Tous les articles par L'équipe pédagogique

« Mobiliser les entretiens sociologiques dans un texte académique »

Anne-Léa Bauquis, doctorante au Centre Maurice Halbwachs, chargée d’enseignement au sein du Master Sociologie de l’EHESS

Maud Hetzel, doctorante au Centre Georg Simmel, ATER au sein du Master Sociologie de l’EHESS

Mobiliser les entretiens sociologiques dans un texte académique

Dans le prolongement du billet « Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces » (Ink 2016) paru sur le présent blog, il s’agit ici de proposer quelques « ficelles » quant à la mobilisation des entretiens sociologiques dans un texte académique. Cet article restitue des discussions qui ont eu lieu au cours du séminaire « L’enquête sociologique par entretien » (2023-2024) au sein du Master Sociologie de l’EHESS et vise à accompagner les masterant·es en sciences sociales dans leurs premiers exercices universitaires de rédaction à partir du recensement de quelques erreurs fréquentes et de l’identification de pratiques adaptées aux exigences académiques.

Trois moments clés de l’écriture y sont abordés : la sélection des extraits d’entretien, leur intégration dans le texte et la formulation de leur analyse sociologique. Pour illustrer les différents points soulevés au fil du billet, nous mobilisons des exemples issus des travaux réalisés par les étudiant·es du séminaire.

NB : quand il s’agit d’un exemple rédigé par les autrices à partir d’extraits des travaux réalisés par les étudiant·es, un astérisque l’indique à la fin de la citation concernée.

Nous remercions chaleureusement les étudiant·es qui ont participé aux deux groupes du séminaire au cours de l’année universitaire 2023-2024 pour les échanges stimulants autour de leurs enquêtes et lectures respectives : Ninon Alborino, Alice Brosse, Ercilio Carneiro Machado Neto, Aurore Chabaud, Baptiste Chaillou, Gladis Cohen, Ombeline Cornette, Zacharie Deforêt, Marie Delisle Lebasle, Romain Diaby, Marie-Lou Dirkx, Lena El Sherif, Philippine Goubelle, Marion Ladoire, Elie Laflorencie, Gentiane Lamoure, Enki Lijour, Emma Lombardini, Eliza Makarian, Raphael Martin Melizi, Hugo Martiniano De Noronha, Laetitia Maynard, Pierre-Antoine Mazière, Gael Peizerat, Mireille Poulet-Mathis, Faiza Sayagh, Ayaka Suzuki, Lucile Tulgoat, Izia Zuchuat[1].

1. Sélectionner les extraits d’entretien

  • Retenir un nombre réduit d’extraits d’entretien…

Avant d’intégrer des extraits d’entretien au sein d’un texte académique, il est nécessaire de les sélectionner. Or, retenir seulement certains extraits pour en laisser d’autres de côté peut s’avérer complexe, voire frustrant. Le principal écueil est alors de multiplier les extraits d’entretien sans que ces derniers ne soient tous nécessaires pour la démonstration. Nombreux sont les travaux de jeunes chercheur·euses qui mobilisent deux à trois extraits pour démontrer une seule et même idée.

Or, la multiplication des extraits peut donner l’impression aux lecteur·trices que l’auteur·trice ignore ce qu’iel souhaite démontrer, voire qu’il n’y a pas véritablement de cohérence ou de logique dans son argumentation. Comme le formulent Stéphane Beaud et Florence Weber, « que penserait-on d’un statisticien qui montrerait les dizaines, les centaines de tableaux inutiles qu’il a bien dû faire avant d’avoir mis au propre celui qui lui paraissait convaincant ? » (2010 [1998], p. 242).

Se contraindre à choisir un extrait d’entretien pour faire part d’un résultat, c’est dès lors s’obliger à clarifier l’usage que l’on souhaite en faire et ce qu’il dit de notre objet de recherche. Il faut garder à l’esprit que les extraits qui n’apparaîtront pas directement dans un texte sont néanmoins mobilisés dans le travail de recherche : d’une part, parce qu’ils informent la réflexion de manière générale et d’autre part, parce qu’il sera toujours possible de les synthétiser (sans les citer) par ailleurs.

  • … mais en retenir tout de même !

L’écueil inverse consiste à produire un texte dans lequel on ne « voit » pas l’entretien.  L’analyse s’appuie alors insuffisamment sur les propos de l’enquêté·e, qui sont toujours paraphrasés sans jamais être cités tels quels.

Extrait 1

« Après avoir perdu son emploi, Adèle, déprimée, est retournée chez ses parents dans le village de son enfance marqué par un entre-soi rural. Ses parents la convainquent de participer aux ateliers à destination des jeunes chômeurs proposés par la MJC locale. J’ai choisi d’analyser cette trajectoire car c’est la seule enquêtée qui se présente comme dépourvue de perspectives professionnelles. »*

Dans ce passage d’un travail réalisé par un·e étudiant·e, l’absence d’extraits d’entretien précis fragilise l’analyse et crée une confusion quant au·à la locuteur·trice : qui, du·de la sociologue ou de l’enquêtée, emploie les expressions « déprimé », « entre-soi rural » ou encore « dépourvue de perspectives professionnelles » ? Pour trouver un juste équilibre entre ces deux écueils, l’une des principales « ficelles » consiste à faire varier les modes de citation des extraits sélectionnés.

  • Faire varier la longueur des extraits d’entretien sélectionnés

Pour mobiliser avec précision les extraits sans pour autant multiplier à outrance les citations, il est pertinent d’alterner des extraits d’entretien longs et des extraits d’entretien plus courts. En effet, un extrait d’entretien long présente le plus souvent l’avantage de condenser un ensemble dense d’informations susceptible d’introduire des fils à tirer ultérieurement dans l’argumentation ou encore de synthétiser différents résultats de l’enquête de terrain. Un extrait d’entretien court peut davantage donner lieu à une analyse sociologique fine, intégrant à la réflexion non seulement le contenu explicite du discours de l’enquêté·e, mais aussi les implicites et les hypothèses du·de la sociologue :

Extrait 2

« Lorsque Lucas dit “on nous prend pour des élèves de seconde”, le “nous” renvoie à l’ensemble des étudiants de son BTS et le “on” au personnel éducatif et aux enseignants de son lycée. Cet exemple témoigne d’un sentiment d’appartenance, de la part de Lucas, au groupe des étudiants en BTS, construit par opposition à un « eux » qui désignerait les lycéens. Une distinction qui renvoie à ce que le sociologue américain W. Gamson appelle “identity frame” (1992), l’usage du “nous” plutôt que “je” évoquant un sentiment d’appartenance à un groupe qui constitue un premier indicateur de repérage du politique. » (Philippine Goubelle, M1 Sociologie)

Faire varier la longueur des extraits d’entretien est d’autant plus pertinent que selon leur caractère long ou court, l’objectif et la portée de leurs analyses respectives seront différent·es.

2. Intégrer les extraits d’entretien dans le texte

  • Mettre en forme les extraits d’entretien

Sur un plan formel, les consignes d’intégration des extraits varient selon leur longueur. Ainsi, les extraits courts (de quelques mots à une ou deux lignes) sont cités directement dans le corps du texte. En revanche, les extraits de plus de deux lignes doivent être mis en valeur, notamment par un retour à la ligne et un décalage des marges par rapport au corps du texte. Certains éléments de présentation sont à l’appréciation des auteur·trices – les extraits peuvent être en italique, dans une police et taille différente – mais ces choix doivent être homogènes et respectés tout au long du texte.

Si un extrait d’entretien particulièrement long est cité par le·la chercheur·euse, la mise en exergue de certains passages, par des effets de police (italique, gras, souligné), est bienvenue pour souligner les expressions révélatrices pour l’analyse. L’auteur·trice doit alors préciser, entre parenthèses ou en note de bas de page, qu’iel a choisi de souligner ces dernières et qu’il ne s’agit pas d’une emphase par l’enquêté·e.

  • Désigner et présenter les enquêté·es

Quand un extrait d’entretien est intégré dans le texte, des indications claires sur l’enquêté·e dont les propos sont cités sont essentielles à plusieurs points de vue.

Tout d’abord, clarifier qui parle permet d’assurer la bonne compréhension des lecteur·trices.

Ensuite, présenter l’enquêté·e implique de spécifier les caractéristiques socio-démographiques qui sont pertinentes pour le travail de recherche – l’âge, la catégorie socio-professionnelle, le lieu de résidence, le statut conjugal, etc. – et ce, de manière uniforme pour tous·tes les enquêté·es dont les propos sont cités. Attention toutefois à ne pas verser dans une surabondance d’informations qui risquerait de noyer les variables les plus intéressantes. Pour faciliter ce travail, il est possible, au moment du début de la rédaction du mémoire, de rédiger un document Word à part indiquant, pour chaque extrait d’entretien, le prénom et/ou le nom anonymisé(s) de l’enquêté·e concerné·e ainsi que la liste synthétique des caractéristiques retenues.

Enfin, une réflexion doit être menée avant le début de la rédaction sur la manière de désigner les enquêté·es dans le texte. Si l’usage du prénom est de plus en plus privilégié dans la littérature sociologique pour éviter des désignations impersonnelles telles que « Madame X » ou « Monsieur Y » et ainsi « conserv[er] l’individualité de la personne étudiée » (Coulmont 2017, p. 153), ce mode de désignation implique de prendre des précautions. Il convient en effet de choisir des modalités d’anonymisation attentives aux rapports sociaux dans lesquels les enquêté·es sont imbriqué·es, notamment d’âge, de classe, de genre, ou encore de race. Le choix des prénoms permet de mettre en lumière ces derniers : ainsi, Michelle n’a a priori pas le même âge que Pauline[2], tout comme le·la lecteur·trice se doute que Souleyman ne fait probablement pas l’objet du même processus de racialisation que Nicolas[3]. Plus encore, le choix d’anonymiser par un seul prénom, par le prénom et le nom, ou seulement par un nom précédé d’une initiale, doit être le résultat d’une réflexion approfondie. Il faut veiller à éviter les automatismes qui conduisent à reproduire malgré soi des formes de hiérarchisation sociale : l’enquête sur l’usage des prénoms dans les articles sociologiques de Baptiste Coulmont montre que « les articles de 2010 dans lesquels tous les enquêtés ont des prénoms portent principalement sur de jeunes hommes et femmes, souvent immigrés ou descendants d’immigrés ou encore sur des personnes disposant d’un pouvoir social réduit (patient, sans domicile fixe, caissière…) » (ibid., p. 164). Le recours au seul prénom peut par ailleurs entrer en décalage avec la relation d’enquête décrite (vouvoiement, échanges formels, etc.).

  • Quand mobiliser les extraits d’entretien ? Du matériau vers l’analyse, et pas l’inverse

Il peut être rassurant, avant de citer un extrait d’entretien dans un texte, de partir d’une ou de plusieurs références bibliographiques qui pourront faire office d’« arguments d’autorité » (Lemieux 2012, p. 397) dans le sillage desquels le·la jeune chercheur·euse inscrira son analyse sociologique. Toutefois, le plus intéressant est bel et bien de partir du matériau produit pour dérouler ensuite une argumentation en dialogue avec d’autres travaux afin de ne pas cantonner les données à une fonction purement « illustrative » (Beaud et Weber 2010 [1998], p. 242 ; Lemieux 2012). À titre d’exemple, dans l’extrait suivant, la mobilisation du concept de « sale boulot » précède et éclipse l’analyse :

Extrait 3

« Il est peut-être aussi question ici de la difficulté pour les travailleurs subalternes à s’extraire du “sale boulot”. Cette notion a été forgée par E.C. Hughes pour désigner « des activités professionnelles jugées dégradantes, dégoûtantes ou humiliantes, souvent en bas de l’échelle de la division du travail » (Seiller et Silvera, 2020, p. 25). C’est ce sentiment d’être en bas de la hiérarchie sociale que Hamza met en avant dans le récit de sa trajectoire, constituée de multiples emplois d’exécution. Il perçoit le poids de la hiérarchie – “on peut rien contre les chefs”, m’explique-t-il – et la difficulté qu’il aurait à accéder à un emploi qu’il ne considérerait pas comme un “sale boulot” – “c’est pas demain que j’aurais une promotion”, ajoute-t-il en soupirant. »*

 Chaque enquête de terrain est intéressante et vos extraits d’entretien méritent d’être le point de départ d’une analyse originale !

3. Analyser les extraits d’entretien

Nous sommes parfois tenté·es, en analysant un extrait d’entretien, de cantonner l’interprétation à son contenu explicite voire de le paraphraser sans en faire l’objet d’une véritable réflexion sociologique. La crainte de surinterpréter le discours des enquêté·es et/ou de développer une interprétation en décalage avec le matériau peut favoriser ces analyses timides. Or, comme l’a déjà souligné Bernard Lahire (1996), l’écueil de la sous-interprétation est plus fréquent que celui de la sur-interprétation dans les textes en sociologie. Nous avons ainsi choisi de nous concentrer ici sur certaines « ficelles » qui permettent de dépasser le contenu explicite du discours des enquêté·es.

  • Contextualiser l’entretien

Analyser un entretien doit impliquer la contextualisation de celui-ci, exposant les conditions de production du matériau. Les lecteur·trices doivent être informé·es de la manière dont l’échange a été négocié, du contexte spatio-temporel de son déroulement et de la nature de la relation d’enquête tissée entre l’enquêteur·trice et l’enquêté·e. La négociation de l’entretien, dont le déroulé peut être appréhendé comme une scène d’observation, constitue même en soi un « objet de plein droit de la recherche » (Darmon 2005, p. 99). Pour contextualiser l’entretien, l’auteur·trice peut mobiliser des sources diverses telles que des photographies ou des résultats de recherches en ligne préalables :

Extrait 4

« Je me rends immédiatement sur Google afin d’y rechercher les avis laissés sur la page de son agence. Sur l’espace dédié aux commentaires, Caroline semble faire l’unanimité :

“Un grand merci à [Caroline] de m’avoir accueilli pour cette immersion professionnelle. Elle est très professionnelle et soucieuse du moindre détail. Très à l’écoute, elle accompagne les familles avec bienveillance et les conseille tout en respectant leur volonté. C’est une personne agréable et disponible. Je recommande à 100 %”

“J’ai été accueilli par [Caroline] qui est très professionnelle et très gentille, elle a su proposer un service de qualité qui répondait à mes attentes. De plus elle a pris le temps de discuter, afin de me réconforter dans ce moment difficile.” » (Lucile Toulgoat, M1 Sociologie)

Il est également pertinent d’interroger le biais que notre présence induit sur le discours qui se déploie face à nous, tant selon notre positionnalité qu’en fonction du lien que l’on entretient avec notre enquêté·e. Citer certains échanges ayant eu lieu en personne ou à distance (par SMS, sur les réseaux sociaux, etc.) avec l’enquêté·e dont les propos sont analysés peut permettre de donner à voir des dynamiques spécifiques dans la relation d’enquête :

Extrait 5

« À certains moments, celle-ci avait tendance à me considérer essentiellement comme “la fille de”, ou comme une potentielle amie de ses propres enfants. Voici le message qu’elle a envoyé à ma mère le soir même de l’entretien : “Bonsoir [nom de ma mère], ça a été un plaisir d’accueillir Marion. Tu peux en être fière, elle est mignonne comme tout. J’avais l’impression de la connaître tellement j’étais à l’aise. Félicitations [nom de ma mère], c’était un réel plaisir. Bonne soirée. Bisous à toutes les deux !!”. Le fait de féliciter ma mère à propos de mon éducation et d’utiliser l’adjectif “mignonne” pour me qualifier me renvoient à un rôle d’enfant, et érigent ma mère en tant qu’actrice principale de l’interaction. » (Marion Ladoire, M1 Sociologie)

La formulation, dans un texte académique, de considérations émanant de la réflexivité du·de la chercheur·euse, doit toujours s’appuyer sur des matériaux cités avec précision et être au service de l’analyse. Ainsi, se contenter de décrire la négociation de la rencontre avec l’enquêté·e comme « simple » ou de constater que l’entretien s’est « bien passé » manque non seulement de précision mais n’apporte guère d’éléments supplémentaires à la réflexion sociologique.

  • Prêter attention aux implicites

Analyser finement un extrait d’entretien implique de prêter attention non seulement à ce que l’enquêté·e formule, mais aussi au langage non verbal, aux hésitations ou encore aux moments de gêne ressentis au cours de l’échange. Tout en mettant à distance l’aspiration à interpréter le moindre silence de l’enquêté·e (Beaud et Weber 2010 [1998]), il est pertinent de souligner dans l’analyse tout ce qui paraît significatif, y compris les malentendus dans l’interaction. L’extrait ci-dessous montre comment l’explicitation du langage non verbal tant de l’enquêteur·trice que de l’enquêté·e au cours de l’entretien peut nourrir son analyse sociologique :

Extrait 6

« La question du genre s’impose à moi avant même d’avoir échangé un mot avec Virgile, puisque je suis la seule femme du coffee shop ce jour-là, sur onze clients. […] Je lui demande si c’est représentatif de sa clientèle habituelle :

Virgile : “Mais, euh, en vrai, là c’est vrai que c’est quand même moins, je, pour te répondre à ta question… (Il s’interrompt, ne parvient pas à finir sa phrase) Je pense que j’ai à peu près 40% de femmes, quand même. Là, euh…. (Il ne poursuit pas, semble embarrassé)”

Enquêtrice : “Là c’était… ? (Je souris pour l’encourager à finir de décrire la situation observée ce jour-là)”

Virgile : “Là euh… Heureusement que ma femme est arrivée. (Petits rires) Puis en plus je sais pas si t’as remarqué, là il y avait quatre bodybuilders !”

Il y a ici un double décalage : d’une part, entre la situation d’observation, dans laquelle je suis la seule femme, et les estimations de Virgile, qui m’assure que les femmes constituent habituellement 40% de la clientèle ; d’autre part, entre son discours, délivrant ce qu’il imagine bon de me dire afin de conserver une interaction plaisante, et son malaise, traduit par sa difficulté à finir ses phrases. En effet, il « hésite, bute sur les mots, se raidit », ce qui témoigne d’une « zone de résistance » intéressante à analyser (Beaud et Weber, 2010). » (Léna El Sherif, M2 Sociologie)

  • Prendre de la distance avec les propos des enquêté·es

Certaines pratiques d’écriture en sociologie peuvent favoriser la mise à distance des propos des enquêté·es et permettre d’éviter leur analyse superficielle.

Un premier procédé consiste à mettre en regard le discours de l’enquêté·e avec les pratiques observées, comme c’est le cas dans l’extrait 6 cité ci-dessus. Analyser conjointement discours et pratiques est une technique classique en sciences sociales, qui peut être particulièrement utile avec des enquêté·es à l’aise avec la mise en récit de soi : face à des pères de famille qui revendiquent leur investissement au sein du foyer, mobilisez des données objectives quant à la répartition effective du travail domestique ; face à un·e créateur·trice d’entreprise qui vous explique avoir pris des risques  financiers importants, confrontez cette affirmation à la situation matérielle concrète de l’enquêté·e. Cette confrontation entre discours et pratiques peut par ailleurs aider le·la chercheur·euse à ne pas confondre les points de vue des enquêté·es et leur analyse sociologique : ce n’est pas parce qu’un·e enquêté·e explique qu’iel est convaincu·e que le fonctionnement de l’association au sein de laquelle iel est investi·e ne reconduit pas d’inégalités de genre, que vous devez l’affirmer à votre tour.

Un second procédé consiste à analyser l’emploi de certains termes, qu’il s’agisse d’expressions propres au terrain de recherche employées par les enquêté·es ou de mots appartenant au langage commun traduisant toutefois une représentation socialement située du monde. Prêter attention à ces termes permet de déceler l’implicite dans les discours des enquêté·es, à l’image de l’usage des mots « voyage » et « Club Med » dans une enquête sur le tourisme marseillais :

Extrait 7

« Léna et Valentine ont toutes les deux beaucoup « voyagé ». Je mets ce terme entre guillemets car effectivement, mes enquêtés me parlent le plus souvent de voyage lorsqu’il s’agit de séjours à l’étranger, notamment hors d’Europe […]. De plus, Valentine est la seule de mes enquêté·es à avoir séjourné au Club Med. Or, lorsque je pose la question « quelle forme de tourisme vous n’aimeriez pas du tout faire ?», le mot « Club Med » est revenu dans 15 entretiens sur les 16 réalisés. Ce nom d’une entreprise fait surtout référence à un générique du tourisme de masse et organisé, associé à un club de plage, très fermé sur le territoire. Or, c’est ce qu’a pratiqué Valentine pendant longtemps avec sa famille :

Enquêtrice : “Donc avec vos parents est-ce que vous partiez en vacances ?”

Valentine : “Ouais ! Quand j’étais gamine ouais beaucoup, dans des lieux un peu stylés, paradisiaques ; genre l’île Maurice, plutôt pépère en Egypte des trucs comme ça. Dans des hôtels, trucs de gros … Je peux avoir du vocabulaire genre euh… ?”

Enquêtrice : “Bien sûr !”

Valentine : “Bah des trucs de gros enculés quoi, genre Club Med quoi, enfin voilà quoi. C’est mon regard dessus maintenant.” […]

La vulgarité des propos traduit le mépris et le dégoût de Valentine pour les vacances familiales de son enfance au regard de ses pratiques actuelles de tourisme. » (Gladis Cohen, M2 Territoires, espaces, sociétés)

Pour aller plus loin (références bibliographiques utiles)

Beaud Stéphane et Weber Florence, 1998, Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte.

Coulmont Baptiste, 2017, « Le petit peuple des sociologues. Anonymes et pseudonymes dans la sociologie française », Genèses, vol. 107, no 2, p. 153‑175.

Darmon Muriel, 2005, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses, vol. 58, no 1, p. 98‑112.

Ink Marion, 2016, « Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces », publié le 21 juin 2016, consulté le 13 mars 2024. URL : https://mastersociologie.hypotheses.org/3342

Lahire Bernard, 1996, « Risquer l’interprétation », Enquête, no 3, p. 61‑87.

Lemieux Cyril, 2012, « 18 – L’écriture sociologique » dans Paugam Serge (dir.), L’enquête sociologique, Paris : Presses Universitaires de France, p. 377‑402.


[1]Une autorisation a été demandée préalablement aux étudiant·es dont les travaux sont cités ici.

[2] Prénoms anonymisés proposés par Marion Ladoire (M1 Sociologie).

[3] Prénoms anonymisés proposés par Zacharie Défôret (M1 Sociologie).

Les évolutions historiques du droit d’asile en France de 1973 à 1989 : ou comment la question du droit d’asile se confond avec la question de l’immigration.

Les évolutions historiques du droit d’asile en France de 1973 à 1989 : ou comment la question du droit d’asile se confond avec la question de l’immigration.

Par Théo Defert (Master Sociologie – EHESS)

 

« Le peuple français donne asile aux étrangers bannis de leur patrie pour la cause de la liberté. Il le refuse aux tyrans ». Tel est le principe énoncé et posé par la constitution du 24 juin 1793 (art. 120) et réaffirmé voire entériné dans le préambule de la constitution de 1946. En suit que l’État a la prérogative d’accorder le statut d’asile politique à ceux qui sont persécutés dans leur combat pour la démocratie. L’objectif de cet article est d’étudier le droit d’asile dans sa profondeur historique, et la façon dont il s’est associé à la question de l’immigration et à celle de l’identité dans la France du XXIe siècle.

Ce billet est issu d’une enquête collective menée en janvier/février 2022[1]. Celle-ci visait à l’étude du fonds “Documentation Réfugiés” de la Contemporaine, un centre de documentation désormais dissous qui réunissait des ressources pour les personnes ou organismes s’occupant de l’accueil des réfugiés et/ou du droit d’asile. Les cotes sur lesquelles nous avons travaillé comprenaient des documents variés, mais se divisent globalement en trois catégories : ensemble de textes juridiques et de documentations officielles relatif au droit d’asile et à son application ; les textes relatifs à l’association France Terre d’Asile (FTDA) et son activité pour l’accueil des réfugiés ; et enfin une importante revue de presse sur le droit d’asile et la politique d’accueil. S’agissant de leur périodicité, les documents trouvés remontent à 1933 pour les plus anciens et à 1995 pour les plus récents. 

Nous avons été vite frappés par un changement brutal dans la politique du droit d’asile à partir des années 1980, à savoir un durcissement des lois. Cette période marque en effet le début d’une chute des taux d’admission au statut de réfugié, attribué par l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), et l’apparition de discours méfiants à l’égard des demandeurs d’asile. 

Nous avons choisi d’appréhender ce phénomène en abordant l’aspect juridique et politique de ce durcissement du droit d’asile et de la politique d’accueil des réfugiés que nous avions étudié en parallèle du rôle du secteur associatif œuvrant pour le droit d’asile, à travers l’exemple de l’association France Terre d’Asile dans les années 1970 et 1980. Enfin, nous nous sommes penchés sur le débat public sur le droit d’asile et son évolution au travers de la revue de presse du fond. Dans une volonté de ne pas m’approprier le travail de mes camarades, j’ai choisi de n’aborder dans ce billet que ce qui relève de ma contribution, à savoir l’étude du débat public sur la question du droit d’asile et son évolution.

 

Les évolutions historiques du droit d’asile en France : ou comment la question du droit d’asile se confond avec la question de l’immigration

Le durcissement et l’accroissement des légiférations concernant le droit d’asile s’expliquent par l’évolution du débat public. En effet, les acteurs de la société civile ont associé la question du droit d’asile avec celle de l’immigration en général. Pour analyser l’évolution progressive des termes de ce débat, je vais mobiliser le carton F/Delta 2014/4 (10) du fonds « Documentation Réfugiés » de La Contemporaine, intitulé : « Le débat général sur l’asile : autres prises de position ». Ce carton contient des extraits d’articles de presse, et de documents internes d’associations diverses comme France Terre d’Asile ou la CIMADE[2] qui couvrent la période de 1973 à 1989. Ceux-ci ont été recueillis par un membre de FTDA (France Terre D’asile) qui s’est donné pour mission (officielle ou non) de compiler les diverses prises de position de la presse autour de la thématique du droit d’asile, comme le montre le fait que le carton est constitué principalement d’articles de presse découpés et collés au dos de document de FTDA, ici utilisés en guise de brouillons. Analyser ce carton permet alors d’isoler trois périodes historiques dont la succession aboutit à une confusion presque totale de la question du droit d’asile avec celle de l’immigration au sens large. Il ne faut évidemment pas considérer les périodes historiques proposées ici comme des catégories figées car celles-ci sont la construction de l’analyse des documents recueillis au sein de ce carton. Celles-ci sont en revanche très utiles pour concevoir l’évolution progressive du débat et en isoler les principaux tournants.

 

1973-1982 : La prédominance des associations

La première période s’étend de 1973 à 1982. Une majeure partie du corpus est constituée de documents internes à différentes associations défendant le droit d’asile, principalement FTDA et la CIMADE. Il s’agit à la fois, de débats internes, d’échanges entre les associations et le gouvernement, et de textes destinés à la publication auprès de la presse. Un bon exemple de cela est le communiqué intitulé « Le droit d’asile est en danger en France » publié en avril 1981 dont sont co-signataires 47 associations, dont FTDA et la CIMADE. Le reste du corpus contient des articles de presse qui relaient le contenu des textes diffusés par les associations, dont la reprise du précédent par le Matin du 8 avril 1981. Nous pouvons remarquer alors que l’article du Matin se fait le relais des associations en se donnant pour mission de citer le document de celles-ci, sans jamais le commenter par ailleurs. Il en est de même pour l’ensemble des articles de cette période.

Le débat concernant le droit d’asile se cristallise alors autour d’échanges réguliers entre le gouvernement qui émet des propositions de légiférations et l’avis des associations ; les médias se faisant alors le relais de ces échanges à destination du grand public, sans émettre d’opinions. La place accordée aux associations au sein du champ politique est favorable ; elles se voient donc octroyer une légitimité bien supérieure aux médias et leurs prises de position ont des effets performatifs sur le monde social (Austin, 1970 ; Bourdieu, 1982).

De plus, nous pouvons noter que le corpus de documents n’inclut que des coupures de presse issues de la « presse généraliste », telles que Le Monde, La Croix, Le Matin ainsi que la « presse engagée de gauche », tel que Rouge, journal de la LCR, PS Aujourd’hui, L’Humanité. La première hypothèse plausible pour expliquer cela serait de considérer que la presse « engagée à droite » n’avait pas pris à bras le corps le sujet du droit d’asile et ne produisait pas ou peu d’articles sur le sujet.  Cette hypothèse est difficile à confirmer ou à infirmer du fait de la dimension biographique du fonds d’archive. Une autre possibilité serait que le membre de FTDA qui a compilé ces archives s’intéressait aux retours et aux relais que donnait la presse de leurs propres textes et non à d’autres types d’articles. Nous pouvons cependant noter que la base de données d’articles de presse en ligne Europresse ne contient que des articles du Monde Diplomatique et de Sud-Ouest qui traite de la question du droit d’asile sur la période 1973-1982. Cela renforce donc la plausibilité de la première hypothèse.

 

1982-1985 : Le droit d’asile au centre d’un débat public

La deuxième période s’étend de 1982 à 1985. En effet, en 1982, Différences, le journal créé par le MRAP (mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) publie un article intitulé « En débat : Faire sauter le droit d’asile ? » dans lequel il est question de discuter d’une possible refonte du droit d’asile suite à la recrudescence du terrorisme en France[3]. Il s’agit du premier document du corpus où la question du droit d’asile est associée à celle du terrorisme. Un problème public commence alors à se construire : celui du droit d’asile. Comme le définit Erik Neveu : « Un « problème public » (ou « social problem ») n’est rien d’autre que la transformation d’un fait social quelconque en enjeu de débat public et/ou d’intervention étatique. Du plus tragique au plus anecdotique, tout fait social peut potentiellement devenir un « problème social » s’il est constitué par l’action volontariste de divers opérateurs (presse, mouvements sociaux, partis, lobbies, intellectuels…) comme une situation problématique devant être mise en débat et recevoir des réponses en termes d’action publique (budgets, réglementation, répression…) » (Neveu, 1999).

Les médias commencent dès lors à produire des articles engagés sur la question du droit d’asile, dénonçant les actions de l’État, ou son inaction. Le débat se cristallise avant tout sur les actions terroristes perpétrées par des personnes ayant obtenu l’asile politique en France, et ce bien que ces actions terroristes se soient parfois déroulées dans d’autres pays. De plus, une plus grande part d’articles titre des phrases chocs comme le montre la coupure : « Comment la France terroriste favorise le terrorisme », parue le 18 février 1982 au Figaro.

Une autre critique fréquente du droit d’asile est alors l’idée que les réfugiés profitent de leurs statuts pour exercer des métiers illégaux comme la prostitution. Enfin, on accuse également le gouvernement d’accueillir des personnes réfugiées originaires de pays démocratiques, ainsi une première distinction entre « bons réfugiés » et « mauvais réfugiés » émerge basée sur le régime politique du pays d’origine. C’est ainsi que le journal d’extrême droite National Hebdo écrit, dans son article du 30 avril 1985[4] : « Comment admettre qu’il y ait des réfugiés politiques italiens ou espagnols alors que ces deux pays sont démocratiques et que certains d’entre eux sont gouvernés par la gauche ? ». 

La structure du corpus de documents évolue grandement lors de cette période historique. En effet, on remarque d’abord l’arrivée d’articles issus de la presse « engagée à droite », tel que le Figaro, Le National Hebdo, Présent, le Républicain Lorrain. Le premier article issu de ce type de presse est l’article du Républicain Lorrain du 11 février 1982 intitulé « Les mains liées ». On remarque alors une domination des articles issus de la presse « engagée à droite » et de la presse « généraliste », au détriment de la presse « engagée à gauche » qui devient minoritaire (près de 75% des coupures de presses présentes dans notre carton proviennent de la presse engagée à droite ainsi que la presse généraliste). La part du fonds qui n’est pas occupée par les coupures de presse se centre sur les réactions des associations défendant le droit d’asile à la construction du problème public en cours, ainsi que des comptes-rendus d’allocutions de députés ou de membres du gouvernement qui réagissent au débat et proposent des amendements. Ainsi, la construction du problème public du droit d’asile comme étant relié à la question du terrorisme a conduit à mettre en avant le rôle de la « presse engagée » et à pousser le gouvernement à légiférer sur le sujet. A contrario, la place prédominante qu’occupaient les associations au sein du champ politique s’est vue bien atténuée, de même que le pouvoir performatif de leurs prises de position.

 

1985-1989 : Le droit d’asile : synonyme de l’immigration

La dernière période qui se dégage du fonds s’étend de 1985 à 1989. On remarque alors que le débat, d’abord centré sur la question du droit d’asile et sur les spécificités juridiques de ce statut, bascule au profit d’une assimilation de celui-ci au sein d’un débat sur l’immigration au sens large. On note alors une véritable prédominance des coupures de presse provenant de journaux « engagés à droite » au sein du corpus (environ 80% des coupures proviennent de cette catégorie de presse). On se rend alors compte que la construction du problème public de l’asile se confond avec celle de l’immigration notamment par l’action d’acteurs de la société civile qui co-construisent ces deux thématiques. Un bon exemple de cela est l’article du Figaro datant du 3 décembre 1985, qui se questionne : « À qui appartient l’électorat beur ? ». Ici, la participation électorale des immigrés de seconde génération est perçue comme un élément central pour comprendre et prédire les résultats des élections législatives. La question du droit d’asile n’apparaît aucunement dans le texte. De la même manière, le 6 mars 1985, le Figaro se fait le relai de la parole de Jean-Marie Le Pen pour qui « Le droit d’asile n’est pas un droit d’invasion ». Le droit d’asile est ici perçu comme une « ouverture des frontières », une représentation du droit d’asile qui associe l’asile et l’immigration « classique » donc.

De plus, les accusations de racisme portées par les forces politiques de gauche se voient de plus en plus dévoyées et délégitimées par le biais de la rhétorique du « procès d’intention » comme le montre l’article du 20 novembre 1985 du Figaro intitulé « Immigration : débat dévoyé ». En parallèle, le gouvernement Fabius mène des légiférations massives destinées à lutter contre l’immigration clandestine, et qui affectent également les procédures de demandes d’asile ; la question de la « chasse aux clandestins » devient de plus en plus prégnante, comme le montre l’article de Paris Match du 7 novembre 1986. Ici encore, la question du droit d’asile se voit affiliée à celle de l’immigration, il est alors préconisé de traiter la question de l’immigration clandestine par des procédures similaires, peu importe si les migrants recourent à la demande d’asile ou non.

Cette période marque aussi l’émergence de discours misérabilistes envers les réfugiés et les migrants en général de la part des corps médiatiques de gauche. Nous pouvons citer l’exemple de l’article de Libération du 20 décembre 1986 intitulé « Les tortures de Carlos n’ont pas passé l’examen », dans lequel le journal relate le parcours biographique de Carlos et de sa famille, dont la demande d’asile politique a été rejetée malgré la torture qu’ils subissaient dans leurs pays d’origine. On remarque alors que cette nouvelle phase de la construction du problème public de l’asile amène les groupes politiques à s’emparer de cette question. Ainsi, lors de son congrès annuel, le Parti Socialiste débat pour savoir si la France doit mener une politique « d’intégration » ou « d’assimilation » envers la population immigrée du pays, comme le retranscrit Libération dans son article du 3 décembre 1985 : « Le PS et l’immigration : la querelle de l’assimilation ». De la même manière, en 1988, l’immigration est désignée : « terme majeur de la présidentielle » par les médias et de nombreux articles interrogent les différents candidats sur leurs positions sur le sujet comme le fait Différences dans son article d’avril 1988. Les circulaires et propositions de lois se donnant pour objectif de distinguer « les bons réfugiés », à savoir les réfugiés politiques, des « mauvais » : les immigrés économiques, se multiplient, montrant donc un investissement croissant de la question de l’immigration par les corps législatifs et exécutifs.

 

Ce dont les archives témoignent : Droit d’asile et hégémonie réactionnaire

Ce corpus de documents nous permet de rendre compte de la construction progressive du problème public du droit d’asile, d’abord considéré comme une thématique à part pour devenir ensuite presque entièrement assimilé à celle de l’immigration. Cependant, la transformation radicale de la composition du corpus de documents soulève des questions supplémentaires. En effet, conjointement avec la construction du problème public, le corpus introduit au fur et à mesure des coupures et documents qui traitent de la question de l’immigration et de l’immigration seulement (comme c’est le cas de certains documents présentés ici). Ainsi, nous pouvons peut-être observer une transformation du rapport de FTDA à la question du droit d’asile, passant d’une question spécifique dont ils sont spécialistes à une question politique plus générale sur laquelle ils ne font qu’exprimer leur opinion. Il est aussi possible que la personne qui s’est chargée de compiler ces documents ait elle-même été imprégnée de la construction du problème public en cours et ait donc jugé pertinent d’intégrer des coupures qui ne traitent pas réellement de la question de l’asile. Tout ceci interroge donc l’évolution du rapport des associations défendant le droit d’asile, et de France Terre d’Asile en particulier, envers leur propre thématique.

Méthodologiquement, il s’agissait d’une première recherche aux archives. Il était donc parfois difficile de savoir comment s’organiser. Il a fallu trier les informations contenues dans les documents, les synthétiser et les croiser. Une des particularités du travail aux archives qu’a permis de souligner cette recherche réside dans l’exploitation des manques, des vides. En effet, nous nous sommes très rapidement interrogés sur les raisons expliquant que les cartons soient très fournis concernant la période des années 80-90, mais beaucoup moins bavards pour les périodes antérieures, et absents après 1995. C’est précisément ce souci pour le manque, et l’importance de son repérage, qui constitue une des qualités importantes pour qui veut travailler sur des archives (Farge, 1989), car on saisit mieux par-là à quel point la question du droit d’asile fluctue dans l’intérêt que lui accorde le grand public et le politique. Chaque manque, pour ainsi dire, est situé : la période avant les années 80 ne révèle pas de loi ou de discussion des parlementaires sur le sujet, car la thématique ne devient problématique et objet de débat politique qu’après, alors que concernant FTDA et le milieu associatif en général, des documents sont trouvés dès les années 1970 attestant du souci de la politique d’accueil. 

              Si elle se concentre sur le droit d’asile, notre recherche nous permet aussi d’observer précisément la montée en puissance de l’hégémonie réactionnaire. Les discours que l’on entend aujourd’hui sur l’immigration, et surtout les stratégies réactionnaires comme la jeopardy, sont en réalité des phénomènes anciens, qui ont pénétré les discours de droite et de gauche depuis des décennies : il y a même un certain immobilisme dans les discours si l’on en croit cet article de 2023 publié dans Boulevard Voltaire qui déplore que “comme par hasard, le profil de nos demandeurs d’asile ressemble comme deux gouttes d’eau à celui des migrants” (Baudriller, 2023). Ainsi, si se plonger dans le fonds d’archives “Documentation Réfugiés” de la Contemporaine permet de saisir les évolutions du statut juridique du droit d’asile et des discours autour de celui-ci ; analyser ces documents revient également à s’immerger dans la construction progressive d’un certains nombres de discours réactionnaires, et de leurs applications politiques et juridiques, qui occupent aujourd’hui une place hégémonique. Ainsi, l’intérêt historique de ce fonds d’archives devient double. Il serait donc pertinent, à l’heure où l’extrême-droite est arrivée au second tour lors des deux dernières présidentielles, de comparer les discours sur le droit d’asile dans les années 80-90 et ceux d’aujourd’hui, pour en analyser l’évolution comme l’immobilisme.

 

 

Bibliographie

  • Austin (John Langshaw). Quand dire c’est faire. Le seuil collection Points. 203p.
  • Baudriller, Marc (2023, 9 février). “[Reportage] L’impossible vérité : à la Cour nationale du droit d’asile, institution submergée”, Boulevard Voltaire, https://www.bvoltaire.fr/reportage-limpossible-verite-a-la-cour-nationale-du-droit-dasile-institution-submergee/
  • Bourdieu, Pierre (1982). Ce que parler veut dire. Fayard. 243p.
  • Farge, Arlette (1989). Le Goût de l’archive. Le Seuil, coll. Points. 156p.
  • Neveu Erik (1999), “L’approche constructiviste des « problèmes publics ». Un aperçu des travaux anglo-saxons”, Études de communication, n°22, pp.41-58.

 

Annexes

  • Annexes 1 : Article débat du journal Différences publié en 1982.

 

  • Annexe 2 : Article du Républicain Lorrain du 11 février 1984 titrant “Les mains liées”

 

[1] Enquête menée en collaboration avec Myriam Ababsa, Camille Douaglin et Deyann Creté dans le cadre d’un de nos séminaires de l’EHESS intitulé Initiation à l’usage des archives en sociologie animé par Daria Petushkova.

[2] Comité Inter-Mouvements Auprès Des Evacués

[3] Différences. (1982). En débat : faire sauter le droit d’asile ? Documentation Réfugiés (La Contemporaine), F/Delta 2014/4 (10), (Le débat général sur l’asile : autres prises de position), Nanterre, France.

 

[4] Le National Hebdo. (30 octobre 1985). Sur le terrorisme. Documentation Réfugiés (La Contemporaine), F/Delta 2014/4 (10), (Le débat général sur l’asile : autres prises de position), Nanterre, France.

 

Des Journées d’étude de Master : retours sur les JE 2023

Des Journées d’étude de Master : retours sur les JE 2023

Par Carbone, Yaëlle et Marilou, Master Sociologie de l’EHESS

Une Journée d’étude est une journée d’échanges scientifiques, souvent autour d’une thématique ou discipline. Durant cette journée des chercheuses et chercheurs proposent une “communication”, c’est-à-dire une prise de parole individuelle ou collective sur un axe de recherche, un point méthodologique ou épistémologique. Après présentation, ces communications sont “discutées” par d’autres chercheuses et chercheurs (en général avec plus d’ancienneté dans le domaine).

Si vous vous intéressez à ce billet, c’est probablement que vous considérez l’idée d’organiser ou de participer à une telle journée au sein du master. Nous sommes plusieurs à avoir co-organisé les Journées d’étude du Master Sociologie de l’EHESS pour l’année 2023, et nous souhaitons vous faire un retour de notre expérience. Nous reviendrons tout d’abord sur quelques-unes de nos réflexions apparues durant et suite à l’organisation de ces JE, puis vous trouverez des conseils pratiques pour organiser et participer à une Journée d’étude de master.

Réflexions

Pourquoi organiser une JE de master ?

En théorie, il s’agit à la fois d’un moment d’échange scientifique et d’un moment de convivialité : participer à une Journée d’Étude du Master est l’occasion de participer à un moment collectif, d’échanger sur vos recherches en cours, et de profiter du buffet. Pour les personnes communicantes, la préparation de cette Journée permet d’avoir un objectif pour avancer dans leurs recherches. La présentation de votre communication permet de discuter de votre travail, d’avoir de nouvelles réflexions et perspectives dessus, tout en vous socialisant à cet exercice classique en recherche sociologique qu’est la “journée d’étude”. Après la Journée d’étude, vous avez la possibilité de valoriser votre recherche en faisant un article à partir de la communication, que vous pouvez poster sur le carnet Hypothèses du master. Une telle Journée ne peut pas avoir lieu sans équipe d’organisation : organiser cette JE est un moyen d’expérimenter ce que vous pourrez être amené·es à organiser par la suite dans votre carrière universitaire. Organiser cette JE c’est également avoir la satisfaction de participer à faire vivre votre Master, par vous même, d’avoir créé un moment scientifique et convivial entre étudiant·es (des moments qui manquent souvent).

Toutefois, en pratique, pourquoi et pour qui ont lieu ces Journées ? Si en 2023 nous avons réussi à récolter 16 communications, nous savons que cela a été bien plus compliqué l’année précédente, et nous avons aussi eu à gérer des annulations parfois tardives de communications. Par ailleurs, le public n’était pas vraiment au rendez-vous, se composant d’une petite vingtaine de personnes (organisation, communicant·es, certain·es de leurs ami·es, certain·es doctorant·es et membres de l’équipe pédagogique) .

La date n’était-elle pas la bonne ? Les personnes n’étaient-elles pas disponibles ? Cela est-il en lien avec l’isolement des étudiant·es du master ?

 Nous avons eu des retours positifs de la part des personnes communicantes malgré l’aspect stressant de l’exercice, et ce fut réellement un moment convivial. Il semble cependant que peu de monde a le temps et l’envie de présenter son travail dans un tel format, ou d’assister à un tel évènement, ce qui est décevant par rapport aux efforts nécessaires pour organiser une JE. Ainsi, si la JE semble bien répondre à des envies et besoins réels, est-elle le moyen le plus pertinent d’y répondre ? Il nous semblerait utile de discuter collectivement de l’intérêt et de l’envie d’une telle Journée avec l’ensemble des étudiant·es du Master. Cela leur permettrait de mieux s’approprier ce moment, de s’investir davantage, de rassurer une partie d’entre eux·elles, ou d’imaginer d’autres moyens plus adaptés de répondre à nos besoins de suivi, de discussion de nos travaux et de convivialité.

Quel type de Journées d’étude voulons-nous ?

Les JE 2023 ont été d’un format très classique : des panels de deux ou trois communicant·es, un temps pour chaque communication, un·e discutant·e par panel avec un temps de discussion, un temps de question du public, un buffet. Cela tranche avec notre projet initial de JE horizontales, ouvertes et engagées, avec des thèmes plus wokes les uns que les autres et des communications/discussions parallèles à des ateliers d’arpentage, table ronde, discussions en non-mixité, etc. Cela résulte de plusieurs facteurs, et notamment d’un certain flou sur l’autonomie de décision de l’équipe organisatrice.

Est-elle déléguée à l’organisation d’une JE à un format pré-décidé par l’équipe pédagogique et les étudiant·es (dans quel cadre), ou a-t-elle la liberté de décider du format de ces JE (communication/discussion, arpentage, table ronde, discussions en non-mixité, ateliers pratiques, etc.) ?

         Quelles ressources avons-nous ? Technicité et charge

Si la doctorante nous accompagnant était en contact avec l’équipe pédagogique et devait les informer des avancés de notre travail, nous aurions aimé que l’équipe pédagogique soit plus présente en particulier (1) par rapport aux attentes que l’équipe avait vis-à-vis de nous qui ne nous paraissaient pas assez claires (point précédent); (2) par rapport au manque d’indications techniques (comment peut-on réserver une salle, si nous souhaitons un buffet à qui doit-on le commander… ?).

Peut-être que des choses pourraient être mises en place afin de rendre plus confortable cette organisation. Par exemple, si les années suivantes les JE sont encore à l’initiative première de l’équipe pédagogique il pourrait alors être intéressant que celle-ci prévoit une date (2 jours d’affilés potentiels) et réserve une salle dès le début d’année. La JE pourrait également être indiqué dans le calendrier de la plaquette comme événement du Master.

L’organisation d’une JE est un travail de longue haleine, déroutant, volontaire, et sans valorisation pour l’équipe organisatrice autre que les remerciements. Nous avions commencé à l’organiser en étant plus d’une dizaine, mais très vite nous nous sommes retrouvées à être cinq personnes (dont la doctorante référente) à prendre en charge l’organisation de la JE, une tâche pour laquelle nous n’avions pas de connaissances ni de compétences préalables. Étant donné les difficultés et l’intensité de nos vies étudiantes, les abandons sont compréhensibles et légitimes, mais cela pose la question du prix auquel nous devons organiser cette JE. Serait-il envisageable de réfléchir à des formes de compensation et/ou de valorisation de ce travail afin d’encourager les étudiant·es qui s’investissent dans ce type d’événements ?

Organisation et préparation

Dans cette seconde partie, nous reviendrons sur nos conseils pour organiser et participer à une Journée d’étude (JE). Il ne s’agit pas d’une recette à suivre à la lettre, mais plutôt de conseils pour vous aider à vous lancer et de tips qui nous auraient bien servi.

 

L’organisation d’une Journée d’étude

Décider de la date de la prochaine réunion ensemble : https://www.when2meet.com/

Écrire un document partagé : https://framapad.org/abc/

 

En amont

  • Première réunion : présentation et recrutement de l’équipe d’organisation

Vers novembre/décembre, il faut démarrer le travail par une réunion ouverte à tou·te·s les membres du Master Sociologie. On y présente le concept de “JE”, les raisons pour lesquelles c’est cool d’organiser ça, et les tâches que devra gérer l’équipe d’organisation. On commence également à discuter ensemble du type de JE envisagé (quels axes de recherches proposer, organisation d’autres ateliers, temps dédié à la JE…).

Ces axes ne sont pas fixes, ils pourront être modifiés selon vos réflexions, selon les propositions de communications que vous recevrez, selon l’ouverture ou la fermeture à des communications hors de ces axes. Toutefois, proposer des axes est un moyen pour les personnes organisant la JE de mettre en avant des thématiques qui leurs tiennent à cœur. Cela permet également d’aider les personnes s’inscrivant dans ces thèmes à se sentir légitimes pour participer à la journée : la grande majorité des propositions de communications que nous avons reçues s’inscrivaient dans les axes proposés.

  • Deuxième-troisième réunions : vers l’Appel à Communication (AAC)
    • Conclure les axes de la JE.
    • Choix de la date de la/des JE

Ce choix se fait d’abord selon le déroulement de l’année de master (rendu des mémoires, fin des séminaires, vacances…) et la durée des JE que vous souhaitez (une ou deux journée). Toutefois, le critère qui va vous restreindre le plus dans ce choix est la réservation d’une salle : il faut le faire le plus tôt possible, car le processus est assez compliqué et il y a peu de salles disponibles en fin d’année.

Réserver une salle : https://www.campus-condorcet.fr/fr/pour-la-recherche/soutien-a-la-recherche/formulaire-de-reservation-des-espaces-du-centre-de-colloques

 

  • Rédaction de l’appel à communication par petits groupes

L’Appel à communication (AAC) est le document par lequel vous invitez les personnes à venir communiquer (présenter leurs travaux) lors de la JE. Vous en voyez régulièrement passer dans les mailings list. On revient plus bas sur sa rédaction.

Il faut également choisir les moyens de diffusion de celui-ci (listes mail du master via l’équipe pédagogique ou lae secrétaire du Master, groupes de promo, groupes de séminaires, groupes d’affinités, etc.)

 

  • Envoi de l’AAC (4-5 mois avant la JE)

Laisser un peu plus d’un mois aux personnes souhaitant participer pour envoyer leurs propositions de communication. Ne pas hésiter ensuite à faire des relances.

  • Échéance réception des communications (2 mois / 2 mois et demi avant JE) mais possibilité de redonner un peu plus de temps si vous n’avez pas assez de communications, si vous savez que certaines personnes vont avoir le temps quelques jours après, etc.
  • Etablir le programme
    • Répartir les communications selon les axes de recherches prédéfinis avec la possibilité de créer de nouveaux axes ou des sous-axes selon les communications reçues (des panels). On vous conseille d’utiliser un tableur ! Parfois il sera vraiment difficile de relier les communications entre elles, et si c’est pas possible tant pis, ce sera des panels “Varia”.
    • Recherche de discutant·es pour chaque panel. Pro tips : chercher parmi les doctorant·es de l’EHESS, ils·elles sont très sympas et c’est local ! Vous les trouverez sur les pages des laboratoires listés sur le site de l’EHESS. On sait que ça peut être compliqué de trouver quelqu’un correspondant vraiment aux communications, mais faites de votre mieux et ça ira.

A ce stade, on vous conseille de vous partager la charge en vous répartissant les panels.

  • Préparer une affiche

Créer une affiche : https://www.canva.com/fr_fr/

Charte graphique EHESS : https://www.ehess.fr/fr/nouveau-logo-et-charte-graphique-lehess-kit-communication

 

  • Vers la JE : the final countdown
    • Contacter les discutant·es et les communicant·es pour leur transmettre les communications, les horaires des panels et répondre à leurs éventuelles questions. N’hésitez pas à les rassurer sur le fait qu’iels peuvent travailler des sujets éloignées de ceux des communications : étant donné que c’est une JE de Master et non thématique ce n’est pas possible de faire mieux, et on tant que les communications de nos camarades sont discutées c’est parfait.
    • Organisation du/des buffet(s) pour la JE : estimer le nombre de personnes et de repas que vous envisagez, envoyer une demande de nom de traiteur au master (et de budget), se procurer le devis auprès de ce traiteur, le transmettre au secrétariat du master, si c’est validé passer la commande, sinon ajuster.
    • Modifier le programme : il est possible que votre programme change entre le moment où vous commencez à l’établir (création des panels) et la Journée d’étude, notamment à cause d’annulations.
    • Envoyer le programme via les listes de diffusion de l’EHESS ([vie-scientifique] ; [discussion-débat] ; demander au secrétariat de la mention Sociologie de le diffuser aux étudiant·es du Master, etc.) et plus si vous le souhaitez !
    • Afficher le programme sur le Campus : imprimez les affiches en A4 ou A3 couleur dans le bâtiment Sud, prenez votre scotch et affichez où vous pouvez (Batiment Sud, portes de l’Humathèque et de l’EHESS, couloirs de l’EHESS…)

 

Le jour de la Journée d’Étude :

  • Préparer la salle (1h avant le début)

Disposition des chaises et tables, préparation de la visio si vous en souhaitez une, de l’écran pour les Powerpoints…

Il est possible de demander l’aide d’un·e technicien·ne pour faire fonctionner les caméras, micro, écran, le visio etc. dans la salle si un tel matériel y est disponible.

  • Introduire la Journée d’Étude

Bienvenu·es à toustes – Qu’est-ce que cette JE, pourquoi on l’organise – Présentation de l’équipe d’organisation – remerciements – Présentation de la JE (panels, pauses, horaires)

  • Passage des panels
    • Présentation des panels: chacun doit être pris en charge par une personne du comité d’organisation (en général la personne qui a contacté les communicant·es et discutant·es du panel). La personne se charge de présenter le panel et la·le discutant·e.
    • Gestion du temps
  • Buffet
    • Une personne doit être responsable de recevoir le buffet.
    • À la pause le mettre en place ensemble à l’endroit souhaité, ranger le moment voulu.

Comment rédiger un appel à communication (AAC) ?

Que doit-on retrouver dans un AAC ?

  • Les dates de la JE,
  • Une introduction qui explique rapidement ce qu’est cette journée d’étude,
  • Une présentation générale de ce qui est prévu et des objectifs de la JE,
  • Une explication rapide de ce que signifie présenter une partie de sa recherche en JE,
  • Essayer de convaincre les étudiant·es en leur rappelant les points positifs du fait de participer à ce type d’événement,
  • Présenter chaque axe et penser à prévoir un varia et à le mentionner,
  • Expliciter les conditions de soumission (date limite d’envoi, taille attendue, adresse mail où envoyer…)
  • Modalités de participation à la JE (20 minutes par communication, etc.)
  • Préciser qu’il n’y a pas de sélection
  • Préciser qui sont les membres du comité d’organisation.


Participer à une journée d’étude[1]

Comment répondre à un appel à communication ?

Tout d’abord, afin de répondre à un appel à communication, il est nécessaire de vérifier le contexte. Vous ne répondrez peut-être pas uniquement à l’AAC de votre master, il faudra donc s’intéresser à qui organise l’évènement auquel vous voulez participer et surtout avec quelle ligne directrice. Cela vous permettra d’éviter les contextes où l’on détruira votre contenu ou vos méthodes mais aussi de ne pas vous rendre dans des espaces qui pourraient vous “griller” votre terrain. Le lieu et les membres de l’organisation sont toujours de bons indices à ce sujet et vous permettront de juger de l’ambiance.

Une fois que vous vous êtes assuré·es de la bonne réception de votre recherche, il vous faudra repérer les mots-clés de l’AAC afin de les réemployer dans votre proposition, démontrant ainsi votre alignement. De même, lorsque vous établissez votre bibliographie, assurez-vous de baser celle-ci sur quelques ressources communes.

Lors de la rédaction de votre proposition, assurez-vous de choisir un objet précis et très délimité. Il est impossible de représenter toute sa recherche lors d’une communication aussi courte, il faut donc choisir une focale spécifique afin de pouvoir aborder en profondeur votre sujet dans le temps imparti. Les retours que vous obtiendrez le jour j seront d’autant plus utiles.

Il vaut mieux éviter les raccourcis faciles et ne pas faire de discours normatifs non fondés mais leur préférer une articulation entre des matériaux empiriques, des lectures théoriques et des réflexions éthiques. En effet, nous vous conseillons de baser votre communication sur quelque chose d’empirique et pas seulement théorique. Cela sera alors plus clair pour l’équipe d’organisation, qui aura des bases pour comprendre votre sujet et ainsi vous orienter dans le panel qui vous convient le mieux. Pour cela, il est aussi nécessaire de préciser votre dispositif méthodologique et quelques références bibliographiques.

Enfin, pour répondre correctement à un appel à communication il est indispensable de bien repérer le format attendu et de respecter la date limite. N’oubliez pas de porter attention au cadre formel en précisant bien au sein de votre document le titre de votre communication, votre statut, le nom de votre tuteur.ice et votre établissement de rattachement. Il faut aussi bien indiquer la date, le numéro de page, le nom du fichier, etc.

 

Comment préparer une communication ?

Pour préparer votre communication, vous avez deux options :

  • Il est toujours possible de partir d’une analyse déjà rédigée (travail de validation pour un séminaire, une partie ou sous-partie de votre mémoire…). Il vous faudra alors essayer de rendre le propos le plus fluide et pédagogique possible. Pour cela, il est nécessaire de relire votre document écrit et de repérer les différents points abordés puis de réajuster votre plan pour rédiger votre communication.
  • Vous pouvez aussi partir de zéro. Cela peut sembler impressionnant mais peut se révéler très utile dans votre recherche. La rédaction de votre communication pourrait représenter le coup de pouce dont vous avez besoin pour réellement vous lancer dans la rédaction de votre recherche. En rédigeant votre communication, vous allez devoir identifier ce que vous souhaitez présenter en partant de matériaux précis ou d’une thématique d’analyse et formuler un plan à partir des liens entre ces matériaux, vos analyses et des références extérieures.

Nos conseils pour une rédaction efficace :

  • N’hésitez pas à expliciter et contextualiser votre recherche, à préciser ce sur quoi vous travailler avant de partir sur votre communication.
  • Relisez-vous, profitez des relectures de vos proches et de vos camarades car le travail collectif vous aidera à survivre !
  • Rendez le propos le plus clair possible en étant concis·e. Les relectures vous y aideront. Un regard extérieur permet de se rendre compte de la pertinence et de la clarté du propos.
  • Ayez un objet délimité pour pouvoir le développer au maximum.
  • Rendez visibles vos matériaux.
  • Simplifiez vos formulations.
  • Précisez toujours les éléments de contexte même si le contexte est français.
  • Rédigez votre communication, cela vous rassurera sûrement et en vous entraînant vous verrez si vous respectez le temps imparti.
  • Prévoyez des diapos pour être clair·e et aider le public à se repérer. Mettez bien en avant vos parties et sous-parties avec des transitions claires.

 

Se préparer à la discussion

Lors d’une journée d’étude, plusieurs panels se succèdent et chacun se concentre sur un thème ou sous-thème spécifique. Au sein de chaque panel, plusieurs personnes présentent leur recherche puis une ou plusieurs personnes se chargent de la discussion. Les discutant·es commentent les communications du panel à partir d’une analyse transversale puis posent des questions individuelles ou collectives. Lorsque les discutant·es ont terminé leur intervention, chaque communicant·e répond. Enfin, les personnes du public peuvent poser quelques questions.

Durant cette discussion, il est normal d’être stressé·e, nous vous conseillons donc de prendre des notes des questions, de ce que vous souhaitez répondre mais aussi des références et pistes que l’on vous propose.

Il est essentiel de se rappeler que vous n’êtes aucunement obligé·es de répondre à toutes les questions, vous n’en aurez sûrement pas le temps. En outre, si des questions vous mettent mal à l’aise, vous pouvez les éviter activement, en suggérant d’en parler durant les moments de convivialité du buffet par exemple.

Enfin, il est possible de solliciter les discutant·es après la discussion afin d’obtenir leurs notes de préparation. Cela vous permettra de profiter de l’ensemble des retours et des réflexions d’une personne qui a étudié votre sujet.

[1] Nous nous sommes basées pour la rédaction de cette partie sur une séance de travail sur les communications organisée par Clara-Marie Nasser dans le cadre de son travail d’accompagnement à l’organisation des Journées d’Étude du Master Sociologie Générale en 2022-2023.

ALLEZ SAVOIR #5 : DES OBEISSANCES AAP

 

Appel à propositions
Du 01/12/23 au 29/01/24
Allez Savoir #5 – “Des obéissances”


Nous avons le plaisir de vous faire part de l’appel à propositions de la cinquième édition du festival Allez Savoir.
Cet appel s’inscrit dans le cadre de l’élaboration du programme de cette cinquième édition qui se tiendra à Marseille du 26 au 29 septembre 2024. Il est lancé par le comité éditorial du festival, présidé cette année par Liora Israël et Miriam Teschl.

Le festival Allez Savoir est un festival dédié aux sciences sociales, initié par l’EHESS en partenariat avec la Ville de Marseille. Allez Savoir relève de la production et de la diffusion de la culture scientifique, ainsi que de la formation par la recherche.
L’édition #5 : “Des obéissances”
L’appel s’adresse à toute personne impliquée dans la vie de l’EHESS : étudiantes et étudiants, chercheuses et chercheurs et personnels des laboratoires, services et directions.Depuis la création en 2019 du festival, vous êtes nombreuses et nombreux à soumettre une ou des propositions, et nous vous en remercions. Vous contribuez non seulement au succès de ce festival mais aussi à la visibilité de la recherche en sciences sociales.

Vous trouverez en pièce jointe et ici le texte d’orientation proposant des axes sur le thème de cette édition.
Calendrier de l’appel à propositions (AAP-AS2024)
Date d’ouverture :
1er décembre 2023
Date de clôture : 29 janvier 2024
Modalités de soumission des propositions
(ATTENTION : toutes les propositions doivent être soumises sur la plateforme Allez Savoir. Aucune proposition reçue hors de ce circuit ne sera évaluée par le comité.)
Réglement en pièce jointe et ici
Informations requises en pièce jointe et ici
(pour vous aider à préparer les informations demandées et à saisir sur la plateforme)
*
Étapes pour déposer vos propositions
Étape 1 : Créer votre compte
Connectez-vous et suivez la procédure de création d’un nouveau compte via ce lien : https://allez-savoir.fr/user/register
IMPORTANT: si vous disposez déjà d’un compte, merci de passer à l’étape 3
Étape 2 : Confirmer la création de votre compte
Vous recevez un mail de confirmation sur votre messagerie. Suivez la procédure de confirmation indiquée.
IMPORTANT : une fois les champs requis renseignés, DÉCONNECTEZ-VOUS !

Étape 3 : Déposer votre proposition
Après la confirmation de la création de votre compte (suivie d’une déconnexion obligatoire), reconnectez-vous avec vos identifiants via ce lien : https://allez-savoir.fr/user/login
Renseignez les champs requis.
IMPORTANT : Pensez à enregistrer avant de quitter, que vous ayez terminé ou que vous souhaitiez continuer ou faire une modification ultérieurement.
Processus de sélection
Le comité éditorial de cette cinquième édition sélectionnera, en toute autonomie au terme de cet appel, une trentaine de propositions qui permettront de déployer le thème “Des obéissances” et d’en faire ressortir les multiples aspects.
Allez Savoir est un festival, une invitation à tous les publics à entrer dans le jeu des sciences sociales, en donnant toute sa part au plaisir d’apprendre, de découvrir et de participer. Aussi son programme propose t-il divers formats (table ronde, projection de documentaire ou film de fiction suivis d’une discussion, balade, spectacle, actions pédagogique, exposition, atelier, etc.) qui favorisent un accès à la recherche, en particulier telle qu’elle se pratique à l’EHESS, quel que soit le thème de la proposition et son format.
Le comité sera donc tout particulièrement sensible, dans son travail de sélection, au caractère interdisciplinaire des manifestations proposées, au respect de la parité, à la représentation des étudiantes et des étudiants de l’EHESS, à la capacité des propositions à s’adresser à des publics diversifiés et aux regards croisés.
(Re)découvrir Allez Savoir
Allez Savoir a été initié par l’EHESS, en partenariat avec la Ville de Marseille, en 2019. Il invite à partager le questionnement multiple et original des sciences sociales sur de grands défis contemporains rassemblés chaque année autour d’un thème :
Après « En finir avec la nature ? » (2019), « Tout migre ? » (2021), « À contre-temps » (2022), « Voyage en utopies » (2023), la cinquième édition « Des obéissances » se déroulera du jeudi 26 au dimanche 29 septembre 2024 dans plusieurs lieux à Marseille.Depuis son lancement, le festival accueille chaque année entre 4 500 et 6 000 festivaliers.
Visiter le site d’Allez Savoir
Contact
AAP-festival@ehess.fr
Pour toute question technique relative à l’accès à la plateforme merci d’adresser un mail à
web@ehess.fr et AAP-festival@ehess.fr

La construction de France Terre d’Asile comme acteur principal de l’accueil des réfugiés en France dans les années 1970 et 1980

Par Armand Bourreau, Julia Dybczyńska, Camille Gripon

Travail réalisé en Master 1 à l’EHESS (2022-2023) : Armand Bourreau en Master 1 d’Études environnementales, Julia Dybczyńska en Master 1 de Sociologie, Camille Gripon en Master 1 de Sociologie ; EHESS. Sous la direction de Daria Petushkova.

***

La construction de France Terre d’Asile comme acteur principal de l’accueil des réfugiés en France dans les années 1970 et 1980

Créée il y a plus de cinquante ans, France Terre d’Asile (FTDA) est un acteur majeur de la société civile française qui œuvre pour la protection des droits des réfugiés. Entre champ associatif et politique, FTDA apparaît comme une organisation incontournable dont la puissance d’action semble inédite. Basé sur un travail archivistique issu des fonds d’archives Documentation – Réfugiés classés au centre de documentation de La Contemporaine, nous avons pu accéder à de multiples ressources (revue de presse, littérature grise, évolutions des législations, rapports et échanges entre les différents organismes publics, privés et associations engagées) versées par la Cimade et FTDA. Ainsi, nous nous sommes rendus trois fois sur place pour identifier et consulter les cartons les plus pertinents pour nos recherches et disposer de matériaux concrets pour les relier avec une littérature sociologique de l’immigration et du droit d’asile. Nous étudierons ici l’évolution de FDTA de 1971 aux années 1980 en l’intégrant aux contextes politiques internationaux et nationaux contemporains.

Nous avons travaillé à La Contemporaine avec le fond Documentation-réfugiés, ancien centre de documentation spécialisé au service des personnes ou des organismes qui avaient à s’occuper directement du droit d’asile et des réfugiés. Ces différents fonds sont mis à disposition par le Centre inter-associatif francophone d’information et de documentation sur le droit d’asile et les réfugiés. Pour l’écriture de cet article nous avons sélectionné les différents fonds suivants :

F/DELTA/2149/1183. FTDA : Organisation générale, administration, secrétariat général. Comptes rendus de réunions (1971- 1975).

F/DELTA/2014/6/15. FTDA : activités, centres provisoires d’hébergement et centres de transit, 1976-1981.

F/DELTA/2149/1183. CIMADE : Relations avec les organismes de soutien aux migrants.

F/DELTA/2014/5/58. CIMADE : Foyers et centres provisoires d’hébergement, 1973-1994.

Du statut de réfugié à la création de France Terre d’Asile

 

Le 28 juillet 1951 est adoptée la Convention relative au statut de réfugié, dite Convention de Genève. Elle définit le statut du réfugié et en fait une catégorie juridique à part entière : « Toute personne qui fuit son pays parce qu’elle craint avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques »[1]. Elle formule les droits et les devoirs des réfugiés, pose le principe de « non-refoulement » assurant leur protection d’une expulsion qui menacerait leur vie ou leur liberté.

 

Durant les vingt premières années, le champ d’application de la Convention était néanmoins limité par deux conditions spatio-temporelles, limitant la nouvelle catégorie juridique aux personnes touchées par des événements survenus avant 1951 et la plupart du temps concentrées aux frontières européennes, selon le bon vouloir des États. Il faudra attendre 1967 pour que le Protocole de New-York supprime ces deux clauses et procède ainsi à l’universalisation du statut de réfugié, qui marque un tournant dans l’histoire de la protection du droit d’asile.

 

C’est dans cet esprit de promotion universelle du droit d’asile que voit le jour FTDA le 20 janvier 1971. Cette association se démarque dès ses débuts par son statut novateur et sa composition sociale sur lesquels elle saura capitaliser. FTDA relève d’un projet inédit, qui naît de l’union de différentes associations (La Cimade, Cojasor, le Centre d’Orientation Sociale) souhaitant créer une plateforme inter- associative chargée de la défense politique du droit d’asile pour les réfugiés du monde entier. Grâce à la notoriété de ses fondateurs, J. Beaumont, A. Glasberg, G. De Wangen et du premier président J. Debu-Bridel, la nouvelle structure dispose dès sa naissance, d’un certain capital social et symbolique qui lui permettent de s’imposer directement dans le paysage des structures militantes françaises.

 

La singularité de FTDA relève aussi de son projet : « Le maintien et le développement d’une des plus anciennes traditions françaises : France Terre d’Asile pour toutes les personnes contraintes, pour des raisons politiques, religieuses ou raciales de quitter leur pays d’origine ou qui ne peuvent y retourner sans s’exposer à un danger réel »[2]. L’association prône une application universelle d’un droit humain et s’engage à la protection des réfugiés indépendamment de leur pays d’origine ou de la conjoncture politique et économique de la France.

 

Elle revendique l’universalité de sa mission et veut se distinguer des associations mères qui, elles, s’adressaient à des publics cibles : « Toutes ces associations, ont en effet, en commun le fait qu’elles émanent de l’effort de couches sociales réelles qui les supportent et conditionnent leur orientation. Milieux protestants pour la Cimade ; Milieux juifs pour le Cojasor ; milieux catholiques pour le Secours Catholique ; milieux progressistes ou populaires non confessionnels pour le Secours populaire. (…) FTDA n’a certes pas la même origine, elle ne représente pas une fraction de la population de notre Pays »[3].

 

FTDA appelle à un nouveau modèle politique pour l’accueil des réfugiés. Il ne doit plus seulement être l’activité d’associations privées mais relever d’une mission nationale, organisée et prise en charge par l’État à travers un dispositif national d’accueil, réparti sur tout le territoire. « Ces dispositions permettent d’accueillir les réfugiés, d’abord dans des centres de transit, puis dans des centres provisoires d’hébergement dont le fonctionnement est couvert par des fonds d’États (…). L’accueil est donc assuré par la collectivité nationale et non par des dons charitables ou des initiatives privées »[4].

L’association se présente à travers une double action. Elle exerce une influence politique avec un travail de lobbying et de communication pour sensibiliser « l’opinion publique », mais également un travail juridique et de négociation avec les pouvoirs publics pour défendre le droit d’asile et la condition des réfugiés. S’agissant de son action pratique, elle se concrétise sur le terrain en collaboration avec les autres associations. Elle s’investit dans l’accueil, l’insertion sociale des réfugiés et s’engage particulièrement dans la question de l’hébergement avec la mise en place de centres d’hébergement et de transit dont elle sera responsable.

 

FTDA verra progressivement son rôle et son statut évoluer avec la croissance de ses activités opérationnelles et sa fonction de coordination des associations au sein du dispositif national d’accueil. Cette puissance grandissante et ce déplacement d’activité ne se fera d’ailleurs pas sans heurts et lui attirera quelques conflits, et tensions avec les autres associations qui y verront une activité concurrentielle avec une institution au statut devenu ambigu.

 

Une association émergente et indispensable pour les pouvoirs publics (1973-1975)

 

L’arrivée des réfugiés du Chili conduit FTDA à la mise en place de centres d’accueil d’hébergement provisoires permettant de leur fournir trois repas quotidiens, de l’aide dans les formalités administratives (aides médicales, travail), des cours de français, un contrôle sanitaire et délivrance des informations indispensables pour leur intégration. En effet, suivant la loi de 1951, l’État assume provisoirement ces réfugiés en finançant des centres provisoires. Pour rappel, les premiers centres d’hébergement de réfugiés ont ouvert en 1973. Puis, un dispositif national d’accueil a été mis sur pied en 1976. À partir de 1984, l’allocation d’insertion est distribuée aux demandeurs d’asile (Ribémont, 2016).

L’accueil des réfugiés passe aussi par l’ouverture d’ateliers d’imprimerie, de mécaniques, des aides d’insertions, pour que ces derniers soient « intégrés », c’est-à-dire économiquement actifs[5]. Ces dispositifs permettent aux réfugiés de subsister en attendant qu’ils trouvent des moyens personnels d’assurer leur vie matérielle. Malgré des séries de stages d’enseignement du français organisés sous la tutelle du ministère du Travail et de l’Emploi, les réfugiés demandeurs d’emplois ne trouvent pas tous une solution définitive. On compte seulement 18 réfugiés en emploi sur 175 réfugiés en 1974. FTDA crée alors une « cellule spécialisée » pour l’Accueil et la Promotion des Travailleurs Migrants (APTM).

La dictature chilienne à travers les unes de Libération © France terre d’asile.

Avec l’émergence des centres provisoires d’hébergement, FTDA tisse des liens avec les autorités publiques. En effet, il n’existe pas jusqu’ ici de dispositif étatique. L’État finance donc ces centres, mais il n’investit pas dans une infrastructure matérielle. Avec ces Centres provisoires d’hébergement (CPH), les réfugiés suivent ce que l’État nomme une étape transitoire, définie comme une période limitée durant laquelle les réfugiés de toutes les origines, arrivés en France depuis moins de deux mois, peuvent bénéficier de mesures prises en faveur des réfugiés chiliens. En d’autres termes, il s’agit d’une prise en charge pendant trois à six mois, au titre de l’Aide sociale, dans les CPH. Cependant, les listes d’attente en CPH s’allongent. Les premiers contacts avec les pouvoirs publics sont sûrement ceux avec le Haut-commissariat, l’OFPRA, les ministères des Affaires étrangères, du Travail, de la Santé publique et de la Sécurité sociale. Pour FTDA, il convient de mettre en place une politique d’accueil des réfugiés qui passerait par l’adoption de textes légaux d’instructions, ainsi que le déblocage de crédits destinés à financer la création de projets sociaux et éducatifs.

 

Par ailleurs, un groupe de travail entre six associations privées se met en place assurant, en accord avec le secrétariat d’État à l’Action sociale[6], le premier accueil des réfugiés d’Indochine. Les six associations se composent de la CIMADE, de la Cojasor, de la Croix Rouge Française, de FTDA, du Secours Catholique et du Soutien Solidarité et Action en faveur des Émigrants (SSAE). Le 30 mai 1975, les associations vont se concerter et signent un protocole définissant la répartition des tâches et les conditions dans lesquelles les associations concernées entendent engager leur responsabilité[7].

 

On observe une nouvelle division du travail. Le groupe de travail (six associations), seul signataire du protocole, les représentants de l’administration et du Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR), le Comité National d’Entraide franco-vietnamien, franco- cambodgien, franco-laotien (CNE), et l’Entraide Universitaire Française (EUF) se réunissent trois fois par mois au siège du Secours catholique. Les autres associations qui participent aussi à l’accueil des réfugiés seront invitées à quelques réunions au CNE, des rapports dirigés par FTDA, sur la situation dans les centres de transit, les centres d’hébergement provisoire, et d’autres sur l’ouverture de nouveaux centres leur étant remis. FTDA prend en charge des informations relatives aux nouvelles arrivées, les présences en centre, les problèmes d’insertion, les problèmes administratifs et les nouveaux centres.

 

L’arrivée des boat people en France en 1975 et leur prise en charge par FTDA se matérialisent par une plus grande efficacité dans les dispositifs d’accueil. En d’autres termes, avec les premières « expérimentations » des réfugiés chiliens, la structure développe une gestion rationnelle de ces flux[8] avec des partenaires publics et privés[9], ce qui lui permet de s’imposer comme l’organisation coordinatrice de la constellation associative. Les conventions signées entre FTDA et le ministère de la Santé alimente cette idée d’une association qui s’impose grâce aux moyens que les pouvoirs publics lui allouent pour effectuer sa mission. On note une convention signée le 7 juillet 1975. Un protocole établi le 12 septembre 1975 entre la CIMADE, la Croix Rouge, le Secours catholique, le SSAE et FTDA, autorise la cogestion des centres provisoires d’hébergement entre la DASS et FDTA, sous la tutelle du ministère de la Santé publique et de la Sécurité sociale. L’article 2 de ce protocole définit le rôle de l’association dans les admissions en centres d’hébergement. FTDA s’occupe du transit, de l’acheminement des réfugiés vers ces centres, du suivi et des contrôles (fiches radiographiques et effectifs) et doit collaborer avec le Comité Médico-Social pour la santé des migrants. Finalement, la prééminence de FTDA dans la coordination associative est peut-être moins liée à des velléités internes qu’à des logiques de division du travail dans la coordination,  qui légitime la verticalité décisionnelle de l’association.

 

La plus grande rationalisation des flux passe par l’amélioration des systèmes de contrôle. L’informatique permet au secrétariat et à l’action sociale de mettre en place des lettres de rappel et des fiches individuelles pour les réfugiés en attente d’une prolongation de leurs aides. Ces prolongations sont décidées par FTDA et la Commission nationale (composée d’un  comité national d’entraide et de la SSAE) qui décident au cas par cas si les aides sont prolongées[10].

 

Cette nouvelle division du travail conduit à des débats et des désaccords entre les associations autour du rôle et le champ d’action que possède désormais FTDA. L’évolution des fonctions de cette dernière lui donne un caractère « opérationnel ». L’accueil des réfugiés du Chili et de l’Asie du Sud-Est a de fait conduit FTDA à sortir de son rôle initial de « plateforme associative ». Celle-ci a vu ses fonctions évoluer (mission de coordination générale et de secrétariat de la coordination) et s’est engagée dans des activités opérationnelles, qui l’éloignent ainsi de son statut initial et suscitent alors des débats et controverses parmi les acteurs de la coordination[11].

 

Une réorientation des activités

En dépit du fait que FTDA est devenu le principal acteur français de l’accueil des réfugiés, le durcissement des politiques migratoires et le déclin progressif de l’État-providence, sous les mandats de Valéry Giscard d’Estaing et de François Mitterrand en France, contraignent FTDA à réorienter ses activités. L’organisation perd en partie le soutien financier et idéologique du gouvernement, qui modifie sa politique en matière de réfugiés. Dans le même temps, le nombre de statuts de réfugiés accordés chute de façon spectaculaire. Des documents internes de la structure montrent que si, en 1982, 74% des demandes de statut de réfugié ont été accordées, ce pourcentage n’était que de 15% en 1990[12].

 

En 1973, le choc pétrolier qui marque la fin des Trente Glorieuses, contribue à la première récession économique depuis la Seconde Guerre mondiale, l’inflation et le taux de chômage augmentant fortement. Alors que le climat politique est tendu depuis la grande secousse de Mai 68, le président Valéry Giscard d’Estaing suspend l’immigration de travail et, en 1980, son gouvernement introduit la Loi Bonnet, qui rend plus strictes les conditions d’entrée des étrangers en France, autorisant l’expulsion pour simple entrée ou séjour irrégulier, sans menace à l’ordre public (Montvalon, 2013). Ensuite, la cohabitation de François Mitterrand et Jacques Chirac s’inscrit dans la même lignée : sous la pression du Front national, les gouvernements de droite prennent de nouvelles  mesures pour rendre l’accueil des réfugiés toujours plus difficile. En 1986, la « loi Pasqua », du nom du ministre de l’Intérieur de l’époque, entre en vigueur, rétablissant les reconduites administratives à la frontière et limitant l’accès à la carte de résident[13].

Sylviane de Wangen constate d’ailleurs le même phénomène : depuis 1979, l’OFPRA, qui reste un établissement administratif sous tutelle du ministère de l’Intérieur, commence à traiter les demandes de réfugiés avec un long retard. De plus en plus de demandes d’asile sont rejetées et, dans le même temps, les places dans les centres d’hébergement sont réduites. De surcroît, par décision gouvernementale, les réfugiés se voient progressivement privés de différents droits qui leur avaient été accordés depuis la mise en vigueur de la Convention de Genève. S. de Wangen dénombre la restriction de la disponibilité des cours de français et du stage de formation professionnelle, ainsi que la réduction des allocations de la Caisse nationale   (Wangen, 2016, 71).

 

Ce changement de climat politique est aussi en partie dû à la peur des agitations sociales qui ont secoué l’Europe dans les années 1970, souvent appelées « les années de plomb » : par exemple, en Espagne, la chute de la dictature de Franco ; en Italie, la révolte sociale marquée par l’activité des Brigades rouges ; au Portugal, la « révolution des œillets » ; le « printemps de Prague » en Tchécoslovaquie et la « dictature des colonels » en Grèce. Tous ces événements provoquent un afflux de nouveaux réfugiés politiques en France et, dans le même temps, suscitent des craintes d’actes terroristes. En France, « l’opinion publique » est particulièrement marquée par le tournant sanglant du conflit basque[14], ainsi que par les attaques de groupes armés en Italie (Sommier, 2003).

 

En réponse à ces événements, le Conseil de l’Europe propose une convention sur la répression du terrorisme, qui est signée en 1976 par la France. FTDA s’oppose radicalement à sa ratification en faisant valoir que, si une telle législation entre en vigueur, elle empêchera l’accueil d’un nombre significatif de réfugiés qui ont été impliqués dans la résistance contre la situation politique prévalant dans leur pays[15]. La forte position institutionnelle de FTDA rend son lobby efficace, puisqu’elle parvient à bloquer sa signature à ce moment-là (Wangen, 2016, 71), ce qui n’est plus le cas pour les lois dites Bonnet et Pasqua portant le nom des ministres de l’Intérieur de l’époque.

 

La décennie 1980 confirme finalement les tendances anti-réfugiés de l’administration française qui s’explique en partie par le tournant de la rigueur. Dans ce contexte d’abandon d’une politique sociale généreuse et cosmopolite à l’égard des réfugiés et devant la diminution importante du nombre des migrants accueillis qui en suivent, FTDA transforme son activité. En effet, l’association commence à se concentrer davantage sur la défense des droits des migrants que sur l’organisation pratique de leur accueil, comme au temps des « années de plomb ». Dans les années 1980, la position de FTDA sur la scène politique est plus faible qu’une décennie plus tôt, d’autant plus que l’organisation s’oppose aux institutions gouvernementales. En effet, FTDA critique ouvertement les activités de l’administration de l’OFPRA, avec laquelle elle a précédemment coopéré. Les accusations portent principalement    sur la promotion de sentiments anti-migrants et d’un fonctionnement contraire au droit européen.

 

Dans ce contexte, le président FTDA, Jacques Debu-Bridel, a écrit en 1973 un texte intitulé « La Convention de Genève et le protocole de Bellagio sont-ils des chiffons de papier ? » [16], dans lequel on peut lire :

[Encadré] « J’ai quelque honte à l’écrire pour nous mais la vérité ne saurait pas être dissimulée : la France tend à devenir la moins accueillante des nations de l’Europe occidentale pour des réfugiés politiques dont elle fut si longtemps et pour son plus grand profit l’asile par excellence. La situation s’aggrave de jour en jour et l’opinion politique doit être alertée. (…) Les conditions dans lesquelles se déroule le processus aboutissant à l’octroi ou au refus du statut de réfugié politique ne répond pratiquement pas au souci d’indépendance et d’autonomie dont devrait jouir O.F.P.R.A (Office Français de Protection de Réfugiés et Apatrides), conformément aux conventions internationales signées par France. En fait et de façon parfaitement illégale, l’OFPRA est contraint de soumettre au Ministère de l’Intérieur toutes les demandes qui lui sont faites en vue d’obtenir le droit d’asile, attendant l’autorisation de cette instance pour y répondre. Or cette intervention policière est contraire aux dispositions du Décret du Mai 1953 conforme aux Conventions internationales ».]

 

Dans son communiqué de 1983[17], France Terre d’Asile accuse l’OFPRA d’une campagne dans la presse française et à la télévision « qui tendent à jeter le discrédit sur les étrangers qui demandent l’asile politique en France ». Dans leur communiqué, ils écrivent :

[Encadré] « Le directeur de cet organisme (OFPRA) a tenu sur les demandeurs d’asile des propos très négatifs, contribuant à accréditer la thèse qu’il s’agirait en réalité des imposteurs ne cherchant qu’à contourner les restrictions à l’immigration et à profiter des aides sociales prévues par la législation française » et ils ajoutent « France Terre d’Asile s’étonne également que les chiffres cités par le directeur de l’O.F.P.R.A pour faire croire à un récent afflux massif de candidats au statut de réfugié ne correspondent nullement aux statistiques fournies par son propre organisme qui montrent une progression beaucoup plus modérée ».]

 

Dans un communiqué de 1991, publié à l’issue de la journée d’études organisée par FTDA pour son vingtième anniversaire, l’organisation commente l’inaction et même l’hostilité de l’administration française à l’égard des réfugiés. En termes amers, elle écrit les mots suivants, révélateurs d’un contexte politique alors marqué par un « grand retournement du droit d’asile » (Valluy, 2009) : « Bien sûr, entre “ferme ta gueule“ des dictatures et “cause toujours“ des démocraties, on préféra encore “cause toujours“. Pourtant, il n’y a pas de différence de nature entre ces deux formules. En quittant cette salle de l’IMA (Institut du Monde Arabe) après avoir entendu “causer toujours“ pendant toute une journée, tous ces militants de Droits de l’Homme se regardaient d’un œil hagard. Gobe-mouches utopistes qui refusent de vider le mot solidarité de son sens ? »[18].

 

Conclusion

 

Si l’évolution du contexte politique a rendu la mission initiale de FTDA plus difficile à réaliser, l’organisation est restée un acteur incontournable de la scène associative française spécialisée dans l’accueil des réfugiés. Le capital accumulé au cours des vingt premières années d’activité, son statut novateur de plateforme inter-associative engagée sur la scène politique la démarque des autres associations existantes. À partir de 1975, l’association confirme sa position dominante dans la coordination notamment grâce aux relations tissées avec les pouvoirs publics et par le biais de son efficacité dans la gestion des flux de réfugiés à travers ses activités opérationnelles. C’est ce contact étroit et sa place singulière dans le champ associatif politique qui lui permet de rester un défenseur actif de la protection des réfugiés, y compris dans un contexte politique de plus en plus hostile à sa mission initiale : une France, terre d’asile.

 

 

Bibliographie

 

Akoka, Karen, Spire, Alexis, « Pour une histoire sociale de l’asile politique en France », Pouvoirs, 144 (1), 2013, p. 67-77. DOI : https://doi.org/10.3917/pouv.144.0067

Anonyme. « Projet de loi ‘asile et immigration’ 2023 : un énième texte dangereux », Amnesty International France, 7 février 2023. En ligne : https://www.amnesty.fr/refugies-et- migrants/actualites/projet-de-loi-asile-et-immigration-2023-dangereux

Bernardot, Marc, « De SONACOTRA à ADOMA (1992-2006). Eléments de cartographie des nouvelles institutions de gestion de l’immigration et de l’intégration », Asylon(s), 4, 2008. En ligne : http://www.reseau- terra.eu/article765.html

Le Roy, Thierry, Rouilleault, Delphine, « Le “Pacte sur la migration et l’asile” privilégie une approche sécuritaire au détriment d’un accueil digne des demandeurs d’asile », Le Monde, 25 mai 2021. En ligne : https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/05/25/le-pacte-sur-la-migration-et-l-asile-privilegie-une-approche-securitaire-au-detriment-d-un-accueil-digne-des-demandeurs-d-asile_6081345_3232.html

Madani, Latifa, « Projet de loi Darmanin : que restera-t-il du droit d’asile ? (1/2) », L’Humanité, 17 janvier 2023. En ligne : https://www.humanite.fr/en-debat/loi-immigration- darmanin/projet-de-loi-darmanin-que-restera-t-il-du-droit-d-asile-12-778565

Meslin, Karine, « Accueil des boat people : une mobilisation politique atypique », Plein droit, 70 (3), 2006, p. 35-39. DOI : https://doi.org/10.3917/pld.070.0035

 

Montvalon, Jean-Baptiste de, « Immigration : depuis Charles Pasqua, la droite défend un modèle toujours plus répressif », Le Monde, 12 décembre 2013. En ligne :  https://www.lemonde.fr/societe/article/2013/12/12/depuis-charles-pasqua-la-droite-defend- un-modele-toujours-plus-repressif_4333155_3224.html

 

Ribémont, Thomas, « Sous conditions et sous contraintes : l’hébergement des demandeurs d’asile en France. Retour sur la loi du 29 juillet 2015 », Sens-Dessous, 17(1), 2016, p. 5-14. En ligne : https://www.cairn.info/revue-sens-dessous-2016-1-page-5.html

 

Sommier, Isabelle, « Les années de plomb » : un « passé qui ne passe pas », Mouvements, 27-28 (3), 2003, p. 196-202. DOI : https://doi.org/10.3917/mouv.027.0196

 

Wangen, Gérold de, « Les débuts de France terre d’asile », Hommes & Migrations, 1198-1199, 1996, p.  94-95. DOI : https://doi.org/10.3406/homig.1996.2697

 

Wangen, Sylviane de, « L’accueil des réfugiés en France de 1952 à 1983. Genèse de la prise en charge par l’État de l’accueil des réfugiés vue à partir de la création de France terre d’asile », Migrations Société, 165 (3), p. 55-74. DOI : https://doi.org/10.3917/migra.165.0055

 

[1] Article 1. A (2) de la Convention relative au statut de réfugié tenue à Genève le 28 juillet 1951.

[2] « Dossier du permanent d’un centre de transit – Les buts et les activités de FTDA ». 1979. Fonds Documentation- Réfugiés. F/DELTA/2014/6/15. FTDA : activités, centres provisoires d’hébergement et centres de transit, 1976- 1981. La contemporaine.

[3] « Compte rendu de bureau de février 1975, mercredi 12 février et mercredi 19 chez le Président Debu-Bridel » – Annexe. « III – Autres interventions ». Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2149/1183. CIMADE : Relations avec les organismes de soutien aux migrants. La contemporaine.

[4] Lettre d’information à propos du Centre de transit des réfugiés du S.E.A. Paris 29 juin 1979. Auteur : inconnu. Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2014/6/15. La contemporaine.

[5] Communication interne. « Considérations générales. 2) Les projets eux-mêmes ». Date : inconnue. Auteur :  inconnu. Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2014/6/15. La contemporaine.

[6] Communication interne de la Commission juridique. « Note sur le droit au travail salarié des réfugiés

Politiques ». Date : 25 juin 1975. Auteur : inconnu. Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2149/1183. La contemporaine.

[7] Communication interne. « Dossier du permanent en centre de transit ». Auteur : inconnu. Date : 15 décembre 1981. Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2014/5/58. CIMADE : Foyers et centres provisoires d’hébergement, 1973-1994. La contemporaine.

[8] Des listes de « comptabilité » des flux, de la situation géographique des réfugiés politiques sont disponibles dans les séries susmentionnées.

[9] Des municipalités et des associations loi 1901 qui louent ou mettent à disposition des locaux.

[10] Circulaire n° 86-5. « Mise en place de centres d’accueil pour les demandeurs d’asile dépourvus de visa d’établissement ». Date : 5 février 1986. Auteur : ministère des Affaires Sociales et de la Solidarité Nationale, Porte-Parole du Gouvernement. Destinataires : MM. Les Commissaires de la République de Région et de Département. Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2014/5/58. La contemporaine.

[11] « Compte rendu de bureau de février 1975, mercredi 12 février et mercredi 19 chez le Président Debu-Bridel ». Annexe. « III-Autres interventions ». Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2014/5/58. La contemporaine.

[12] Communication interne. « Accords de statut sur 100 dossiers étudiés ». Date : inconnu. Auteur : inconnu.  Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2149/1183. FTDA. Organisation générale, administration, secrétariat général. Comptes rendus de réunions (1971-1975). La contemporaine.

[13] Ibid.

[14] Bulletin du Comité pour la défense des droits de l’homme. « Le droit d’asile d’une Europe à l’autre 1951- 1993 ». Auteur : Denis Labord. Date : 1991. Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2014/6/12. FTDA : Création et fonctionnement. La contemporaine.

[15] Lettre d’information de FTDA n° 17. « À propos de la convention de Strasbourg », p. 4. Auteur : Philippe Waquet. Date : Juin 1977. Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2149/2285. CIMADE : Accueil des réfugiés et des migrants. La contemporaine.

[16] Lettre d’information « La Convention de Genève et le protocole de Bellagio sont-ils des chiffons de papiers ». Auteur : Jacques Debu-Bridel. Date : 1973. Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2149/1183. La contemporaine.

[17] Communiqué interne FTDA « Communiqué ». Auteur : inconnu. Date : 12 décembre 1983. Fonds Documentation -Réfugiés. F/DELTA/2149/2285. La contemporaine.

[18] Bulletin du Comité pour la défense des droits de l’homme. « Le droit d’asile d’une Europe à l’autre 1951-1993 ». Auteur : Denis Labord. Date : 1991. Fonds Documentation-Réfugiés. F/DELTA/2014/6/12. La contemporaine.