Sociologie de l’humour, humour de la sociologie

Je ne sais pas pour vous, mais moi, il est assez rare que je me bidonne devant un document sociologique. C’est dommage, parce que rire, j’aime bien ça.

Quoi de plus normal, après tout : la sociologie est une science. Et la science, c’est du sérieux. On ne rigole pas avec la science. Ou alors, c’est de la vulgarisation. Mais la vraie Science scientifique, ça, c’est sérieux. Ça utilise des graphiques et des pourcentages, des mots de plus de 4 syllabes, des notes de bas de page à rallonge et des termes latins non traduits dans le texte.

Et pourtant, parfois, on rit. Une petite note d’humour cachée au coin d’un paragraphe, un petit jeu de mot glissé dans un titre, un petit trait d’esprit placé subrepticement dans une note de bas de page,… Il serait donc possible de faire de la sociologie et de l’humour ?!

“La sociologie ne vaut pas une heure de peine si elle ne permet pas de se fendre la poire” (E. Durkheim)

Le fait est que ces chercheurs facétieux sont, généralement, des chercheurs établis. Étant donné l’exemplarité de leur carrière, il serait difficile de remettre en cause leur sérieux et leur professionnalisme. Fortes de cette réputation, ces personnes peuvent alors se permettre ces petites fantaisies. Après tout, c’est aussi l’apanage du savant que d’être un petit fou dans sa tête.

Toutefois, cela va parfois bien plus loin que la simple petite fantaisie, destinée à récompenser le lecteur assidu. Il arrive, dans certains cas rarissimes, que ce soit l’ensemble du document qui se trouve ponctué de blagues et d’absurdités susceptibles de déclencher l’hilarité ou, à défaut, la stupéfaction du lecteur. Pour expliquer ces absurdités, on peut à nouveau recourir à l’explication par la carrière : il s’agirait de performances quasi-artistiques, réservées aux seuls « grands » de la discipline. Cette explication ne me paraît cependant pas convaincante, tant elle part d’un postulat qui me semble discutable : « ces auteurs ne peuvent pas être vraiment sérieux dans leur démarche parce qu’ils font des blagues ».

Sauf que faire des blagues, c’est du boulot. Ça demande du temps et pas mal d’énergie, pour éviter de faire un four. Si l’on garde à l’esprit le fait que les chercheurs sont débordés, est-il absurde de penser que toute cette énergie investie dans les blagues vise aussi des buts scientifiques ?

Répondre sérieusement à cette question nécessiterait une enquête auprès de ces auteurs. Faute de temps, l’idée sera ici de s’arrêter sur un cas spécifique d’utilisation de l’humour afin de voir quel peut être l’intérêt scientifique d’une telle démarche. Ceci fait, nous explorerons ensuite différentes manières de mobiliser l’humour dans un écrit sociologique. Tout cela en vue de répondre in fine à une question certes simple, mais cruciale : Comment faire de l’humour en sociologue ?

Fuck Nuance, ou la possibilité de faire des blagues heuristiques[1]

Partons d’un cas concret où un chercheur décide de mobiliser l’humour non pas par petites touches, mais par packs de douze : en 2017, le sociologue américain Kieran Healy publie un article sobrement intitulé « Fuck Nuance ». Au-delà du titre, le contenu est également assez éloigné de ce qui est habituellement publié dans la (très) sérieuse revue Sociological Theory (éditée par la non moins sérieuse American Sociological Association). Prenons un extrait représentatif du papier pour vous donner une idée :

Durkheim a théorisé comme un cochon pendant la plus grande partie de sa carrière, fouillant sans ménagement dans la philosophie et l’anthropologie pour en sortir couvert de saleté, mais avec quelques idées-truffières qu’il exploita avec acharnement car elles étaient très efficace empiriquement[2].

Pas sûr qu’Émile Durkheim ait apprécié la métaphore ! Le caractère « drôle » d’un texte ou d’une blague étant très subjectif, il est probable que certains trouvent cette irrévérence hautement condamnable. Toutefois, qu’elle soit qualifiée comme drôle ou grossière, force est de constater que la métaphore mobilisée est porteuse de sens. Si la forme est décalée, le fond, lui, est correct. Ou, pour être plus exact, la forme est au service du fond.

Émile Durkheim sceptique face au texte de K. Healy (et à la qualité des illustrations)

L’humour comme structure structurée et structurante

Pour comprendre cela, il est nécessaire de revenir à l’argument central du papier dans lequel cette blague s’insère, à savoir : à trop introduire de nuances et de précautions dans l’analyse sociologique, on perd en possibilités de montée en généralité. Tirant les conclusions de ce constat, Kieran Healy s’applique à ne pas faire dans la nuance. Loin d’être des provocations gratuites, ses blagues deviennent alors des incarnations de son raisonnement. Plus encore, l’humour sert d’avertissement : si le raisonnement est parfois caricatural car manquant de nuances, les blagues permettent d’insister sur la dimension volontairement exagérée et ironique du papier. Elles rappellent au lecteur que ce manque de nuance est un choix, une posture mise au service de la montée en généralité. Autrement dit, ces traits d’humour sont des outils qui nous invitent à être vigilant sur la manière dont l’analyse est construite. Cela valait presque le coup de traiter Durkheim de cochon théorique, non ?

A, je m’arrête ; B, je ralentis ; C, je dépasse ; D, je critique.

Malgré tout, cette posture ironique est critiquable. Bien que pertinente pour expliciter la démarche, il serait possible d’accuser l’auteur d’avoir commis une faute du point de l’écriture scientifique. En effet, on pourrait lui reprocher de ne pas avoir fait preuve du sérieux que l’on attend d’un texte académique. En gros, on pourrait lui reprocher de ne pas avoir compris que si blague il y a, c’est en notes de bas de page, si tu as déjà ta carrière derrière toi. Que ce n’est peut-être pas rigolo, mais que c’est comme ça la vie.

L’humour : opérateur de la dénaturalisation des conventions

C’est peut-être là le plus grand tour de force de Kieran Healy : il connaît bien les codes et usages de l’écriture académique. Il sait que ces manières de faire (ou de ne pas faire) sont le résultat d’un long processus historique de construction sociale, de négociation entre les différents acteurs qui composent le champ de la sociologie. Fort de cette connaissance, il sait que certains de ces usages portent, en réalité, une forte part d’arbitraire qu’il devient nécessaire d’interroger. Il est possible de voir des signes de cette démarche dans l’extrait suivant :

Notons que la dimension esthétique de la théorie n’est pas l’apanage d’opaques européens. L’alternative à la nuance du “connaisseur” n’est pas une théorie scientifique exempte de considérations esthétiques, uniquement soumise aux contraintes directes de la preuve empirique, de la pensée claire et de la prose gracieuse. Pour emprunter un terme technique à Francfort (1988), c’est des conneries. D’ailleurs, « Je ne tolère aucune connerie » est en soi une sorte de connerie particulièrement pénible. Mieux vaut assumer l’aspect esthétique de la théorie et choisir d’embrasser un style[3].

Outre le style provocateur que l’auteur a choisi d’embrasser (pour les raisons évoquées plus haut), l’usage de la citation est intéressant. En jouant avec les codes de l’écriture académique (en l’occurrence l’intertextualité[4]), l’auteur en montre les limites d’usage (l’idée n’est pas tant ici de s’inscrire dans un échange intellectuel ou de créditer un collègue, mais de se cacher derrière une référence pour mobiliser une idée que l’on n’assumerait pas soi-même). Par cette citation, Kieran Healy rappelle donc au lecteur la nécessité d’interroger la pertinence de nos routines d’écriture.

Que le lecteur apprécie ou non l’humour de Kieran Healy, il pourra donc noter le double intérêt de sa démarche. D’une part, l’humour renforce l’argument et, d’autre part, il aide à dénaturaliser les pratiques d’écriture. Loin de se limiter à une stratégie d’écriture (pour détendre le lecteur ou au contraire pour l’inciter à prolonger sa lecture pour découvrir d’autres blagues), l’humour est ici pleinement au service du propos scientifique.

De quoi Kieran Healy est-il le nom ?
La fabrique de l’humour sociologique

Mais alors, est-ce que cela veut dire que si moi aussi je mets l’humour au service de mon propos, j’ai le droit de traiter Émile Durkheim de cochon théorique ?

Cela risque d’être compliqué. En effet, cela implique, comme l’a fait Kieran Healy, de faire un travail de dénaturalisation des pratiques d’écriture. Si cela nécessite déjà pas mal d’énergie, il faut encore ensuite réussir à convaincre ses interlocuteurs (le comité de rédaction et les évaluateurs d’une revue par exemple) que les conventions sur la manière d’écrire de la sociologie méritent d’être joyeusement tourneboulées. Rappelons en effet que les conventions, quand bien même elles portent une part d’arbitraires, sont extrêmement utiles. Elles ont effectivement pour but de servir de repères afin de faciliter la coopération entre les acteurs[5]. Remettre en cause les conventions revient donc à sauter à pieds-joints dans une fourmilière, en expliquant aux fourmis qu’elles devraient s’organiser autrement si elles voulaient vraiment prendre soin de leur reine.

Ainsi, pour parvenir à négocier ces conventions, il est nécessaire de préparer un solide argumentaire. Il convient d’expliciter les apports de ces notes d’humour, du point de vue scientifique. Le cas décrit précédemment nous donne certains arguments permettant de développer un tel argumentaire. Toutefois, il s’agit d’une façon, parmi d’autres possibles, de mobiliser l’humour dans un document académique. Une bonne manière pour trouver des arguments serait donc de multiplier l’analyse des différentes manières de faire de l’humour en sociologue.

De l’humour des sociologues.
Précis de sociologie de l’écriture sociologique

L’idée est donc de répondre à notre question « comment faire de l’humour en sociologue ? » en distinguant ici la pluralité des manières de faire, dans une sorte de typologie des usages possibles. Toutefois, pour réussir à produire une telle typologie, il est nécessaire de trouver des outils analytiques pertinents.

On pourrait spontanément être tenté par une analyse stylistique des différentes formes d’humour, distinguant par exemple l’absurde, l’ironie, la dérision ou tout autre forme potentiellement qualifiée de drôle. Ce n’est pas la solution qui a été retenue ici car 1/ si j’ai investi près de dix ans de ma vie à étudier la sociologie, ce n’est pas pour faire de la mauvaise analyse littéraire à laquelle je n’ai jamais été formée et, surtout, 2/ parce que la sociologie fournit elle aussi des outils pertinents pour analyser l’humour.

Autrement dit, pour réussir à savoir comment faire de l’humour en sociologue, il convient avant tout de se faire sociologue de l’humour.

Plaisanteries, moqueries et taquineries.
Éléments pour une sociologie de l’humour

La leçon de sociologie de l’humour du Dr Ink.

Les travaux de Marion Ink sur les sociabilités fournissent des outils intéressants à qui souhaiterait faire une sociologie de l’humour et/ou mobiliser l’humour en sociologue. Cette sociologue (et ancienne contributrice fameuse du présent carnet) montre notamment que l’humour est un support susceptible de permettre l’inclusion sociale d’individus au sein d’un groupe donné[6].

En effet, le recours à l’humour permet de désamorcer la gêne d’une interaction en normalisant (in situ ou a posteriori) les troubles qui surgissent entre des acteurs en situation. Plus encore que simplement préserver l’interaction, l’humour permet de constituer des groupes sociaux. La plaisanterie, destinée à l’origine à résoudre un moment de gêne, deviendra effectivement une expérience commune que les membres d’un groupe sont susceptibles de réactiver plus tard. Ainsi, grâce à des taquineries, les acteurs montrent leur solidarité et leur souhait de maintenir le groupe. Toute personne n’ayant pas les codes de ces taquineries aura alors bien du mal à s’intégrer au groupe des initiés.

Plus encore que de ne pas parvenir à rentrer, un acteur peut se retrouver exclu par l’humour. Une plaisanterie d’initié peut en effet prendre pour objet une personne sans que celle-ci ne soit au courant. Il ne s’agit alors pas tant d’une taquinerie que d’une moquerie, laquelle marque l’exclusion de la personne moquée (elle ne partage pas la micro-culture du groupe) tout en renforçant l’inclusion des personnes dans la confidence.

En somme, l’humour est un outil permettant de renforcer les frontières d’un groupe social donné, du fait que les membres s’accordent sur ce dont on peut rire et avec qui il est possible d’en rire.

Pour comprendre l’humour en sociologue et donc pour expliquer ses effets sociaux, il convient donc dans un premier temps de parvenir à décrire la manière dont ce rire s’organise. Autrement dit, il faut chercher à répondre à deux questions. Dans un texte sociologique, avec qui rit-on ? Et de qui rit-on ?

La communauté vaporeuse [wispy community] des lecteurs de sociologie

Concernant la première partie de la question, la réponse est a priori assez facile : on rit (ou, tout du moins, on tente de rire) avec son public. Le problème, c’est qu’on ne sait pas qui, exactement, constitue le public d’un texte académique. Il n’est effectivement pas rare que les enquêtés se penchent sur les publications que l’on fait[7]. Plus généralement, il n’est pas absurde de partir du principe que n’importe qui est susceptible de se pencher sur un de nos documents. De nombreux chercheurs s’investissent d’ailleurs pour que cela soit le cas, que ce soit en militant pour l’accessibilité des savoirs scientifiques ou en s’engageant dans des controverses publiques.

Il y a pourtant une raison qui nous pousse à écrire pour des publics spécifiques, malgré l’évidente impossibilité de maitriser son auditoire. Ces publics constituent des repères, des supports routiniers qui nous aident à prendre des décisions sur la manière d’écrire. En effet, lorsque l’on envisage un public, on anticipe surtout les attentes de ce public. Autrement dit, on anticipe les critères à partir desquels ce supposé lectorat va juger notre travail. Concernant l’écriture des documents sociologiques, il existe de nombreux critères d’évaluation, plus ou moins explicites. Étant donné la diversité de ces critères (et le fait qu’ils se révèlent parfois contradictoires), il est possible de développer différents styles d’écriture, selon que l’on privilégie le respect de tel ou tel critère d’évaluation. Toutefois, quel que soit le style retenu, il s’agit toujours d’écrire « en professionnel ». Le sociologue qui voudrait rire avec ses publics doit faire en sorte de le faire tout en faisant preuve de professionnalisme. C’est-à-dire qu’il doit faire de l’humour, tout en respectant les différents critères d’évaluation de sa discipline.

Pour résumer, l’idée est donc de rire avec son public, tout en essayant de convaincre les collègues qu’ils ont toute leur place dans ce public. Comme cela a été dit plus tôt, cela n’a rien d’évident car il faut justement les convaincre (notamment ceux qui décident de la publication ou non publication d’un document) que l’humour n’est pas un signe de manque de professionnalisme. Il peut donc être utile de mettre en scène les signes de son professionnalisme, à grand renfort de notes de bas de page et de titres pompeux (si vous voyez ce que je veux dire) pour attester du sérieux de la démarche.

L’objet du rire.
Étude comparative des écrits sociologiques

Rire avec des collègues et plus si affinité donc… mais rire de qui ? L’humour ayant la possibilité d’intégrer comme d’exclure, il convient d’être particulièrement vigilant sur ses possibles cibles. J’en distinguerais ici quatre.

1/ Rire de la communauté des sociologues

Caractérisons pour commencer la cible de l’humour dans le texte de Kieran Healy (pour tenter de faire croire qu’il existe un fil rouge à ce papier). Outre le fait qu’il se montre irrévérencieux avec les classiques (pauvre Durkheim…), il rit de la tendance à la trop grande prudence dans le milieu. Autrement dit, si son objectif est de rire avec les sociologues, il cherche également à rire des sociologues eux-mêmes. Il est possible de s’offusquer de cette démarche : qu’est-ce qui permet à ce chercheur de se moquer de nous ? Qu’a-t-il donc de plus que les autres pour tenir une telle posture. Peut-être justement le fait qu’il s’agisse d’une posture, revendiquée comme caricaturale. Il précise d’ailleurs en conclusion « Compte tenu de l’état actuel de certains champs, devrions-nous essayer d’augmenter la production ou de restreindre l’offre ? Mon contexte, c’est faire de la sociologie théorique, aux États-Unis, à ce moment spécifique. Nous sommes submergés de nuances. Donc bon, rien à foutre »[8]. L’objectif de la plaisanterie ici n’est pas tant de se moquer des autres sociologues (et donc de les exclure de la discussion), mais plutôt de taquiner la communauté des sociologues américains dans laquelle l’auteur s’inscrit (et donc de les inclure). Autrement dit, il s’agit de  rire des sociologues en général plutôt que de se moquer de sociologues spécifiques. La généralisation faite par Kieran Healy est abusive, car tous les sociologues ne sont pas des chantres de la nuance. Toutefois, en caricaturant le propos, il insiste sur la nécessité de mettre en discussion des usages et manières de faire sans pour autant exclure des collègues.

2/ Se rire de collègues

Si Kieran Healy a fait le choix de taquiner la communauté des sociologues, il s’agit cependant d’une démarche assez minoritaire. En effet, nombre de traits d’humour sont en réalité destiné à se moquer, plus ou moins explicitement, de tel ou tel collègue, voire de telle ou telle école. L’un des cas les plus explicites est sans doute un échange fameux dans les colonnes de la Revue française de sociologie, entre Jean-Claude Chamboredon d’une part et Raymond Boudon et François Bourricaud d’autre part. Pour résumer, Jean-Claude Chamboredon profite d’un article publié dans la revue pour mettre un petit taquet aux deux auteurs du Dictionnaire critique de la sociologie et, plus généralement, à l’école de l’individualisme méthodologique[9]. Raymond Boudon et François Bourricaud donne une réponse à la mesure de l’attaque, dénonçant le « procédés méprisables » et la « bouffonnerie » de leur collègue, coupable à leurs yeux de « terrorisme intellectuel » qui « perturbe le jeu normal de la discussion scientifique »[10] (l’article ne précise pas si les auteurs ont fait un mic drop après avoir déposé leur papier au comité de rédaction de la revue, mais j’imagine que ce fut le cas). Répondant au clash, Jean-Claude Chamboredon a répondu en 5 phrases (titres compris) et un post-scriptum. Chacune de ces 5 phrases étaient accompagnées d’une note de bas de page, toutes plus violentes les unes que les autres[11]. La démarche est intéressante : accusé de perturber le bon déroulement de l’échange scientifique par sa pratique des notes de bas de page, l’auteur décide de faire une réponse essentiellement constituée notes. Ainsi, tout comme Kieran Healy, il montre par un procédé humoristique que ces usages sont socialement déterminés et ne permettent, à eux seul, de garantir la scientificité d’un papier. Toutefois, la démarche diffère légèrement. Ici, la visée n’est pas tant de développer une réflexivité sur les modalités d’écriture des sciences sociales que de défoncer joyeusement deux collègues sur la place publique.

L’innocence est la première victime des notes de bas de page.
3/ Rire de soi

Plutôt que de rire de (ses) collègues, le sociologue peut aussi rire de lui-même. Ce sera par exemple le cas quand il rend compte de situations d’enquête où il s’est retrouvé pris en défaut par les acteurs, à commettre fautes sur fautes. Une telle démarche est narrativement intéressante : en racontant les déboires d’un sociologue si gauche, il est possible d’accrocher le lecteur, en lui laissant espérer que d’autres situations désopilantes surgiront dans l’enquête. Toutefois, le lecteur pourrait également s’en agacer : pourquoi l’enquêteur se met-il ainsi en scène ? Quand bien même ses erreurs sont distrayantes, on n’est pas là pour regarder un spectacle de clown. Pour que cette démarche soit pertinente, il faut donc que le récit de ces erreurs, aussi drôles (ou tragiques) qu’elles soient, apporte quelque chose scientifiquement. Si l’enquêteur fait des erreurs et des fautes, c’est qu’il s’inscrit dans un processus d’intégration auprès de ses enquêtés. Intrus envahissant[12], l’enquêteur va commettre de nombreuses fautes et faire preuve de tact pour maintenir l’opération. En cela, il n’hésitera pas à faire preuve d’humour, pour désamorcer les situations de gêne. Restituer au lecteur ce travail (de désamorçage de la gêne et, dans certains cas, de création d’une plaisanterie d’initié avec les enquêtés) peut donc finalement être considéré comme une nécessité méthodologique. Si l’humour est ici considéré comme un outil narratif, c’est surtout en tant que matériaux qu’il est ainsi convoqué et analysé[13].

4/ Rire des enquêtés

Autre possibilité enfin : le sociologue peut plaisanter à propos des enquêtés. En effet, si l’enquêteur commet des fautes sur le terrain, les acteurs le font aussi. Plus encore, ces derniers sont souvent pris dans des contradictions pratiques fortes, rendues justement repérables par le travail d’enquête. Par un effet d’écriture, il est dès lors facile de dévoiler ces contradictions afin d’en pointer l’absurdité. Tout comme pour les bourdes de l’enquêteur, il peut s’agir d’un ressort narratif efficace, susceptible d’accrocher le lecteur. Toutefois, l’exercice peut vite se révéler malaisant à la lecture (et à l’écriture). En effet, la situation est différente des cas précédents où le sociologue riait de lui-même ou de sa communauté avec ses collègues lecteurs. Dans ces derniers cas, il s’agissait alors de taquineries où l’auteur établissait une connivence de groupe. Quand bien même il tournait en dérision sa discipline ou passait lui-même pour un clown, il nourrissait ainsi son intégration auprès de ses collègues en créant une plaisanterie d’initiés. En revanche, rire avec ses collègues de nos enquêtés relève davantage d’une moquerie que d’une taquinerie : on renforce les liens qui unissent notre propre communauté en nous accordant sur l’exclusion de ces profanes, ces acteurs ignorants incapables de reconnaître la contradiction dans leur action. Notons qu’il est possible de défendre une telle posture, en invoquant le rôle critique de la sociologie. En effet, en invoquant Howard Becker, on peut affirmer que la sociologie gagnerait à assumer sa tendance à se placer du côté des dominants[14]. En partant du constat que les dominés sont régulièrement l’objet de moquerie de la part des dominants[15], la sociologie ne pourrait-elle pas inverser la tendance en se moquant à son tour des dominants ? Le débat mérite d’être posé[16].

L’humour : outil critique ou objet de la critique ?

Au regard de la description de ces différentes manières de faire, force est de constater que l’humour est un support critique potentiellement dévastateur. En effet, grâce à son potentiel intégratif ou excluant, il permet de porter différentes formes de critiques. Essayons à nouveau de définir plus finement quelles formes prennent ces critiques.

Dans le premier cas, la critique porte sur un groupe dans son ensemble. Plus encore, on pourrait même défendre l’idée que la critique porte sur les processus sociaux qui conduisent ce groupe (les sociologues américains) à agir de cette façon (manquer de généralité). À l’inverse, la deuxième démarche revient à critiquer des individus. Si des groupes sont visés (en l’occurrence l’individualisme méthodologique vs. l’approche bourdieusienne), c’est surtout la dimension stratégique qui fait l’objet de la critique. La troisième démarche est encore différente : si critique il y a, c’est une auto-critique méthodologique. En cela, le chercheur montre sa réflexivité vis-à-vis de sa propre trajectoire et de sa manière de mener une enquête sociologique. La quatrième démarche consiste, comme la deuxième, à une exclusion par la moquerie, mais des enquêtés cette fois.

Ces différentes postures critiques n’attireront pas la même adhésion d’un sociologue à l’autre. En effet, chacune correspond à des postures spécifiques de sociologues, à des styles particuliers : selon la manière dont nous considérons notre métier, nous serons plus ou moins réceptif à telle ou telle forme de critique.

Pour donner une exemple, la dernière posture critique portant sur les enquêtés relève, selon moi, d’une faute professionnelle. En effet, je défendrai l’idée que l’enquête de terrain, dans une démarche compréhensive, vise à saisir le sens positif que les acteurs mettent dans leur action. S’il est intéressant de repérer des contradictions pratiques dans les actions des acteurs, ce n’est pas tant pour les dénoncer et les critiquer que pour les expliquer. Ces acteurs sont d’ailleurs tout à fait disposés à admettre leur contradiction, si tant est qu’on passe suffisamment de temps auprès d’eux pour leur laisser la possibilité de s’en expliquer. Quand bien même ils tendent souvent à normaliser ces contradictions, ils sont tout à fait capables de se montrer critiques à leur propre égard, notamment grâce à l’humour. Plutôt donc que de s’engager dans une moquerie des enquêtés, il me semble beaucoup plus pertinent de mobiliser l’humour comme objet d’analyse, en identifiant son usage par les acteurs eux-mêmes. En admettant que le sociologue est loin d’avoir le monopole de l’autodérision pour se tourner vers les pratiques des acteurs, on gagne en connaissance du monde social.

D’une manière générale, je défendrais surtout le fait que la critique sociologique ne doit pas porter tant sur des individus que sur des dispositifs sociaux et organisationnels qui, via certains processus que le chercheur aura identifiés, incitent les acteurs à agir de façon contradictoire. Ce qui explique que la deuxième forme d’humour décrite ici (la moquerie à l’encontre de chercheurs spécifiques) me semble également peu pertinente, la critique ne portant pas sur un processus social mais sur des individus ou groupes d’individus. D’une manière générale, je défendrais les formes d’humour insistant sur la dimension inclusive du phénomène plutôt que sur sa dimension excluante.

Conclusion :
Vers une déontologie de l’humour sociologique

L’humour est quelque chose à prendre très au sérieux. Outil d’intégration comme d’exclusion, il n’est jamais anodin. Il doit donc, dans le cas d’une démarche sociologique, être manié avec grande précaution. Cela implique donc une réflexivité accrue dans l’écriture, nourrie des outils sociologiques ayant déjà traité de l’humour comme objet. Par ailleurs, cela implique une vigilance vis-à-vis de ceux qui mobiliserait l’humour dans un document sociologique sans prendre en compte toutes les implications scientifiques et politiques de cet usage.

Cette vigilance critique ne doit cependant pas nous conduire vers l’excès inverse, qui consisterait à dénoncer tout recours à l’humour sous prétexte qu’il serait forcément néfaste à toute entreprise scientifique. Nous retomberions alors dans le travers souligné en début d’article, à savoir que l’on écrit trop souvent des textes académiques non pas tant « sérieusement » qu’en cherchant à « faire sérieux ». Tout le propos ici est de défendre l’idée selon laquelle l’humour peut être maniée « sérieusement » par les sociologues, c’est-à-dire utilisé dans le respect des différents critères d’évaluation de leur professionnalisme. S’il faut critiquer les sociologues qui utiliseraient l’humour n’importe comment, il faut donc plus encore critiquer ceux qui nient à l’humour sa pertinence sociologique, en tant qu’objet tout d’abord mais aussi comme outil d’écriture.

N’ayons donc pas peur de revendiquer l’humour comme outil pertinent de l’écriture sociologique. Mais assumons, pour cela, la nécessité de mener une réflexion déontologique sur les formes acceptables ou non d’humour, au regard de nos critères professionnels d’évaluation. Le débat risque d’être complexe et houleux (et pas très drôle du coup), tant ces critères sont nombreux et, parfois, contradictoires. Toutefois, une telle controverse serait synonyme de forte réflexivité sur nos pratiques de recherche et d’écriture, susceptibles de nous inciter à faire du meilleur travail. Non seulement nous saurons ainsi comment faire de l’humour en sociologue, mais nous saurons aussi mieux faire notre métier de sociologue.

Et si en plus ça nous permet de traiter Émile Durkheim de cochon théorique, nous n’aurons pas complétement perdu notre journée.

Désolé, Émile…

 

[1] Comme évoqué plus haut, la prise au sérieux d’un article académique est fortement corrélée à l’usage récurrent de termes complexes, tournures savantes, phrases longues et autres glose académique, sensés servir de preuves du degré de professionnalisme de l’auteur (j’ai d’ailleurs tenté d’identifier et expliciter certains de ces signes de professionnalisme dans deux précédents papiers, ici et ). Afin donc de rassurer le lecteur du sérieux du propos tenu ici, je porterai donc une attention forte à la mise en scène de mon professionnalisme, notamment dans les titres. Ce qui explique que les blagues ne sont pas seulement ici intéressantes ou pertinentes, mais carrément heuristiques.

[2] Kieran Healy, « Fuck Nuance », Sociological Theory, juin 2017, vol. 35, no 2, p. 125 (notre traduction de : « Durkheim theorized like a pig for most of his career, bluntly snuffling through philosophy and anthropology to emerge covered in dirt but with a few truffle-like ideas that he relentlessly pushed because they were so empirically productive »).

[3] Ibid., p. 123‑124 (notre traduction de « Note that the aesthetic dimension of theory is not simply the preserve of opaque Europeans. The alternative to the nuance of the connoisseur is not a scientific theory free from aesthetic considerations, subject only to the direct constraints of empirical evidence, clear thinking, and graceful prose. To borrow a technical term from Frankfurt (1988), that is bullshit. Indeed, “I don’t tolerate any bullshit” is itself an especially tedious sort of bullshit. It is better to acknowledge the aesthetic aspect of theory explicitly and choose to embrace a style »). 

[4] Critère d’évaluation de l’écriture sociologique parmi d’autres, l’intertextualité peut se définir comme « un effort pour prendre position à l’intérieur d’un espace intertextuel [afin de] souligner que les progrès de la pensée sociologique sont toujours une œuvre collective [ainsi que pour] affirmer son respect pour la propriété intellectuelle dont ses collègues comme [l’auteur] peuvent vouloir bénéficier sur les travaux qu’ils ont produits » (Cyril Lemieux, « L’écriture sociologique » dans Serge Paugam (ed.), L’enquête sociologique, Paris, PUF, 2010, p. 395).

[5] La notion de convention est emprunte à Howard S. Becker, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 2010 [1988], 379 p.

[6] Les outils présentés ici sont tirés de Marion Ink, « Plaisanteries d’initiés. Définition et usages », Réseaux, 6 juillet 2016, n° 197-198, no 3, p. 253‑278.

[7] Au point parfois même de demander des comptes aux sociologues. Notons que la plainte d’un enquêté constitue une mise à l’épreuve de notre professionnalisme, nous incitant à clarifier et mettre en discussion les règles sous-jacentes à nos postures déontologiques. Pour un exemple révélateur et documenté impliquant la revue Genèses, voir Alain Desrosières, « Quand une enquêtée se rebiffe : de la diversité des effets libérateurs, ou les arguments des trois chatons », Genèses, 3 septembre 2008, n° 71, no 2, p. 148‑159.

[8] Ibid., p. 126 (notre traduction de : « Given the current state of some field, should we be trying to increase production or restrict the supply? My context is theorizing in U.S. sociology at the time of writing. We are glutted with nuance. I say, fuck it ».

[9] note de bas de page numéro 10 dans Jean-Claude Chamboredon, « Pierre Clastres et le retour de la question politique en ethnologie. À propos de Recherches d’anthropologie politique. », Revue française de sociologie, 1983, vol. 24, no 3, p. 563.

[10] Raymond Boudon et François Bourricaud, « De la Domination avec un grand D », Revue française de sociologie, 1984, vol. 25, no 2, p. 330‑331.

[11] Jean-Claude Chamboredon, « Réponse à MM. Boudon et Bourricaud, auteur du Dictionnaire », Revue française de sociologie, 1984, vol. 25, no 2, p. 332‑333.

[12] Catherine Rémy, La Fin des bêtes. Une ethnographie de la mise a mort des animaux, Paris, Economica, 2009, p. 36.

[13] Pour un exemple de l’explicitation des choix de mise en scène humoristique du travail d’intégration du chercheur (et de ses fautes), voir Pierre Nocerino, « Ce que la bande dessinée nous apprend de l’écriture sociologique », Sociologie et sociétés, 2016, vol. 48, no 2, p. 171‑172.

[14] Howard S. Becker, « Whose Side Are We On? », Social Problems, 1967, vol. 14, no 3, p. 239‑247.

[15] Sur ce point voir l’excellente note en deux parties de Denis Colombi. Denis Colombi, L’humour est une chose trop sérieuse…, http://uneheuredepeine.blogspot.com/2012/08/lhumour-est-une-chose-trop-serieuse.html , 17 août 2012, (consulté le 10 juin 2019) ; Denis Colombi, ……Pour être laissée à des rigolos, http://uneheuredepeine.blogspot.com/2012/08/pour-etre-laissee-des-rigolos.html , 23 août 2012, (consulté le 10 juin 2019).

[16] Une autre forme de justification pourrait être de dire qu’au fond, il ne s’agit que d’une blague, que toute cela n’est pas grave. Cette excuse revient à dénier tous les effets d’exclusion et d’inclusion de l’humour, soit une faute professionnelle grave de la part de sociologues. Ce phénomène de dénégation de cette dimension sociale participe d’ailleurs du processus d’exclusion. C’est ce que Denis Colombi nomme L’impolitesse du désespoir (http://uneheuredepeine.blogspot.com/2013/03/limpolitesse-du-desespoir.html, 15 mars 2013, consulté le 10 juin 2019) : refuser de reconnaître l’impact négatif d’une blague revient à refuser le fait d’avoir pu porter atteinte à la face d’un tiers. L’offense est donc particulièrement forte, étant donné qu’aucune réparation n’est proposée.

pierrenocerino

Doctorant et ATER à l'EHESS

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


3 réflexions sur « Sociologie de l’humour, humour de la sociologie »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

    1. Chère Marion Wesely et chère-s membres de l’équipe hypothèses,
      Merci pour votre retour et cette mise en avant du billet ! Je suis ravi que ce dernier vous ait semblé intéressant.
      Merci également pour la magnifique bannière associée, qui met parfaitement en valeur le propos de l’article ! 🙂
      En vous remerciant également pour tout le travail réalisé au sein de la communauté des carnetiers et carnetières,
      Bien cordialement,
      Pierre Nocerino

  2. Les humoristes et les processus de Gemeinschaftung ! Comment faire de la sociologie sans quelques mots d’allemand, surtout dans la société française ! Nos grands sociologues, aujourd’hui défunts, disaient d’ailleurs que la sociologie américaine était franchement bas de gamme, juste du travail empirique. Pouah! A l’époque d’ailleurs, le PCF était le parti des intellectuels, et tel un oracle annonçait…le vrai, le bon, le beau et le sociologique.Les mêmes sociologues, qui pour certains ont survécu, sont devenus des partisans de George H.Mead, de E.C. Hugues, de H. Becker etc…De toutes les façons, ils ne lisaient pas l’allemand dans le texte, il fallait donc bien se reconvertir, la venue en France de Howard Becker fut donc très opportune. Depuis, la sociologie américaine a acquis ses lettres de noblesse, alors que le PHD américain n’était pas reconnu comme diplôme en France en 1960. Rien ne valait l’agrégation française: c’est une pointe d’humour administratif français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.