Archives de catégorie : Expériences de séminaire

Arroyo Alexandar – Les archives, une source pour le sociologue

Par Alexandar Arroyo.

Dans ce billet, Alexandar Arroyo, étudiant en master « Histoire et civilisations », souligne l’intérêt pour les sociologues de mobiliser des matériaux d’archives, à condition de les traiter avec méthode et précaution. Ce texte est issu du travail qu’il a réalisé dans le cadre du séminaire « Introduction à l’usage des archives en sociologie ».

*                *

*

L’usage des archives n’a rien d’évident ni d’habituel en sociologie. La sociologie s’est érigée tardivement, au XIXème siècle, comme une science sociale autonome, et un des enjeux majeurs a été d’affirmer l’indépendance de cette discipline nouvelle face à des sciences sociales déjà institutionnalisées, en particulier l’histoire. La place des archives en sociologie porte la marque de ce processus. Alors que l’histoire a eu tendance à accorder un rôle central (et parfois excessif) aux archives, la sociologie a eu tendance à l’inverse à rejeter les archives au profit d’autres sources : le sociologue serait l’homme du terrain, abandonnant l’usage des archives à l’historien – on a même parlé d’une « mystique du terrain »1 .

Il faut cependant dépasser ces images préconçues : nous voulons montrer ici, en nous appuyant sur les textes de sociologues et d’historiens, que les archives sont des sources disponibles pour le sociologue, et qu’il ne faudrait pas les rejeter en raison des représentations qui ont accompagné la fondation de ces disciplines. Par ailleurs, la pratique croissante de l’interdisciplinarité en sciences sociales tend, sinon à remettre en cause, du moins à brouiller les frontières entre disciplines, et l’emprunt de méthodes est sans doute plus facile de nos jours. Le sociologue peut mettre à profit les apports de l’histoire et l’expérience des historiens avec les archives, tout en s’inscrivant dans une démarche clairement sociologique.

Qu’est-ce qu’une archive ? Questions de définition.

Travailler avec des archives implique de bien connaître les sources auxquelles on a affaire. On peut ici rappeler la définition juridique, en France, des archives :

« Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité. »2

Cette définition, très large, permet de saisir plusieurs aspects des archives : elles sont produites, elles sont d’abord un document qui a un usage et une finalité propres, et enfin elles sont conservées. Leur production est historiquement située : ce sont des documents produits dans un certain contexte, et pour répondre à un besoin précis. Et ces documents ne deviennent des archives que dans un second temps, lorsque leur conservation est organisée.

Le cas le plus fréquent est celui des archives publiques, qui organisent systématiquement la collecte et la conservation des archives des administrations d’État. Dans ce cas, les archives sont plus que des documents : elles ont aussi un rôle politique, comme symbole de l’État et de sa continuité. Ces enjeux de souveraineté ont été analysés par l’historienne Sophie Cœuré dans La Mémoire spoliée3 à propos des archives françaises spoliées par les autorités d’occupation allemandes durant la Seconde Guerre mondiale, puis par les troupes soviétiques à la fin de la guerre : l’archive devient un trophée, au service de la politique nazie, puis soviétique. Un État, une institution créent des fonds d’archives qui participent de leur légitimité. Tous les États ont des « Archives nationales » ou « Archives d’État », et il n’est pas rare qu’un chercheur étranger doive passer par l’ambassade de son pays pour y avoir accès : les archives de l’État sont à la fois un patrimoine national (en principe librement accessible à tous les citoyens), et un attribut de la souveraineté étatique, d’où la volonté de contrôler l’accès aux archives.

Mais la conservation peut aussi se faire dans un cadre privé, avec des finalités diverses : la reconnaissance de droits, la mémoire, voire ce que l’anthropologue Michel Naepels appelle la « piété familiale »4. Le lieu de la conservation est alors important : dans les fonds d’archives, ce sont des archivistes professionnels, avec leurs techniques propres, qui organisent les fonds ; dans des collections privées, on peut se trouver face à des archives sans véritable organisation. Et si l’accès est encadré par la loi pour les archives publiques, il est à la discrétion des détenteurs pour des archives privées. Ce n’est pas sans problèmes pour le chercheur : son travail est-il totalement libre, si l’accès à ses sources peut lui être refusé à tout moment ?

La définition légale de l’archive évoque la question de la « forme » et du « support » : tout type de document peut devenir une archive dès lors qu’il est conservé à cette fin. Il faut donc être attentif à la nature du document conservé. Il est vrai que les archives, dans les représentations comme dans la réalité des fonds existants, sont majoritairement des documents écrits. Toutefois, de plus en plus de documents électroniques, sonores ou visuels, sont conservés aujourd’hui, et suscitent un réel intérêt. Sous le terme unique d’archives, on trouve une grande diversité de documents, et c’est en fait la conservation qui constitue l’archive.

Quelle méthode face aux archives ?

« L’archive ne “dit” rien au sociologue, hors d’une problématique et d’une réflexion donnée » souligne à raison la sociologue Liora Israël dans « L’usage des archives en sociologie »5. Elle critique l’illusion d’une transparence des archives. C’est au contraire un des pièges possibles : penser que le document ancien nous met en contact, sans filtres, avec la réalité du passé. Nous l’avons vu, l’archive est produite dans un contexte précis, par des acteurs situés et pour des finalités qui leur sont propres ; et elle est conservée dans un certain cadre. L’usage des archives doit donc s’accompagner d’une réflexion sur la production et sur la conservation.

Les archives et leur production : une nécessaire contextualisation

Comme l’écrit Liora Israël, l’usage des archives doit s’accompagner d’une « sociologie des archives » : ici sociologues et historiens partagent un certain nombre de méthodes, de techniques afin d’opérer un travail critique sur le document. Le chercheur doit expliciter la situation dans laquelle sa documentation est produite. Cela implique de reconstituer un contexte de production, d’interroger la situation sociale des acteurs, l’histoire et la position des institutions concernées, mais aussi les représentations, les discours qui circulent dans une société donnée. Une solide connaissance du contexte historique est également indispensable.

Par ailleurs le document n’est pas produit pour lui-même, mais pour répondre à des motivations, des intérêts qui jouent un rôle déterminant. On doit s’intéresser non seulement à l’auteur, mais aussi au destinataire du document. C’est d’autant plus vrai pour des archives d’administrations publiques : dans la masse des documents adressés à un ministre par exemple, seule une petite partie est réellement lue par celui-ci ; il faut alors se demander quel bureau, quel service a effectivement reçu et lu ce document. Il est nécessaire de connaître le fonctionnement concret des institutions dont on utilise les archives pour bien comprendre et utiliser ces sources.

Et même lorsque ces documents ne semblent pas destinés à être lus, ces questions se posent, car l’acte même d’écrire est significatif. Travaillant sur des archives missionnaires, Michel Naepels rappelle que « rien n’oblige un missionnaire à s’intéresser aux croyances païennes ou aux cultures anciennes, et le cas échéant, rien ne l’oblige à en témoigner par écrit »6. Les « ego-documents » (journaux intimes, mémoires) n’échappent donc pas à cette analyse : il faut être attentif aux informations que donne le document, qui peuvent être biaisées par la situation de production, mais aussi à ce que le texte ne dit pas. Le plus difficile est alors de repérer les silences, les manques d’une documentation ; et comme le montre l’historienne Arlette Farge dans Le Goût de l’archive7, ces silences sont parfois tout aussi significatifs que le contenu même des archives.

La conservation des archives : pourquoi et comment archiver ?

La conservation des archives ne va pas de soi : la manière dont elle est effectuée joue un rôle dans notre perception des sources. La conservation s’est accompagnée d’un tri, une sélection, le plus souvent motivés par l’intérêt prêté, à ce moment-là, à un ensemble de documents. Mais il arrive parfois que le tri soit fait dans l’intention de cacher ou de mettre en avant certains documents plutôt que d’autres, notamment pour des périodes historiques troublées : l’historien Marc-Olivier Baruch montre ainsi que sous Vichy, des papiers ont été détruits par des membres de l’administration qui avaient intérêt à cacher leur participation à certaines décisions8. L’accès aux archives de ces périodes a souvent provoqué des débats importants : là encore, on voit que les archives sont un enjeu de pouvoir, et l’accès peut être plus difficile pour le chercheur dès lors qu’il travaille sur des sujets « sensibles ». La tendance est cependant à la réduction des délais de communications pour la plupart des archives publiques en France.

Une autre précaution concerne l’archivistique elle-même. La question se pose le plus souvent pour les inventaires qu’utilise le chercheur, et qui sont d’une aide précieuse dans son travail. Comme le souligne Liora Israël, les inventaires sont établis indépendamment des problématiques du chercheur, et c’est là leur limite. Mais la question de la science archivistique devient plus cruciale dans un cas comme celui des archives soviétiques, évoqué par Sophie Cœuré : celles-ci ne respectent pas le principe du respect des fonds (laisser intact les collections provenant d’un même individu ou d’une même institution), et trient les documents en fonction de leur « usage opérationnel ». Cet exemple limite nous montre qu’une réflexion sur l’archivistique peut s’avérer utile dans certains cas, mais aussi que des pratiques qui semblent aller de soi, celles de l’archivistique occidentale, sont des constructions sociales et culturelles, qu’il faut garder à l’esprit.

Les archives, une source pour le sociologue ?

« L’archive n’est pas une méthode, elle est un type de document », rappelle Liora Israël. L’archive n’est donc pas essentiellement une source pour l’historien et réservée à celui-ci. De même que les historiens ont au cours des dernières décennies repris certaines techniques privilégiées de la sociologie (par exemple les entretiens), de même rien n’exclut que le sociologue puisse faire un usage fécond des archives. Le chercheur doit garder à l’esprit sa problématique lorsqu’il aborde les archives : c’est la problématique, ainsi que la méthode d’analyse qui sont proprement sociologiques, et non pas les sources utilisées.

La constitution du corpus de sources est au cœur de ce travail, et elle est déterminante pour la recherche effectuée. Liora Israël évoque ainsi la frustration du chercheur confronté à l’écart qui existe entre ses questionnements, et les faibles réponses d’une documentation qui n’a pas été produite pour lui : le chercheur doit alors tâtonner pour construire dans les limites de la documentation disponible le corpus qu’il va étudier, en fonction d’une problématique qui guide ensuite la lecture et l’analyse. Elle prend l’exemple d’un classique de la sociologie, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique9, qui s’appuie sur des documents issus d’archives : correspondances, articles de journaux, courriers de lecteurs, rapports produits par des organisations. On voit ici la diversité de la documentation disponible dans les fonds d’archives privés ou publics, et cette diversité peut être féconde pour le chercheur.

En pratique, il faut également souligner que l’usage des archives peut se faire de plusieurs manières, que la lecture des sources peut varier. La distance par rapport au texte peut ainsi être très différente, entre le sociologue qui utilise les archives pour construire des statistiques et celui qui lit le document de près pour étudier des « cas » individuels. De même, le chercheur peut s’intéresser au document pour son contenu, mais aussi travailler sur les discours, les représentations des acteurs concernés. Il peut également opérer un « déplacement du regard », comme le fait le sociologue Olivier Masclet10, lorsqu’il étudie les annotations faites par le maire communiste de Gennevilliers, dans la marge d’un document produit en 1972 par son administration au sujet de la main-d’œuvre immigrée dans la commune. Ces annotations révèlent l’écart entre le discours officiel de la mairie contre les « marchands de sommeil », et un discours informel, en marge du document, où la présence d’une population immigrée est perçue comme un coût économique pour la commune, mais aussi une menace pour les autorités communistes, en raison de leur rejet par la population française de Gennevilliers. Le détail dans la marge est alors le véritable objet du chercheur, plus que le document lui-même.

Le « paradigme indiciaire » théorisé par l’historien Carlo Ginzburg peut alors se révéler particulièrement intéressant : pour le chercheur, le plus intéressant est parfois le détail difficile à trouver, qui « cloche », qui dénote dans un document, et qui ouvre une nouvelle piste. Du reste, le travail de Carlo Ginzburg dans Le Fromage et les Vers11, montre bien que pour un chercheur attentif aux indices, même des archives clairement institutionnelles (les archives de l’Inquisition italienne chez Ginzburg), peuvent se prêter à des problématiques qui sont communes à l’histoire et à la sociologie (la culture des classes populaires, la question de la lecture et de la réception…).

Conclusion

Il faut donc insister sur l’extraordinaire diversité des usages possibles des archives, et sur le fait que c’est la problématique, les méthodes employées, qui rendent le travail du chercheur sociologique, plus que le type de matériau qu’il emploie. Les archives sont produites par des acteurs sociaux, dans un contexte donné : elles disent quelque chose de la société qui les produit, pour qui les aborde avec des questionnements et des méthodes adéquats. On voit aussi clairement les apports possibles de l’interdisciplinarité entre histoire et sociologie, en particulier pour des travaux qui se situent au croisement des deux disciplines : socio-histoire, histoire sociale, histoire culturelle… Soulignons enfin, à la suite de Liora Israël que le sociologue lui-même peut devenir producteur d’archives, et que la conservation des archives des sociologues est un vrai enjeu pour la recherche, permettant le débat, la réexploration d’un terrain, mais aussi une histoire de la sociologie et de sa constitution.

Références

1 Cacciari, « Jean-Louis Fabiani,La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 mai 2015, consulté le 09 décembre 2016. URL :

2 Article L211-1 du Code du Patrimoine [voir http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/archives-publiques/lois, consulté le 9 décembre 2016]

3  Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique (de 1940 à nos jours), Paris, Payot, 2007

4 Michel Naepels, « Contextualiser les archives missionnaires : quelques remarques méthodologiques », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 21 août 2008, consulté le 03 mai 2016, § 6. URL : http://ateliers.revues.org/1882 ; DOI : 10.4000/ateliers.1882.

5 Liora Israël, « L’usage des archives en sociologie » dans Serge Paugam (éd.), L’Enquête sociologique, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 167-185.

6 Michel Naepels, « Contextualiser les archives missionnaires… », § 3.

7 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1989, 156 p.

8 Marc-Olivier Baruch, « Introduction » dans Jean-Pierre Azéma, Marc-Olivier Baruch, et Madeleine Rebérioux, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, p. 13-19.

9 William I. Thomas et Florian Znaniecki, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’un migrant (Chicago, 1919), Paris, Nathan, 1998

10 Olivier Masclet, « Une municipalité communiste face à l’immigration algérienne et marocaine », Genèses, décembre 2001, vol. n°45, no 4, p. 150‑163.

11 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les Vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Aubier, 2014 [1e édition : Carlo Ginzburg, Il Formaggio e i vermi : il cosmo di un mugnaio del’500, Turin, G. Einaudi, 1976]

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

Bass Lilas – Saisir et interpréter le travail de sélection des manuscrits dans l’édition littéraire

Lilas Bass est étudiante au sein de la mention GPS du Master de sociologie . Elle propose ici un retour sur un texte préalablement discuté dans le cadre d’un atelier d’analyse de matériaux animé dans le cadre du séminaire « De l’enquête au texte ». Par le recours à des matériaux originaux, issus de cartographies ou de dispositifs de comptage, Lilas objective des formes de division du travail à partir d’une étude fine de l’organisation spatiale des activités dans une grande entreprise d’édition. 

*             *

*

Face au paradoxe d’une pratique d’écriture (et de lecture) majoritaire chez les femmes et d’un moindre accès des femmes à la publication littéraire[1], j’ai souhaité remettre en cause l’idée « romantique » selon laquelle « le talent n’a pas de sexe », et m’inscrire dans la tradition en sociologie de l’art qui consiste à saisir les leviers sociologiques et historiques de construction de la valeur littéraire.

Pour déplacer le regard et ne pas me focaliser sur le travail artistique à proprement parler (la question ayant déjà été abondamment traitée dans des travaux antérieurs[2]), je me suis demandé si les premières instances de légitimation littéraire (les maisons d’édition) n’étaient pas le lieu premier de constitution d’une valeur littéraire genrée.

Le présent travail propose plus particulièrement de rendre compte précisément des pratiques de sélection des manuscrits au sein des maisons d’édition littéraire, et à ce titre d’étudier, grâce aux outils développés par la sociologie du travail, l’ensemble des pratiques professionnelles, des réseaux de sociabilité et de toutes les « conventions »[3] professionnelles qui concourent à déterminer ce qui constitue la « valeur » en littérature française contemporaine. En d’autres termes : quels sont les acteurs impliqués dans la sélection des manuscrits ? Quel est le poids relatif de chacun de ces acteurs dans le processus décisionnel de publication ? Comment procèdent-ils pour sélectionner les manuscrits ?

Continuer la lecture

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Le précédent billet publié sur ce carnet présente le principe de l’atelier d’analyse de matériaux organisé au sein du séminaire « De l’enquête au texte ». Marine Gilis est étudiante au sein de la mention GPS du Master de sociologie et s’est essayée la première à cet exercice en soumettant à la discussion collective une série de plans qu’elle a artisanalement confectionnée au cours de son enquête de terrain, et dont il lui est apparu qu’ils constituaient une ressource heuristique pour déployer une analyse originale. Elle revient dans ce texte sur ce que ces plans lui permettent d’attester relativement au travail de terrain mené au sein du Centre lesbien de documentation et d’archives (CLDA). Suivront une série d’autres billets produits à l’issu de ces ateliers qui permettront, nous l’espérons d’attester de l’intérêt de s’arrêter collectivement sur cette opération centrale de l’analyse de matériaux.

*             *

*

Après une licence d’histoire, j’entre en 2014 master sociologie spécialité Genre, Politiques, Sexualités à l’EHESS. Je choisis la sociologie pour découvrir et mettre en pratiques de nouveaux outils méthodologiques. Je connaissais le travail en archives, la construction d’un état de la littérature, et je découvre les entretiens. Intéressée par la photographie ethnographique, il m’est apparu pertinent de photographier mon terrain. Je travaille en effet sur un collectif, constitué en association loi 1901 depuis 1985, qui a pour nom Centre lesbien de documentation et d’archives (CLDA). Composée d’une dizaine de personnes, ce collectif a pour objectif de collecter, conserver et transmettre la mémoire lesbienne. « Les archiveuses » est un terme inventé par ce collectif pour dénommer les bénévoles qui le compose. Ces archiveuses se réunissent chaque jeudi soir au Foyer pour Toutes d’Autreville, espace non-mixte réservé aux femmes, où elles tiennent deux salles. Une salle se situe au rez-de-chaussée et sert de bibliothèque et d’accueil au public, la salle du sous-sol est le lieu de conservation des archives. Je voulais observer le lieu mais aussi les personnes dans leur travail et leurs déplacements.

Des photographies au plan des lieux : genèse d’un outil

Une dizaine de personnes, c’est suffisamment peu pour permettre à toutes de se connaître au sein de ce collectif relativement fermé sur lui-même. Les visiteuses sont rares mais je suis, malgré tout, très vite intégrée comme stagiaire, puis comme bénévole, ce statut me permettant d’endosser un rôle d’observatrice participante. Au fil des observations, il m’est apparu intéressant de parler de leurs gestes, de leurs savoir-faire, et des relations qu’elles nouent entre elles, afin de donner à voir ces pratiques militantes et « professionnelles ». Le recours à la photographie s’est, en quelque sorte, alors imposé pour figer dans l’image ce que j’avais du mal à saisir dans mes carnets de terrain. Les archiveuses ont, pour la grande majorité, comme point commun de ne pas se mettre en avant, de ne pas souhaiter être visible. ll m’a alors semblé difficile de négocier de les prendre en photo. Elles refusent en outre toute possibilité d’apparaître sur le site de l’association ou sur leur page Facebook, il m’aurait été impossible de faire apparaître certaines d’entre elles dans un travail de recherche. Je me trouvais donc dans une impasse. Quelques temps après, pendant un séminaire à l’EHESS, une chercheuse évoquait son travail photographique, elle avait pris des clichés successifs de l’emplacement d’une station de bus devant une gare et avait analysé la répartition des personnes dans l’espace, en fonction du genre notamment. Peu à peu m’est venue l’idée que je pouvais figurer des personnes dans l’espace sans que cela soit figuratif, sans que j’aie besoin de prendre des photographies. J’ai alors dessiné un plan des salles du CLDA, sur lequel je reportais des cercles de couleur pour représenter chaque archiveuse. Je pouvais dès lors les représenter dans l’espace et ainsi étoffer mes notes de terrains ainsi que les analyses que j’escomptais pouvoir en tirer.

Plan détaillé de la salle du rez-de-chaussée : 

image-marine-2 image-marine-1

 

Comment lire ces plans ?

Les couleurs utilisées n’ont aucune signification symbolique, il s’agissait de prendre une couleur par personne, de préférence claire pour pouvoir inscrire un chiffre à l’intérieur qui soit visible. Les numéros permettent de rendre compte de la temporalité du déplacement. Le 1 correspond au premier endroit où la personne s’est arrêtée, le 2 au deuxième endroit, etc. Par arrêt j’entends une occupation de l’espace significative en termes de temps (supérieur à 5 minutes) et/ou significative en termes d’utilisation (position qui donne sens au processus de déplacement où à l’activité de l’archiveuse représentée).

Hachures: les zones hachurées en diagonales correspondantes à des endroits qui ne font par partie intégrante de l’espace dit du CLDA, cela correspondant à des escaliers ou un cagibi. Les zones hachurées verticales correspondent à des espaces de travail (bureau, table). Les hachures mettent en relief ces emplacements, soit pour signifier qu’ils sont à la marge et pas utilisés dans le cadre des activités propres au CLDA, soit au contraire pour mettre en valeur des zones centrales par rapport à ces mêmes activités.

D’un aide-mémoire à un aide-analyse ; du carnet de terrain au mémoire de recherche

Cet outil original était d’abord destiné à une utilisation très personnelle et heuristique, je ne pensais pas l’intégrer dans mon mémoire. Mes objectifs étaient de rendre plus fiable mon observation. En manque de confiance par rapport à une expérience débutante en sociologie, j’ai voulu utiliser deux points de vue, celui de la retranscription écrite et celui de la représentation visuelle. Cela m’était d’autant plus utile qu’il ne m’était pas toujours permis de retravailler mon observation le jour même ou le lendemain, visualiser à nouveau les déplacements des personnes dans la salle me permettait de me remémorer plus facilement les détails, de mieux les comprendre. J’ai ensuite remarqué que certaines choses décrites de façon linéaire n’ont parfois de sens qu’une fois corrélées avec une description précise des déplacements. Certaines choses devenaient visibles grâce à cette sorte de seconde observation. Ce qui ne peut être clairement décrit par le texte, peut émerger visuellement, comme le fait que par exemple certaines des enquêtées se retrouvent souvent par binôme dans leurs activités, même dans le cadre d’activités qui ne s’y prêtent pas, et ces binômes sont souvent les mêmes. Ça me permettait également de voir qu’elles étaient les zones mortes, celles où les archiveuses ne vont pas ou très peu, ainsi que les zones de vie, comme la table qui est centrale et qui concentre la plupart des cercles de couleur. Enfin il m’était possible de superposer les plans et me concentrer sur une personne, un binôme pour corréler ces observations avec des informations sur leur profession, ce que j’ai pu entendre pendant les entretiens, etc.

C’est outil créé pour me mettre en confiance s’est avéré très heuristique et je l’ai finalement intégré progressivement à mes analyses de manière plus systématique. En plus des objectifs que je m’étais fixés et auxquels cet outil répondait parfaitement, j’y ai progressivement trouvé d’autres intérêts. En effet, il permet d’élargir la connaissance globale que j’avais de toutes les archiveuses. Toutes n’ont pas répondu positivement à mes demandes d’entretiens, certaines se dévoilaient plus que d’autres. Cela me permettait d’instaurer un équilibre dans mon observation, car je devais analyser chaque personne en présence, et pas seulement les plus actives et collaboratives. Je me demandais alors systématiquement pourquoi une telle va vers là, tandis qu’une autre n’y va jamais, etc. J’ai pu ainsi approfondir mes connaissances sur toutes les enquêtées : ces déplacements reflètent-ils un intérêt personnel ou professionnel ? Les lieux en disent long sur l’activité professionnelle, notamment celle en prise avec le public : Qui gère le public, qui se met à l’écart ? etc. J’ai pu repérer des utilisations incohérentes de l’espace. Les visiteuses et archiveuses sont en effet regroupées autour de la même table, on y colle, découpe, colle, trie, écrit, lit, discute… Ainsi, les lieux de travail, de détente et de discussion ne sont pas séparés. De même, deux des enquêtés ne connaissent que très peu le fonds d’archives, mais pourtant on peut voir qu’elles y vont quelques fois. Qu’y font-elles? Leur présence révèle une autre utilisation « détournée » du lieu, deux caisses d’alimentation sont conservées au milieu des cartons d’archives, et servent les soirées où les archiveuses décident de manger sur place. Concernant les binômes, les plans donnent à voir les affinités. De retranscrire objectivement et sans analyse des plans de déplacements me permettait de me protéger vis-à-vis des enquêtées par rapport à leurs éventuelles réactions. Ce travail m’a aussi demandé d’aller plus loin dans ma connaissance du terrain. J’ai compris que si Axelle et Armelle sont souvent côte à côte, c’est qu’elles appartiennent à la même classe d’âge, travaillent toutes deux dans des centres de recherches et se voient en dehors des permanences ; si Mathilde et Lucienne forment un binôme, c’est qu’elles habitent pas loin l’une de l’autre et rentrent en voiture les jeudis soirs ensemble. D’autres apparaissent par contrastes être des électrons libres réduisant leurs contacts aux aléas de la situation.

Les plans comme outils par définition limitée : se pencher sur le dehors des cartes

J’ai toutefois été confrontée à des obstacles que j’ai pu évoquer en séminaire, ces difficultés ont fait l’objet d’échanges qui m’ont permis d’aller plus loin dans ma réflexion et qui ont fait émerger quelques solutions. Il ne m’a pas été possible, par exemple, d’observer la totalité de l’espace du CLDA qui est divisé en deux. Il aurait aussi été intéressant de prendre en compte les déplacements à l’intérieur du Foyer pour Toutes, puisque les archiveuses y passent nécessairement (les couloirs, l’entrée, les toilettes) et certaines l’utilisent périodiquement (la cuisine quand les archiveuses décident de manger sur place, la grande salle pour étaler les affiches et préparer une exposition, où quand le groupe de préparation du colloque préfère se réunir à l’écart du reste pour moins de bruits et de dispersion de l’attention, les couloirs pour discuter de choses plus personnelles). De manière plus générale, il a été difficile de réaliser ces plans en cas d’affluence massive de visiteuses. Au fil des discussions il m’est apparu un peu ambitieux de vouloir tout rendre visible, les choix que j’ai réalisés, même s’ils ont été contraints par la technique, ne sont pas moins pertinents. Il a été remarqué également que le temps d’observation n’est pas toujours le même, il varie d’1h30 à 2h30 dans le cas de mes observations. Les observations ne sont donc pas tout à fait homogènes, ce qui rend délicat toute tentative de comparaison. En effet, si chaque point représente un arrêt, certains durent 5 minutes, d’autres une heure. Je n’ai pas trouvé encore de moyen simple et lisible de rendre compte de la durée. Enfin d’un point de vue technique, lors du séminaire mes plans initiaux n’ont pas paru toujours très lisibles à certains, du moins d’un point de vue architectural. Cette méthode demande des connaissances techniques, la maîtrise de logiciels de réalisation de plan. Il m’a été alors suggéré de faire des plans à la main (voir plan détaillé du rez-de-chaussée ci-dessus).

Ces échanges durant le séminaire ont non seulement servi à chercher des solutions aux difficultés rencontrées, mais ont également permis de réfléchir ensemble sur l’utilisation de cet outil afin de l’améliorer et de permettre à d’autres de l’utiliser de façon pertinente. Je n’avais pas pensé à la réception, par les enquêtées, de cette méthode et des analyses qui ont résulté de son utilisation. Une des étudiantes m’a demandé si j’avais montré ces plans aux enquêtées et quelles étaient leurs réactions. Se reconnaissent-elles dans ces déplacements ? En ont-elles une vision différente ? Comment les interprètent-elles ? Ce travail n’a pas encore été réalisé, mais il le sera sûrement dans le mémoire.

Conclusion. Variantes de la méthode

Cette méthode peut sans doute être déclinée en fonction de tous les besoins. Je m’en suis en effet servie d’une manière spécifique. On peut travailler en zones « chaudes » et zones « froides ». C’est-à-dire que pour rendre compte de la dispersion des archives du CLDA, il m’a été possible de colorer les espaces en bleu pour les zones où il n’y a aucune archive de l’association et en rouge les zones où celles-ci-sont regroupées. On peut affiner les critères avec autant de couleurs que nécessaires, et leur donner un sens symbolique, pratique. Il est possible de faire la même chose en fonction du temps passé par individu ou même par le groupe dans une zone précise. Dans le cas de la salle du rez-de-chaussée, la table centrale serait entourée de rouge, et plus on va vers les armoires, plus les zones sont claires, avec également autant de nuances que nécessaires. Que ce soit au niveau de l’utilisation des couleurs (utilisation pratique, symbolique ou non significative), des formes géométriques (même forme pour toutes les personnes, différentes formes pour différentes catégories de personnes, etc.) ou du jumelage avec d’autres techniques (photographie, statistiques, récit d’observation, etc.), cet outil fonctionne comme un logiciel open source, il est modifiable et ajusté à l’utilisateur. Il revient en effet à chaque personne de le faire connaître en même temps que de l’adapter à ses propres besoins et à son terrain.

Marine Gilis

Crédits de l’image en bandeau : Marine Gilis.

Les noms des lieux, des associations et des personnes ont été anonymisés.

 

 

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Ruiz-Salmeron Alexis – L’ethnographie, c’est tout un art !

Compte-rendu « intéressé » de l’atelier « Les enjeux de l’ethnographie dans l’étude des pratiques artistiques » des Premières rencontres annuelles d’Ethnographie de l’EHESS  (nov.2014).

 

Alexis Ruiz-Salmeron est étudiant en M2 « Sociologie générale » à l’EHESS. Il réalise un mémoire de recherche en sociologie de la culture sous la direction de Jean-Louis Fabiani. Son enquête consiste en une monographie d’un lieu innovant de représentations du spectacle vivant qui est aussi un lieu de vie et de convivialité inscrit dans le territoire : le Cent-quatre à Paris. Il s’intéresse aux représentations et aux pratiques sociales des individus, les plus impliqués mais aussi les moins concernés, dans l’usage des espaces de ce lieu. Le compte-rendu de l’atelier[1] qu’il propose est ainsi mis en perspective avec le sujet de sa recherche.

Avant tout chose, une précision. J’ai assisté à cet atelier pour en tirer un certain nombre d’enseignements pour la réalisation de mon sujet de recherche. Je n’avais, au départ, aucunement l’intention d’en proposer une restitution. Ce texte est donc l’expression des travaux des intervenants sous le prisme de ma curiosité d’apprenti-chercheur soucieux (voire inquiet !) d’en apprendre le plus possible ; non pas sur les sujets mêmes des intervenants mais sur leurs pratiques de chercheurs. Mais n’est-ce pas aussi un des objectifs de ces journées que de créer un espace d’échanges autour des pratiques de recherche commune entre des (jeunes) chercheurs recourant à l’ethnographie pour résoudre des problèmes sociologiques ?  Continuer la lecture