Le travail pornographique, de Mathieu Trachman

 

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteurs du billet: Marine Quennehen et Sabine Pakora.

Master Sociologie, EHESS, Paris.

****************************************************************************

Le parcours de l’auteur

 

Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, est un ouvrage paru en janvier 2013, issu de la thèse de Mathieu Trachman, soutenue en 2011 et intitulée : « Des hétérosexuels professionnels. Genre, sexualité et division du travail dans la pornographie française (1975-2010) » Mathieu Trachman a suivi le master de sociologie de l’EHESS dans la spécialité Genre, politique et sexualité. Sa thèse a été dirigée par Éric Fassin au sein de l’IRIS  et a bénéficié d’une allocation de recherche de l’Institut Émilie du Châtelet

Il est aujourd’hui chargé de recherche à l’INED. Mathieu Trachman anime cette année avec Manuela Salcedo un séminaire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, intitulé : « Sociologie du désir : genre, marché, politique ». Il est membre du conseil de rédaction  de la revue  “Genre, sexualité et société” et l’un des rédacteurs en chef de la “La vie des Idées“.

 

Méthodes employées dans l’ouvrage

L’ouvrage est novateur en ce que l’auteur articule différents champs de la  sociologies dans son analyse sur le travail pornographique : il croise une sociologie de la sexualité et du genre et la sociologie du travail. Cette approche croisée est particulièrement éclairante et fait de la pornographie un objet sociologique et scientifique au même titre que les autres. Nous pouvons observer une diversité des méthodes :

  • dépouillement d’archives (lois de l’assemblée nationale, archives du Film français, travail sur les dossiers de classification du Centre national de la cinématographie)
  • consultation de différents supports (magazines Hot Video et Chobix, visionnage des films pornographiques les plus connus)
  • entretiens avec différents professionnels du monde pornographique (producteurs, réalisateurs, acteurs et actrices, éclairagistes, etc…)
  • observation de scènes de tournages pornographiques (dont une semaine d’observation participante sur un tournage en Espagne, en tant qu’éclairagiste, et  au sein duquel il a aussi participé à la rédaction du scénario)

L’auteur est parvenu à saisir les frontières de ce marché et à décrire le fonctionnement de cette profession, par un travail d’objectivation. Cette démarche lui a permis de ne pas circoncrire cet objet et de l’appréhender sociologiquement en tenant compte du point de vue et du discours des professionnels. Le dévoilement de cet objet d’étude est allé de pair avec une évolution de son statut sur le terrain.

L’ambiguïté de son identité sexuelle nourrie sur le terrain –  tantôt comme un homme dans une dimension hétéronormative, tantôt comme homosexuel – lui a permis d’objectiver la situation d’enquête, en utilisant les données sexuées et genrées comme des instruments de son investigation. « Cette équation prend ici la forme d’un gay travaillant sur des hétérosexuels, hommes et femmes » [P 15][1], lui permettant d’adopter une position d’extériorité vis-à-vis du travail pornographique, par l’utilisation de son orientation sexuelle comme nouveau moyen de médiation entre le sociologue et son sujet d’étude.

On peut apparenter cette approche à la standpoint theory qui a pour but d’objectiver les rapports entre enquêtés et enquêteurs et ainsi mieux situer et contextualiser la parole recueillie et celle que l’on produit.  « La connaissance progressive du monde de la pornographie acquise au cours de l’enquête [lui] a insensiblement fait passer de la position d’interlocuteur extérieur à celui du sociologue du monde de la pornographie » (P 284).

 

Retour sur l’histoire de la pornographie

En tant qu’héritier de la sociologie de l’École de Chicago, et des débuts de la sociologie du genre et de la sexualité, Mathieu Trachman a choisi d’axer son étude sur la dimension professionnelle et capitaliste de la pornographie. Il prend pour référence les travaux de Linda Williams, pionnière des Porn Studies, Viviana Zelitzer et Elizabeth Bernstein. Ainsi l’industrie pornographique est définie comme un « capitalisme fantasmatique », les fantasmes étant investis pour créer du profit. Son travail se  positionne dans la continuité des travaux de Gayle Rubin (principalement “Le marché aux femmes” et “Penser le sexe”).

Notre réflexion préparatoire commune a permis de dégager les axes d’interrogation suivants. Le premier axe est celui de l’intrication du marché des fantasmes et du contrôle de l’Etat, intrication qui détermine la place des acteurs de la profession. Le deuxième axe interroge le statut de la sexualité et des normes hétérosexuelles dans la pornographie à travers la question de l’hétéronormativité.

 

I. Le marché du fantasme

Analyse historique d’un traitement étatique qui a entraîné la ghettoïsation de la pornographie

Mathieu Trachman décrit le processus historique de ghettoïsation du commerce pornographique comme ayant eu lieu dans les années 70. C’est en effet en 1975 que la pornographie se voit, de fait, autorisée. D’abord d’une manière très libre, puis d’une façon bien plus encadrée avec la loi de finances de 1976, qui crée le classement X. En se basant sur les avis de la commission du CNC, chargée d’inscrire les films appropriés dans le classement X, il a cherché à saisir les changements d’attitude des pouvoirs publics dans leurs rapports à ce type de production. Au fil des années, l’ordre moral et censeur qui régissait la pornographie s’est déplacé vers un jugement plus esthétique et technique basé sur une meilleure connaissance de l’industrie.

Cette tendance qui n’a pas eu pour effet d’abolir l’action de ghettoïsation  de ce secteur,  a incité l’auteur à  reconsidérer  la pornographie non pas comme un objet circonscrit et isolé,  en marge de la société, mais recontextualisé dans un champs social et spatial  au même titre que d’autres faits sociaux.

 

Comment un marché s’est-il développé d’après des fantasmes et pour des fantasmes ?

Travailler les fantasmes requiert une organisation du travail, relevant d’un domaine d’expertise spécifique; la mise en image des fantasmes des spectateurs nécessite compétences et savoir-faire. Le monde de la pornographie est partagé entre des « dominants » et des « dominés ». Les uns, une élite appartenant au secteur rémunéré, accumulent des capitaux (l’auteur cite l’exemple de « Vidéo Marc Dorcel ») et forment un groupe professionnel intégré à un monde qu’ils contribuent à construire et dont la pornographie est leur métier principal. Les autres s’inscrivent dans  le secteur précaire de l’amateurisme. Il renvoie à l’activité réalisée pour le plaisir et considérée hors marché par les professionnels, ce qui n’empêche pas des enjeux financiers. C’est un type de production qui tente de valoriser « l’authenticité » des rapports sexuels. Enfin, il est caractérisé par la faible maîtrise des compétences engagées dans la production et par un manque de savoir-faire.

Mathieu Trachman réalise alors une analyse de la « construction du marché des fantasmes ». Les films pornographiques sont considérés comme un réservoir à fantasmes et mettent en scène leurs diversités et leurs évolutions. Ne voulant pas se poser en « entrepreneurs de morale », tout peut être représenté, même ce qui apparaît illégal ou illégitime, déresponsabilisant les pornographes. Toutefois, l’auteur rappelle que les fantasmes représentés sont exclusivement ceux des hommes hétérosexuels masculins, il existe donc des fantasmes plus légitimes que d’autres. De plus en plus, les pornographes mettent en scène des fantasmes spécifiques visant un public de plus en plus ciblé, jouant à subvertir les rapports de classe et de race. Le sociologue montre que le non sexuel participe de l’érotisation.

 

Quels salaires et quel fonctionnement économique du marché ?

La production pornographique est le fait de trois types de « professionnels » : les réalisateurs, que l’auteur appelle aussi pornographes, les acteurs et les actrices. Ces différents professionnels négocient, dans une logique qui est celle d’un marché du travail où s’échangent des corps contre une rémunération. Mais il y a plus que cela : il y aussi un enjeu supplémentaire puisqu’ils s’inscrivent également dans des marchés d’échanges symboliques, qui sont différents selon le statut et le genre. Notamment, les salaires des acteurs, fait assez rare sur le marché du travail, sont plus faibles que ceux des actrices, parce qu’ils n’ont pas les mêmes enjeux lors de la production des fantasmes.

Ainsi, les acteurs sont essentiellement considérés comme une force de travail, presque comme des outils puisque la compétence qui est requise d’eux est finalement leur capacité physique, leur capacité à rester en érection sur une longue durée pour assurer les prises de vue. Contrairement aux femmes, leur apparence physique et leur ancienneté ne sont pas déterminants dans leur choix par les pornographes, même si on comprend que les mêmes acteurs et réalisateurs ont tendance à travailler ensemble de façon récurrente. Pour les actrices, d’autres enjeux viennent se superposer à la relation d’emploi. Elles sont en effet une force de travail, mais elles sont également des produits pour les pornographes puisque c’est l’attrait principal du film pornographique. Ce produit est donc un investissement pour les réalisateurs qui prospectent pour trouver de nouveaux « talents », les mettent en scène et les font évoluer pour en faire ce que Mathieu Trachman nomme “leur catalogue”.

Le sociologue explique donc que les actrices sont un capital pour les réalisateurs, qui cherchent à accumuler de nouveaux produits, donc de nouvelles actrices. Innover sur le marché, pour un pornographe, c’est présenter de nouveaux visages, de nouveaux corps donc de nouveaux fantasmes. Les actrices sont donc prises dans ce marché des fantasmes, qu’elles renouvellent lorsqu’elles arrivent en tant que débutantes, mais aussi dans un marché de la sexualité puisque leur nouveauté est aussi signe de leur inexpérience. L’inexpérience, tare chez les acteurs, devient richesse pour les femmes, car elle constitue en soi un fantasme, en plus de l’attrait de la nouveauté. C’est là que se noue donc le jeu délicat de la négociation de la valeur, car les actrices, contrairement aux hommes pour lesquels le salaire est relativement faible, ont une valeur qui se renégocie en permanence.

Le paradoxe de la valeur de l’actrice pornographique, qui se concrétise donc en termes de rémunération, vient de sa double position d’employée et de produit : en tant que nouvelle, l’actrice a une valeur ajoutée, mais son inexpérience l’empêche d’avoir accès à sa valeur réelle. En tant qu’ancienne, elle est un visage connu, éventuellement une « star », elle a un éventail de pratiques plus complet donc plus cher payé, mais elle n’a plus l’attrait de la nouveauté.

Dans ce jeu de négociation, on comprend que les réalisateurs sont avantagés dans le rapport de force : ils profitent de l’inexpérience des nouvelles et se servent de ces « débutantes » pour introduire une concurrence face aux anciennes. C’est un effet assez classique dans le cadre d’un marché de travail opaque et aux frontières de la légalité que de procurer un avantage aux recruteurs. On peut alors se demander pour quelles raisons les actrices n’accèdent pas aux fonctions de réalisation.

 

II. La pornographie : entre intimité de la sexualité et économie, diversité des fantasmes et normes hétérosexuelles

Le paradoxe des actrices qui oscillent entre le statut de victime et une certaine capacité d’agir

Donner la parole aux acteurs du milieu pornographique leur permet de ne pas être perçus comme des victimes, mais comme des individus agissant, que nous associerons avec la notion d’empowerment. Nous définirons ce terme comme le processus par lequel une personne acquiert le sentiment qu’elle peut exercer un plus grand contrôle sur sa réalité par des actions concrètes dans des conditions de vie incapacitantes ; le résultat d’un tel processus est l’augmentation des sentiments d’estime de soi, d’efficacité, de contrôle ou de pouvoir sur le plan individuel, organisationnel et communautaire » [Chamberland, Lessard, 2003 : 282][2].

L’entrée dans la pornographie a souvent été perçue comme un non-choix  pour les femmes, et une extorsion de leur sexualité. Nous ne saurions nier que ce travail est « imbriqué dans des inégalités de genre » [P138], mais pas seulement; le percevoir comme tel serait gommer la diversité qui compose ce métier.

Il apparaît tout d’abord comme une possibilité d’autonomie à la fois professionnelle et sexuelle. Certaines actrices mettent en avant l’autonomie qu’elles ont pu acquérir en entrant dans la pornographie, développant ainsi des capacités telles que la gestion de leur image, le démarchage…qu’elles n’auraient pu mettre en avant dans un travail de caissière, vendeuse. Elles deviennent d’une certaine manière maitresses de leur carrière, choisissant avec qui tourner, à quel moment et pour combien de temps.

Mais cette idée du travail n’est qu’une vision partielle, elle est rapidement remise en question quand les logiques du marché poussent les actrices à accepter des contraintes à la fois financières et sexuelles. Une des formes de cette instrumentalisation se retrouve dans l’échange économico-sexuel, théorisé par Paola Tabet dans son ouvrage, la Grande Arnaque. À cette appropriation de la sexualité féminine, le script pornographique répond par une exigence forte à l’hétérosexualité pour les hommes : il s’agit de l’affirmer.

 

Capter le monde pour mieux créer une réalité : l’ambiguïté d’une réification de l’hétérosexualité à partir de la diversité des fantasmes.

Mathieu Trachman traite de la place de l’identité sexuelle (ou bien sa déclaration) dans le champ professionnel de la pornographie et la question qui se pose est de demander si le travail pornographique transforme les identités sexuelles des pornographes ?

La représentation publique de l’attitude hétérosexuelle de la pornographie (et des pornographes également) est une idéologie professionnelle, qui masque certaines tensions et contradictions que peuvent subir les pornographes. Il existe une cohérence entre l’identité sexuelle hétérosexuelle et l’identité professionnelle hétéronormative masculine. L’homosexualité masculine est proscrite du porno hétéro alors que le lesbianisme est  accepté, cette expérience ne remettant pas en cause l’hétérosexualité des femmes. Il n’en est pas de même des acteurs pour qui les rapports sexuels sont systématiquement problématiques.

Ce refus de l’homosexualité masculine ne signifie pas que les pratiques sexuelles entre hommes soient exclues du répertoire sexuel des pornographes. Elles ne sont pas spécifiques à la culture gay, mais elles sont reléguées dans les coulisses de l’hétérosexualité masculine. Le monde de la pornographie est donc l’exemple d’une gestion de désirs masculins dans laquelle le secret et la visibilité sont centraux. Le script pornographique constitue un rappel à l’ordre sexué.

La construction de l’hétérosexualité décide donc de ce que sont les fantasmes masculins et ceux qui ne le sont pas. Le travail pornographique prend la forme d’une circonscription des fantasmes hétérosexuels légitimes, et d’une mise à distance des fantasmes douteux. Et pour assurer cette distance, l’affirmation de la virilité est importante.

 

_________________________________________

Bibliographie

JOËL-LAUF.M La sexualité en prison de femmes, thèse sous la direction de Philippe Combessie. 2012

TABET.P La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme, 2004, 207 p.

 


[1] Référence à l’ouvrage lui-même

[2] In JOËL-LAUF.M La sexualité en prison de femmes, thèse sous la direction de Philippe Combessie. 2012

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *