Les archives, une source pour le sociologue

Par Alexandar Arroyo.

Dans ce billet, Alexandar Arroyo, étudiant en master « Histoire et civilisations », souligne l’intérêt pour les sociologues de mobiliser des matériaux d’archives, à condition de les traiter avec méthode et précaution. Ce texte est issu du travail qu’il a réalisé dans le cadre du séminaire « Introduction à l’usage des archives en sociologie ».

*                *

*

L’usage des archives n’a rien d’évident ni d’habituel en sociologie. La sociologie s’est érigée tardivement, au XIXème siècle, comme une science sociale autonome, et un des enjeux majeurs a été d’affirmer l’indépendance de cette discipline nouvelle face à des sciences sociales déjà institutionnalisées, en particulier l’histoire. La place des archives en sociologie porte la marque de ce processus. Alors que l’histoire a eu tendance à accorder un rôle central (et parfois excessif) aux archives, la sociologie a eu tendance à l’inverse à rejeter les archives au profit d’autres sources : le sociologue serait l’homme du terrain, abandonnant l’usage des archives à l’historien – on a même parlé d’une « mystique du terrain »1 .

Il faut cependant dépasser ces images préconçues : nous voulons montrer ici, en nous appuyant sur les textes de sociologues et d’historiens, que les archives sont des sources disponibles pour le sociologue, et qu’il ne faudrait pas les rejeter en raison des représentations qui ont accompagné la fondation de ces disciplines. Par ailleurs, la pratique croissante de l’interdisciplinarité en sciences sociales tend, sinon à remettre en cause, du moins à brouiller les frontières entre disciplines, et l’emprunt de méthodes est sans doute plus facile de nos jours. Le sociologue peut mettre à profit les apports de l’histoire et l’expérience des historiens avec les archives, tout en s’inscrivant dans une démarche clairement sociologique.

Qu’est-ce qu’une archive ? Questions de définition.

Travailler avec des archives implique de bien connaître les sources auxquelles on a affaire. On peut ici rappeler la définition juridique, en France, des archives :

« Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité. »2

Cette définition, très large, permet de saisir plusieurs aspects des archives : elles sont produites, elles sont d’abord un document qui a un usage et une finalité propres, et enfin elles sont conservées. Leur production est historiquement située : ce sont des documents produits dans un certain contexte, et pour répondre à un besoin précis. Et ces documents ne deviennent des archives que dans un second temps, lorsque leur conservation est organisée.

Le cas le plus fréquent est celui des archives publiques, qui organisent systématiquement la collecte et la conservation des archives des administrations d’État. Dans ce cas, les archives sont plus que des documents : elles ont aussi un rôle politique, comme symbole de l’État et de sa continuité. Ces enjeux de souveraineté ont été analysés par l’historienne Sophie Cœuré dans La Mémoire spoliée3 à propos des archives françaises spoliées par les autorités d’occupation allemandes durant la Seconde Guerre mondiale, puis par les troupes soviétiques à la fin de la guerre : l’archive devient un trophée, au service de la politique nazie, puis soviétique. Un État, une institution créent des fonds d’archives qui participent de leur légitimité. Tous les États ont des « Archives nationales » ou « Archives d’État », et il n’est pas rare qu’un chercheur étranger doive passer par l’ambassade de son pays pour y avoir accès : les archives de l’État sont à la fois un patrimoine national (en principe librement accessible à tous les citoyens), et un attribut de la souveraineté étatique, d’où la volonté de contrôler l’accès aux archives.

Mais la conservation peut aussi se faire dans un cadre privé, avec des finalités diverses : la reconnaissance de droits, la mémoire, voire ce que l’anthropologue Michel Naepels appelle la « piété familiale »4. Le lieu de la conservation est alors important : dans les fonds d’archives, ce sont des archivistes professionnels, avec leurs techniques propres, qui organisent les fonds ; dans des collections privées, on peut se trouver face à des archives sans véritable organisation. Et si l’accès est encadré par la loi pour les archives publiques, il est à la discrétion des détenteurs pour des archives privées. Ce n’est pas sans problèmes pour le chercheur : son travail est-il totalement libre, si l’accès à ses sources peut lui être refusé à tout moment ?

La définition légale de l’archive évoque la question de la « forme » et du « support » : tout type de document peut devenir une archive dès lors qu’il est conservé à cette fin. Il faut donc être attentif à la nature du document conservé. Il est vrai que les archives, dans les représentations comme dans la réalité des fonds existants, sont majoritairement des documents écrits. Toutefois, de plus en plus de documents électroniques, sonores ou visuels, sont conservés aujourd’hui, et suscitent un réel intérêt. Sous le terme unique d’archives, on trouve une grande diversité de documents, et c’est en fait la conservation qui constitue l’archive.

Quelle méthode face aux archives ?

« L’archive ne “dit” rien au sociologue, hors d’une problématique et d’une réflexion donnée » souligne à raison la sociologue Liora Israël dans « L’usage des archives en sociologie »5. Elle critique l’illusion d’une transparence des archives. C’est au contraire un des pièges possibles : penser que le document ancien nous met en contact, sans filtres, avec la réalité du passé. Nous l’avons vu, l’archive est produite dans un contexte précis, par des acteurs situés et pour des finalités qui leur sont propres ; et elle est conservée dans un certain cadre. L’usage des archives doit donc s’accompagner d’une réflexion sur la production et sur la conservation.

Les archives et leur production : une nécessaire contextualisation

Comme l’écrit Liora Israël, l’usage des archives doit s’accompagner d’une « sociologie des archives » : ici sociologues et historiens partagent un certain nombre de méthodes, de techniques afin d’opérer un travail critique sur le document. Le chercheur doit expliciter la situation dans laquelle sa documentation est produite. Cela implique de reconstituer un contexte de production, d’interroger la situation sociale des acteurs, l’histoire et la position des institutions concernées, mais aussi les représentations, les discours qui circulent dans une société donnée. Une solide connaissance du contexte historique est également indispensable.

Par ailleurs le document n’est pas produit pour lui-même, mais pour répondre à des motivations, des intérêts qui jouent un rôle déterminant. On doit s’intéresser non seulement à l’auteur, mais aussi au destinataire du document. C’est d’autant plus vrai pour des archives d’administrations publiques : dans la masse des documents adressés à un ministre par exemple, seule une petite partie est réellement lue par celui-ci ; il faut alors se demander quel bureau, quel service a effectivement reçu et lu ce document. Il est nécessaire de connaître le fonctionnement concret des institutions dont on utilise les archives pour bien comprendre et utiliser ces sources.

Et même lorsque ces documents ne semblent pas destinés à être lus, ces questions se posent, car l’acte même d’écrire est significatif. Travaillant sur des archives missionnaires, Michel Naepels rappelle que « rien n’oblige un missionnaire à s’intéresser aux croyances païennes ou aux cultures anciennes, et le cas échéant, rien ne l’oblige à en témoigner par écrit »6. Les « ego-documents » (journaux intimes, mémoires) n’échappent donc pas à cette analyse : il faut être attentif aux informations que donne le document, qui peuvent être biaisées par la situation de production, mais aussi à ce que le texte ne dit pas. Le plus difficile est alors de repérer les silences, les manques d’une documentation ; et comme le montre l’historienne Arlette Farge dans Le Goût de l’archive7, ces silences sont parfois tout aussi significatifs que le contenu même des archives.

La conservation des archives : pourquoi et comment archiver ?

La conservation des archives ne va pas de soi : la manière dont elle est effectuée joue un rôle dans notre perception des sources. La conservation s’est accompagnée d’un tri, une sélection, le plus souvent motivés par l’intérêt prêté, à ce moment-là, à un ensemble de documents. Mais il arrive parfois que le tri soit fait dans l’intention de cacher ou de mettre en avant certains documents plutôt que d’autres, notamment pour des périodes historiques troublées : l’historien Marc-Olivier Baruch montre ainsi que sous Vichy, des papiers ont été détruits par des membres de l’administration qui avaient intérêt à cacher leur participation à certaines décisions8. L’accès aux archives de ces périodes a souvent provoqué des débats importants : là encore, on voit que les archives sont un enjeu de pouvoir, et l’accès peut être plus difficile pour le chercheur dès lors qu’il travaille sur des sujets « sensibles ». La tendance est cependant à la réduction des délais de communications pour la plupart des archives publiques en France.

Une autre précaution concerne l’archivistique elle-même. La question se pose le plus souvent pour les inventaires qu’utilise le chercheur, et qui sont d’une aide précieuse dans son travail. Comme le souligne Liora Israël, les inventaires sont établis indépendamment des problématiques du chercheur, et c’est là leur limite. Mais la question de la science archivistique devient plus cruciale dans un cas comme celui des archives soviétiques, évoqué par Sophie Cœuré : celles-ci ne respectent pas le principe du respect des fonds (laisser intact les collections provenant d’un même individu ou d’une même institution), et trient les documents en fonction de leur « usage opérationnel ». Cet exemple limite nous montre qu’une réflexion sur l’archivistique peut s’avérer utile dans certains cas, mais aussi que des pratiques qui semblent aller de soi, celles de l’archivistique occidentale, sont des constructions sociales et culturelles, qu’il faut garder à l’esprit.

Les archives, une source pour le sociologue ?

« L’archive n’est pas une méthode, elle est un type de document », rappelle Liora Israël. L’archive n’est donc pas essentiellement une source pour l’historien et réservée à celui-ci. De même que les historiens ont au cours des dernières décennies repris certaines techniques privilégiées de la sociologie (par exemple les entretiens), de même rien n’exclut que le sociologue puisse faire un usage fécond des archives. Le chercheur doit garder à l’esprit sa problématique lorsqu’il aborde les archives : c’est la problématique, ainsi que la méthode d’analyse qui sont proprement sociologiques, et non pas les sources utilisées.

La constitution du corpus de sources est au cœur de ce travail, et elle est déterminante pour la recherche effectuée. Liora Israël évoque ainsi la frustration du chercheur confronté à l’écart qui existe entre ses questionnements, et les faibles réponses d’une documentation qui n’a pas été produite pour lui : le chercheur doit alors tâtonner pour construire dans les limites de la documentation disponible le corpus qu’il va étudier, en fonction d’une problématique qui guide ensuite la lecture et l’analyse. Elle prend l’exemple d’un classique de la sociologie, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique9, qui s’appuie sur des documents issus d’archives : correspondances, articles de journaux, courriers de lecteurs, rapports produits par des organisations. On voit ici la diversité de la documentation disponible dans les fonds d’archives privés ou publics, et cette diversité peut être féconde pour le chercheur.

En pratique, il faut également souligner que l’usage des archives peut se faire de plusieurs manières, que la lecture des sources peut varier. La distance par rapport au texte peut ainsi être très différente, entre le sociologue qui utilise les archives pour construire des statistiques et celui qui lit le document de près pour étudier des « cas » individuels. De même, le chercheur peut s’intéresser au document pour son contenu, mais aussi travailler sur les discours, les représentations des acteurs concernés. Il peut également opérer un « déplacement du regard », comme le fait le sociologue Olivier Masclet10, lorsqu’il étudie les annotations faites par le maire communiste de Gennevilliers, dans la marge d’un document produit en 1972 par son administration au sujet de la main-d’œuvre immigrée dans la commune. Ces annotations révèlent l’écart entre le discours officiel de la mairie contre les « marchands de sommeil », et un discours informel, en marge du document, où la présence d’une population immigrée est perçue comme un coût économique pour la commune, mais aussi une menace pour les autorités communistes, en raison de leur rejet par la population française de Gennevilliers. Le détail dans la marge est alors le véritable objet du chercheur, plus que le document lui-même.

Le « paradigme indiciaire » théorisé par l’historien Carlo Ginzburg peut alors se révéler particulièrement intéressant : pour le chercheur, le plus intéressant est parfois le détail difficile à trouver, qui « cloche », qui dénote dans un document, et qui ouvre une nouvelle piste. Du reste, le travail de Carlo Ginzburg dans Le Fromage et les Vers11, montre bien que pour un chercheur attentif aux indices, même des archives clairement institutionnelles (les archives de l’Inquisition italienne chez Ginzburg), peuvent se prêter à des problématiques qui sont communes à l’histoire et à la sociologie (la culture des classes populaires, la question de la lecture et de la réception…).

Conclusion

Il faut donc insister sur l’extraordinaire diversité des usages possibles des archives, et sur le fait que c’est la problématique, les méthodes employées, qui rendent le travail du chercheur sociologique, plus que le type de matériau qu’il emploie. Les archives sont produites par des acteurs sociaux, dans un contexte donné : elles disent quelque chose de la société qui les produit, pour qui les aborde avec des questionnements et des méthodes adéquats. On voit aussi clairement les apports possibles de l’interdisciplinarité entre histoire et sociologie, en particulier pour des travaux qui se situent au croisement des deux disciplines : socio-histoire, histoire sociale, histoire culturelle… Soulignons enfin, à la suite de Liora Israël que le sociologue lui-même peut devenir producteur d’archives, et que la conservation des archives des sociologues est un vrai enjeu pour la recherche, permettant le débat, la réexploration d’un terrain, mais aussi une histoire de la sociologie et de sa constitution.

Références

1 Cacciari, « Jean-Louis Fabiani,La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 mai 2015, consulté le 09 décembre 2016. URL :

2 Article L211-1 du Code du Patrimoine [voir http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/archives-publiques/lois, consulté le 9 décembre 2016]

3  Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique (de 1940 à nos jours), Paris, Payot, 2007

4 Michel Naepels, « Contextualiser les archives missionnaires : quelques remarques méthodologiques », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 21 août 2008, consulté le 03 mai 2016, § 6. URL : http://ateliers.revues.org/1882 ; DOI : 10.4000/ateliers.1882.

5 Liora Israël, « L’usage des archives en sociologie » dans Serge Paugam (éd.), L’Enquête sociologique, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 167-185.

6 Michel Naepels, « Contextualiser les archives missionnaires… », § 3.

7 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1989, 156 p.

8 Marc-Olivier Baruch, « Introduction » dans Jean-Pierre Azéma, Marc-Olivier Baruch, et Madeleine Rebérioux, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, p. 13-19.

9 William I. Thomas et Florian Znaniecki, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’un migrant (Chicago, 1919), Paris, Nathan, 1998

10 Olivier Masclet, « Une municipalité communiste face à l’immigration algérienne et marocaine », Genèses, décembre 2001, vol. n°45, no 4, p. 150‑163.

11 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les Vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Aubier, 2014 [1e édition : Carlo Ginzburg, Il Formaggio e i vermi : il cosmo di un mugnaio del’500, Turin, G. Einaudi, 1976]

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

Restituer la restitution : bousculer son travail universitaire pour l’enrichir

Prune Missoffe est étudiante en master 2 de sociologie générale à l’EHESS. En organisant une réunion publique visant à restituer la démarche et les résultats de son travail de mémoire auprès des habitant-e-s de Saillans, Prune a pu susciter des échanges de la part des enquêtés qu’il s’est agit d’intégrer à son travail en cours. Elle « restitue » ici cette dernière séquence du travail du terrain.

« Je rends au public ce qu’il m’a prêté ; j’ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage : il est juste que, l’ayant achevé avec toute l’attention pour la vérité dont je suis capable, et qu’il mérite de moi, je lui en fasse la restitution » écrivait La Bruyère dans la préface de son ouvrage Les caractères. Rendre aux enquêtés ce qu’ils m’ont prêté, tel était mon objectif lorsque j’ai organisé une réunion publique de restitution le 28 juin 2016 à Saillans, commune d’environ 1 200 habitants dans la Drôme. Ce billet concrétise mon souhait de partager cette expérience de restitution.

Continuer la lecture de Restituer la restitution : bousculer son travail universitaire pour l’enrichir

Romain Juston

Doctorant en sociologie à l'Université de Versailles-Saint-Quentin au laboratoire Printemps. ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Par Evan Fisher.

Evan Fisher est étudiant en Master 2 au sein de la mention « Sociologie générale ». Il revient ici sur ses premiers (faux ?) pas dans le terrain de sa recherche conduite en partenariat avec Médecins sans frontières-France (MSF-France). En ouvrant son carnet de terrain, il donne à voir l’élaboration d’une question de recherche autour de la sélection des patients dans un hôpital de MSF-France à Amman, et il tire les leçons méthodologiques et scientifiques des premières difficultés méthodologiques qu’il a rencontrées sur le terrain. 

*               *

*

J’appréhende mon arrivée sur le terrain. Ce n’est pas que la Jordanie soit un pays dangereux ou que je ne me sente pas préparé. Mais les reportages de la BBC[1] et al-Jazeera[2] sur l’endroit de mon enquête évoquent un lieu éprouvant : un hôpital humanitaire de Médecins Sans Frontières-France (MSF-France), qui prend en charge des blessés de guerre syriens, yéménites, gazaouis et irakiens. La présence étouffante de tant de souffrance m’effraie par avance[3]. Continuer la lecture de Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Romain Juston

Doctorant en sociologie à l'Université de Versailles-Saint-Quentin au laboratoire Printemps. ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Saisir et interpréter le travail de sélection des manuscrits dans l’édition littéraire

Lilas Bass est étudiante au sein de la mention GPS du Master de sociologie . Elle propose ici un retour sur un texte préalablement discuté dans le cadre d’un atelier d’analyse de matériaux animé dans le cadre du séminaire « De l’enquête au texte ». Par le recours à des matériaux originaux, issus de cartographies ou de dispositifs de comptage, Lilas objective des formes de division du travail à partir d’une étude fine de l’organisation spatiale des activités dans une grande entreprise d’édition. 

*             *

*

Face au paradoxe d’une pratique d’écriture (et de lecture) majoritaire chez les femmes et d’un moindre accès des femmes à la publication littéraire[1], j’ai souhaité remettre en cause l’idée « romantique » selon laquelle « le talent n’a pas de sexe », et m’inscrire dans la tradition en sociologie de l’art qui consiste à saisir les leviers sociologiques et historiques de construction de la valeur littéraire.

Pour déplacer le regard et ne pas me focaliser sur le travail artistique à proprement parler (la question ayant déjà été abondamment traitée dans des travaux antérieurs[2]), je me suis demandé si les premières instances de légitimation littéraire (les maisons d’édition) n’étaient pas le lieu premier de constitution d’une valeur littéraire genrée.

Le présent travail propose plus particulièrement de rendre compte précisément des pratiques de sélection des manuscrits au sein des maisons d’édition littéraire, et à ce titre d’étudier, grâce aux outils développés par la sociologie du travail, l’ensemble des pratiques professionnelles, des réseaux de sociabilité et de toutes les « conventions »[3] professionnelles qui concourent à déterminer ce qui constitue la « valeur » en littérature française contemporaine. En d’autres termes : quels sont les acteurs impliqués dans la sélection des manuscrits ? Quel est le poids relatif de chacun de ces acteurs dans le processus décisionnel de publication ? Comment procèdent-ils pour sélectionner les manuscrits ?

Continuer la lecture de Saisir et interpréter le travail de sélection des manuscrits dans l’édition littéraire

Romain Juston

Doctorant en sociologie à l'Université de Versailles-Saint-Quentin au laboratoire Printemps. ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

« La mixité sociale, ça peut être tout et n’importe quoi ! » Retour sur une enquête collective à l’Île-Saint-Denis

Dans le cadre de l’enquête collective de Master 1 qui s’est déroulée l’an dernier à l’ïle Saint-Denis – et dont une présentation est disponible sur ce carnet – les étudiants ont restitué leur travail dans des formats divers. Dans un cas, cette opération a pris la forme d’un texte écrit que l’Ouscipo publie sur son site internet. Ce texte rédigé par Caterina Bandini, Victoria Chantseva, Elis De Aquino, Vincent Hugoo et Manon Torres inaugure ainsi la rubrique des Working Paper de l’Ouscipo disponible à l’adresse suivante :  http://ouscipo.ehess.fr/working-papers/ 

Source de l’mage en bandeau : http://www.plainecommune.fr/actualites/actualites/actualite-detaillee/article/balade-urbaine-autour-de-l/#.VzDDrxWLRE4)

Romain Juston

Doctorant en sociologie à l'Université de Versailles-Saint-Quentin au laboratoire Printemps. ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Edition 2016 de la journée d’étude des étudiant.e.s. du Master de sociologie générale de l’EHESS

Les étudiant.e.s du master de sociologie organisent le lundi 30 mai 2016 une journée d’étude pour laquelle 11 étudiant-e-s présenteront leurs travaux de recherches. Tous les étudiant.e.s des masters de sociologie y sont bienvenu.e.s. Accueil et petit-déjeuner à 8h30, pot de fin de journée à 18h en Salle des Lombards.

Pour la troisième année, les étudiant.e.s du Master de Sociologie organisent une journée consacrée à leurs recherches. Avant de rendre le manuscrit de leurs mémoires et de travailler sa présentation, cette journée sera l’occasion de revenir sur leur travail de master.

Préparée par les représentant.e.s des étudiant.e.s du master, cette journée a pour but de permettre aux étudiant.e.s d’échanger à propos des résultats obtenus, des analyses produites et des méthodes mises en œuvre avec des enseignant.e.s chercheur.se.s.

Cet événement sera une opportunité pour les étudiant.e.s de parler librement de leur travail en faisant part des doutes ou des hésitations qu’ils ou elles peuvent rencontrer : cette journée doit aussi leur permettre de travailler la présentation de leur recherche et de recueillir des critiques auprès d’un public varié. Les conseils des enseignant.e.s chercheur.se.s n’étant pas les directeur.ice.s de recherche des étudiant.e.s ouvriront de nouvelles perspectives sur leurs enquêtes. Les retours ainsi obtenus permettront de renforcer ou de prolonger les analyses, à un moment où certains mémoires sont encore en chantier.

L’épreuve initiatique, que constitue la présentation d’une recherche scientifique, est très formatrice car les étudiant.e.s disposeront de 15 minutes pour présenter leur recherche. En amont, ils auront fait circuler un document d’une dizaine de pages qui sera transmis aux discutant.e.s concerné.e.s, qui pourront alors y puiser leurs premiers éléments de discussions. La préparation de ces différents supports s’avère parfois compliquée car il faut opérer un choix entre ce qui est primordial et secondaire, ainsi que sur la manière de le dire et d’organiser son oral. Elle peut ainsi représenter un moment de clarification et de sélection important.

En soi, la participation à cette journée représente aussi un premier investissement dans le monde de la recherche et une première approche de son fonctionnement : il s’agit ici de faire l’expérience du cycle de recherche, de production de savoir, de restitution et de discussion  par le biais des évènements que sont les colloques et les journées d’études.

L’organisation de cette journée relève également d’un apprentissage du métier de la recherche. Ici, des choix scientifiques ont été faits. Comme l’année passée, les représentant.e.s des étudiant.e.s ont pris le parti de ne pas centrer la journée sur un thème, mais de diversifier les sujets abordés, les approches, les méthodes et les analyses afin d’élargir l’éventail de pratiques sociologiques dont il sera question. Il a suffi de se reposer sur les nombreuses propositions des étudiants volontaires pour organiser une journée à plusieurs facettes, avec différents groupes et approches. C’est suite à l’élaboration de ces différents pôles que des enseignant.e.s chercheur.se.s aux thèmes de recherches divers ont pu être réunis, permettant là aussi de proposer des retours à la fois experts et généralistes. Les étudiant.e.s présent.e.s dans le public pourront alors nourrir leur recherche à la lumière des différents travaux exposés.

Au total, onze interventions de 15 à 20 minutes chacune seront réparties dans cinq pôles. D’une durée moyenne de 1h40, chaque pôle donnera lieu à une discussion animée par deux discutant.e.s et sera suivi d’un temps d’échange avec l’auditoire. N’hésitez donc pas à y venir nombreux pour échanger après chaque session, et lors du pot convivial qui suivra !

En espérant vous y voir, vous trouverez ci-dessous le Programme complet de la journée

JOURNEE SCIENTIFIQUE DES ETUDIANT.E.S DU MASTER DE SOCIOLOGIE DE L’EHESS

Le 30 mai 2016 de 9h à 18h dans la Salle des lombards.

96, Boulevard Raspail, 75006 Paris, France.

Métros: Notre-Dame des Champs (L 12), Saint-Placide (L 4).

 

9 h – 12 h 45

Savoir et pratiques économiques [9h – 10 h 50]

~ Le savoir économique des étudiant.e.s d’HEC (Laura Oliveira)
~ Trouver les bons patients : un dispositif d’appariement humanitaire. (Evan Fischer)
~ Le rapport aux impôts des expatriés et français travaillant à l’étranger. (Rémy Pourquier)

Discutants : Alexandra Bidet et Eve Chiapello

Mobilisations, processus et exclusions [11h – 12h45]

~ Mouvement social contestataire des catholiques en Corée du Sud. (Minju Song)
~ L’institutionnalisation d’un programme d’éducation pour adulte en difficultés à Rio. (Elis de Aquino)
~ Questionnements méthodologiques autour de l’organisation d’une restitution publique – L’expérience de démocratie participative locale à Saillans (Prune Missoffe)

Discutants : Julian Mischi et Isabelle Thireau

 

14 h  – 18 h

Assistance et Secours [14h – 15h50]

~ Le militantisme catholique de solidarité internationale (Caterina Bandini)
~ La conception de l’assistance aux sans-abris à travers la carrière morale des bénévoles. (Erwin Flaureau)
~ Légitimer un idéal de vertu dans l’assistance à autrui sur les lieux publics en Chine contemporaine. (Chayma Boda)

Discutants : Erwan Le Mener et Carole Gayet-Viaud

Média et Littérature [16h – 17h30]

~ Quand le travail ne veut pas se dire dans les univers artistiques : l’observation ethnographique au service de l’objectivation. (Lilas Bass)
~ Une analyse comparative des médias Brésilien et Français et le Modèle de propagande. (Waldir Lisboa Rocha)

Discutants : Françoise Daucé et Cyril Lemieux

Romain Juston

Doctorant en sociologie à l'Université de Versailles-Saint-Quentin au laboratoire Printemps. ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Changer d’horizon disciplinaire par l’élaboration d’un projet de recherche

Théo Leschevin est étudiant en Master 1 de sociologie à l’EHESS au sein de la mention de sociologie générale. Il revient dans ce billet sur son année précédente, depuis sa formations pluri-disciplinaire et sa poursuite à l’étranger jusqu’à son entrée en Master de sociologie à l’EHESS. Entre les deux, il a dû élaborer un projet de recherche de sciences sociales. Il montre, au concret de ses pratiques d’apprenti-chercheur, les ressources et les contraintes qu’il  a tirées de ces expériences disciplinaires variées. Il propose enfin de revenir dans un second billet sur la forme finale épousée par son projet de recherche, après en avoir exposé ici la genèse. 

Réunir les ingrédients d’un projet de recherche

En Septembre 2014, je suis arrivé en Irlande pour entreprendre ma dernière année de licence d’anthropologie au sein de l’Université de Maynooth, où j’allais pouvoir suivre une série de cours dont le choix m’était imparti. C’est une des particularités du programme Erasmus : dans la mesure où l’étudiant fait valider un programme d’enseignements à un directeur d’échange dans son université de départ (dans mon cas, au département d’Anthropologie de Lyon 2), il décide des cours qu’il pourra valider. J’avais de surcroît la possibilité de sortir des frontières disciplinaires, dans la continuité d’une formation de licence qui alliait déjà l’anthropologie, la science politique et la sociologie. Je me suis alors laissé guider par une certaine ouverture dans les choix des thèmes à approfondir. Les multiples approches qu’admettaient des cours aussi variés que Anthropology of Security, Linguistic Anthropology, Urban Anthropology ou Contemporary Theory and Ethnography  (lectures, dissertations, enquêtes) allaient aussi me permettre de pratiquer différentes techniques académiques. J’ai donc suivi des séminaires en anthropologie, ainsi qu’en histoire et en sociologie. Ces derniers étaient notamment orientés vers la société Nord-Irlandaise, que je découvrais durant ce voyage d’étude. J’avais ici réuni une série d’ingrédients qui allait produire le terreau de mon projet de recherche.

Des intérêts de recherche ont ainsi émergé à travers les travaux réalisés lors de  certains de ces séminaires : intrigué par le concept de « securitization [i]» abordé par plusieurs séminaires, j’ai décidé de me lancer dans un travail à ce sujet au sein du cours Anthropology of Security. Je me suis engagé dans un travail de recherche que je voulais faire reposer sur une approche spécifique de ce concept théorique, celui la formation de la notion d’Etat-Voyou, et sur un cas pratique, la désignation de la Corée du Nord au sein des échanges internationaux. Ce travail a consisté en une reprise de concepts et de théories autour de la sécurité, de critiques apportées par divers acteurs dans le cas de la notion d’Etat-Voyou et d’un retour sur les concepts après cette étude de cas. J’ai donc développé un intérêt pour la sécurité, ainsi qu’une réflexion autour des conflits et de leurs articulations dans un assemblage de discours. Réfléchissant à la façon dont je devais aborder la question, j’ai été rattrapé par un défaut courant chez les apprentis-chercheurs : la formulation d’un propos démesuré et trop général. Ce n’est que plus tard que je reviendrai au travail de terrain, considéré comme un point de départ fournissant l’antidote le plus sûr à la trop grande amplitude de mes projets initiaux.

Un deuxième travail a été central dans la formulation d’intérêts nouveaux, puisqu’il a pris une direction très différente.  Dans le cadre d’un séminaire d’Anthropologie Urbaine, j’ai cette fois mis en place une enquête ethnographique auprès d’une association d’aide aux sans-abris de la ville de Dublin. Cela devait me permettre de nourrir par une enquête empirique une recherche sur les thématiques de la pauvreté et de l’expérience de l’espace social. Je voulais initialement observer les liens entre les conceptions de la vie urbaine et l’appréhension de la catégorie de « sans-abris ».  Au fil des observations et des entretiens, j’ai rapidement décidé de m’intéresser plus précisément aux bénévoles : c’est en faisant progresser cette problématique à mesure que je participais aux activités de l’association que j’en suis venu à discuter de la formulation des discours et pratiques des bénévoles au sein de leur carrière, ainsi que de la façon dont ils se saisissent de systèmes de représentations. Enrichie par des lectures sur ces thèmes, la progression de ce travail a énormément reposé sur l’expérience du terrain et sur les discussions que j’ai pu avoir avec d’autres étudiants, eux aussi engagés dans une enquête empirique. Satisfait de la tournure qu’avait pris ce projet, il était néanmoins compliqué de continuer dans cette direction puisque l’association fréquentée rencontrait à cette période plusieurs problèmes d’organisation. Ceux-ci se traduisaient par des différends marqués entre bénévoles et par plusieurs désistements de membres importants de l’organisation. Un mois après la fin de mon travail, et suite à des problèmes avec certains sans-abris, l’association mettait fin au système de maraudes. Qui plus est, j’étais encore indécis quant à ma présence en Irlande pour les années à venir, ce qui m’a conduit à réfléchir à un nouveau projet, à déployer depuis la France, où je rentrais pour suivre une formation de Master.

Que tirer de ces premières expériences de recherche ? Le premier travail m’a laissé un goût certain pour les entreprises de recherches bibliographiques et de confrontation de productions thématiques, méthode déployée et approfondie cette année par l’étude sociologique des controverses. Quant au deuxième travail, il m’a également rappelé qu’une enquête de terrain était redoutablement efficace pour la construction d’un sujet, le modelage d’une réflexion à partir d’expériences de terrain : j’y ai nourri un goût pour l’approche qualitative dans laquelle je souhaitais m’engager par la suite. De façon transversale à ces deux projets, j’ai nourri un intérêt pour les thématiques des conflits, de la production de discours, de l’expérience de la violence et de l’incertitude. J’avais réuni les ingrédients, la pâte commençait à prendre. Il fallait maintenant la laisser reposer.

Equipé pour suivre un nouvel itinéraire Crédits : Théo Leschevin
Equipé pour suivre un nouvel itinéraire
Crédits : Théo Leschevin

 

Quelle(s) discipline(s) pour quelle(s) recette(s) ? Faire mûrir le projet

Alors que le deuxième de ces travaux était encore en cours, j’ai décidé de m’atteler à un projet à mettre en œuvre au sein d’un travail de mémoire de recherche à l’EHESS. Pour cela, les nombreuses étapes de la préparation à l’inscription pédagogique et la réflexion autour d’un choix d’orientation ont eu l’effet d’un incubateur.

J’ai commencé par discuter de la question avec l’enseignant responsable de l’accompagnement du travail sur la Securitization, Mark Maguire. Celui-ci m’a alors conseillé et accompagné dans la préparation d’un dossier de candidature à l’EHESS. Ayant suivi mon travail, il a accepté d’écrire la lettre de recommandation nécessaire à la constitution du dossier. Surtout, j’ai profité d’avoir été plusieurs fois en contact avec lui pour échanger à différentes reprises : me renvoyant vers les travaux à approfondir dans le cadre d’une approche de la sécurité, des conflits et des jeux de langages, nous discutions alors des différents chercheurs qu’il pourrait être utile de contacter. Puisqu’il était trop tôt pour constituer un dossier d’inscription, il me restait à articuler un projet plus concret.

Ce travail de précision de projet a commencé à mon retour en France, se construisant avec une découverte de l’EHESS et des chercheurs : reprenant mes réflexions là où je les avais laissées, j’ai décidé de m’orienter vers deux projets très différents, mais réunis autour des thématiques déjà identifiées. Le premier était lié à mon expérience irlandaise et consistait en une approche de certains évènements contemporains ayant lieu en Irlande du Nord et de leurs interactions avec le contexte historique des Troubles. J’ai progressivement porté mon attention sur une série de protestations, les Holy Cross Disputes, ayant eu lieu à Belfast en 2001 : abordées à plusieurs reprises dans certaines discussions, notamment académiques, elles m’avaient grandement intéressé. Le deuxième projet reposait sur une approche ethnographique des populations Buryat (groupe ethnique/géographique répartie entre la Russie, la Chine et la Mongolie), de la question de leur identité nationale et de leur expérience du conflit Russo-Ukrainien. Plus ténu dans ses affiliations avec mes premières recherches, ce sujet reposait sur mes approches thématiques, une part ethnographique poussée et plusieurs intérêts personnels : ayant travaillé par le passé sur des approches historiques de l’URSS, côtoyant des étudiants russophones, j’avais été intrigué par plusieurs articles relatant la présence de ces habitants de la république de Bouriatie au sein des conflits du Donbass. J’ai donc opéré un grand écart académique en préparant ces deux projets durant l’été, grand écart qui devait évidemment mener à un choix final.

En raison de ses domaines de recherches, l’anthropologue Michel Naepels a été mon premier point d’entrée à l’EHESS, et m’a aidé à préciser mon projet tout en m’aiguillant vers plusieurs chercheurs. Une première série de prises de contact a alors commencé. Fournissant des messages assez précis aux chercheurs spécialistes d’aires géographiques, j’ai été plus vague lors des contacts avec des chercheurs spécialistes des thématiques recherchées. Il s’agissait donc d’un double-jeu des plus difficiles à tenir, mais les multiples retours et discussions des chercheurs rencontrés allaient m’aider à faire la part des choses. Ils ont aussi révélé le dilemme disciplinaire qui se profilait :

– Durant l’été, j’ai commencé à rencontrer des chercheurs spécialistes de l’aire géographique des Buryat et de l’Asie centrale, au Collège de France et à l’EHESS. Ceux-ci étaient intéressés par les intentions proposées, mais ont tous pointé un certain nombre de problèmes : la difficulté pratique de mettre un place un travail de terrain dans cette zone, la trop grande ambition de ce projet dans le cadre d’un master, le travail important que représentait l’apprentissage du Russe nécessaire à l’apprentissage du Mongol/Buryat (bien que cette partie linguistique soit constitutive de l’approche Anthropologique). J’ai néanmoins réussi à trouver certains soutiens, et ai pu contacter une chercheuse présente à Oulan-Oude[ii]. Cela m’a alors permis d’avoir une entrée plus précise et de commencer à préparer un visa pour la région, en envisageant la possibilité d’enseigner le français dans un établissement local. C’était également le projet qui prolongeait « officiellement » mon cursus, puisqu’orienté vers des approches anthropologiques pour lesquelles j’avais été formé. Des avancées qui n’ont finalement fait que renforcer une hésitation croissante.

– En parallèle, j’ai continué à développer le projet d’étude des évènements des Holy-Cross dans le cadre d’une approche de l’Irlande du Nord. J’ai pu reprendre contact avec un sociologue de l’Université de Maynooth, responsable des cours que j’avais suivi sur la société Nord Irlandaise : Il m’a également proposé son soutien dans l’organisation d’un projet de recherche autour de Belfast, dans la mesure du possible. Je me suis progressivement rendu compte de la démarcation qui s’était créé : approcher ce sujet c’était jouer la carte de la multiplicité d’expériences, et se diriger vers un parcours de Sociologie. Ayant cela à l’esprit, j’ai pu rencontrer Dominique Linhardt, suivant les conseils de Michel Naepels et d’un autre chercheur en Anthropologie. Il a pu longuement me recommander sur la mise en place de ce projet spécifique, et m’accorder son soutien dans le cas d’une poursuite dans ce sens pour le Master. Cette discussion a permis de recentrer mon sujet pour l’ajuster au cadre d’un master. Il en est aussi ressorti que j’allais devoir me séparer de toutes les références bibliographiques mobilisées dans le premier travail de préparation, ce qui a permis de désencombrer grandement le projet et de travailler sa définition. Pour autant, Dominique Linhardt m’a finalement conseillé de réfléchir longuement avant d’opérer ce grand partage, auquel je ne pourrai pas échapper.

L'apprenti chercheur à la croisée des chemins. Crédits : Théo Leschevin
L’apprenti chercheur à la croisée des chemins.
Crédits : Théo Leschevin

Plusieurs facteurs m’ont fait pencher pour une approche sociologique des événements se déroulant en Irlande du Nord: il y a eu premièrement l’influence directe d’une année très interdisciplinaire au sein d’une université Irlandaise aux divisions entre disciplines moins établies. Celle-ci allait de pair avec l’influence plus ancienne du parcours de double licence : cela m’a permis d’aborder plus sereinement le risque que représentait un changement d’étiquette disciplinaire. Deuxièmement, force a été de constater qu’une division s’était créée entre mon premier projet, difficilement réalisable et moins sûr d’aboutir, et un deuxième projet plus spécifique et modeste (bien qu’encore trop large), réalisable dans le cadre d’un master. Finalement, ce sont les discussions avec les membres du LIER et avec Dominque Linhardt, dont les sujets de recherches faisaient résonner mes préoccupations, qui m’ont convaincu d’entamer un projet au sein du Master Sociologie de l’EHESS.

La Rentrée des classes, ou comment se familiariser avec les ustensiles.

Il faut préciser (et c’est un facteur qui a joué depuis la genèse de ce projet), que les spécificités académiques de l’EHESS ont beaucoup influencé cette traversée disciplinaire : les barrières entre disciplines sont effectivement plus poreuses au sein de cette école. M’engager dans un parcours de Sociologie ne m’empêcherait donc pas de naviguer entre les séminaires durant mon année de Master, ni de poursuivre éventuellement un cursus en Anthropologie. La dernière partie du processus d’entrée à l’EHESS a également été des plus décisives dans la formulation explicite de mon projet. En effet, il était nécessaire de préciser mon ébauche de travail, puisqu’il a fallu reprendre à plusieurs fois une trame de pré-projet qui devait poser les intentions du travail de Master 1. La « maitrise » s’acquiert par la pratique, et coucher sur le papier une intrigue véritable pour le projet de Master fut très révélateur quant aux points forts et aux lacunes des approches envisagées.

Reprenant ce travail de résumé d’intention, j’ai pu laisser de côté toutes les considérations théoriques et réflexions thématiques qui m’avaient jusque-là accompagné – il faut le dire, comme un fardeau – pour me concentrer sur le plus pertinent : situer concrètement comment pourrait se penser, en une année, une approche de mon projet de recherche. Quelles approches retenir, quelle modalité d’enquête mettre en œuvre, comment justifier mon approche méthodologique ?, etc. Après avoir mis tant de temps à décider du contenu de mon projet, il fallait maintenant l’expliciter en travaillant la préparation méthodique et méthodologique de la conduite de la recherche : il convenait de remettre en arrière-plan tout ce qui avait été fait jusque-là, sans négliger l’influence de ce travail. Reprenant ce travail en septembre, j’ai pu présenter mon dossier à la deuxième session de l’examen pédagogique.

Mais le contenu n’allait pas être mis de côté pour très longtemps : les premiers séminaires de l’école sont arrivés, accompagnés du traditionnel tour de table de première séance, où les étudiants sont confrontés à l’exercice redoutable d’une présentation de recherche concise au possible. Retrouvant une formule académique « à la carte », qui m’avait intéressé en tant qu’étudiant Erasmus, j’ai pu formuler un nouveau corpus de séminaires spécifique à mes intérêts: j’ai continué à suivre le travail de certains des chercheurs contactés en sélectionnant leurs séminaires de recherches, ce qui m’a également permis de garder un certain prisme anthropologique à l’esprit. Le reste des séminaires s’est divisé entre des thématiques de recherches autour du conflit, de l’expérience et de l’approche de la violence. D’un même trait, les séminaires méthodologiques et obligatoires ont rapidement permis d’en venir à une image plus précise de l’approche méthodologique que je voulais mettre en place : celle-ci devait dériver de l’approche ethnographique, de l’ observation et des entretiens, mais également s’emparer d’autres points d’entrée pour mettre en place un travail à distance durant la première année. Guidé par les nombreuses dynamiques de l’Ecole, j’ai donc mis la main à la pâte et entamé, pour de bon, le « vrai » travail de Master.

Au travail
Master Chef

La genèse du projet ayant été présenté je me propose de revenir, dans un billet ultérieur, sur la forme finale de ce projet, tel qu’il apparaissait avant que le travail de terrain en modifie les contours et le contenu. Cela permettra de discuter les influences des décisions présentées ici, et de réfléchir aux implications pratiques d’un parcours disciplinaire.

Théo Leschevin

[i] Pour un retour critique sur ce thème, voir Balzacq T. , Basaran T. , Bigo D. , Guittet E.P and Olsson C. (2010) « Security Practices. » International Studies Encyclopedia Online. Denemark, Robert A. Blackwell Publishing, Blackwell Reference Online.

[ii] Capitale de la République de Bouriatie, sujet de la fédération de Russie, et donc destination la plus accessible pour essayer de rentrer sur ce terrain.

Romain Juston

Doctorant en sociologie à l'Université de Versailles-Saint-Quentin au laboratoire Printemps. ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur.

Lou Viger est étudiante en Master 2 de sociologie générale à l’EHESS. Elle nous propose ici une réflexion sur l’enquête qu’elle mène sur un site marqué par la présence d’une centrale nucléaire, à Flamanville dans le Cotentin. La relative proximité de l’enquêtrice avec son terrain permet de mettre en lumière des aspects spécifiques du terrain, tout en interrogeant à rebours la socialisation de l’enquêtrice aux enjeux et aux riques des énergies nucléaires.


 

« J’étais parti pour le Brésil parce que je voulais devenir ethnologue»1

Lorsque Claude Lévi-Strauss décide de franchir le pas de l’ethnologie, il commence par faire un long voyage. A l’affût du dépaysement, l’ethnologue abandonne sa zone de confort et se projette dans un environnement lointain, le plus à même de lui faire éprouver l’altérité́.

Sans aller jusqu’à rejoindre l’autre rive de l’Atlantique, j’ai choisi d’enquêter dans le Cotentin, dans la commune de Flamanville que je connais bien. C’est là que se trouve la maison de mes ancêtres j’habite plusieurs semaines par an depuis l’enfance. C’est là aussi qu’à moins d’un kilomètre est installée une centrale nucléaire, avec deux réacteurs en activité depuis le milieu des années 19802. Apparemment, rien d’exotique, rien de nouveau, si ce n’est des risques liés à la radioactivité dont la conscience s’éveille ou sommeille en chacun de nous. Nous3, car je suis ici presque autant sujet et objet de l’enquête, une indigène parmi les indigènes. Continuer la lecture de En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur.

Un Premier monde contre le Tiers monde ? La fabrique de la Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence au Salvador

Simon-Pierre Escudero est étudiant en Master 2 au sein de la mention Sociologie générale. Dans ce texte, il revient sur les origines de son projet de recherche sur les enfants des rues au Salvador et sur ce qui l’a conduit à prendre pour objet la fabrique de la Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence au Salvador (LEPINA). L’enjeu de son travail est de saisir cette question depuis l’extérieur et depuis l’intérieur du Salvador.

En juillet 2012, je commence mon premier terrain de quatre mois sur le mode de vie des callejeros, enfants vivant dans la rue au Salvador, en Amérique Centrale. Une association locale que j’avais connue lors d’un voyage exploratoire en 2009 devait alors me faire « rentrer dans la rue » pour travailler directement avec les callejeros. Or, j’apprends sur place que cette association a cessé de fonctionner, au dire de la responsable, à cause d’une nouvelle loi sur les mineurs qui l’empêche de continuer son travail. Cherchant un autre moyen de « rentrer dans la rue », je suis surpris de voir que plus aucune association, ni même l’Institut Salvadorien de Protection de l’Enfance et l’Adolescence (ISNA), institution gouvernementale, ne travaille auprès des enfants des rues. En revanche, cette conjoncture me permet d’échanger avec des travailleurs sociaux exerçant dans de multiples institutions qui travaillent à la prise en charge des enfants vivant dans les rues. La LEPINA, Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence est au cœur de leurs discussions.

Continuer la lecture de Un Premier monde contre le Tiers monde ? La fabrique de la Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence au Salvador

L’ethnographie, c’est tout un art !

Compte-rendu « intéressé » de l’atelier « Les enjeux de l’ethnographie dans l’étude des pratiques artistiques » des Premières rencontres annuelles d’Ethnographie de l’EHESS  (nov.2014).

 

Alexis Ruiz-Salmeron est étudiant en M2 « Sociologie générale » à l’EHESS. Il réalise un mémoire de recherche en sociologie de la culture sous la direction de Jean-Louis Fabiani. Son enquête consiste en une monographie d’un lieu innovant de représentations du spectacle vivant qui est aussi un lieu de vie et de convivialité inscrit dans le territoire : le Cent-quatre à Paris. Il s’intéresse aux représentations et aux pratiques sociales des individus, les plus impliqués mais aussi les moins concernés, dans l’usage des espaces de ce lieu. Le compte-rendu de l’atelier[1] qu’il propose est ainsi mis en perspective avec le sujet de sa recherche.

Avant tout chose, une précision. J’ai assisté à cet atelier pour en tirer un certain nombre d’enseignements pour la réalisation de mon sujet de recherche. Je n’avais, au départ, aucunement l’intention d’en proposer une restitution. Ce texte est donc l’expression des travaux des intervenants sous le prisme de ma curiosité d’apprenti-chercheur soucieux (voire inquiet !) d’en apprendre le plus possible ; non pas sur les sujets mêmes des intervenants mais sur leurs pratiques de chercheurs. Mais n’est-ce pas aussi un des objectifs de ces journées que de créer un espace d’échanges autour des pratiques de recherche commune entre des (jeunes) chercheurs recourant à l’ethnographie pour résoudre des problèmes sociologiques ?  Continuer la lecture de L’ethnographie, c’est tout un art !