Tous les articles par L'équipe pédagogique

Enquête ouscipo (2016-2017): Normaliser la PrEP (prophylaxie pré-exposition) (avec aides)

  • Gaëtan Thomas, ATER à l’EHESS, Mention Santé, populations, politiques sociales (gtn.thomas@gmail.com)

Mardi de 9 h à 11 h (salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 21 février 2017 au 23 mai 2017

Les étudiants en M1 de la mention SPPS réalisent cette année une enquête sur la Prophylaxie Pré-Exposition (PrEP) avec l’association de lutte contre le sida AIDES. La PreP est une stratégie de contrôle du VIH qui consiste à administrer de façon préventive aux groupes les plus touchés par l’épidémie, essentiellement les gays séronégatifs, un des composants du cocktail thérapeutique utilisé dans le traitement du virus. Après plusieurs années d’expérimentation et de controverse, la PrEP est accessible et prise en charge par la sécurité sociale depuis janvier 2016.

L’enquête des étudiants SPPS porte sur la normalisation de ce dispositif et doit répondre à la question formulée par AIDES du non-recours à la PrEP. Comment expliquer les éventuelles réticences à l’utilisation de la PrEP ? Divisée en trois terrains et autant de modes d’investigation (archives, entretiens ethnographiques et observations), cette recherche débouchera sur un rapport remis à AIDES au second semestre 2017

enquête ouscipo (2014-2015): Une île dans la ville

Enquête collective à L’Ile-Saint-Denis

En 2014-2015 a eu lieu un séminaire d’initiation à la recherche en sociologie, à destination des étudiants de première année du Master « Sociologie générale ».

 Corentin Durand, doctorant contractuel à l’EHESS
Romain Juston, doctorant contractuel à l’UVSQ
Quentin Ravelli, chargé de recherche au CNRS

L’Ile-Saint-Denis est une commune de la Seine-Saint-Denis de 7000 habitants, située sur une île fluviale de la Seine. Marquée par la désindustrialisation et le chômage de masse, cette commune bénéficie aujourd’hui d’un réseau associatif et solidaire dense, tourné vers la construction de nouveaux modes de production, de consommation et de vivre-ensemble. Initiation pratique et réflexive à la recherche en sociologie, l’enquête sera l’occasion d’interroger différents aspects de ces nouveaux modes de vie sous contrainte, en dialogue avec les acteurs de ce territoire.

L’enquête peut accueillir entre 15 et 20 participants (en priorité des étudiants inscrits en M1 « Sociologie générale »). Encadrés par les enseignants, des groupes définiront leur objet de recherche et les méthodes appropriées pour l’étudier (observation participante, entretien, analyse de contenu, statistiques, etc.). La collecte des données se fera sur une semaine complète (semaine du 8 au 13 décembre 2014). Deux séances de trois heures auront lieu en amont pour définir les thématiques et les modalités de l’enquête. Deux séances seront organisées après la semaine de terrain pour travailler sur l’analyse du matériau récolté et de préparer la restitution. A l’exception de la première, chaque séance donnera lieu à une présentation des groupes et devra être préparée en coordination avec l’un des encadrants.

Initiée dans le cadre de l’Ouvroir de sciences sociales potentielles (Ouscipo) de l’EHESS, cette enquête sera réalisée en partenariat avec plusieurs associations et structures basées à l’Ile-Saint-Denis. En mettant à distance le modèle de l’expertise, nous tenterons de réfléchir à la manière dont sciences sociales et acteurs de terrain peuvent co-construire des projets de recherche alliant pertinence sociale et intérêt scientifique. Pour cela, les thématiques de recherche seront définies lors d’une séance rassemblant étudiants et acteurs de terrain. Certains groupes pourront également réaliser tout ou partie de leur terrain au sein de certaines de ces structures.  Enfin, une séance de restitution sera organisée en fin d’année afin de discuter des observations et des résultats avec les associations et les structures partenaires.

Une premier bilan de l’enquête disponible est disponible ici

Enquête ouscipo (2015-2016): Aux frontières de l’urgence

Enquête collective avec le Samu social de Paris

Corentin DURAND, doctorant contractuel à l’EHESS

Erwan LE MENER, chercheur à l’Observatoire du Samusocial de Paris.

Samusocial

Initiée dans le cadre de l’Ouvroir de sciences sociales potentielles de l’EHESS, cette enquête sera réalisée en partenariat avec le Samusocial de Paris. En mettant à distance le modèle de l’expertise, nous tenterons de réfléchir à la manière dont sciences sociales et acteurs de terrain peuvent co-construire des projets de recherche alliant pertinence sociale et intérêt scientifique.

Dans le cadre de sa mission de lutte contre la grande exclusion, le Samusocial de Paris accueille notamment des sans-domiciles dans des centres d’hébergement et des accueils de jour. Néanmoins, en cas de comportements jugés suffisamment graves, ces structures peuvent prononcer des mesures dites d’ « éloignement » à l’encontre de personnes accueillies. Ces exclusions sont valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie. L’enquête proposée porte sur ces mesures d’éloignement : quelles logiques conduisent à de telles décisions ? comment sont-elles justifiées ? comment sont-elles vécues par les personnels, les personnes hébergées et les personnes éloignées ? A travers ces questions, il s’agit d’interroger l’urgence sociale par ses frontières.

L’enquête peut accueillir entre 15 et 20 participants, répartis en trois groupes. Encadrés par les enseignants, les groupes centreront chacun leur recherche sur un centre d’hébergement d’urgence ou un accueil de jour particulier. L’enquête permettra aux étudiants de se familiariser avec des méthodes diverses : observation, entretiens, analyse de contenu et statistiques descriptives. En effet, chaque mesure d’éloignement donne lieu à la rédaction d’une décision motivée. L’un des objectifs de l’enquête est de construire un dispositif de codage de ces motivations et d’en proposer une analyse. Chaque groupe réalisera par ailleurs des entretiens et des observations avec des professionnels et, si possible, des personnes hébergées d’un centre ou accueil de jour du Samusocial.

Les premières séances seront consacrées à la définition de la problématique, la préparation de l’enquête de terrain et la construction du dispositif de codage. La collecte des données se fera sur une semaine complète. Les séances suivantes seront consacrées à l’analyse des données qualitatives et quantitatives, puis au travail d’écriture. Enfin, une séance de restitution sera organisée afin de discuter des observations et des résultats avec les partenaires du Samusocial de Paris.

Enquête ouscipo (2016-2017): La prostitution dans l’espace urbain

Enquête collective en partenariat avec le Lotus Bus (Médecins du Monde)

Mardi de 9 h à 11 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris), les 29 novembre, 6 et 13 décembre 2016, puis les 3 et 31 janvier, 21 février, 7 et 21 mars 2017. Une semaine de terrain sera organisée « hors les murs » la semaine du 9 janvier 2017

Initiée dans le cadre de l’Ouvroir de sciences sociales potentielles de l’EHESS (ouscipo.ehess.fr), cette enquête sera réalisée en partenariat avec le Lotus Bus, projet de santé communautaire à destination des femmes chinoises qui se prostituent à Paris, porté par l’association Médecins du Monde (http://www.medecinsdumonde.org/). En mettant à distance le modèle de l’expertise, nous tenterons de réfléchir à la manière dont sciences sociales et acteurs de terrain peuvent co-construire des projets de recherche alliant pertinence sociale et intérêt scientifique.

Au début des années 2000, Médecins du Monde a mis en place un projet pour répondre aux besoins sanitaires des femmes chinoises qui se prostituent à Paris. Celles-ci étaient en effet largement exclues du système de santé, notamment en raison de la barrière de la langue. Dans le cadre des programmes de réduction des risques, le Lotus Bus vise à fournir aux personnes se prostituant les outils nécessaires pour se protéger, des MST et IST, ou des violences qu’elles peuvent subir, à la fois en tant que migrantes et en raison de leur activité de prostitution.

L’enquête s’attachera à comprendre la manière dont ces activités de prostitution s’intègre dans différents secteurs de Paris, en prêtant notamment une attention particulière aux différents usages de l’espace public, à l’activité des services médico-sociaux, aux pratiques policières, aux attitudes des riverains et aux débats politiques locaux.

L’enquête peut accueillir jusqu’à vingt participants, répartis en trois groupes. Elle permettra aux étudiants de se familiariser avec des méthodes diverses : observation, entretiens, analyse de contenu et statistiques descriptives. Les premières séances seront consacrées à la définition de la problématique et la préparation de l’enquête de terrain. La collecte des données se fera sur une semaine complète (semaine du 9 au 14 janvier 2017). Les séances suivantes seront consacrées à l’analyse des données, puis au travail d’écriture. Enfin, une séance de restitution sera organisée.