Des sociologues dans les cartons… d’archives

Par Elsa Boulet et Quentin Fondu.

Ce billet reprend l’introduction du séminaire « Initiation à l’usage des archives en sociologie », animé par Elsa Boulet en 2015-2016. Lors de la séance introductive, Quentin Fondu, doctorant en sociologie au CESSP-CSE, a présenté son propre travail d’enquête à partir d’archives en insistant sur les « ficelles du métier ». D’un format un peu particulier, ce séminaire visait à faire expérimenter aux étudiant.e.s en sociologie la confrontation avec des archives : après une séance introductive, les étudiant.e.s se sont plongé.e.s dans des cartons de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre) avec pour mission d’écrire un « mini-mémoire » portant sur les luttes pour la légalisation de l’avortement en France dans les années 1970-1980. La moitié des séances du séminaire a ainsi été consacrée au dépouillement des archives, l’autre moitié permettant un travail en atelier autour des questionnements, des hypothèses et des résultats présentés par les étudiant.e.s.

*                *

*

Des archives, mais pour quoi faire ?

Les archives ne sont pas une méthode fréquemment utilisées en sociologie, mais la sociologie historique est un champ de recherche qui n’en reste pas moins important. En replaçant les phénomènes sociaux dans des temporalités plus ou moins longues, la sociologie historique met en lumière la dynamique des rapports sociaux (l’émergence du capitalisme analysée par Max Weber [1]), la genèse des institutions (le travail de Rémi Lenoir sur l’idéologie familialiste par exemple [2]) ou encore des outils de savoir (Desrosières et « l’histoire de la raison statistique » [3]). Tout objet d’étude sociologique peut comporter une dimension historique, dans la mesure où sociologie et histoire partagent un même objet d’investigation : « le cours historique du monde » [4], pour reprendre les termes de J.C. Passeron.

Des terrains qui ne sont pas a priori « historiques » peuvent révéler des matériaux d’archives : c’est le cas par exemple quand des enquêté.e.s ont conservé au fil des ans des documents qui constituent alors des archives privées,  que l’on peut exploiter dans le cadre d’une enquête sociologique. C’est ce qu’a fait Lou Viger dans son mémoire de M2 sur les habitant.e.s riverain.e.s d’une centrale nucléaire (voir sur ce carnet le billet écrit par Lou Viger).

Par ailleurs, les précautions et les méthodes d’analyse de matériau d’archives peuvent s’appliquer à d’autres matériaux récupérés par le/la sociologue sur son terrain : les « documents indigènes » peuvent constituer des sources d’information intéressantes pour appréhender les représentations véhiculées par ou sur une institution par exemple. La différence entre des documents indigènes et des archives n’est pas la nature des documents, mais leur conservation : les archives sont définies par le fait qu’elles ont été conservées, soit par un particulier, soit par une organisation (entreprise, association), soit par une institution (un ministère, les archives nationales etc.).

Qu’est-ce que des archives ?

Des archives sont des documents écrits, sonores, vidéo, ou internet qui ont été conservés. Ils peuvent être conservés pour plusieurs raisons : par obligation légale, par exemple dans le cas d’une institution publique qui doit verser un certain nombre de documents aux archives nationales, ou encore dans le cas d’un particulier qui doit conserver ses fiches de salaires pour faire valoir son droit à une pension de retraite (eh oui, vos fiches de salaire sont des archives !) ; par souhait de conserver des traces de l’histoire, par exemple dans le cas d’un parti politique ; ou encore par attachement dans le cas d’une personne qui conserve des cartes postales reçues au long de sa vie. Qui dit conservation, dit tri et classement : ces deux opérations sont à prendre en compte et à interroger dans le processus de recherche. Tous les documents ont-ils été conservés ? Sinon, selon quels critères certains ont-ils été retenus tandis que d’autres ont été jetés ? Comment les documents sont-il rangés : par ordre chronologique, par type de document ?

Les conditions d’accès aux archives sont également un élément important à intégrer à une recherche : faut-il demander une dérogation auprès des archives nationales ? Comment a-t-on rencontré la personne qui nous donne accès à ses archives privées ? Le permanent du parti politique que l’on étudie a-t-il sélectionné les cartons que l’on a pu consulter ? Comme sur tout terrain sociologique, qu’il s’agisse d’observations, d’entretiens ou d’archives, les conditions d’accès et le processus de recherche constituent en eux-mêmes du matériau. En résumé, les archives sont des « construits » et non pas des « donnés » : c’est tout le processus de production des archives, de la production des documents à leur consultation en passant par leur conservation, qu’il faut pouvoir analyser.

Heurs et malheurs au milieu des cartons

Comme pour toute démarche de recherche, quelle que soit la méthode et le matériau utilisé, il est indispensable de partir d’une question de recherche, qui se transformera petit à petit, au fil de la confrontation avec le terrain et avec la littérature scientifique, en une problématique. Quand on se penche sur des archives, la question de recherche initiale est d’autant plus importante que sans elle on risque de se perdre dans la profusion des documents disponibles. C’est la question de recherche qui va nous orienter vers tel ou tel fonds, qui va nous mener à croiser tel et tel type de document.

Un écueil qui peut surgir quand on commence à se plonger dans les archives est la grande quantité de sources disponibles. Il faut se méfier de cette abondance qui peut nous amener à nous égarer. On peut considérer qu’il existe deux méthodes de consultation des archives, qui ne s’opposent pas mais doivent plutôt être utilisées successivement :

    • Une manière que l’on pourrait dire « anarchique », où l’on arrive sans prénotions (ce qui ne veut pas dire sans connaissance sur le sujet qui nous intéresse) et où l’on reste poreux face à l’ensemble des informations, et où l’accumulation représente alors une manière de les engranger. Il s’agit de feuilleter les cartons d’archives sans s’arrêter trop longtemps sur un document, de manière à avoir une vision générale de ce que contient tel ou tel carton.
    • Dans un second temps, une manière problématisée, où les informations ont été classées, réfléchies, donnant lieu à l’émergence d’une problématique, à partir de laquelle on va pouvoir continuer le travail d’archives. Notre problématique nous permet alors de savoir quelles informations vont nous intéresser dans l’analyse.

Les historiens scindent le plus souvent ces deux temps : une période étendue d‘accumulation, puis une période de problématisation de l’ensemble des données, mais il est difficile alors de n’être pas submergé.e par la quantité d’informations retenues. Ces deux manières de lire les archives peuvent être menées simultanément, en procédant en deux temps pour chaque carton consulté.

Lorsque l’on mène un travail d’enquête à partir d’archives, on est évidement amené à consulter ses notes à plusieurs reprises. D’où la très grande importance de référencer précisément ses notes prises sur le vif, pendant la consultation (cote du carton, informations disponibles sur le document – date, auteur, type etc.). Sans cela, vous risquez de vous retrouver avec des informations sans source précise, et vous devrez alors retourner dans les archives afin de compléter la référence. Autant anticiper et être le plus précis.e possible dès la première prise de notes.

Les archives peuvent être considérées comme une synecdoque, c’est-à-dire comme évocation d‘une partie pour rendre compte du tout, comme voie d‘accès fragmentaire à des événements passés, nécessaire à la compréhension des enjeux présents. Ce caractère parcellaire nous engage alors, contre les effets de source – problème bien connu des historiens biaisant notre raisonnement par l’attention à une manière unique de considérer l’événement -, à multiplier les archives, à les faire entrer en résonance pour mieux faire émerger les similitudes et les différences. De même, l’étude des archives ne doit pas être considérée comme une méthode autonome, mais doit aussi entrer en relation avec les autres outils de la sociologie (entretiens, observations, statistiques), ce qui représente la principale force du raisonnement en sociologie historique, grâce à laquelle nous n’avons pas à rougir face aux historien.ne.s.

Références:

[1] Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Flammarion, Paris, coll.« Champs Classiques », 2002.

[2] Rémi Lenoir, Généalogie de la morale familiale, Seuil, Paris, 2003.

[3] Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, La Découverte, Paris, 1993.

[4] Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l’argumentation, Albin Michel, Paris, coll.« Bibliothèque de l’Evolution de l’Humanité », 2006, p. 128.


Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *