Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Ce billet s’inscrit dans le cadre d’une enquête collective issue d’un partenariat entre l’Ouscipo[1] et le Samu Social de Paris. Il s’agit du deuxième billet issu de cette enquête collective publié sur ce carnet. Dans le cadre de sa mission de lutte contre la grande exclusion, le Samu Social de Paris propose un accueil de jour ou des possibilités d’hébergement la nuit aux personnes sans-domicile. Menée en 2015-2016 par une vingtaine d’étudiants répartis dans quatre centres, cette enquête collective a constitué pour nous une initiation “à la recherche par la recherche” par le biais d’un dialogue permanent avec les acteurs de la société civile. Cette recherche s’appuie sur une semaine d’enquête de terrain au sein d’un des Lits Halte Soins Santé (LHSS). Créés dès l’origine du Samu Social de Paris en 1993 et ouverts à titre expérimental, ils ont été pérennisés par décret le 17 mai 2006 et homologués « structure médico-sociale ». Les LHSS hébergent les sans domicile à temps complet et sans conditions pour une durée limitée à deux mois renouvelables.  

*             *

*

Au cours de cette riche semaine de terrain, nous avons réalisé des entretiens et des observations auprès du personnel et des hébergés de la structure[2], avec pour point de départ la thématique de l’« éloignement ». Les structures du Samu Social peuvent prononcer des mesures dites d’« éloignement » à l’encontre des personnes accueillies ou hébergées. Il s’agit d’exclusions valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie. Ainsi, nous avons abordé notre enquête avec pour volonté première d’observer les logiques pouvant conduire à de telles décisions.  

« Vous me foutez dehors. »

En fin d’après-midi, nous sommes assis à une table avec plusieurs autres hébergés jouant aux dames. L’un deux, Éric, nous fait part de sa déception quant à une nouvelle qu’il vient d’apprendre : « on m’a pris au dépourvu, ils me foutent dehors, je ne suis pas assez malade pour eux »[3]. Rachel, l’assistante sociale, vient s’enquérir de l’état d’Éric en lui rappelant qu’il était au courant de la démarche engagée. « Nous ne sommes pas un hébergement d’urgence » ajoute-elle. Ce à quoi Éric répond : « Oui mais je ne dis pas que je veux être hébergé ici pour toujours […] soignez-moi bien, ou ne me soignez pas du tout ! ».

Cette réaction est pour le moins étonnante : nous apprenons, en effet, qu’Éric ne fait pas l’objet d’une mesure d’éloignement mais qu’il est transféré dans une structure d’insertion via le SIAO[4]. Rachel propose à Éric (qui marche avec une béquille) de l’accompagner vers son nouveau logement, ce qu’il accepte après un moment d’hésitation : « Vous me laissez 20 minutes quand même ». Au moment de ce départ, manifestement précipité, nous lui demandons s’il doit préparer toutes ses affaires. Il nous répond : « Qu’ils se démerdent, je dois partir dans 15 minutes, ils n’ont qu’à se démerder ».

Tandis que la nouvelle est reçue par Éric comme une véritable déflagration, les réactions du personnel sont quant à elles très positives et enthousiastes, même si certains manifestent des doutes quant à sa capacité de réinsertion. La directrice de la structure, Véronique, perçoit cette nouvelle comme une rare opportunité de prise en charge pour Éric : « Déjà on n’en revient pas de vous avoir trouvé ça, vous avez une chance incroyable ». Une infirmière, Martine, tout aussi consciente de l’opportunité offerte à Éric, paraît toutefois plus nuancée que sa supérieure : « Il est tox, il est complètement désorienté […] Il a une place en or […] mais sa place il va pas la garder longtemps parce qu’il va rentrer défoncé et alcoolisé ». Rachel revient sur sa réaction au moment de la réception de cette nouvelle : « C’était magique, j’avais envie de l’embrasser, j’étais émue quoi, vraiment… ». Ainsi, particulièrement touchée par ce transfert, elle prend la décision de l’accompagner : « Y avait un contraste dans les réactions … Pour moi, ça m’a remis un peu à ma place quoi, il voulait pas y aller le soir […] Donc je me suis proposée de l’accompagner (dans la nouvelle structure) parce que je pouvais pas dormir en me disant on l’a laissé […]. Le problème ici, c’est qu’on arrive pas à rompre le lien, à se détacher, à un moment à faire partir, à couper le cordon ». Elle nous raconte ce qu’elle lui a dit à ce moment-là : « Je sais que c’est un peu violent pour vous, c’est précipité, vous n’avez pas le temps de dire ouf, vous n’avez pas le temps de dire au revoir à vos potes… Je suis désolée, nous aussi on aimerait que ça se fasse de façon plus progressive et plus douce, mais c’est comme ça quoi… ».

L’espace d’observation privilégié des interactions entre les hébergés sur le terrain est un couloir dans lequel les hébergés se retrouvent pour discuter, notamment en fumant des cigarettes. Dans ce couloir, les hébergés partagent ce qu’ils savent de cet évènement. L’un dit : « Je sais, il est parti, il a pas pu me prévenir, il s’est mis en colère je pense […] ils auraient pu nous prévenir, nous », et ajoute : « Au début, j’ai cru qu’on l’avait foutu dehors » parce qu’il « s’était pris la tête avec l’infirmière, il était bien chaud [ivre] ». Une autre hébergée dit : « Tu as vu ils l’ont foutu dehors et la prochaine fois ça va être moi ! ».

En prenant connaissance de la nature de la discussion, nous les informons qu’en réalité Éric a fait l’objet d’un transfert et non d’un éloignement, ce qu’ils ne savaient pas. L’une des hébergés nous répond qu’elle a une autre version, qu’elle sait qu’il avait trop bu, et qu’il aurait dit : « Les quatre vérités à l’infirmière… il a pété un plomb ».

Le personnel estime l’obtention de cette place dans une structure d’insertion comme une « chance incroyable ». Éric, lui, reçoit la nouvelle comme une véritable mise à l’écart. Comment analyser cet écart profond de perspective entre les acteurs concernés ? De ce fait, nous mettons en tension la question de l’éloignement institutionnel avec celle des mesures qui sont vécues comme telles mais qui ne le sont pas. En utilisant la notion de “modifications de séjour”, que nous définissons comme tout changement affectant la situation d’hébergement d’un bénéficiaire, nous déconstruisons la catégorie de l’éloignement institutionnel. En effet, de quelle manière des mesures destinées à accompagner un projet institutionnel vers « l’autonomie » peuvent être vécues comme des sanctions par les hébergés ?

Soin et social : la difficile coordination

Le LHSS est une structure médico-sociale qui entend donc lier les missions du soin et du social dans la prise en charge des bénéficiaires. Mais dans la mesure où chaque mission semble se dérouler selon une temporalité propre, il arrive qu’une mission se termine alors que l’autre reste inachevée. Par exemple, le rythme du séjour des hébergés peut, recouper des moments de sociabilité avec les autres hébergés, représenter une expérience de répit par rapport au rythme de vie habituel de la rue tout en étant un parcours de guérison. Ce temps subjectif entre en tension avec la temporalité appliquée par les acteurs institutionnels dont les principes et les règles impliquent notamment une rotation des lits disponibles, avec par conséquent une durée limitée de prise en charge.

Éric se présente au sein du LHSS deux jours après, en évoquant ne pas pouvoir se déplacer avec sa béquille. Il avait laissé ses affaires dans la structure, qui se limitent à trois sacs poubelle remplis de vêtements. Dès son retour, Véronique lui demande fermement de récupérer ses affaires et de quitter la structure au plus vite. Elle lui dit : « Vous ne pouvez pas venir ici tous les jours, il faut que vous partiez, prenez votre sac ».

« Les difficultés pratiques d’Éric à quitter la structure à la demande de Véronique ». L’illustration réalisée par la dessinatrice Clars ne faisant pas partie de l’équipe de chercheurs ne vise pas à figer l’observation et a pour seule vocation une figuration originale de la situation d’enquête.

 

Ce faisant, la directrice de la structure adopte une position claire concernant la nécessité d’autonomie que doit assumer Éric. Par la suite, en prenant elle-même un sac poubelle à la main, elle finit par lui concéder : « Très bien, partez, vous viendrez le chercher après ».

Par autonomie, Véronique, la directrice du centre, semble entendre un impératif d’insertion rapide dans sa nouvelle structure qui passe par un détachement immédiat de l’ancienne : « Après il faut aussi qu’il s’intègre à son nouveau centre qui n’a rien à voir avec le nôtre mais qui est plutôt un grand tremplin pour monter des projets. […] on n’est pas non plus la famille, on est juste un palier, une structure, on vous accueille, on ne va pas venir vous voir non plus tous les jours, il va falloir qu’il coupe un peu le cordon […] on l’a pas eu quand même pendant des années il va falloir qu’il prenne son envol […]. ». Les propos de Véronique illustrent bien ce moment où le soin s’arrête et où la dimension sociale quant à elle reste inachevée/orpheline, du moins du point de vue de l’hébergé. En revanche, pour la directrice du centre, le départ d’Éric fait partie intégrante de la mission de réinsertion sociale et passe par un impératif d’autonomie.

Du point de vue de l’institution l’objectif est de trouver, à l’issue des soins, un logement à long terme. Ces transferts s’opèrent dans un contexte de pénurie de places au sein des logements sociaux. Les acteurs saisissent donc les rares opportunités qui se présentent. Ainsi, le départ pouvant être précipité, occulte d’autres dimensions importantes du séjour de l’hébergé. Par exemple, les liens de sociabilité créés au sein du centre et son possible besoin de stabilité. Dans le cas d’Éric, ce dernier cherche éventuellement une certaine décompression grâce à un temps indéfini de repos et de répit. Par conséquent, l’opportunité n’est pas saisie comme telle par l’hébergé qui considère en plus que ses soins ne sont pas terminés.

La vocation institutionnelle des LHSS s’inscrit dans la volonté d’une prise en charge de personnes en grande précarité et atteints d’une pathologie aigüe ou en mauvaise condition physique ou psychique. Malgré qu’elle soit une structure homologuée « médico-sociale », elle est avant tout un « relais indispensable aux soins hospitaliers » comme écrit sur le site du Samu Social. Ainsi, à travers ce cas, nous constatons que la mission d’accompagnement social dépend surtout de l’avancement de la mission de soin. Allant dans ce sens, le directeur des soins des LHSS annonce que bien souvent, au terme de la prise en charge médicale, les hébergés retournent à la rue[5].

*               *

*

« Lorsque des personnes font des choses les unes pour les autres, ce “pour” peut souvent être transformé en “à” par un léger excès de zèle ou par un changement d’humeur. La discipline nécessaire à l’ordre et au calme que réclame le travail dans une salle de classe peut facilement se changer en quelque chose qui, aux yeux des enfants, est pervers et cruel ; et leur perception est parfois plus juste que celle de l’instituteur. Partout où un minimum de pouvoir de coercition, exercé par le verbe ou par la force, s’avère nécessaire à la réalisation d’une tâche, peut exister la tentation d’en abuser et même d’y prendre plaisir, que ce soit chez les instituteurs, chez les garçons de salle des hôpitaux psychiatriques, ou chez les gardiens de prison. Partout où des personnes vont ou sont envoyées pour recevoir une aide ou subir une intervention existe le danger d’une altération majeure des finalités et des relations dans le cadre d’une fonction officiellement définie : il en va ainsi dans la salle de classe, la clinique, la salle d’opération, le confessionnal et la morgue. »

Everett Hughes, Le Regard sociologique, Paris, EHESS, 1997, p. 62.

Au cours de notre semaine de terrain, la thématique de l’éloignement nous a rendus sensibles à des phénomènes « hors éloignement » pourtant vécus comme tels. C’est à partir des écarts de perspectives entre les différents acteurs que nous avons déconstruit la catégorie institutionnelle de l’éloignement. Ainsi, nous avons proposé une réflexion plus globale, à partir du cas paradoxal d’Éric, sur ce que veut dire « être aidé » et sur le sens donné à l’aide sociale par le personnel de la structure. Si ce cas paraît exceptionnel au regard d’une étude portant sur les mesures d’éloignement, il n’en reste pas moins ordinaire des contradictions véhiculées dans le discours de l’institution tourné vers l’autonomie des hébergés. L’outil de réflexion principal qui nous a permis de mettre en exergue nos résultats est la tension entre les temporalités respectives du soin et du social. Au-delà de ce cas particulier, cette expérience nous permet de conclure par des interrogations plus générales sur le travail social et l’implication des bénéficiaires dans leur prise en charge. La volonté de l’institution à travailler pour les gens met-elle en sommeil les attentes des hébergés ? Autrement dit, pour les hébergés qui font l’expérience de ce travail pour autrui, leurs avis sur les conséquences possibles des décisions prises sur eux sont-elles réellement considérées ? Nous nous interrogeons finalement sur la marge de manœuvre effective de l’hébergé en tant qu’acteur de son propre parcours.

Enfin, il nous semble également important de faire un bref retour sur notre ressenti au regard de cette enquête collective. Cette dernière a constitué une opportunité unique d’initiation à la recherche, avec la préparation rigoureuse d’une méthodologie d’enquête. Par l’échange avec ses partenaires, l’Ouscipo nous a permis de faciliter notre accès préalablement négocié au sein de cette institution en déterminant à l’avance la thématique de l’enquête, tout en réfléchissant aux moyens de restitution. La grande autonomie qui nous a été laissée sur le terrain nous a appris à nous organiser collectivement dans le processus de recueil et d’analyse des données, tout en étant accompagnés dans ces étapes en classe et sur le terrain par les enseignants en charge de cette enquête collective.

L’opportunité enrichissante et formatrice d’une enquête collective permet de dépasser l’aspect solitaire que peut parfois revêtir la recherche, notamment pour nos mémoires respectifs. L’aspect collectif nous a permis d’accumuler un matériau important, que nous n’aurions jamais pu obtenir seul en si peu de temps sur le terrain. Mais cette masse riche de données, consignée dans un carnet de terrain de l’ordre de 250 pages, nous a laissé un vif sentiment de frustration quant à l’impossibilité de dire tout ce que nous avions à dire. N’ayant pu exploiter au maximum nos données à cause du temps limité de l’enquête, nous tenions à révéler que cette opération de choisir « quoi dire » et « que privilégier » n’est pas sans difficulté pour l’apprenti sociologue.

Blanchemanche Léa, Chau Stewart, Ristic Daniela

* Enquête collective réalisée dans le cadre du séminaire de Corentin Durand et Romain Juston par : Akturk Busra, Blanchemanche Léa, Chau Stewart, Piolatto Clara, Ristic Daniela et encadrée sur le terrain par Erwan Le Méner.

[1] Créé en 2014, l’Ouvroir de Sciences Sociales Potentielles (Ouscipo) de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales développe des partenariats de recherche entre ses étudiants et chercheurs et des acteurs de la société civile (associations, acteurs de l’économie sociale et solidaire, collectivités locales, syndicats, entreprises, particuliers, etc.).

[2] Durant notre semaine de terrain du 7 au 11 décembre 2015, dix entretiens enregistrés ont été réalisés, avec huit membres du personnel et deux hébergés. Se rajoutent treize entretiens informels non enregistrés avec des hébergés.

[3] Toutes les citations sont issues de nos extraits d’entretiens et de nos carnets de terrain. Les prénoms des personnes interrogées ont été modifiés dans un soucis d’anonymat.

[4] Service Intégré d’Accueil et d’Orientation. Le SIAO centralise les demandes d’hébergement et/ou de logement accompagné dans le cadre d’une politique d’orientation prioritaire vers le logement. Le SIAO doit devenir progressivement un guichet unique de cette demande, devant aboutir à la simplification des démarches pour les personnes et pour les travailleurs sociaux qui les accompagnent. [En ligne], Adresse URL : https://siao75.fr/  (page consultée le 24 février 2016)

[5] Interview sur le site du Samu Social : “Les lits infirmiers permettent également à certains patients atteints de maladie chronique de stabiliser leur état lorsqu’ils sont en période de crise, parfois d’éduquer à bien observer les traitements. Le problème est, qu’à l’issue de cette prise en charge, il est difficile de trouver des solutions de sortie pour les personnes qui se retrouvent trop souvent remises à la rue.” [En ligne], Adresse URL : https://www.samusocial.paris/action/les-lits-halte-soins-sante (page consultée le 24 février 2016).

Image à la Une : « Laure, Norbert et Laurine », Reportage photo « Dans les yeux », projet réalisé pour le SamuSocial de Paris par Gregory Favre ayant donné lieu à la publication d’un ouvrage aux éditions Autrement.


Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *