« Mobiliser les entretiens sociologiques dans un texte académique »

Anne-Léa Bauquis, doctorante au Centre Maurice Halbwachs, chargée d’enseignement au sein du Master Sociologie de l’EHESS

Maud Hetzel, doctorante au Centre Georg Simmel, ATER au sein du Master Sociologie de l’EHESS

Mobiliser les entretiens sociologiques dans un texte académique

Dans le prolongement du billet « Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces » (Ink 2016) paru sur le présent blog, il s’agit ici de proposer quelques « ficelles » quant à la mobilisation des entretiens sociologiques dans un texte académique. Cet article restitue des discussions qui ont eu lieu au cours du séminaire « L’enquête sociologique par entretien » (2023-2024) au sein du Master Sociologie de l’EHESS et vise à accompagner les masterant·es en sciences sociales dans leurs premiers exercices universitaires de rédaction à partir du recensement de quelques erreurs fréquentes et de l’identification de pratiques adaptées aux exigences académiques.

Trois moments clés de l’écriture y sont abordés : la sélection des extraits d’entretien, leur intégration dans le texte et la formulation de leur analyse sociologique. Pour illustrer les différents points soulevés au fil du billet, nous mobilisons des exemples issus des travaux réalisés par les étudiant·es du séminaire.

NB : quand il s’agit d’un exemple rédigé par les autrices à partir d’extraits des travaux réalisés par les étudiant·es, un astérisque l’indique à la fin de la citation concernée.

Nous remercions chaleureusement les étudiant·es qui ont participé aux deux groupes du séminaire au cours de l’année universitaire 2023-2024 pour les échanges stimulants autour de leurs enquêtes et lectures respectives : Ninon Alborino, Alice Brosse, Ercilio Carneiro Machado Neto, Aurore Chabaud, Baptiste Chaillou, Gladis Cohen, Ombeline Cornette, Zacharie Deforêt, Marie Delisle Lebasle, Romain Diaby, Marie-Lou Dirkx, Lena El Sherif, Philippine Goubelle, Marion Ladoire, Elie Laflorencie, Gentiane Lamoure, Enki Lijour, Emma Lombardini, Eliza Makarian, Raphael Martin Melizi, Hugo Martiniano De Noronha, Laetitia Maynard, Pierre-Antoine Mazière, Gael Peizerat, Mireille Poulet-Mathis, Faiza Sayagh, Ayaka Suzuki, Lucile Tulgoat, Izia Zuchuat[1].

1. Sélectionner les extraits d’entretien

  • Retenir un nombre réduit d’extraits d’entretien…

Avant d’intégrer des extraits d’entretien au sein d’un texte académique, il est nécessaire de les sélectionner. Or, retenir seulement certains extraits pour en laisser d’autres de côté peut s’avérer complexe, voire frustrant. Le principal écueil est alors de multiplier les extraits d’entretien sans que ces derniers ne soient tous nécessaires pour la démonstration. Nombreux sont les travaux de jeunes chercheur·euses qui mobilisent deux à trois extraits pour démontrer une seule et même idée.

Or, la multiplication des extraits peut donner l’impression aux lecteur·trices que l’auteur·trice ignore ce qu’iel souhaite démontrer, voire qu’il n’y a pas véritablement de cohérence ou de logique dans son argumentation. Comme le formulent Stéphane Beaud et Florence Weber, « que penserait-on d’un statisticien qui montrerait les dizaines, les centaines de tableaux inutiles qu’il a bien dû faire avant d’avoir mis au propre celui qui lui paraissait convaincant ? » (2010 [1998], p. 242).

Se contraindre à choisir un extrait d’entretien pour faire part d’un résultat, c’est dès lors s’obliger à clarifier l’usage que l’on souhaite en faire et ce qu’il dit de notre objet de recherche. Il faut garder à l’esprit que les extraits qui n’apparaîtront pas directement dans un texte sont néanmoins mobilisés dans le travail de recherche : d’une part, parce qu’ils informent la réflexion de manière générale et d’autre part, parce qu’il sera toujours possible de les synthétiser (sans les citer) par ailleurs.

  • … mais en retenir tout de même !

L’écueil inverse consiste à produire un texte dans lequel on ne « voit » pas l’entretien.  L’analyse s’appuie alors insuffisamment sur les propos de l’enquêté·e, qui sont toujours paraphrasés sans jamais être cités tels quels.

Extrait 1

« Après avoir perdu son emploi, Adèle, déprimée, est retournée chez ses parents dans le village de son enfance marqué par un entre-soi rural. Ses parents la convainquent de participer aux ateliers à destination des jeunes chômeurs proposés par la MJC locale. J’ai choisi d’analyser cette trajectoire car c’est la seule enquêtée qui se présente comme dépourvue de perspectives professionnelles. »*

Dans ce passage d’un travail réalisé par un·e étudiant·e, l’absence d’extraits d’entretien précis fragilise l’analyse et crée une confusion quant au·à la locuteur·trice : qui, du·de la sociologue ou de l’enquêtée, emploie les expressions « déprimé », « entre-soi rural » ou encore « dépourvue de perspectives professionnelles » ? Pour trouver un juste équilibre entre ces deux écueils, l’une des principales « ficelles » consiste à faire varier les modes de citation des extraits sélectionnés.

  • Faire varier la longueur des extraits d’entretien sélectionnés

Pour mobiliser avec précision les extraits sans pour autant multiplier à outrance les citations, il est pertinent d’alterner des extraits d’entretien longs et des extraits d’entretien plus courts. En effet, un extrait d’entretien long présente le plus souvent l’avantage de condenser un ensemble dense d’informations susceptible d’introduire des fils à tirer ultérieurement dans l’argumentation ou encore de synthétiser différents résultats de l’enquête de terrain. Un extrait d’entretien court peut davantage donner lieu à une analyse sociologique fine, intégrant à la réflexion non seulement le contenu explicite du discours de l’enquêté·e, mais aussi les implicites et les hypothèses du·de la sociologue :

Extrait 2

« Lorsque Lucas dit “on nous prend pour des élèves de seconde”, le “nous” renvoie à l’ensemble des étudiants de son BTS et le “on” au personnel éducatif et aux enseignants de son lycée. Cet exemple témoigne d’un sentiment d’appartenance, de la part de Lucas, au groupe des étudiants en BTS, construit par opposition à un « eux » qui désignerait les lycéens. Une distinction qui renvoie à ce que le sociologue américain W. Gamson appelle “identity frame” (1992), l’usage du “nous” plutôt que “je” évoquant un sentiment d’appartenance à un groupe qui constitue un premier indicateur de repérage du politique. » (Philippine Goubelle, M1 Sociologie)

Faire varier la longueur des extraits d’entretien est d’autant plus pertinent que selon leur caractère long ou court, l’objectif et la portée de leurs analyses respectives seront différent·es.

2. Intégrer les extraits d’entretien dans le texte

  • Mettre en forme les extraits d’entretien

Sur un plan formel, les consignes d’intégration des extraits varient selon leur longueur. Ainsi, les extraits courts (de quelques mots à une ou deux lignes) sont cités directement dans le corps du texte. En revanche, les extraits de plus de deux lignes doivent être mis en valeur, notamment par un retour à la ligne et un décalage des marges par rapport au corps du texte. Certains éléments de présentation sont à l’appréciation des auteur·trices – les extraits peuvent être en italique, dans une police et taille différente – mais ces choix doivent être homogènes et respectés tout au long du texte.

Si un extrait d’entretien particulièrement long est cité par le·la chercheur·euse, la mise en exergue de certains passages, par des effets de police (italique, gras, souligné), est bienvenue pour souligner les expressions révélatrices pour l’analyse. L’auteur·trice doit alors préciser, entre parenthèses ou en note de bas de page, qu’iel a choisi de souligner ces dernières et qu’il ne s’agit pas d’une emphase par l’enquêté·e.

  • Désigner et présenter les enquêté·es

Quand un extrait d’entretien est intégré dans le texte, des indications claires sur l’enquêté·e dont les propos sont cités sont essentielles à plusieurs points de vue.

Tout d’abord, clarifier qui parle permet d’assurer la bonne compréhension des lecteur·trices.

Ensuite, présenter l’enquêté·e implique de spécifier les caractéristiques socio-démographiques qui sont pertinentes pour le travail de recherche – l’âge, la catégorie socio-professionnelle, le lieu de résidence, le statut conjugal, etc. – et ce, de manière uniforme pour tous·tes les enquêté·es dont les propos sont cités. Attention toutefois à ne pas verser dans une surabondance d’informations qui risquerait de noyer les variables les plus intéressantes. Pour faciliter ce travail, il est possible, au moment du début de la rédaction du mémoire, de rédiger un document Word à part indiquant, pour chaque extrait d’entretien, le prénom et/ou le nom anonymisé(s) de l’enquêté·e concerné·e ainsi que la liste synthétique des caractéristiques retenues.

Enfin, une réflexion doit être menée avant le début de la rédaction sur la manière de désigner les enquêté·es dans le texte. Si l’usage du prénom est de plus en plus privilégié dans la littérature sociologique pour éviter des désignations impersonnelles telles que « Madame X » ou « Monsieur Y » et ainsi « conserv[er] l’individualité de la personne étudiée » (Coulmont 2017, p. 153), ce mode de désignation implique de prendre des précautions. Il convient en effet de choisir des modalités d’anonymisation attentives aux rapports sociaux dans lesquels les enquêté·es sont imbriqué·es, notamment d’âge, de classe, de genre, ou encore de race. Le choix des prénoms permet de mettre en lumière ces derniers : ainsi, Michelle n’a a priori pas le même âge que Pauline[2], tout comme le·la lecteur·trice se doute que Souleyman ne fait probablement pas l’objet du même processus de racialisation que Nicolas[3]. Plus encore, le choix d’anonymiser par un seul prénom, par le prénom et le nom, ou seulement par un nom précédé d’une initiale, doit être le résultat d’une réflexion approfondie. Il faut veiller à éviter les automatismes qui conduisent à reproduire malgré soi des formes de hiérarchisation sociale : l’enquête sur l’usage des prénoms dans les articles sociologiques de Baptiste Coulmont montre que « les articles de 2010 dans lesquels tous les enquêtés ont des prénoms portent principalement sur de jeunes hommes et femmes, souvent immigrés ou descendants d’immigrés ou encore sur des personnes disposant d’un pouvoir social réduit (patient, sans domicile fixe, caissière…) » (ibid., p. 164). Le recours au seul prénom peut par ailleurs entrer en décalage avec la relation d’enquête décrite (vouvoiement, échanges formels, etc.).

  • Quand mobiliser les extraits d’entretien ? Du matériau vers l’analyse, et pas l’inverse

Il peut être rassurant, avant de citer un extrait d’entretien dans un texte, de partir d’une ou de plusieurs références bibliographiques qui pourront faire office d’« arguments d’autorité » (Lemieux 2012, p. 397) dans le sillage desquels le·la jeune chercheur·euse inscrira son analyse sociologique. Toutefois, le plus intéressant est bel et bien de partir du matériau produit pour dérouler ensuite une argumentation en dialogue avec d’autres travaux afin de ne pas cantonner les données à une fonction purement « illustrative » (Beaud et Weber 2010 [1998], p. 242 ; Lemieux 2012). À titre d’exemple, dans l’extrait suivant, la mobilisation du concept de « sale boulot » précède et éclipse l’analyse :

Extrait 3

« Il est peut-être aussi question ici de la difficulté pour les travailleurs subalternes à s’extraire du “sale boulot”. Cette notion a été forgée par E.C. Hughes pour désigner « des activités professionnelles jugées dégradantes, dégoûtantes ou humiliantes, souvent en bas de l’échelle de la division du travail » (Seiller et Silvera, 2020, p. 25). C’est ce sentiment d’être en bas de la hiérarchie sociale que Hamza met en avant dans le récit de sa trajectoire, constituée de multiples emplois d’exécution. Il perçoit le poids de la hiérarchie – “on peut rien contre les chefs”, m’explique-t-il – et la difficulté qu’il aurait à accéder à un emploi qu’il ne considérerait pas comme un “sale boulot” – “c’est pas demain que j’aurais une promotion”, ajoute-t-il en soupirant. »*

 Chaque enquête de terrain est intéressante et vos extraits d’entretien méritent d’être le point de départ d’une analyse originale !

3. Analyser les extraits d’entretien

Nous sommes parfois tenté·es, en analysant un extrait d’entretien, de cantonner l’interprétation à son contenu explicite voire de le paraphraser sans en faire l’objet d’une véritable réflexion sociologique. La crainte de surinterpréter le discours des enquêté·es et/ou de développer une interprétation en décalage avec le matériau peut favoriser ces analyses timides. Or, comme l’a déjà souligné Bernard Lahire (1996), l’écueil de la sous-interprétation est plus fréquent que celui de la sur-interprétation dans les textes en sociologie. Nous avons ainsi choisi de nous concentrer ici sur certaines « ficelles » qui permettent de dépasser le contenu explicite du discours des enquêté·es.

  • Contextualiser l’entretien

Analyser un entretien doit impliquer la contextualisation de celui-ci, exposant les conditions de production du matériau. Les lecteur·trices doivent être informé·es de la manière dont l’échange a été négocié, du contexte spatio-temporel de son déroulement et de la nature de la relation d’enquête tissée entre l’enquêteur·trice et l’enquêté·e. La négociation de l’entretien, dont le déroulé peut être appréhendé comme une scène d’observation, constitue même en soi un « objet de plein droit de la recherche » (Darmon 2005, p. 99). Pour contextualiser l’entretien, l’auteur·trice peut mobiliser des sources diverses telles que des photographies ou des résultats de recherches en ligne préalables :

Extrait 4

« Je me rends immédiatement sur Google afin d’y rechercher les avis laissés sur la page de son agence. Sur l’espace dédié aux commentaires, Caroline semble faire l’unanimité :

“Un grand merci à [Caroline] de m’avoir accueilli pour cette immersion professionnelle. Elle est très professionnelle et soucieuse du moindre détail. Très à l’écoute, elle accompagne les familles avec bienveillance et les conseille tout en respectant leur volonté. C’est une personne agréable et disponible. Je recommande à 100 %”

“J’ai été accueilli par [Caroline] qui est très professionnelle et très gentille, elle a su proposer un service de qualité qui répondait à mes attentes. De plus elle a pris le temps de discuter, afin de me réconforter dans ce moment difficile.” » (Lucile Toulgoat, M1 Sociologie)

Il est également pertinent d’interroger le biais que notre présence induit sur le discours qui se déploie face à nous, tant selon notre positionnalité qu’en fonction du lien que l’on entretient avec notre enquêté·e. Citer certains échanges ayant eu lieu en personne ou à distance (par SMS, sur les réseaux sociaux, etc.) avec l’enquêté·e dont les propos sont analysés peut permettre de donner à voir des dynamiques spécifiques dans la relation d’enquête :

Extrait 5

« À certains moments, celle-ci avait tendance à me considérer essentiellement comme “la fille de”, ou comme une potentielle amie de ses propres enfants. Voici le message qu’elle a envoyé à ma mère le soir même de l’entretien : “Bonsoir [nom de ma mère], ça a été un plaisir d’accueillir Marion. Tu peux en être fière, elle est mignonne comme tout. J’avais l’impression de la connaître tellement j’étais à l’aise. Félicitations [nom de ma mère], c’était un réel plaisir. Bonne soirée. Bisous à toutes les deux !!”. Le fait de féliciter ma mère à propos de mon éducation et d’utiliser l’adjectif “mignonne” pour me qualifier me renvoient à un rôle d’enfant, et érigent ma mère en tant qu’actrice principale de l’interaction. » (Marion Ladoire, M1 Sociologie)

La formulation, dans un texte académique, de considérations émanant de la réflexivité du·de la chercheur·euse, doit toujours s’appuyer sur des matériaux cités avec précision et être au service de l’analyse. Ainsi, se contenter de décrire la négociation de la rencontre avec l’enquêté·e comme « simple » ou de constater que l’entretien s’est « bien passé » manque non seulement de précision mais n’apporte guère d’éléments supplémentaires à la réflexion sociologique.

  • Prêter attention aux implicites

Analyser finement un extrait d’entretien implique de prêter attention non seulement à ce que l’enquêté·e formule, mais aussi au langage non verbal, aux hésitations ou encore aux moments de gêne ressentis au cours de l’échange. Tout en mettant à distance l’aspiration à interpréter le moindre silence de l’enquêté·e (Beaud et Weber 2010 [1998]), il est pertinent de souligner dans l’analyse tout ce qui paraît significatif, y compris les malentendus dans l’interaction. L’extrait ci-dessous montre comment l’explicitation du langage non verbal tant de l’enquêteur·trice que de l’enquêté·e au cours de l’entretien peut nourrir son analyse sociologique :

Extrait 6

« La question du genre s’impose à moi avant même d’avoir échangé un mot avec Virgile, puisque je suis la seule femme du coffee shop ce jour-là, sur onze clients. […] Je lui demande si c’est représentatif de sa clientèle habituelle :

Virgile : “Mais, euh, en vrai, là c’est vrai que c’est quand même moins, je, pour te répondre à ta question… (Il s’interrompt, ne parvient pas à finir sa phrase) Je pense que j’ai à peu près 40% de femmes, quand même. Là, euh…. (Il ne poursuit pas, semble embarrassé)”

Enquêtrice : “Là c’était… ? (Je souris pour l’encourager à finir de décrire la situation observée ce jour-là)”

Virgile : “Là euh… Heureusement que ma femme est arrivée. (Petits rires) Puis en plus je sais pas si t’as remarqué, là il y avait quatre bodybuilders !”

Il y a ici un double décalage : d’une part, entre la situation d’observation, dans laquelle je suis la seule femme, et les estimations de Virgile, qui m’assure que les femmes constituent habituellement 40% de la clientèle ; d’autre part, entre son discours, délivrant ce qu’il imagine bon de me dire afin de conserver une interaction plaisante, et son malaise, traduit par sa difficulté à finir ses phrases. En effet, il « hésite, bute sur les mots, se raidit », ce qui témoigne d’une « zone de résistance » intéressante à analyser (Beaud et Weber, 2010). » (Léna El Sherif, M2 Sociologie)

  • Prendre de la distance avec les propos des enquêté·es

Certaines pratiques d’écriture en sociologie peuvent favoriser la mise à distance des propos des enquêté·es et permettre d’éviter leur analyse superficielle.

Un premier procédé consiste à mettre en regard le discours de l’enquêté·e avec les pratiques observées, comme c’est le cas dans l’extrait 6 cité ci-dessus. Analyser conjointement discours et pratiques est une technique classique en sciences sociales, qui peut être particulièrement utile avec des enquêté·es à l’aise avec la mise en récit de soi : face à des pères de famille qui revendiquent leur investissement au sein du foyer, mobilisez des données objectives quant à la répartition effective du travail domestique ; face à un·e créateur·trice d’entreprise qui vous explique avoir pris des risques  financiers importants, confrontez cette affirmation à la situation matérielle concrète de l’enquêté·e. Cette confrontation entre discours et pratiques peut par ailleurs aider le·la chercheur·euse à ne pas confondre les points de vue des enquêté·es et leur analyse sociologique : ce n’est pas parce qu’un·e enquêté·e explique qu’iel est convaincu·e que le fonctionnement de l’association au sein de laquelle iel est investi·e ne reconduit pas d’inégalités de genre, que vous devez l’affirmer à votre tour.

Un second procédé consiste à analyser l’emploi de certains termes, qu’il s’agisse d’expressions propres au terrain de recherche employées par les enquêté·es ou de mots appartenant au langage commun traduisant toutefois une représentation socialement située du monde. Prêter attention à ces termes permet de déceler l’implicite dans les discours des enquêté·es, à l’image de l’usage des mots « voyage » et « Club Med » dans une enquête sur le tourisme marseillais :

Extrait 7

« Léna et Valentine ont toutes les deux beaucoup « voyagé ». Je mets ce terme entre guillemets car effectivement, mes enquêtés me parlent le plus souvent de voyage lorsqu’il s’agit de séjours à l’étranger, notamment hors d’Europe […]. De plus, Valentine est la seule de mes enquêté·es à avoir séjourné au Club Med. Or, lorsque je pose la question « quelle forme de tourisme vous n’aimeriez pas du tout faire ?», le mot « Club Med » est revenu dans 15 entretiens sur les 16 réalisés. Ce nom d’une entreprise fait surtout référence à un générique du tourisme de masse et organisé, associé à un club de plage, très fermé sur le territoire. Or, c’est ce qu’a pratiqué Valentine pendant longtemps avec sa famille :

Enquêtrice : “Donc avec vos parents est-ce que vous partiez en vacances ?”

Valentine : “Ouais ! Quand j’étais gamine ouais beaucoup, dans des lieux un peu stylés, paradisiaques ; genre l’île Maurice, plutôt pépère en Egypte des trucs comme ça. Dans des hôtels, trucs de gros … Je peux avoir du vocabulaire genre euh… ?”

Enquêtrice : “Bien sûr !”

Valentine : “Bah des trucs de gros enculés quoi, genre Club Med quoi, enfin voilà quoi. C’est mon regard dessus maintenant.” […]

La vulgarité des propos traduit le mépris et le dégoût de Valentine pour les vacances familiales de son enfance au regard de ses pratiques actuelles de tourisme. » (Gladis Cohen, M2 Territoires, espaces, sociétés)

Pour aller plus loin (références bibliographiques utiles)

Beaud Stéphane et Weber Florence, 1998, Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte.

Coulmont Baptiste, 2017, « Le petit peuple des sociologues. Anonymes et pseudonymes dans la sociologie française », Genèses, vol. 107, no 2, p. 153‑175.

Darmon Muriel, 2005, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses, vol. 58, no 1, p. 98‑112.

Ink Marion, 2016, « Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces », publié le 21 juin 2016, consulté le 13 mars 2024. URL : https://mastersociologie.hypotheses.org/3342

Lahire Bernard, 1996, « Risquer l’interprétation », Enquête, no 3, p. 61‑87.

Lemieux Cyril, 2012, « 18 – L’écriture sociologique » dans Paugam Serge (dir.), L’enquête sociologique, Paris : Presses Universitaires de France, p. 377‑402.


[1]Une autorisation a été demandée préalablement aux étudiant·es dont les travaux sont cités ici.

[2] Prénoms anonymisés proposés par Marion Ladoire (M1 Sociologie).

[3] Prénoms anonymisés proposés par Zacharie Défôret (M1 Sociologie).



Citer ce billet
L'équipe pédagogique (2024, 23 mars). « Mobiliser les entretiens sociologiques dans un texte académique ». LE CARNET DES ETUDIANT.E.S DU MASTER SOCIOLOGIE DE L'EHESS. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2v9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.