Interview de Florent Champy à l’occasion de la parution de « Nouvelle théorie sociologique des professions »

Entretien mené par Laura Chartain, doctorante en sociologie à l’EHESS, avec Florent Champy Directeur de recherche au CNRS – Laboratoire CESPRA, (UMR 8036, EHESS-CNRS)

Bonjour Florent Champy, En 2009, vous avez publié La sociologie des professions et répondu à une interview sur ce site pour présenter ce livre. Avec ce nouvel ouvrage, Nouvelle théorie sociologique des professions, vous reprenez des questions abordées dans La sociologie des professions, notamment celle du clivage entre les approches interactionniste et fonctionnaliste, et vous proposez votre propre solution pour dépasser les antagonismes de ces courants. Toutefois, il ne s’agit pas seulement d’une réponse théorique. Vous montrez que ce dépassement est effectif, en vous appuyant sur  une enquête sociologique sur l’architecture que vous avez vous-même menée. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce qui vous a conduit à entreprendre ce travail ?

Vous avez raison d’évoquer le manuel publié en 2009, car les deux ouvrages sont solidaires. Pour ne pas être gratuite, toute entreprise de théorisation me semble devoir commencer par un diagnostic approfondi de ce à quoi elle prétend apporter une réponse. Nouvelle théorie sociologique des professions vise ainsi à répondre à un ensemble de difficultés rencontrées par la sociologie des professions telle qu’elle se pratique très majoritairement en France depuis une vingtaine d’années, et aux Etats-Unis depuis plus de quarante ans. C’est au diagnostic de ces difficultés que La sociologie des professions était principalement consacré, alors que Nouvelle théorie se centre sur les solutions, en ne reprenant du diagnostic que ce qui est utile à leur compréhension. Publier une seule recherche en deux livres a ainsi permis de lester le diagnostic d’une présentation d’ensemble du sous-champ de la sociologie des professions – en situant de nombreux travaux par rapport aux problèmes identifiés comme saillants – sans alourdir la présentation de la théorie. Chaque livre éclaire donc l’autre, même s’ils peuvent être lus séparément.

Le second point que vous mentionnez, l’architecture, renvoie à une autre exigence de la théorisation : être solidement ancrée dans un travail empirique. Le choix que j’ai effectué pour cet ancrage est celui de la « pensée par cas », pour reprendre le titre d’un ouvrage collectif dirigé par Passeron et Revel. L’intérêt bien connu de cette démarche est de permettre de construire la théorie en s’appuyant sur la complexité d’un objet et sur sa résistance à une appréhension trop simple. On échappe ainsi au biais de confirmation, c’est-à-dire à la tentation, fréquente dans les recherches où de multiples cas sont utilisés sur un même plan au fil de l’argumentation, de privilégier ceux qui confirment les intuitions du chercheur plutôt que ceux qui, en les dérangeant, obligent à corriger ou complexifier sa théorie. Nouvelle théorie est donc aussi un livre sur l’architecture, qui mobilise à la fois du matériau collecté au cours de vingt années de travail sur cet objet, et une enquête originale conduite pour l’occasion. D’autres professions ont été convoquées dans un second temps pour tester et affiner la théorie.

Il s’agit d’un ouvrage ambitieux qui aborde des questions théoriques importantes. Vous effectuez un travail très fin d’articulation entre des questions épistémologiques et théoriques, d’une part, et l’appui sur un matériau empirique, d’autre part. Pouvez-vous nous raconter comment vous avez mené l’enquête et construit la recherche ? Quel a été votre point de départ ?

Le protocole d’enquête part du diagnostic, dont il faut donc dire un mot. Une des antinomies entre les théories fonctionnaliste et interactionniste tient à la façon dont la question de l’unité des professions est traitée. Alors que les fonctionnalistes avaient fortement insisté sur cette unité, les interactionnistes Bucher et Strauss ont proposé en 1961 dans un article désormais classique de regarder les professions comme des agrégats instables et pour partie contingents de segments. Le changement de regard était justifié et s’est révélé fécond, mais l’idée même que l’unité des professions puisse aussi être pensée a peu à peu été perdue de vue. Dans la sociologie française contemporaine, appréhender une profession comme un tout est considéré par beaucoup comme une faute sociologique pure et simple. Mais les inconvénients de cet interdit sont multiples. Notamment, le sociologue dissout son objet de recherche s’il ne parle plus que de segments professionnels – les hommes et les femmes, les provinciaux et les parisiens, les praticiens exerçant dans le public et ceux du privé, etc. – en renonçant à dire quoi que ce soit de la profession dans son entièreté. Le problème est donc de repenser l’unité, mais sans retomber dans les travers du fonctionnalisme, c’est-à-dire en restant attentif à la richesse et la diversité du réel.

Fonctionnalistes et interactionnistes s’opposent sur d’autres aspects des professions, et notamment sur la définition générale des professions : alors que les fonctionnalistes avaient tenté de dégager des traits propres aux professions protégées, les interactionnistes ont montré la faiblesse de cette conception, et posé l’indistinction de tous les types de métiers. Mais l’antinomie de l’unité et de la diversité a ceci de remarquable qu’elle renvoie directement à une dimension fondamentale de ces théories : ce que l’on peut appeler leur ontologie sociale, respectivement substantialiste et processuelle. C’était donc en la prenant comme point de départ que je pouvais le mieux espérer travailler au dépassement des oppositions entre les deux perspectives. Pour montrer l’unité, j’ai cherché à faire ressortir ce qu’il y a de commun dans les conceptions de l’architecture défendues par les architectes apparemment les plus différents. Puis sur cette base, j’ai cherché à saisir les logiques de différenciation des pratiques, en regardant comment se construisent des conceptions antagonistes de ce qu’il est légitime de faire en architecture, par exemple l’architecture Beaux-Arts, l’architecture moderne et l’architecture postmoderne.

Plus précisément, vous montrez comment ce qui fait l’unité de la profession est construit historiquement (chapitres 2 et 3). L’isolement de cette unité vous permet, dans les chapitres suivants (le 5 notamment), de dégager les éléments contingents de l’action relevant des cas particuliers que vous avez étudiés. Comment avez-vous procédé, au moment où vous avez mené l’enquête et traité votre matériau, pour distinguer ces deux questions, celle de l’unité et celle des variations contingentes (ou liées aux interactions) ?

Dans les chapitres 2 et 3 de l’ouvrage, j’étudie la culture professionnelle des architectes,  système fortement structuré de valeurs épistémico-déontiques, de savoir et de savoir-faire sans lesquels aucune des pratiques de l’architecture – quelle que soit effectivement leur diversité – n’est possible, et je montre comment cette culture s’est construite au cours des siècles. Je m’appuie pour cela sur l’observation d’enseignements, sur la lecture de traités et sur des recherches menées dans le passé sur diverses opérations. Le cœur de l’argumentation concernant l’unité et la continuité de l’architecture au cours du temps repose sur l’idée d’une cohérence systémique de la culture, et, plus encore, sur la mise au jour d’un noyau remarquablement stable de valeurs partagées par l’ensemble de la profession.

Je cherche en effet la continuité de l’architecture – ou plutôt je l’ai trouvée, car je n’avais pas d’idées préconçues avant l’enquête – dans ce que j’ai appelé les valeurs épistémico-déontiques servies par les architectes. En confrontant un corpus de traités s’étalant sur deux mille ans avec les discours des enseignants dans les écoles d’architecture, je fais ressortir la très grande stabilité de ces valeurs. Par exemple, tout bâtiment d’architecture doit être doté d’une unité ; il doit être intégré dans son site ; l’architecte doit y manifester son souci de l’économie de la dépense. Le retour sur l’histoire paraîtra trop rapide à certains, et je reconnais volontiers que, dix fois plus long, il aurait encore été trop rapide s’il s’était agi de respecter les canons de la démarche historique. L’enjeu ne tient cependant pas au détail de l’histoire. Il réside dans la façon dont le matériau historique est utilisé pour construire une théorie qui est falsifiable et doit être considérée comme vraie tant qu’elle n’a pas été falsifiée. On m’objectera aussi que mon propos sur l’identité de l’architecture au cours du temps n’est rendu possible que par un niveau d’abstraction qui risque de le vider de tout intérêt : l’unité n’est pas atteinte de la même façon du temps de Vitruve et de Le Corbusier. Un passage important est donc celui où j’argumente, assez longuement, sur la pertinence d’un tel niveau d’abstraction dans le discours sociologique. J’arrive à la conclusion que les valeurs abstraites constituent une contrainte forte pour l’action sociale, parfois plus dure même, paradoxalement, que les normes variables qui leur donnent leur contenu concret. Je le montre empiriquement dans le cas que j’étudie, et ce serait sans doute vrai aussi pour d’autres institutions. Et sur un plan méthodologique, je plaide pour une plus grande liberté dans l’usage de diverses focales dans l’enquête. Le chapitre consacré aux valeurs épistémico-déontiques est donc un temps fort de l’ouvrage pour trois raisons : il permet de rompre avec l’image des professions que les sociologues ont pris l’habitude de cultiver ; ses conclusions reposent sur une enquête sociologique et une argumentation qui paraîtront hérétiques aux partisans d’une application stricte de certaines normes méthodologiques dominantes, et je m’applique à discuter de cette liberté que j’ai prise ; enfin, son enjeu dépasse la question des professions et celle de la méthodologie, pour toucher aussi à la représentation des institutions.

Avoir identifié les valeurs abstraites me permet ensuite d’étudier les jeux avec le caractère indéterminé de leur contenu et de leur hiérarchisation. Par exemple, les architectes du mouvement moderne disqualifient l’architecture Beaux-Arts en critiquant la priorité qu’elle donne aux valeurs esthétiques, et en mettant en avant les valeurs d’usage et d’économie, sur lesquelles ils engagent des réflexions originales. Le postmodernisme produira un réagencement des valeurs assez similaire mais dans l’autre sens, sans pour autant revenir aux Beaux-Arts. Ce schème d’une compétition intraprofessionnelle par la hiérarchisation des valeurs et par la réflexion sur leur contenu concret permet d’identifier une forme originale de la segmentation – la « segmentation agonistique » –, et jette un jour nouveau sur des thèmes classiques de la sociologie : outre la segmentation et les luttes intraprofessionnelles, les réformes de politiques de construction d’équipements publics et la structuration des marchés de la commande y trouvent un de leurs principaux ressorts. Mais il faut y insister une fois encore, les valeurs abstraites sont en soi des contraintes sociales fortes et stables pour la pratique de l’activité professionnelle.

Comment avez-vous ensuite écrit l’ouvrage et lié l’ensemble de ces éléments entre eux ?

En y passant beaucoup de temps ! Mon problème était de donner son unité à l’ensemble sans qu’aucun niveau de l’analyse n’écrase les autres. Je ne l’ai pas fait en une fois, mais en agrégeant des matériaux successifs et en complexifiant peu à peu mon propos. Je suis parti des observations dans les écoles. J’ai tenté de saisir les attentes des enseignants, par une comparaison de groupes de suivi de projets d’étudiants en France et aux Etats-Unis. Les points communs étaient évidents : ce que j’avais compris à Paris me permettait d’anticiper les critiques à la Nouvelle-Orléans. J’ai ainsi rédigé une sorte de petit manuel de conception architecturale. Puis j’ai confronté cela à mon corpus de traités : j’y ai retrouvé sept valeurs sur les dix que j’avais mises au jour dans les discours des enseignants, et j’ai pu montrer comment les différentes composantes de la culture – valeurs, savoir-faire et savoirs – se sont agrégées au cours des siècles. J’ai ensuite travaillé à donner une cohérence à l’ensemble de la description de la culture et de ses processus de construction, sans forcer le matériau. Une de mes fiertés est que, malgré les limites inévitables du propos sur un objet inépuisable, les architectes s’y retrouvent. C’était une condition élémentaire de la robustesse et de la pertinence de la théorie.

L’étude de la diversité des pratiques est venue ensuite et a été plus simple. Une fois que j’avais une bonne représentation de la culture professionnelle des architectes, et donc des indéterminations qu’elle laisse subsister au cœur des pratiques, j’étais armé pour aborder ces dernières avec une focale plus habituelle : notamment, les acteurs réapparaissent. J’ai eu la chance de pouvoir réutiliser le matériau que j’avais collecté pour ma thèse déjà ancienne sur les politiques successives de commande hospitalière. J’ai ajouté d’autres exemples : le passage de l’architecture Beaux-Arts à l’architecture moderne, que j’ai déjà évoqué, et des cas empruntés à d’autres professions, comme la médecine, en m’appuyant sur des recherches de collègues.

Je n’avais donc pas de plan du livre au début. Il s’est construit à travers des va et vient entre différentes échelles et différents matériaux, qui ne sont pas sans rappeler ceux des architectes sur leur projet.

Quel est l’apport de cette recherche pour cette profession en particulier que vous avez étudiée, à savoir l’architecture ? Quel serait son apport pour d’autres professions ?

Votre question nous conduit sur un plan politique ou pratique, sans nous faire quitter tout à fait le plan théorique. Pour répondre, il faut avoir en tête le contexte actuel d’exercice des activités professionnelles. Comme d’autres professions, les architectes sont confrontés à des difficultés : leur domaine d’intervention tend à se restreindre du fait de l’augmentation de la division du travail ; leurs contextes de travail se bureaucratisent ; la normalisation de leur activité entrave parfois leur réflexion ; le nouveau management public vise à restreindre l’autonomie de ceux d’entre eux qui travaillent dans ou pour des administrations publiques. Mais mesurer la portée de ces évolutions est tout sauf évident avec les outils usuels de la sociologie des professions. En effet, il est impossible d’étudier les conséquences des évolution que je viens de mentionner sur le travail si l’on n’a pas une représentation des spécificités de ce dernier. La vision fragmentaire des professions, avec ses implications relativistes (il ne serait pas possible de parler d’architecture, mais seulement de conceptions variées et contingentes de l’architecture), fragilise les professions face aux tentatives de remise en question de leur autonomie. Repenser le travail constitue donc un enjeu considérable d’abord pour les sociologues, mais aussi pour les professionnels, qui ont besoin de pouvoir dire en quoi il consiste pour le défendre. C’est pourquoi j’ai tenté de montrer comment ma théorie peut aider à étudier les évolutions de l’autonomie et des contenus de travail. Et pour répondre plus directement à votre question, les architectes se sont saisis de mon travail, puisque le Conseil de l’Ordre m’a contacté après la sortie du livre, avec le projet de m’interroger sur les évolutions du métier.

Vous avez raison de noter que le livre peut directement intéresser d’autres professions qui sont aussi confrontées aux évolutions dont je viens de parler – les chercheurs le savent d’ailleurs bien car ils ne sont pas épargnés. Pour comprendre comment, il faut en venir à un apport de l’ouvrage dont nous n’avons pas encore parlé et qui permet de dépasser l’antinomie entre la définition fonctionnaliste des professions, dont les interactionnistes ont fait ressortir le peu de robustesse, et celle des interactionnistes, qui fait perdre en compréhension ce que l’on gagne en extension de l’objet. Il s’agit de la mise au jour comme nouvel objet sociologique d’un type particulier de professions, les professions à pratique prudentielle, dont font partie médecins, enseignants, chercheurs, architectes, ou encore magistrats, et auxquelles des programmes originaux de recherche peuvent être appliqués. Leurs membres traitent de cas singuliers et complexes – deux malades, deux élèves ou deux recherches ne sont jamais identiques –, ce qui rend les conséquences du travail souvent incertaines, et l’activité rétive à la formalisation. C’est pour cela que ces professionnels doivent faire preuve de ce qu’Aristote avait conceptualisé sous le terme de « prudence », désignant ainsi une forme originale de connaissance et d’action requise là où la science et la technique sont mises en défaut. Il est déjà hautement probable que les évolutions actuelles des contextes de travail sont des obstacles, dans une mesure que des enquêtes devraient déterminer, à l’exercice de cette prudence. Ainsi, la mise au jour des professions à pratique prudentielle permet de renouveler l’étude des difficultés du travail professionnel. Nouvelle théorie sociologique des professions fait ressortir ce qui pourrait être un enjeu saillant des recherches sur les professions : contribuer à nous éclairer sur les variations de la place de la prudence dans le monde du travail et dans l’action publique.

Interview réalisée par Laura Chartain

Nouvelle théorie sociologique des professions

Florent Champy

aux Editions PUF, Collection « Le lien social », 314 p., 2011.

Retrouvez une présentation de l’ouvrage sur le site de la maison d’édition PUF :

http://www.puf.com/wiki/Autres_Collections:Nouvelle_theorie_sociologique_des_professions


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *