LA CIFRE – Entre avantages et contraintes, retour sur expérience

<p>Logo Cifre ANRT</p>

Trouver ou recevoir un financement pour réaliser sa thèse se révèle être un enjeu majeur pour assurer au doctorant de bonnes conditions de travail. De nombreuses possibilités existent cependant, parmi lesquelles, la CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la REcherche). Cette possibilité qui lie, dans un accord tripartite, étudiant, laboratoire et entreprise pour la réalisation d’une thèse en trois ans, peut présenter des avantages mais aussi des inconvénients. Il nous est donc apparu intéressant de revenir sur un certain nombre d’expériences vécues de doctorants en contrat CIFRE. L’échange ci-dessous est, nous l’espérons, le premier d’une série. (Si vous êtes intéressés pour apporter votre témoignage sur votre expérience CIFRE ou compléter ce texte, vous pouvez contacter l’équipe du site à cette adresse : redac.socioehess[at]gmail.com)

Pour toute information complémentaire sur la CIFRE : http://www.anrt.asso.fr/

————–

Simone Morgagni, doctorant à l’EHESS et à l’université de Bologne (Italie), nous expose ici son expérience de la CIFRE :

1 – Quelles ont été tes motivations à réaliser une thèse sous convention CIFRE et sur quoi porte ta recherche ? As-tu contacté spontanément l’entreprise ou as-tu répondu à une offre ?

Dans mon cas la motivation a été assez simple dans le sens où j’aurais bien aimé me lancer dans un doctorat mais que je ne l’aurais jamais fait sans financement. Une fois perdue l’occasion de l’allocation de l’école, j’ai commencé à explorer un peu le panorama des possibles et je suis tombé sur la possibilité d’une CIFRE autour de laquelle j’ai construit un premier projet pouvant avoir un intérêt à la fois scientifique et appliqué. Je suis allé le présenter à deux ou trois entreprises susceptibles d’être intéressées, chose qui, par la suite, m’a conduit à entamer ce parcours. Il faut admettre qu’au départ il n’a pas été facile d’identifier et de contacter le bon interlocuteur, mais après les premières prises de contact et les premiers rencontres directes, les choses ont eu tendance à se simplifier progressivement.

2 – Comment a été négocié la CIFRE avec l’entreprise, et éventuellement le laboratoire, sur le choix du sujet (le sujet a-t-il été imposé, ont-il été intéressés par celui que tu proposais) ?

Vue la situation initiale la négociation était assez simple car je suis arrivé avec un projet déjà établi pouvant, tant bien que mal, rentrer dans le cadre des intérêts de l’entreprise dans un domaine dans lequel ils ne faisaient substantiellement pas de recherche. Par conséquent le projet n’a pas vraiment été modifié par rapport à ce que j’avais proposé au départ. Il faut toutefois prendre en compte les modifications et changements pouvant avoir lieu en cours de route suite aux imprévisibles de la recherche et des nécessités internes comme pourraient l’être les changements de politique industrielle, des chefs de départements, des modifications budgétaires et ainsi de suite. Les temps de la recherche sont différents de ceux des entreprises qui évoluent bien plus vite et qui, souvent, ne voient l’activité de recherche que comme une variable d’ajustement mineur à prendre en compte. D’un point de vue économique aussi, il n’a pas fallu négocier grand chose, le salaire étant fixe et le laboratoire n’étant point intervenu.

3 – Quel part de ton temps consacres-tu à l’entreprise et en quoi consiste le travail que tu fournis à l’entreprise ? Est-il utile pour ta propre recherche ?

La question du temps risque toujours d’être un peu difficile à traiter. Dans mon cas, lors de ces deux premières années, j’ai eu la chance de n’avoir quasiment pas travaillé sur autre chose que des projets s’apparentant à ma recherche, or apparemment ce n’est souvent pas le cas. Ce qui est sûr c’est qu’on passe la majeure partie du temps en entreprise ou sur le terrain et de ce point de vue il est assez difficile d’avoir réellement le temps de la recherche en sciences humaines. Personnellement je trouve que si les trois ans de bourse fonctionnent assez bien en sciences dures ou pour les ingénieurs, cela s’avère plus compliqué dans nos disciplines, car la thèse est différemment conçue et nécessite plus de travail pour être aboutie en tant que travail scientifique. Le risque est donc celui d’arriver à temps au bon résultat du coté entreprise et de ne pas arriver nécessairement à terminer une thèse faite de la meilleure manière au niveau scientifique. C’est un peu un risque à prendre et, ce qui est sûr, c’est que la thèse CIFRE n’a pas vocation à produire des enseignants-chercheurs, mais des chercheurs appliqués. Après une CIFRE, si on n’a pas vraiment fait attention et si on ne s’est pas vraiment efforcé dans ce sens, un retour dans l’académie me semble bien plus difficile qu’une insertion définitive dans le monde du travail.

4 – Quels avantages et quelles contraintes posent le travail en entreprise en parallèle du travail pour la thèse ?

Du coté des avantages, sûrement, les moyens économiques, car les entreprises permettent d’obtenir plus facilement et plus rapidement du matériel et de lancer des projets. Personnellement j’ai géré (pour moi ou pour d’autres) un budget annuel qui dépasse de plusieurs fois celui de mon laboratoire, chose qui permet de mieux travailler et d’apprendre à gérer des budgets et des projets. Un autre aspect très positif pour moi a été celui du travail d’équipe, souvent rare en SHS et fondamental dans le cadre d’un projet industriel. Cette manière de travailler permet de s’enrichir plus, de moins se perdre dans son propre travail et de voir les choses sous des aspects différents. Petit hic, dans mon cas, mes collègues n’étant pas des chercheurs, je dois systématiquement me diriger ailleurs pour ne pas me priver de ce type d’échange. Il faut aussi dire que le fait de travailler dans une entreprise plutôt que dans une bibliothèque ou dans une école, fait que les échanges scientifiques fortuits diminuent (celui-ci pourrait être un aspect négatif). Négatif également le fait d’avoir comme premier but celui de développer quelque chose et non pas de faire de la recherche pure ainsi que de devoir systématiquement en démontrer l’utilité à court/moyen terme, bref, une CIFRE c’est avant tout de la production industrielle (que cela soit bien ou mal caché) impliquant un voile de recherche, pas de la recherche pour la recherche.

5 – L’entreprise a-t-elle influencée l’orientation de ta recherche au cours de la réalisation de celle-ci (de manière positive ou négative) ?

Oui, bien évidemment. Il y a eu des unes comme des autres, mais l’entreprise, comme tout contexte, influe fortement sur l’orientation qu’on donne au travail et le but du jeu est probablement celui de ne pas perdre la barre du projet réfléchi au début. C’est une sorte de médiation permanente qu’il faut assumer pour ne pas perdre de vue l’aspect recherche ou l’aspect utilitariste. Comme j’ai eu l’occasion de le dire, un revirement industriel, un changement de politique d’entreprise, une augmentation/diminution de budget, une modification du paysage industriel, un changement de tuteur ou autre peuvent rendre une thèse CIFRE extrêmement plus intéressante ou centrale pour l’entreprise comme la faire basculer du coté des choses inintéressantes. Pas facile.

6 – Existe-t-il des contraintes par rapport à la publication de tes travaux ?

Pour l’instant, et dans mon cas, je n’ai pas eu trop de soucis sur ce point. D’ailleurs, pour éviter cela, j’ai choisi de couper en deux le travail, avec d’un coté une partie de terrain et d’expériences empiriques, et de l’autre une réflexion théorique, tout en cherchant à me protéger par le biais d’un contrat cadre établissant la propriété, la gestion et les limites d’usage des données. A priori il faut considérer que tout ce qui est sensible ne sera pas publié et communiqué et évidemment il en sera de même pour tout ce qui sera à breveter. Le fait est qu’il est assez difficile de répondre à une question de ce type du fait des énormes différences entre disciplines et entre projets. Un ingénieur qui travaille dans le domaine de la défense n’aura probablement pas les mêmes contraintes qu’un sociologue qui travaille sur la réception des concerts de musique classique.

Témoignage recueilli par Cyril Granier et Ryder Gillespie, étudiants EHESS

Coordination: Laura Chartain, allocataire-monitrice mention Sociologie


1 réflexion sur « LA CIFRE – Entre avantages et contraintes, retour sur expérience »

  1. anne

    Les entreprises qui imposent des axes recherches (ou des méthodologies), où en parler ?

    Les travaux « contestables » favorisant l’exploitation ou les inégalités, ne sont ou ne paraissent pas encore abordé dans vos exemples …

    Dommage

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.