Mieux vaut prévenir qu’éloigner ? Une enquête collective en partenariat avec le SamuSocial de Paris

Après une première enquête collective réalisée en partenariat avec le P.H.A.R.E.S. (Pôle d’Hospitalité aux Activités à Rayonnement Ecologique et Solidaire), le carnet des étudiant-e-s du Master de sociologie publie en ce début d’année deux billets issus d’une nouvelle enquête collective effectuée dans le cadre de l’Ouscipo et animée par Corentin Durand et Romain Juston. Intitulée « Aux frontières de l’urgence. Enquête collective avec le Samusocial de Paris », elle a permis à trois groupes de six étudiant-e-s accompagnés par un encadrant d’effectuer une enquête au sein de structures d’hébergement d’urgence autour de la thématique des mesures dites d’ « éloignement » à l’encontre de personnes accueillies. Ces exclusions sont valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie.

Ce premier billet retrace l’enquête d’un groupe qui a enquêté dans un Lit Halte Soins Santé (LHSS) dont la particularité est de peu recourir à ce type de mesure. Laura Bonvicini, Justine Coron, Anaïs Lehmann et Tanya Kostitcyna ont alors réalisé un travail largement configuré par l’enquête de terrain se donnant pour objectif de mieux comprendre les logiques de prévention des situations problématiques dans ce centre.

*                 *

*

UN RÉCIT D’ARRIVÉE POUR PLANTER LE DÉCOR

Monsieur Balmond est arrivé au LHSS la veille de notre venue. Nous nous appuierons donc dans cet article sur son cas pour comprendre la prise en charge des hébergé-e-s au sein d’un LHSS de la région parisienne. Pakistanais âgé d’une quarantaine d’années, Monsieur Balmond est arrivé en France il y a 20 ans. Il entre au LHSS par la maraude, après avoir connu un éloignement d’un autre centre. Le motif de son admission au LHSS Esquirol est l’« altération de l’état général  » qu’il présente. À son arrivée, une insuffisance hépatique (cirrhose) et une perforation du tympan sont diagnostiquées. Le cas particulier de ce nouvel arrivant nous permet alors de donner un aperçu concret de l’accueil et des premiers jours au sein du LHSS. C’est l’occasion de suivre pas à pas les premiers pas d’un hébergé dans son nouvel environnement, premiers pas au cours desquels les normes sont notamment explicitées

Une semaine au LHSS

Lundi 7 Décembre 2015, notre semaine de terrain au Lits Halte Soins Santé (LHSS) commence. Les LHSS sont des centres composant la structure du Samusocial. Présents sur l’ensemble du territoire, ils accueillent des individus en situation de grande exclusion qui présentent divers problèmes de santé. Les différents personnels qui y travaillent cherchent à mener de front mission de soins et objectif de réinsertion sociale. S’y côtoient aide-soignant-e-s, assistant-e social-e, auxiliaire-s de vie, cadre, infirmier-e et médecin. Tout au long de ces cinq jours, notre groupe de quatre étudiantes, parfois accompagné par notre professeur encadrant, se relaiera en binômes. L’objectif est le suivant : comptabiliser un maximum de présence sur le terrain pour profiter de l’opportunité offerte d’assister, le temps d’une semaine, au quotidien du service. Nos carnets de terrain mêlent ainsi observations de l’activité des différents membres du personnel présents, de celle des hébergé-e-s, des repas (petits-déjeuners, déjeuners et dîners), des loisirs, des départs et retours de permission, des réunions institutionnelles (comme la réunion médico-sociale, une réunion pluridisciplinaire où infirmiers, aides-soignants, auxiliaires de vie, médecin, psychiatre, assistante sociale, cadre du LHSS y sont présents pour faire le point sur la situation médico-sociale de chaque hébergé.) et informelles, des nuits, ainsi que des entretiens avec le personnel et des discussions informelles avec certain-e-s hébergé-e-s.

Les quatre groupes d’étudiant-e-s du séminaire d’enquête collectif « Aux frontières de l’urgence » réparti-e-s dans différents centres du Samusocial travaillent sur la thématique de l’éloignement. Les mesures d’éloignement consistent à exclure des hébergé.e.s du centre pendant une certaine durée (cela peut aller d’un jour d’éloignement à une durée indéterminée ou une exclusion définitive de tous les centres du Samusocial) pour des motifs divers (violences verbales, violences physiques, refus du protocole, etc.). Or, le centre dans lequel nous nous trouvons projeté-e-s ne multiplie pas ou peu les fiches d’éloignement. Il s’agit pour nous de travailler sur l’éloignement dans un centre où l’on n’éloigne pas. Il nous a donc fallu déplacer le regard sur la diversité de phénomènes qui renseignent, quoiqu’indirectement, sur la thématique de l’éloignement.

Lors de notre premier jour d’enquête, Monsieur Balmond se présente au réfectoire en fin de matinée afin de prendre son petit-déjeuner. Le personnel refuse alors de le lui servir, au motif que l’heure du petit-déjeuner, fixée à 7h30 est largement dépassée. Au LHSS, s’agissant des repas, « l’heure c’est l’heure », explique-t-on alors à Monsieur Balmond. L’arrivée d’un nouvel hébergé dans le centre est d’abord l’occasion d’une explicitation des normes par le personnel.

Monsieur Balmond fera aussi l’apprentissage de la norme d’organisation spatiale qui délimite nettement un espace des professionnels et un espace des hébergé-e-s. Pendant que deux des enquêtrices boivent un café dans l’office alimentaire, l’hébergé passe dans le couloir. En les voyant, il entre dans la pièce et leur dit « café ». L’auxiliaire de vie arrive alors aussitôt et lui signifie qu’il n’a pas le droit d’entrer dans cette pièce et qu’il n’aura pas de café.

Si l’intériorisation des normes passe parfois par la voie de leur explicitation, il s’agit d’autres fois d’exécution par mimétisme. Autrement dit, Monsieur Balmond reproduit les gestes que lui montre le personnel et qu’il observe chez les autres hébergé-e-s tout en demeurant en décalage par rapport à ceux-ci. A la fin du repas, les hébergé-e-s doivent nettoyer à l’aide d’un chiffon humide leur portion de table. S’agissant de Monsieur Balmond, nous l’avons régulièrement vu nettoyer la table entière durant plusieurs minutes à l’aide de son chiffon alors que tous ses voisins étaient déjà sortis. Il est souvent le dernier à quitter le réfectoire.

Le fait d’analyser les pratiques d’un hébergé en adaptation face à ces nouveaux repères – il « déambule » toute la journée, « n’a aucune notion du temps » selon le personnel de soin, porte en intérieur des vêtements chauds d’extérieur (manteau, bonnet)–, permet de faire émerger des traits autrement « invisibles » tant ils ne sont que très rarement explicités et discutés par les professionnels et par les hébergés qui y sont socialisés. « Ils sont tellement formatés », nous dit Asma, une auxiliaire de vie. L’explicitation de ces normes nous permet par la suite de mettre en évidence l’écart à celles-ci et les situations entraînant l’éloignement.

L’arrivée d’un nouvel hébergé dans le centre est aussi l’occasion d’observer les actions mises en place par le personnel pour que son comportement s’ajuste aux normes. Alors que le personnel le considère « agité » de par ses continuelles déambulations, de nuit comme de jour, il s’agit de le « calmer ». Le répertoire d’actions est alors particulièrement diversifié. Aussi Bintou, un membre du personnel de soin, dit-elle lors d’une transmission[1] « Monsieur Balmond : on lui donne une cigarette de temps en temps, ça permet de le poser ». Cette pratique s’observe concrètement lorsque Sylvie, une soignante, demande à un hébergé, Monsieur Voronca, de donner une cigarette à Monsieur Balmond. En effet, Monsieur Voronca est un hébergé auquel est donnée l’autorisation de posséder son propre paquet de cigarettes – bien que sa consommation en soit contrôlée.

Peut-être est-il ici question de faire en sorte que le comportement de Monsieur Balmond se conforme aux normes du vivre ensemble au LHSS, mais aussi d’éviter une manifestation d’agressivité – qui préfigurerait potentiellement un éloignement.

L’arrivée de Monsieur Balmond dans le centre est enfin l’occasion de mettre en évidence l’existence de pratiques de prévention dans l’activité du personnel. En effet, Monsieur Balmond est empêché de sortir par les professionnels de santé alors même qu’il ne présente pas de problèmes temporo-spatiaux, lesquels justifient habituellement cette décision. Il n’est ainsi pas autorisé à sortir en permission, et cette situation est discutée de nombreuses fois par le personnel lors de notre semaine de terrain. Notifiés de l’alcoolisme avéré de Monsieur Balmond grâce à son fichier OSIRIS[2], les membres du personnel ne veulent ainsi vraisemblablement pas prendre le risque soit d’une situation problématique lors d’un retour de permission, soit d’un non-retour – et donc d’un éloignement « volontaire ». Surtout pour un hébergé précédemment éloigné d’un autre centre. De par le dispositif LHSS, une situation d’éloignement est évitée.

L’étude du cas de Monsieur Balmond permet d’appréhender comment un hébergé peut être intégré au sein du LHSS Esquirol, mais également de mettre en lumière les moyens que le personnel de soins emploie pour la socialisation du ou de la nouvel-le hébergé-e aux  normes et règles du centre[3]

Cet encadrement des hébergé-e-s par le personnel suppose aussi une prise en charge de situations problématiques pouvant impliquer de l’agressivité voire de la violence. Nous émettons  alors l’hypothèse que cette prise en charge quotidienne limiterait les éloignements au sein du centre. Nous allons jusqu’à nous demander si l’horizon de l’éloignement n’est pas souvent évincé en pratique.

Un éloignement en 2014, un « record »[4]

Les éloignements sont particulièrement rares au LHSS. Le centre en comptabilise un pour 2014, cinq pour 2015. Il contraste en cela nettement avec les autres structures du Samusocial de Paris. Nous n’avons durant notre semaine de terrain assisté à aucune mise en place de cette mesure. À partir de l’étude des cas où l’éloignement n’est pas mobilisé au LHSS, nous mettrons en évidence quelques-unes de ses caractéristiques

Pacifier et prévenir : un panorama des espaces de prévention

L’éloignement n’est pas une sanction automatique à tout écart au règlement. Une illustration en est la réaction aux retours tardifs d’une permission d’un hébergé. Les retards sont extrêmement fréquents et, lorsque les hébergé-e-s retardataires se présentent à nouveau au LHSS, nous n’observons aucune forme de « rappel à l’ordre » de la part du personnel de soins. Comme lorsque deux hébergé-e-s rentrent au petit matin, à sept heures, et que l’infirmier leur ouvre la porte et échange avec eux comme il le fait habituellement. Questionné à ce propos, le personnel de soins parle de « tolérance ». C’est ce qu’Asma nous évoque un soir, vers 22 h, lorsque deux hébergés ne sont toujours pas rentrés alors que la permission de sortie est fixée jusqu’à 17 h 30. La souplesse du personnel quant au respect du règlement intérieur évite un potentiel débordement qui pourrait résulter d’une confrontation directe frontale avec l’hébergé-e. Cette « tolérance » dont fait preuve le personnel se heurte à un certain seuil. Sa souplesse face à la déviance est limitée. Nous interrogeons ainsi Bintou sur la fréquence des retards.

« Oui ça arrive très souvent, d’ailleurs y en a ils reviennent tous les jours en retard et ils ont tous les jours des versions abracadabrantes à nous raconter, bon au début on dit attention attention attention, après on le fait plus mais après ça dépend de comment ils en abusent. Y en a ça va être par exemple tous les week-end, bon là on va comprendre, les week-end c’est normal, c’est le week-end, comme vous et moi, bon, c’est pas grave, après quand c’est exceptionnel on s’en fiche un peu, quand c’est tous les jours et en plus quand il rentre il s’excuse pas qu’il t’regarde d’un air hautain « ouais pfff j’m’en fiche de c’que tu m’racontes » bah là on va dire avertissement ».

L’écart au règlement, même répété, n’occasionne pas la sanction néanmoins l’écart aux normes du vivre ensemble, si. Un avertissement peut être mobilisé. Au contraire de l’éloignement, il est informel. Aucun papier ne l’accompagne. L’avertissement est signalé oralement à l’hébergé-e lors d’un tête-à-tête.

La « tolérance » du personnel participe plus largement d’un processus de prévention. Celle-ci est présente sous différentes formes au LHSS.

On observe par exemple que certains moments de la journée sont ritualisés de manière à prévenir tout « débordement » ou situation de conflit. C’est le cas du moment de la tisane, se déroulant tous les soirs aux alentours de 20h30. Réunis dans la salle commune, l’aide-soignant-e distribue à chaque hébergé-e, tour à tour, un verre de tisane et des médicaments selon les prescriptions de chacun. Jeudi soir, alors que nous l’observons dans le poste de soins en train de préparer les médicaments pour chacun, Ahmed nous explique qu’« ils les prennent avec le thé », comme en maison de retraite ». S’il s’agit ainsi d’un moment de sociabilité du quotidien, le moment de la tisane est aussi destiné à ce que la prise de médicaments se passe sans encombre. Le matériau présenté par la suite permettra de formuler l’hypothèse selon laquelle un moment de contestation du traitement par les hébergé-e-s est évité.

Nous formulons dans cet esprit une hypothèse plus large. Le fait de distribuer systématiquement les médicaments lors des repas ou de ce type de « collation » dépasse l’aspect médical de la posologie et concourt à faire en sorte que la prise de médicaments se déroule pacifiquement. En effet, seul le traitement anti-tuberculeux est administré tôt le matin à jeun, conformément à la posologie très stricte de ce type de traitement. La prise de médicaments est étroitement surveillée par l’infirmier-e en charge ainsi que par le reste du personnel de soins présent lors du repas des hébergé-e-s. L’infirmier-e reste à proximité des hébergé-e-s jusqu’à ce qu’ils aient ingéré tous leurs médicaments, et connaît certaines de leurs ruses pour ne pas les avaler.

Mardi – 11h47. Bintou arrive avec le chariot de médicaments « Bon appétit tout le monde ». Elle s’approche de la table 4, parle à Pierre et Aïda de Monsieur Rajapakse « Non il va prendre direct, faut juste surveiller qu’il recrache pas en fait » [par rapport à la remarque d’Aïda de savoir si on écrase le médicament et le met dans la purée, Bintou le lui donne entier dans la main] Bintou « Monsieur Rajapakse, les médicaments. Voilà, allez-y. » « Il fait semblant d’avaler et après (…) si mais ça dépend des collègues, moi il a toujours pris ». Aïda « Oh t’as raison, Monsieur ! » [Monsieur Rajapakse a mis le cachet sur sa cuisse sous la table]. Bintou « Monsieur Rajapakse, allez. Monsieur Rajapakse, faut l’avaler là, allez ! » Répète. Puis « it’s good, show me ? It’s good ? » « yeah »

11:50. Bintou apporte ses médicaments à Monsieur Dembélé. « Lui, c’est pareil ». Aïda « Moi, quand je passe le balais, y a toujours des trucs qui traînent ».

Cet exemple illustre bien les astuces du personnel visant à faciliter la prise des médicaments. On observe également le rapport aux médicaments qu’ont les hébergé-e-s : il y a une certaine ambivalence car ils sont au LHSS pour se faire soigner, et en même temps, certains refusent de prendre leurs médicaments.

Lors de cette distribution des médicaments, la plaisanterie est aussi mobilisée afin de dédramatiser ce moment. C’est par exemple le cas jeudi soir, lorsque Sylvie arrive dans le réfectoire et entreprend d’administrer à chacun son traitement.

Entre 18h54 et 19h05. Sylvie montre les médicaments à Monsieur Galinski et les lui donne. Elle lui dit « C’est dur de prendre les médicaments avec de l’eau hein, c’est mieux avec de l’alcool. Mais là j’en ai pas » en rigolant. Puis « Merci André » lorsque celui-ci a pris ses médicaments.

Ces échanges entre Sylvie et Monsieur Galinski donnent à voir une certaine familiarité. Sylvie appelle l’hébergé par son prénom et fait référence à son alcoolisme, Monsieur Galinski se présentant souvent ivre au LHSS en retour de permission. Cette familiarité rend le moment de l’administration des médicaments moins institutionnel et protocolaire. Il s’y joue aussi un moment de sociabilité « personnalisé », qui contribue à éviter une contestation du traitement.

L’humour comme ressource

L’humour, la plaisanterie, la taquinerie, sont régulièrement mobilisé-e-s par le personnel au LHSS lorsqu’il s’adresse aux hébergé-e-s. L’humour revêt à certains moments une fonction de pacification des échanges et permet de créer une relation de proximité.

L’humour peut permettre par exemple de dédramatiser une prise de médicaments. Ainsi, une infirmière a dit en riant à un hébergé en lui donnant ses médicaments :

« C’est dur de prendre les médicaments avec de l’eau hein, c’est mieux avec de l’alcool. Mais là j’en ai pas  »

Le personnel fait d’ailleurs référence avec humour à l’alcool pour relativiser la situation :

« Est-ce que vous voulez boire quelque chose ? ». L’hébergé répond « Un whisky! » et l’aide-soignant lui dit « Un whisky, tout de suite ! »

Le personnel utilise également des surnoms pour adoucir le côté protocolaire et médical :

« L’aide-soignant de jour, utilisait parfois des petits surnoms lorsqu’il s’adressait aux hébergés. Il a ainsi répondu « oui, mon chéri  » à un hébergé l’appelant dans le couloir. » – Journal de terrain

Des formes de prévention se retrouvent aussi au LHSS face à une situation susceptible de se dégrader. Ainsi, en début de semaine, lorsque Monsieur Galinski rentre de sa permission ostensiblement alcoolisé et qu’il s’exprime particulièrement bruyamment, Bintou nous déclare « Quand il est comme ça, on le fait sortir et prendre l’air ». Nous avons pu par la suite observer plusieurs fois la mise en œuvre de cette pratique. L’hébergé-e demeure dans l’enceinte du centre, mais est éloigné-e de la zone de tension. Ce faisant, l’hébergé-e n’aura l’occasion de perturber la tranquillité de ses congénères avec des comportements altérés par l’ébriété. Or, ces comportements alcoolisés sont le terreau du déclenchement d’altercations. Notons que si la consommation d’alcool dans l’enceinte du centre est interdite par le règlement, il n’est fait mention d’une alcoolisation extérieure – durant une permission. Le retour d’un hébergé-e alcoolisé-e n’est donc en soi un écart au règlement. Ceci étant, puisque le comportement de l’hébergé-e est une menace au vivre ensemble de par ses éclats de voix et ses coups de poing sur la table, on se trouve ici à la frontière entre pratiques de prévention et pratiques de gestion des situations problématiques.

Face aux situations problématiques : des pratiques de pacification

Il ne s’agit plus de faire en sorte qu’une situation potentiellement génératrice de tensions le devienne mais d’éviter qu’une situation déjà problématique ne s’envenime.

Outre le fait de demander à un-e hébergé-e de « prendre l’air », une autre forme de gestion d’une situation problématique a été mise en place jeudi après-midi. Alors que Monsieur Galinski frappe violemment du poing sur la table de manière répétée, Sylvie, qui l’appelle jusque là par son prénom, s’adresse subitement à lui en utilisant son nom de famille. Cette modification des termes du lien hébergé-e/personnel semble alors signifier à l’hébergé-e que le seuil de tolérance est sur le point d’être dépassé. Alors que le fait d’appeler les hébergé-e-s par leur prénom peut modifier la relation patient/soignant en créant un rapport familier[5], on assiste à un retour vers un mode de civilité plus institutionnel. On peut finalement émettre l’hypothèse que le passage d’un rapport familier à un rapport générique est également une manière de pacifier une situation problématique.

2015-12-07-17-30-56
Une enquête parfois ludique

Dans cette lignée, le changement de chambre est une pratique à l’arc du personnel de soins lors d’une situation problématique du vivre ensemble. Lors d’un entretien avec Bintou, nous l’interrogeons tout d’abord sur la répartition des hébergé-e-s dans les différentes chambres – celles-ci sont collectives pour la plupart et comportent jusqu’à quatre lits. Nous lui demandons dans ce cadre spontanément s’il existe des changements de chambre – elle nous l’a déjà évoqué lors d’une courte discussion informelle.

Le changement de chambre peut aider à éviter certains conflits et à prévenir quelconque débordement, situation violente, etc. qui peut survenir dans les chambres. Au LHSS Esquirol, certain-e-s hébergé-e-s, notamment ceux qui avaient les pathologies les plus lourdes, avaient une chambre individuelle. Cela évite de fait les problèmes « d’incompatibilité »[6] entre les hébergé-e-s qu’il peut y avoir.

Il arrive également qu’un hébergé soit transféré dans un autre centre. Pour l’année 2014, on compte ainsi neuf transferts effectués dans un autre centre du Samusocial pour le LHSS Esquirol. Il s’agit généralement d’un échange, l’arrivant d’un autre centre prenant la place du sortant. Bintou nous explique les modalités préfigurant le transfert.

« Mais, des fois quand c’est vraiment… parce que bon on dit que la personne il est pas non plus, c’est-à-dire que bon il parle beaucoup ou il est assez… il est dans la démonstration mais il est pas encore passé à l’acte on peut faire un transfert. Parce qu’il est pas… il a pas eu un geste au point d’être… voilà. Il est pas passé à l’acte du coup on peut dire que bon on fait un transfert, même s’il a un profil on va dire assez problématique on peut faire des transferts aussi. »

Le personnel peut utiliser la carte du transfert s’il sent que l’hébergé-e est susceptible d’être violent. Il semblerait que tant que l’hébergé-e n’est pas passé-e à l’acte, le transfert constitue pour le personnel de soins l’un des seuls recours possibles. Le transfert viserait aussi pour le personnel à ne pas rester dans l’attente de ce passage à l’acte qu’ils anticipent. Le transfert est également demandé par l’équipe du LHSS lors d’une autre configuration. En effet, lors de la réunion médico-sociale à laquelle nous avons assisté, le personnel de soins a mis sur la table le transfert d’un hébergé-e, Monsieur Marino, du fait que l’équipe « s’essoufflait ». Le transfert d’un centre à l’autre est donc aussi envisagé par les professionnels du LHSS comme une possibilité de renouveau à la fois pour l’hébergé-e et le personnel de soins. Lorsqu’il est transféré, l’hébergé-e est éloigné-e de manière informelle, contrairement au fait de « prendre l’air » ou de « changer de chambre ». Il rejoint un autre centre du Samusocial mais n’a plus accès à l’enceinte du centre précédent.

Ainsi, le personnel de soins réagit de différentes manières face à une situation problématique, sans nécessairement recourir à l’éloignement. Peut-être s’agit-il dans certains cas d’alternatives à l’éloignement mises en place en amont, quoiqu’on puisse parfois se demander si l’horizon de l’éloignement n’est pas tout bonnement occulté.

Composer avec la vulnérabilité des hébergé-e-s

Encore une fois, cette enquête a été pour nous un défi car le LHSS éloigne peu et que l’enquête collective visait à étudier les mesures d’éloignement. Néanmoins, en approfondissant un travail de recatégorisation et en chaussant nos lunettes sociologiques au-delà de la simple thématique de l’éloignement, nous avons réussi à en dégager des traits principaux.

Nous nous sommes par ailleurs appuyées sur des données statistiques. Nous avons effectué un traitement statistique des fiches d’éloignement de deux LHSS situés en région parisienne. Si on devait définir l’idéal-type d’une situation entraînant une mesure d’éloignement, ce sont généralement des événements qui portent atteinte au personnel directement (pour le premier LHSS, dans lequel nous avons effectué notre enquête, le personnel représente 67,9 % des victimes des incidents occasionnant un éloignement). La mesure d’éloignement a en outre plus fréquemment une origine de violence physique dans le premier plutôt que dans le second LHSS (25 % d’incidents liés à la violence physique pour l’un et 10,4 % pour l’autre). Et, lorsqu’il y a un tel incident au LHSS , nous remarquons que les membres du personnel peuvent être affectés. Par exemple, Bintou nous a évoqué une altercation : « […]  J’ai par exemple été témoin d’un petit papy qui se fait étrangler par un autre euh hébergé, où il a fallu être à trois pour les séparer… ». Bintou nous évoque aussi le cas d’une ancienne collègue, qui a démissionné suite à un tel incident ayant entraîné un éloignement.

Ainsi, la mise en œuvre d’une mesure d’éloignement surviendrait surtout quand il y a mise en péril de la structure, et lorsque le personnel se sent directement menacé. C’est ce que nous a signifié Corinne, la directrice du LHSS. Dans le pire des cas, une intervention extérieure est nécessaire, notamment celle des forces de l’ordre et/ou des urgences. La situation ne peut plus être « contenue » dans l’enceinte même du LHSS et par le LHSS. Enfin, la mesure d’éloignement fait plus souvent à la suite d’un ensemble d’incidents. Nous pouvons émettre l’hypothèse que la prévention et la tolérance ont été mobilisées pour répondre aux premiers incidents mais que, passé un certain seuil, le seul recours possible est l’éloignement. Il aurait fallu prolonger l’enquête pour déterminer précisément ce seuil

Laura Bonvicini, Justine Coron, Anaïs Lehmann et Tanya Kostitcyna

[1]     Lors de notre semaine de terrain, nous avons pu observer ce que le personnel de soins appelle les « transmissions ». Elles se déroulent le matin et le soir lorsque l’équipe de jour donne le relais à l’équipe de nuit et inversement. Durant ces transmissions, l’infirmier-e fait un compte rendu oral des évènements s’étant déroulés durant sa garde dont il estime important d’informer son ou sa collègue.

[2]     Cela est évoqué lors de la réunion médico-sociale (RMS) à laquelle nous assistons. OSIRIS est un logiciel qui répertorie toutes les informations d’ordre médical, social, voire comportemental sur toute personne ayant eu un contact avec le Samusocial.

[3]     Règlement intérieur du centre, normes du vivre ensemble, etc.

[4]     Propos de Corinne Dupuy, cadre du LHSS Esquirol.

[5]     Le traitement familier consiste en une singularisation des rapports de traitement et de prise en charge, qui repose notamment sur l’empathie, par opposition à un traitement générique où il s’agit de s’adresser à tous de la même manière.

[6]     Bintou : « […]parce qu’il y a aussi des compatibilités d’humeur à prendre en compte »

Image à la Une : « Aurélie et Alain », Reportage photo « Dans les yeux », projet réalisé pour le SamuSocial de Paris par Gregory Favre ayant donné lieu à la publication d’un ouvrage aux éditions Autrement.


Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

2 réflexions au sujet de « Mieux vaut prévenir qu’éloigner ? Une enquête collective en partenariat avec le SamuSocial de Paris »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *