Archives par mot-clé : méthodes qualitatives

Des sociologues dans les cartons… d’archives

Par Elsa Boulet et Quentin Fondu.

Ce billet reprend l’introduction du séminaire « Initiation à l’usage des archives en sociologie », animé par Elsa Boulet en 2015-2016. Lors de la séance introductive, Quentin Fondu, doctorant en sociologie au CESSP-CSE, a présenté son propre travail d’enquête à partir d’archives en insistant sur les « ficelles du métier ». D’un format un peu particulier, ce séminaire visait à faire expérimenter aux étudiant.e.s en sociologie la confrontation avec des archives : après une séance introductive, les étudiant.e.s se sont plongé.e.s dans des cartons de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre) avec pour mission d’écrire un « mini-mémoire » portant sur les luttes pour la légalisation de l’avortement en France dans les années 1970-1980. La moitié des séances du séminaire a ainsi été consacrée au dépouillement des archives, l’autre moitié permettant un travail en atelier autour des questionnements, des hypothèses et des résultats présentés par les étudiant.e.s.

*                *

*

Des archives, mais pour quoi faire ?

Les archives ne sont pas une méthode fréquemment utilisées en sociologie, mais la sociologie historique est un champ de recherche qui n’en reste pas moins important. En replaçant les phénomènes sociaux dans des temporalités plus ou moins longues, la sociologie historique met en lumière la dynamique des rapports sociaux (l’émergence du capitalisme analysée par Max Weber [1]), la genèse des institutions (le travail de Rémi Lenoir sur l’idéologie familialiste par exemple [2]) ou encore des outils de savoir (Desrosières et « l’histoire de la raison statistique » [3]). Tout objet d’étude sociologique peut comporter une dimension historique, dans la mesure où sociologie et histoire partagent un même objet d’investigation : « le cours historique du monde » [4], pour reprendre les termes de J.C. Passeron. Continuer la lecture de Des sociologues dans les cartons… d’archives

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces

Par Marion Ink, doctorante au CEMS, chargée d’enseignement au sein du master « Sociologie générale » de l’EHESS.

Ce billet a été écrit dans le cadre du séminaire de Marion Ink : « L’enquête sociologique par entretiens », donné à l’EHESS en 2015-2016.
La lecture des retranscriptions des entretiens de chacun(e) des étudiant(e)s a permis d’identifier certaines « bonnes astuces » et « petites erreurs » des étudiant(e)s-enquêteur(e)s.
Nous remercions ainsi les étudiant(e)s de ce séminaire :
BONVICINI Laura, BOUVIER Ophélie, CHONAVEL Manon, CORON Justine, DEMIRDJIAN Léa , GALIBERT-LAINE Chloé, HELSENS Théo, ISHITSUKA Aurélia Milika , LESCHEVIN Théo, LONGO Mariana, LORMEAU Marine, NIEDDA Marie-Laurence, OLIVEIRA FERREIRA Lizandra, PANIS-LIE Julien, SANTINI Geoffrey, SESTITO Rosanna, USEO Matthieu, VANHOOREN Stéphanie et VISENTIN Sylvia, pour leurs retranscriptions d’entretiens, ainsi que leurs retours.

*             *

*

« L’Entretien Non- Directif de Recherche est une pratique sociale ou/et un dispositif de recherche dont la définition minimale est la suivante : c’est un entretien principalement entre deux personnes (il peut être étendu à un groupe), un interviewer et un interviewé, conduit et enregistré par l’interviewer. Celui-ci a pour objectif de favoriser la production d’un discours de l’interviewé sur un thème défini dans le cadre d’une recherche »  
BLANCHET Alain, GIAMI Alain, GOTMAN Anne et LEGER Jean-Michel, 1993, L’entretien dans les sciences sociales. L’écoute, la parole et le sens, Paris, Dunod, p.7

Ainsi, ces « trucs et astuces » ne sont conseillés que pour favoriser la production du discours de l’enquêté. Ces conseils sont à adapter selon l’entretien, l’interaction in situ, l’entretenu, la phase de l’enquête sociologique dans lequel s’inscrit l’entretien mené, etc. Continuer la lecture de Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

Le public ? Quel public ? Expérience professionnelle et recherche en cours sur les publics dans un dispositif de concertation

 Camille Lamouche est étudiante au sein du Master 2 « Sociologie générale » de l’EHESS. Elle nous propose ici un retour sur l’enquête qu’elle a effectué pour son mémoire et les enjeux autour des différentes approches des publics dans son travail, sur le terrain des dispositifs de concertation autant que sur le plan de l’analyse sociologique qu’ils appellent.  

Dans le cadre de mon Master 2, je réalise une recherche sur la sociologie de la concertation publique, démarche qui vise à associer la population aux prises de décisions publiques. Mon sujet consiste en l’étude des acteurs-organisateurs des concertations publiques. Il s’agit d’observer leurs pratiques et plus précisément celles à l’œuvre lorsqu’ils définissent les publics qu’ils cherchent à mobiliser.

Je reviens ici sur les deux perspectives depuis lesquelles j’ai eu l’occasion d’aborder la question des publics participants aux concertations : la première, en tant que professionnelle de la communication, la seconde en tant qu’étudiante en sociologie. La première est à l’origine de questionnements concernant l’approche des publics qui est à l’œuvre chez les professionnels de la communication. La seconde a nécessité un travail de problématisation, pour transformer ces questionnements en pistes d’analyse sociologique.

L’approche professionnelle : le public, une production d’experts ?

Le public n’existe pas. Voilà l’impression que me laissent dix années d’expérience en agence-conseil en communication publique. Bien sûr, on s’adresse à lui par le biais de campagnes, de sites Internet, de supports éditoriaux et autres événements. Il est quantifié, de temps à autres. Mais il n’est qualifié, au sens scientifique du terme, que très rarement, ces agences disposant finalement de très peu de données (souvent de seconde main) sur les publics auxquelles elles adressent leurs campagnes. En revanche, les professionnels y travaillant fourmillent de convictions : le public est sans cesse évoqué voire invoqué, des décisions stratégiques sont prises en son nom. Il n’en demeure pas moins que peu de données tangibles viennent appuyer ces intuitions. C’est cela qui me laisse penser que le public n’existe pas autrement que comme fiction, construite à des fins d’expertise.

Ainsi, la posture d’émetteur professionnel – ou communicant – implique bien souvent de construire de grandes catégories de publics en s’appuyant sur l’expérience et le bon sens. Stratégies, supports, messages, plans de diffusion sont ainsi articulés à partir de ce découpage. Or, cette méthodologie intuitive couplée à des impératifs budgétaires impose des campagnes dont on imagine fort bien qu’elles excluent une large partie des publics existants. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes lorsque l’on se situe dans une logique de communication publique, avec pour impératif officiel de s’adresser à tous les citoyens. Cette lacune devient encore plus problématique quand le travail de l’agence consiste à accompagner les dispositifs de concertation publique. En effet, le but affiché de ces derniers est de pallier certains dysfonctionnements de la démocratie en favorisant la prise de parole de tous les publics concernés par le projet soumis à concertation. En toute logique, il faudrait alors veiller à mettre en œuvre une information permettant à chacun de se saisir du projet et d’être en mesure de s’exprimer à son propos. Cependant, j’ai pu constater au cours de mes expériences l’absence constante de certains publics dans ces instances participatives. Les publics participants sont ceux-là même qui participent à la vie politique traditionnelle, quand les catégories sociales déjà exclues des dispositifs de participation politique classiques le demeurent dans la plupart des cas.

J’ai également observé une forme d’agitation autour de ces questions de publics. En effet, le milieu professionnel chargé d’organiser les concertations produit une réflexion fournie autour de la mobilisation de publics représentatifs. L’idéal d’une inclusion de tous les publics au processus est revendiqué et de nombreuses suggestions d’ordre normatif sont formulées en ce sens par les acteurs de ce champ professionnel. Citons pour exemple la Commission Nationale du Débat Public, qui a établi des règles méthodologiques de référence. Par ailleurs, ce que j’ai observé dans ma pratique professionnelle s’avérait assez éloigné de ces principes, puisque la structure qui porte son projet à concertation cherche, in fine, à le faire accepter dans les meilleures conditions pour elle. Ce point de départ, tout entier tourné vers l’aboutissement de la procédure, entrave la réflexion préalable à la mise en place du dispositif. Car l’enjeu réside alors dans une fine cartographie des publics, envisagée selon leur relation avec le projet. La communication est ensuite déployée en réponse à ces postures, celles-ci étant ainsi le principal critère pour reconnaître les publics. On le devine, cette démarche laisse de côté d’autres publics.

Ainsi, la recherche de la représentativité et de l’inclusion de tous les publics n’ont pas constitué, dans les expériences qui ont été les miennes, un critère majeur dans la formalisation du dispositif de concertation. L’écart entre la promesse concertative et la réalité mise en œuvre semblait alors prononcé. Pourtant, je n’ai cessé de constater combien les acteurs du monde de la concertation affichent leur souhait de « rénover la démocratie » et de « redonner confiance aux citoyens ». Mais, une fois la pratique à l’œuvre, la question de la représentativité des publics et des moyens de l’obtenir passe après celle de la mobilisation du public : l’approche quantitative prend alors le pas sur une approche qualitative.

Crédit photo: Reuters
Crédit photo: Reuters

 

L’approche sociologique : comment la construction des publics s’opère-t-elle dans le cadre d’une concertation ?

Ces expériences professionnelles ont forgé mon souhait d’aborder les publics de ces dispositifs participatifs en adoptant un regard sociologique. En effet, les questions de démocratie, de représentativité, de publics m’ont toujours particulièrement intéressée. Elles ont aiguillé mon parcours universitaire, mes précédents mémoires, mes choix professionnels. Elles continuent de m’inspirer, puisque j’ai de nouveau souhaité creuser ces thématiques au moment de rédiger un projet pour le Master 2. La formulation initiale de mon projet était la suivante : « je cherche à interroger les effets substantiels de la concertation : participe-t-elle à une plus-value de sentiment démocratique aux yeux des participants ? ». Je souhaitais analyser les transformations de la société civile dans son rapport à la démocratie. Pour cela, mon idée était de me concentrer sur une sociologie des participants et de travailler sur l’évolution de leur rapport à la démocratie au cours de leur participation.

Intermède : Un premier mémoire qui aborde la question participative et celle du public

Mon questionnement actuel a deux foyers originels : mon parcours professionnel, on l’a vu, avec une expérience dans les coulisses des dispositifs de concertation publique. J’y ajouterais mon mémoire de maîtrise, réalisé en 2002, dont le sujet approchait la notion de participation. En avril 2002, on s’en souvient, les élections présidentielles avaient apporté leur lot de stupeur et une déflagration particulière pour le Parti Socialiste. Alors au Celsa, en Maîtrise de Communication des institutions publiques, j’avais choisi d’étudier la communication interne au sein du Parti Socialiste pendant cette année post-défaite. Je voulais observer comment la crise était vécue par les militants et ce que la direction du Parti leur proposait comme outils pour y faire face. Le bouleversement suscité par la défaite de Lionel Jospin au premier tour, et plus encore par le passage de Jean-Marie Le Pen au second, avait décidé la direction du PS à ouvrir la parole aux militants. Dans une perspective de renouveau, de refondation, d’écoute, d’échange, de partage… Pour comprendre et imaginer le futur. Au terme de mon travail, mes conclusions montraient que cette écoute était très strictement cadencée, organisée, et combien la parole donnée avait très rapidement été reprise. Une forme d’instrumentalisation du public militant qui, j’ai pu m’en rendre compte par ailleurs, n’était pas dupe. C’était là mon premier rapport concret avec une expérience participative en train de se faire, et le début de mes interrogations sur les publics.

Depuis, mon approche a beaucoup évolué. Du fait de mes échanges avec mon directeur de recherche, j’ai progressivement déconstruit l’ensemble des jalons de ma réflexion pour aboutir à une deuxième formulation de question : « comment, si l’opinion la plus répandue promeut l’insincérité voire l’inutilité des démarches de concertation publique, expliquer la présence de participants individuels (hors association, parti politique, syndicat ou groupe constitué) aux réunions publiques ? En résumé, pourquoi ces personnes participent-elles quand même aux réunions publiques ? » Je me demandais quels sont les ressorts communs, sociaux et politiques, qui fondent leurs justifications rationnelles à une participation qui, elle, pourrait sembler irrationnelle.

Crédit image: Montgomery Flagg
Crédit image: Montgomery Flagg

 

L’observation participante  : une clé pour observer la participation ?   

Puis, un deuxième échange avec mon directeur m’a fait prendre conscience d’une clé qui se trouvait à ma disposition : j’ai la possibilité d’observer depuis l’intérieur les acteurs en charge de l’organisation des concertations. Je les connais, ce sont mes anciens collègues ou clients. Il m’est aisé de rentrer en contact avec eux. Dès la formulation de mon projet, j’avais trouvé mon terrain : une concertation menée par un maître d’ouvrage à propos d’une ligne de transport en commun majeure de la région Ile-de-France. Mon idée initiale était de mener la majorité de mes entretiens avec des personnes issues du public, d’assister à l’ensemble des réunions publiques puis d’interviewer quelques-uns des membres organisateurs. A ce stade, rappelons que je tenais à questionner le rapport des publics à la démocratie via leur expérience de la concertation publique. Mais, en me documentant sur les recherches publiées à propos des dispositifs participatifs, j’ai pris conscience de la multitude d’écrits existants d’une part, sur la question du couple démocratie/représentativité des concertations, d’autre part sur les publics (qui sont-ils, quelles sont leurs motivations à participer, comment participent-ils, ce que la participation a comme effets sur eux…). J’ai donc opéré un déplacement de ma question, après avoir constaté qu’il serait plus novateur – et plus stimulant – de saisir l’opportunité d’observer les acteurs-organisateurs des concertations publiques. Mon terrain reste le même en apparence, puisque je me concentre sur la même concertation publique, mais mon objet de recherche et ma problématique porteront sur ces acteurs en particulier. Mes entretiens, estimés à ce stade au nombre d’une dizaine, seront réalisés avec l’ensemble des acteurs impliqués de près ou de loin dans l’organisation du dispositif, car je cherche à couvrir l’espace de variation au sein de ce groupe. Je vais par ailleurs assister à toutes les réunions de travail en interne. Cela me permettra de compenser, en partie, le fait que je n’ai pas été autorisée à venir en observation dans leurs bureaux plusieurs jours par mois. Enfin, la formulation de mon énigme a évolué, pour coller à ce déplacement : je voudrais désormais interroger le rôle joué par les organisateurs de ces dispositifs quant à la question des publics participants. Puisque ce sont eux qui concrétisent l’offre et qui organisent la communication autour de cette dernière, sans doute leurs choix et leurs actions conditionnent-ils les types de publics participants. Alors qu’il existe une injonction formelle à réunir des participants représentatifs de la population concernée par le projet et que les organisateurs sont outillés pour organiser les concertations, pourquoi réunissent-ils toujours les mêmes typologies de publics ?

En résumé, j’ai évacué à ce stade de mes questionnements tout ce qui est directement lié à la notion de démocratie ou à la question des motivations/perceptions des publics. Je cherche désormais à observer comment les organisateurs construisent leurs publics, à l’aune de ce qu’ils jugent être une « bonne » concertation.

L’enquête qualitative et les perspectives comparatives en sociologie spécificités – apports – limites

L’enquête qualitative et les perspectives comparatives en sociologie: spécificités – apports – limites

Des journées d’études sur l’enquête qualitative et les perspective comparatives seront organisées le 14 et le 15 juin au Campus Jourdan (48, boulevard Jourdan, 75014, Grande salle) par trois doctorants du CMH-ERIS. Entrée libre.

MARDI 14 JUIN 2011

9h Accueil des participants

9h15 Mot de bienvenue et introductionYoann Boget (Doctorant, EHESS , CMH-ERIS)

9h30 Le raisonnement comparatif en sociologie : quelles échelles et quelles méthodes?, Serge Paugam
(Directeur d’études, EHESS, CMH-ERIS)

Les approches sociologiques comparatives : diversité des méthodes et des disciplines

10h Les approches pluridisciplinaires de la comparaison, Bénédicte Zimmermann (Directrice d’études, EHESS, CRIA )

11h Contourner l’écueil de la monographie, une comparaison France – Belgique en sociologie des professions, Frédérique Leblanc (Maitre de conférences, Paris Ouest Nanterre)

11h30 Comparer la violence dans les espaces de ségrégation entre pays du Nord et pays du Sud, Marie Kortam (Docteur, CSPRP – Paris Diderot)

À propos de la construction de l’objet comparatif

13h45 Introduction

14h Théoriser en comparant : Réflexions sur une trajectoire de recherche, Michèle Lamont (Professeur, Université de Harvard)

14h45 La conception d’une recherche comparée sur les relations communautaires: entre logiques de développement et de complémentarité, Linda Haapajärvi (Doctorante, EHESS, CMH-ERIS)

15h30 Le couple non marié comme objet de sociologie comparée. Une enquête qualitative Roumanie – France, Anca Dohotariu (Chargée de cours, Université de Bucarest)

16h00 Logiques intergénérationnelles d’accueil de la petite enfance dans une perspective comparative internationale – France et Pologne, Aleksandra Pawlowska (Docteur, CERLIS – Paris Descartes)

MERCREDI 15 JUIN 2011

Enquête sur des terrains multiples

9h Introduction

9h15 La question du "terrain" en sociologie comparée, Cécile Van de Velde (Maître de conférences, EHESS, CMH-ERIS)

10h Les migrants congolais et sénégalais qui retournent dans leur pays partagent-ils les mêmes logiques? Des approches quantitatives et qualitatives pour une enquête comparative, Marie-Laurence Flahaux (Doctorante, Université catholique de Louvain – INED)

11h L’approche ethnographique dans la comparaison internationale , Giada Danesi (Doctorante, EHESS – Centre Edgar Morin-IIAC)

11h30 Lorsque le travail de terrain remet en cause la place de la comparaison. Expérience du terrain comparatif qualitatif, difficultés et premières analyses, Claire Lefrançois (Doctorante, CeRIES)

Analyse et interprétation de la comparaison

13h45 Introduction

14h Langues et cultures politiques dans l’enquête sociologique, Jean-Claude Barbier (Directreur de recherche, Université Paris 1, CES)

14h45 Traduire et contextualiser, une stratégie d’analyse pour la comparaison internationale, Marianne Woollven (Doctorante, ENS Lyon, Centre Max Weber)

15h30 Englishman in New York. Journal d’une « immigrée » enquêtant sur les catégories d’ « immigré » construites par l’action publique régionale en France et en Italie, Annalisa Lendaro (Doctorante, LEST-CNRS)

16h00 Les déterminants de la coopération : quels enseignements d’une approche comparative internationale?, Stéphane Heim (Doctorant, Université de Strasbourg, Culture et Société en Europe)

17h00 Perspectives et conclusion, Aurélie Picot (Doctorante, EHESS , CMH-ERIS)

ENTRÉE LIBRE

Comité d’organisation : Yoann Boget, Linda Haapajärvi & Aurélie Picot (EHESS, CMH-ERIS)

Contact : linda.haapajarvi@ehess.fr, http://comparaisonquali.blogspot.com/


Un mur (couleur) d’entretiens: Alex Alber présente son logiciel Sonal

[Questions élaborées par Cyprien Tasset et Alessia Smaniotto, réponses rédigées par Alex Alber]

 

Bonjour Alex Alber, vous êtes maître de conférences à l’université de Tours et membre du C.I.T.E.R.E.S. (équipe COST) et chercheur associé au Centre d’Etudes de l’Emploi. Vous avez étudié en thèse la formation des officiers en Europe, et vous développez Sonal, un logiciel gratuit d’aide à la transcription et à l’analyse d’entretiens.

 

Qu’est-ce qui vous a amené à travailler spécialement autour de la méthode de l’entretien? Avez-vous été marqué par l’usage de l’entretien dans telle ou telle autre recherche?

Je ne suis pas à proprement parler un spécialiste des entretiens. J’ai toujours fait à la fois des entretiens et des statistiques dans mes recherches. J’ai tendance à penser qu’une méthode est bonne si elle est adaptée à son objet et que le mieux est encore d’approcher une forme d’ambidextrie méthodologique. Pourtant, par un effet de spécialisation assez courant, j’ai surtout investi le champ quantitatif durant ma thèse, notamment en participant avec Philippe Cibois au développement du logiciel Trideux, que j’ai beaucoup enseigné. Le fait de me pencher plus particulièrement sur un outil dédié aux entretiens a donc été assez tardif.

Pour la petite histoire, c’est suite à une recherche durant laquelle j’avais utilisé Nvivo que j’ai eu l’idée de développer mon propre outil d’indexation thématique car je trouvais Nvivo beaucoup trop cher et assez peu ergonomique. J’avais jeté les bases d’un système de balisage textuel mais cela restait un peu en plan. C’est lors d’une seconde recherche dans laquelle j’ai dû retranscrire moi-même et sans outillage spécifique une quinzaine d’entretiens que je me suis décidé à creuser sérieusement la question. Non seulement je trouvais la retranscription fastidieuse, mais son résultat – une collection de fichiers word en plus d’une collection de fichiers mp3– me frustrait un peu. Je trouvais assez peu commode d’être obligé de faire des recherches par mot clé et j’avais l’impression de perdre beaucoup d’informations au passage. Je ressentais le besoin d’une approche plus globale des matériaux. C’est donc d’abord un souci pratique qui m’a orienté vers la réalisation d’un logiciel dédié aux enquêtes par entretiens.

 

D’autres logiciels existent déjà pour faciliter la retranscription des entretiens: qu’est-ce que Sonal apporte en plus? Pourriez-vous expliciter les arguments, les positions théoriques qui sous-tendent le logiciel?

Pour assister la retranscription, Sonal utilise un système de dictée qui repère les zones silencieuses dans la bande et propose à la retranscription des portions de quelques secondes, que l’utilisateur a le temps de saisir avant de valider pour passer à la suite. Cela simplifie les choses mais vous le voyez, Sonal n’est pas vraiment une solution miracle sur le plan de la retranscription ; ceci dit, je ne crois pas qu’il en existe. Les gens rêvent de convertir leurs bandes en texte d’un seul clic, mais cela n’est pas encore possible, du moins à ma connaissance, et je ne suis même pas sûr que cela soit vraiment souhaitable. En fait, même si les gens tombent sur Sonal en cherchant un outil de retranscription, son intérêt premier n’est pas forcément à rechercher de ce côté ; mais, pour expliquer ce que Sonal apporte en plus, je pense qu’il faut montrer en quoi sa logique de fonctionnement rompt avec les méthodes habituelles.

Les outils de retranscription reposent sur le principe d’un abandon programmé du support sonore au profit du verbatim, ce qui a pour effet de faire peser sur la qualité de la retranscription des enjeux considérables. Sonal propose de changer de perspective. Il ne s’agit plus de substituer les retranscriptions aux enregistrements mais bien de les y ajouter. Comme son nom le suggère, Sonal propose une approche basée sur le travail du son en permettant avant tout de stocker et d’administrer ses enregistrements, puis de repérer et d’annoter certaines parties de la bande en mémorisant leur contenu via un code couleur. Pour le dire simplement, c’est un peu comme si l’on passait un coup de feutre stabilo directement sur la bande.

Sonal_entretien avec les thèmes appliqués

 

L’utilisateur peut ensuite retranscrire le contenu de ces extraits pour faciliter leur usage ultérieur mais, dans une certaine mesure, rien ne l’oblige à le faire. On peut très bien se contenter – dans un premier temps – de les annoter, d’y ajouter des mots clés pour faciliter les recherches etc. Telle est sans doute la principale nouveauté apportée par cet outil et vous le voyez, elle n’est pas théorique, elle est essentiellement pratique : il s’agit de travailler à partir des fichiers son, tout en utilisant l’angle graphique pour faciliter l’appréhension du contenu des données. Cette optique peut d’ailleurs s’appliquer à beaucoup d’autres matériaux qu’à des entretiens sociologiques (conférences, séminaires, cours, concerts etc.). Mais là où Sonal est clairement le fruit d’une approche spécifiquement sociologique, c’est dans sa logique agrégative : il ne s’agit pas de retranscrire des entretiens pris isolément, mais bien de créer des corpus audio/textuels dans lesquels une série d’entretiens partagent un cadre analytique commun (un grille de « thématiques » reprenant peu ou prou le contenu du guide d’entretien) et dont les caractéristiques (sexe, âge etc.) sont renseignées dans une base de données gérée par l’utilisateur. On crée donc ce qu’on peut appeler une « base de données qualitative » qui prend la forme d’une banque d’extraits audio/textuels qui constituent les briques d’une sorte de « mur » d’extraits.

La page principale de Sonal

Cette organisation est ensuite très propice au filtrage. Via un système d’allumage/extinction des « briques » du mur, elle permet de visualiser, puis de relire et/ou de réécouter instantanément tous les extraits portant sur un sujet donné et/ou provenant d’interlocuteurs dotés de telles ou telles caractéristiques. Donc, vous le voyez, plus qu’une approche théorique bien précise, c’est surtout cette quasi utopie méthodologique qui m’a motivé : rendre visibles les matériaux et faciliter leur tri, pour retrouver instantanément tous les passages pertinents, qu’ils soient retranscrits ou non. Cela ne règle en rien les questions méthodologiques de fond liées à la démarche par entretiens mais cela permet déjà une appréhension plus globale des matériaux à disposition, ce qui limite le risque de passer à côté de passages importants.

 

La page principale de Sonal filtrée par thème

Mais en parallèle, Sonal rend possible une approche beaucoup plus quantitative. On peut par exemple faire ressortir le vocabulaire spécifiquement associé à tel sujet et/ou à tel type de locuteur. On peut également, grâce à Philippe Cibois, réaliser des plans factoriels illustrant les articulations entre attributs des répondants et vocabulaire pour suggérer des pistes analytiques. L’intérêt de l’outil est en l’occurrence que ces pistes pourront très facilement être testées par un retour aux extraits où les différentes formes apparaissent. De ce point de vue, on pourrait dire que Sonal permet de ne pas trancher entre une analyse compréhensive des signifiés et une lecture quantitative des signifiants. Vous le voyez, on est donc bien au-delà d’un simple outil de retranscription ; c’est une nouvelle méthode de travail qui englobe dans un seul outil l’enregistrement, la gestion des bandes, l’encodage thématique, les retranscriptions, et qui offre également ce que j’appelle un « système d’intuition » statistique qui accompagne le travail d’analyse. En référence à l’Oulipo, je le vois un peu comme une sorte d’« ouvroir de méthodologies potentielles » qui est maintenant entre les mains de la communauté scientifique. J’espère qu’elle s’en saisira.

 

Pensez-vous que l’on pourrait aller plus loin dans l’usage des possibilités offertes par internet, par exemple en ouvrant le développement du logiciel à d’autres spécialistes, comme des ingénieurs en informatique et acoustique, ou aux développeurs des logiciels open source?

Bien évidemment, je ne demande pas mieux. Le développement de Sonal n’est pas le cœur de mes activités de recherche et je ne peux guère m’y consacrer qu’en dilettante. Toute aide est donc la bienvenue. Cela dit, j’ai déjà reçu un sacré coup de main de la part d’un des tous premiers utilisateurs, en la personne de Xavier Le Nué, qui a développé un site pour Sonal et qui a beaucoup fait pour accroître sa visibilité sur Internet ; Philippe Cibois m’a également transmis des algorithmes d’analyse factorielle et nous envisageons ensemble de nouveaux outils statistiques avancés. Je ne suis donc pas seul dans ce projet et, même si je garde pour l’instant une main sur le code, je compte bien évoluer à terme vers un modèle open source car je pense que c’est le meilleur moyen d’arriver à une application de très haute qualité. Hélas, j’ai déjà demandé à plusieurs reprises un peu d’aide aux utilisateurs, sans grand succès jusqu’ici, mais la porte reste grande ouverte !

 

Dans quelle(s) direction(s) poursuivez-vous maintenant vos recherches?

Si l’on met Sonal de côté quelques instants, voici mes thématiques actuelles. Après avoir travaillé sur les écoles d’officiers en thèse, j’ai souhaité « démilitariser » mes recherches, en travaillant consécutivement, au gré de contrats divers, sur les cadres de la SNCF, sur les salariés âgés du public et du privé face aux changements technologiques et gestionnaires, avant de réaliser, pour la DGAFP, une comparaison des personnels encadrants du public et du privé et de la diffusion des méthodes gestionnaires en leur sein. Alors que j’ai longtemps pensé m’éparpiller à l’excès, je réalise maintenant toute la complémentarité de ces terrains et combien ils me permettent de me centrer sur un sujet à mon avis incontournable aujourd’hui : la diffusion des méthodes managériales dans l’encadrement du secteur public au sens large, que j’appréhende en lien avec les spécificités démographiques et organisationnelles de ce secteur.

Enfin, pour revenir à Sonal, j’ai encore beaucoup de choses à faire. Il faut notamment que je facilite la réintégration d’entretiens déjà retranscrits hors de Sonal, car la plupart des sociologues expérimentés sous-traitent cette tâche ; il faut également que je permette l’indexation thématique sur le support textuel, plus souple que la bande etc. Bref, après deux années de travail, je pense qu’il me reste largement l’équivalent devant moi. Affaire à suivre…

 

Pour plus d’informations et pour télécharger gratuitement Sonal : www.sonal-info.com

Pour suivre le développement, se tenir au courant des bugs et des nouveautés : http://sonal.hypotheses.org/