Archives par mot-clé : mis-en-avant

[Annonce] Journée d’études de la mention Sociologie Générale

À vos agendas !
Le mercredi 27 juin 2018 aura lieu la journée d’études des masterant-es de la mention Sociologie Générale.

La journée se déroulera en trois sessions de 1 heure, ayant pour thématique l’ethnographie, la santé et le numérique.

N’hésitez pas à consulter le programme détaillé ci-dessous, et à venir assister à la présentation des étudiant-es du Master !
(en salle 7, de 14h à 17h).

(une journée organisée par Marguertie Déon et Julian Posada, avec l’aide de Benoit Hachet, David Goteiner et Betina Boutroue).

Affiche JE Master Sociologie Générale 2018

CR Journée « Faire une thèse en sociologie »

« Faire ou ne pas faire une thèse en sociologie, là est la question… »

Sauf que lorsque l’on a répondu « oui » à cette question, les soucis ne font que commencer ! Faire une thèse, certes. Mais comment ? Avec qui ? Dans quelles conditions ? Autant de questions qui peuvent donner le tournis, même chez les étudiant-es les plus motivé-es par l’expérience du doctorat.

C’est pour donner des pistes de réponses que la mention sociologie générale, sous l’impulsion de Benoît Hachet, a mis en place une demi-journée « Faire une thèse en sociologie », qui s’est déroulée le 22 mars 2018. Un compte-rendu a été réalisé par Bétina Boutroue, étudiante et représentante des M2 Sociologie générale : il est téléchargeable en cliquant sur le ce lien.

Programme de la journée « Faire une thèse » 22 mars 2018

Par ailleurs, plusieurs intervenant-es ont fourni les documents ayant servi de supports à leur intervention: vous pouvez les retrouver ci-dessous. Merci à elles/eux pour leurs documents, ainsi qu’à l’ensemble des participant-es pour leur disponibilité au cours de cette journée.

[Brève] Prix du jeune auteur de la revue Sociologie du travail

Chaque année (ou presque), la revue Sociologie du travail récompense trois jeunes auteur-rices pour leur proposition d’article scientifique. L’objectif est de mettre en avant le travail de ces  chercheur-ses, tout en incitant les participant-es à se confronter aux règles de l’évaluation par les pairs. Notons qu’au-delà de la diffusion accordée à ces papiers, le prix intègre également une rétribution financière.

Ce prix du jeune auteur de la revue Sociologie du travail est donc une belle opportunité de publication pour les jeunes sociologues. Plus encore : en explorant les différents articles primés, il est possible de découvrir et de s’inspirer de différentes manières de (bien) écrire la sociologie.

Parmi les trois lauréat-es de l’année 2017, deux font/ont fait partie de l’équipe pédagogique du Master. Félicitations à Romain Juston (Post-doctorant au CSO, et ex-Ater à l’EHESS) et Corentin Durand (Doctorant et Ater à l’EHESS) pour leurs prix !

Les trois textes primés seront disponibles dans Sociologie du travail (vol. 60, n°3), à paraître dans l’été 2018.

(Source, avec le synopsis des trois articles).

Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Pierre Joffre livre dans ce billet quelques résultats issus de son mémoire de Master 2 de sociologie dans lequel il s’est attaché à comprendre les différences relatives à l’espace perçu, d’un quartier à l’autre, au sein du 18ème arrondissement de Paris. Pour saisir ces différences, il a notamment demandé à ses enquêtés de dessiner sur une carte les frontières  de ce qu’ils identifient comme leur quartier, en distinguant les espaces propres aux diverses activités qu’ils y déploient. Ce billet est ainsi, au-delà d’une analyse documentée du sentiment d’appartenance spatiale dans ces micro-quartiers parisiens, une proposition méthodologique et réflexive toute à fait originale.

Ni « purement populaire, ni vraiment bourgeois »[1] pour reprendre les termes d’Antoine Prost, le 18ème arrondissement de Paris fait sans doute partie des plus contrastés en termes de population. Par la mosaïque qu’il offre, il semblait intéressant de l’étudier plus précisément en se penchant sur deux micro-quartiers très différents, qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain, Marcadet-Poissonniers et Lamarck-Caulaincourt-Damrémont. Le travail de master s’interroge ainsi sur le rapport à la mixité sociale des populations qui vivent dans un arrondissement contrasté dans son ensemble, mais qui peut abriter des micro-quartiers beaucoup plus homogènes. Continuer la lecture de Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Ce billet s’inscrit dans le cadre d’une enquête collective issue d’un partenariat entre l’Ouscipo[1] et le Samu Social de Paris. Il s’agit du deuxième billet issu de cette enquête collective publié sur ce carnet. Dans le cadre de sa mission de lutte contre la grande exclusion, le Samu Social de Paris propose un accueil de jour ou des possibilités d’hébergement la nuit aux personnes sans-domicile. Menée en 2015-2016 par une vingtaine d’étudiants répartis dans quatre centres, cette enquête collective a constitué pour nous une initiation “à la recherche par la recherche” par le biais d’un dialogue permanent avec les acteurs de la société civile. Cette recherche s’appuie sur une semaine d’enquête de terrain au sein d’un des Lits Halte Soins Santé (LHSS). Créés dès l’origine du Samu Social de Paris en 1993 et ouverts à titre expérimental, ils ont été pérennisés par décret le 17 mai 2006 et homologués « structure médico-sociale ». Les LHSS hébergent les sans domicile à temps complet et sans conditions pour une durée limitée à deux mois renouvelables.  

*             *

*

Au cours de cette riche semaine de terrain, nous avons réalisé des entretiens et des observations auprès du personnel et des hébergés de la structure[2], avec pour point de départ la thématique de l’« éloignement ». Les structures du Samu Social peuvent prononcer des mesures dites d’« éloignement » à l’encontre des personnes accueillies ou hébergées. Il s’agit d’exclusions valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie. Ainsi, nous avons abordé notre enquête avec pour volonté première d’observer les logiques pouvant conduire à de telles décisions.  

« Vous me foutez dehors. »

Continuer la lecture de Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Candidater au master Sociologie générale: dates limites

Dates limites de dépôt des dossiers de candidature
Téléchargement du dossier d’inscription M1 et M2 sur le site :

à partir du 15 mai 2017 (inscription administrative).

Date limite de dépôt des dossiers de candidature en M1:

Session de juin : les dossiers complets (version papier) doivent parvenir au secrétariat au plus tard le mardi 27 juin 2017 (réponse par courriel au plus tard le 10 juillet 2017)

Session de septembre : les dossiers complets (version papier) doivent parvenir au secrétariat au plus tard le mercredi 27 septembre 2017 (réponse par courriel le 10 octobre 2017)

Date limite de dépôt des dossiers de candidature M2:

Session de juin : les dossiers complets (version papier) doivent parvenir au secrétariat après la signature du directeur de master au plus tard le mardi 27 juin 2017 (réponse par courriel au plus tard le 10 juillet 2017)

Session de septembre : les dossiers complets (version papier) doivent parvenir au secrétariat après signature du directeur de master au plus tard le mardi 3 octobre 2017 (réponse par courriel au plus tard le 10 octobre 2017) 

Pour les conditions d’admission en M1 et les documents à fournir, voir Conditions d’admission en M1.

Pour les conditions d’admission en M2 et les documents à fournir, voir Conditions d’admission en M2.

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

Que faire après un Master de sociologie à l’EHESS ? Annonce de deux séances sur l’après master

La formation sociologie organise deux séances de travail sur l’après Master, les 23 mars et 19 avril 2017

Faire une thèse en sociologie, jeudi 23 mars de 15h à 18h en salle 13 (105 Bd Raspail)

Il s’agit de s’interroger sur les raisons de faire une thèse, sur les conditions requises, sur les débouchés après un doctorat, sur les financements disponibles ou encore sur l’utilité de l’année préparatoire au doctorat. Ces thèmes sont abordées avec des responsables de ces questions à l’Ecole doctorale  et avec des étudiants en doctorat qui viendront nous parler de leurs expériences.

Se professionnaliser après un Master de sociologie, mercredi 19 avril de 13h30 à 18h en salle de Lombards (96 Bd Raspail).

Nous proposons une réflexion sur les débouchés du Master de sociologie en dehors du doctorat. Nous présenterons une enquête sur le devenir des masterant.e.s qui a été réalisée par l’ehess, envisagerons les métiers de la fonction publique, et nous accueillerons d’anciennes et d’anciens étudiant.e.s de Master qui présenteront leurs parcours.

Les programmes complets seront prochainement disponibles.

Benoît Hachet

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter