Archives de catégorie : Enquête collective

« Mobiliser les entretiens sociologiques dans un texte académique »

Anne-Léa Bauquis, doctorante au Centre Maurice Halbwachs, chargée d’enseignement au sein du Master Sociologie de l’EHESS

Maud Hetzel, doctorante au Centre Georg Simmel, ATER au sein du Master Sociologie de l’EHESS

Mobiliser les entretiens sociologiques dans un texte académique

Dans le prolongement du billet « Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces » (Ink 2016) paru sur le présent blog, il s’agit ici de proposer quelques « ficelles » quant à la mobilisation des entretiens sociologiques dans un texte académique. Cet article restitue des discussions qui ont eu lieu au cours du séminaire « L’enquête sociologique par entretien » (2023-2024) au sein du Master Sociologie de l’EHESS et vise à accompagner les masterant·es en sciences sociales dans leurs premiers exercices universitaires de rédaction à partir du recensement de quelques erreurs fréquentes et de l’identification de pratiques adaptées aux exigences académiques.

Trois moments clés de l’écriture y sont abordés : la sélection des extraits d’entretien, leur intégration dans le texte et la formulation de leur analyse sociologique. Pour illustrer les différents points soulevés au fil du billet, nous mobilisons des exemples issus des travaux réalisés par les étudiant·es du séminaire.

NB : quand il s’agit d’un exemple rédigé par les autrices à partir d’extraits des travaux réalisés par les étudiant·es, un astérisque l’indique à la fin de la citation concernée.

Nous remercions chaleureusement les étudiant·es qui ont participé aux deux groupes du séminaire au cours de l’année universitaire 2023-2024 pour les échanges stimulants autour de leurs enquêtes et lectures respectives : Ninon Alborino, Alice Brosse, Ercilio Carneiro Machado Neto, Aurore Chabaud, Baptiste Chaillou, Gladis Cohen, Ombeline Cornette, Zacharie Deforêt, Marie Delisle Lebasle, Romain Diaby, Marie-Lou Dirkx, Lena El Sherif, Philippine Goubelle, Marion Ladoire, Elie Laflorencie, Gentiane Lamoure, Enki Lijour, Emma Lombardini, Eliza Makarian, Raphael Martin Melizi, Hugo Martiniano De Noronha, Laetitia Maynard, Pierre-Antoine Mazière, Gael Peizerat, Mireille Poulet-Mathis, Faiza Sayagh, Ayaka Suzuki, Lucile Tulgoat, Izia Zuchuat[1].

1. Sélectionner les extraits d’entretien

  • Retenir un nombre réduit d’extraits d’entretien…

Avant d’intégrer des extraits d’entretien au sein d’un texte académique, il est nécessaire de les sélectionner. Or, retenir seulement certains extraits pour en laisser d’autres de côté peut s’avérer complexe, voire frustrant. Le principal écueil est alors de multiplier les extraits d’entretien sans que ces derniers ne soient tous nécessaires pour la démonstration. Nombreux sont les travaux de jeunes chercheur·euses qui mobilisent deux à trois extraits pour démontrer une seule et même idée.

Or, la multiplication des extraits peut donner l’impression aux lecteur·trices que l’auteur·trice ignore ce qu’iel souhaite démontrer, voire qu’il n’y a pas véritablement de cohérence ou de logique dans son argumentation. Comme le formulent Stéphane Beaud et Florence Weber, « que penserait-on d’un statisticien qui montrerait les dizaines, les centaines de tableaux inutiles qu’il a bien dû faire avant d’avoir mis au propre celui qui lui paraissait convaincant ? » (2010 [1998], p. 242).

Se contraindre à choisir un extrait d’entretien pour faire part d’un résultat, c’est dès lors s’obliger à clarifier l’usage que l’on souhaite en faire et ce qu’il dit de notre objet de recherche. Il faut garder à l’esprit que les extraits qui n’apparaîtront pas directement dans un texte sont néanmoins mobilisés dans le travail de recherche : d’une part, parce qu’ils informent la réflexion de manière générale et d’autre part, parce qu’il sera toujours possible de les synthétiser (sans les citer) par ailleurs.

  • … mais en retenir tout de même !

L’écueil inverse consiste à produire un texte dans lequel on ne « voit » pas l’entretien.  L’analyse s’appuie alors insuffisamment sur les propos de l’enquêté·e, qui sont toujours paraphrasés sans jamais être cités tels quels.

Extrait 1

« Après avoir perdu son emploi, Adèle, déprimée, est retournée chez ses parents dans le village de son enfance marqué par un entre-soi rural. Ses parents la convainquent de participer aux ateliers à destination des jeunes chômeurs proposés par la MJC locale. J’ai choisi d’analyser cette trajectoire car c’est la seule enquêtée qui se présente comme dépourvue de perspectives professionnelles. »*

Dans ce passage d’un travail réalisé par un·e étudiant·e, l’absence d’extraits d’entretien précis fragilise l’analyse et crée une confusion quant au·à la locuteur·trice : qui, du·de la sociologue ou de l’enquêtée, emploie les expressions « déprimé », « entre-soi rural » ou encore « dépourvue de perspectives professionnelles » ? Pour trouver un juste équilibre entre ces deux écueils, l’une des principales « ficelles » consiste à faire varier les modes de citation des extraits sélectionnés.

  • Faire varier la longueur des extraits d’entretien sélectionnés

Pour mobiliser avec précision les extraits sans pour autant multiplier à outrance les citations, il est pertinent d’alterner des extraits d’entretien longs et des extraits d’entretien plus courts. En effet, un extrait d’entretien long présente le plus souvent l’avantage de condenser un ensemble dense d’informations susceptible d’introduire des fils à tirer ultérieurement dans l’argumentation ou encore de synthétiser différents résultats de l’enquête de terrain. Un extrait d’entretien court peut davantage donner lieu à une analyse sociologique fine, intégrant à la réflexion non seulement le contenu explicite du discours de l’enquêté·e, mais aussi les implicites et les hypothèses du·de la sociologue :

Extrait 2

« Lorsque Lucas dit “on nous prend pour des élèves de seconde”, le “nous” renvoie à l’ensemble des étudiants de son BTS et le “on” au personnel éducatif et aux enseignants de son lycée. Cet exemple témoigne d’un sentiment d’appartenance, de la part de Lucas, au groupe des étudiants en BTS, construit par opposition à un « eux » qui désignerait les lycéens. Une distinction qui renvoie à ce que le sociologue américain W. Gamson appelle “identity frame” (1992), l’usage du “nous” plutôt que “je” évoquant un sentiment d’appartenance à un groupe qui constitue un premier indicateur de repérage du politique. » (Philippine Goubelle, M1 Sociologie)

Faire varier la longueur des extraits d’entretien est d’autant plus pertinent que selon leur caractère long ou court, l’objectif et la portée de leurs analyses respectives seront différent·es.

2. Intégrer les extraits d’entretien dans le texte

  • Mettre en forme les extraits d’entretien

Sur un plan formel, les consignes d’intégration des extraits varient selon leur longueur. Ainsi, les extraits courts (de quelques mots à une ou deux lignes) sont cités directement dans le corps du texte. En revanche, les extraits de plus de deux lignes doivent être mis en valeur, notamment par un retour à la ligne et un décalage des marges par rapport au corps du texte. Certains éléments de présentation sont à l’appréciation des auteur·trices – les extraits peuvent être en italique, dans une police et taille différente – mais ces choix doivent être homogènes et respectés tout au long du texte.

Si un extrait d’entretien particulièrement long est cité par le·la chercheur·euse, la mise en exergue de certains passages, par des effets de police (italique, gras, souligné), est bienvenue pour souligner les expressions révélatrices pour l’analyse. L’auteur·trice doit alors préciser, entre parenthèses ou en note de bas de page, qu’iel a choisi de souligner ces dernières et qu’il ne s’agit pas d’une emphase par l’enquêté·e.

  • Désigner et présenter les enquêté·es

Quand un extrait d’entretien est intégré dans le texte, des indications claires sur l’enquêté·e dont les propos sont cités sont essentielles à plusieurs points de vue.

Tout d’abord, clarifier qui parle permet d’assurer la bonne compréhension des lecteur·trices.

Ensuite, présenter l’enquêté·e implique de spécifier les caractéristiques socio-démographiques qui sont pertinentes pour le travail de recherche – l’âge, la catégorie socio-professionnelle, le lieu de résidence, le statut conjugal, etc. – et ce, de manière uniforme pour tous·tes les enquêté·es dont les propos sont cités. Attention toutefois à ne pas verser dans une surabondance d’informations qui risquerait de noyer les variables les plus intéressantes. Pour faciliter ce travail, il est possible, au moment du début de la rédaction du mémoire, de rédiger un document Word à part indiquant, pour chaque extrait d’entretien, le prénom et/ou le nom anonymisé(s) de l’enquêté·e concerné·e ainsi que la liste synthétique des caractéristiques retenues.

Enfin, une réflexion doit être menée avant le début de la rédaction sur la manière de désigner les enquêté·es dans le texte. Si l’usage du prénom est de plus en plus privilégié dans la littérature sociologique pour éviter des désignations impersonnelles telles que « Madame X » ou « Monsieur Y » et ainsi « conserv[er] l’individualité de la personne étudiée » (Coulmont 2017, p. 153), ce mode de désignation implique de prendre des précautions. Il convient en effet de choisir des modalités d’anonymisation attentives aux rapports sociaux dans lesquels les enquêté·es sont imbriqué·es, notamment d’âge, de classe, de genre, ou encore de race. Le choix des prénoms permet de mettre en lumière ces derniers : ainsi, Michelle n’a a priori pas le même âge que Pauline[2], tout comme le·la lecteur·trice se doute que Souleyman ne fait probablement pas l’objet du même processus de racialisation que Nicolas[3]. Plus encore, le choix d’anonymiser par un seul prénom, par le prénom et le nom, ou seulement par un nom précédé d’une initiale, doit être le résultat d’une réflexion approfondie. Il faut veiller à éviter les automatismes qui conduisent à reproduire malgré soi des formes de hiérarchisation sociale : l’enquête sur l’usage des prénoms dans les articles sociologiques de Baptiste Coulmont montre que « les articles de 2010 dans lesquels tous les enquêtés ont des prénoms portent principalement sur de jeunes hommes et femmes, souvent immigrés ou descendants d’immigrés ou encore sur des personnes disposant d’un pouvoir social réduit (patient, sans domicile fixe, caissière…) » (ibid., p. 164). Le recours au seul prénom peut par ailleurs entrer en décalage avec la relation d’enquête décrite (vouvoiement, échanges formels, etc.).

  • Quand mobiliser les extraits d’entretien ? Du matériau vers l’analyse, et pas l’inverse

Il peut être rassurant, avant de citer un extrait d’entretien dans un texte, de partir d’une ou de plusieurs références bibliographiques qui pourront faire office d’« arguments d’autorité » (Lemieux 2012, p. 397) dans le sillage desquels le·la jeune chercheur·euse inscrira son analyse sociologique. Toutefois, le plus intéressant est bel et bien de partir du matériau produit pour dérouler ensuite une argumentation en dialogue avec d’autres travaux afin de ne pas cantonner les données à une fonction purement « illustrative » (Beaud et Weber 2010 [1998], p. 242 ; Lemieux 2012). À titre d’exemple, dans l’extrait suivant, la mobilisation du concept de « sale boulot » précède et éclipse l’analyse :

Extrait 3

« Il est peut-être aussi question ici de la difficulté pour les travailleurs subalternes à s’extraire du “sale boulot”. Cette notion a été forgée par E.C. Hughes pour désigner « des activités professionnelles jugées dégradantes, dégoûtantes ou humiliantes, souvent en bas de l’échelle de la division du travail » (Seiller et Silvera, 2020, p. 25). C’est ce sentiment d’être en bas de la hiérarchie sociale que Hamza met en avant dans le récit de sa trajectoire, constituée de multiples emplois d’exécution. Il perçoit le poids de la hiérarchie – “on peut rien contre les chefs”, m’explique-t-il – et la difficulté qu’il aurait à accéder à un emploi qu’il ne considérerait pas comme un “sale boulot” – “c’est pas demain que j’aurais une promotion”, ajoute-t-il en soupirant. »*

 Chaque enquête de terrain est intéressante et vos extraits d’entretien méritent d’être le point de départ d’une analyse originale !

3. Analyser les extraits d’entretien

Nous sommes parfois tenté·es, en analysant un extrait d’entretien, de cantonner l’interprétation à son contenu explicite voire de le paraphraser sans en faire l’objet d’une véritable réflexion sociologique. La crainte de surinterpréter le discours des enquêté·es et/ou de développer une interprétation en décalage avec le matériau peut favoriser ces analyses timides. Or, comme l’a déjà souligné Bernard Lahire (1996), l’écueil de la sous-interprétation est plus fréquent que celui de la sur-interprétation dans les textes en sociologie. Nous avons ainsi choisi de nous concentrer ici sur certaines « ficelles » qui permettent de dépasser le contenu explicite du discours des enquêté·es.

  • Contextualiser l’entretien

Analyser un entretien doit impliquer la contextualisation de celui-ci, exposant les conditions de production du matériau. Les lecteur·trices doivent être informé·es de la manière dont l’échange a été négocié, du contexte spatio-temporel de son déroulement et de la nature de la relation d’enquête tissée entre l’enquêteur·trice et l’enquêté·e. La négociation de l’entretien, dont le déroulé peut être appréhendé comme une scène d’observation, constitue même en soi un « objet de plein droit de la recherche » (Darmon 2005, p. 99). Pour contextualiser l’entretien, l’auteur·trice peut mobiliser des sources diverses telles que des photographies ou des résultats de recherches en ligne préalables :

Extrait 4

« Je me rends immédiatement sur Google afin d’y rechercher les avis laissés sur la page de son agence. Sur l’espace dédié aux commentaires, Caroline semble faire l’unanimité :

“Un grand merci à [Caroline] de m’avoir accueilli pour cette immersion professionnelle. Elle est très professionnelle et soucieuse du moindre détail. Très à l’écoute, elle accompagne les familles avec bienveillance et les conseille tout en respectant leur volonté. C’est une personne agréable et disponible. Je recommande à 100 %”

“J’ai été accueilli par [Caroline] qui est très professionnelle et très gentille, elle a su proposer un service de qualité qui répondait à mes attentes. De plus elle a pris le temps de discuter, afin de me réconforter dans ce moment difficile.” » (Lucile Toulgoat, M1 Sociologie)

Il est également pertinent d’interroger le biais que notre présence induit sur le discours qui se déploie face à nous, tant selon notre positionnalité qu’en fonction du lien que l’on entretient avec notre enquêté·e. Citer certains échanges ayant eu lieu en personne ou à distance (par SMS, sur les réseaux sociaux, etc.) avec l’enquêté·e dont les propos sont analysés peut permettre de donner à voir des dynamiques spécifiques dans la relation d’enquête :

Extrait 5

« À certains moments, celle-ci avait tendance à me considérer essentiellement comme “la fille de”, ou comme une potentielle amie de ses propres enfants. Voici le message qu’elle a envoyé à ma mère le soir même de l’entretien : “Bonsoir [nom de ma mère], ça a été un plaisir d’accueillir Marion. Tu peux en être fière, elle est mignonne comme tout. J’avais l’impression de la connaître tellement j’étais à l’aise. Félicitations [nom de ma mère], c’était un réel plaisir. Bonne soirée. Bisous à toutes les deux !!”. Le fait de féliciter ma mère à propos de mon éducation et d’utiliser l’adjectif “mignonne” pour me qualifier me renvoient à un rôle d’enfant, et érigent ma mère en tant qu’actrice principale de l’interaction. » (Marion Ladoire, M1 Sociologie)

La formulation, dans un texte académique, de considérations émanant de la réflexivité du·de la chercheur·euse, doit toujours s’appuyer sur des matériaux cités avec précision et être au service de l’analyse. Ainsi, se contenter de décrire la négociation de la rencontre avec l’enquêté·e comme « simple » ou de constater que l’entretien s’est « bien passé » manque non seulement de précision mais n’apporte guère d’éléments supplémentaires à la réflexion sociologique.

  • Prêter attention aux implicites

Analyser finement un extrait d’entretien implique de prêter attention non seulement à ce que l’enquêté·e formule, mais aussi au langage non verbal, aux hésitations ou encore aux moments de gêne ressentis au cours de l’échange. Tout en mettant à distance l’aspiration à interpréter le moindre silence de l’enquêté·e (Beaud et Weber 2010 [1998]), il est pertinent de souligner dans l’analyse tout ce qui paraît significatif, y compris les malentendus dans l’interaction. L’extrait ci-dessous montre comment l’explicitation du langage non verbal tant de l’enquêteur·trice que de l’enquêté·e au cours de l’entretien peut nourrir son analyse sociologique :

Extrait 6

« La question du genre s’impose à moi avant même d’avoir échangé un mot avec Virgile, puisque je suis la seule femme du coffee shop ce jour-là, sur onze clients. […] Je lui demande si c’est représentatif de sa clientèle habituelle :

Virgile : “Mais, euh, en vrai, là c’est vrai que c’est quand même moins, je, pour te répondre à ta question… (Il s’interrompt, ne parvient pas à finir sa phrase) Je pense que j’ai à peu près 40% de femmes, quand même. Là, euh…. (Il ne poursuit pas, semble embarrassé)”

Enquêtrice : “Là c’était… ? (Je souris pour l’encourager à finir de décrire la situation observée ce jour-là)”

Virgile : “Là euh… Heureusement que ma femme est arrivée. (Petits rires) Puis en plus je sais pas si t’as remarqué, là il y avait quatre bodybuilders !”

Il y a ici un double décalage : d’une part, entre la situation d’observation, dans laquelle je suis la seule femme, et les estimations de Virgile, qui m’assure que les femmes constituent habituellement 40% de la clientèle ; d’autre part, entre son discours, délivrant ce qu’il imagine bon de me dire afin de conserver une interaction plaisante, et son malaise, traduit par sa difficulté à finir ses phrases. En effet, il « hésite, bute sur les mots, se raidit », ce qui témoigne d’une « zone de résistance » intéressante à analyser (Beaud et Weber, 2010). » (Léna El Sherif, M2 Sociologie)

  • Prendre de la distance avec les propos des enquêté·es

Certaines pratiques d’écriture en sociologie peuvent favoriser la mise à distance des propos des enquêté·es et permettre d’éviter leur analyse superficielle.

Un premier procédé consiste à mettre en regard le discours de l’enquêté·e avec les pratiques observées, comme c’est le cas dans l’extrait 6 cité ci-dessus. Analyser conjointement discours et pratiques est une technique classique en sciences sociales, qui peut être particulièrement utile avec des enquêté·es à l’aise avec la mise en récit de soi : face à des pères de famille qui revendiquent leur investissement au sein du foyer, mobilisez des données objectives quant à la répartition effective du travail domestique ; face à un·e créateur·trice d’entreprise qui vous explique avoir pris des risques  financiers importants, confrontez cette affirmation à la situation matérielle concrète de l’enquêté·e. Cette confrontation entre discours et pratiques peut par ailleurs aider le·la chercheur·euse à ne pas confondre les points de vue des enquêté·es et leur analyse sociologique : ce n’est pas parce qu’un·e enquêté·e explique qu’iel est convaincu·e que le fonctionnement de l’association au sein de laquelle iel est investi·e ne reconduit pas d’inégalités de genre, que vous devez l’affirmer à votre tour.

Un second procédé consiste à analyser l’emploi de certains termes, qu’il s’agisse d’expressions propres au terrain de recherche employées par les enquêté·es ou de mots appartenant au langage commun traduisant toutefois une représentation socialement située du monde. Prêter attention à ces termes permet de déceler l’implicite dans les discours des enquêté·es, à l’image de l’usage des mots « voyage » et « Club Med » dans une enquête sur le tourisme marseillais :

Extrait 7

« Léna et Valentine ont toutes les deux beaucoup « voyagé ». Je mets ce terme entre guillemets car effectivement, mes enquêtés me parlent le plus souvent de voyage lorsqu’il s’agit de séjours à l’étranger, notamment hors d’Europe […]. De plus, Valentine est la seule de mes enquêté·es à avoir séjourné au Club Med. Or, lorsque je pose la question « quelle forme de tourisme vous n’aimeriez pas du tout faire ?», le mot « Club Med » est revenu dans 15 entretiens sur les 16 réalisés. Ce nom d’une entreprise fait surtout référence à un générique du tourisme de masse et organisé, associé à un club de plage, très fermé sur le territoire. Or, c’est ce qu’a pratiqué Valentine pendant longtemps avec sa famille :

Enquêtrice : “Donc avec vos parents est-ce que vous partiez en vacances ?”

Valentine : “Ouais ! Quand j’étais gamine ouais beaucoup, dans des lieux un peu stylés, paradisiaques ; genre l’île Maurice, plutôt pépère en Egypte des trucs comme ça. Dans des hôtels, trucs de gros … Je peux avoir du vocabulaire genre euh… ?”

Enquêtrice : “Bien sûr !”

Valentine : “Bah des trucs de gros enculés quoi, genre Club Med quoi, enfin voilà quoi. C’est mon regard dessus maintenant.” […]

La vulgarité des propos traduit le mépris et le dégoût de Valentine pour les vacances familiales de son enfance au regard de ses pratiques actuelles de tourisme. » (Gladis Cohen, M2 Territoires, espaces, sociétés)

Pour aller plus loin (références bibliographiques utiles)

Beaud Stéphane et Weber Florence, 1998, Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte.

Coulmont Baptiste, 2017, « Le petit peuple des sociologues. Anonymes et pseudonymes dans la sociologie française », Genèses, vol. 107, no 2, p. 153‑175.

Darmon Muriel, 2005, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses, vol. 58, no 1, p. 98‑112.

Ink Marion, 2016, « Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces », publié le 21 juin 2016, consulté le 13 mars 2024. URL : https://mastersociologie.hypotheses.org/3342

Lahire Bernard, 1996, « Risquer l’interprétation », Enquête, no 3, p. 61‑87.

Lemieux Cyril, 2012, « 18 – L’écriture sociologique » dans Paugam Serge (dir.), L’enquête sociologique, Paris : Presses Universitaires de France, p. 377‑402.


[1]Une autorisation a été demandée préalablement aux étudiant·es dont les travaux sont cités ici.

[2] Prénoms anonymisés proposés par Marion Ladoire (M1 Sociologie).

[3] Prénoms anonymisés proposés par Zacharie Défôret (M1 Sociologie).

Les évolutions historiques du droit d’asile en France de 1973 à 1989 : ou comment la question du droit d’asile se confond avec la question de l’immigration.

Les évolutions historiques du droit d’asile en France de 1973 à 1989 : ou comment la question du droit d’asile se confond avec la question de l’immigration.

Par Théo Defert (Master Sociologie – EHESS)

 

« Le peuple français donne asile aux étrangers bannis de leur patrie pour la cause de la liberté. Il le refuse aux tyrans ». Tel est le principe énoncé et posé par la constitution du 24 juin 1793 (art. 120) et réaffirmé voire entériné dans le préambule de la constitution de 1946. En suit que l’État a la prérogative d’accorder le statut d’asile politique à ceux qui sont persécutés dans leur combat pour la démocratie. L’objectif de cet article est d’étudier le droit d’asile dans sa profondeur historique, et la façon dont il s’est associé à la question de l’immigration et à celle de l’identité dans la France du XXIe siècle.

Ce billet est issu d’une enquête collective menée en janvier/février 2022[1]. Celle-ci visait à l’étude du fonds “Documentation Réfugiés” de la Contemporaine, un centre de documentation désormais dissous qui réunissait des ressources pour les personnes ou organismes s’occupant de l’accueil des réfugiés et/ou du droit d’asile. Les cotes sur lesquelles nous avons travaillé comprenaient des documents variés, mais se divisent globalement en trois catégories : ensemble de textes juridiques et de documentations officielles relatif au droit d’asile et à son application ; les textes relatifs à l’association France Terre d’Asile (FTDA) et son activité pour l’accueil des réfugiés ; et enfin une importante revue de presse sur le droit d’asile et la politique d’accueil. S’agissant de leur périodicité, les documents trouvés remontent à 1933 pour les plus anciens et à 1995 pour les plus récents. 

Nous avons été vite frappés par un changement brutal dans la politique du droit d’asile à partir des années 1980, à savoir un durcissement des lois. Cette période marque en effet le début d’une chute des taux d’admission au statut de réfugié, attribué par l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), et l’apparition de discours méfiants à l’égard des demandeurs d’asile. 

Nous avons choisi d’appréhender ce phénomène en abordant l’aspect juridique et politique de ce durcissement du droit d’asile et de la politique d’accueil des réfugiés que nous avions étudié en parallèle du rôle du secteur associatif œuvrant pour le droit d’asile, à travers l’exemple de l’association France Terre d’Asile dans les années 1970 et 1980. Enfin, nous nous sommes penchés sur le débat public sur le droit d’asile et son évolution au travers de la revue de presse du fond. Dans une volonté de ne pas m’approprier le travail de mes camarades, j’ai choisi de n’aborder dans ce billet que ce qui relève de ma contribution, à savoir l’étude du débat public sur la question du droit d’asile et son évolution.

 

Les évolutions historiques du droit d’asile en France : ou comment la question du droit d’asile se confond avec la question de l’immigration

Le durcissement et l’accroissement des légiférations concernant le droit d’asile s’expliquent par l’évolution du débat public. En effet, les acteurs de la société civile ont associé la question du droit d’asile avec celle de l’immigration en général. Pour analyser l’évolution progressive des termes de ce débat, je vais mobiliser le carton F/Delta 2014/4 (10) du fonds « Documentation Réfugiés » de La Contemporaine, intitulé : « Le débat général sur l’asile : autres prises de position ». Ce carton contient des extraits d’articles de presse, et de documents internes d’associations diverses comme France Terre d’Asile ou la CIMADE[2] qui couvrent la période de 1973 à 1989. Ceux-ci ont été recueillis par un membre de FTDA (France Terre D’asile) qui s’est donné pour mission (officielle ou non) de compiler les diverses prises de position de la presse autour de la thématique du droit d’asile, comme le montre le fait que le carton est constitué principalement d’articles de presse découpés et collés au dos de document de FTDA, ici utilisés en guise de brouillons. Analyser ce carton permet alors d’isoler trois périodes historiques dont la succession aboutit à une confusion presque totale de la question du droit d’asile avec celle de l’immigration au sens large. Il ne faut évidemment pas considérer les périodes historiques proposées ici comme des catégories figées car celles-ci sont la construction de l’analyse des documents recueillis au sein de ce carton. Celles-ci sont en revanche très utiles pour concevoir l’évolution progressive du débat et en isoler les principaux tournants.

 

1973-1982 : La prédominance des associations

La première période s’étend de 1973 à 1982. Une majeure partie du corpus est constituée de documents internes à différentes associations défendant le droit d’asile, principalement FTDA et la CIMADE. Il s’agit à la fois, de débats internes, d’échanges entre les associations et le gouvernement, et de textes destinés à la publication auprès de la presse. Un bon exemple de cela est le communiqué intitulé « Le droit d’asile est en danger en France » publié en avril 1981 dont sont co-signataires 47 associations, dont FTDA et la CIMADE. Le reste du corpus contient des articles de presse qui relaient le contenu des textes diffusés par les associations, dont la reprise du précédent par le Matin du 8 avril 1981. Nous pouvons remarquer alors que l’article du Matin se fait le relais des associations en se donnant pour mission de citer le document de celles-ci, sans jamais le commenter par ailleurs. Il en est de même pour l’ensemble des articles de cette période.

Le débat concernant le droit d’asile se cristallise alors autour d’échanges réguliers entre le gouvernement qui émet des propositions de légiférations et l’avis des associations ; les médias se faisant alors le relais de ces échanges à destination du grand public, sans émettre d’opinions. La place accordée aux associations au sein du champ politique est favorable ; elles se voient donc octroyer une légitimité bien supérieure aux médias et leurs prises de position ont des effets performatifs sur le monde social (Austin, 1970 ; Bourdieu, 1982).

De plus, nous pouvons noter que le corpus de documents n’inclut que des coupures de presse issues de la « presse généraliste », telles que Le Monde, La Croix, Le Matin ainsi que la « presse engagée de gauche », tel que Rouge, journal de la LCR, PS Aujourd’hui, L’Humanité. La première hypothèse plausible pour expliquer cela serait de considérer que la presse « engagée à droite » n’avait pas pris à bras le corps le sujet du droit d’asile et ne produisait pas ou peu d’articles sur le sujet.  Cette hypothèse est difficile à confirmer ou à infirmer du fait de la dimension biographique du fonds d’archive. Une autre possibilité serait que le membre de FTDA qui a compilé ces archives s’intéressait aux retours et aux relais que donnait la presse de leurs propres textes et non à d’autres types d’articles. Nous pouvons cependant noter que la base de données d’articles de presse en ligne Europresse ne contient que des articles du Monde Diplomatique et de Sud-Ouest qui traite de la question du droit d’asile sur la période 1973-1982. Cela renforce donc la plausibilité de la première hypothèse.

 

1982-1985 : Le droit d’asile au centre d’un débat public

La deuxième période s’étend de 1982 à 1985. En effet, en 1982, Différences, le journal créé par le MRAP (mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) publie un article intitulé « En débat : Faire sauter le droit d’asile ? » dans lequel il est question de discuter d’une possible refonte du droit d’asile suite à la recrudescence du terrorisme en France[3]. Il s’agit du premier document du corpus où la question du droit d’asile est associée à celle du terrorisme. Un problème public commence alors à se construire : celui du droit d’asile. Comme le définit Erik Neveu : « Un « problème public » (ou « social problem ») n’est rien d’autre que la transformation d’un fait social quelconque en enjeu de débat public et/ou d’intervention étatique. Du plus tragique au plus anecdotique, tout fait social peut potentiellement devenir un « problème social » s’il est constitué par l’action volontariste de divers opérateurs (presse, mouvements sociaux, partis, lobbies, intellectuels…) comme une situation problématique devant être mise en débat et recevoir des réponses en termes d’action publique (budgets, réglementation, répression…) » (Neveu, 1999).

Les médias commencent dès lors à produire des articles engagés sur la question du droit d’asile, dénonçant les actions de l’État, ou son inaction. Le débat se cristallise avant tout sur les actions terroristes perpétrées par des personnes ayant obtenu l’asile politique en France, et ce bien que ces actions terroristes se soient parfois déroulées dans d’autres pays. De plus, une plus grande part d’articles titre des phrases chocs comme le montre la coupure : « Comment la France terroriste favorise le terrorisme », parue le 18 février 1982 au Figaro.

Une autre critique fréquente du droit d’asile est alors l’idée que les réfugiés profitent de leurs statuts pour exercer des métiers illégaux comme la prostitution. Enfin, on accuse également le gouvernement d’accueillir des personnes réfugiées originaires de pays démocratiques, ainsi une première distinction entre « bons réfugiés » et « mauvais réfugiés » émerge basée sur le régime politique du pays d’origine. C’est ainsi que le journal d’extrême droite National Hebdo écrit, dans son article du 30 avril 1985[4] : « Comment admettre qu’il y ait des réfugiés politiques italiens ou espagnols alors que ces deux pays sont démocratiques et que certains d’entre eux sont gouvernés par la gauche ? ». 

La structure du corpus de documents évolue grandement lors de cette période historique. En effet, on remarque d’abord l’arrivée d’articles issus de la presse « engagée à droite », tel que le Figaro, Le National Hebdo, Présent, le Républicain Lorrain. Le premier article issu de ce type de presse est l’article du Républicain Lorrain du 11 février 1982 intitulé « Les mains liées ». On remarque alors une domination des articles issus de la presse « engagée à droite » et de la presse « généraliste », au détriment de la presse « engagée à gauche » qui devient minoritaire (près de 75% des coupures de presses présentes dans notre carton proviennent de la presse engagée à droite ainsi que la presse généraliste). La part du fonds qui n’est pas occupée par les coupures de presse se centre sur les réactions des associations défendant le droit d’asile à la construction du problème public en cours, ainsi que des comptes-rendus d’allocutions de députés ou de membres du gouvernement qui réagissent au débat et proposent des amendements. Ainsi, la construction du problème public du droit d’asile comme étant relié à la question du terrorisme a conduit à mettre en avant le rôle de la « presse engagée » et à pousser le gouvernement à légiférer sur le sujet. A contrario, la place prédominante qu’occupaient les associations au sein du champ politique s’est vue bien atténuée, de même que le pouvoir performatif de leurs prises de position.

 

1985-1989 : Le droit d’asile : synonyme de l’immigration

La dernière période qui se dégage du fonds s’étend de 1985 à 1989. On remarque alors que le débat, d’abord centré sur la question du droit d’asile et sur les spécificités juridiques de ce statut, bascule au profit d’une assimilation de celui-ci au sein d’un débat sur l’immigration au sens large. On note alors une véritable prédominance des coupures de presse provenant de journaux « engagés à droite » au sein du corpus (environ 80% des coupures proviennent de cette catégorie de presse). On se rend alors compte que la construction du problème public de l’asile se confond avec celle de l’immigration notamment par l’action d’acteurs de la société civile qui co-construisent ces deux thématiques. Un bon exemple de cela est l’article du Figaro datant du 3 décembre 1985, qui se questionne : « À qui appartient l’électorat beur ? ». Ici, la participation électorale des immigrés de seconde génération est perçue comme un élément central pour comprendre et prédire les résultats des élections législatives. La question du droit d’asile n’apparaît aucunement dans le texte. De la même manière, le 6 mars 1985, le Figaro se fait le relai de la parole de Jean-Marie Le Pen pour qui « Le droit d’asile n’est pas un droit d’invasion ». Le droit d’asile est ici perçu comme une « ouverture des frontières », une représentation du droit d’asile qui associe l’asile et l’immigration « classique » donc.

De plus, les accusations de racisme portées par les forces politiques de gauche se voient de plus en plus dévoyées et délégitimées par le biais de la rhétorique du « procès d’intention » comme le montre l’article du 20 novembre 1985 du Figaro intitulé « Immigration : débat dévoyé ». En parallèle, le gouvernement Fabius mène des légiférations massives destinées à lutter contre l’immigration clandestine, et qui affectent également les procédures de demandes d’asile ; la question de la « chasse aux clandestins » devient de plus en plus prégnante, comme le montre l’article de Paris Match du 7 novembre 1986. Ici encore, la question du droit d’asile se voit affiliée à celle de l’immigration, il est alors préconisé de traiter la question de l’immigration clandestine par des procédures similaires, peu importe si les migrants recourent à la demande d’asile ou non.

Cette période marque aussi l’émergence de discours misérabilistes envers les réfugiés et les migrants en général de la part des corps médiatiques de gauche. Nous pouvons citer l’exemple de l’article de Libération du 20 décembre 1986 intitulé « Les tortures de Carlos n’ont pas passé l’examen », dans lequel le journal relate le parcours biographique de Carlos et de sa famille, dont la demande d’asile politique a été rejetée malgré la torture qu’ils subissaient dans leurs pays d’origine. On remarque alors que cette nouvelle phase de la construction du problème public de l’asile amène les groupes politiques à s’emparer de cette question. Ainsi, lors de son congrès annuel, le Parti Socialiste débat pour savoir si la France doit mener une politique « d’intégration » ou « d’assimilation » envers la population immigrée du pays, comme le retranscrit Libération dans son article du 3 décembre 1985 : « Le PS et l’immigration : la querelle de l’assimilation ». De la même manière, en 1988, l’immigration est désignée : « terme majeur de la présidentielle » par les médias et de nombreux articles interrogent les différents candidats sur leurs positions sur le sujet comme le fait Différences dans son article d’avril 1988. Les circulaires et propositions de lois se donnant pour objectif de distinguer « les bons réfugiés », à savoir les réfugiés politiques, des « mauvais » : les immigrés économiques, se multiplient, montrant donc un investissement croissant de la question de l’immigration par les corps législatifs et exécutifs.

 

Ce dont les archives témoignent : Droit d’asile et hégémonie réactionnaire

Ce corpus de documents nous permet de rendre compte de la construction progressive du problème public du droit d’asile, d’abord considéré comme une thématique à part pour devenir ensuite presque entièrement assimilé à celle de l’immigration. Cependant, la transformation radicale de la composition du corpus de documents soulève des questions supplémentaires. En effet, conjointement avec la construction du problème public, le corpus introduit au fur et à mesure des coupures et documents qui traitent de la question de l’immigration et de l’immigration seulement (comme c’est le cas de certains documents présentés ici). Ainsi, nous pouvons peut-être observer une transformation du rapport de FTDA à la question du droit d’asile, passant d’une question spécifique dont ils sont spécialistes à une question politique plus générale sur laquelle ils ne font qu’exprimer leur opinion. Il est aussi possible que la personne qui s’est chargée de compiler ces documents ait elle-même été imprégnée de la construction du problème public en cours et ait donc jugé pertinent d’intégrer des coupures qui ne traitent pas réellement de la question de l’asile. Tout ceci interroge donc l’évolution du rapport des associations défendant le droit d’asile, et de France Terre d’Asile en particulier, envers leur propre thématique.

Méthodologiquement, il s’agissait d’une première recherche aux archives. Il était donc parfois difficile de savoir comment s’organiser. Il a fallu trier les informations contenues dans les documents, les synthétiser et les croiser. Une des particularités du travail aux archives qu’a permis de souligner cette recherche réside dans l’exploitation des manques, des vides. En effet, nous nous sommes très rapidement interrogés sur les raisons expliquant que les cartons soient très fournis concernant la période des années 80-90, mais beaucoup moins bavards pour les périodes antérieures, et absents après 1995. C’est précisément ce souci pour le manque, et l’importance de son repérage, qui constitue une des qualités importantes pour qui veut travailler sur des archives (Farge, 1989), car on saisit mieux par-là à quel point la question du droit d’asile fluctue dans l’intérêt que lui accorde le grand public et le politique. Chaque manque, pour ainsi dire, est situé : la période avant les années 80 ne révèle pas de loi ou de discussion des parlementaires sur le sujet, car la thématique ne devient problématique et objet de débat politique qu’après, alors que concernant FTDA et le milieu associatif en général, des documents sont trouvés dès les années 1970 attestant du souci de la politique d’accueil. 

              Si elle se concentre sur le droit d’asile, notre recherche nous permet aussi d’observer précisément la montée en puissance de l’hégémonie réactionnaire. Les discours que l’on entend aujourd’hui sur l’immigration, et surtout les stratégies réactionnaires comme la jeopardy, sont en réalité des phénomènes anciens, qui ont pénétré les discours de droite et de gauche depuis des décennies : il y a même un certain immobilisme dans les discours si l’on en croit cet article de 2023 publié dans Boulevard Voltaire qui déplore que “comme par hasard, le profil de nos demandeurs d’asile ressemble comme deux gouttes d’eau à celui des migrants” (Baudriller, 2023). Ainsi, si se plonger dans le fonds d’archives “Documentation Réfugiés” de la Contemporaine permet de saisir les évolutions du statut juridique du droit d’asile et des discours autour de celui-ci ; analyser ces documents revient également à s’immerger dans la construction progressive d’un certains nombres de discours réactionnaires, et de leurs applications politiques et juridiques, qui occupent aujourd’hui une place hégémonique. Ainsi, l’intérêt historique de ce fonds d’archives devient double. Il serait donc pertinent, à l’heure où l’extrême-droite est arrivée au second tour lors des deux dernières présidentielles, de comparer les discours sur le droit d’asile dans les années 80-90 et ceux d’aujourd’hui, pour en analyser l’évolution comme l’immobilisme.

 

 

Bibliographie

  • Austin (John Langshaw). Quand dire c’est faire. Le seuil collection Points. 203p.
  • Baudriller, Marc (2023, 9 février). “[Reportage] L’impossible vérité : à la Cour nationale du droit d’asile, institution submergée”, Boulevard Voltaire, https://www.bvoltaire.fr/reportage-limpossible-verite-a-la-cour-nationale-du-droit-dasile-institution-submergee/
  • Bourdieu, Pierre (1982). Ce que parler veut dire. Fayard. 243p.
  • Farge, Arlette (1989). Le Goût de l’archive. Le Seuil, coll. Points. 156p.
  • Neveu Erik (1999), “L’approche constructiviste des « problèmes publics ». Un aperçu des travaux anglo-saxons”, Études de communication, n°22, pp.41-58.

 

Annexes

  • Annexes 1 : Article débat du journal Différences publié en 1982.

 

  • Annexe 2 : Article du Républicain Lorrain du 11 février 1984 titrant “Les mains liées”

 

[1] Enquête menée en collaboration avec Myriam Ababsa, Camille Douaglin et Deyann Creté dans le cadre d’un de nos séminaires de l’EHESS intitulé Initiation à l’usage des archives en sociologie animé par Daria Petushkova.

[2] Comité Inter-Mouvements Auprès Des Evacués

[3] Différences. (1982). En débat : faire sauter le droit d’asile ? Documentation Réfugiés (La Contemporaine), F/Delta 2014/4 (10), (Le débat général sur l’asile : autres prises de position), Nanterre, France.

 

[4] Le National Hebdo. (30 octobre 1985). Sur le terrorisme. Documentation Réfugiés (La Contemporaine), F/Delta 2014/4 (10), (Le débat général sur l’asile : autres prises de position), Nanterre, France.

 

Découvrez l’enquête collective Ouscipo sur deux Restaurants solidaires à Paris

Entre septembre 2021 et mai 2022, une recherche a été menée dans deux Restaurants solidaires du CASVP. Cette enquête s’inscrit dans le cadre d’une charte de partenariat passée entre le Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP) et l’Ouvroir de sciences sociales potentielles (Ouscipo) de l’EHESS. Elle répond à une commande adressée à l’Ouscipo par des membres de  la sous-direction de la Solidarité et de la Lutte contre l’Exclusion du CASVP, soucieux de mieux saisir le fonctionnement du programme de restauration solidaire. Cette enquête a été encadrée par Anne Lhuissier, directrice de recherche à l’INRAE, sociologue des pratiques d’alimentation et des repas collectifs, et Aël Théry, ATER à l’EHESS, anthropologue de la cuisine et du métier de cuisinier en restauration commerciale. Elle a réuni six étudiant.es inscrit.es en sociologie à l’EHESS en M1, M2 et en doctorat : Maria Bakhareva, Vera Ghio, Clara Gutleben, Nicolau Pessanha, Paolo Renoux et Manon Sirisouk qui souhaitaient se former aux principes d’une enquête collective de terrain.

Cette recherche était exploratoire : il s’agissait d’une part de nous familiariser avec le dispositif et de voir, sur place avec les différents protagonistes et selon l’écologie des lieux, les conditions de réalisation de l’enquête. Elle devait d’autre part nous permettre de poser des jalons et des pistes de réflexion pour une seconde enquête de plus grande ampleur à démarrer à la rentrée 2022. Une courte synthèse de cette première année de travail est disponible ici.

Synthèse rédigée par Maria Bakhareva (M2 Territoires et développement EHESS), Vera Ghio (M1 sociologie EHESS) Clara Gutleben (APD EHESS), Anne Lhuissier (Directrice de recherche INRAE), Nicolau Pessanha (M2 sociologie EHESS), Paolo Renoux  (doctorant EHESS), Manon Sirisouk  (M2 sociologie EHESS) et Aël Théry (Chargée de recherche INRAE).

enquête ouscipo (2014-2015): Une île dans la ville

Enquête collective à L’Ile-Saint-Denis

En 2014-2015 a eu lieu un séminaire d’initiation à la recherche en sociologie, à destination des étudiants de première année du Master « Sociologie générale ».

 Corentin Durand, doctorant contractuel à l’EHESS
Romain Juston, doctorant contractuel à l’UVSQ
Quentin Ravelli, chargé de recherche au CNRS

L’Ile-Saint-Denis est une commune de la Seine-Saint-Denis de 7000 habitants, située sur une île fluviale de la Seine. Marquée par la désindustrialisation et le chômage de masse, cette commune bénéficie aujourd’hui d’un réseau associatif et solidaire dense, tourné vers la construction de nouveaux modes de production, de consommation et de vivre-ensemble. Initiation pratique et réflexive à la recherche en sociologie, l’enquête sera l’occasion d’interroger différents aspects de ces nouveaux modes de vie sous contrainte, en dialogue avec les acteurs de ce territoire.

L’enquête peut accueillir entre 15 et 20 participants (en priorité des étudiants inscrits en M1 « Sociologie générale »). Encadrés par les enseignants, des groupes définiront leur objet de recherche et les méthodes appropriées pour l’étudier (observation participante, entretien, analyse de contenu, statistiques, etc.). La collecte des données se fera sur une semaine complète (semaine du 8 au 13 décembre 2014). Deux séances de trois heures auront lieu en amont pour définir les thématiques et les modalités de l’enquête. Deux séances seront organisées après la semaine de terrain pour travailler sur l’analyse du matériau récolté et de préparer la restitution. A l’exception de la première, chaque séance donnera lieu à une présentation des groupes et devra être préparée en coordination avec l’un des encadrants.

Initiée dans le cadre de l’Ouvroir de sciences sociales potentielles (Ouscipo) de l’EHESS, cette enquête sera réalisée en partenariat avec plusieurs associations et structures basées à l’Ile-Saint-Denis. En mettant à distance le modèle de l’expertise, nous tenterons de réfléchir à la manière dont sciences sociales et acteurs de terrain peuvent co-construire des projets de recherche alliant pertinence sociale et intérêt scientifique. Pour cela, les thématiques de recherche seront définies lors d’une séance rassemblant étudiants et acteurs de terrain. Certains groupes pourront également réaliser tout ou partie de leur terrain au sein de certaines de ces structures.  Enfin, une séance de restitution sera organisée en fin d’année afin de discuter des observations et des résultats avec les associations et les structures partenaires.

Une premier bilan de l’enquête disponible est disponible ici

Enquête ouscipo (2015-2016): Aux frontières de l’urgence

Enquête collective avec le Samu social de Paris

Corentin DURAND, doctorant contractuel à l’EHESS

Erwan LE MENER, chercheur à l’Observatoire du Samusocial de Paris.

Samusocial

Initiée dans le cadre de l’Ouvroir de sciences sociales potentielles de l’EHESS, cette enquête sera réalisée en partenariat avec le Samusocial de Paris. En mettant à distance le modèle de l’expertise, nous tenterons de réfléchir à la manière dont sciences sociales et acteurs de terrain peuvent co-construire des projets de recherche alliant pertinence sociale et intérêt scientifique.

Dans le cadre de sa mission de lutte contre la grande exclusion, le Samusocial de Paris accueille notamment des sans-domiciles dans des centres d’hébergement et des accueils de jour. Néanmoins, en cas de comportements jugés suffisamment graves, ces structures peuvent prononcer des mesures dites d’ « éloignement » à l’encontre de personnes accueillies. Ces exclusions sont valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie. L’enquête proposée porte sur ces mesures d’éloignement : quelles logiques conduisent à de telles décisions ? comment sont-elles justifiées ? comment sont-elles vécues par les personnels, les personnes hébergées et les personnes éloignées ? A travers ces questions, il s’agit d’interroger l’urgence sociale par ses frontières.

L’enquête peut accueillir entre 15 et 20 participants, répartis en trois groupes. Encadrés par les enseignants, les groupes centreront chacun leur recherche sur un centre d’hébergement d’urgence ou un accueil de jour particulier. L’enquête permettra aux étudiants de se familiariser avec des méthodes diverses : observation, entretiens, analyse de contenu et statistiques descriptives. En effet, chaque mesure d’éloignement donne lieu à la rédaction d’une décision motivée. L’un des objectifs de l’enquête est de construire un dispositif de codage de ces motivations et d’en proposer une analyse. Chaque groupe réalisera par ailleurs des entretiens et des observations avec des professionnels et, si possible, des personnes hébergées d’un centre ou accueil de jour du Samusocial.

Les premières séances seront consacrées à la définition de la problématique, la préparation de l’enquête de terrain et la construction du dispositif de codage. La collecte des données se fera sur une semaine complète. Les séances suivantes seront consacrées à l’analyse des données qualitatives et quantitatives, puis au travail d’écriture. Enfin, une séance de restitution sera organisée afin de discuter des observations et des résultats avec les partenaires du Samusocial de Paris.