement les convaincre (notamment ceux qui décident de la publication ou non publication d’un document) que l’humour n’est pas un signe de manque de professionnalisme. Il peut donc être utile de mettre en scène les signes de son professionnalisme, à grand renfort de notes de bas de page et de titres pompeux (si vous voyez ce que je veux dire) pour attester du sérieux de la démarche.

L’objet du rire.
Étude comparative des écrits sociologiques

Rire avec des collègues et plus si affinité donc… mais rire de qui ? L’humour ayant la possibilité d’intégrer comme d’exclure, il convient d’être particulièrement vigilant sur ses possibles cibles. J’en distinguerais ici quatre.

1/ Rire de la communauté des sociologues

Caractérisons pour commencer la cible de l’humour dans le texte de Kieran Healy (pour tenter de faire croire qu’il existe un fil rouge à ce papier). Outre le fait qu’il se montre irrévérencieux avec les classiques (pauvre Durkheim…), il rit de la tendance à la trop grande prudence dans le milieu. Autrement dit, si son objectif est de rire avec les sociologues, il cherche également à rire des sociologues eux-mêmes. Il est possible de s’offusquer de cette démarche : qu’est-ce qui permet à ce chercheur de se moquer de nous ? Qu’a-t-il donc de plus que les autres pour tenir une telle posture. Peut-être justement le fait qu’il s’agisse d’une posture, revendiquée comme caricaturale. Il précise d’ailleurs en conclusion « Compte tenu de l’état actuel de certains champs, devrions-nous essayer d’augmenter la production ou de restreindre l’offre ? Mon contexte, c’est faire de la sociologie théorique, aux États-Unis, à ce moment spécifique. Nous sommes submergés de nuances. Donc bon, rien à foutre »[8]. L’objectif de la plaisanterie ici n’est pas tant de se moquer des autres sociologues (et donc de les exclure de la discussion), mais plutôt de taquiner la communauté des sociologues américains dans laquelle l’auteur s’inscrit (et donc de les inclure). Autrement dit, il s’agit de  rire des sociologues en général plutôt que de se moquer de sociologues spécifiques. La généralisation faite par Kieran Healy est abusive, car tous les sociologues ne sont pas des chantres de la nuance. Toutefois, en caricaturant le propos, il insiste sur la nécessité de mettre en discussion des usages et manières de faire sans pour autant exclure des collègues.

2/ Se rire de collègues

Si Kieran Healy a fait le choix de taquiner la communauté des sociologues, il s’agit cependant d’une démarche assez minoritaire. En effet, nombre de traits d’humour sont en réalité destiné à se moquer, plus ou moins explicitement, de tel ou tel collègue, voire de telle ou telle école. L’un des cas les plus explicites est sans doute un échange fameux dans les colonnes de la Revue française de sociologie, entre Jean-Claude Chamboredon d’une part et Raymond Boudon et François Bourricaud d’autre part. Pour résumer, Jean-Claude Chamboredon profite d’un article publié dans la revue pour mettre un petit taquet aux deux auteurs du Dictionnaire critique de la sociologie et, plus généralement, à l’école de l’individualisme méthodologique[9]. Raymond Boudon et François Bourricaud donne une réponse à la mesure de l’attaque, dénonçant le « procédés méprisables » et la « bouffonnerie » de leur collègue, coupable à leurs yeux de « terrorisme intellectuel » qui « perturbe le jeu normal de la discussion scientifique »[10] (l’article ne précise pas si les auteurs ont fait un mic drop après avoir déposé leur papier au comité de rédaction de la revue, mais j’imagine que ce fut le cas). Répondant au clash, Jean-Claude Chamboredon a répondu en 5 phrases (titres compris) et un post-scriptum. Chacune de ces 5 phrases étaient accompagnées d’une note de bas de page, toutes plus violentes les unes que les autres[11]. La démarche est intéressante : accusé de perturber le bon déroulement de l’échange scientifique par sa pratique des notes de bas de page, l’auteur décide de faire une réponse essentiellement constituée notes. Ainsi, tout comme Kieran Healy, il montre par un procédé humoristique que ces usages sont socialement déterminés et ne permettent, à eux seul, de garantir la scientificité d’un papier. Toutefois, la démarche diffère légèrement. Ici, la visée n’est pas tant de développer une réflexivité sur les modalités d’écriture des sciences sociales que de défoncer joyeusement deux collègues sur la place publique.

L’innocence est la première victime des notes de bas de page.
3/ Rire de soi

Plutôt que de rire de (ses) collègues, le sociologue peut aussi rire de lui-même. Ce sera par exemple le cas quand il rend compte de situations d’enquête où il s’est retrouvé pris en défaut par les acteurs, à commettre fautes sur fautes. Une telle démarche est narrativement intéressante : en racontant les déboires d’un sociologue si gauche, il est possible d’accrocher le lecteur, en lui laissant espérer que d’autres situations désopilantes surgiront dans l’enquête. Toutefois, le lecteur pourrait également s’en agacer : pourquoi l’enquêteur se met-il ainsi en scène ? Quand bien même ses erreurs sont distrayantes, on n’est pas là pour regarder un spectacle de clown. Pour que cette démarche soit pertinente, il faut donc que le récit de ces erreurs, aussi drôles (ou tragiques) qu’elles soient, apporte quelque chose scientifiquement. Si l’enquêteur fait des erreurs et des fautes, c’est qu’il s’inscrit dans un processus d’intégration auprès de ses enquêtés. Intrus envahissant[12], l’enquêteur va commettre de nombreuses fautes et faire preuve de tact pour maintenir l’opération. En cela, il n’hésitera pas à faire preuve d’humour, pour désamorcer les situations de gêne. Restituer au lecteur ce travail (de désamorçage de la gêne et, dans certains cas, de création d’une plaisanterie d’initié avec les enquêtés) peut donc finalement être considéré comme une nécessité méthodologique. Si l’humour est ici considéré comme un outil narratif, c’est surtout en tant que matériaux qu’il est ainsi convoqué et analysé[13].

4/ Rire des enquêtés

Autre possibilité enfin : le sociologue peut plaisanter à propos des enquêtés. En effet, si l’enquêteur commet des fautes sur le terrain, les acteurs le font aussi. Plus encore, ces derniers sont souvent pris dans des contradictions pratiques fortes, rendues justement repérables par le travail d’enquête. Par un effet d’écriture, il est dès lors facile de dévoiler ces contradictions afin d’en pointer l’absurdité. Tout comme pour les bourdes de l’enquêteur, il peut s’agir d’un ressort narratif efficace, susceptible d’accrocher le lecteur. Toutefois, l’exercice peut vite se révéler malaisant à la lecture (et à l’écriture). En effet, la situation est différente des cas précédents où le sociologue riait de lui-même ou de sa communauté avec ses collègues lecteurs. Dans ces derniers cas, il s’agissait alors de taquineries où l’auteur établissait une connivence de groupe. Quand bien même il tournait en dérision sa discipline ou passait lui-même pour un clown, il nourrissait ainsi son intégration auprès de ses collègues en créant une plaisanterie d’initiés. En revanche, rire avec ses collègues de nos enquêtés relève davantage d’une moquerie que d’une taquinerie : on renforce les liens qui unissent notre propre communauté en nous accordant sur l’exclusion de ces profanes, ces acteurs ignorants incapables de reconnaître la contradiction dans leur action. Notons qu’il est possible de défendre une telle posture, en invoquant le rôle critique de la sociologie. En effet, en invoquant Howard Becker, on peut affirmer que la sociologie gagnerait à assumer sa tendance à se placer du côté des dominants[14]. En partant du constat que les dominés sont régulièrement l’objet de moquerie de la part des dominants[15], la sociologie ne pourrait-elle pas inverser la tendance en se moquant à son tour des dominants ? Le débat mérite d’être posé[16].

L’humour : outil critique ou objet de la critique ?

Au regard de la description de ces différentes manières de faire, force est de constater que l’humour est un support critique potentiellement dévastateur. En effet, grâce à son potentiel intégratif ou excluant, il permet de porter différentes formes de critiques. Essayons à nouveau de définir plus finement quelles formes prennent ces critiques.

Dans le premier cas, la critique porte sur un groupe dans son ensemble. Plus encore, on pourrait même défendre l’idée que la critique porte sur les processus sociaux qui conduisent ce groupe (les sociologues américains) à agir de cette façon (manquer de généralité). À l’inverse, la deuxième démarche revient à critiquer des individus. Si des groupes sont visés (en l’occurrence l’individualisme méthodologique vs. l’approche bourdieusienne), c’est surtout la dimension stratégique qui fait l’objet de la critique. La troisième démarche est encore différente : si critique il y a, c’est une auto-critique méthodologique. En cela, le chercheur montre sa réflexivité vis-à-vis de sa propre trajectoire et de sa manière de mener une enquête sociologique. La quatrième démarche consiste, comme la deuxième, à une exclusion par la moquerie, mais des enquêtés cette fois.

Ces différentes postures critiques n’attireront pas la même adhésion d’un sociologue à l’autre. En effet, chacune correspond à des postures spécifiques de sociologues, à des styles particuliers : selon la manière dont nous considérons notre métier, nous serons plus ou moins réceptif à telle ou telle forme de critique.

Pour donner une exemple, la dernière posture critique portant sur les enquêtés relève, selon moi, d’une faute professionnelle. En effet, je défendrai l’idée que l’enquête de terrain, dans une démarche compréhensive, vise à saisir le sens positif que les acteurs mettent dans leur action. S’il est intéressant de repérer des contradictions pratiques dans les actions des acteurs, ce n’est pas tant pour les dénoncer et les critiquer que pour les expliquer. Ces acteurs sont d’ailleurs tout à fait disposés à admettre leur contradiction, si tant est qu’on passe suffisamment de temps auprès d’eux pour leur laisser la possibilité de s’en expliquer. Quand bien même ils tendent souvent à normaliser ces contradictions, ils sont tout à fait capables de se montrer critiques à leur propre égard, notamment grâce à l’humour. Plutôt donc que de s’engager dans une moquerie des enquêtés, il me semble beaucoup plus pertinent de mobiliser l’humour comme objet d’analyse, en identifiant son usage par les acteurs eux-mêmes. En admettant que le sociologue est loin d’avoir le monopole de l’autodérision pour se tourner vers les pratiques des acteurs, on gagne en connaissance du monde social.

D’une manière générale, je défendrais surtout le fait que la critique sociologique ne doit pas porter tant sur des individus que sur des dispositifs sociaux et organisationnels qui, via certains processus que le chercheur aura identifiés, incitent les acteurs à agir de façon contradictoire. Ce qui explique que la deuxième forme d’humour décrite ici (la moquerie à l’encontre de chercheurs spécifiques) me semble également peu pertinente, la critique ne portant pas sur un processus social mais sur des individus ou groupes d’individus. D’une manière générale, je défendrais les formes d’humour insistant sur la dimension inclusive du phénomène plutôt que sur sa dimension excluante.

Conclusion :
Vers une déontologie de l’humour sociologique

L’humour est quelque chose à prendre très au sérieux. Outil d’intégration comme d’exclusion, il n’est jamais anodin. Il doit donc, dans le cas d’une démarche sociologique, être manié avec grande précaution. Cela implique donc une réflexivité accrue dans l’écriture, nourrie des outils sociologiques ayant déjà traité de l’humour comme objet. Par ailleurs, cela implique une vigilance vis-à-vis de ceux qui mobiliserait l’humour dans un document sociologique sans prendre en compte toutes les implications scientifiques et politiques de cet usage.

Cette vigilance critique ne doit cependant pas nous conduire vers l’excès inverse, qui consisterait à dénoncer tout recours à l’humour sous prétexte qu’il serait forcément néfaste à toute entreprise scientifique. Nous retomberions alors dans le travers souligné en début d’article, à savoir que l’on écrit trop souvent des textes académiques non pas tant « sérieusement » qu’en cherchant à « faire sérieux ». Tout le propos ici est de défendre l’idée selon laquelle l’humour peut être maniée « sérieusement » par les sociologues, c’est-à-dire utilisé dans le respect des différents critères d’évaluation de leur professionnalisme. S’il faut critiquer les sociologues qui utiliseraient l’humour n’importe comment, il faut donc plus encore critiquer ceux qui nient à l’humour sa pertinence sociologique, en tant qu’objet tout d’abord mais aussi comme outil d’écriture.

N’ayons donc pas peur de revendiquer l’humour comme outil pertinent de l’écriture sociologique. Mais assumons, pour cela, la nécessité de mener une réflexion déontologique sur les formes acceptables ou non d’humour, au regard de nos critères professionnels d’évaluation. Le débat risque d’être complexe et houleux (et pas très drôle du coup), tant ces critères sont nombreux et, parfois, contradictoires. Toutefois, une telle controverse serait synonyme de forte réflexivité sur nos pratiques de recherche et d’écriture, susceptibles de nous inciter à faire du meilleur travail. Non seulement nous saurons ainsi comment faire de l’humour en sociologue, mais nous saurons aussi mieux faire notre métier de sociologue.

Et si en plus ça nous permet de traiter Émile Durkheim de cochon théorique, nous n’aurons pas complétement perdu notre journée.

Désolé, Émile…

 

[1] Comme évoqué plus haut, la prise au sérieux d’un article académique est fortement corrélée à l’usage récurrent de termes complexes, tournures savantes, phrases longues et autres glose académique, sensés servir de preuves du degré de professionnalisme de l’auteur (j’ai d’ailleurs tenté d’identifier et expliciter certains de ces signes de professionnalisme dans deux précédents papiers, ici et ). Afin donc de rassurer le lecteur du sérieux du propos tenu ici, je porterai donc une attention forte à la mise en scène de mon professionnalisme, notamment dans les titres. Ce qui explique que les blagues ne sont pas seulement ici intéressantes ou pertinentes, mais carrément heuristiques.

[2] Kieran Healy, « Fuck Nuance », Sociological Theory, juin 2017, vol. 35, no 2, p. 125 (notre traduction de : « Durkheim theorized like a pig for most of his career, bluntly snuffling through philosophy and anthropology to emerge covered in dirt but with a few truffle-like ideas that he relentlessly pushed because they were so empirically productive »).

[3] Ibid., p. 123‑124 (notre traduction de « Note that the aesthetic dimension of theory is not simply the preserve of opaque Europeans. The alternative to the nuance of the connoisseur is not a scientific theory free from aesthetic considerations, subject only to the direct constraints of empirical evidence, clear thinking, and graceful prose. To borrow a technical term from Frankfurt (1988), that is bullshit. Indeed, “I don’t tolerate any bullshit” is itself an especially tedious sort of bullshit. It is better to acknowledge the aesthetic aspect of theory explicitly and choose to embrace a style »). 

[4] Critère d’évaluation de l’écriture sociologique parmi d’autres, l’intertextualité peut se définir comme « un effort pour prendre position à l’intérieur d’un espace intertextuel [afin de] souligner que les progrès de la pensée sociologique sont toujours une œuvre collective [ainsi que pour] affirmer son respect pour la propriété intellectuelle dont ses collègues comme [l’auteur] peuvent vouloir bénéficier sur les travaux qu’ils ont produits » (Cyril Lemieux, « L’écriture sociologique » dans Serge Paugam (ed.), L’enquête sociologique, Paris, PUF, 2010, p. 395).

[5] La notion de convention est emprunte à Howard S. Becker, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 2010 [1988], 379 p.

[6] Les outils présentés ici sont tirés de Marion Ink, « Plaisanteries d’initiés. Définition et usages », Réseaux, 6 juillet 2016, n° 197-198, no 3, p. 253‑278.

[7] Au point parfois même de demander des comptes aux sociologues. Notons que la plainte d’un enquêté constitue une mise à l’épreuve de notre professionnalisme, nous incitant à clarifier et mettre en discussion les règles sous-jacentes à nos postures déontologiques. Pour un exemple révélateur et documenté impliquant la revue Genèses, voir Alain Desrosières, « Quand une enquêtée se rebiffe : de la diversité des effets libérateurs, ou les arguments des trois chatons », Genèses, 3 septembre 2008, n° 71, no 2, p. 148‑159.

[8] Ibid., p. 126 (notre traduction de : « Given the current state of some field, should we be trying to increase production or restrict the supply? My context is theorizing in U.S. sociology at the time of writing. We are glutted with nuance. I say, fuck it ».

[9] note de bas de page numéro 10 dans Jean-Claude Chamboredon, « Pierre Clastres et le retour de la question politique en ethnologie. À propos de Recherches d’anthropologie politique. », Revue française de sociologie, 1983, vol. 24, no 3, p. 563.

[10] Raymond Boudon et François Bourricaud, « De la Domination avec un grand D », Revue française de sociologie, 1984, vol. 25, no 2, p. 330‑331.

[11] Jean-Claude Chamboredon, « Réponse à MM. Boudon et Bourricaud, auteur du Dictionnaire », Revue française de sociologie, 1984, vol. 25, no 2, p. 332‑333.

[12] Catherine Rémy, La Fin des bêtes. Une ethnographie de la mise a mort des animaux, Paris, Economica, 2009, p. 36.

[13] Pour un exemple de l’explicitation des choix de mise en scène humoristique du travail d’intégration du chercheur (et de ses fautes), voir Pierre Nocerino, « Ce que la bande dessinée nous apprend de l’écriture sociologique », Sociologie et sociétés, 2016, vol. 48, no 2, p. 171‑172.

[14] Howard S. Becker, « Whose Side Are We On? », Social Problems, 1967, vol. 14, no 3, p. 239‑247.

[15] Sur ce point voir l’excellente note en deux parties de Denis Colombi. Denis Colombi, L’humour est une chose trop sérieuse…, http://uneheuredepeine.blogspot.com/2012/08/lhumour-est-une-chose-trop-serieuse.html , 17 août 2012, (consulté le 10 juin 2019) ; Denis Colombi, ……Pour être laissée à des rigolos, http://uneheuredepeine.blogspot.com/2012/08/pour-etre-laissee-des-rigolos.html , 23 août 2012, (consulté le 10 juin 2019).

[16] Une autre forme de justification pourrait être de dire qu’au fond, il ne s’agit que d’une blague, que toute cela n’est pas grave. Cette excuse revient à dénier tous les effets d’exclusion et d’inclusion de l’humour, soit une faute professionnelle grave de la part de sociologues. Ce phénomène de dénégation de cette dimension sociale participe d’ailleurs du processus d’exclusion. C’est ce que Denis Colombi nomme L’impolitesse du désespoir (http://uneheuredepeine.blogspot.com/2013/03/limpolitesse-du-desespoir.html, 15 mars 2013, consulté le 10 juin 2019) : refuser de reconnaître l’impact négatif d’une blague revient à refuser le fait d’avoir pu porter atteinte à la face d’un tiers. L’offense est donc particulièrement forte, étant donné qu’aucune réparation n’est proposée.

pierrenocerino

Doctorant et ATER à l'EHESS

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’art de l’état de l’art en sociologie

« Servez-vous de la littérature scientifique, ne vous laissez pas asservir ! »

Howard Becker, 2004 ; p. 156.

Lire est sans doute l’une des occupations les plus centrales chez les chercheur-es. Et pourtant, la littérature scientifique peut faire peur. Voire être complétement paralysante !

Partant de ce constat, Howard Becker (2004) nous appelle à nous en ressaisir. À faire de cette littérature une alliée plutôt qu’une ennemie.

Il en a des bonnes des fois, Howie.

(source : D. Colombi, “Awkward Becker”, Une heure de peine [en ligne], 2017).

L’objectif de cet article sera donc de revenir sur les multiples difficultés que l’on peut être amené à se poser lorsque l’on se confronte à la littérature scientifique. Des difficultés qui prennent souvent la forme de questions terriblement concrètes, comme :

Il serait présomptueux d’affirmer que toutes ces questions trouveront ici des réponses. Néanmoins, il s’agira de proposer quelques pistes, ficelles et autres astuces susceptibles de rassurer les collègues inquièt-es. Dans cet objectif, l’article visera également une dimension plus pratique encore en cherchant à indiquer les attendus de ce que l’on appelle, en toute modestie, l’« état de l’art ».

L’état de l’art : une convention académique incontournable (et guère réjouissante)… mais qui sert à quoi ?

L’état de l’art est sans doute l’incarnation la plus concrète de ce qui rend la littérature scientifique paralysante. Et il y a de quoi être paralysé tant l’enjeu est de taille. Ou, plutôt, tant les enjeux sont nombreux. Et de taille.

Il y a avant toute chose les enjeux « scientifiques » (entendre « pure comme de l’eau distillée en laboratoire »). Il convient alors de saisir son assurance à pleines mains, afin de participer au grand projet scientifique de la cumulativité des savoirs. Montrer à quel point notre recherche apporte une contribution significative à la Science (avec un grand S).

Au-delà de ces enjeux scientifiques (déjà terrorisant en soi), l’état de l’art est également une épreuve de professionnalité (Ravon et Vidal-Naquet, 2016). En effet, il s’agit de renvoyer, aux pairs évaluateurs, un ensemble de signes attestant de son professionnalisme. Il s’agit ainsi de montrer sa connaissance la plus exhaustive que possible des travaux sur un sujet, tout en sélectionnant les seules références pertinentes. Il convient également d’expliciter le contenu des références mobilisées, sans pour autant s’y attarder. Il faut aussi être capable d’adopter un ton bienveillant envers ces travaux tout en sachant souligner leurs erreurs. Et surtout, il faut être capable de restituer tout cela dans un style agréable voire passionnant. Si possible en moins de XXX pages. Interligne 1,5. Bibliographie incluse.

Au regard de ces contraintes contradictoires, il est donc normal que la pratique de la lecture soit à l’origine de nombreuses questions et inquiétudes, au point parfois de se surprendre un jour à taper « écrire état de l’art sociologie help » dans la barre de recherche de leur navigateur internet[1]. Si le présent article ne leur apportera peut-être pas toutes les réponses espérées, il devrait néanmoins permettre d’expliciter un peu les attendus liés à cette convention académique.

Cette explicitation des critères d’évaluation pourrait même permettre de limiter l’effet « terrorisant » de cet exercice (si ce n’est de la littérature elle-même). En effet, si l’on ne connaît pas ces critères d’évaluation, il est très facile de se convaincre que certaines auraient un talent pour la restitution de leurs lectures, et d’autres non. Les (in)compétences des uns et des autres seraient alors « naturelles ». Malheureusement, la transmission de ces critères d’évaluation (et des pratiques acceptables associées) est laissée à la discrétion des enseignants et enseignantes, lesquelles ont également appris ces codes et pratiques par bouche-à-oreille ou par imitation. Pour résumer : si « état de l’art » il y a, c’est avant toute chose faire état de « son » art. C’est-à-dire montrer ses capacités à (bien) faire son métier de chercheur-se, comme un-e (bon-ne) professionnel-le. Et ce quand bien même les manières de bien le faire ne sont que rarement enseignées.

Tâchons donc de dénaturaliser cet art de l’état de l’art[2].

Howard Becker se réjouissant face à cette perspective dénaturalisante.

Quand lire ?

La première chose à faire pour réussir son état de l’art, c’est lire. Cela paraît certes évident et pourtant, il est des moments où il est « plus difficile » de lire que d’autres. Pire, d’aucuns affirment que lire à certains moments de l’enquête plutôt que d’autres, ce serait mettre en péril la qualité de notre enquête ! Tout cela est d’autant plus compliqué que les chercheur-ses ne sont pas d’accord entre eux : certains défendent absolument l’idée qu’il ne faut pas lire avant d’avoir fait son enquête de terrain (comme pour préserver la pureté de notre regard innocent sur les matériaux empiriques) quand d’autres affirment qu’il est absolument inconcevable de ne pas avoir exploré la littérature avant la récolte de données (au cas où nous serions trop bêtes pour rater le point intéressant qu’avait justement réussi à repérer nos prédécesseurs). Tâchons donc de lister les arguments de chacune des deux parties (de façon à leur rendre un peu plus honneur que ne l’ont fait, jusqu’à présent, nos parenthèses).

Lire avant d’aller sur le terrain…

POUR : La lecture d’articles et ouvrages avant de se lancer sur le terrain présente un avantage certain : se familiariser rapidement avec le milieu concerné. Grâce à cette connaissance préalable, vous aurez une idée relativement précise (parfois même plus que certains acteurs) des modes de fonctionnement du milieu ou des enjeux portés par les différents groupes sur votre terrain. Une telle connaissance du milieu et de ses usages est des plus confortables : cela permet de mieux comprendre ce qu’il se passe, mais aussi d’éviter de faire un certain nombre de gaffes/fautes. Dans un tout autre genre, la lecture préalable vous permet également de gagner beaucoup en vous évitant de refaire la même chose que des collègues. En effet, si des sociologues se sont déjà amusés à décrire avec précision tel ou tel événement/groupe/phénomène, il n’est peut-être pas nécessaire de vous y investir à votre tour pendant des mois. À moins que votre objectif ne soit justement de réaliser une revisite d’un terrain donné (Burawoy, 2003)… mais cela nécessite tout autant la lecture préalable de la littérature.

CONTRE : Toutefois, il est possible de défendre une position inverse, affirmant que la lecture en amont du terrain non seulement ne permet pas d’éviter les répétitions inutiles, mais pourrait en être la cause. En effet, chaque enquête est dotée d’un angle spécifique : la lecture de cette enquête peut alors, consciemment ou non, influencer l’enquêteur à regarder son terrain avec cet angle. D’une manière plus générale, il faut être attentif au fait que la lecture assidue de documents scientifiques ne cause pas épistémocentrisme scolastique (Bourdieu, 1997 : 64-75), c’est-à-dire une tendance à ses propres rationalités et logiques savantes sur les pratiques des enquêtés, qui poursuivent potentiellement une toute autre logique. À ces problèmes analytiques posés par la lecture en amont de l’enquête s’ajoutent également d’autres problèmes, plus personnels cette fois. Par exemple, la lecture est, pour certains (Hum hum… ^^’), une stratégie d’évitement, une manière de repousser l’entrée sur le terrain au prétexte « qu’on n’a pas encore lu assez ». Cela n’est évidemment pas le cas de tout le monde, mais se poser la question peut parfois permettre de gagner pas mal de temps.

…ou lire après être aller sur le terrain ?

POUR : Au regard des arguments précédents, il est facile de déduire les avantages d’un début de lecture après l’enquête. Ainsi, la découverte des travaux sociologiques après le recueil de données permettrait d’éviter les impositions de problématiques en favorisant la surprise de l’enquêteur-rice. À cet avantage s’en ajoute un autre, plus personnel lui aussi : l’évitement de l’effet paralysant évoqué précédemment. La lecture des travaux de nos collègues peut effectivement s’avérer particulièrement angoissante : quand on est soi-même confronté-e à de nombreuses difficultés et que l’on ne parvient pas à récolter nos données, il n’est pas forcément rassurant de se plonger dans la lecture des travaux de nos collègues. C’est d’autant plus vrai quand les chercheur-ses gomment les difficultés qu’ils ou elles ont eux/elles-mêmes rencontrées ou, pire encore, quand ils ou elles racontent la façon géniale grâce à laquelle ils ou elles sont parvenus à retourner une situation méthodologiquement complexe. Il est difficile, quand on a la tête dans le terrain, de se rappeler que, dans les publications académiques, l’enquête a fait l’objet d’une reconstruction et d’une mise en récit, lesquelles invisibilisent parfois les doutes, erreurs et bidouilles maladroites réalisés par les auteurs.

CONTRE : Encore une fois, il est possible de tenir la position inverse. La lecture d’enquêtes peut servir d’inspiration et de support pour réussir à contourner certaines difficultés méthodologiques. D’une façon plus générale, les lectures préalables à l’enquête permettent au chercheur-se d’aiguiser son regard, que ce soit grâce à des astuces méthodologiques ou à des analyses sur le milieu concerné. Ainsi, s’interdire de lire avant la fin de l’enquête revient à prendre le risque de lancer un sonore « Bon sang, si seulement j’avais lu ça avant d’aller sur le terrain ! » au beau milieu d’une bibliothèque silencieuse.

…Une mauvaise manière de poser la question

En effet, au regard des arguments présentés précédemment, on se rend compte qu’il existe une pluralité d’usage possible aux lectures : connaître un terrain, trouver des conseils méthodologiques ou analytiques, discuter des approches des uns et des autres, etc. Si bien que l’on pourrait affirmer, comme une mauvaise parodie de sociologues, que lire avant ou après le terrain, « ce n’est pas vraiment la bonne question ». Il convient plutôt de s’interroger sur quoi lire avant et quoi lire après le terrain. Ou, pour être plus exact, il convient de chercher à anticiper le rôle et l’usage que pourra avoir chacune de ces lectures, afin d’anticiper le moment où il est préférable de lire tel ou tel document.

Pour résumer, les sociologues sont donc censé-es lire tout le temps, en fonction de leurs besoins, et il serait inutile de s’angoisser sur le moment où il faut lire. Toutefois, soyons honnête : cela ne revient qu’à déplacer le problème. S’il ne s’agit en effet plus de se demander « quand lire », il faut désormais être capable de répondre à la question « Lire, pour faire quoi ? ». Question autrement plus angoissante tant elle sous-entend que l’on est capable d’anticiper l’impact potentiel d’un document sur notre parcours de recherche et ce avant même de l’avoir lu.

Lire, pour faire quoi ?

Afin d’essayer de contrer cette angoisse de la littérature, tâchons de repérer différentes catégories de lecture possible. Sans forcément nous permettre de conclure sur le moment le plus opportun pour lire ces différents documents, cela devrait permettre de mieux comprendre les enjeux liés à leur lecture.

Des lectures par thématiques de recherche et/ou aires disciplinaires

Il s’agit dans ce cas de documents qui traitent directement de votre sujet de recherche et/ou de votre objet (entendre « l’angle que vous avez retenu pour traiter du sujet qui vous intéresse »). Ce seront les lectures sans doute les plus faciles à trouver tant le lien avec votre recherche est explicite. Ce seront aussi les lectures sur lesquelles on vous attend le plus : que ce soit pour les infirmer ou les confirmer, il est attendu de vous que vous les discutiez.

Ce sont donc les références qui sont à la fois les plus tentantes à lire en amont du terrain, mais aussi les plus « risquées ». Si vous décidez de lire ces documents avant de vous engager sur le terrain, attention donc aux deux risques symétriques d’attraction (faire la même chose) et de repoussoir (s’interdire de s’intéresser à des éléments sous prétexte que quelqu’un d’autre l’a fait avant vous).

Une astuce pour éviter cela peut consister à se tourner plutôt vers des livres généralistes, à l’image des « Repères » publiés par la Découverte ou aux ouvrages de la collection « 128 » aux éditions Armand Colin. Ces documents constituent une sorte de « super état de l’art » qui permet de se faire rapidement une idée des enjeux (méthodologiques, analytiques et politiques) propres à ce champ, sans forcément se plonger pendant des mois dans la lecture de multiples références. Cela vous permettra également de repérer les références « incontournables » sur telle ou telle thématique. Elles sont d’autant plus identifiables que tout le monde les cite : en quelques articles, à force de les voir revenir dans chacune des bibliographies que vous consulterez, vous saurez qu’il sera nécessaire de les lire. Étant donné leur centralité dans le champ, ce serait une faute professionnelle que de ne pas les discuter en profondeur.

Notons qu’en citant à votre tour ladite référence, vous participerez vous aussi à renforcer le caractère incontournable de l’œuvre. Ainsi, certaines références deviennent parfois des marronniers vis-à-vis desquels il est nécessaire de se positionner, quand bien même l’approche retenue ne vous apprend au final pas grand-chose. Ceci peut paraître d’autant plus frustrant quand d’autres références semblent être passées complétement inaperçues dans l’histoire des idées de votre discipline. Il est possible de s’offusquer d’une telle injustice scientifique et tentant d’en faire le reproche à l’auteur concerné ou à tous ceux qui l’ont cité par la suite. Ce faisant, vous prendriez le risque de faire une faute professionnelle, en refusant de reconnaître l’apport de cette référence à la discipline (et en mettant en cause des générations de sociologues qui vous ont précédé). Une autre stratégie consiste alors à expliquer à vos lecteurs pourquoi la référence incontournable est intéressante mais incomplète (vous montrerez alors votre professionnalisme en faisant état de votre connaissance du champ), à montrer en quoi une autre référence méconnue s’avère plus pertinente (vous serez alors un-e « super professionnel-le » qui va plus loin que la lecture des « classiques »), mais aussi si cela s’avère pertinent de chercher à expliquer pourquoi cette seconde référence a été éclipsée au sein de la discipline (vous serez alors un-e super giga professionnel-le capable d’appliquer la démarche sociologique à votre propre discipline).

Des lectures par approches méthodologiques/analytiques

Centrale ou méconnue, ce n’est pas parce qu’une lecture est incontournable sur votre sujet qu’elle sera forcément la plus inspirante pour vous. En effet, avec un même sujet ou un même objet, il est possible de procéder à des enquêtes totalement différentes ! Et donc pas forcément inspirante. Ainsi, il est nécessaire de se tourner vers d’autres pans de la littérature, parfois davantage susceptibles de vous guider dans les difficultés pratiques que vous rencontrerez tout au long de votre recherche. Plutôt que se laisser guider par la thématique annoncée, on s’intéresse alors à la manière de traiter cette thématique, quelle qu’elle soit.

Exemple d’ouvrage méthodologique inspirant. Et inspiré. (Couverture non contractuelle).

Encore une fois, il est possible de se tourner vers des ouvrages généraux relatifs à la méthode. C’est sans doute le moyen le plus facile de trouver des astuces et ficelles concrètes pour répondre à vos doutes et interrogations. Au-delà des ouvrages généraux de méthodes qu’il est possible de lire très tôt pour se rassurer, vous pouvez également vous tourner vers des articles méthodologiques publiés dans les nombreuses revues académiques et qui se donnent pour tâche d’explorer un problème spécifique. Une autre astuce consiste à se tourner vers des documents qui restituent, dans un format relativement long, des enquêtes spécifiques : ouvrages issus de thèse, rapport d’enquête voire même mémoires de recherche. Il est en effet attendu de ces documents, dans des mesures variées, de revenir sur les difficultés méthodologiques rencontrées sur et en dehors du terrain[3].

Ces questions méthodologiques recouvrent souvent une dimension analytique particulière. En effet, quand bien même ces documents se concentreraient sur des difficultés « sur le terrain », les astuces et solutions proposées s’inscrivent généralement dans un type d’analyse particulier, dans une approche spécifique. Que vous vous revendiquiez d’une « école » spécifique, il peut être bon de jeter un œil aux livres ou articles « programmatiques », explicitant les spécificités de telle ou telle démarche. Si par ailleurs vous refusez un tel étiquetage, il reste nécessaire de garder à l’esprit que ces rivalités existent et de bien connaître votre place dans cet espace social. Une idée peut alors être de se tourner vers les publications de votre tuteur/tutrice ou directeur/directrice de recherche afin de prendre connaissance de ses propres attentes en termes de recueil, d’analyse et de restitution des données. Plus encore, il est possible de se tourner vers les « proches » de ce directeur/directrice, afin d’essayer de repérer quels sont les éléments (de méthode ou d’analyse) qu’ils et elles tendent à sanctionner (positivement ou négativement) de la même façon. Cette proximité scientifique se transcrit souvent physiquement : il est donc possible d’explorer les pages internet des laboratoires de recherche afin de voir qui sont les collègues directs de la personne qui vous encadre. Toutefois, l’affinité scientifique ne recouvre pas forcément l’attachement institutionnel. En explorant le CV de votre directeur/directrice, vous pourrez repérer ses co-auteurs et co-autrices réguliers, en vérifiant s’il s’agit de personnes appartenant à un même laboratoire (que ce soit ou non le cas, ce sont des informations importantes pour connaître la place occupée par cette personne dans le champ de la recherche… et donc de mieux connaître la votre). Ces pages du laboratoire font également apparaître les doctorant-es du laboratoire/de votre directeur ou directrice : il y a de fortes chances pour que ces collègues rencontrent exactement les mêmes préoccupations que vous, sur l’écriture ou toute autre pratique de la recherche. Ils et elles peuvent donc constituer des ressources précieuses pour obtenir ce type d’informations, sans avoir à se confronter à son encadrant ou encadrante (qui peut, dans certains cas, être tout aussi paralysante que la littérature scientifique dans son ensemble !).

En résumé…

Le choix des lectures (et des moments de la lecture) est motivé par deux critères : d’une part, le rôle supposé de la lecture et, d’autre part, son degré d’importance. Si le choix des lectures est un signe si important du professionnalisme du chercheur-se, c’est donc surtout parce qu’il s’agit d’un moment de hiérarchisation : un moment où l’on décide quelles sont les références que l’on va mobiliser et, au contraire, celles auxquelles on consacrera moins d’importance.

Reste que cette épreuve de professionnalité est très difficile à franchir. En effet, les deux critères évoqués précédemment restent subjectifs (en partie au moins) et, surtout, impossible à évaluer avant de s’être véritablement confronté à la lecture.

Face à ce problème, il faut donc ruser. Réussir à trouver des signes afin de guider nos choix. Comme cela a été dit, le recours à des livres « généralistes » (sur un champ, une méthode ou une approche) constitue une bonne astuce. Mais au-delà du contenu des ouvrages, il est également possible d’adapter sa manière de lire.

Comment lire ?

Il est possible d’adopter une grande diversité de manières de lire. Chacun et chacune sera plus ou moins à l’aise avec l’une ou l’autre de ces modalités, au point parfois d’ignorer les autres. Si cela n’est pas grave en soi, cela peut être à l’origine de pas mal de perte de temps (que ce soit parce que l’on doit relire un ouvrage pas lu assez attentivement, ou parce que l’on passe des plombes à lire un document finalement pas si intéressant). Tâchons donc d’expliciter un peu l’intérêt (et les limites) de ces différentes manières de lire.

Howard Becker se réjouissant de vous voir lire (mais curieux de savoir comment vous le faites).

La lecture « de fond »

La lecture de fond est particulièrement appropriée aux documents repérés comme les plus importants. Que ce soit en vue de se positionner pour ou contre, il est en effet nécessaire de pratiquer une lecture précise, serrée et attentive pour ne pas s’exposer à des sanctions négatives de la part des pairs. Dans ces situations, la lecture s’apparente finalement assez à une enquête empirique, où il s’agit d’observer l’argument développer, d’en retenir des verbatim pour ensuite pouvoir le restituer, l’analyser et le discuter. Tout comme pour l’analyse de matériaux empiriques, il existe alors différentes manières de faire, mais aussi différents outils susceptibles de vous aider dans cette tâche (pour exemple, voir l’article de Martineau [2015] qui propose un mode d’emploi d’utilisation du logiciel InVivo). Cela permettra peut-être d’éviter de se retrouver avec des dizaines de documents intitulés expéditivement « Notes.doc », éparpillés dans les différents dossiers de votre ordinateur.

La lecture « rapide »/ « en diagonale »

Il serait impossible, faute de temps, de réaliser une lecture aussi serrée de tous les ouvrages de nos bibliographies. Avant de se lancer dans une lecture approfondie et chronophage, il est préférable de se livrer à une première lecture « rapide », afin de se faire une idée du degré d’importance relative des différents documents.

Aussi rapide que soit cette première lecture, il est important d’en conserver une trace. Ce conseil n’a rien de particulièrement original, étant donné qu’il revient à dire « Faites une fiche des documents ». Il faut cependant reconnaître à ce travail de fichage un double avantage.

En premier lieu, cela permet de gagner du temps en retrouvant plus facilement ses réflexions et les extraits pertinents dudit ouvrage, y compris des mois après l’avoir feuilleté.

Mais surtout cela permet, en second lieu, de conserver une trace de vos intérêts à un moment donné. En effet, comme cela a été dit, on ne lit pas un texte de la même façon selon ses préoccupations spécifiques à un moment donné. Le fait de « ficher » un document permet donc autant d’en faire un résumé que de faire apparaître ses propres intérêts. Le fait de revenir sur ces traces permettra donc de voir l’évolution de son propre travail d’analyse, tout en donnant des pistes sur les éléments à approfondir (voire qui ont été totalement ignorés) dans le matériaux de base. Ainsi, le format et niveau de détail que vous retiendrez pour ficher le document seront significatifs de votre évaluation, à ce moment là, de l’importance de la référence concernée. Très concrètement, il est effectivement possible de fixer ce niveau de détail en se contraignant à produire des résumés à différentes échelles : compte-rendu général de l’ouvrage dans son ensemble, résumé des grandes parties, synthèse de chaque chapitre, compte-rendu à chaque sous-parties, etc.

La lecture des lectures des autres

Non seulement cette pratique de la fiche est importante pour soi-même, mais il correspond finalement à un format académique incontournable : la recension. Publiée dans une revue à comité de lecture, la recension écrite par un pair pourra ainsi constituer une ressource importante. On retrouve d’ailleurs en creux le double avantage souligné plus tôt.

Cela permet tout d’abord de se faire rapidement une idée de ce que contient un livre, à la manière d’un résumé rapide des différentes thématiques abordées. Se tourner vers les recensions permet ainsi de gagner un temps précieux en évitant de se livrer à une première lecture rapide des ouvrages[4].

Mais surtout, la recension permet de repérer les débats et enjeux associés à un livre. En effet, les recensions ne se limitent généralement pas à un simple résumé de l’ouvrage, mais surtout à souligner les points forts ainsi que les points faibles du document. Véritable discussion scientifique, la recension revient souvent sur d’autres références, potentiellement en conflit avec le document recensé. Vous arriverez alors, en quelques minutes de lectures seulement, à mieux comprendre comment se structure le champ scientifique sur cette question, mais aussi à ajouter de précieuses références dans votre liste « À lire ! »[5].

Que faire de toutes ses lectures ?

Vous avez donc déjà cumulé de nombreuses lectures et de plus nombreuses encore notes de lecture. Se pose alors un nouveau problème : que faire de tout ce matériaux ? Comment réussir à les restituer de façon à honorer les manières de faire de la profession ? La question mérite d’autant plus d’être posée qu’il n’y a pas vraiment de règles explicites (en dehors des conventions de citation… qui elles souffrent au contraire d’être très nombreuses !). Il serait donc difficile de prétendre ici affirmer ce qui doit être fait. En revanche, à partir d’expériences personnelles (les miennes et celles de collègues), il est possible de souligner l’existence de fautes a priori répandues, qu’il semble prudent d’éviter. Revenons ici sur deux de ces fautes, en espérant y trouver des éléments de compréhension des manières de (bien) restituer les lectures.

Première faute : le name dropping

Le name dropping est une pratique tentante. En effet, il y a de multiples raisons qui peuvent nous inciter à faire étalage de nos références, bien au-delà de l’usage de la référence elle-même.

  • Pour montrer notre appartenance à une école particulière tout d’abord, en accumulant les références aux chercheur-ses d’un même collectif de recherche.
  • Pour faire plaisir ensuite, en évoquant les travaux de nos ami-es, de nos collègues proches, ou encore de nos collègues qui, a-t-on entendu dire au détour d’un couloir, serait peut-être susceptibles d’évaluer notre papier.
  • Pour se faire plaisir enfin, en citant des travaux qui ont pu nous inspirer ou en citant des références qui font « bien », « classe » ou encore « sérieux ».
Howard Becker sceptique sur ces usages de la littérature scientifique.

Tous ces usages sont évidemment hautement sanctionnables, tant ils servent des stratégies plutôt que la réflexion scientifique. Mais si la stratégie constitue une faute professionnelle, peut-on vraiment en faire l’économie ? Dans un contexte où l’impact des articles fait l’objet de mesures d’objectivation toujours plus sophistiquées, ce serait en réalité commettre une faute professionnelle que de ne laisser aucune place à la stratégie ! Autrement dit, pour être un bon professionnel, il faut savoir citer stratégiquement, sans laisser paraître cette stratégie. Autrement dit : le name dropping est une faute… quand il se voit.

Seconde faute : l’effet catalogue

Si dissimuler la dimension stratégique est une chose difficile, réussir à rendre dynamique un état de la littérature l’est encore plus. En effet, alors même que l’exhaustivité des références est inatteignable, il est néanmoins attendu que le chercheur ou la chercheuse apporte des références variées. Difficile dans ces situations d’éviter le désastreux « effet catalogue » où l’on retient sa respiration avant de lâcher compulsivement de nombreuses références, tout aussi incontournables et pertinentes qu’elles se révèlent indigestes une fois accolées les unes aux autres.

L’effet catalogue est donc à proscrire mais, finalement, on pourrait se demander pourquoi. Quelle est la faute professionnelle que l’on nous reproche de faire quand on nous accuse de faire un catalogue de référence, en dehors du fait d’ennuyer son lectorat (ce qui n’est pas encore une faute professionnelle, même si on peut parfois le regretter) ? Il s’agit d’une faute de hiérarchisation. Pour comprendre cela, il faut insister sur une idée évoquée plus tôt : lire ce n’est pas uniquement voir du texte défiler devant ses yeux. C’est aussi faire des choix : choisir quels sont les textes que l’on va lire ; choisir ceux que l’on va utiliser ; choisir que telle idée et pertinente et telle autre non ; choisir un extrait pour l’utiliser ailleurs ; etc. Tous ces choix impliquent une évaluation des degrés d’importance relative de ces différents documents, en fonction de leur apport à la recherche. Ce travail de hiérarchisation permet de montrer l’intérêt de chacune des références non pas en soi (comme si un travail pouvait être « naturellement » bon ou mauvais), mais pour la recherche. Autrement dit, si le chercheur ou la chercheuse fait l’état de ses lectures, cela ne veut pas dire qu’il livre un résumé du contenu de ses lectures : il ou elle propose une restitution de tout son processus de lecture et des formes d’évaluation auquel il ou elle aura procédé durant celui-ci.

Une astuce pour éviter cet effet catalogue revient à s’interroger sur l’utilité de chacune des références données : pourquoi cette référence mérite-t-elle, plus qu’une autre, d’être évoquée ici ? Si la réponse n’est pas évidente à la lecture du texte, c’est qu’il faut expliciter l’usage qui est fait de la référence. Ou peut-être qu’il serait tout aussi pertinent de la retirer, même si cela peut être couteux vu le temps qu’aura nécessité sa lecture !

Ainsi, un choix raisonné et explicite de références permet de limiter les effets catalogues en prouvant au lecteur la capacité de l’auteur à choisir (et surtout hiérarchiser) ses outils[6].

Conclusion : poursuivre la dénaturalisation

Au terme de cet article, il semblerait que nous n’ayons qu’à peine entrouvert la boite noire dans laquelle se cachent les pratiques concrètes de recherche. Ces dernières, pour être pleinement comprises, mériteraient d’être décrites en finesse. Cela impliquerait la mise en place d’un dispositif d’enquête conséquent, au croisement de la sociologie des sciences et du travail. Il serait alors possible d’honorer l’objectif de dénaturalisation des activités scientifiques que nous appelions de nos vœux en début d’article.

Pour autant, cette petite incursion dans les coulisses de la lecture (et de son évaluation) aura peut-être permis à certains d’être (un peu) moins terrorisés par la littérature scientifique. Peut-être même qu’elle encouragera certains à suivre les conseils de Howard Becker, en leur donnant des pistes pour se servir de la littérature plutôt que de se laisser asservir par elle.

Cette conclusion pourrait probablement être moquée pour son optimisme, tant les pistes d’analyse sont modestes. Tant pis. L’accroissement de la réflexivité sur les pratiques de recherche semble être un objectif suffisamment louable et émancipateur pour que l’on prenne le risque d’être l’objet de moquerie !

¡Hasta la literatura científica siempre!

Howard Becker, révolutionnaire de la méthode sociologique (vue d’artiste).

Bibliographie

H. S. Becker, « Terrorisé par la littérature scientifique » in Id., Écrire les sciences sociales, Paris, Economica, 2004, pp. 143-156.

M. Burawoy, « Revisits: An outline of a theory of reflexive ethnography », American Sociological Review, n°68, p. 645-679, 2003.

P. Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, éditions du Seuil, coll. « Points – Essais », 1998 [1992].

P. Bourdieu, « L’épistémocentrisme scolastique », in Id., Les méditations pascaliennes », Paris, Seuil, 1997, pp. 64-75

J.-M. Decroly, L’état de l’art dans une recherche en sciences sociales, document de travail publié sur le site de l’université libre de Bruxelles, 2009. url : http://cafesig.ulb.ac.be/pluginfile.php/2343/mod_resource/content/1/SOA_JM.pdf

J.-L. Fabiani, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, éditions de l’ehess, coll. « Cas de figure », 2015.

C. Lemieux, « L’écriture sociologique », in S. Paugam (dir.), L’enquête sociologique, Paris, Puf (Quadrige), pp. 379‐402.

A. Martineau et M. Plard, Notice méthodologique pour réaliser un état de l’art en sciences humaines et sociales : Produire une analyse qualitative assistée en mobilisant Mendeley et Nvivo, Document de travail publié sur Hal, 2016. url: hal-01404173.

B. Ravon et P. Vidal-Naquet, « L’épreuve de professionnalité : de la dynamique d’usure à la dynamique réflexive », SociologieS [En ligne], mis en ligne le 16 juin 2016. url : http://journals.openedition.org/sociologies/5363.


[1] Ces personnes se seront d’ailleurs peut-être rendu compte qu’il existe déjà plusieurs documents proposant des conseils sur la rédaction d’un état de l’art. Il s’agit a minima de documents très généraux sur les « grandes parties » attendues dans un état de l’art (Decroly, 2009) ou, a maxima, des guides intégrant une partie technique relative à l’utilisation de logiciel spécifique (Martineau, 2015). Le présent article, en privilégiant l’entrée par les problèmes concrets rencontrés par les étudiant-es, vise à constituer un intermédiaire entre ces deux positions. Notons que les lecteurs et lectrices s’amuseront sans doute du fait que cet état de l’art sur la pratique de l’état de l’art n’a rien de très profond (au-delà de la mise en abime) en se retrouvant ainsi relégué en note de bas de page. L’auteur lui se contentera de souligner le fait que cela est révélateur du fait que l’état de l’art est si incontournable qu’il est impossible de lui échapper : même dans une publication réputée « non évaluée par les pairs », il a dû mettre en scène un état de l’art, alors qu’il savait que cela n’alourdirait que d’autant la lecture. Preuve que l’état de l’art est bien considéré comme un signe de professionnalisme avec lequel il ne faut pas plaisanter.

[2] L’expression même « état de l’art », par son parallèle avec le milieu artistique, devrait nous avertir du risque d’une naturalisation dans l’écriture de la sociologie. En effet selon Pierre Bourdieu (1998 [1992] ; p. 373-378), il y aurait chez les artistes une illusio, c’est-à-dire l’adhésion collective à des explications naturalisantes du mode de fonctionnement du champ (comme le talent, le don, etc.). Il est difficile, sans enquête approfondie, de conclure sur les effets de cet usage de l’expression « état de l’art » pour désigner le travail des références scientifiques. Reste que nous devrions être vigilant-es aux tendances à la naturalisation de nos pratiques d’écriture et de recherche. Et peut-être devrions nous également nous débarrasser de ce genre d’expressions certes jolies, mais finalement peu flatteuses au regard des attentes propres à notre profession.

[3] En ce qui concerne les livres, il est possible de se tourner vers des collections dédiées à ce type de document, à l’image des collections « Textes à l’appui/Enquêtes de terrain » (éditions de la Découverte) ou « Cas de figure » (éditions de l’ehess).

[4] Si les revues académiques accueillent chacune des recensions, notons la spécificité de la revue Lectures, consacrée exclusivement à cet exercice (url : https://journals.openedition.org/lectures/).

[5] L’importance de la place des recensions dans l’espace scientifique a notamment été évoquée par Jean-Louis Fabiani (2015 ; p. 9-17). Il convient par ailleurs de souligner qu’au-delà de la rubrique « Recension », certaines revues proposent également des espaces destinés aux débats théoriques, souvent dans des formats plus long (comme par exemple la catégorie « Débats » de la revue Sociologie).

[6] Le même conseil est proposé par Cyril Lemieux (2010 ; p. 388-391) à propos des outils empirico-conceptuels. En le suivant, une astuce consisterait non seulement à expliciter ses arbitrages relatifs au choix des références/concepts, mais aussi de s’imposer une économie du concept, en privilégiant la cohérence conceptuelle sur le nombre de références.

pierrenocerino

Doctorant et ATER à l'EHESS

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Parce que c’est mon projet (de recherche) !

La rédaction d’un projet de recherche est un passage obligé pour quiconque fait de la sociologie ou, plus généralement, des sciences. Tout-e chercheur-se doit se confronter régulièrement à cet exercice, que ce soit pour entrer en Master, en doctorat ou au CNRS, mais aussi pour lancer un groupe de travail, définir un programme de séminaire, organiser un colloque, etc.

Bien que commun, cela n’en reste pas moins un exercice difficile. En effet, le statut même du projet de recherche est, en lui-même, contradictoire : d’un côté il porte sur un projet en cours, donc non terminé voire même pas du tout commencé ; de l’autre le document doit apparaître, dans sa forme, comme abouti, terminé. Ainsi, le projet de recherche est un document finalisé à un moment donné, mais appelé par la suite à être transformé et modifié tout au long de la recherche[1]. Reste à savoir comment faire pour parvenir à figer les différentes versions de ce projet.

Le projet de recherche est un document à la fois achevé et inachevé. On parle de document de Schrödinger (Image via memegenerator.net)

Ainsi, le présent article vise à donner des pistes sur ce qui est attendu concrètement dans un projet de recherche. En cela, il pourra notamment servir aux candidat-es à l’EHESS, que ce soit pour l’entrée en M1/M2 ou pour candidater à une allocation doctorale. Il est probablement transposable à d’autres formations et disciplines. Il s’inscrit d’ailleurs à la suite de divers autres articles tout aussi utiles, dont nous ne saurions que trop recommander la lecture. Chacun de ces documents, que ce soit des commentaires généraux[2], des conseils associés à une discipline autre que la sociologie[3] ou des indications relatives à une formation spécifique[4], peuvent servir d’inspiration aux candidat-es soucieux-ses d’être guidé-es dans la production de leur projet de recherche.

Il s’agira donc, dans un premier temps, de comprendre à quoi sert un projet de recherche, de saisir quels sont les objectifs qu’il est censé remplir. Cela permettra alors, dans un second temps, de repérer les différents éléments qui doivent composer ce document.

À quoi sert un projet de recherche ?

Concrètement, un projet de recherche rempli deux fonctions :

  1. Donner une direction à son travail, savoir où l’on va.
  2. Trouver des moyens d’y aller (ou, pour le dire clairement : trouver des financements).

Ces deux objectifs impliquent que le projet de recherche prend tout son sens par l’évaluation à laquelle il va donner lieu. Un projet de recherche est certes important pour mesurer son propre avancement, mais sert surtout à soumettre cet avancement aux pairs. Ceci nous amène à déplacer légèrement la question : Qu’est-ce qui, concrètement, est évalué dans un projet de recherche ?

Une fois encore, la réponse est double :

  1. Évaluation de la capacité à réaliser une recherche.
  2. Évaluation de la capacité à écrire une recherche.

Ainsi, à travers le projet de recherche, ce sont les différentes étapes de la recherche qui font l’objet d’une évaluation : la capacité à recueillir et analyser des données d’une part et à restituer ces données d’autre part. Autrement dit, le projet de recherche a pour rôle de montrer à quel point le-la candidat-e est un-e professionnel-le de la recherche (ou aspirant-e professionnel-le). Tout l’enjeu est de réussir à montrer sa connaissance des usages et des fautes propres à ce milieu, et ce en quelques pages seulement[5] !

Un tel travail peut s’avérer paralysant, notamment quand il s’agit d’intégrer une formation destinée justement à enseigner ces différentes compétences. La seconde partie de cet article visera ainsi à repérer les différents éléments à intégrer, d’une façon ou d’une autre, dans ce type de document. Il ne s’agit donc pas tant d’un modèle à suivre que d’un ensemble de pièces qu’il s’agit d’agencer à la manière d’un puzzle. Peu importe donc la manière dont vous structurez votre projet de recherche tant que vous montrez à vos pairs lecteur-rices que vous savez quels sont les éléments importants à leur présenter pour qu’ils-elles puissent évaluer correctement votre projet.

Étudiant-e face à son projet de recherche – Allégorie
(via mooseyscountrygarden.com)

Assembler les pièces d’un puzzle

Il s’agira ici de s’attarder sur trois objectifs centraux d’un projet :

L’idée sera d’expliciter quelles sont les pièces nécessaires à aborder pour traiter de chacun de ces objectifs. Ce faisant, nous indiquerons certains risques ou pièges à éviter mais aussi, parfois, quelques astuces susceptibles d’aider dans la rédaction.

Trouver un sujet

Cela peut sembler évident : présenter un projet de recherche nécessite d’avoir un sujet ou un ensemble de thèmes de recherche dans lesquels le-la candidat-e annonce vouloir s’inscrire. Il est ainsi attendu du-de la candidat-e qu’il-elle sache repérer les thématiques importantes qui le concernent et de les rapprocher de son propre projet.

Bien qu’évident, ce point n’est pas sans difficulté. Il n’est par exemple pas rare de forcer la mise en lien avec certaines thématiques pour de mauvaises raisons. Il s’agit ainsi, par exemple, d’éviter l’évocation de thèmes uniquement parce qu’ils paraissent « à la mode », sans autre forme de justification.

Mais lun des principaux risques tient peut-être à la place du « Je » dans la présentation de ces thèmes. En effet, le choix d’un sujet est lié, d’une manière ou d’une autre, au parcours de chacun-e. L’évocation de ce parcours peut être une façon de mettre en récit son projet, notamment lorsqu’il faut expliquer un parcours « atypique ». Or, au delà de l’usage du « Je », la mise en scène de soi dans le cadre d’un document universitaire est toujours périlleuse étant donné la diversité des pratiques des chercheur-ses sur ce point. Quand certain-es y verraient une marque de réflexivité, d’autres pourraient l’interpréter comme le signe d’un égocentrisme déplacé.

Il est donc tentant de conseiller au-à la candidat-e de « trouver un équilibre » dans la mise en scène de soi comme acteur-rice de l’enquête. Conseil certes juste, mais également bien peu pratique (autant dire « débrouillez-vous… ») et très représentatif du problème (il faut choisir parmi une diversité de façon de faire, toute potentiellement bonne si elles sont justifiées). Comment faire alors ? Une astuce consiste à montrer que l’on a connaissance de cette diversité. En explicitant et motivant ses choix relatifs à la place du « Je », le-la candidat-e fera preuve de réflexivité sur sa place dans l’enquête, dans le recueil des données mais aussi dans leur restitution. Il-elle pourra notamment justifier de son choix à l’aide de divers documents sociologiques qui, avant lui, auront thématisé cette difficulté. En montrant sa connaissance de la diversité des pratiques de recherche et son souci de soumettre son propre arbitrage à ses pairs, le-la candidat-e enverra ainsi un signe fort de professionnalisme à ses pairs.

Ce que l’on appelle « l’état de l’art » est justement un autre de ces signes de professionnalisme. Il est en effet attendu du-de la candidat-e qu’il-elle fasse preuve de sa connaissance des travaux réalisés avant lui. Il-elle doit ainsi présenter un état de la littérature scientifique abordant chacune des thématiques qu’il-elle aura repérées. Est ainsi évalué la capacité du-de la candidat-e à repérer et discuter avec pertinence des documents académiques. Autrement dit, l’objectif est de montrer la volonté de s’inscrire pleinement dans un (ou plusieurs) champ(s) de recherche.

Étudiant-e terrorisé-e par la littérature scientifique – Allégorie
(Michel Foucault and Cat, Paris1, 978 par Martine Franck)

Cet exercice très académique peut s’avérer périlleux. Il est en effet compliqué de rendre dynamique la présentation successive de références académiques potentiellement nombreuses. Il est par ailleurs difficile de se décider sur le niveau concret de détails qu’il convient d’accorder à chacune de ces références. Une présentation trop rapide pourra donner une impression de « catalogue », voire même d’un vaste name-dropping censément flatteur (pour l’auteur qui étale sa connaissance des références académiques ou pour le lecteur qui retrouvera ses propres documents). À l’inverse, une présentation longue de chaque référence risque de rendre la lecture fastidieuse et de conduire au décrochage des lecteurs.

Encore une fois, il est tentant d’appeler le-la candidat-e à (se débrouiller pour) trouver un équilibre. Une astuce existe néanmoins pour cela : mesurer le degré d’utilité de la référence. Une référence n’aura d’utilité que si elle est utilisée, mobilisée concrètement par le-la candidat-e. Il existe une grande diversité d’usages possibles des références : se positionner théoriquement, expliciter un dispositif d’enquête, emprunter un concept,… Il convient donc d’expliquer aux lecteurs-rices l’usage qui sera fait de telle ou telle référence (et donc son utilité). Une telle démarche présente un double avantage :

  • premièrement, cela attestera d’une lecture attentive des documents cités ;
  • deuxièmement, cela aidera à donner de la cohérence à l’état de la littérature, les références étant mobilisées pour répondre à des objectifs précis.

Construire son objet

Trouver un sujet et le replacer dans la multitude des enquêtes préexistantes est un point important mais insuffisant. Une enquête ne peut en effet se définir uniquement par le(s) champ(s) dans le(s)quel(s) elle s’inscrit : elle doit également avoir une direction, un angle. Autrement dit, le-la candidat-e doit montrer sa capacité à passer d’un sujet qui l’intéresse à un objet construit scientifiquement. Il peut en cela recourir à deux outils, avec deux objectifs distincts.

Le-la candidat-e doit en premier lieu formuler une problématique ou, a minima, des questions de recherche. Ce faisant, il atteste de sa capacité à trouver une question, une énigme sociologiquement pertinente, c’est-à-dire une énigme qui nécessite la mise en place d’une enquête sociologique. Cependant, trouver une problématique est un exercice difficile. Exercice d’autant plus difficile que cette problématique est susceptible d’évoluer tout au long de l’enquête. Comment parvenir à fixer une question alors même que celle-ci n’aura de cesse de changer par la suite ? Justement en assumant le fait que cette question va changer. Il n’est en effet pas attendu du-de la candidat-e qu’il-elle trouve immédiatement « la bonne question » (comme s’il en existait qu’une seule de valable), mais qu’il-elle sache « poser de bonnes questions ». Pour cela, il-elle pourra se reporter à différents modes d’emploi spécifiquement consacré à la problématique. Par exemple, le chapitre « Problématiser » de Cyril Lemieux[6] ne donne pas moins qu’une « recette » pour construire sa problématique en quatre étapes. Ces conseils suivis, il restera à mettre en scène cette énigme, dans l’espoir de rendre la question si percutante que les évaluateurs-rices jugent nécessaire voire primordial d’accéder à la requête du-de la candidat-e en lui accordant une place dans la formation/une allocation de recherche.

Poser une question sociologiquement pertinente est une chose. Reste-t-il encore de savoir mettre en place des moyens pour y répondre. Ainsi, au delà de la problématique, le-la candidat-e peut dans un second temps proposer des hypothèses, des pistes d’explication. Ainsi, le projet de recherche n’est pas seulement un moyen d’évaluer les compétences du-de la candidat-e à poser une question mais aussi de voir sa capacité à y trouver des réponses. Tout comme la problématique, il ne faut pas voir dans ces hypothèses des éléments figés une fois pour toutes. Il ne s’agit pas tant d’apporter des réponses dans le projet de recherche (si les réponses étaient déjà trouvées, à quoi servirait-il de poursuivre ce projet ?) que de montrer un souhait de chercher des explications. Autrement dit, l’un des objectifs de ces hypothèses de travail sera, pour le-la candidat-e, de faire état de sa capacité à monter en généralité. Remplir cet objectif permet, une fois encore, de montrer son souhait d’inscription dans une communauté de recherche. Plus que de connaître les travaux précédemment réalisés, il s’agit de s’inscrire et de contribuer aux débats existants. L’idée est donc de montrer non seulement son intérêt pour un sujet donné, mais aussi une véritable volonté d’inscrire ce sujet dans un objet plus général, partagé par différentes personnes.

Étant donné le caractère central de ces deux éléments (construire une question et proposer des pistes pour y répondre), il convient d’être vigilant aux différentes difficultés qu’ils leur sont associés. Plusieures sont listées dans le chapitre précité, notamment en ce qui concerne le risque de formuler des questions descriptives ou scolastiques. En complément, nous nous arrêterons ici sur le risque d’un effet, déjà évoqué, de « catalogue ». Il est effectivement tentant, pour éviter de passer à côté de la « bonne » question ou de la « bonne » hypothèse, de faire une myriade de propositions. Cela peut également être un moyen de présenter, en toute sincérité, différentes pistes de travail parmi lesquelles le-la candidat-e n’aura pas su se décider. Cela n’en demeure pas moins une faute susceptible d’être sanctionnée par les évaluateurs-rices. En effet, quand bien même le-la candidat-e souhaiterait évoquer plusieurs questions et hypothèses, il-elle doit montrer sa capacité à les hiérarchiser. Cette hiérarchisation peut être explicite : le-la candidat-e peut tout à fait chercher à repérer une question générale, rattachant sa recherche à un champ plus vaste, mais aussi un ensemble de questions de recherches précises, qui attesteront de sa volonté de trouver rapidement des réponses concrètes et pratiques sur ses terrains d’enquête. Car tel sera la conséquence de cette définition d’un sujet et de la construction un objet de recherches : la nécessité de mettre en place une enquête empirique.

Élaborer un dispositif d’enquête

La dernière pièce du projet de recherche correspond donc à sa partie la plus « pratique » : le-la candidat-e doit montrer sa capacité à proposer un dispositif d’enquête susceptible de répondre au mieux aux questions qu’il a soulevées.

Étudiant-e exposant son dispositif d’enquête à son-sa directeur-rice – Allégorie
(via boardgamegeek.com)

En vue d’attester de ses capacités à mener une enquête, il est possible d’intégrer dans le projet de recherche des éléments empiriques issus d’une enquête exploratoire. Cela peut s’avérer compliqué si l’enquête n’en est qu’à ses balbutiements ou si le format ne permet pas d’être généreux sur les matériaux. Quand elle est possible, cette présentation de données empiriques est un atout considérable : elle permet, d’un même mouvement, de montrer une triple compétence attendue d’un chercheur en sociologie :

  1. La capacité à récolter des données pertinentes ;
  2. La capacité à analyser ces données (à les mettre en lien les unes avec les autres, à les traiter via des concepts) ;
  3. La capacité à restituer ces données de façon harmonieuse dans un document.

Malgré tout, il convient de mettre en garde le-la candidat-e contre plusieurs risques liés à cette mobilisation des matériaux. Ces derniers peuvent en effet desservir le-la candidat-e s’ils s’avèrent trop abondants, dans le sens où cela pourrait être interprété comme le signe d’un défaut de hiérarchisation des données. Il est ainsi attendu du-de la candidat-e qu’il-elle ne se livre pas à un simple « catalogue » (une fois encore) de données, mais qu’il-elle sache repérer les éléments les plus pertinents à porter à la connaissance des évaluateurs-rices. Cette sélection est une tâche particulièrement difficile : le-la candidat-e pourrait également faire l’objet de sanctions si les éléments qu’il-elle a sélectionnés s’apparentent à de simples « illustrations » de son propos, sans proposer de réelle analyse des matériaux. Ainsi, la mobilisation des matériaux est un moyen d’envoyer aux évaluateurs-rices des signes relativement implicites de compétences professionnelles relatives au recueil, à l’analyse et à la restitution des données.

Toutefois, il est aussi nécessaire d’expliciter ses compétences pratiques relatives au déroulement de l’enquête. Revenons sur chacune des étapes évoquées.

À propos du recueil des données tout d’abord : le-la candidat-e gagnera à évoquer les enjeux pratiques de cette récolte en évoquant les différentes méthodes qu’il-elle souhaite mobiliser. De cette manière, il-elle montrera une fois encore sa connaissance de la diversité des manières de faire et sa capacité à justifier de ces choix de méthode (tout en évitant comme précédemment de tomber dans le piège des méthodes supposément « à la mode » et, pourtant, parfois mal maitrisée). Plus encore, il-elle devra montrer une attention forte à la question de la faisabilité de l’enquête, en évoquant par exemple le temps requis par la récolte des données ou, tout simplement, en explicitant le degré d’accessibilité aux données. Il s’agit d’un point important pour éviter d’en « prévoir trop » ce qui conduirait à un projet de recherche complètement infaisable.

Concernant l’analyse des données ensuite : le-la candidat-e pourra évoquer les différents outils conceptuels qu’il-elle compte mobiliser dans l’analyse ou, à défaut, les angles qu’il-elle suppose pertinent. Toute la difficulté repose ici sur le fait d’anticiper des analyses ou des résultats, sans pour autant donner l’impression que l’on sait déjà ce que l’on va trouver. Une solution peut consister à distinguer différents « axes de recherche », permettant d’anticiper les contributions possibles à divers champs de la sociologie.

Quant à la restitution des données enfin : le-la candidat-e pourra évoquer les perspectives de valorisation envisagées pour son travail, que ce soit envers ses pairs (rédaction d’articles, participation à des colloques ou à des groupes de recherche spécifiques, etc.), ses enquêté-es (restitutions intermédiaires et/ou finales, rédaction de rapport ou de note, etc.) ou un public élargi. Cette étape de la restitution, parfois délaissée dans les projets de recherche, s’avère pourtant importante. Elle montre en effet un réel souci pour la valorisation des savoirs, dans et hors l’université. Ce point est loin d’être négligeable, notamment pour des évaluateurs-rices soucieux-ses de dénicher des futurs collaborateurs-rices prolifiques. Reste encore une fois à trouver un équilibre, cette fois entre ambition (multiplier les formats et les publics) et humilité (rester réaliste par rapport à la charge de travail que cela implique, voire aux compétences spécifiques liées à des formats originaux[7]).

Le-la candidat-e, en explicitant ses choix concrets relatifs à ces trois points (recueil, analyse et restitution), donne aux évaluateurs-rices une idée du « style » de chercheur-se qu’il-elle souhaite incarner. C’est, une fois encore, un moyen de montrer que l’on a connaissance de la diversité des manières de faire et, surtout, d’être en mesure de choisir parmi cette pluralité de pratiques possibles.

Afin d’être plus convaincant dans ses arbitrages, le-la candidat-e pourra mobiliser différentes ressources académiques. Il existe en effet pléthore d’articles méthodologiques relatifs à l’engagement ou à la posture du-de la chercheur-se, qui peuvent aisément être mobilisés pour défendre ces choix… une autre occasion de montrer son inscription (ou son souhait d’inscription) dans l’activité collective qu’est la recherche !

Conclusion

Cela a été évoqué à plusieurs reprises : il n’existe pas une seule façon de faire de la recherche. De la même manière, il y a forcément plusieurs manières de faire un projet de recherche. Ainsi, cet article est forcément partiel et partial. Il serait sans doute bénéfique pour les candidat-es de s’approprier les conseils proposés ici, notamment en les confrontant avec d’autres. En cela, l’aide d’un-e tuteur-rice ou d’un-e directeur-rice est un bien des plus précieux, qu’il ne faut pas hésiter à solliciter.

Un ultime conseil en guise de conclusion (et qui, de fait, résume tous les autres) sera d’inciter les candidat-es à développer une réflexivité sur leurs pratiques de recherche. Ce faisant, ils-elles seront davantage susceptibles de présenter et, surtout, défendre leur propre manière de faire de la recherche. Ils-elles agiront ainsi en « bon » professionnel, quand bien même leurs évaluateurs-rices prôneraient d’autres pratiques.

Auteur du présent article félicitant les personnes ayant réussi à finaliser leur projet de recherche, malgré les photos de chats inutiles et autres inepties – Allégorie
(Image via Youtube.com)


Notes :

Image de couverture : dessin de NOP (du blog Émile, on bande ?)

[1] Sur ce point, voir notamment J.-P. Olivier de Sardan, « Le projet de thèse. Un processus itératif », in M. Hunsmann & S. Kapp (dir.), Devenir chercheur. Écrire une thèse en sciences sociales, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Cas de figure », 2013, pp. 107-124.

[2] D. Courbet, « Comment rédiger un projet de recherche (thèse de doctorat, mémoire de master…) ? », Institut de Recherche en Sciences de l’Information et de la Communication Irsic/Imsic, Aix Marseille Université [en ligne], Version n°3, juin 2017. url : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01560460/document.

[3] É. Ruiz, « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ? », Devenir historien-ne. Méthodologie de la recherche en historiographie [carnet de recherche en ligne], 2011. url : https://devhist.hypotheses.org/238

[4] Par exemple, le carnet hypothèse de la mention « Genre, Politique, Sexualité » de l’EHESS, propose ainsi un certain nombre de conseils particulièrement transposables et utiles pour les candidat-es à la mention « Sociologie générale ». url : https://gps.hypotheses.org/redaction-dun-projet-de-recherche.

[5] Le nombre de pages attendues varie grandement d’une institution à l’autre. Il convient de bien respecter ce nombre de pages, généralement adapté à la manière dont les dossiers sont évalués. Si les évaluateur-rices attendent des documents de quelques pages, ils-elles ne prendront pas le temps de lire un document de 30 pages. À l’inverse, un document de 4 pages aura du mal à convaincre une commission qui attend des développements importants. Le nombre de pages demandé est donc un indice du niveau de détails attendu et de l’évaluation de compétences spécifiques (synthèse vs. explicitation). Dans un contexte où les commissions n’ont souvent qu’un temps limité pour évaluer les dossiers, le respect des formats est souvent un moyen rapide de faire le tri parmi les candidatures.

[6] C. Lemieux, « Problématiser » in S. Paugam, L’enquête sociologique, Paris, PUF, 2010, pp. 27-51.

[7] C’est notamment le cas lorsque ces écritures mobilisent des outils « inhabituels », comme la photographie, la vidéo ou le dessin. C’est cependant également le cas pour des formes d’écriture textuelle : écrire un texte destiné à un public élargi nécessite d’adapter largement ses manières de faire, notamment en s’adaptant aux contraintes propres à l’espace de publication (blogging ou micro-blogging, tribune dans la presse, long article dans un journal spécialisé, etc.).

pierrenocerino

Doctorant et ATER à l'EHESS

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces

Par Marion Ink, doctorante au CEMS, chargée d’enseignement au sein du master “Sociologie générale” de l’EHESS.

Ce billet a été écrit dans le cadre du séminaire de Marion Ink : “L’enquête sociologique par entretiens”, donné à l’EHESS en 2015-2016.
La lecture des retranscriptions des entretiens de chacun(e) des étudiant(e)s a permis d’identifier certaines « bonnes astuces » et « petites erreurs » des étudiant(e)s-enquêteur(e)s.
Nous remercions ainsi les étudiant(e)s de ce séminaire :
BONVICINI Laura, BOUVIER Ophélie, CHONAVEL Manon, CORON Justine, DEMIRDJIAN Léa , GALIBERT-LAINE Chloé, HELSENS Théo, ISHITSUKA Aurélia Milika , LESCHEVIN Théo, LONGO Mariana, LORMEAU Marine, NIEDDA Marie-Laurence, OLIVEIRA FERREIRA Lizandra, PANIS-LIE Julien, SANTINI Geoffrey, SESTITO Rosanna, USEO Matthieu, VANHOOREN Stéphanie et VISENTIN Sylvia, pour leurs retranscriptions d’entretiens, ainsi que leurs retours.

*             *

*

« L’Entretien Non- Directif de Recherche est une pratique sociale ou/et un dispositif de recherche dont la définition minimale est la suivante : c’est un entretien principalement entre deux personnes (il peut être étendu à un groupe), un interviewer et un interviewé, conduit et enregistré par l’interviewer. Celui-ci a pour objectif de favoriser la production d’un discours de l’interviewé sur un thème défini dans le cadre d’une recherche »  
BLANCHET Alain, GIAMI Alain, GOTMAN Anne et LEGER Jean-Michel, 1993, L’entretien dans les sciences sociales. L’écoute, la parole et le sens, Paris, Dunod, p.7

Ainsi, ces « trucs et astuces » ne sont conseillés que pour favoriser la production du discours de l’enquêté. Ces conseils sont à adapter selon l’entretien, l’interaction in situ, l’entretenu, la phase de l’enquête sociologique dans lequel s’inscrit l’entretien mené, etc. Continuer la lecture de Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces