Faire une thèse entre vocation et contrainte – Compte rendu de la demi-journée du 28 février 2012

Cette journée qui a réuni une cinquantaine d’étudiants autour de quatorze intervenants a été l’occasion pour la mention sociologie d’interroger l’engagement dans la poursuite d’études doctorales.

La réalisation, au mois de décembre 2011, d’une enquête auprès des étudiants de Master de la mention sociologie, avait permis de constater que la thèse est un objectif. A la question : « envisagez-vous de faire une thèse ? », la moitié des étudiants répond oui et l’autre moitié peut être. Aucun étudiant ne répond négativement à cette question. Il est logique de voir que les personnes qui viennent en Master de sociologie à l’EHESS sont dans une dynamique de recherche longue. C’est la vocation historique et la vocation première de l’Ecole que de former des chercheurs, de former des docteurs. Néanmoins la forme interrogative donnée au titre de cette journée indique un changement dans le questionnement étudiant.

La première question concerne le financement. Il a été rappelé au cours de la journée que seulement deux contrats doctoraux sont disponibles pour la mention sociologie en 2012 et que les voies du financement sont tortueuses. D’autres interrogations ont concerné les débouchés après un doctorat, le choix du laboratoire ou du directeur de thèse. Ou encore la question de l’agrégation de sciences sociales comme moyen d’accéder plus facilement à la recherche ou point d’honneur dans un parcours académique.

Ce sont toutes ces questions qui ont guidé la réflexion autour de cette journée. L’objectif a été de donner les informations qui permettent de construire son propre parcours de chercheur en faisant état des ressources disponibles sans se cacher les difficultés du parcours. Si un point a réuni l’ensemble des participants c’est le caractère vocationnel de la thèse.

La journée a été introduite par Simon Paye et Mauricio Bustamente autour de résultats d’enquêtes qu’ils ont menées sur le devenir professionnel des docteurs de l’EHESS qui ont soutenu entre 2004-2009. Ils nous ont présenté les profils des docteurs, le temps passé à faire leur thèse, l’âge moyen à la soutenance, leurs sources de financements et leurs débouchés professionnels en 2011. On retient qu’un docteur sur deux de l’EHESS trouve un poste dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Le pôle de professionnalisation qui est en construction à l’Ecole a été présenté par l’équipe qui en est responsable. Constituée en association, ce PolePro cherche à mettre en lien les compétences des étudiants et les demandes d’enquêtes du public et du privé pour avoir des ressources financières autre que les « petits boulots » étudiants.

Odile Piriou, de l’université de Reims, nous a présenté le résultat de ses recherches sur « les pratiques et les compétences des sociologues praticiens » et nous a permis d’éclairer « la face cachée de la sociologie ». Elle a interrogé l’évolution de la formation en sociologie pour se concentrer sur les sociologues qui travaillent en dehors de l’université. Cette présentation intégrant dans le panel les masterants à côté des doctorants nous a permis d’envisager le devenir des diplômés de master en sociologie.

La question de « l’enseignement comme voie ou comme ressource » a été présentée par Wilfried Lignier, répétiteur à l’Ecole Normale Supérieure jusqu’à 2011. Une présentation informative sur les concours d’enseignement du secondaire a été accompagnée d’une interrogation sur l’intérêt de passer l’agrégation de sciences économiques et sociales (ou le CAPES) comme moyen d’augmenter ses chances dans une carrière de chercheur ou  comme moyen de se professionnaliser. Dans ce deuxième cas, nous avons interrogé la compatibilité de l’enseignement secondaire avec une poursuite d’études en doctorat (5% des docteurs 2004-2009 de l’EHESS enseignaient dans le secondaire pendant leur thèse).

La deuxième partie de l’après-midi a été consacrée à la thèse.

Jade Legrand est venue présenter les « aspects concrets de la thèse », du nom du séminaire qui se tient depuis quelques années à l’EHESS pour voir comment  les doctorants eux-mêmes interrogent leur travail et leur devenir.

Anne Monier et Anne Sophie Vozari, monitrices allocataires en sociologie à l’Ecole sont venues compléter cette présentation en exposant les aspects principaux du « travail d’un(e) docteur(e) ».

Le financement de la thèse a été abordé par Geneviève Tamiatto qui a présenté « le contrat doctoral », et par Véronique Conuau  qui s’est concentrée sur les « contrats CIFRE » – conventions industrielles de formation par la recherche.

Enfin, la journée s’est terminée par une table ronde sur les parcours de doctorants.  Introduisant la discussion, Cyril Lemieux, directeur d’étude à l’Ecole,  a insisté sur l’aspect vocationnel d’un engagement en doctorat, Laura Chartain a tenu à rappeler la différence entre les types de recherche « expert » et           « critique », Séverine Chauvel est intervenue sur l’enseignement pendant la thèse et Cécilia Cailheros comme Hamida Azouani-Rekkas ont parlé de leur travail de thèse mené sans financement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *