Galeries

Enquête Ouscipo 2021-2022 : histoire orale du GISTI

  • Liora Israël, directrice d’études à l’EHESS
  • Alexandra Poli, chargée de recherche au CNRS
  • Julie Blanc, DCE à l’EHESS

Les conditions exceptionnelles de l’année 2020 – 2021 n’ont pas empêché l’Ouscipo de mener l’enquête. L’enquête collective s’est déroulée en partenariat avec le GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigrés) dans le cadre de ses 50 ans d’existence. L’enquête a reposé principalement sur une approche d’histoire orale (recueil de témoignages, dont une partie a été enregistrée et déposée au centre d’archives La Contemporaine de Nanterre).

Reposant essentiellement sur la réalisation d’entretiens biographiques, l’enquête a pu se tenir en s’appuyant sur les outils de visioconférence auxquels nous sommes désormais habitués. Elle a accueilli 12 élèves, répartis en trois groupes.

 

Observations et enquêtes : ethnographiques : trucs et astuces

L’ethnographie et les observations ethnographiques sont à la mode. Aujourd’hui, tout le monde semble faire ou vouloir faire de l’ethnographie. Au moins un petit peu. D’ailleurs, dans le fond, même les entretiens sont un peu ethnographiques. Ethnographie par-ci, ethnographie par-là… Ethnographie en veux-tu en voilà !

Cette diversité des pratiques ethnographiques est une richesse : loin d’être un carcan, cette méthode est adaptable à tous sujets et objets de recherche. Pour autant, cela peut poser problème. Ou tout du moins poser question. Comme par exemple… Ça se fait comment, l’ethnographie ? Concrètement ?

Il se trouve que les manières de faire sont si diverses que les ethnographes peinent à se mettre d’accord sur ce qui fait une bonne ou une mauvaise ethnographie. Bien entendu, il existe des critères d’évaluation permettant de juger de la pertinence scientifique d’une enquête. Toutefois, ces critères restent très majoritairement implicites, pour ne pas dire flous (Katz, 2010).

Ce billet n’aura pas vertu d’expliciter ces critères d’évaluation de l’ethnographie. Il n’aura pas non plus une visée programmatique, cherchant à défendre une manière spécifique de faire. L’objectif est beaucoup plus simple : à partir de mes expériences d’enquête et de discussions avec des collègues, je vous propose quelques repères, pistes et conseils susceptibles de vous aider si jamais vous souhaitiez, un jour, vous frotter à cette méthode[1].

Dans un premier temps, je reviendrai sur des grands principes de méthode qui traverse l’ethnographie (quel que soit la forme qu’elle prend). Je pourrais alors, dans un second temps, entrer dans le vif du sujet, notamment en vous proposant quelques ficelles destinées à vous aider dans vos premières expériences de terrain.

Jeune ethnographe sollicitant des ficelles pour aller sur son terrain (allégorie)

L’ethnographie en théorie : se plonger dans le terrain

Assumer le corps comme dispositif d’enquête

Quelles que soient les spécificités de votre manière de faire de l’ethnographie, il n’en reste pas moins des points communs. Le principal étant le fait que, dans les méthodes ethnographiques, l’outil premier de l’enquête : c’est vous. Que vous preniez des notes, que vous enregistriez des sons, que vous filmiez ou que vous fassiez des croquis, vous êtes toujours l’outil principal qui permet le recueil des données.

En réalité, cela n’est pas vraiment spécifique à l’ethnographie : il en va de même pour toutes les autres méthodes. Quand on fait un entretien, nous sommes à l’origine des questions, des relances, ou encore de la prise de contact. De la même manière, il serait naïf de prétendre que l’enquêteur n’a pas d’impact dans une méthode statistique : la formulation des questions, la définition des thématiques abordées (et de l’ordre dans lequel elles seront abordées) sont autant d’impacts que le chercheur a sur son terrain. Cela vaut d’ailleurs pour les sciences dites « dures » également : comme a pu le montrer Christian Licoppe (1996), les sciences naturelles ont progressivement perfectionné leurs outils de mesures afin de permettre la reproduction des expériences à l’identique. Toutefois, que l’on ait recours ou non à des outils spécifiques (de mesure, d’enregistrement ou autre), la recherche reste un travail de production de données scientifiques, impliquant des opérations de sélection et d’interprétation.

Le chercheur a donc forcément une influence, plus ou moins forte, sur ce qu’il étudie, et les méthodes ethnographiques ne font donc que rendre plus saillante encore cette difficulté en incitant l’enquêteur à se plonger pleinement dans le monde social qu’il étudie. On notera cependant que cela se retrouve même dans les expressions typiques des ethnographes et, plus généralement, des sociologues. Par exemple, on parle souvent de « notre » terrain, comme s’il nous appartenait. Il serait pourtant bien plus correct de dire « leurs » terrains, étant donné que ce terrain, c’est avant tout celui de nos enquêtés, qui y étaient avant nous et qui y resteront après notre départ. De fait, nous ne faisons donc qu’empiéter sur leur terrain.

L’ethnographie comme processus d’intégration de l’ethnographe

Malgré tout, cette expression est significative. En effet, cela devient un peu notre terrain du fait que l’ethnographie implique d’y trouver une place ou, pour être plus correct, d’y négocier une place.

Pour le dire autrement, l’ethnographie, c’est faire l’effort de s’intégrer sur un terrain. Cela ne veut pas dire que l’on va devenir l’équivalent d’un acteur. Mais que l’on va progressivement occuper une place spécifique, que l’on négocie afin de la rendre acceptable par les enquêtés.

Ethnographe tentant (vainement) d’imposer sa place sur le terrain (allégorie)

Ce processus d’intégration peut s’avérer particulièrement difficile, voire frustrant quand on se retrouve relégué à un poste d’observation a priori moins intéressant que ce que l’on avait espéré dans l’idéal. Symétriquement, on peut s’inquiéter lorsque les enquêtés nous invite à prendre une part toujours plus grande dans l’action, au point parfois de ne plus pouvoir noter. Or, c’est justement l’analyse conjointe du terrain et de ce processus d’intégration qui fait la spécificité et la richesse de l’ethnographie.

Certains disent que ce travail d’intégration de l’ethnographe rend le travail d’objectivation encore plus primordial. Parce qu’en occupant une place sur le terrain, on s’expose à la subjectivité. Il est pourtant possible de défendre l’idée inverse : le fait que l’intégration soit si centrale dans le travail de l’ethnographe rend l’objectivation plus facile. En effet, la subjectivité du chercheur devient évidente, parce qu’elle se confronte aux pratiques des acteurs. La relation de l’ethnographe à son terrain est tellement omniprésente qu’il est impossible (sauf à faire un travail déplorable) de faire l’économie de son analyse. Ces difficultés sont tellement saillantes qu’elles deviennent davantage repérables et donc probablement plus facile à contrôler.

Mais concrètement, quelles sont donc ces difficultés évoquées ici ?

L’ethnographie en pratique : quelques difficultés et ficelles assorties

L’ethnographie est marquée par une pluralité de difficultés : l’intégration sur le terrain est complexe, l’objectivation est un processus compliqué, la garantie de la scientificité est périlleuse… Autant de manières épistémo-chics de parler des problèmes, tout en esquivant de parler de l’aspect concret de ces problèmes ! Et pourtant, l’ethnographie, ce n’est qu’une succession de petits problèmes concrets. : Où se mettre ? Quoi noter ? Avec quels outils ? Pendant combien de temps ? Etc.

Afin d’entrer (enfin !) dans le concret, je vais me forcer à décrire les difficultés que j’ai moi-même pu rencontrées au cours de mes différentes enquêtes ethnographiques. Plus précisément, je vais revenir sur cinq questions que je me suis réellement posé, qui se recoupent en partie mais qui permettent d’aborder différents enjeux méthodologiques de l’observation.

Surtout, pour chacune de ces questions, je vais essayer de vous expliquer comment je m’en suis sorti. Non pas grâce à mon génie ethnographique ou à mes talents d’observateur ! Mais tout simplement parce que je n’avais pas le choix et que j’ai dû bidouiller à la va-vite une solution afin de pouvoir valider mon Master !

Ainsi, j’espère que ces bidouillages pourront constituer pour vous des pistes, des ficelles comme dirait Howard Becker. Attention, n’allez pas croire qu’il s’agit de recettes miracles permettant en un claquement de doigt de résoudre tous vos problèmes.

Ces ficelles ont pour fonction de suggérer de nouvelles manières de manipuler les choses, de permettre d’observer les choses sous un angle différent, afin de faire progresser la recherche en suscitant de nouvelles questions, de nouvelles possibilités de comparaison, d’invention de nouvelles catégories, etc.
(Becker, 2002, p. 29‑30).

Il précise d’ailleurs : « À vrai dire, dans un certain sens, mes ficelles risquent probablement de compliquer la vie des chercheurs » (Ibid.). À bon entendeur !

1/ « Et si je déformais ce que je retranscrivais ?»

Comme cela a été évoqué, l’enjeu central de l’ethnographie, ce n’est pas seulement de réussir à observer… mais aussi de réussir à écrire ce que l’on observe. L’enjeu est grand, car sans un bon travail d’enregistrement des données, on met en péril tout le reste de l’enquête.

Moi-même, lors de mes premières observations, j’étais tétanisé par la peur de déformer, de « mal » retranscrire ce que je voyais, ce que j’entendais. De fait, quand je relisais mes notes, cela me paraissait très « simplifié », assez « pauvre » : il me manquait beaucoup d’éléments, les discussions que j’avais noté était souvent incomplète, etc. Plus grave encore, mes notes me paraissaient souvent « exagérées » : en les relisant, j’avais l’impression de voir une caricature de ce que j’avais pu observer.

Cette crainte est totalement justifiée. Non pas tant parce que ma prise de notes n’était pas bonne (même si c’était le cas), mais parce qu’il s’agit en réalité d’une dimension centrale de l’ethnographie : en tant qu’observateur, on déforme forcément. C’est même la base du travail scientifique !

En tant qu’observateur, on procède à des inscriptions qui viennent transformer les éléments que l’on observe en matériaux. Les personnes, les groupes, les pratiques que l’on observe deviennent des mots sur un carnet, des images sur un disque dur, des ondes sonores dans un dictaphone, etc. Le problème, c’est qu’en faisant cela, on réalise différentes opérations : la réalité que l’on observe est réduite, on change sa forme pour la faire tenir dans un carnet, dans un dictaphone, dans une caméra.

Pour revenir sur ce qui a été dit précédemment, cela n’a rien de spécifique à l’ethnographie, ou même à la sociologie : toutes les sciences, quelles qu’elles soient, procèdent à de telles opérations. Bruno Latour (1993) donne un bon exemple de cela lorsqu’il suit des scientifiques en pleine forêt amazonienne : la science est constituée d’une succession d’opération de réduction, d’abstraction, voire de transsubstantiation. La réalité du monde change de forme en étant passé à la moulinette des outils scientifiques. Les lieux, les personnes, les pratiques que vous observez vont se transformer en notes prises dans un carnet.

Ethnographe tentant de transformer un enquêté en donnée scientifique (allégorie)

Les opérations scientifiques ne s’arrêtent pas là : ces notes du carnet vont être reprises, retranscrites, sans doute en prenant une nouvelle forme, informatique cette fois. Et cela continue : ce document informatique sera peut-être imprimé afin d’en discuter ensemble en séminaire, où vous aller par exemple stabyloter les passages les plus pertinents. Ces passages pertinents vont alors être repris afin d’être intégrés dans une validation, soit un nouveau fichier texte informatique. Cette validation sera imprimée et corrigée par votre évaluateur ou évaluatrice. Vous récupérerez alors un document papier, plein d’annotations écrites… et vous pourrez peut-être transformer à nouveau ces inscriptions en produisant un autre document, comme par exemple un article académique, une communication orale, un billet de carnet Hypothèses ou autre.

Bref, vous déformerez forcément la réalité par des opérations d’inscription successives. Sans cette déformation, vous ne pourrez jamais faire rentrer cette réalité dans vos carnets et dans les différents documents rédigés par la suite. Il convient donc de l’assumer.

En revanche, s’il faut assumer la déformation de la réalité, il ne faut pas la déformer n’importe comment. Deux points doivent attirer votre vigilance :

            Premier point : La représentativité. Même si vous déformez les faits, que vous les simplifiez pour les restituer, vous devez être attentifs au fait qu’ils ne donnent pas lieu à une caricature. Très bien, mais comment faire concrètement ? Avant tout, en passant beaucoup de temps sur le terrain, afin de systématiser les observations. Ainsi, vous devez être capable de repérer des pratiques récurrentes, des routines. Ces routines sont particulièrement identifiables par le fait qu’elles sont parfois totalement remises en cause. En effet, il est des situations où des acteurs contreviennent totalement à la règle qui est censé régir un espace donné, à ce qu’il est attendu d’eux dans cette situation. Ainsi, il est possible d’évaluer la représentativité des données grâce à la ficelle suivante :

Ficelle 1A : Si vous repérez un phénomène routinier, tâchez de repérer toutes les situations où cette routine est transgressée/remise en cause.

            Second point : La vérificabilité. Si la démarche scientifique implique des opérations de réduction, elle doit mettre un point d’honneur à rendre réversibles ces opérations. En effet, la démarche scientifique est avant tout un travail collectif, basée sur l’évaluation réciproque du travail des pairs. Concrètement, vos pairs vont chercher à vérifier vos analyses, en observant attentivement les différents choix que vous avez réalisés pendant l’enquête. Ainsi, ils vont notamment contrôler les opérations de réduction ou d’abstraction que vous aurez réalisé, afin de vérifier que votre interprétation de la situation est convaincante. Vous devez donc veiller à rendre possible ce contrôle. Pour cela, une ficelle s’avère incontournable :

Ficelle 1B : Retranscrivez au plus vite vos observations.

En effet, quand on est sur le terrain, il arrive souvent d’avoir une prise de note imprécise et partielle. Vous pouvez alors vous retrouver rapidement avec pleins de petits carnets remplies de gribouillis éparses et illisibles. Afin de permettre la vérification de vos données par d’autres, veillez donc avant tout à les rendre vérifiables par vous-mêmes. Cela implique par exemple de veiller à retranscrire au plus vite ses prises de note au propre. Vous aurez sans doute de très bonnes raisons de repousser cette première traduction (vous êtes rentré-e tard de votre observation, vous êtes épuisé-es, vous êtes complètement saou… malade, etc.). Reste que tout report de la retranscription se traduit inévitablement par une érosion de la qualité de vos données.

On pourrait résumer le premier problème de la manière suivante : « Déformer le réel n’est pas un problème (vu qu’il s’agit du travail même de la science), mais il faut veiller à savoir et contrôler comment on déforme ».

2/ « Et si je ne sais pas quoi noter ? »

Mais avant de se poser la question de si l’on déforme ou pas, encore faut-il avoir quelque chose à déformer. Si la découverte d’un nouvel espace encourage à prendre des notes tout azimut, on peut très vite avoir l’impression de tourner en rond face à l’implacable routine du quotidien. C’est ainsi qu’après quelques séances sur le terrain, on se surprend à penser avec morosité que « observation » rime avec « répétition » et « ethnographie » avec « ennui ». On en vient alors parfois à espérer quitter bien vite ce fichu terrain, en essayant de se convaincre que l’on a atteint la fameuse saturation des données. En plus, on dispose maintenant pour cela de la ficelle évoquée plus haut (cf. Ficelle 1A) ! Mais est-ce vraiment vos données qui sont saturées, ou vous qui êtes saturés par le recueil de données ? Pour répondre, vous pouvez mobiliser une autre astuce, proposée par Howard Becker (2002, p. 160 et sq.) :

Ficelle 2 : Si vous ne savez plus quoi noter, changez de focale.

Alors qu’il étudiait le travail des médecins à l’hôpital dans le cadre d’une enquête collective, Howard Becker s’ennuyait ferme. La plupart des journées consistaient à attendre que des patients viennent se plaindre de maux somme toute très banals. Étant donné que ce cher Howie avait la bougeotte (et qu’Everett C. Hughes, son directeur de thèse, l’obligeait à rester observer), il a décidé de sortir son appareil photo. En développant les clichés, il s’est rendu compte que ces moments d’attentes étaient en fait très révélateurs et intéressants. Il fallait juste les regarder pour ce qu’ils sont, à savoir des moments de sociabilités (qui occupèrent alors une place importante dans le travail rendu Boys in White).

Howard Becker, pesant dans le game de la sociologie depuis 1961 (allégorie)

Il n’est pas forcément nécessaire d’apporter son appareil sur le terrain pour mettre en place cette ficelle. En effet, lorsque l’ennui pointe le bout de son nez, il est possible de changer métaphoriquement de focale : vous pouvez alors concentrer la focale en portant l’attention sur un élément micro (un individu en particulier, un petit espace spécifique, etc.). Au contraire, vous pouvez élargir la focale en regardant des éléments plus macro (en regardant par exemple la manière dont les gens circulent entre les espaces, en décrivant les ambiances, etc.). Notons que ces changements de focale impliqueront souvent de changer de point de vue, en vous déplaçant dans l’espace concerné : n’hésitez donc pas à varier l’angle avec lequel vous observez, que ce soit concrètement ou métaphoriquement.

Changer ainsi de focale oblige à renouveler son regard sur la situation en vous obligeant à varier systématiquement votre point de vue. De plus, ce changement de point de vue aura potentiellement un effet sur la situation que vous observez : le fait de concentrer votre attention sur un autre élément ou de vous déplacer dans l’espace peut provoquer un trouble chez les acteurs. Il s’agit alors d’un nouvel élément susceptible de nourrir votre recherche : pourquoi est-il acceptable ou inacceptable que je me déplace dans cette situation, ou que je marque une attention marquée sur tel éléments ? (nous reviendrons sur ce point dans la partie consacré au cinquième problème pratique : « Et moi ? quelle est ma place dans toutes ces notes ? »). En suivant cette technique, il est probable que vous passiez un certain nombre de séances d’observation avant de vous ennuyer à nouveau !

3/ « Et si j’oubliais des choses ? »

A priori, vous ne vous ennuyez plus car vous avez désormais plein de chose à noter. Mais le problème symétrique du précédent peut alors surgir : et si j’oubliais des choses ? Si toutes ces échelles et tous ces points de vue sont susceptibles d’être intéressants, comment faire pour les traiter tous ? Est-ce que je ne risque pas de passer à côté des points les plus importants ?

On touche là à un problème récurrent en sciences sociales : le fantasme de l’exhaustivité. Croire que l’on pourra être exhaustif est un leurre dangereux (sur ce point, voir Passeron, 1991, p. 79‑80), duquel il faut se protéger. L’objectif de la sociologie n’est pas de faire une description totale du monde (rappelons-le, on réduit forcément la réalité). En revanche, la sociologie permet plus humblement d’apporter des éléments de compréhension de ce monde, des explications sociales aux énigmes qui le traversent.

Ainsi, si vous prenez des notes, ce n’est que dans le but de voir émerger une question, une énigme sociologique qui mérite qu’on lui trouve une explication, elle aussi sociologique. Si vous ne savez pas quoi noter (que ce soit parce que vous trouvez que rien n’est intéressant ou que tout l’est), c’est donc que vous n’avez pas encore la question à laquelle vous voulez apporter une réponse. Finalement, les deux problèmes précédents (« ne rien avoir à noter » et « peur d’oublier des choses ») sont les deux expressions d’un même problème : la difficulté à hiérarchiser les données, faute d’avoir une question à laquelle répondre.

Toutefois, cette difficulté n’a rien de surprenant. En effet, l’intérêt des méthodes ethnographiques est justement qu’elles permettent de faire émerger du terrain des questions que l’on n’avait pas forcément relevées comme problématiques auparavant. Il est donc totalement normal d’être perdu dans un premier temps, à ne pas savoir quoi noter (sur ce point voir Rémy, 2014).

Il faut donc garder à l’esprit que si vous êtes perdu, c’est normal ! Il est normal d’accumuler des tonnes et des tonnes de notes, alors même que la plupart ne seront pas utiles pendant l’analyse. Plus encore, même que parmi les notes qui seront analysées, seule une petite minorité apparaitra dans le rendu final. Gardez donc en tête la ficelle suivante :

Ficelle 3: L’ethnographie est une méthode de gestion des déchets, seule une minorité de données pourra être recyclée pour essayer de répondre à une question spécifique.
Cela ne veut pas dire qu’on ne doit pas consigner tous les déchets quelque part, pour pouvoir espérer faire du tri sélectif plus tard.

4/ « Et si, en fait, je n’avais rien compris à ce qu’il s’était passé ? »

Observations après observations, vous aurez donc accepté le fait que vous déformiez la réalité dans votre prise de notes. Vous aurez aussi appris à gérer vos craintes relatives à la prise de note, en changeant de focale et en accumulant les notes sans trop se soucier de ce à quoi elles vont servir.

Ce sera alors probablement le moment où vous allez faire commencer à faire relire vos notes à des collègues ou à vos évaluateurs et évaluatrices, dans l’espoir de montrer à quel point vous disposez là de matériaux susceptibles de changer la compréhension de votre objet, voire même de révolutionner la sociologie (pourquoi pas, après tout). Autrement dit, ce sera aussi le moment où vous entendrez les premières critiques sur votre travail. Peut-être alors vous vous verrez dire « Mais… vous sur-interprétez complètement vos données ! On ne peut rien faire avec ça ! ». Et hop, d’un revers de main, toutes vos données sont envoyées au composteur, sans même passer par la case recyclage. Retour au terrain, ne touchez pas votre allocation doctorale !

Jeune ethnographe accueillant les premières critiques sur ses données (allégorie)

Il s’agit d’un reproche que l’on peut faire régulièrement à des descriptions ethnographiques (notamment chez les débutants, mais pas uniquement). Et cela n’a rien de surprenant en fait, car nous passons notre temps à interpréter tout ce qui nous entoure. Prenons un exemple concret : en séminaire, vous constatez que votre voisin s’ennuie. Si cela peut sembler être une évidence, c’est avant tout une interprétation de la situation. Pour l’affirmer, vous vous appuyez sur des éléments tangibles : il baille et soupire, il clique sur son ordi sans prendre de note, il regarde par la fenêtre, etc. Tous ces comportements constituent des preuves me permettant de qualifier la situation comme relevant de l’ennui.

Nous passons notre temps, au quotidien, à interpréter les situations (ce que Goffman [1991] analyse à travers la notion de cadrage) afin d’adapter notre comportement. Nous le faisons de façon tellement permanente que cela nous semble naturel. Or, il est possible de se tromper pleinement dans notre interprétation de la situation (faire des erreurs de cadrage). Peut-être qu’en réalité, ce voisin est pleinement attentif. Peut-être que s’il ne prend pas de notes, c’est qu’un dictaphone enregistre le cours pour lui. Peut-être que regarder par la fenêtre est son moyen de se concentrer sur ce qu’il écoute. Peut-être que s’il baille, c’est parce la personne qui lui fait face a baillé sans que vous ne vous en soyez aperçu.

Le travail de l’ethnographe, c’est donc de réussir à rendre vérifiable le travail d’interprétation qu’il réalise, en apportant les différents signes qu’il souhaite utiliser comme preuve de ce qu’il affirme. Par exemple, il ne suffira pas de dire que l’un des enquêtés est énervé par les gens qui l’entourent. Vous devez décrire attentivement les différents signes qui vous permettent d’affirmer 1/ qu’il est énervé 2/ que ce sont bien les autres qui l’ont énervé.

Pourquoi est-ce si important ? Parce que cela permet la vérification des données. Mais pourquoi est-ce si important de vérifier les données ? Pour éviter de mobiliser des explications psychologiques plutôt que sociologiques. Reprenons l’exemple de l’énervement : en insistant sur le fait qu’il s’est énervé, vous pouvez laisser croire que cette réaction est surtout liée à « son tempérament », à « son caractère ». C’est d’ailleurs peut-être le cas, mais vous ne pouvez pas en juger. En revanche, si vous décrivez avec attention le contexte dans lequel cette personne s’est énervée, vous pourrez peut-être comprendre la dimension sociale sous-jacente à cette réaction. Par exemple, si vous constatez que l’énervement survient alors que la personne s’est vue interrompue par trois fois alors qu’elle essayait de parler, c’est sans doute qu’il existe une règle implicite sur la manière dont la parole est distribuée, règle que cette personne tente alors de rappeler (« on ne coupe pas la parole ») ou dénoncer (« vous ne me considérez pas comme légitime, mais j’estime avoir le droit de m’exprimer »).

Dérouler toute l’interprétation permet de la rendre vérifiable, mais aussi de s’assurer que cette interprétation est sociologique. Ce qui ne veut pas dire que les autres formes d’interprétations sont mauvaises. Juste que, en tant que sociologue, il est attendu de vous que vous vous intéressiez aux causes sociales. Vous pouvez pour ça recourir à la ficelle suivante :

Ficelle 4 : Essayez de faire de la description mince sur le terrain.

La description mince (Dont vous trouverez un bon exemple dans Rémy, 2009, p. 18‑20), c’est une manière de prendre des notes qui vise à détacher le plus que possible l’interprétation de la description. C’est un exercice exigeant qui revient à se forcer de décrire en détail les éléments de la façon la plus factuelle possible. On ne dira donc pas « Il s’énerve », mais « il se tend, sert les poings et les dents, fronce les sourcils et pousse un soupir ».

Une telle description revient à adopter une focale très resserrée, pleine de détails et, de ce fait, pas forcément compatible avec la prise de note sur le terrain. Ainsi, si vous n’avez pas le temps, mieux vaut aller au plus simple, pour noter le plus possible. Mais lorsque vous reprendrez vos notes (cf. ficelle 1B), tâchez de retracer le processus interprétatif que vous avez réalisé. Essayer de restituer l’enquête ordinaire à laquelle vous avez procédé pour comprendre cette situation.

Ensuite, dans votre restitution finale, vous ne serez pas forcément obligé de restituer vos données de façon « mince ». Si cela permet de faciliter la vérification des interprétations réalisées, cela peut s’avérer relativement incompatible avec d’autres attentes, notamment concernant les formats (la description mince impliquant l’exposition longue de matériaux conséquents). Il est donc possible de mobiliser d’autres formes de description, comme la description dense proposée par Clifford Geertz (2003). Toutefois, dans un cas comme dans l’autre, il est nécessaire de veiller à démontrer (et donc rendre vérifiable) l’interprétation proposée.

5/ « Et moi ? Quelle est ma place dans toutes ces notes ? »

Les ficelles que j’ai pu aborder jusqu’à maintenant traitent essentiellement de la manière dont vous allez retranscrire et analyser ce que vous avez observé. Et pourtant, il est une chose qui n’a pas encore été évoquée : vous, en tant qu’enquêteur physiquement présent sur le terrain.

Cela a été dit, l’observateur constitue en lui-même le dispositif d’enquête. C’est grâce à vos différents sens, à votre sensibilité, que vous allez réussir à collecter des matériaux de qualité puis à les objectiver.

L’enquêteur occupe donc une place centrale en ethnographie… mais donc, quelle est la place à lui donner dans les descriptions ? La question est d’autant plus épineuse que tous les chercheurs ne sont pas d’accord sur la question. Il est possible de distinguer deux tendances opposées : la première revient à s’effacer complètement des description pour mettre l’accent sur l’objet étudié, la seconde revient à retranscrire largement l’expérience subjective de l’enquêteur pour mieux comprendre l’objet.

Si les deux démarches sont intéressantes, elles peuvent toutes les deux être critiquées. En effet, dans le premier cas, on vous reprochera peut-être de vous oublier et donc de ne pas contrôler les effets de votre présence sur le terrain. Dans le second, on pourra vous reprocher d’être trop égocentrée, au point même d’évincer l’expérience des enquêtés. Afin de gérer ces injonctions contradictoires, il est possible de recourir à la ficelle suivante :

Ficelle 5A : Portez attention aux sentiments de gêne que vous éprouvez vous-mêmes sur le terrain, ou que les acteurs semblent éprouver à votre égard.

Pourquoi la gêne est-elle si importante ? Rappelez-vous du point précédant : sans cesse, nous interprétons les situations, sans même nous en rendre compte. Quand on éprouve de la gêne, c’est que notre comportement ne correspond pas à ce qui, selon nous, est attendu de la situation. Porter attention à la gêne revient donc à essayer d’enquêter sur les signes qui ont déclenché cette gêne. Ce faisant, vous devriez pouvoir repérer quelles sont les règles propres à l’espace que vous observez, et les canaux de cette régulation.

Ce sentiment de gêne et de malaise repose parfois sur des signes très implicites : un regard noir, un petit rire étouffé, etc. Il s’agit en effet de micro-sanctions, destinées à rappeler les conduites attendues dans l’espace concerné. Le fait de prendre des notes dans un espace donné suffit souvent à déclencher de la gêne chez l’observateur, car c’est rarement la conduite attendue dans ce genre de situation. Cette gêne sera accentuée par des regards, des gestes des enquêtés, interprétés comme des sanctions négatives. Si la gêne est inconfortable, elle renseigne sur les attentes formelles ou informelles relatives à la conduite dans cet espace.

Exercice pratique : NOP, un ethnographe travaillant sur les auteurs et autrices de BD s’est égaré dans un festival de BD. Sauras-tu décrire les micro-sanctions dont il fait l’objet et analyser sa gêne ?

Ainsi, retranscrire ses ressentis est important si, par l’analyse de la gêne et des sanctions, vous parvenez à développer une réflexivité sur l’espace observée, en décrivant les sanctions dont vous faites l’objet. Il est alors possible d’affiner la ficelle :

Ficelle 5B : Décrivez les processus de montée en réflexivité,
que ce soit chez l’enquêteur-rice ou chez les enquêté-es.

Si vous êtes capables de développer une réflexivité vis-à-vis de la gêne que vous ressentez sur le terrain, vos enquêtés le peuvent et le font aussi. D’ailleurs, les moments où ils émettent des sanctions à votre égard sont des moments de réflexivité, même si c’est à un niveau faible : ils mettent en place une réaction au fait que vous transgressez une manière de faire. Ainsi, cette ficelle permet de ne pas considérer la réflexivité comme un apanage de l’enquêteur, mais comme une pratique sociale dont tout le monde dispose, enquêteur comme enquêté.

Partant de ce même principe, vous pourrez d’ailleurs jouer de cette réflexivité pour collecter davantage de données. En effet, en sachant que les acteurs sont susceptibles de vous sanctionner, vous pouvez provoquer volontairement des fautes (à l’image des expériences de breaching proposée par Garfinkel, 2007, p. 70‑108) tout en développant en parallèle un sens du tact pour permettre le maintien de l’interaction (par exemple en faisant un petit signe d’excuse pour montrer que l’on a compris que l’on a commis une faute, que l’on ne pensait pas à mal et que l’on est de bonne volonté). C’est certes délicat et demande un peu de pratique. Cela permet toutefois de collecter rapidement des données en incitant les enquêtés à eux-mêmes monter en réflexivité en vous explicitant la règle.

Conclusion : plusieurs façons de faire

Pour finir, j’aimerais évoquer sur une dernière ficelle qui englobe en réalité toutes les autres :

Ficelle 6 : N’allez pas croire qu’il existe une seule bonne façon de faire.

Il semblerait plus correct de parler de méthodes ethnographiques (au pluriel) que d’ethnographie (au singulier). Il existe effectivement une grande diversité de places ou de comportements que l’on peut occuper sur le terrain, de manières de récolter les données, de façons de décrire, retranscrire, analyser et restituer les matériaux. Il existe également une grande diversité de thématiques et d’objets analysables sur un même terrain.

Non seulement les pratiques de l’ethnographie sont plurielles, mais ces différentes manières de travailler sont parfois contradictoires sur certains points. C’est ce qui explique que les ethnographes ne sont parfois pas d’accord entre eux sur la manière de procéder.

Cela n’a rien d’anormal. Ces différentes manières de faire correspondent à des styles différents d’ethnographe, au sens sociologique du terme (Sur la notion de « style professionnel », voir Lemieux, 2010, p. 164). En effet, s’il y a autant de manière de faire en ethnographie, c’est qu’il y a des règles professionnelles nombreuses et potentiellement contradictoires (par exemple, réussir à présenter la diversité des matériaux de manière fine et précise, tout en parvenant à être concis). Définir son style d’ethnographie, c’est pouvoir affirmer quelles sont les règles professionnelles que vous décidez de respecter en priorité, et celles qui sont moins importantes à vos yeux.

Ne croyez donc pas ceux qui vous proposent la « bonne manière de faire ». Mais ne disqualifiez pas pour autant ces conseils : essayez de comprendre en quoi cette manière de faire spécifique est censée, selon votre interlocuteur, faire de vous un meilleur ethnographe/sociologue.

C’est en cela que cette ficelle englobe toutes les autres : elle vous rappelle qu’une ficelle, ce n’est pas une solution toute faite, qui doit être appliquée mécaniquement sur le terrain. Une ficelle, c’est un moyen de se rappeler quelles sont les règles professionnelles qui, à nos yeux, paraissent particulièrement importantes. Quitte parfois à faire des choix que certains collègues interpréteront comme des fautes professionnelles.

Bref, quand on vous donne des conseils ou que l’on sanctionne les choix que vous avez fait, tâchez de repérer quels sont les critères d’évaluation (Katz, 2010) défendus par vos interlocuteurs. Ce n’est pas facile car ces critères sont parfois implicites, voire en partie inconscients. C’est néanmoins un préalable nécessaire pour pouvoir défendre votre propre manière de faire, mais aussi votre vision de ce que doit être la sociologie.

Jeune ethnographe prêt-e à plonger dans le grand bain du terrain (allégorie)

 

Bibliographie

Becker Howard S., 2002, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte, coll. “Grands repères Guides”.

Garfinkel Harold, 2007, Recherches en ethnométhodologie, Paris, puf.

Geertz Clifford « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », in Cefaï Daniel (dir.), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2003, p. 208–233.

Goffman Erving, 1991, Les cadres de l’expérience, Paris, Les éditions de minuit, le sens commun.

Katz Jack, 2010, « Du comment au pourquoi. Description lumineuse et inférence causale en ethnographie », in Cefaï Daniel (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, En temps & lieux, p. 40‑105.

Latour Bruno, 1993, « Le “pédofil” de Boa Vista –Montage photo-philosophique », in Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, La Découverte, p. 171‑225.

Lemieux Cyril (dir.), 2010, La subjectivité journalistique : Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’information, Paris, Éditions de l’ehess, coll. “Cas de figure”.

Licoppe Christian, 1996, La formation de la pratique scientifique : le discours de l’expérience en France et en Angleterre, 1630-1820, Paris, La Découverte, coll. “Textes à l’appui”.

Passeron Jean-Claude, 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, coll. “Essais & Recherches”.

Rémy Catherine, 2009, La Fin des bêtes. Une ethnographie de la mise a mort des animaux, Paris, Economica, coll. “Études sociologiques”.

Rémy Catherine, 2014, « Accepter de se perdre. Les leçons ethnographiques de Jeanne Favret-Saada », SociologieS [En ligne]. url : https://journals.openedition.org/sociologies/4776.

 

Crédits Photo de couverture : “I see cat“, par Peter Gagilas (source).

———–

[1] En cela, le billet est forcément partiel et partial. Les relecteurs et relectrices l’ont d’ailleurs bien noté, me suggérant de nombreux prolongements aussi passionnants qu’utiles ainsi que des astuces spécifiques à leurs terrains et démarches. Après avoir longuement hésité, j’ai finalement laissé de côté nombre de ces remarques et ficelles associées. Toutes mes excuses donc à Noemi Casati, Marion Ink et Théo Leschevin : si je n’ai pu faire pleinement honneur ici à vos relectures si attentives et pertinentes, c’est que je suis pleinement convaincu que vos conseils méritent des articles spécifiques aux difficultés que vous avez rencontrées (par exemple la question des différentes échelles de l’ethnographie, celles des temporalités de l’enquête ou encore celle des enjeux matériels de la prise de notes). Ce carnet vous est ouvert, si vous le souhaitez !

Classes préparatoires, de Muriel Darmon

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteurs du billet: Yannis Aoustin, Harold Astre, Julia Cuvilliez, Laure Fallou, Mélissa Fletgen, Louis Gabrysiak, Chloé Lemeur, Fabrizio Li Vigni, Olga Nikolaeva, Cécilia Varela, Edwin Yahiaoui.

Master Sociologie, EHESS, Paris.

****************************************************************************

Muriel Darmon est une ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, sociologue et directrice de recherche au CNRS dans le Centre européen de sociologie et de science politique. Elle travaille sur les thèmes de la socialisation, la sociologie de la jeunesse, la sociologie du corps et de la santé, etc. En 2003, elle publie notamment Devenir anorexique aux Editions La Découverte. Dans cet ouvrage, elle adopte une approche originale de la socialisation en étudiant à la fois le travail de soi des anorexiques, et ce que leur fait l’institution psychiatrique. C’est une démarche semblable que Muriel Darmon adopte dans son ouvrage Les classes préparatoires : fabrique d’une jeunesse dominante, paru en août 2013 aux Editions La Découverte, et que nous avons commenté.

L’ouvrage de Muriel Darmon présente le résultat d’une longue enquête de deux ans menée dans les classes préparatoires scientifiques et économiques d’un lycée français choisi parce qu’il occupe une « place intermédiaire » dans la hiérarchie symbolique des classes préparatoires, entre les « grands lycées parisiens » et les « petites prépas de provinces » (p.17). Au choix d’un lieu unique répond, sur le plan méthodologique, la variété des modalités d’enquête, menée à la fois par observation non participante (en classe, lors des colles, etc…) et par entretiens (une centaine) avec les élèves, les enseignant-es et les personnels administratifs de l’établissement.

L’objectif de cette méthode d’enquête était, comme le dit l’auteure, de s’installer « au cœur de la prépa pour en apprécier les effets sur ses membres » (p.16), d’observer de l’intérieur « les processus de la socialisation institutionnelle préparatoire » (p.16). Cette méthode présente comme premier intérêt de distinguer nettement le discours sociologique de l’ensemble abondant des discours et représentations de la « prépa » qui circulent dans l’espace public et particulièrement médiatique, ensemble de « légendes dorées, noires et urbaines » (p.7) émanant de divers acteurs et actrices, dont les élèves et anciens élèves des classes préparatoires.

A cette abondance de discours activant des lieux communs contradictoires (de la prépa comme lieu de souffrances et de formatage intellectuel à la prépa comme éden méritocratique et lieu d’éveil à la singularité intellectuelle) s’oppose la rareté des travaux sociologiques depuis ceux, fondateurs, de Pierre Bourdieu et Monique de Saint-Martin.[1]

Concernant les origines sociales des étudiant-es des classes préparatoires, malgré l’accroissement significatif du nombre de classes préparatoires et d’élèves les intégrant, plus de la moitié d’entre eux/elles sont issu-es de milieux sociaux supérieurs économiquement et culturellement, entérinant la sélectivité et l’élitisme social des classes préparatoires. Il ne s’agit donc plus uniquement d’interroger les classes préparatoires à partir de l’origine et de la destination sociale de leurs élèves mais à partir du devenir, c’est-à-dire de la formation et des transformations de ces derniers pendant le temps même de la vie préparatoire. On peut reformuler ainsi les questions que pose l’introduction de l’ouvrage de Muriel Darmon : quel type particulier de personnes l’institution préparatoire fabrique-t-elle ? Quels habitus s’y forment ? Quelles dispositions spécifiques, notamment dans le rapport au temps et au travail y sont incorporées ?

 

L’ouvrage déploie donc une analyse de la classe préparatoire comme « appareil à former et à transformer les individus » (p.20), en la présentant comme une « institution enveloppante », dispositif puissant mais non totalitaire, fortement individualisant (chapitre I), notamment caractérisé par sa capacité à la mise au travail des individus et par les effets, dans le rapport à la gestion du temps et aux savoirs (chapitre III et IV) qu’il produit. L’objectif de l’ouvrage, tel qu’il est reformulé à la fin de l’introduction, est d’examiner une « jeunesse dominante » (p.22), dans la manière dont elle est mise au travail par l’institution, travaillée (« forgée, formée et transformée », p.22) par elle tout en la modifiant en retour. Se dessine alors les contours d’une jeunesse privilégiée et “socialement triée”, mais ne correspondant plus à l’image de la jeunesse bourgeoise caractérisée par le « loisir » en opposition au « travail » d’une jeunesse populaire et démunie. Il semble que l’ouvrage engage donc une redéfinition et une actualisation de la manière dont sont produit-e-s ou fabriqué-e-s par l’institution scolaire les dominant-es.

Dans son premier chapitre intitulé « Une institution non totalitaire, une violence retenue », Muriel Darmon montre que la classe préparatoire est une institution puissante. Il y a une retenue politique de la violence, notamment dans les processus de sélection. La violence est atténuée par un « ethos enseignant de la retenue », elle est renvoyée au passé, aux vieilles classes prépas. La question de la violence est un enjeu de définition des classes prépas, dans l’image qu’elles souhaitent donner d’elles-mêmes. Il s’agit de faire disparaître les représentations négatives qui y sont associées, pour attirer le plus grand nombre de candidatures et ne pas faire peur aux lycéens. Ne pas faire peur donc, mais également ne pas exclure une fois l’année commencée. L’institution préparatoire travaille sur la vie des étudiants, en leur faisant intérioriser un ensemble de techniques de gestion de soi. La classe préparatoire se définit donc par un double rejet, ce n’est ni une institution totalitaire ni une institution en déclin. Voilà pourquoi la notion d’institution enveloppante est plus adaptée.

La vie clandestine est un mode d’adaptation des élèves de classes préparatoires parallèle à celui imposé par l’institution elle-même (chapitre II). Ce dernier est comparé à l’adaptation primaire, selon l’analyse de Goffman qui propose alors de regarder la vie clandestine en tant que l’adaptation secondaire, sous la forme des pratiques au sein de l’institution, en dessous des pratiques officielles. Dans le cadre de cette adaptation secondaire, les élèves développent leur vie souterraine sous trois formes : des techniques de fraude, des techniques d’évasion et des pratiques d’ « insubordination rituelle ». La vie clandestine s’articule aussi autour des pratiques à côté de la vie institutionnelle : activités du week-end, vacances scolaires. La vie clandestine est ainsi un moyen d’échapper à la pression de la vie au sein de la classe préparatoire. Dans cette optique, la vie amoureuse se présente aussi comme une forme d’articulation de la disposition des élèves par rapport à l’institution. Cette vie amoureuse peut être considérée comme « pratique impossible », les étudiants choisissent de ne pas avoir de relations ou rompent avec leurs relations existantes. Mais elle est pour d’autres « vie amoureuse souterraine », comme moyen de garder le contrôle sur sa vie, de se montrer autonome par rapport à l’institution.

La gestion du temps apparaît durant l’enquête comme un facteur déterminant dans la réussite des élèves (chapitre III). Cette gestion du temps traduit une continuité entre la socialisation primaire véhiculée au sein de leur sphère privée, et la socialisation secondaire intégrée durant la prépa. L’enquête a ainsi démontré que la maîtrise du temps est en règle générale l’apanage des élèves dont les capitaux sont les plus conséquents. Muriel Darmon établit une comparaison avec le système universitaire au sein duquel l’usage du temps serait en quelque sorte plus libre. Nous pouvons de ce fait considérer que devenir « un maître du temps » est une des étapes du processus de fabrication d’une jeunesse dominante.

Dans le 4e chapitre intitulé « Les recettes et la science », Muriel Darmon met à jour une contradiction au sein même du contenu de l’enseignement des classes prépas. Deux dispositions d’apparence incompatibles y sont transmises aux élèves : la première est pragmatique, elle consiste en un ensemble de recettes supposées permettre de réussir les concours des « grandes écoles ». La seconde est scientifique : la classe prépa, à travers ses professeurs, transmet aux élèves un corps de connaissances qui valent en soi. Cette seconde disposition, si elle est intégrée, offre à l’élève la possibilité d’une plus grande capacité d’abstraction du monde qui l’entoure, développant par ailleurs son esprit critique. Cette contradiction suscite chez les élèves deux formes de critique du système dans lequel ils évoluent : certains vont rejeter la visée utilitariste du savoir quand d’autres se plaindront du trop faible intérêt de ce qui leur est enseigné dans l’optique de la réussite au concours.

Le dernier chapitre, « ’’Faire’’ scientifique, ’’faire’’ commercial », vise à déconstruire une dernière idée reçue sur les classes préparatoires, celle de l’identité commune des prépas. Muriel Darmon analyse notamment les différences entre les prépas scientifiques et les prépas économiques. La différence la plus visible concerne le « travail sur soi » que les professeurs des prépas économiques poursuivent et qui se focalise sur l’apparence physique et sur l’hexis corporelle. Les professeurs apprennent aux élèves à faire leurs nœuds de cravate, à bien choisir leur costume, à s’asseoir correctement, à simuler une apparence décontractée, à éviter certains gestes des mains, à maintenir un juste équilibre des sourires, et ainsi de suite. Ce qui varie, de façon importante, est principalement l’extension de la transformation, celle des prépas scientifiques étant plus scolaire et intellectuelle, alors que celle des prépas économiques se concentre davantage sur une mutation profonde de la personne. Muriel Darmon conclut son livre en se demandant si à ces deux cultures scolaires différentes correspondent ou non une différence de classes sociales d’origine et d’arrivées des étudiants.

Pour finir, l’auteure revient sur cinq idées reçues quant à la classe préparatoire, pour les infirmer. Ce n’est pas une institution totale, on n’y met pas entièrement « sa vie entre parenthèses », tout le monde n’est pas « logé à la même enseigne du stress permanent » (p. 304). Elle ne se résume pas à un simple «bourrage de crâne » quant à l’enseignement qu’elle dispense. Enfin, elle ne constitue pas un univers académique coupé de toute réalité quant au marché du travail, et la question de l’avenir professionnel des élèves est très présente lors de leur scolarité. L’analyse du dispositif préparatoire a montré qu’il se déploie dès la sélection des entrants, en sélectionnant rigoureusement les élèves selon leurs dispositions déjà acquises, puis par la mise au travail, la mise sous pression. La violence du dispositif est néanmoins retenue, par les définitions actuelles de la prépa ainsi que par les dispositions des membres de l’institution. Lorsqu’on regarde la socialisation en train de se faire, on voit que la socialisation préparatoire rencontre des individus déjà socialisés, et porteurs de rapports différents à l’avenir. Ces socialisations s’interpénètrent, c’est ce dont a voulu rendre compte cette recherche. Le dernier point est un élargissement de l’étude. La socialisation préparatoire est « un processus de fabrication, voire de reproduction des jeunesses dominantes » (p. 308), en ce qu’elle les prépare à l’urgence, à la responsabilité, mais aussi à la soumission au contrôle des connaissances et des activités.

 

Suite à la présentation de l’auteure et du livre, nous avons posé plusieurs questions à Muriel Darmon, que nous avons regroupées en plusieurs points :

  • Pour commencer, nous avons voulu revenir sur quelques points méthodologiques. La première question que nous nous sommes posée est celle de la mise à distance de l’objet d’étude : comment fait-on pour enquêter en classe prépa en tant qu’ancienne élève ? Cette distance est ici à mettre également en parallèle avec la difficulté d’accès au terrain que l’auteure met en perspective dans l’introduction et aux injonctions de ne pas rendre un travail trop “négatif” vis-à-vis de l’administration du lycée. Par ailleurs, nous nous sommes posé la question du choix des élèves interrogés en entretiens. Nous aurions voulu savoir comment très concrètement l’auteur a présenté la recherche aux élèves et sélectionné ceux avec qui elle a réalisé des entretiens. Était-ce sur une base de volontariat ? Dans ce cas, comment peut-on analyser les biais que cela crée (puisque c’est probablement une perte de temps pour les élèves). N’existait-il pas des leaders d’opinion qui risquaient d’influencer les réponses des élèves ? En ce qui concerne le choix de ne pas traiter des classes prépas littéraires, nous comprenons les raisons qui le justifient, mais nous avons regretté en revanche qu’il n’y ait pas plus de comparaisons effectuées entre les classes scientifiques et économiques. Par exemple, il aurait pu être intéressant de traiter de la question des mathématiques qui sont la seule matière que les élèves de prépa scientifique et économique ont en commun. On aurait ainsi pu regarder comment se faisait l’apprentissage de cette matière dans les différentes sections. D’autant plus qu’il s’agit d’une matière assez importante dans les deux sections. En outre, dans une perspective d’étude de la socialisation, on aurait aimé avoir un aperçu de l’après-prépa : nous aurions aimé savoir si l’auteur avait des éléments de réponse pour nous parler des effets de cette socialisation sur l’après-prépa, que ce soit dans le monde du travail comme elle l’évoque quelque peu, mais aussi sur la vie étudiante post-prépa et sur le reste de la vie d’adulte des anciens préparationnaires. Est-ce une piste de recherche envisagée dans le futur ? Par ailleurs, le livre de Muriel Darmon, en n’étudiant qu’un lycée, pose peut-être les limites de la monographie. Il aurait été ainsi intéressant de comparer plusieurs classes préparatoires. A ce sujet, nous avons fait part de notre réserve sur la généralisation effectuée dans le titre du livre : «  classes préparatoires » au pluriel, fabrique singulière (« la ») d’ « une » jeunesse dominante regroupée, titre en décalage avec la méthode de la monographie. Nous avons aussi regretté l’absence de statistiques plus complètes ou plus systématiques pour l’analyse des élèves, de leurs origines, de leurs résultats, etc.

 

  • Une autre piste de discussion que nous avons voulu évoquer avec l’auteure est celle de la réception médiatique du livre. En effet, étant donné la proximité du sujet avec des débats de société sur l’école, et en particulier ces derniers jours avec le débat sur la rémunération des professeurs de classes préparatoires, Muriel Darmon a été à plusieurs reprises sollicitée pour des interviews, des articles de presse, et même des conférences dans des écoles… Comment a-t-elle géré cette forte reprise médiatique, comment essaye-t-elle de montrer que son livre n’est pas forcément une justification des classes préparatoires (par exemple, par rapport à l’université), mais bien une approche sociologique, de l’extérieur, d’un objet mis à distance ? Quelle a été, aussi, la réaction des élèves de classes préparatoires lorsqu’elle y est allée pour présenter son analyse ?

 

  • Par ailleurs, l’objet d’étude que sont les classes préparatoires, ainsi que par le peu de références universitaires mises en avant, et une théorisation volontairement faible font du livre un livre assez accessible au grand public, et nous nous sommes interrogés sur le choix du titre : “la fabrique d’une jeunesse dominante”. L’utilisation du terme “dominante” n’est pas neutre… et pourtant il nous a semblé que Muriel Darmon revenait peu sur le choix de l’adjectif : cette jeunesse est-elle dominante car elle a la maîtrise du temps ? Le thème et la critique de la domination interviennent principalement dans la conclusion, qui est aussi la partie où elle élargit son propos à la structure sociale. Pourquoi attendre la conclusion pour faire le lien avec le titre ? Pourquoi mettre le thème de la fabrique de la domination en avant s’il n’intervient que dans les remarques conclusives ? Quelle distance prend-elle avec les théories bourdieusiennes de la reproduction ? Le choix du titre nous a interpellés et nous nous sommes demandé pour qui l’auteure avait écrit ce livre. Il y a en effet un décalage entre le côté grand public du livre, et en même temps le fait que les discussions autour des thèses de Foucault et Goffman sur l’institution, ou encore celles de Becker et Merton sur la socialisation, soient particulièrement fertiles, et que Muriel Darmon déclare dès l’introduction qu’elle ne cherchait à faire ni la critique, ni la célébration des classes préparatoires. Enfin, toujours à propos de l’accueil médiatique du livre, il faut noter la parution de plusieurs autres ouvrages liés aux classes préparatoires ces derniers mois. A ce titre, on peut penser au livre de Carole Daverne et Yves Dutercq, Les bons élèves[2], dont les auteurs interrogent élèves et professeurs de plusieurs classes préparatoires ; on peut penser aussi à l’article de Marie Duru-Bellat, Faut-il réformer les classes préparatoires ? Une dualité difficile à défendre[3], ou encore à la thèse de Jacques-Benoît Rauscher,  Les professeurs de Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles : une élite au service des élites ?[4] qui s’intéresse, de manière complémentaire à l’approche de Muriel Darmon, principalement aux professeurs des classes préparatoires et non plus aux élèves. Quelle est la place de son analyse au sein de ce champ fourni ? Comment son approche s’insère-t-elle parmi celles d’autres auteurs ? Et quelle suite cette publication fait-elle à son HDR ?

 

  • Nos dernières critiques étaient plus théoriques. Pour commencer, nous souhaitions remarquer que l’auteure ne traitait pas vraiment, dans son ouvrage, de la question des rapports de genre et de son lien avec la domination. Pourtant, nous avons remarqué par exemple que les filles sont plus présentes  dans les exemples sur la vie amoureuse, ou sur les représailles des professeurs (lorsqu’une élève mâche un chewing-gum par exemple), quand la plupart des exemples de maîtres de temps sont des garçons. Du coup, on ne sait pas si l’auteure a choisi ces extraits parce qu’ils étaient plus intéressants, qu’il y avait plus de matière, ou si cela montre réellement que les garçons ont un rapport plus dominant au temps que les filles. Pourquoi Muriel Darmon n’a-t-elle donc pas utilisé cette catégorie du genre dans son analyse, quand il nous a semblé qu’il y avait pourtant matière à dire ?

 

  • L’enseignement secondaire ne fait pas non plus l’objet d’investigations fournies. Or il apparaît qu’il s’agit d’un élément important pour comprendre la fabrication des attitudes et des façons d’être de ces étudiants. L’analyse fait « comme si » le secondaire n’avait pas existé avant la prépa, exactement comme le fait l’institution préparatoire. Il aurait probablement été intéressant d’interroger les lycées d’origine des élèves pour expliciter la formation des groupes au sein de l’institution.

 

  • Par ailleurs, si l’auteur interroge le rapport qu’ont les élèves au temps, elle n’aborde pas du tout leur lien avec l’espace. L’institution préparatoire, en tant qu’elle prend place dans un lycée intégrant d’autres élèves du secondaire, doit pourtant fabriquer la domination d’un point de vue spatial. Quels sont les lieux qui permettent de créer la domination et de devenir maîtres du temps ? Temps et espace sont étroitement liés, la proximité du lieu de vie avec le lycée, les « passe droits » au sein du lycée permettant aux étudiants de s’imposer comme dominants mériteraient probablement d’être analysés d’un point de vue sociologique, afin de saisir comment se crée un « espace-temps » propice à mettre en œuvre les attentes de l’institution…

 

  • « L’en-dehors » de la classe préparatoire semble également ne pas être spécifiquement analysé dans cet ouvrage, mettant de côté tout ce qui se passe hors-les-murs du lycée. Les pratiques festives de ces étudiants, les pratiques de convivialité, les phases de retour au domicile familial, la participation ou non à des rallyes, les loisirs extra-scolaires sont pourtant au cœur du processus de domination. Ils permettent de mieux comprendre les trajectoires des étudiants au sein de l’institution, la formation des groupes. Plus largement, les temporalités du travail et du loisir font l’objet d’une alternance intéressante pour expliciter le phénomène de « quête de l’excitation » (Norbert Elias, « The Quest for Excitment : Sport and Leizure in the Civilizing Process »[5]), le relâchement nécessaire au travail acharné de ces élèves qui se construisent comme dominants tant dans la classe prépa qu’en dehors.

De plus, les interactions entre les élèves ont été mises de côté au profit de l’étude des relations plus « institutionnelles » (prof-enseignant) : pourtant ces interactions participent également du processus de domination et mettent en lumière les affinités, les accointances, les échanges qui permettent à certains groupes de s’affirmer, reléguant de fait les autres au statut de « dominés parmi les dominants » (Pierre Bourdieu, Le sens pratique[6]).

 

  • Enfin, le concept de domination a été pris en tant que tel sans pour autant interroger sa définition et ses fondements. L’analyse de Pierre Bourdieu de ce thème permet pourtant de mettre en lumière une distinction entre la domination en tant que volonté et la volonté en tant qu’effet sur la structure sociale – ce que ce dernier résumait au travers des concepts de dispositions, positions, prises de position (La noblesse d’État). Nous avons donc demandé à Muriel Darmon si elle pouvait nous éclairer sur ce point et nous indiquer si cette distinction lui semblait pertinente pour mieux comprendre la formation de la domination en tant qu’effet. Les prises de position, volontairement et explicitement dominantes de certains étudiants ne participent-elles pas de la fabrication des « élites » de la prépa (ceux qui se dirigent vers la classe étoile) ?

 


[1] BOURDIEU P., DE SAINT MARTIN Monique, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989.

[2] DAVERNE C. & DUTERCQ Y Les bons élèves. Expériences et cadres de formation, PUF, 2013

[3] DURU-BELLAT M., « Faut-il réformer les classes préparatoires ? Une dualité difficile à défendre », Les Cahiers français, n° 376, septembre-octobre 2013 – pp. 73-82

[4] Thèse soutenue à l’institut d’étude politique de Paris en 2010 (sous la direction de Agnès Henriot-Van Zanten).

[5] ELIAS N., and DUNNING E. The Quest for Excitement: Sport and Leisure in the Civilizing Process. Oxford, Basil Blackwell, 1986. 313 pp.

[6] BOURDIEU P., Le Sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun »,‎ 1980, 475 p.

Le travail pornographique, de Mathieu Trachman

 

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteurs du billet: Marine Quennehen et Sabine Pakora.

Master Sociologie, EHESS, Paris.

****************************************************************************

Le parcours de l’auteur

 

Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, est un ouvrage paru en janvier 2013, issu de la thèse de Mathieu Trachman, soutenue en 2011 et intitulée : « Des hétérosexuels professionnels. Genre, sexualité et division du travail dans la pornographie française (1975-2010) » Mathieu Trachman a suivi le master de sociologie de l’EHESS dans la spécialité Genre, politique et sexualité. Sa thèse a été dirigée par Éric Fassin au sein de l’IRIS  et a bénéficié d’une allocation de recherche de l’Institut Émilie du Châtelet

Il est aujourd’hui chargé de recherche à l’INED. Mathieu Trachman anime cette année avec Manuela Salcedo un séminaire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, intitulé : « Sociologie du désir : genre, marché, politique ». Il est membre du conseil de rédaction  de la revue  “Genre, sexualité et société” et l’un des rédacteurs en chef de la “La vie des Idées“.

 

Méthodes employées dans l’ouvrage

L’ouvrage est novateur en ce que l’auteur articule différents champs de la  sociologies dans son analyse sur le travail pornographique : il croise une sociologie de la sexualité et du genre et la sociologie du travail. Cette approche croisée est particulièrement éclairante et fait de la pornographie un objet sociologique et scientifique au même titre que les autres. Nous pouvons observer une diversité des méthodes :

  • dépouillement d’archives (lois de l’assemblée nationale, archives du Film français, travail sur les dossiers de classification du Centre national de la cinématographie)
  • consultation de différents supports (magazines Hot Video et Chobix, visionnage des films pornographiques les plus connus)
  • entretiens avec différents professionnels du monde pornographique (producteurs, réalisateurs, acteurs et actrices, éclairagistes, etc…)
  • observation de scènes de tournages pornographiques (dont une semaine d’observation participante sur un tournage en Espagne, en tant qu’éclairagiste, et  au sein duquel il a aussi participé à la rédaction du scénario)

L’auteur est parvenu à saisir les frontières de ce marché et à décrire le fonctionnement de cette profession, par un travail d’objectivation. Cette démarche lui a permis de ne pas circoncrire cet objet et de l’appréhender sociologiquement en tenant compte du point de vue et du discours des professionnels. Le dévoilement de cet objet d’étude est allé de pair avec une évolution de son statut sur le terrain.

L’ambiguïté de son identité sexuelle nourrie sur le terrain –  tantôt comme un homme dans une dimension hétéronormative, tantôt comme homosexuel – lui a permis d’objectiver la situation d’enquête, en utilisant les données sexuées et genrées comme des instruments de son investigation. « Cette équation prend ici la forme d’un gay travaillant sur des hétérosexuels, hommes et femmes » [P 15][1], lui permettant d’adopter une position d’extériorité vis-à-vis du travail pornographique, par l’utilisation de son orientation sexuelle comme nouveau moyen de médiation entre le sociologue et son sujet d’étude.

On peut apparenter cette approche à la standpoint theory qui a pour but d’objectiver les rapports entre enquêtés et enquêteurs et ainsi mieux situer et contextualiser la parole recueillie et celle que l’on produit.  « La connaissance progressive du monde de la pornographie acquise au cours de l’enquête [lui] a insensiblement fait passer de la position d’interlocuteur extérieur à celui du sociologue du monde de la pornographie » (P 284).

 

Retour sur l’histoire de la pornographie

En tant qu’héritier de la sociologie de l’École de Chicago, et des débuts de la sociologie du genre et de la sexualité, Mathieu Trachman a choisi d’axer son étude sur la dimension professionnelle et capitaliste de la pornographie. Il prend pour référence les travaux de Linda Williams, pionnière des Porn Studies, Viviana Zelitzer et Elizabeth Bernstein. Ainsi l’industrie pornographique est définie comme un « capitalisme fantasmatique », les fantasmes étant investis pour créer du profit. Son travail se  positionne dans la continuité des travaux de Gayle Rubin (principalement “Le marché aux femmes” et “Penser le sexe”).

Notre réflexion préparatoire commune a permis de dégager les axes d’interrogation suivants. Le premier axe est celui de l’intrication du marché des fantasmes et du contrôle de l’Etat, intrication qui détermine la place des acteurs de la profession. Le deuxième axe interroge le statut de la sexualité et des normes hétérosexuelles dans la pornographie à travers la question de l’hétéronormativité.

 

I. Le marché du fantasme

Analyse historique d’un traitement étatique qui a entraîné la ghettoïsation de la pornographie

Mathieu Trachman décrit le processus historique de ghettoïsation du commerce pornographique comme ayant eu lieu dans les années 70. C’est en effet en 1975 que la pornographie se voit, de fait, autorisée. D’abord d’une manière très libre, puis d’une façon bien plus encadrée avec la loi de finances de 1976, qui crée le classement X. En se basant sur les avis de la commission du CNC, chargée d’inscrire les films appropriés dans le classement X, il a cherché à saisir les changements d’attitude des pouvoirs publics dans leurs rapports à ce type de production. Au fil des années, l’ordre moral et censeur qui régissait la pornographie s’est déplacé vers un jugement plus esthétique et technique basé sur une meilleure connaissance de l’industrie.

Cette tendance qui n’a pas eu pour effet d’abolir l’action de ghettoïsation  de ce secteur,  a incité l’auteur à  reconsidérer  la pornographie non pas comme un objet circonscrit et isolé,  en marge de la société, mais recontextualisé dans un champs social et spatial  au même titre que d’autres faits sociaux.

 

Comment un marché s’est-il développé d’après des fantasmes et pour des fantasmes ?

Travailler les fantasmes requiert une organisation du travail, relevant d’un domaine d’expertise spécifique; la mise en image des fantasmes des spectateurs nécessite compétences et savoir-faire. Le monde de la pornographie est partagé entre des « dominants » et des « dominés ». Les uns, une élite appartenant au secteur rémunéré, accumulent des capitaux (l’auteur cite l’exemple de « Vidéo Marc Dorcel ») et forment un groupe professionnel intégré à un monde qu’ils contribuent à construire et dont la pornographie est leur métier principal. Les autres s’inscrivent dans  le secteur précaire de l’amateurisme. Il renvoie à l’activité réalisée pour le plaisir et considérée hors marché par les professionnels, ce qui n’empêche pas des enjeux financiers. C’est un type de production qui tente de valoriser « l’authenticité » des rapports sexuels. Enfin, il est caractérisé par la faible maîtrise des compétences engagées dans la production et par un manque de savoir-faire.

Mathieu Trachman réalise alors une analyse de la « construction du marché des fantasmes ». Les films pornographiques sont considérés comme un réservoir à fantasmes et mettent en scène leurs diversités et leurs évolutions. Ne voulant pas se poser en « entrepreneurs de morale », tout peut être représenté, même ce qui apparaît illégal ou illégitime, déresponsabilisant les pornographes. Toutefois, l’auteur rappelle que les fantasmes représentés sont exclusivement ceux des hommes hétérosexuels masculins, il existe donc des fantasmes plus légitimes que d’autres. De plus en plus, les pornographes mettent en scène des fantasmes spécifiques visant un public de plus en plus ciblé, jouant à subvertir les rapports de classe et de race. Le sociologue montre que le non sexuel participe de l’érotisation.

 

Quels salaires et quel fonctionnement économique du marché ?

La production pornographique est le fait de trois types de « professionnels » : les réalisateurs, que l’auteur appelle aussi pornographes, les acteurs et les actrices. Ces différents professionnels négocient, dans une logique qui est celle d’un marché du travail où s’échangent des corps contre une rémunération. Mais il y a plus que cela : il y aussi un enjeu supplémentaire puisqu’ils s’inscrivent également dans des marchés d’échanges symboliques, qui sont différents selon le statut et le genre. Notamment, les salaires des acteurs, fait assez rare sur le marché du travail, sont plus faibles que ceux des actrices, parce qu’ils n’ont pas les mêmes enjeux lors de la production des fantasmes.

Ainsi, les acteurs sont essentiellement considérés comme une force de travail, presque comme des outils puisque la compétence qui est requise d’eux est finalement leur capacité physique, leur capacité à rester en érection sur une longue durée pour assurer les prises de vue. Contrairement aux femmes, leur apparence physique et leur ancienneté ne sont pas déterminants dans leur choix par les pornographes, même si on comprend que les mêmes acteurs et réalisateurs ont tendance à travailler ensemble de façon récurrente. Pour les actrices, d’autres enjeux viennent se superposer à la relation d’emploi. Elles sont en effet une force de travail, mais elles sont également des produits pour les pornographes puisque c’est l’attrait principal du film pornographique. Ce produit est donc un investissement pour les réalisateurs qui prospectent pour trouver de nouveaux « talents », les mettent en scène et les font évoluer pour en faire ce que Mathieu Trachman nomme “leur catalogue”.

Le sociologue explique donc que les actrices sont un capital pour les réalisateurs, qui cherchent à accumuler de nouveaux produits, donc de nouvelles actrices. Innover sur le marché, pour un pornographe, c’est présenter de nouveaux visages, de nouveaux corps donc de nouveaux fantasmes. Les actrices sont donc prises dans ce marché des fantasmes, qu’elles renouvellent lorsqu’elles arrivent en tant que débutantes, mais aussi dans un marché de la sexualité puisque leur nouveauté est aussi signe de leur inexpérience. L’inexpérience, tare chez les acteurs, devient richesse pour les femmes, car elle constitue en soi un fantasme, en plus de l’attrait de la nouveauté. C’est là que se noue donc le jeu délicat de la négociation de la valeur, car les actrices, contrairement aux hommes pour lesquels le salaire est relativement faible, ont une valeur qui se renégocie en permanence.

Le paradoxe de la valeur de l’actrice pornographique, qui se concrétise donc en termes de rémunération, vient de sa double position d’employée et de produit : en tant que nouvelle, l’actrice a une valeur ajoutée, mais son inexpérience l’empêche d’avoir accès à sa valeur réelle. En tant qu’ancienne, elle est un visage connu, éventuellement une « star », elle a un éventail de pratiques plus complet donc plus cher payé, mais elle n’a plus l’attrait de la nouveauté.

Dans ce jeu de négociation, on comprend que les réalisateurs sont avantagés dans le rapport de force : ils profitent de l’inexpérience des nouvelles et se servent de ces « débutantes » pour introduire une concurrence face aux anciennes. C’est un effet assez classique dans le cadre d’un marché de travail opaque et aux frontières de la légalité que de procurer un avantage aux recruteurs. On peut alors se demander pour quelles raisons les actrices n’accèdent pas aux fonctions de réalisation.

 

II. La pornographie : entre intimité de la sexualité et économie, diversité des fantasmes et normes hétérosexuelles

Le paradoxe des actrices qui oscillent entre le statut de victime et une certaine capacité d’agir

Donner la parole aux acteurs du milieu pornographique leur permet de ne pas être perçus comme des victimes, mais comme des individus agissant, que nous associerons avec la notion d’empowerment. Nous définirons ce terme comme le processus par lequel une personne acquiert le sentiment qu’elle peut exercer un plus grand contrôle sur sa réalité par des actions concrètes dans des conditions de vie incapacitantes ; le résultat d’un tel processus est l’augmentation des sentiments d’estime de soi, d’efficacité, de contrôle ou de pouvoir sur le plan individuel, organisationnel et communautaire » [Chamberland, Lessard, 2003 : 282][2].

L’entrée dans la pornographie a souvent été perçue comme un non-choix  pour les femmes, et une extorsion de leur sexualité. Nous ne saurions nier que ce travail est « imbriqué dans des inégalités de genre » [P138], mais pas seulement; le percevoir comme tel serait gommer la diversité qui compose ce métier.

Il apparaît tout d’abord comme une possibilité d’autonomie à la fois professionnelle et sexuelle. Certaines actrices mettent en avant l’autonomie qu’elles ont pu acquérir en entrant dans la pornographie, développant ainsi des capacités telles que la gestion de leur image, le démarchage…qu’elles n’auraient pu mettre en avant dans un travail de caissière, vendeuse. Elles deviennent d’une certaine manière maitresses de leur carrière, choisissant avec qui tourner, à quel moment et pour combien de temps.

Mais cette idée du travail n’est qu’une vision partielle, elle est rapidement remise en question quand les logiques du marché poussent les actrices à accepter des contraintes à la fois financières et sexuelles. Une des formes de cette instrumentalisation se retrouve dans l’échange économico-sexuel, théorisé par Paola Tabet dans son ouvrage, la Grande Arnaque. À cette appropriation de la sexualité féminine, le script pornographique répond par une exigence forte à l’hétérosexualité pour les hommes : il s’agit de l’affirmer.

 

Capter le monde pour mieux créer une réalité : l’ambiguïté d’une réification de l’hétérosexualité à partir de la diversité des fantasmes.

Mathieu Trachman traite de la place de l’identité sexuelle (ou bien sa déclaration) dans le champ professionnel de la pornographie et la question qui se pose est de demander si le travail pornographique transforme les identités sexuelles des pornographes ?

La représentation publique de l’attitude hétérosexuelle de la pornographie (et des pornographes également) est une idéologie professionnelle, qui masque certaines tensions et contradictions que peuvent subir les pornographes. Il existe une cohérence entre l’identité sexuelle hétérosexuelle et l’identité professionnelle hétéronormative masculine. L’homosexualité masculine est proscrite du porno hétéro alors que le lesbianisme est  accepté, cette expérience ne remettant pas en cause l’hétérosexualité des femmes. Il n’en est pas de même des acteurs pour qui les rapports sexuels sont systématiquement problématiques.

Ce refus de l’homosexualité masculine ne signifie pas que les pratiques sexuelles entre hommes soient exclues du répertoire sexuel des pornographes. Elles ne sont pas spécifiques à la culture gay, mais elles sont reléguées dans les coulisses de l’hétérosexualité masculine. Le monde de la pornographie est donc l’exemple d’une gestion de désirs masculins dans laquelle le secret et la visibilité sont centraux. Le script pornographique constitue un rappel à l’ordre sexué.

La construction de l’hétérosexualité décide donc de ce que sont les fantasmes masculins et ceux qui ne le sont pas. Le travail pornographique prend la forme d’une circonscription des fantasmes hétérosexuels légitimes, et d’une mise à distance des fantasmes douteux. Et pour assurer cette distance, l’affirmation de la virilité est importante.

 

_________________________________________

Bibliographie

JOËL-LAUF.M La sexualité en prison de femmes, thèse sous la direction de Philippe Combessie. 2012

TABET.P La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme, 2004, 207 p.

 


[1] Référence à l’ouvrage lui-même

[2] In JOËL-LAUF.M La sexualité en prison de femmes, thèse sous la direction de Philippe Combessie. 2012

 

La Mystique de la croissance : comment s’en libérer ?, de Dominique Méda

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteurs du billet: Medhi Arfaoui, Annabelle Bonnet, Emeline Derrian, Sara Moscardini, Stéphanie Perrin, Virginia  antilli, Noémie Vergier, Elodie Voisin.

Master Sociologie, EHESS, Paris.

****************************************************************************

I) Dominique Méda : une auteure interdisciplinaire et engagée

Dominique Méda, normalienne, agrégée en philosophie a débuté sa carrière à l’Inspection Générale des Affaires Sociales et est devenue responsable de la Mission Animation de la Recherche à la DARES. Elle est actuellement professeure de sociologie à Paris Dauphine et chercheuse à l’Irisso (Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales) de même que Titulaire de la chaire «Reconversion écologique, travail, emploi, Politiques sociales » au collège d’études mondiales (FMSH).

Ses principaux domaines de recherche sont le travail et la place de ce dernier dans la société, les politiques sociales, les indicateurs de richesse et les femmes notamment en relation à la sphère professionnelle. Sa publication en 1995 de l’ouvrage Le travail. Une valeur en voie de disparition ?, traite de ces sujets.

En 1999, Méda publie Qu’est-ce que la richesse ?, une analyse très critique de la définition du concept de richesse dans nos sociétés, et des outils de mesure utilisés. Dix ans plus tard, en 2008, elle revient sur le thème des indicateurs de richesse dans Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse. Quelques années auparavant, elle avait effectué avec Alain Lefebvre des comparaisons entre les modèles sociaux en Europe, afin de mettre en perspective les dysfonctionnements du modèle français dans Faut-il brûler le modèle social français ? (publié en 2006).

Elle a également travaillé tout au long de sa carrière sur les questions d’égalité hommes/femmes au travail en publiant, en 2001, Le Temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles de même qu’en participant au Rapport en 2005 intitulé Les inégalités entre les femmes et les hommes : les facteurs de précarité.

Enfin avec les ouvrages collectifs Redéfinir la prospérité et Les chemins de la transition de 2011, Méda entame une réflexion sur une économie de la qualité, une prospérité sans croissance et une nouvelle définition et répartition des richesses. Au-delà de ses publications, Dominique Méda a été l’un des membres fondateurs du Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesse (FAIR). Enfin depuis la fin du mois de novembre 2013, elle a choisi de s’investir dans un nouveau courant politique : « Nouvelle Donne ».

 

II) La mystique de la croissance : un manifeste politique ?

Dans cet ouvrage, l’auteure entame son analyse par la description de la crise sociale, économique et écologique que notre société traverse. L’auteure souligne comment l’Occident est sorti de la croissance, même si elle est toujours présente dans les discours. Dans les faits, les taux de croissance européens sont extrêmement faibles sinon négatifs. La mystique de la croissance, ou en d’autres termes le paradigme de la croissance, imprègne toujours nos sociétés. Il est temps selon Méda d’aller vers un nouveau paradigme.

Ainsi Dominique Méda déconstruit cette équation entre bonheur, croissance et plein emploi pour soutenir une économie qui intègre la justice sociale et permet la reconversion écologique. La Mystique de la croissance n’est donc pas un ouvrage de sociologie au sens classique du terme, avec un terrain et une méthode d’enquête, ni un travail philosophique. Mais il s’apparenterait plutôt à une forme de manifeste politique.

Ce livre se partage en trois parties, presque sous la forme d’un programme ou d’un plan d’action.

A) Première partie : “Comprendre”

Dans “Comprendre”, Méda dresse un portrait volontairement alarmant des problèmes environnementaux : la diminution des gisements de ressources naturelles, la disparition des énergies fossiles, la pollution, la bio-diversité en danger. La logique de « croissance » en serait à l’origine.

Puis, Méda cherche les raisons culturelles et sociales pour lesquelles nos sociétés se structurent, depuis le XVIIIè siècle, autour de la notion de « production ». Elle insiste tout d’abord sur l’instauration d’un rapport de domination et d’exploitation entre l’Homme et la Nature, qui distingue ces deux entités. Elle explique ensuite comment cette vision aurait été renforcée au XVIIIè siècle, avec la naissance de l’économie comme discipline, pour des raisons de cohésion sociale dans une société qui connaît de profondes transformations. La « production» aurait été perçue comme source du lien social, qui rend les individus dépendants les uns des autres à travers l’échange. L’augmentation incessante de la production est même devenue la condition sine qua non du maintien de l’ordre social.

La notion de « croissance » aurait été progressivement assimilée à celle de « progrès » puis à celle de « bien-être » pour la société. Elle aurait été pensée comme la garante de l’amélioration des conditions de vie, et ce jusque dans les années 1970. Enfin, selon l’auteure, les sciences humaines et sociales également auraient participé à accentuer cette croyance. Elles se seraient focalisées sur la production et sur les relations humaines, sans prendre en compte la nature et son rapport à elle et auraient ainsi contribué à l’oubli de son existence concrète.

De ce postulat, l’auteure explique que la croissance économique aurait été maximisée à outrance, devenant presque le critère de santé d’un État.

L’auteure termine justement sur le mode de calcul de la croissance dans nos sociétés, à travers une analyse de son indicateur majeur, le Produit Intérieur Brut. La comptabilité nationale est censée décrire la réalité de manière objective et scientifique, mais il s’agit d’une illusion : elle n’est pas une description neutre de la réalité, mais une construction à visée performative, destinée à orienter les actions et produire des effets dans une logique de « croissance ». C’est le produit d’une convention. Le PIB est un indicateur qui mesure un flux, l’ensemble des valeurs ajoutées. Mais l’indicateur exclut beaucoup d’activités, toutes celles qui ne sont pas rémunérées (temps de travail domestique, temps familial, bénévolat, loisir). Ensuite parce qu’il ne donne aucune vision de la répartition de cette richesse et qu’il ne fait aucune distinction entre ce qui est utile et inutile. Enfin parce que sur la manière d’établir un compte de résultat ne montre pas l’amoindrissement ou l’augmentation des stocks du « patrimoine naturel ». Ainsi l’utilisation du PIB aurait largement participé de cette confusion entre « croissance » et « progrès ».

B) Deuxième Partie : “Changer”

Dans cette partie, l’auteure se situe dans l’urgence de trouver une réponse pour sortir collectivement de cette impasse à la fois écologique, économique et sociale. Les solutions proposées consisteraient en l’élaboration d’une nouvelle grammaire pour orienter les nouveaux moyens de production et de consommation.

Ainsi, Méda rappelle que la nature ne pourrait plus subvenir à nos excès de consommation utilitaristes et positivistes, mal redistribués entre Nord et Sud, et généralement à notre vision anthropocentrique et capitaliste de la nature comme sujet à exploiter et à dominer envers laquelle nous n’avons aucun devoir mais uniquement des droits.

La question de la transmission d’un « patrimoine naturel » aux générations futures constituerait pour Méda un nouvel enjeu. Elle invite à reformuler l’idée de « patrimoine social » en y incluant une réflexion sur la justice sociale.

Premièrement, la notion de “capital naturel” devrait être remplacée par l’idée de patrimoine présentant la nature plutôt comme un bien commun à défendre sans attendre. Il faudrait se soucier aussi des composantes sociales et économiques qui constituent notre société. En définitive, on devrait penser la nature dans son ensemble, ses stocks, ses ressources naturelles renouvelables et non renouvelables tout en considérant les facteurs qui déclenchent sa dégradation ou son amélioration.

L’auteure soutient l’idée des indicateurs uniques divisés en sous-parties pour les facteurs les plus précieux et difficiles à évaluer : le travail humain et la sauvegarde de la planète. Il faudrait abandonner le PIB pour développer d’autres indicateurs qui représentent une réalité sociale plus complexe et multiple, comme l’indicateur synthétique de progrès qualitatif (IPQ).

Méda affirme que la crise économique du 2008 aurait complètement occulté la crise écologique sur laquelle des efforts internationaux étaient en train de se mobiliser. Notamment de nouveaux modes de productions comme la réduction de gaz à effet serre, la limitation de la pollution des eaux, des sols, le respect de la biodiversité et de nouveaux termes étaient progressivement élaborés comme « croissance verte » et « emploi vert ». Par conséquent, elle invite à trouver des solutions conjointes aux crises économiques et écologiques considérant tout d’abord la réalité physique de la nature.

Pour éviter que la sortie de la mystique de la croissance produise un chômage de masse, Méda propose préalablement le changement de notre conception de la croissance et de la consommation, donc un changement qui devrait déboucher de façon plus concrète sur la modification de nos habitudes : augmentation de l’agriculture biologique, modification de nos façons de construire, de nous déplacer, et surtout un renversement du paradigme de la quantité par celui de la « qualité » et de la « durabilité ».

C) Troisième partie : “Mettre en œuvre”

Selon l’auteure, il faudrait en tout premier lieu mettre la production au pas des critères politiques et éthiques. Des règles collectives de gestion des biens communs seraient à définir aux échelles mondiales, nationales et locales pour préserver la nature. Il faudrait sortir la production et la nature de la sphère privée. Du fait des contradictions (apparentes) entre question sociale et environnementale, il est difficile de défendre ouvertement un processus de réglementation politique et éthique de la production. Au début de la crise financière de 2008 aurait existé une volonté populaire et institutionnelle de moraliser la finance. Mais la crise se prolongeant et entraînant des politiques d’austérité, les questions sociales et écologiques se retrouveraient à nouveau en contradiction.

Afin de casser cette fausse contradiction il faudrait remettre en cause l’idée que croissance est synonyme d’emploi. Selon l’auteure on pourrait créer de l’emploi sans croissance grâce à la diminution de la durée du travail, et / ou diminution de la productivité en augmentant la qualité (environnementale et sociale) de la production. Toutefois, postule Méda, une politique de réduction de la productivité, et donc de la compétitivité, nécessiterait une régulation de la mondialisation. L’interdiction des paradis fiscaux, et l’obligation des banques à séparer leur activité de crédit de la spéculation seraient des exemples en ce sens.

Nous avons alors besoin d’un changement de paradigme : l’emploi ne devrait plus être considéré comme une variable d’ajustement dans l’objectif d’une production maximale, mais comme le moyen de répondre aux besoins essentiels et définis collectivement. L’auteure placerait la Communauté Européenne au premier rang des institutions qui pourraient effectuer et planifier cette transition en s’appuyant sur une « transition juste » socialement ressentie comme telle (ce à quoi l’écotaxe est un parfait contre-exemple).

De même, la recherche d’une relative autosuffisance économique serait indispensable, comme des accords internationaux sur les normes sociales et environnementales. Toutefois la régulation mondiale des quotas des gaz à effet de serre poserait le problème de la justice Nord/Sud et nécessiterait une importante redistribution des richesses globales.

Cette transition demanderait donc de grandes innovations sur le plan institutionnel, allant à l’encontre des intérêts politiques et économiques en place. Selon l’auteure, une forte activité démocratique, ainsi que la repolitisation du travail, de la production et de la consommation impliqueraient une attitude de gestion et de soin des ressources (humaines et naturelles) plutôt qu’une attitude d’exploitation. Ce qui conduirait à revaloriser certaines activités selon un nouvel indicateur de progrès seront les activités non-marchandes (éducation, soin, relationnel…), d’auto-production, voire les activités personnelles.

Pour cela, il faudrait convaincre que le dépassement du paradigme de la croissance est une opportunité. Une redistribution des richesses serait indispensable. Par ailleurs, ce changement ne serait possible que si l’on substituerait l’acte de consommation par une participation accrue à l’activité politique collective, et par l’autoproduction. C’est d’ailleurs la création de l’identité individuelle autour de l’acte de consommation qui poserait le plus de problèmes dans le changement de mentalité.

 

III) Conclusions et questions restées ouvertes

Peut-on parler de manifeste politique ? Dominique Méda ne le confirme pas. Elle explicite une stratégie communicative et pédagogique qui justifierait la forme de son ouvrage. Ce livre s’adresserait autant aux citoyens qu’aux décideurs. Elle ne veut pas non plus s’adresser aux lecteurs déjà convaincus de la nécessité d’abandonner le paradigme de la croissance et du capitalisme. D’où par exemple son refus de l’utilisation du mot de « décroissance ». Toutefois, cette stratégie nous interroge sur la véritable sortie du paradigme de la croissance ou tout du moins du capitalisme par Méda elle-même, puisque les concepts de « travailleurs », «consommateurs », « investissement » ou « capitaux » seraient tout aussi présents dans les maux qu’elle décrit que dans les solutions. Or un changement de paradigme, au sens de Kuhn, est un changement radical qui voit un renouvellement du vocabulaire et des acteurs. On peut toujours se demander si ce n’est pas au contraire une rupture complète qui permettra de prendre conscience de l’opportunité que pourrait représenter un changement de modèle de développement social et économique.

Il nous semble que le principal défaut ou omission de Dominique Méda est une analyse réelle du conflit social, qui est intrinsèquement inscrit dans les solutions qu’elle propose. Pourtant, elle rappelle dans son ouvrage le problème de conflit d’intérêt que représente une sortie de la mystique de la croissance. De même, elle revient lors du débat sur l’immobilisme des décideurs, sinon même des dégâts que cette croissance porte.

Toutefois, Méda ne semble pas vouloir s’attaquer dans son ouvrage aux rapports de force qui maintiennent ce choix de la nécessité de la croissance, au moins dans les discours. Elle invite les citoyens à se réapproprier de la vie politique. Elle s’insurge de ne pas les voir participer aux vrais débats de société.

Elle réaffirme pendant notre discussion que les citoyens ne peuvent pas prendre de mauvaises décisions, en tout cas pas pires que celles qui ont déjà été prises, tel que le maintien du PIB. Mais paradoxalement, elle semble refuser de se positionner sur des exemples concrets où les citoyens tentent de se réapproprier des choix de société.

Refus de la conflictualité, volonté d’une démarche inclusive et institutionnalisée? Lorsque nous lui demandons ce qui devrait être changé dans le système politique, nous n’obtenons pas de réponse. Chercheuse engagée certes, mais ses propositions présenteraient des limites. Il s’agit de donner des arguments aux citoyens pour qu’ils puissent prendre conscience et se battre, ou pour autant de se battre à leurs côtés ?

Lors du débat, les concepts de soutenabilité, et d’agriculture biologique, qui recouvrent des réalités extrêmement diverses, ne sont pas spécifiés par Dominique Méda qui nous laisse à ce sujet sans réponse précise. De facto, elle nous laisse sans indications de « pratiques anti- croissance » à développer en tant que citoyens et sociologues.

 

En conclusion, le paradoxe entre la forme et le contenu de cet ouvrage nous a paru révéler surtout le hiatus, historique, entre le changement de paradigme et sa mise en oeuvre. En effet, alors que la plupart des ouvrages traitant de ce sujet se cantonnent à résoudre soit la question philosophique, éthique ou morale de l’hybris, Dominique Méda, chercheuse engagée, nous propose une approche alternative dont l’ambiguïté témoigne de la complexité de ce positionnement.

En entretien comme dans son livre, l’auteure, énarque, fait part de son scepticisme vis-à-vis de la possibilité d’une démystification parmi les élites, déjà informées, déjà alertées. Le propos central du livre ne nous semble pas tenir dans ce procédé méthodique suggéré pour arriver à bout des maux sociaux et écologiques. La Mystique de la croissance propose, avant tout, de comprendre comment à un moment donné, il est devenu possible d’assujettir intégralement la nature au service de l’homme, l’homme au mythe de la croissance, et de voir cette construction sociale persister.

Nous retiendrons tout de même une part incontournable d’idées proposées par Dominique Méda, comme par exemple le nouveau partage du travail, les associations possibles entre la question sociale et la question écologique, ou encore l’intégration, à la comptabilité nationale, des flux de production non marchands.