L’Ouscipo prend le large : une enquête collective à L’Ile-Saint-Denis

Développé au sein de l’EHESS, l’Ouscipo a vocation à développer des partenariats de recherche avec la société civile. Ces partenariats peuvent prendre la forme de travaux individuels (mémoires, thèses, etc.), mais aussi s’articuler à des activités d’enseignement sous la forme d’enquêtes collectives.

L’une des trois enquêtes collectives lancées depuis la rentrée 2014 au sein de la spécialité « Sociologie générale » s’inscrit dans ce cadre. Ce billet propose d’exposer le projet Ouscipo avant de donner à voir une de ces réalisations concrètes, à la fois outil d’initiation de la recherche par la recherche et forme innovante de collaboration entre des étudiant.e.s et des acteurs de la société civile. 

L’Ouscipo : au-delà de l’expertise et de la recherche auto-référencielle, inventer une nouvelle articulation entre recherche et société civile  

En janvier 2014, l’EHESS a donné naissance à un dispositif inédit et expérimental, l’Ouvroir de sciences sociales potentielles (Ouscipo). Sa mission : favoriser le développement des partenariats de recherche entre les étudiants de l’EHESS et des acteurs de la société civile.

C’est un ouvroir à double entrée, puisqu’il s’agit de favoriser à la fois l’ouverture des sciences sociales à la société civile, et l’ouverture la société civile aux sciences sociales. En cela, l’Ouscipo prend le contre-pied du diagnostic fataliste, trop souvent entendu, selon lequel les apports des sciences sociales n’intéresseraient plus les acteurs sociaux. C’est finalement un diagnostic rassurant, car il permet de ne pas s’interroger la responsabilité de nos propres pratiques de production et de diffusion de la recherche.

Mais c’est surtout un diagnostic erroné. Le monde associatif et militant, les acteurs de l’économie sociale et solidaire, les collectivités locales, les particuliers même, sont très souvent demandeurs du regard des sciences sociales, des connaissances qu’il permet et des modes de problématisation qu’il autorise. Et cet intérêt ne se réduit pas un besoin d’expertise opérationnelle. Les acteurs de la société civile valorisent aussi le regard réflexif et critique qu’apportent les outils des sciences sociales et l’extériorité de l’étudiant par rapport à l’organisation.

En s’inspirant du modèle des cliniques juridiques aux Etats-Unis, l’Ouscipo – animé par Corentin Durand et Liora Israël – cherche à mettre en contact des étudiants de l’EHESS et des structures de la société civile sur la base d’envies de recherche communes. Au-delà de la prospection de partenaires potentiels et de la mise en contact, l’Ouscipo accompagne les partenariats dans la durée, pour garantir les conditions d’une rencontre mutuellement enrichissante et respectueuse des finalités de chacun.

Salle 302 : Les Legal Clinic dans les universités
Salle 302 : Les Legal Clinic dans les universités (Via Flickr)

Ces partenariats de recherche s’articulent autour de trois moments. En amont de l’enquête, il s’agit de tourner le dos à l’attitude qui consiste à considérer les acteurs des univers sociaux que nous voulons investiguer comme de simples « pourvoyeurs de terrain », quitte à  masquer ou en euphémiser l’objet réel de la recherche pour éviter toute discussion substantielle. Au contraire, l’Ouscipo fonde sa démarche sur le fait que les acteurs sont en mesure de participer utilement à la définition d’objet et de questions de recherche concernant les univers sociaux dans lesquels ils évoluent. Au plus près du terrain et de ses évolutions, nos interlocuteurs sont notamment en mesure d’identifier des situations et des thématiques émergentes, ou négligées jusqu’à présent par la recherche. Cette co-construction de la thématique de recherche ne doit cependant pas être confondue avec le choix de la problématique scientifique ou de la méthodologie, qui reste la responsabilité de l’étudiant.e.

Pendant l’enquête, la dynamique partenariale permet de disposer d’accès privilégiés à des matériaux divers : ouverture d’archives, autorisation de réaliser des entretiens ou d’observer des activités, communication de bases de données, etc.

L'enquête de terrain, de la scène aux coulisses : Une partie du sous-sol de la friperie (Crédits : RJ)
L’enquête de terrain, de la scène aux coulisses  (sous-sol de la friperie. Crédits : RJ)

En aval de la recherche, l’étudiant.e produit une forme de diffusion et de valorisation de son travail à destination de la structure partenaire. La forme de cette valorisation peut être définie librement dans le partenariat selon le public envisagé (article dans la revue de l’association, présentation au séminaire de la coopérative, etc.). Elle ne doit pas représenter un travail important, et ne se substitue bien sûr pas à la rédaction du mémoire.

Outre un accès privilégié au terrain, l’Ouscipo propose donc aux étudiants de s’engager dans un dialogue autour d’un projet de recherche avec des partenaires de la société civile. Cette démarche permet ainsi de poser de façon très pratique des questions épistémologiques importantes, sur les frontières et les porosités entre enquêteur et enquêté, entre sens commun et sens savant, entre compréhension et critique. Au fil des étapes du partenariat, des questionnements émergent : comment prendre en compte le savoir des acteurs sur leurs activités dans la construction d’un projet de recherche ? Comment rendre compte de résultats – éventuellement critiques – auprès des personnes enquêtées ?

Enfin, en diffusant les résultats de la recherche auprès d’acteurs de terrain, l’étudiant.e leur fournit des prises sur les univers sociaux dans lesquels ils s’engagent. En cela, l’Ouscipo réinvestit – dans des termes biens différents des discours gestionnaires à la mode – la question de l’utilité et de la pertinence politique de la recherche en sciences sociales.

Pour nous contacter, que ce soit pour proposer un
partenariat ou parce que comme étudiant-e vous souhaitez inscrire vos recherches dans le cadre de l’Ouscipo : ouscipo@ehess.fr
Nous disposons déjà de conventions avec une quinzaine de partenaires sur des sujets divers pouvant intéresser en particulier les étudiants de sociologie, anthropologie, histoire ou économie de l’EHESS

Une île dans la ville : une enquête, un séminaire, trois partenaires.

L’enquête collective à L’Île-Saint-Denis : un enseignement, une enquête collective et un projet ouscipien.

L’enquête « Une île dans la ville » vise à proposer à aux étudiants de Master 1 de la mention « Sociologie générale », dès le début de leur formation à l’EHESS, un séminaire de méthode consacré à la réalisation d’une enquête collective. Au sein du territoire de L’Ile-Saint-Denis et de ses alentours, l’enquête porte sur trois structures associatives aux dimensions différentes et aux activités variées :le « P.H.A.R.E.S. » (Pôle d’Hospitalité aux Activités à Rayonnement Ecologique et Solidaire) qui accueille une dizaine de structures de l’ESS ; SFM-AD, une association gérant différents services à L’Ile-Saint-Denis (micro-crèche, point d’accès au droit, cours de français langue étrangère) ; et la Fripouille, une friperie solidaire basée à Aubervilliers.. Dans le cadre du séminaire, trois groupes d’étudiants, encadrés chacun par un tuteur, enquêtent au sein de ces structures.

Ce séminaire connaît quatre phases. La première consiste en quatre séances de deux heures où l’ensemble des opérations  de préparation à une enquête de terrain sont discutées et entreprises collectivement : les premières rencontres avec les partenaires, l’identification d’une question de recherche sur la thématique de l’économie sociale et solidaire, la découverte des terrains potentiels, l’élaboration des outils d’enquêtes (questionnaires, guides d’entretiens et d’observations). A chaque fois, les possibilités et les contraintes de chaque opération sont présentées, et les étudiant.e.s, réuni.e.s par groupe, proposent et discutent de la meilleure façon de s’en saisir.

Ainsi outillé.e.s, les étudiant.e.s ont entamé, le 8 décembre dernier et pour une semaine, la deuxième phase du séminaire : la réalisation de l’enquête de terrain proprement dite. Les groupes et leur encadrant ont réalisé ensemble l’enquête de terrain. Au fil des entretiens, des observations, mais aussi des discussions en groupe chaque soir, l’enquête a permis de progresser autant en connaissances sur le milieu étudié qu’en maîtrise des outils de l’enquête sociologique.

Un jardin dans la ville (Source : http://lunivertgo.blogspot.fr/)
Un jardin dans la ville (Source : http://lunivertgo.blogspot.fr/)

La troisième phase commence ; elle consiste en l’analyse des matériaux recueillis, et ce selon la même logique : donner aux étudiants des clés pour l’analyse, qu’ils puissent redéployer dans l’enquête en cours et dans leurs travaux à venir.

Enfin, viendra la quatrième phase de l’enquête, celle qui justifie pleinement le nom de l’Ouscipo : la mise en discussion, avec les partenaires, des résultats de l’enquête. Nous y reviendrons  dans un prochain billet.

Co-construire des projets de recherche alliant pertinence sociale et intérêt scientifique 

Qu’on ne se méprenne pas. L’enquête collective à L’Ile-Saint-Denis n’est pas une enquête classique, ouvrant, une fois achevée, sur une quatrième phase ouscipienne. D’abord parce que la restitution des résultats aux enquêtés est une pratique courante en sociologie. Ensuite et surtout, les partenariats de recherche tissés dans le cadre de cette étude ont la particularité d’avoir été initiés bien avant cette phase de restitution, et même bien avant que les étudiants viennent occuper la salle 8 de l’EHESS le mercredi matin. Les échanges ont été entamés dès le mois d’avril 2014 entre l’Ouscipo et des acteurs de l’économie sociale et solidaire, principalement basés sur L’Île-Saint-Denis. Le séminaire est né de la rencontre entre trois de ces associations et les trois organisateurs du séminaire, Corentin Durand, Romain Juston et Quentin Ravelli. Ensemble, ils ont réfléchi aux aspects scientifiques et pratiques du partenariat.

Lors de la deuxième séance du séminaire, l’enquête a connu un de ses moments forts lorsqu’un représentant des trois structures partenaires sont venus à l’EHESS avec le cahier des charge suivant : présenter brièvement leur association et proposer un certain nombre de thématiques qui leur posent problèmes et sur lesquelles il serait intéressant de bénéficier d’un regard de sciences sociales. A charge aux étudiant.e.s de formuler une problématisation proprement sociologique, qui puisse faire écho à l’une ou plusieurs de ces préoccupation. Des échanges avec la salle, puis des échanges en petits groupes ont ainsi fourni aux étudiant.e.s des premiers éléments permettant de réfléchir à des questions de recherche pouvant s’appuyer sur les terrains disponibles tout en s’articulant aux thématiques qui intéressent les responsables associatifs présents.

*             *

*

Il est encore trop tôt pour proposer un bilan de notre enquête collective. D’ores et déjà, il est important de souligner que le pari d’une rencontre, autour de projets de recherche concrets, entre des étudiant.e.s et des acteurs de l’économie sociale et solidaire s’est avéré payant. Du côté des associations partenaires, la démarche a fait émerger des questionnements passionnants. Du côté des étudiant.e.s, ces questionnements ont éveillé en écho des questions de recherche ambitieuses, relatives par exemple aux critères professionnels, bureaucratiques et personnels d’une insertion réussie, ou à l’articulation entre discours et pratiques de la mixité sociale.

D’un point de vue pratique, on peut reconnaître à cette formule l’intérêt de bien s’inscrire dans la temporalité courte d’une initiation à la recherche. Elle permet d’envisager de façon concrète l’enquête de terrain, et ainsi de la préparer rigoureusement. Un des effets heureux, quoique non prévu, est que la plupart des groupes ont ainsi spontanément pris des contacts en amont pour réaliser des entretiens exploratoires ou des premières observations pour construire un dispositif d’enquête qui a alors pu se déployer au mieux au cours de la semaine de terrain.

La restitution et la mise en discussion des résultats de l’enquête promettent de nouveaux défis. L’enjeu de la restitution est à la mesure des attentes que nos partenaires ont placés dans cette collaboration. Bien souvent, ils ont été – au moins en partie – nos enquêtés. Le travail de préparation de la restitution, qui interviendra lors de la sixième séance, devra s’interroger sur les moyens de rendre nos analyses pleinement compréhensibles et disponibles, mais aussi sur la manière d’articuler de manière satisfaisante description, compréhension et critique. Nul doute que si les acteurs ne reconnaissent pas la justesse de nos descriptions, ou ne se reconnaissent pas dans les logiques d’action présentées, la dimension critique du travail sociologique sera risque d’être d’autant moins bien entendue et reçue. Le regard des acteurs est, à ce titre, un révélateur de la qualité du passage du matériau recueilli à l’analyse proposée.

En se dotant d’un carnet de recherche sur la plateforme Hypothèses, cette mention entend en effet également rendre compte des travaux de ses étudiants menés dans un cadre cherchant à favoriser l’apprentissage de la recherche par la recherche, mais pas uniquement à destination des chercheurs. Cette modalité de diffusion offerte par le carnet des étudiants de master de Sociologie de l’EHESS épouse finalement ce second principe de restitution de l’Ouscipo. Une fois l’enquête réalisée et des restitutions orales organisées, il n’est donc pas impossible que ce carnet accueille des billets rédigés par les trois groupes présentant chacune de leur enquête ou bien un texte transversal sur les résultats qu’elles auront permis de mettre en lumière.

Corentin Durand (@C0rentinDurand) et Romain Juston (@sociolol)

Image en bandeau (via Flickr).


 

 


2 réflexions au sujet de « L’Ouscipo prend le large : une enquête collective à L’Ile-Saint-Denis »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *