Restituer la restitution : bousculer son travail universitaire pour l’enrichir

Prune Missoffe est étudiante en master 2 de sociologie générale à l’EHESS. En organisant une réunion publique visant à restituer la démarche et les résultats de son travail de mémoire auprès des habitant-e-s de Saillans, Prune a pu susciter des échanges de la part des enquêtés qu’il s’est agit d’intégrer à son travail en cours. Elle « restitue » ici cette dernière séquence du travail du terrain.

« Je rends au public ce qu’il m’a prêté ; j’ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage : il est juste que, l’ayant achevé avec toute l’attention pour la vérité dont je suis capable, et qu’il mérite de moi, je lui en fasse la restitution » écrivait La Bruyère dans la préface de son ouvrage Les caractères. Rendre aux enquêtés ce qu’ils m’ont prêté, tel était mon objectif lorsque j’ai organisé une réunion publique de restitution le 28 juin 2016 à Saillans, commune d’environ 1 200 habitants dans la Drôme. Ce billet concrétise mon souhait de partager cette expérience de restitution.

Sujet et méthodologie d’enquête

En mars 2014, date des dernières élections municipales, a été élue à Saillans une liste citoyenne dont le programme consistait en une proposition procédurale favorisant la transparence, ainsi que l’élaboration et la construction de projets par les habitants eux-mêmes. Depuis lors, des réunions publiques sont régulièrement organisées, et un conseil des sages composé de douze habitants – personnes initialement candidates pour figurer sur la liste municipale ou tirées au sort sur candidature – veille au respect de ce fonctionnement participatif et essaime l’expérience saillansonne. Mon étude porte sur l’expérience des habitants relative à la construction de cette démocratie participative, dont l’originalité première est son caractère ascendant.

L’angle de problématisation adopté s’articule autour de la tension entre un récit médiatique présentant une image révolutionnaire de l’expérience démocratique d’une part, et le constat empirique d’un impact relativement modeste sur le fonctionnement municipal, la vie quotidienne et l’implication citoyenne d’autre part. Deux travaux universitaires réalisés l’année précédente ayant privilégié des entretiens avec des personnes relativement impliquées comme les élus et les membres du conseil des sages[1], j’ai essayé d’apporter un regard nouveau et complémentaire en me concentrant sur l’expérience, par les habitants, de la construction de la démocratie participative à Saillans. Cela me paraissait d’autant plus nécessaire et pertinent que les habitants occupent, en théorie du moins, une place centrale dans une expérience de démocratie qui se veut « par le bas ».

Je me suis ainsi rendue à Saillans à quatre reprises entre septembre 2015 et juin 2016 pour une vingtaine de jours au total, afin d’assister à l’événement « ? Curieuses démocraties ? » organisé par des habitants ; de réaliser une vingtaine d’entretiens semi-directifs avec 29 habitants aux caractéristiques différentes et aux avis hétérogènes ; d’observer différents types de réunions publiques, d’une réunion du conseil des sages et de plusieurs réunions associatives organisées par des habitants sans lien direct avec la municipalité, ainsi que de nombreuses discussions lors de spectacles, au café, ou au traditionnel marché du dimanche. Enfin, j’ai organisé une réunion publique de restitution de mes premières hypothèses. Cette dernière, qui constitue un matériau à part entière de mon travail d’enquête[2], fait l’objet du présent billet.

Organiser une restitution publique : le défi d’un engagement à l’objectif triple

Trois enjeux peuvent être rattachés à l’organisation de cette restitution publique. L’objectif était d’abord méthodologique : il s’agissait d’anticiper une éventuelle demande de lecture du travail final, laquelle risquait de compromettre l’anonymat promis aux interviewés. En effet, malgré une attention accrue à ne pas les nommer, leur identité risquait d’être trahie dans le mémoire par la mention de leurs qualités (âge, nombre d’années d’habitation dans le village, rôle économique), leur positionnement face au nouveau fonctionnement, et leur rôle tant dans les associations que dans le système participatif, autant d’éléments néanmoins nécessaires à la démonstration sociologique. Le fait qu’il s’agisse d’un village, où l’interconnaissance est prégnante, augmentait le risque de levée de l’anonymat à l’évocation de ces diverses qualités.

Et pourtant, livrer mes hypothèses me semblait être la moindre des choses vis-à-vis de ceux qui m’ont consacré de leur temps : lePanneau_Saillans deuxième intérêt d’une restitution tenait au partage du travail avec
les enquêtés, i.e. l’ensemble des habitants impliqués dans le processus de recherche par ma seule présence sur le terrain.

Le troisième objectif était de recueillir les réactions des participants auxdites hypothèses, afin de les intégrer dans mon travail de recherche, en espérant qu’une discussion avec les participants à la réunion ou, mieux encore, une discussion entre eux tout simplement suivrait le développement des premières grandes lignes de mon travail. L’originalité de ma démarche de restitution était sa réalisation en cours de travail de recherche – bien que le terrain était terminé –, là où elle est en général favorisée une fois l’étude et l’écriture terminées. Si certains enseignants me mettaient en garde contre le risque d’embrouiller mon travail d’analyse par l’organisation d’une restitution en cours de recherche, et donc à chaud, l’avantage scientifique consistait en réalité à adopter une attitude réflexive de participante observante (et observée!) lors de la réunion de restitution, une fois mes hypothèses livrées. Grâce au soutien d’enseignants de l’EHESS, j’ai pu me concentrer sur ce dernier point : intégrer à mon travail les réactions et débats qui feront suite à ma présentation, pour affiner ces hypothèses de recherche. Par là même, ma démarche s’inscrivait directement dans le processus de construction de la participation engagé à Saillans : la restitution prenait la forme d’une réunion publique saillansonne classique, abordant des sujets politiques, ce dernier étant à comprendre dans son sens large.

Vivre la restitution publique pour l’apprenti sociologue : nourrir son travail universitaire du retour des enquêtés

Disposées en cercle, 25 personnes sont réunies autour de la restitution publique le mardi 28 juin en soirée, dans la salle polyvalente de la commune. Le choix du lieu, hors de la mairie, est un choix personnel qui permet de conserver la neutralité du lieu de rencontre. Parmi ces 13 femmes et 12 hommes, sont présents 3 élus, un membre du conseil des sages, 10 habitants avec qui j’ai réalisé des entretiens, 11 personnes inconnues ou simplement croisées lors de mes séjours à Saillans, dont 2 filment la réunion. La variété des profils des participants, et leur nombre – supérieur à la dizaine d’habitants généralement réunie en réunion publique –, confirment l’intérêt porté par les enquêtés à l’organisation d’une restitution publique. Celle-ci répond en effet à une réelle demande de la part des habitants, du partage du travail réalisé et dont l’expérience constituait à la fois le sujet et le terrain d’enquête. L’attention portée à la restitution est plus grand que je ne l’avais imaginé et suscite également celui de la correspondante locale du Dauphiné Libéré qui, ne pouvant être présente le soir de la réunion, m’a sollicitée pour une interview le lendemain.

Article_Dauphiné_Libéré_Restitution

Le retour des participants à ma présentation est bienveillant et positif. Il s’exprime d’abord par des remerciements d’être venue organiser cette réunion et d’avoir restitué mes premières grandes lignes d’analyse. Il s’agit d’abord d’une forme de respect vis-à-vis des habitants de la commune. Outre ces remerciements de circonstances, des remerciements ex post soulignent l’originalité et l’intérêt de la restitution. C’est notamment le cas de ceux formulés par une personne n’habitant plus à Saillans : « Déjà, rien que le fait qu’il y a eu une étude qui soit faite et qui vous soit redonnée. Ça vous ait redonné ! Je sais pas si ça existe dans beaucoup d’autres communes […] ! ». Dans le même sens, une élue me remercie de l’étude réalisée et relève l’intérêt de la restitution : « Y’a beaucoup de choses qui sortent ce soir, […] on est un certain nombre d’élus à être là […] et à aussi les entendre […], c’est un bon retour pour nous, c’est un bon retour pour tout le monde je pense en fait, juste se poser la question sur les pratiques qu’on a actuellement, les représentations qu’on a, les confronter aux autres, etc. Je pense que ça ne peut que nous faire avancer ». Plus encore, c’est le retour sur ces analyses elles-mêmes qui me confortent dans le choix d’avoir organisé une restitution. Plusieurs participants, souvent des personnes avec lesquelles je n’ai pas eu d’entretiens, soulignent ainsi que certaines hypothèses formulées correspondent au ressenti qu’ils ont de l’expérience démocratique qui se joue à Saillans. En ce sens, une habitante a pu confirmer le sentiment d’une porte parfois difficilement franchissable en évoquant l’obstacle qu’ont pu constituer pour certains habitants les méthodes appliquées aux fins d’assurer le caractère démocratique et participatif des réunions publiques. Un élu dira quant à lui : « [J]e pense qu’on est un village un peu classique, et là, vous l’avez bien remis. Nous, on avait des sensations […] [qui correspondent à] ce que vous avez dit ».

Les réactions des habitants à certaines de mes hypothèses ont quant à elles permis d’apporter des nuances constructives à mon travail. Prenons ici l’exemple de mon hypothèse conclusive selon laquelle il s’agit à Saillans d’un changement en train de se faire, loin de la révolution que les médias se plaisent à invoquer. Il est à noter que cela n’est en rien un point de déception pour les habitants : il se joue à Saillans un changement qui se réalise par l’application d’un fonctionnement municipal participatif et collégial, mais également par l’action des habitants – source du changement – et leurs connaissances, positionnements, discours et pratiques sociales et politiques – sur lesquels porte le changement. Les habitants incarnent des créateurs constants de réalité, créations dont c’est la totalité qui constitue un réel changement social et politique. L’expérience démocratique saillansonne constituerait finalement une source d’évolutions permanentes et continues, mettant en exergue la difficulté à réaliser un processus d’étiquetage dans un tel environnement social et politique de changement. À mon affirmation selon laquelle le terme « révolution » est d’ailleurs rejeté par un certain nombre d’habitants, qu’ils soient pour ou contre la municipalité actuelle, un élu confirme : « Vous avez bien fait de dire que ce n’était pas une révolution. On n’a pas voulu faire de révolution puisqu’on n’a jamais employé ce terme ». Ces hypothèses sont néanmoins nuancées par d’autres via la distinction entre des faits révolutionnaires et une idée révolutionnaire : « [P]eut-être qu’à Saillans ce n’est pas la révolution, mais en tout cas l’idée de Saillans est révolutionnaire […] parce qu’elle place l’élu et l’habitant à leur juste place […] Alors après que ça se passe bien ou que ça se passe pas bien à Saillans, ça ne veut pas dire que le système est bon ou mauvais, ou que c’est la révolution ou pas la révolution à Saillans, c’est pas… On expérimente quelque chose à Saillans ». Tous se rejoignent dans la confirmation du risque engendré par la pression médiatique d’étouffer un fonctionnement participatif en construction, et donc nécessairement fragile, par l’exigence d’un modèle idéal.

Néanmoins, l’aspect positif d’une mise en exergue du caractère fidèle de mes premières lignes d’analyse se trouve nuancé par l’effet, moindre que celui anticipé, de la réunion sur l’émergence d’un dialogue constructif entre les habitants. Ce dialogue avait déjà commencé à voir le jour pendant mon enquête sur le terrain. J’étais ainsi parfois amenée, lors d’entretiens, à questionner des éléments de fonctionnement banalisés au quotidien par les habitants. C’était le cas par exemple de la place du vote dans certaines réunions, notamment celles du conseil des sages, non publiques, où les décisions se prenaient sous forme de consensus informel. Également, certains habitants interviewés s’étaient volontiers montrés disposés à prendre le temps de réfléchir sur leur non participation. Ainsi, un habitant qui avait voté pour l’ancien maire, et ne s’était jamais réellement intéressé au nouveau fonctionnement, notamment par crainte de ce qu’il qualifiait d’« hurluberlu », m’avait dit : « d’ailleurs, du coup tu vois, le fait que tu me poses toutes ces questions, je me disais ben du coup il va falloir que je m’implique un peu plus à Saillans ». Dans ces deux sortes de mouvement réflexif, l’idée était de souligner l’importance du questionnement autour de ces agissements, autrement dit de favoriser l’émergence d’un discours sur des choix parfois non conscients, sans que cela ne soit néanmoins nécessairement à l’origine de changements concrets – à ce jour du moins. Pourtant, cette attente de l’émergence d’un dialogue semblable lors de la réunion de restitution est déçue par l’utilisation de certaines lignes d’analyses présentées par plusieurs participants afin de renforcer leurs positions, faisant resurgir des conflits – parfois interpersonnels – préexistant à la réunion.

La réalité d’une restitution publique : entre craintes surestimées et inquiétudes réalisées

Organiser une réunion publique de restitution sans avoir terminé son travail de recherche, c’est aussi accepter une part d’adaptation, impliquant de s’y rendre avec quelques craintes. La concrétisation de certaines d’entre elles, si elles peuvent être difficiles à appréhender à titre personnel, relève d’un intérêt sociologique non négligeable. Ainsi, sans nier l’intérêt sociologique de la tournure prise par la discussion à la suite de ma présentation, cette tournure matérialise ma crainte la plus importante en mettant en exergue des réactions très défensives : malgré mon attention à ne pas les raviver, des tensions ont émergé dès le début de la discussion. Celles-ci se fondent quelques fois explicitement sur ma présentation, ou plus généralement sur les propos échangés lors de la réunion. Ainsi, une habitante relie la question soulevée de l’incompréhension substantielle entre les néo-résidents et les natifs du village au fait que, lors du tour de présentation effectué en début de réunion, les participants ont majoritairement suivi l’exemple de la première personne se présentant, à savoir faire suivre son prénom de son année d’arrivée à Saillans.

La question de la méthode à adopter pour assurer des réunions démocratiques et participatives pour tous a également été soulevée lors de la réunion de restitution. En effet, un habitant a exprimé son souhait d’une répartition du temps de parole entre les différents participants à la réunion, estimant à environ deux minutes de parole le temps minimum à accorder à chacun. Cette intervention a été suivie de plusieurs contestations relevant le problème de telles méthodes qui annihileraient toute possibilité de débat, reproduisant des débats déjà vécus lors des réunions publiques organisées par la municipalité. Partageant avec plusieurs participants ma crainte d’avoir ravivé des conflits, ceux-ci insistent sur le fait que cela est inévitable et que, loin de raviver effectivement des tensions, lAffiche_Curieuses_Démocratiesa réunion de restitution n’a fait que s’inscrire dans des conflictualités latentes qui s’expriment régulièrement. Il s’agit dès lors, en tant qu’apprentie sociologue, de faire preuve d’une certaine humilité en apprenant à abandonner le souhait de vouloir maîtriser la tournure que prend une réunion de restitution et en acceptant d’avoir un rôle minime dans la volonté, parfois implicite mais souvent réelle, de porter sa pierre à l’édifice et de participer de manière positive à l’expérience – volonté d’autant plus présente que le sujet nous tient à cœur.

Certaines de ces craintes ont néanmoins été démenties ou se sont révélées surestimées. Ainsi, un risque de déception des interviewés que j’avais envisagé était lié au « fait qu’ils ne parv[iendraient] pas à donner leur visage aux citations, ni aux interprétations élaborées sur cette base », l’analyse venant « gommer leur propre personne et leur « opinion personnelle », amalgamées sous ce chef en une explication anonyme inapte à les faire connaître »[3]. Si l’intérêt sociologique doit être lisible hors des situations personnelles, je m’attendais à ce que les enquêtés ne soient pas sensibles à ce point, et aient l’impression que leur analyse avait été négligée. Là encore, les discussions informelles à la sortie de la réunion avec différents participants m’ont menée à penser que j’avais exagéré le besoin éventuel des personnes interviewées de se retrouver directement dans mes hypothèses.  Cependant, il est un point que je pense n’avoir pas suffisamment clarifié, quoiqu’il ait été compris par une majorité des participants : un habitant a indiqué à la fin de la réunion qu’il existait dans ma présentation quelques erreurs factuelles, notamment concernant les fonctions du conseil des sages alors même qu’il s’agissait pour moi de restituer la connaissance et la perception que les habitants en avaient. Il aurait ainsi fallu davantage souligner en début de présentation le fait que je n’avais nullement vocation à restituer la vérité factuelle de cette expérience après une enquête qui aurait consisté à recouper entre eux les différents témoignages, mais bien de faire discuter entre eux les récits des habitants sur leur expérience, récits qui constituent d’ailleurs également une vérité factuelle.

Conclusion

Pour conclure, cette entreprise de restitution publique ne fait que confirmer mon sentiment de son importance en sociologie. Il me semble en effet essentiel de donner aux acteurs de l’expérience une place conséquente dans la recherche, au détriment d’une posture qui favoriserait l’idée d’un sociologue coupé de ses enquêté dans une logique de rupture épistémologique bourdieusienne. Il convient néanmoins de souligner que cette place consacrée aux enquêtés a été ici largement facilitée par la nature du sujet de recherche lui-même. Dans la continuité logique d’une étude qui se concentre sur les habitants, premiers acteurs d’une expérience de démocratie participative, l’organisation d’une réunion publique de restitution leur permettait à la fois de recevoir le fruit de leurs récits et de participer activement à la montée en finesse de certaines hypothèses. C’est ainsi que, dans mon cas, la discussion semble plutôt s’être transformée en entretien collectif, lequel constituera pour mon travail d’enquête un matériau à part entière aux côtés des autres entretiens et observations réalisés sur le terrain.

Prune Missoffe

Image en bandeau : Crédits : Emmanuel Capellin. Source : http://rue89.nouvelobs.com/2014/03/29/a-saillans-les-1-199-habitants-ont-tous-ete-elus-premier-tour-251062 

[1]          Camille Popineau, « L’expérience participative et collégiale du village de Saillans. Une exception participative vouée à le rester ? », mémoire de Master 1 de Science Politique sous la direction de Loïc Blondiaux, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2014-2015. Mario Bilella, « Recomposition de l’espace villageois et dispositifs participatifs », mémoire de Master 1 de Science Politique sous la direction de Laura Michel, Université de Montpellier, 2014-2015.

[2]          La réunion publique de restitution fut filmée, et retranscrite.

[3]          Hamel Jacques, « Expériences de retour aux enquêtés en sociologie. Brèves réflexions théoriques et pratiques », dans revue ¿ Interrogations ?, N°13. Le retour aux enquêtés, décembre 2011 [en ligne].


Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *