Archives par mot-clé : master

Parce que c’est mon projet (de recherche) !

La rédaction d’un projet de recherche est un passage obligé pour quiconque fait de la sociologie ou, plus généralement, des sciences. Tout-e chercheur-se doit se confronter régulièrement à cet exercice, que ce soit pour entrer en Master, en doctorat ou au CNRS, mais aussi pour lancer un groupe de travail, définir un programme de séminaire, organiser un colloque, etc.

Bien que commun, cela n’en reste pas moins un exercice difficile. En effet, le statut même du projet de recherche est, en lui-même, contradictoire : d’un côté il porte sur un projet en cours, donc non terminé voire même pas du tout commencé ; de l’autre le document doit apparaître, dans sa forme, comme abouti, terminé. Ainsi, le projet de recherche est un document finalisé à un moment donné, mais appelé par la suite à être transformé et modifié tout au long de la recherche[1]. Reste à savoir comment faire pour parvenir à figer les différentes versions de ce projet.

Le projet de recherche est un document à la fois achevé et inachevé. On parle de document de Schrödinger (Image via memegenerator.net)

Ainsi, le présent article vise à donner des pistes sur ce qui est attendu concrètement dans un projet de recherche. En cela, il pourra notamment servir aux candidat-es à l’EHESS, que ce soit pour l’entrée en M1/M2 ou pour candidater à une allocation doctorale. Il est probablement transposable à d’autres formations et disciplines. Il s’inscrit d’ailleurs à la suite de divers autres articles tout aussi utiles, dont nous ne saurions que trop recommander la lecture. Chacun de ces documents, que ce soit des commentaires généraux[2], des conseils associés à une discipline autre que la sociologie[3] ou des indications relatives à une formation spécifique[4], peuvent servir d’inspiration aux candidat-es soucieux-ses d’être guidé-es dans la production de leur projet de recherche.

Il s’agira donc, dans un premier temps, de comprendre à quoi sert un projet de recherche, de saisir quels sont les objectifs qu’il est censé remplir. Cela permettra alors, dans un second temps, de repérer les différents éléments qui doivent composer ce document.

À quoi sert un projet de recherche ?

Concrètement, un projet de recherche rempli deux fonctions :

  1. Donner une direction à son travail, savoir où l’on va.
  2. Trouver des moyens d’y aller (ou, pour le dire clairement : trouver des financements).

Ces deux objectifs impliquent que le projet de recherche prend tout son sens par l’évaluation à laquelle il va donner lieu. Un projet de recherche est certes important pour mesurer son propre avancement, mais sert surtout à soumettre cet avancement aux pairs. Ceci nous amène à déplacer légèrement la question : Qu’est-ce qui, concrètement, est évalué dans un projet de recherche ?

Une fois encore, la réponse est double :

  1. Évaluation de la capacité à réaliser une recherche.
  2. Évaluation de la capacité à écrire une recherche.

Ainsi, à travers le projet de recherche, ce sont les différentes étapes de la recherche qui font l’objet d’une évaluation : la capacité à recueillir et analyser des données d’une part et à restituer ces données d’autre part. Autrement dit, le projet de recherche a pour rôle de montrer à quel point le-la candidat-e est un-e professionnel-le de la recherche (ou aspirant-e professionnel-le). Tout l’enjeu est de réussir à montrer sa connaissance des usages et des fautes propres à ce milieu, et ce en quelques pages seulement[5] !

Un tel travail peut s’avérer paralysant, notamment quand il s’agit d’intégrer une formation destinée justement à enseigner ces différentes compétences. La seconde partie de cet article visera ainsi à repérer les différents éléments à intégrer, d’une façon ou d’une autre, dans ce type de document. Il ne s’agit donc pas tant d’un modèle à suivre que d’un ensemble de pièces qu’il s’agit d’agencer à la manière d’un puzzle. Peu importe donc la manière dont vous structurez votre projet de recherche tant que vous montrez à vos pairs lecteur-rices que vous savez quels sont les éléments importants à leur présenter pour qu’ils-elles puissent évaluer correctement votre projet.

Étudiant-e face à son projet de recherche – Allégorie
(via mooseyscountrygarden.com)

Assembler les pièces d’un puzzle

Il s’agira ici de s’attarder sur trois objectifs centraux d’un projet :

L’idée sera d’expliciter quelles sont les pièces nécessaires à aborder pour traiter de chacun de ces objectifs. Ce faisant, nous indiquerons certains risques ou pièges à éviter mais aussi, parfois, quelques astuces susceptibles d’aider dans la rédaction.

Trouver un sujet

Cela peut sembler évident : présenter un projet de recherche nécessite d’avoir un sujet ou un ensemble de thèmes de recherche dans lesquels le-la candidat-e annonce vouloir s’inscrire. Il est ainsi attendu du-de la candidat-e qu’il-elle sache repérer les thématiques importantes qui le concernent et de les rapprocher de son propre projet.

Bien qu’évident, ce point n’est pas sans difficulté. Il n’est par exemple pas rare de forcer la mise en lien avec certaines thématiques pour de mauvaises raisons. Il s’agit ainsi, par exemple, d’éviter l’évocation de thèmes uniquement parce qu’ils paraissent « à la mode », sans autre forme de justification.

Mais lun des principaux risques tient peut-être à la place du « Je » dans la présentation de ces thèmes. En effet, le choix d’un sujet est lié, d’une manière ou d’une autre, au parcours de chacun-e. L’évocation de ce parcours peut être une façon de mettre en récit son projet, notamment lorsqu’il faut expliquer un parcours « atypique ». Or, au delà de l’usage du « Je », la mise en scène de soi dans le cadre d’un document universitaire est toujours périlleuse étant donné la diversité des pratiques des chercheur-ses sur ce point. Quand certain-es y verraient une marque de réflexivité, d’autres pourraient l’interpréter comme le signe d’un égocentrisme déplacé.

Il est donc tentant de conseiller au-à la candidat-e de « trouver un équilibre » dans la mise en scène de soi comme acteur-rice de l’enquête. Conseil certes juste, mais également bien peu pratique (autant dire « débrouillez-vous… ») et très représentatif du problème (il faut choisir parmi une diversité de façon de faire, toute potentiellement bonne si elles sont justifiées). Comment faire alors ? Une astuce consiste à montrer que l’on a connaissance de cette diversité. En explicitant et motivant ses choix relatifs à la place du « Je », le-la candidat-e fera preuve de réflexivité sur sa place dans l’enquête, dans le recueil des données mais aussi dans leur restitution. Il-elle pourra notamment justifier de son choix à l’aide de divers documents sociologiques qui, avant lui, auront thématisé cette difficulté. En montrant sa connaissance de la diversité des pratiques de recherche et son souci de soumettre son propre arbitrage à ses pairs, le-la candidat-e enverra ainsi un signe fort de professionnalisme à ses pairs.

Ce que l’on appelle « l’état de l’art » est justement un autre de ces signes de professionnalisme. Il est en effet attendu du-de la candidat-e qu’il-elle fasse preuve de sa connaissance des travaux réalisés avant lui. Il-elle doit ainsi présenter un état de la littérature scientifique abordant chacune des thématiques qu’il-elle aura repérées. Est ainsi évalué la capacité du-de la candidat-e à repérer et discuter avec pertinence des documents académiques. Autrement dit, l’objectif est de montrer la volonté de s’inscrire pleinement dans un (ou plusieurs) champ(s) de recherche.

Étudiant-e terrorisé-e par la littérature scientifique – Allégorie
(Michel Foucault and Cat, Paris1, 978 par Martine Franck)

Cet exercice très académique peut s’avérer périlleux. Il est en effet compliqué de rendre dynamique la présentation successive de références académiques potentiellement nombreuses. Il est par ailleurs difficile de se décider sur le niveau concret de détails qu’il convient d’accorder à chacune de ces références. Une présentation trop rapide pourra donner une impression de « catalogue », voire même d’un vaste name-dropping censément flatteur (pour l’auteur qui étale sa connaissance des références académiques ou pour le lecteur qui retrouvera ses propres documents). À l’inverse, une présentation longue de chaque référence risque de rendre la lecture fastidieuse et de conduire au décrochage des lecteurs.

Encore une fois, il est tentant d’appeler le-la candidat-e à (se débrouiller pour) trouver un équilibre. Une astuce existe néanmoins pour cela : mesurer le degré d’utilité de la référence. Une référence n’aura d’utilité que si elle est utilisée, mobilisée concrètement par le-la candidat-e. Il existe une grande diversité d’usages possibles des références : se positionner théoriquement, expliciter un dispositif d’enquête, emprunter un concept,… Il convient donc d’expliquer aux lecteurs-rices l’usage qui sera fait de telle ou telle référence (et donc son utilité). Une telle démarche présente un double avantage :

  • premièrement, cela attestera d’une lecture attentive des documents cités ;
  • deuxièmement, cela aidera à donner de la cohérence à l’état de la littérature, les références étant mobilisées pour répondre à des objectifs précis.

Construire son objet

Trouver un sujet et le replacer dans la multitude des enquêtes préexistantes est un point important mais insuffisant. Une enquête ne peut en effet se définir uniquement par le(s) champ(s) dans le(s)quel(s) elle s’inscrit : elle doit également avoir une direction, un angle. Autrement dit, le-la candidat-e doit montrer sa capacité à passer d’un sujet qui l’intéresse à un objet construit scientifiquement. Il peut en cela recourir à deux outils, avec deux objectifs distincts.

Le-la candidat-e doit en premier lieu formuler une problématique ou, a minima, des questions de recherche. Ce faisant, il atteste de sa capacité à trouver une question, une énigme sociologiquement pertinente, c’est-à-dire une énigme qui nécessite la mise en place d’une enquête sociologique. Cependant, trouver une problématique est un exercice difficile. Exercice d’autant plus difficile que cette problématique est susceptible d’évoluer tout au long de l’enquête. Comment parvenir à fixer une question alors même que celle-ci n’aura de cesse de changer par la suite ? Justement en assumant le fait que cette question va changer. Il n’est en effet pas attendu du-de la candidat-e qu’il-elle trouve immédiatement « la bonne question » (comme s’il en existait qu’une seule de valable), mais qu’il-elle sache « poser de bonnes questions ». Pour cela, il-elle pourra se reporter à différents modes d’emploi spécifiquement consacré à la problématique. Par exemple, le chapitre « Problématiser » de Cyril Lemieux[6] ne donne pas moins qu’une « recette » pour construire sa problématique en quatre étapes. Ces conseils suivis, il restera à mettre en scène cette énigme, dans l’espoir de rendre la question si percutante que les évaluateurs-rices jugent nécessaire voire primordial d’accéder à la requête du-de la candidat-e en lui accordant une place dans la formation/une allocation de recherche.

Poser une question sociologiquement pertinente est une chose. Reste-t-il encore de savoir mettre en place des moyens pour y répondre. Ainsi, au delà de la problématique, le-la candidat-e peut dans un second temps proposer des hypothèses, des pistes d’explication. Ainsi, le projet de recherche n’est pas seulement un moyen d’évaluer les compétences du-de la candidat-e à poser une question mais aussi de voir sa capacité à y trouver des réponses. Tout comme la problématique, il ne faut pas voir dans ces hypothèses des éléments figés une fois pour toutes. Il ne s’agit pas tant d’apporter des réponses dans le projet de recherche (si les réponses étaient déjà trouvées, à quoi servirait-il de poursuivre ce projet ?) que de montrer un souhait de chercher des explications. Autrement dit, l’un des objectifs de ces hypothèses de travail sera, pour le-la candidat-e, de faire état de sa capacité à monter en généralité. Remplir cet objectif permet, une fois encore, de montrer son souhait d’inscription dans une communauté de recherche. Plus que de connaître les travaux précédemment réalisés, il s’agit de s’inscrire et de contribuer aux débats existants. L’idée est donc de montrer non seulement son intérêt pour un sujet donné, mais aussi une véritable volonté d’inscrire ce sujet dans un objet plus général, partagé par différentes personnes.

Étant donné le caractère central de ces deux éléments (construire une question et proposer des pistes pour y répondre), il convient d’être vigilant aux différentes difficultés qu’ils leur sont associés. Plusieures sont listées dans le chapitre précité, notamment en ce qui concerne le risque de formuler des questions descriptives ou scolastiques. En complément, nous nous arrêterons ici sur le risque d’un effet, déjà évoqué, de « catalogue ». Il est effectivement tentant, pour éviter de passer à côté de la « bonne » question ou de la « bonne » hypothèse, de faire une myriade de propositions. Cela peut également être un moyen de présenter, en toute sincérité, différentes pistes de travail parmi lesquelles le-la candidat-e n’aura pas su se décider. Cela n’en demeure pas moins une faute susceptible d’être sanctionnée par les évaluateurs-rices. En effet, quand bien même le-la candidat-e souhaiterait évoquer plusieurs questions et hypothèses, il-elle doit montrer sa capacité à les hiérarchiser. Cette hiérarchisation peut être explicite : le-la candidat-e peut tout à fait chercher à repérer une question générale, rattachant sa recherche à un champ plus vaste, mais aussi un ensemble de questions de recherches précises, qui attesteront de sa volonté de trouver rapidement des réponses concrètes et pratiques sur ses terrains d’enquête. Car tel sera la conséquence de cette définition d’un sujet et de la construction un objet de recherches : la nécessité de mettre en place une enquête empirique.

Élaborer un dispositif d’enquête

La dernière pièce du projet de recherche correspond donc à sa partie la plus « pratique » : le-la candidat-e doit montrer sa capacité à proposer un dispositif d’enquête susceptible de répondre au mieux aux questions qu’il a soulevées.

Étudiant-e exposant son dispositif d’enquête à son-sa directeur-rice – Allégorie
(via boardgamegeek.com)

En vue d’attester de ses capacités à mener une enquête, il est possible d’intégrer dans le projet de recherche des éléments empiriques issus d’une enquête exploratoire. Cela peut s’avérer compliqué si l’enquête n’en est qu’à ses balbutiements ou si le format ne permet pas d’être généreux sur les matériaux. Quand elle est possible, cette présentation de données empiriques est un atout considérable : elle permet, d’un même mouvement, de montrer une triple compétence attendue d’un chercheur en sociologie :

  1. La capacité à récolter des données pertinentes ;
  2. La capacité à analyser ces données (à les mettre en lien les unes avec les autres, à les traiter via des concepts) ;
  3. La capacité à restituer ces données de façon harmonieuse dans un document.

Malgré tout, il convient de mettre en garde le-la candidat-e contre plusieurs risques liés à cette mobilisation des matériaux. Ces derniers peuvent en effet desservir le-la candidat-e s’ils s’avèrent trop abondants, dans le sens où cela pourrait être interprété comme le signe d’un défaut de hiérarchisation des données. Il est ainsi attendu du-de la candidat-e qu’il-elle ne se livre pas à un simple « catalogue » (une fois encore) de données, mais qu’il-elle sache repérer les éléments les plus pertinents à porter à la connaissance des évaluateurs-rices. Cette sélection est une tâche particulièrement difficile : le-la candidat-e pourrait également faire l’objet de sanctions si les éléments qu’il-elle a sélectionnés s’apparentent à de simples « illustrations » de son propos, sans proposer de réelle analyse des matériaux. Ainsi, la mobilisation des matériaux est un moyen d’envoyer aux évaluateurs-rices des signes relativement implicites de compétences professionnelles relatives au recueil, à l’analyse et à la restitution des données.

Toutefois, il est aussi nécessaire d’expliciter ses compétences pratiques relatives au déroulement de l’enquête. Revenons sur chacune des étapes évoquées.

À propos du recueil des données tout d’abord : le-la candidat-e gagnera à évoquer les enjeux pratiques de cette récolte en évoquant les différentes méthodes qu’il-elle souhaite mobiliser. De cette manière, il-elle montrera une fois encore sa connaissance de la diversité des manières de faire et sa capacité à justifier de ces choix de méthode (tout en évitant comme précédemment de tomber dans le piège des méthodes supposément « à la mode » et, pourtant, parfois mal maitrisée). Plus encore, il-elle devra montrer une attention forte à la question de la faisabilité de l’enquête, en évoquant par exemple le temps requis par la récolte des données ou, tout simplement, en explicitant le degré d’accessibilité aux données. Il s’agit d’un point important pour éviter d’en « prévoir trop » ce qui conduirait à un projet de recherche complètement infaisable.

Concernant l’analyse des données ensuite : le-la candidat-e pourra évoquer les différents outils conceptuels qu’il-elle compte mobiliser dans l’analyse ou, à défaut, les angles qu’il-elle suppose pertinent. Toute la difficulté repose ici sur le fait d’anticiper des analyses ou des résultats, sans pour autant donner l’impression que l’on sait déjà ce que l’on va trouver. Une solution peut consister à distinguer différents « axes de recherche », permettant d’anticiper les contributions possibles à divers champs de la sociologie.

Quant à la restitution des données enfin : le-la candidat-e pourra évoquer les perspectives de valorisation envisagées pour son travail, que ce soit envers ses pairs (rédaction d’articles, participation à des colloques ou à des groupes de recherche spécifiques, etc.), ses enquêté-es (restitutions intermédiaires et/ou finales, rédaction de rapport ou de note, etc.) ou un public élargi. Cette étape de la restitution, parfois délaissée dans les projets de recherche, s’avère pourtant importante. Elle montre en effet un réel souci pour la valorisation des savoirs, dans et hors l’université. Ce point est loin d’être négligeable, notamment pour des évaluateurs-rices soucieux-ses de dénicher des futurs collaborateurs-rices prolifiques. Reste encore une fois à trouver un équilibre, cette fois entre ambition (multiplier les formats et les publics) et humilité (rester réaliste par rapport à la charge de travail que cela implique, voire aux compétences spécifiques liées à des formats originaux[7]).

Le-la candidat-e, en explicitant ses choix concrets relatifs à ces trois points (recueil, analyse et restitution), donne aux évaluateurs-rices une idée du « style » de chercheur-se qu’il-elle souhaite incarner. C’est, une fois encore, un moyen de montrer que l’on a connaissance de la diversité des manières de faire et, surtout, d’être en mesure de choisir parmi cette pluralité de pratiques possibles.

Afin d’être plus convaincant dans ses arbitrages, le-la candidat-e pourra mobiliser différentes ressources académiques. Il existe en effet pléthore d’articles méthodologiques relatifs à l’engagement ou à la posture du-de la chercheur-se, qui peuvent aisément être mobilisés pour défendre ces choix… une autre occasion de montrer son inscription (ou son souhait d’inscription) dans l’activité collective qu’est la recherche !

Conclusion

Cela a été évoqué à plusieurs reprises : il n’existe pas une seule façon de faire de la recherche. De la même manière, il y a forcément plusieurs manières de faire un projet de recherche. Ainsi, cet article est forcément partiel et partial. Il serait sans doute bénéfique pour les candidat-es de s’approprier les conseils proposés ici, notamment en les confrontant avec d’autres. En cela, l’aide d’un-e tuteur-rice ou d’un-e directeur-rice est un bien des plus précieux, qu’il ne faut pas hésiter à solliciter.

Un ultime conseil en guise de conclusion (et qui, de fait, résume tous les autres) sera d’inciter les candidat-es à développer une réflexivité sur leurs pratiques de recherche. Ce faisant, ils-elles seront davantage susceptibles de présenter et, surtout, défendre leur propre manière de faire de la recherche. Ils-elles agiront ainsi en « bon » professionnel, quand bien même leurs évaluateurs-rices prôneraient d’autres pratiques.

Auteur du présent article félicitant les personnes ayant réussi à finaliser leur projet de recherche, malgré les photos de chats inutiles et autres inepties – Allégorie
(Image via Youtube.com)

Notes :

Image de couverture : dessin de NOP (du blog Émile, on bande ?)

[1] Sur ce point, voir notamment J.-P. Olivier de Sardan, « Le projet de thèse. Un processus itératif », in M. Hunsmann & S. Kapp (dir.), Devenir chercheur. Écrire une thèse en sciences sociales, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Cas de figure », 2013, pp. 107-124.

[2] D. Courbet, « Comment rédiger un projet de recherche (thèse de doctorat, mémoire de master…) ? », Institut de Recherche en Sciences de l’Information et de la Communication Irsic/Imsic, Aix Marseille Université [en ligne], Version n°3, juin 2017. url : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01560460/document.

[3] É. Ruiz, « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ? », Devenir historien-ne. Méthodologie de la recherche en historiographie [carnet de recherche en ligne], 2011. url : https://devhist.hypotheses.org/238

[4] Par exemple, le carnet hypothèse de la mention « Genre, Politique, Sexualité » de l’EHESS, propose ainsi un certain nombre de conseils particulièrement transposables et utiles pour les candidat-es à la mention « Sociologie générale ». url : https://gps.hypotheses.org/redaction-dun-projet-de-recherche.

[5] Le nombre de pages attendues varie grandement d’une institution à l’autre. Il convient de bien respecter ce nombre de pages, généralement adapté à la manière dont les dossiers sont évalués. Si les évaluateur-rices attendent des documents de quelques pages, ils-elles ne prendront pas le temps de lire un document de 30 pages. À l’inverse, un document de 4 pages aura du mal à convaincre une commission qui attend des développements importants. Le nombre de pages demandé est donc un indice du niveau de détails attendu et de l’évaluation de compétences spécifiques (synthèse vs. explicitation). Dans un contexte où les commissions n’ont souvent qu’un temps limité pour évaluer les dossiers, le respect des formats est souvent un moyen rapide de faire le tri parmi les candidatures.

[6] C. Lemieux, « Problématiser » in S. Paugam, L’enquête sociologique, Paris, PUF, 2010, pp. 27-51.

[7] C’est notamment le cas lorsque ces écritures mobilisent des outils « inhabituels », comme la photographie, la vidéo ou le dessin. C’est cependant également le cas pour des formes d’écriture textuelle : écrire un texte destiné à un public élargi nécessite d’adapter largement ses manières de faire, notamment en s’adaptant aux contraintes propres à l’espace de publication (blogging ou micro-blogging, tribune dans la presse, long article dans un journal spécialisé, etc.).

pierrenocerino

Doctorant et ATER à l'EHESS

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Appel à communications

 « Le travail dans tous ses états »

Journée d’étude des jeunes chercheurs en sociologie de l’ehess

(20 mai 2014 – 105 bd. Raspail, 75006 Paris)
ams.ehess@gmail.com | jesocio.hypotheses.org

Depuis 2012, l’Atelier des Masterants de Sociologie (AMS) propose aux étudiant(e)s de se rencontrer afin de croiser et enrichir leurs recherches. Il organise cette année une journée d’étude afin de permettre aux jeunes chercheur(e)s du master sociologie de confronter et discuter leurs travaux. Cette journée d’étude abordera « le travail dans tous ses états ».

Le travail fut une des premières préoccupations de la sociologie comme discipline naissante, que ce soit en France (Durkheim, 1893), dans le monde anglo-saxon (Veblen, 1899) ou en Allemagne (Marx, 1867 ; Weber, 1905). Composante primordiale dans des sociétés nouvellement industrialisées, son étude permet de mieux appréhender aujourd’hui une période de profondes mutations.

Dans ce contexte, les approches du travail se multiplient et se croisent, se constituant parfois en courant ou en école de pensée. Certaines approches, davantage centrées sur l’organisation du travail (Ballé, 2009 ; Lomba, 2010), cherchent avant tout à comprendre l’ajustement des fonctions et relations au sein d’une entreprise, d’une administration, ou autres formes d’organisation. D’autres approches s’intéressent plus à la dimension communautaire regroupant les individus dans des professions (Champy, 2009, 2011). Elles rendent notamment compte des trajectoires dans et en dehors du travail, et du contexte social plus global dans lequel cette activité s’inscrit. Les recherches relevant de la sociologie du travail ne se réduisent cependant pas à ces deux orientations. Des approches mixtes croisent tant les outils analytiques que les méthodes de collectes de données afin de proposer une vision globale de leurs objets de recherches (Zimmermann, 2011). Certain(e)s auteur(e)s passent par l’analyse du travail pour s’interroger plus généralement sur les structures ou les processus constitutifs de nos sociétés contemporaines (Castel, 1995 ; Boltanski, Chiapello, 1999 ; Menger, 2011). Notons enfin que les approches du travail croisent aujourd’hui très régulièrement les autres domaines de la sociologie, comme par exemple les recherches sur le genre (Guillaume, Pochic, 2009), sur la technique (Grelon, 2007), ou encore sur le journalisme (Lemieux, 2000).

Cette multiplicité des perspectives rend la tâche difficile au chercheur qui doit se positionner. Elle l’interroge sur le sens à donner au travail dans le cadre de sa propre recherche et, plus généralement, à la place de cette notion tant en sociologie que dans la société dans son ensemble. Afin de tenter de répondre à ces interrogations et d’engager la problématisation de cette notion, nous proposons d’examiner dans cette journée la question suivante :

Quel(s) usage(s) les sociologues font-ils de la notion de travail ?

Pour ce faire, les contributeurs(rices) sont invités à inscrire leurs propositions dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants :

 1 – Le travail : quelles activités, quelles approches ?

2 – De l’objet et de la méthode : comment décrire le travail ?

3 – Le travail : quelle(s) montée(s) en généralité ?

Bien entendu, ces axes ne sauraient apporter une réponse exhaustive, ni épuiser la richesse de ce domaine et de ses usages. Cette journée ne visera donc pas tant à rechercher un consensus autour de la définition du « travail » en sociologie, qu’à échanger sur les conceptions et les utilisations pratiques des chercheurs pour appréhender cette notion complexe. Ainsi, ce programme reste ouvert à toute autre proposition qui irait dans le sens de cette entreprise.

Axe 1 – Le travail : quelles activités, quelles approches ?

La multiplicité des productions scientifiques pouvant relever de la sociologie du travail fait de ce domaine une source importante d’inspirations pour les chercheurs. Ainsi, il est possible de procéder à une étude de tout type de travail, des plus légitimes (Parsons, 1951) aux moins acceptés (Thrasher, 1928 ; Sutherland, 1937 ; Gold, 1952). Il est même possible d’appliquer ces outils à des activités ne relevant a priori pas d’un travail (Becker, 1985), ou dont le classement dans la catégorie de travail fait l’objet d’une controverse (Hely, 2008). Plus généralement, à travers une description des processus de classement, de qualification ou de légitimation du travail, les contributeurs(trices) pourront montrer que ces derniers peuvent émaner tant du chercheur que des acteurs observés.

Axe 2 – Objet et de méthode : comment décrire le travail ?

Au delà de cette pluralité d’usages de la notion de travail en sociologie, il apparait pertinent de discuter des choix de méthodes et d’analyser les coulisses de l’enquête. En effet, si le positionnement théorique permet d’expliciter et justifier une manière d’appréhender le travail, il est nécessaire de décrire les raisons qui ont guidé ce choix. Les contributeurs(rices) sont donc invité(e)s à rendre compte de la définition de leur terrain, de leur recueil ou construction de données, de leur rapport aux enquêtés et de leur processus d’analyse afin d’en mesurer les implications dans leur approche du travail. La mise en récit de cette dimension d’une recherche en cours ou achevée, revenant sur les réussites et les échecs d’un terrain et de son approche, permettra d’initier une discussion sur les différentes manières de décrire le travail.

Axe 3 – Le travail : quelle(s) montée(s) en généralité ?

L’extrême fragmentation de la littérature sociologique autour du travail ne menace pas pour autant, par la collection d’études de cas, la montée en généralité. Celle-ci demeure possible tant au niveau des pratiques individuelles de la profession (Hochschild, 2012) que de la société. Elle peut concerner l’activité décrite (Zimmermann, 2011) ou d’autres éléments qui permettent de révéler les cadres cognitifs des sociétés industrialisées (Zolesio, 2012). Dans un cas comme dans l’autre, elle permet une réflexion plus large sur des processus sociaux (Touraine, 1973 ; Castel, 1995 ; Boltanski, Chiapello, 1999). Les contributeurs(rices) sont ainsi invité(e)s à évoquer les degrés de montée en généralité possibles de leur recherche.

Chacun des axes proposés suppose une approche réflexive des chercheur(e)s, invité(e)s à dénaturaliser la présence du travail dans toutes les dimensions de leurs travaux. Ils/Elles peuvent donc orienter plus ou moins leur contribution en vue d’interroger le métier de sociologue au même titre que les autres activités, comme forme aboutie de la montée en généralité. Il sera également intéressant de chercher à situer les travaux présentés dans le champ disciplinaire et les impacts possibles sur les résultats.

En invitant les contributeurs(rices) à échanger sur ces différents axes, nous espérons pouvoir, à l’issue de cette journée, mieux prendre conscience et mieux comprendre quel est aujourd’hui l’impact du domaine sur le travail des chercheur(e)s.

 

Propositions de contribution :

Les propositions de contribution (2000 signes au maximum, bibliographie exclue) doivent être adressées aux organisateurs (ams.ehess@gmail.com), en français ou en anglais, au plus tard le 7 mars 2014. Chaque communication durera 15 minutes et fera l’objet d’une discussion.

Il est possible de proposer une communication à plusieurs auteurs.

Merci de ne pas oublier dans la proposition les mentions suivantes : Nom(s) et prénom(s) de(s) (l’)auteur(es), établissement, cursus en cours, directeur de mémoire/thèse, email.

Après décision du comité d’organisation et annonce aux auteurs (19 mars 2014), il sera demandé aux participants de communiquer les textes complets (15 000 signes bibliographie comprise, en français ou en anglais) au comité avant le 1er mai 2014. Ces documents permettront tant de réunir les présentations en différentes sessions que de les envoyer aux discutant(e)s de chacune de ces sessions.

Calendrier :

10 mars 2014 : date limite d’envoi des propositions.

19 mars 2014 : retours des comités d’organisation et scientifique.

1er mai 2014 : date limite d’envoi des versions finales des communications sélectionnées.

20 mai 2014 : journée d’étude de 9h à 17h en amphithéâtre François Furet, 105 bd. Raspail.

 

Comité d’organisation :

Mehdi Arfaoui, Marion Ink, Pierre Nocerino, Pierre-Louis Rolle, Samuel Thomas (ams.ehess@gmail.com).

 

Comité scientifique :

Coordonné par Nicolas Dodier, responsable du master de sociologie, le comité scientifique sera annoncé en même temps que le programme.

 

Bibliographie indicative :

Akrich, M., Callon, M., Latour, B., 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris: Presses de l’école des Mines, coll. « Sciences Sociales ».

Arond, H., Weinberg, S. K., “The Occupational Culture of the Boxer”, American Journal of Sociology, 5/1952, (n° 57), pp. 460-469.

Ballé, C., 2009, Sociologie des organisations, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

Becker, H. S., 1963 [1985], Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris: Métailié, coll. « Leçons de choses ».

Boltanski, L., Chiapello, È., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris: Gallimard, col « NRF essais ».

Castel, R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris: Gallimard, coll. « Folio ».

Champy, F., 2009, La Sociologie des professions, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige, Manuels ».

Champy, F., 2011, Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris: Presses Universitaires de France, Coll. « Le lien social ».

Durkheim, E., 1893 [2007], De la division du travail social, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine ».

Gold, R., “Janitors versus Tenants: A Status-Income Dilemma”, American Journal of Sociology, 1952, (n° 57), pp. 486-493.

Grelon, A., “French Engineers: Between Unity and Heterogeneity”, History of Technology, 27/2007, pp. 107-124.

Guillaume, C., Pochic, S., “What would you sacrifice? Access to top management and the work/life balance”, Gender, Work and Organization, 16/2009, (n°1), pp.14-36.

Hély, M., “À travail égal, salaire inégal : ce que travailler dans le secteur associatif veut dire”, Sociétés contemporaines, 1/2008, (n° 69), pp. 125-147.

Hochschild, A.-R., 2012, The Managed Heart Commercialization of Human Feeling, Berkeley: University of California Press.

Lomba, L., “Les petites mains des petites entreprises : gestion informelle et fractures ouvrières” Sociologie du travail, 52/2010, (n° 4), pp. 503-520.

Lemieux, C., 2000, Mauvaise presse : Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris: Métailié, coll. « Leçons de choses ».

Marx, K., 1867 [1993] Le capital, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige ».

Menger, P.-M., 2011, Les intermittents du spectacle. Sociologie du travail flexible, 2e édition augmentée, Paris: Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Cas de figure ».

Parsons, T., 1951 [1991], The Social System, Londres: Routledge.

Sutherland, E., 1937, The Professional Thief, University of Chicago Press.

Thrasher, F., “How to Study the Boys’ Gang in the Open”, Journal of Educational Sociology, 1/ Jan., 1928, (n° 5), pp. 244-254.

Touraine, A., 1973, Production de la société, Paris: Editions du Seuil, coll. « Sociologie ».

Veblen, T., 1890 [1970] Théorie de la classe de loisir, Paris: Gallimard, coll. « Tel ».

Zimmermann, B., 2011, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris: Economica, coll. « Etudes sociologiques ».

Zolesio, E., 2012, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, coll. « Le Sens Social ».

Offre de stage niveau master au CNRS

En lien avec l’INSHS, la délégation Paris A du CNRS souhaite effectuer une étude sur les contrats de recherche effectués par des laboratoires SHS.

L’idée générale étant d’analyser les types de partenariat développés selon les domaines relevant des Sciences Humaines  et Sociales.

Cette étude fera l’objet d’un stage pour un étudiant en master de sociologie.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Monsieur Franck CHARRON, responsable du Service du Partenariat et de la Valorisation du CNRS Délégation Paris A, 27 rue Paul Bert 94204 Ivry-sur-Seine cedex. Tel : 33-1-49-60-40-21. E-mail :  franck.charron@dr1.cnrs.fr. Web : www.dr1.cnrs.fr

Offre de stage de recherche niveau master à EDF R&D

Le conditionnement du confort des personnes viellissantes. Une enquête de terrain.

EDF R&D – GRETS

Contexte du stage :

Le stage se déroule au sein du Groupe de Recherche Énergie Technologie et Société (GRETS) qui est une équipe de 20 chercheurs en sciences humaines et sociales au sein de la Recherche et Développement de EDF. Il s’inscrit dans une recherche en partenariat initiée par le Centre européen et laboratoire de recherche sur l’efficacité énergétique (ECLEER) dont fait partie EDF R&D (avec l’Ecole des Mines de Paris et l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne).

ECLEER a fait de la thématique « Demande en énergie et dynamiques de la consommation » l’une de ses quatre priorités de recherche. Pour cela, il s’est associé au Conseil de la recherche britannique (RCUK) pour lancer un appel à projets intitulé : ‘People, Energy and Buildings’. Cinq projets émanant d’universités britanniques ont été sélectionnés.

La proposition de stage s’inscrit dans l’un d’entre eux, conduit en partenariat par le GRETS et l’université de Manchester (Manchester Architecture Research Center). Cette recherche porte sur les implications du vieillissement des populations sur la consommation d’énergie, en examinant le « confort thermique » construit par et pour ces populations (voir le site web du projet :http://www.sed.manchester.ac.uk/research/marc/research/projects/conditioning/index.htm). La recherche se fonde sur une série de monographies de différentes « configurations socio-techniques » du confort thermique en France et en Grande-Bretagne.

Objet du stage :

L’objet du stage est de réaliser l’une des monographies qui serviront de base à la recherche. Il s’agit donc de réaliser une enquête qualitative auprès de personnes âgées et auprès des différents intermédiaires qui contribuent à façonner le confort de ces personnes. Le terrain d’enquête précis reste à définir (il pourra s’agir par exemple de jeunes retraités en double habitat ; de jeunes retraités en maison individuelle ; d’une résidence avec services pour seniors ; ou encore d’une maison de retraite).

Le ou la stagiaire devra prendre en charge les tâches suivantes :

– Revue de la littérature pertinente en amont
– Préparation du terrain (négociation des accès, rédaction des guides d’entretien et d’observation)
– Passation des entretiens
– Mise à plat et analyse
– Rédaction de la monographie

– Il ou elle sera conseillé et soutenu dans ce travail par une chercheure du GRETS en charge du projet (Catherine Grandclément).

Ce stage offre l’occasion de réaliser une enquête sociologique de bout en bout dans le cadre d’un projet de recherche académique international. En outre, le ou la stagiaire sera intégré à une équipe de recherche en entreprise, permettant de se familiariser avec les attendus et les pratiques propres à cette pratique de la recherche. Il est également l’occasion de développer ses connaissances sur les problématiques énergétiques contemporaines et sur le vieillissement, ainsi que d’appréhender la littérature sur les usages de l’énergie.

Ce stage est adapté à la réalisation d’un mémoire de master en sociologie.

Profil recherché :

Niveau master en sociologie ou anthropologie

Maîtrise des techniques d’enquête qualitative

Autonomie dans la réalisation d’une mission, organisation et esprit de synthèse

Aisance dans la communication orale. Excellentes capacités rédactionnelles

La maîtrise de l’anglais est un atout supplémentaire

Informations pratiques :

Le stage se déroule à Clamart (Hauts de Seine, à 45 minutes de la gare Montparnasse ou de la Porte d’Orléans par les transports en commun). Déplacements possibles (en France) pour la réalisation des entretiens (les frais de transport et d’hébergement sont pris en charge).

Convention de stage obligatoire

Stage de 4 à 5 mois.

Démarrage : dès que possible à partir du 3 mai.

Indemnité de stage : de 760 à 990 € bruts mensuels selon niveau de diplôme et expérience + 50% de la carte orange

Modalités de candidature :

Candidatures (CV, lettre de motivation et un exemple de document rédigé récemment : mémoire, fiche de lecture…) à adresser avant le 14 avril 2011 à Catherine Grandclément (catherine.grandclement@edf.fr).

Les candidats retenus sur dossier seront ensuite reçus en entretien.