Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Pierre Joffre livre dans ce billet quelques résultats issus de son mémoire de Master 2 de sociologie dans lequel il s’est attaché à comprendre les différences relatives à l’espace perçu, d’un quartier à l’autre, au sein du 18ème arrondissement de Paris. Pour saisir ces différences, il a notamment demandé à ses enquêtés de dessiner sur une carte les frontières  de ce qu’ils identifient comme leur quartier, en distinguant les espaces propres aux diverses activités qu’ils y déploient. Ce billet est ainsi, au-delà d’une analyse documentée du sentiment d’appartenance spatiale dans ces micro-quartiers parisiens, une proposition méthodologique et réflexive toute à fait originale.

Ni « purement populaire, ni vraiment bourgeois »[1] pour reprendre les termes d’Antoine Prost, le 18ème arrondissement de Paris fait sans doute partie des plus contrastés en termes de population. Par la mosaïque qu’il offre, il semblait intéressant de l’étudier plus précisément en se penchant sur deux micro-quartiers très différents, qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain, Marcadet-Poissonniers et Lamarck-Caulaincourt-Damrémont. Le travail de master s’interroge ainsi sur le rapport à la mixité sociale des populations qui vivent dans un arrondissement contrasté dans son ensemble, mais qui peut abriter des micro-quartiers beaucoup plus homogènes.

Parce qu’il s’agit d’une enquête éminemment liée à l’espace et aux perceptions de celui-là, qu’il s’agisse d’un espace physique ou d’un espace social, le début des entretiens menés a consisté à demander aux enquêtés de dessiner les limites de leur quartier sur une carte. L’entretien en lui-même a ensuite démarré sur une consigne du type, « que pouvez-vous dire à propos de ce quartier ? », débouchant sur la production de divers éléments qui servent à contextualiser entre autres l’espace vécu du quartier, et à caractériser le rapport à la mixité dans cet espace. Le but de ce billet est donc de montrer dans un premier temps l’intérêt de la carte en tant que matériau d’enquête, et dans un second temps comme facilitateur d’entretien et producteur de données. L’articulation des méthodes de cartographie et d’entretien permet de mettre à jour des espaces et des frontières symboliques liés à la fois aux contraintes physiques, mais aussi et surtout aux représentations sociales des espaces vécus.

Cartographier les perceptions : une méthode d’analyse de l’espace

La méthode utilisée d’un dessin pour délimiter le quartier est reprise de Metton et Bertrand[2], des géographes qui demandent à leurs enquêtés de dessiner leur quartier sur une feuille blanche. Ici, un choix différent a été fait, puisque la consigne est de dessiner le quartier sur un plan vierge de l’arrondissement qui est fourni, ne contenant que le tracé des rues et emprises immobilières diverses (rails, monuments… représentés par des blancs). La plupart des enquêtés ont parfaitement compris l’idée initiale – à savoir tracer les limites de leur quartier – mais la consigne a néanmoins pu donner lieu à quelques confusions, comme avec un enquêté qui a dessiné des objets pour symboliser des lieux qu’il fréquentait. Ce malentendu a conduit à repréciser la consigne, en demandant explicitement aux enquêtés de dessiner les limites de leur quartier. L’idée étant d’obtenir une vision de l’espace, du quartier vécu des habitants, afin de les interroger dans un second temps sur leur ressenti par rapport à la mixité dans cet espace.

De l’intérêt d’une méthode

Les intérêts que cette méthode présente sont multiples. Elle est d’abord un facilitateur de l’entretien, puisqu’elle permet une entrée en matière qui dédramatise une situation assez peu naturelle. Les enquêtés réagissent généralement assez bien, que ce soit au moment du dessin en tant que tel – même s’il les force à réfléchir à ce qu’est le quartier, question qu’ils ne s’étaient pas forcément posée auparavant – ou bien après la fin de l’enregistrement, lorsqu’ils posent des questions sur l’étude et réagissent de diverses manières :

« Ouais, mais ça… c’est rigolo, parce que c’est hyper visuel. Moi j’ai une mémoire visuelle en plus du coup ça me… ça m’aide à réfléchir ». Marianne, chef de projets en association, Château-Rouge, tranche d’âge 26-35 ans.

Nicole : Alors vous voulez me faire délimiter ce que je considère être mon quartier, c’est ça ?
Enquêteur : Voilà, exactement.
Nicole : Ca c’est un… une… une bonne question oui. Ben en fait, c’est assez… pour moi en tout cas, c’est assez court. Nicole, retraitée de l’enseignement, Damrémont-Lamarck, tranche d’âge 66-75 ans

De plus, elle permet aussi aux enquêtés d’avoir un « objet » sur lequel se reposer pendant leur réflexion et leur discours, mais aussi un support évolutif, qui peut les autoriser à revenir sur ce qui avait été fait au départ :

« Pour moi c’est un lieu à traverser. Sauf l’hôpital Bretonneau en fait. Ah oui j’aurais pu mettre l’hôpital Bretonneau en fait. J’ai pas… j’l’ai pas… L’hôpital Bretonneau dans mon quartier (corrige son dessin en rajoutant l’hôpital) » Nathalie, profession libérale, Grandes Carrières-Clichy, tranche d’âge 46-55 ans

Il s’agit aussi d’un élément qui leur fait prendre conscience de certaines perceptions qu’ils peuvent avoir de leur quartier, notamment lorsque l’entretien est réalisé avec un couple et qu’ils peuvent voir le dessin de l’autre :

« Wah… wah, wah, wah… Oui ça fait petit quand même hein… Bon, ben j’habite un petit quartier ». Rit. Nicole, retraitée de l’enseignement, Damrémont-Lamarck, tranche d’âge 66-75 ans

Elsa : Ouais, ben c’est ça. Donc je pense que… je me limite là, voilà. Ca sera intéressant de voir ce que Romain fait du coup. […] (plus tard dans l’entretien) Ca a rien à voir avec moi ! […]
Romain : Si on superpose… globalement, je suis pas très, très loin non plus, tu vois…
Elsa : Ben non, t’as pas pris du tout… t’as pas du tout pris cette zone là toi.
Romain : Attends. Est-ce qu’on arrive à voir par transparence ? (Il superpose les deux cartes, on ne voit pas). Non, ça va être galère… OK. Non, mais effectivement, je pense que c’est…
Elsa : Non, mais du coup c’est intéressant. Elsa, chef de projet en marketing et Romain, consultant en communication, Château-Rouge, tranche d’âge 26-35 ans

Enquêteur : L’idée c’est… de dessiner… le quartier.
Jasmine : Ouais. Ah, ce que moi je considère être mon quartier ? (Je sors le plan, l’installe devant elle ainsi que les feutres). Et… et qu’est-ce qu’on entend… justement… (rit). Moi je suis pas une grande marcheuse, alors… rit je vais faire trois rues… […]
Philippe : Toi tu considères que ça va jusqu’à la place de Clichy ?
Jasmine : Ben non. Non, c’est plus mon quartier.
Philippe : Et les Abbesses, tu considères un peu ?
Jasmine : Ouais, ouais, quand même ouais…
Philippe : Bah ouais, comme moi hein.
Jasmine : Hum. Hum. (Silence). Enfin… c’est un peu élargi quand même hein… c’est pas mon quartier (insistant) les Abbesses. Tu vois. Mon quartier c’est pas les Abbesses.
Philippe : C’est vraiment Damrémont…
Jasmine : Ouais. Ouais. Ouais, moi je pense que je ferais b… plus petit que toi Philippe, hein. Parce que toi t’es allé jusqu’aux Abbesses, c’est ça ?[…] Comme quoi, oui, il est plus petit mon quartier, que celui de Philippe. Oui. Oui, voilà. (Rit). C’est tout. Jasmine, psychologue et Philippe, écrivain, Damrémont-Lamarck, tranche d’âge 46-55 ans

La carte de Jasmine

La méthode n’est pour autant pas dénuée de biais : par la forme de l’exercice, relativement scolaire, il peut sembler que des enquêtés puissent être mal à l’aise avec l’outil de la carte. Il n’y a eu cependant qu’un seul refus explicite d’utiliser la carte, l’enquêtée ayant justifié son refus par son âge avancé.

Une autre limite qui peut être pointée est la focalisation sur le XVIIIe arrondissement, objet de l’étude, qui peut poser une difficulté à des enquêtés vivant à proximité des limites administratives de l’arrondissement. En effet, en proposant une carte représentant seulement l’arrondissement, les enquêtés sont contraints de s’y limiter, alors que certains ont un quartier qui ne se limite pas au XVIIIe. La question ne s’est cependant posée à proprement parler qu’une seule fois au cours de cette enquête. Cela permet cependant de pointer qu’une telle méthode n’a de sens que dans l’étude à une échelle restreinte, et ne serait pas pertinente à l’échelle de la ville par exemple.

La cartographie permet par ailleurs la production d’un corpus homogène, dans le cadre d’entretiens semi-directifs, facilitant ainsi l’analyse des données produites.

Il faut souligner aussi que cette méthode s’articule au discours produit par des enquêtés dans le cadre de l’entretien, il s’agit d’un premier exercice d’enquête, destiné à introduire une discussion autour du quartier et des perceptions de l’espace.

Jean Remy propose une catégorisation des espaces, reprenant les travaux d’Henri Lefebvre et distinguant ainsi trois types d’espaces : espace conçu, espace vécu et espace perçu[3] qui représentent les limites d’un territoire qui sont soit des découpages officiels, soit des découpages propres à chacun. L’espace conçu correspond au découpage officiel, administratif : l’arrondissement, et ici les quatre quartiers administratifs qui le composent. Les deux autres notions font appel aux perceptions des habitants, au ressenti des acteurs en fonction de leur positionnement. Le quartier perçu est défini comme une perception de l’espace urbain, une « mental map » (A. Vant cité par Guy di Méo)[4]. Quant au quartier vécu, il est lié à la pratique, aux cheminements et habitudes (A. Metton et M.J. Bertrand cités par Guy di Méo) [5]. Pour résumer donc, espace conçu pour les découpages administratifs ; espace vécu pour les espaces du quotidien ; espace perçu pour une vision plus large et diffuse du quartier, souvent associée à une « image ».

Faire dessiner leur quartier aux enquêtés permet parfois d’aborder directement ces deux dernières approches. Certains distinguent d’eux-mêmes plusieurs types de quartiers sur leur plan, tandis que d’autres le font seulement au moment de la discussion à proprement parler :

« Il y a plusieurs quartiers, donc celui que je vis… [] Et l’autre… (silence). En jaune c’est donc la marche… De ce côté-là, là aussi, le quartier que je fréquente pour la vie de tous les jours, pour les besoins… pour faire les courses… » Joaquim, retraité de la fonction publique, Marcadet-Poissonniers, tranche d’âge 56-65 ans

Anne : Y’a le quartier proche et le quartier un peu plus éloigné…
Enquêteur : Du coup le quartier proche ça serait quoi ?
Anne : Quartier proche c’est plus en lien avec… les écoles, [
]  ici, y’a un collège… Anne, architecte dans la fonction publique, Marcadet-Poissonniers, tranche d’âge 36-45 ans

« Le premier, c’est quotidien […] déplacements vraiment tous les jours donc… c’est tes commerçants de base… ton trajet du matin et du soir et puis quelques détours possibles [] Ensuite, le deuxième cercle, le vert… ça correspond… plutôt au quartier ou les… les rues dans lesquelles je vais… moins… moins… allez le week-end [] une petite sortie. Et après, le… le dernier c’est… c’est ce qui correspond à la zone de sortie à pieds, si jamais je vais sortir quelque part me balader. []  Euh… après, attends, je vais t’en faire un dernier, qui correspond vraiment à la… la grande zone… [] la dernière zone c’est celle où je pourrais me retrouver en me baladant assez facilement ou pour… des besoins particuliers, et tout ce qui est exclu c’est… je n’ai pour l’instant… pas vraiment eu la chance d’y aller ou alors j’y suis passé une fois mais pas plus… donc je sais pas si on peut considérer ça comme… le quartier ». Nicolas, économiste dans un organisme de recherche, Jules Joffrin, tranche d’âge 26-35 ans

Certains enquêtés distinguent donc d’emblée, sur leur carte, des zones qui correspondent aux alentours très proches du quotidien, l’endroit où ils vont faire leurs courses, et d’autres plus larges où ils peuvent être amenés à se déplacer, mais qui est moins immédiat.

Espace perçu et frontières symboliques : les cartes productrices de données

La méthode du dessin est à la fois destinée à introduire l’entretien simplement, à dédramatiser une situation peu naturelle, comme cela a été expliqué, mais aussi à produire des données à analyser.

Espace perçu dans le discours

Certains enquêtés, contrairement à d’autres distinguent sur leurs dessins ce qui peut être analysé ensuite comme quartier vécu et quartier perçu. Cependant, le discours de ceux qui n’ont pas dessiné deux types de quartiers fait apparaitre un espace perçu, produisant également des éléments quant à des notions de frontières.

Une fois l’espace délimité, les enquêtés sont amenés à parler de leur quartier, la discussion étant orientée vers la question des populations en présence, et de la mixité. Le discours aborde alors plus ou moins directement ces thématiques, ainsi que la question de l’espace perçu, pour les enquêtés qui ne l’ont pas distingué dans leur dessin.

Les habitants de Lamarck-Caulaincourt-Damrémont évoquent une appartenance à Montmartre dans leurs discours, qui peut donc être envisagé comme un quartier perçu pour eux :

Enquêteur : Tu penses que c’est un quartier qui renvoie une image à l’extérieur (évoquant le quartier dessiné) ?
Philippe : Ah oui, oui. Montmartre c’est très… y’a des images qui sont rattachées à Montmartre. Philippe, écrivain, Damrémont-Lamarck,
tranche d’âge 46-55 ans

« C’est drôle d’ailleurs, parce qu’habiter à Montmartre, on dit qu’on habite à Montmartre, mais en fait, on n’a aucun des inconvénients de Montmartre ici ». Nicole, retraitée de l’enseignement, Damrémont-Lamarck, tranche d’âge 66-75 ans

Aucun des deux enquêtés n’ayant inclus le périmètre de Montmartre à proprement parler dans le dessin de son espace vécu. Cela conduit à pointer l’existence de frontières symboliques fortes, qui ne reposent pas sur les mêmes ressorts en fonction des lieux d’habitation.

Les frontières symboliques : une représentation des « territoires »

Force est de constater donc, qu’en fonction du lieu de résidence, et indépendamment de toute considération socioprofessionnelle, les habitants rencontrés ont une perception d’inclusion ou non dans le périmètre de la butte Montmartre, tandis qu’aucun d’entre eux ne se sent inclus dans la Goutte d’Or ou assimilé au quartier de Barbès. Comment expliquer autrement que par une « barrière fictive », sociale, le fait que deux individus, à capital culturel et économique à peu près identique, habitant dans les deux micro-quartiers étudiés, situés à des distances similaires de Montmartre, par exemple, se sentent, pour l’un intégré à ce lieu, pour l’autre non ?

La notion de frontière implique nécessairement celles d’homogénéité et de contraste : s’il y a une frontière, il y a un espace séparé, il y a une rupture. Les enquêtés sont poussés dans ce sens par la consigne de départ : en leur demandant de dessiner leur quartier, il leur est implicitement demandé de créer la séparation entre ce qui est soi et ce qui est autre, entre « nous » et « eux », qui sont parfois des catégories convoquées en tant que telles, comme cette enquêtée qui m’explique « y’a ceux de la rue Cavalotti et y’a les autres » (Nathalie, profession libérale, Grandes Carrières-Clichy, tranche d’âge 46-55 ans). Le quartier se définit à la fois comme un espace physique et social, à la fois vers l’extérieur – le reste de l’arrondissement et de la ville – et vers l’intérieur. C’est à dire qu’il présente des caractéristiques communes qui s’opposent à celle des autres quartiers.

L’espace perçu qui transparaît à travers le dessin ou le discours, renforce par ailleurs l’idée de l’existence de frontières symboliques fortes, qui structurent l’espace mental des habitants, bien au-delà des contraintes physiques qui s’imposent à eux. Le concept de frontière symbolique est défini par Lamont et Molnar « les frontières symboliques sont des distinctions conceptuelles façonnées par les acteurs sociaux pour catégoriser les objets, les personnes, les pratiques ou même le temps et l’espace »[6]. Ces frontières symboliques se construisent sur plusieurs éléments. Nombre d’entre eux parlent de frontières de manière plus ou moins implicite, entre des milieux différents :

« J’ai conscience en passant […] d’un quartier à un autre qu’il y a… des limites, on va dire… des frontières… […] par exemple… ben le boulevard Barbès c’est une… c’est une frontière. Entre… entre deux… deux mondes qui se côtoient quoi, mais… on est vraiment dans deux mondes assez différents entre… de part et d’autre du boulevard Barbès… la rue… Ordener aussi… c’est… elle dessine deux versants aussi de… de différents quartiers ». Anne, architecte dans la fonction publique, Marcadet-Poissonniers, tranche d’âge 36-45 ans

« J’pense que genre y’a pas mal de gens ici qui vont vraiment jamais là tu vois (montrant la Goutte d’Or), parce qu’ils ont peut-être un mauvais a priori, ils ont peur… » Julien, banquier, Montmartre, tranche d’âge 26-35 ans

La carte de Julien

« Oui parce qu’à la Goutte d’Or c’est pas la même ambiance qu’ici, c’est pas la même ambiance qu’avenue Junot… Rit. […] Moi je vais très souvent à la Goutte d’Or, et… on sent que bah là c’est populaire… c’est populaire, c’est un peu… » Nathalie, profession libérale, Grandes Carrières-Clichy, tranche d’âge 46-55 ans

Parmi d’autres frontières, il est donc possible d’identifier une frontière symbolique importante qui prend appui sur un élément physique, à savoir le boulevard Barbès qui est renommé Ornano à partir de la rue Ordener, pouvant elle aussi, dans une moindre mesure, marquer une seconde frontière. Le boulevard marque la frontière entre le « bon » et le « mauvais » côté du 18ème arrondissement, pour reprendre les catégories ordinaires des enquêtés. Cette coupure est par ailleurs retrouvée sur plusieurs dessins d’enquêtés.

Les habitants qui résident à l’est du boulevard, conscients de l’image qui peut être renvoyée, optent pour des stratégies différentes pour évoquer leur quartier. Un enquêté qui n’a pas choisi de venir habiter le quartier et qui n’y est que relativement peu attaché expliquera qu’il ne lui trouve pas d’intérêt spécifique, tandis que les autres parties de l’arrondissement lui semblent plus agréables à vivre « vraiment un endroit qui a pas beaucoup de caractère, qui n’a pas de… de relief. Autant de l’autre côté de la rue Ordener, c’est tellement… » (Joaquim), semblant même idéaliser un quartier situé du « mauvais » côté  de la frontière, la Goutte d’Or, qui est pourtant perçu négativement par d’autres habitants

« L’autre côté du 18ème où y’a moins de mixité quand même, et y’a des zones où vraiment… enfin, sans vouloir faire du cliché, quand on se balade dans la rue… on passe d’une rue à l’autre et on voit… vraiment des populations un peu spécifiques » Marine, étudiante ingénieure, Grandes Carrières-Clichy, tranche d’âge 18-25 ans

La carte de Marine

« T’as un côté, puis t’as l’autre, ça c’est le 18èmemais honteux quoi. […] Mais je suis pas non plus allé me frotter, tu vois… ce que je te disais, ce coin no-man ‘s-land… (montrant la zone Goutte d’Or – Marx Dormoy) enfin, no-man ’s-land… la frontière 18ème- 19ème… je vais pas trainer là-bas quoi… » Nicolas, économiste dans un organisme de recherche, Jules Joffrin, tranche d’âge 26-35 ans

Inversement, une enquêtée qui a choisi de s’installer dans ce quartier le distingue à la fois de quartiers connotés négativement, mais également de ceux de l’ouest de l’arrondissement, défendant sa vision positive de la mixité « ici on est dans un espace plutôt mixte, je pense, […] de l’autre côté du boulevard Barbès, on est dans… dans un 18ème qui est… enfin, que je qualifierais de… d’un peu plus bourgeois » (Anne). Elle légitime son choix de résidence par la valorisation de la mixité, se distinguant des formes d’entre soi des autres espaces.

Les habitants de l’ouest de l’arrondissement confirment cette frontière symbolique au niveau du boulevard Barbès, mais, parce qu’elle est plus éloignée de leurs préoccupations quotidiennes, tant physiquement que socialement – ils n’ont pas à légitimer leur choix de résidence, et s’associent eux-mêmes à un quartier connoté de façon positive – conscients de faire partie des classes supérieures, ils distinguent leur quartier des bastions de la bourgeoisie traditionnelle tels que le 15ème ou le 16ème arrondissements. Ils font pour la plupart un lien avec l’histoire de la commune de Montmartre, et évoquent ainsi un passé populaire ainsi qu’une présence forte d’artistes, vision enchantée d’un village, métaphore reprise fréquemment.

Conclusion

L’évocation du village, qui s’apparente aussi souvent à un cocon, un lieu protecteur dans le discours des enquêtés, permet aussi de les interroger sur l’entre soi éventuel, ou la présence d’une forme de mixité sociale. Cette question est abordée à travers l’idée de similitude de la population qui habite dans la zone désignée comme le quartier. En effet, la proximité physique du quartier pose la question de la proximité sociale des personnes qui y résident. La vision enchantée du village laisse entendre que les habitants vivent tous en harmonie, partageant plus qu’un simple territoire. Les méthodes retenues amènent donc les enquêtés à discuter la mixité sans aborder la question de manière frontale : la cartographie leur demande réflexion sur leurs pratiques du quartier, sur ce qui en fait et ce qui n‘en fait pas partie, ce qui est même et ce qui est autre. Il s’agit donc bien d’une méthode qui permet d’introduire l’entretien mais qui est aussi l’occasion de produire des données riches sur l’espace social.

 

Références

Di Meo Guy, Epistémologie des approches géographiques et socio-anthropologiques du quartier urbain, Annales de Géographie, 1994, Volume 103, n=° 577  pp. 255-275.

Lamont Michèle, Molnar Virag, The study of boundaries in the social sciences, 2002, Annual review of sociology, n=°28 (1), pp167-195.

Metton Alain, Bertrand Michel-Jean, Les espaces vécus dans une grande agglomération, Espace géographique, tome 3, n°2, 1974. pp. 137-146.

Prost Antoine, Les Parisiens de 1936 : la population du 18e arrondissement, pp23-46 in Être Parisien, Gauvard Claude et Robert Jean-Louis (dir.), 2004, Publications de la Sorbonne, Homme et société, Paris, 618 pages.

Remy Jean, L’espace, un objet central de la sociologie, 2015 Editions érès, Toulouse, 183 pages.

 

Annexe : commentaire de lecture des cartes (Fichier comportant toutes les cartes dans l’ordre ci-dessous)

Carte 1 :

Marine, étudiante ingénieure (diplômée), Grandes Carrières – Clichy, IRIS Grandes Carrières 15, tranche d’âge 18-25 ans

Carte 2 :

Anne, architecte dans la fonction publique, Marcadet-Poissonniers, IRIS Clignancourt 19, tranche d’âge 36-45 ans

Carte 3 :

Julien, banquier, Montmartre, Clignancourt 5, tranche d’âge 25-35 ans

Malentendu sur la consigne de départ : il dessine réellement ce que lui évoque son quartier plutôt que des limites. Il marque particulièrement la frontière est/ouest de l’arrondissement avec un panneau attention dessiné sur la Goutte d’Or

Carte 4 :

Nicole, retraitée de l’enseignement, Damrémont-Lamarck, IRIS Grandes Carrières 7, tranche d’âge 66-75 ans

Elle ne trace pas de limites, mais dessine de petites croix qui bornent son quartier. Je lui indique par une croix le lieu de notre rencontre pour lui permettre de se repérer.

Carte 5 :

Nathalie, profession libérale indépendante, Grandes Carrières – Clichy, IRIS Grandes Carrières 4, tranche d’âge 46-55 ans

Elle rature son dessin à un moment donné pour inclure l’hôpital Bretonneau qu’elle considère comme une partie de son quartier. Elle renverse du café sur la carte.

Carte 6 :

Joaquim, retraité de la fonction publique (ancien électricien), Marcadet-Poissonniers, IRIS Goutte d’Or 10, tranche d’âge 56-65 ans

Il indique par un point rouge les lieux qu’il fréquente en dehors du quartier, mais restant à proximité de celui-là.

Carte 7 :

Nicolas, économiste dans un organisme de recherche, Jules Joffrin – Clignancourt, IRIS  Grandes Carrières 19, tranche d’âge 25-35 ans

Carte 8 :

Jasmine, psychologue, Damrémont-Lamarck, IRIS Grandes Carrières 7, tranche d’âge 46-55 ans

Carte 9 :

Philippe, écrivain, Damrémont-Lamarck, IRIS Grandes Carrières 7, tranche d’âge 46-55 ans

Carte 10 :

Marianne, chef de projets en association, Château-Rouge, IRIS Clignancourt 7, tranche d’âge 26-35 ans

Carte 11 :

Elsa, chef de projet en marketing, Château-Rouge, IRIS Clignancourt 10, tranche d’âge 26-35 ans

Carte 12 :

Romain, consultant en communication Château-Rouge, IRIS Clignancourt 10, tranche d’âge 26-35 ans

[1]                     Prost Antoine, Les Parisiens de 1936 : la population du 18e Arrondissement, pp23-46 in Être Parisien, Gauvard Claude et Robert Jean-Louis (dir.), 2004, Publications de la Sorbonne, Homme et société, Paris, 618 pages.

[2]                     Metton Alain, Bertrand Michel-Jean, Les espaces vécus dans une grande agglomération, Espace géographique, tome 3, n°2, 1974. pp. 137-146.

[3]                     Remy Jean, L’espace, un objet central de la sociologie, 2015 Editions érès, Toulouse, 183 pages.

[4]                     Di Méo Guy, Epistémologie des approches géographiques et socio-anthropologiques du quartier urbain, Annales de Géographie, 1994, Volume 103, n=° 577  pp. 255-275.

[5]                     Ibid.

[6]                     Original traduit par l’auteur du billet : « symbolic boundaries are conceptual distinctions made by social actors to categorise objects, people, practices or even time and space” Lamont Michèle, Molnar Virag, The study of boundaries in the social sciences, 2002, Annual review of sociology, n=°28 (1), pp167-195.


Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *