Archives par mot-clé : enquête

Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Par Evan Fisher.

Evan Fisher est étudiant en Master 2 au sein de la mention « Sociologie générale ». Il revient ici sur ses premiers (faux ?) pas dans le terrain de sa recherche conduite en partenariat avec Médecins sans frontières-France (MSF-France). En ouvrant son carnet de terrain, il donne à voir l’élaboration d’une question de recherche autour de la sélection des patients dans un hôpital de MSF-France à Amman, et il tire les leçons méthodologiques et scientifiques des premières difficultés méthodologiques qu’il a rencontrées sur le terrain. 

*               *

*

J’appréhende mon arrivée sur le terrain. Ce n’est pas que la Jordanie soit un pays dangereux ou que je ne me sente pas préparé. Mais les reportages de la BBC[1] et al-Jazeera[2] sur l’endroit de mon enquête évoquent un lieu éprouvant : un hôpital humanitaire de Médecins Sans Frontières-France (MSF-France), qui prend en charge des blessés de guerre syriens, yéménites, gazaouis et irakiens. La présence étouffante de tant de souffrance m’effraie par avance[3]. Continuer la lecture de Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Des sociologues dans les cartons… d’archives

Par Elsa Boulet et Quentin Fondu.

Ce billet reprend l’introduction du séminaire « Initiation à l’usage des archives en sociologie », animé par Elsa Boulet en 2015-2016. Lors de la séance introductive, Quentin Fondu, doctorant en sociologie au CESSP-CSE, a présenté son propre travail d’enquête à partir d’archives en insistant sur les « ficelles du métier ». D’un format un peu particulier, ce séminaire visait à faire expérimenter aux étudiant.e.s en sociologie la confrontation avec des archives : après une séance introductive, les étudiant.e.s se sont plongé.e.s dans des cartons de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre) avec pour mission d’écrire un « mini-mémoire » portant sur les luttes pour la légalisation de l’avortement en France dans les années 1970-1980. La moitié des séances du séminaire a ainsi été consacrée au dépouillement des archives, l’autre moitié permettant un travail en atelier autour des questionnements, des hypothèses et des résultats présentés par les étudiant.e.s.

*                *

*

Des archives, mais pour quoi faire ?

Les archives ne sont pas une méthode fréquemment utilisées en sociologie, mais la sociologie historique est un champ de recherche qui n’en reste pas moins important. En replaçant les phénomènes sociaux dans des temporalités plus ou moins longues, la sociologie historique met en lumière la dynamique des rapports sociaux (l’émergence du capitalisme analysée par Max Weber [1]), la genèse des institutions (le travail de Rémi Lenoir sur l’idéologie familialiste par exemple [2]) ou encore des outils de savoir (Desrosières et « l’histoire de la raison statistique » [3]). Tout objet d’étude sociologique peut comporter une dimension historique, dans la mesure où sociologie et histoire partagent un même objet d’investigation : « le cours historique du monde » [4], pour reprendre les termes de J.C. Passeron. Continuer la lecture de Des sociologues dans les cartons… d’archives

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces

Par Marion Ink, doctorante au CEMS, chargée d’enseignement au sein du master « Sociologie générale » de l’EHESS.

Ce billet a été écrit dans le cadre du séminaire de Marion Ink : « L’enquête sociologique par entretiens », donné à l’EHESS en 2015-2016.
La lecture des retranscriptions des entretiens de chacun(e) des étudiant(e)s a permis d’identifier certaines « bonnes astuces » et « petites erreurs » des étudiant(e)s-enquêteur(e)s.
Nous remercions ainsi les étudiant(e)s de ce séminaire :
BONVICINI Laura, BOUVIER Ophélie, CHONAVEL Manon, CORON Justine, DEMIRDJIAN Léa , GALIBERT-LAINE Chloé, HELSENS Théo, ISHITSUKA Aurélia Milika , LESCHEVIN Théo, LONGO Mariana, LORMEAU Marine, NIEDDA Marie-Laurence, OLIVEIRA FERREIRA Lizandra, PANIS-LIE Julien, SANTINI Geoffrey, SESTITO Rosanna, USEO Matthieu, VANHOOREN Stéphanie et VISENTIN Sylvia, pour leurs retranscriptions d’entretiens, ainsi que leurs retours.

*             *

*

« L’Entretien Non- Directif de Recherche est une pratique sociale ou/et un dispositif de recherche dont la définition minimale est la suivante : c’est un entretien principalement entre deux personnes (il peut être étendu à un groupe), un interviewer et un interviewé, conduit et enregistré par l’interviewer. Celui-ci a pour objectif de favoriser la production d’un discours de l’interviewé sur un thème défini dans le cadre d’une recherche »  
BLANCHET Alain, GIAMI Alain, GOTMAN Anne et LEGER Jean-Michel, 1993, L’entretien dans les sciences sociales. L’écoute, la parole et le sens, Paris, Dunod, p.7

Ainsi, ces « trucs et astuces » ne sont conseillés que pour favoriser la production du discours de l’enquêté. Ces conseils sont à adapter selon l’entretien, l’interaction in situ, l’entretenu, la phase de l’enquête sociologique dans lequel s’inscrit l’entretien mené, etc. Continuer la lecture de Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

Le public ? Quel public ? Expérience professionnelle et recherche en cours sur les publics dans un dispositif de concertation

 Camille Lamouche est étudiante au sein du Master 2 « Sociologie générale » de l’EHESS. Elle nous propose ici un retour sur l’enquête qu’elle a effectué pour son mémoire et les enjeux autour des différentes approches des publics dans son travail, sur le terrain des dispositifs de concertation autant que sur le plan de l’analyse sociologique qu’ils appellent.  

Dans le cadre de mon Master 2, je réalise une recherche sur la sociologie de la concertation publique, démarche qui vise à associer la population aux prises de décisions publiques. Mon sujet consiste en l’étude des acteurs-organisateurs des concertations publiques. Il s’agit d’observer leurs pratiques et plus précisément celles à l’œuvre lorsqu’ils définissent les publics qu’ils cherchent à mobiliser.

Je reviens ici sur les deux perspectives depuis lesquelles j’ai eu l’occasion d’aborder la question des publics participants aux concertations : la première, en tant que professionnelle de la communication, la seconde en tant qu’étudiante en sociologie. La première est à l’origine de questionnements concernant l’approche des publics qui est à l’œuvre chez les professionnels de la communication. La seconde a nécessité un travail de problématisation, pour transformer ces questionnements en pistes d’analyse sociologique.

L’approche professionnelle : le public, une production d’experts ?

Le public n’existe pas. Voilà l’impression que me laissent dix années d’expérience en agence-conseil en communication publique. Bien sûr, on s’adresse à lui par le biais de campagnes, de sites Internet, de supports éditoriaux et autres événements. Il est quantifié, de temps à autres. Mais il n’est qualifié, au sens scientifique du terme, que très rarement, ces agences disposant finalement de très peu de données (souvent de seconde main) sur les publics auxquelles elles adressent leurs campagnes. En revanche, les professionnels y travaillant fourmillent de convictions : le public est sans cesse évoqué voire invoqué, des décisions stratégiques sont prises en son nom. Il n’en demeure pas moins que peu de données tangibles viennent appuyer ces intuitions. C’est cela qui me laisse penser que le public n’existe pas autrement que comme fiction, construite à des fins d’expertise.

Ainsi, la posture d’émetteur professionnel – ou communicant – implique bien souvent de construire de grandes catégories de publics en s’appuyant sur l’expérience et le bon sens. Stratégies, supports, messages, plans de diffusion sont ainsi articulés à partir de ce découpage. Or, cette méthodologie intuitive couplée à des impératifs budgétaires impose des campagnes dont on imagine fort bien qu’elles excluent une large partie des publics existants. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes lorsque l’on se situe dans une logique de communication publique, avec pour impératif officiel de s’adresser à tous les citoyens. Cette lacune devient encore plus problématique quand le travail de l’agence consiste à accompagner les dispositifs de concertation publique. En effet, le but affiché de ces derniers est de pallier certains dysfonctionnements de la démocratie en favorisant la prise de parole de tous les publics concernés par le projet soumis à concertation. En toute logique, il faudrait alors veiller à mettre en œuvre une information permettant à chacun de se saisir du projet et d’être en mesure de s’exprimer à son propos. Cependant, j’ai pu constater au cours de mes expériences l’absence constante de certains publics dans ces instances participatives. Les publics participants sont ceux-là même qui participent à la vie politique traditionnelle, quand les catégories sociales déjà exclues des dispositifs de participation politique classiques le demeurent dans la plupart des cas.

J’ai également observé une forme d’agitation autour de ces questions de publics. En effet, le milieu professionnel chargé d’organiser les concertations produit une réflexion fournie autour de la mobilisation de publics représentatifs. L’idéal d’une inclusion de tous les publics au processus est revendiqué et de nombreuses suggestions d’ordre normatif sont formulées en ce sens par les acteurs de ce champ professionnel. Citons pour exemple la Commission Nationale du Débat Public, qui a établi des règles méthodologiques de référence. Par ailleurs, ce que j’ai observé dans ma pratique professionnelle s’avérait assez éloigné de ces principes, puisque la structure qui porte son projet à concertation cherche, in fine, à le faire accepter dans les meilleures conditions pour elle. Ce point de départ, tout entier tourné vers l’aboutissement de la procédure, entrave la réflexion préalable à la mise en place du dispositif. Car l’enjeu réside alors dans une fine cartographie des publics, envisagée selon leur relation avec le projet. La communication est ensuite déployée en réponse à ces postures, celles-ci étant ainsi le principal critère pour reconnaître les publics. On le devine, cette démarche laisse de côté d’autres publics.

Ainsi, la recherche de la représentativité et de l’inclusion de tous les publics n’ont pas constitué, dans les expériences qui ont été les miennes, un critère majeur dans la formalisation du dispositif de concertation. L’écart entre la promesse concertative et la réalité mise en œuvre semblait alors prononcé. Pourtant, je n’ai cessé de constater combien les acteurs du monde de la concertation affichent leur souhait de « rénover la démocratie » et de « redonner confiance aux citoyens ». Mais, une fois la pratique à l’œuvre, la question de la représentativité des publics et des moyens de l’obtenir passe après celle de la mobilisation du public : l’approche quantitative prend alors le pas sur une approche qualitative.

Crédit photo: Reuters
Crédit photo: Reuters

 

L’approche sociologique : comment la construction des publics s’opère-t-elle dans le cadre d’une concertation ?

Ces expériences professionnelles ont forgé mon souhait d’aborder les publics de ces dispositifs participatifs en adoptant un regard sociologique. En effet, les questions de démocratie, de représentativité, de publics m’ont toujours particulièrement intéressée. Elles ont aiguillé mon parcours universitaire, mes précédents mémoires, mes choix professionnels. Elles continuent de m’inspirer, puisque j’ai de nouveau souhaité creuser ces thématiques au moment de rédiger un projet pour le Master 2. La formulation initiale de mon projet était la suivante : « je cherche à interroger les effets substantiels de la concertation : participe-t-elle à une plus-value de sentiment démocratique aux yeux des participants ? ». Je souhaitais analyser les transformations de la société civile dans son rapport à la démocratie. Pour cela, mon idée était de me concentrer sur une sociologie des participants et de travailler sur l’évolution de leur rapport à la démocratie au cours de leur participation.

Intermède : Un premier mémoire qui aborde la question participative et celle du public

Mon questionnement actuel a deux foyers originels : mon parcours professionnel, on l’a vu, avec une expérience dans les coulisses des dispositifs de concertation publique. J’y ajouterais mon mémoire de maîtrise, réalisé en 2002, dont le sujet approchait la notion de participation. En avril 2002, on s’en souvient, les élections présidentielles avaient apporté leur lot de stupeur et une déflagration particulière pour le Parti Socialiste. Alors au Celsa, en Maîtrise de Communication des institutions publiques, j’avais choisi d’étudier la communication interne au sein du Parti Socialiste pendant cette année post-défaite. Je voulais observer comment la crise était vécue par les militants et ce que la direction du Parti leur proposait comme outils pour y faire face. Le bouleversement suscité par la défaite de Lionel Jospin au premier tour, et plus encore par le passage de Jean-Marie Le Pen au second, avait décidé la direction du PS à ouvrir la parole aux militants. Dans une perspective de renouveau, de refondation, d’écoute, d’échange, de partage… Pour comprendre et imaginer le futur. Au terme de mon travail, mes conclusions montraient que cette écoute était très strictement cadencée, organisée, et combien la parole donnée avait très rapidement été reprise. Une forme d’instrumentalisation du public militant qui, j’ai pu m’en rendre compte par ailleurs, n’était pas dupe. C’était là mon premier rapport concret avec une expérience participative en train de se faire, et le début de mes interrogations sur les publics.

Depuis, mon approche a beaucoup évolué. Du fait de mes échanges avec mon directeur de recherche, j’ai progressivement déconstruit l’ensemble des jalons de ma réflexion pour aboutir à une deuxième formulation de question : « comment, si l’opinion la plus répandue promeut l’insincérité voire l’inutilité des démarches de concertation publique, expliquer la présence de participants individuels (hors association, parti politique, syndicat ou groupe constitué) aux réunions publiques ? En résumé, pourquoi ces personnes participent-elles quand même aux réunions publiques ? » Je me demandais quels sont les ressorts communs, sociaux et politiques, qui fondent leurs justifications rationnelles à une participation qui, elle, pourrait sembler irrationnelle.

Crédit image: Montgomery Flagg
Crédit image: Montgomery Flagg

 

L’observation participante  : une clé pour observer la participation ?   

Puis, un deuxième échange avec mon directeur m’a fait prendre conscience d’une clé qui se trouvait à ma disposition : j’ai la possibilité d’observer depuis l’intérieur les acteurs en charge de l’organisation des concertations. Je les connais, ce sont mes anciens collègues ou clients. Il m’est aisé de rentrer en contact avec eux. Dès la formulation de mon projet, j’avais trouvé mon terrain : une concertation menée par un maître d’ouvrage à propos d’une ligne de transport en commun majeure de la région Ile-de-France. Mon idée initiale était de mener la majorité de mes entretiens avec des personnes issues du public, d’assister à l’ensemble des réunions publiques puis d’interviewer quelques-uns des membres organisateurs. A ce stade, rappelons que je tenais à questionner le rapport des publics à la démocratie via leur expérience de la concertation publique. Mais, en me documentant sur les recherches publiées à propos des dispositifs participatifs, j’ai pris conscience de la multitude d’écrits existants d’une part, sur la question du couple démocratie/représentativité des concertations, d’autre part sur les publics (qui sont-ils, quelles sont leurs motivations à participer, comment participent-ils, ce que la participation a comme effets sur eux…). J’ai donc opéré un déplacement de ma question, après avoir constaté qu’il serait plus novateur – et plus stimulant – de saisir l’opportunité d’observer les acteurs-organisateurs des concertations publiques. Mon terrain reste le même en apparence, puisque je me concentre sur la même concertation publique, mais mon objet de recherche et ma problématique porteront sur ces acteurs en particulier. Mes entretiens, estimés à ce stade au nombre d’une dizaine, seront réalisés avec l’ensemble des acteurs impliqués de près ou de loin dans l’organisation du dispositif, car je cherche à couvrir l’espace de variation au sein de ce groupe. Je vais par ailleurs assister à toutes les réunions de travail en interne. Cela me permettra de compenser, en partie, le fait que je n’ai pas été autorisée à venir en observation dans leurs bureaux plusieurs jours par mois. Enfin, la formulation de mon énigme a évolué, pour coller à ce déplacement : je voudrais désormais interroger le rôle joué par les organisateurs de ces dispositifs quant à la question des publics participants. Puisque ce sont eux qui concrétisent l’offre et qui organisent la communication autour de cette dernière, sans doute leurs choix et leurs actions conditionnent-ils les types de publics participants. Alors qu’il existe une injonction formelle à réunir des participants représentatifs de la population concernée par le projet et que les organisateurs sont outillés pour organiser les concertations, pourquoi réunissent-ils toujours les mêmes typologies de publics ?

En résumé, j’ai évacué à ce stade de mes questionnements tout ce qui est directement lié à la notion de démocratie ou à la question des motivations/perceptions des publics. Je cherche désormais à observer comment les organisateurs construisent leurs publics, à l’aune de ce qu’ils jugent être une « bonne » concertation.

L’Ouscipo prend le large : une enquête collective à L’Ile-Saint-Denis

Développé au sein de l’EHESS, l’Ouscipo a vocation à développer des partenariats de recherche avec la société civile. Ces partenariats peuvent prendre la forme de travaux individuels (mémoires, thèses, etc.), mais aussi s’articuler à des activités d’enseignement sous la forme d’enquêtes collectives.

L’une des trois enquêtes collectives lancées depuis la rentrée 2014 au sein de la spécialité « Sociologie générale » s’inscrit dans ce cadre. Ce billet propose d’exposer le projet Ouscipo avant de donner à voir une de ces réalisations concrètes, à la fois outil d’initiation de la recherche par la recherche et forme innovante de collaboration entre des étudiant.e.s et des acteurs de la société civile. 

L’Ouscipo : au-delà de l’expertise et de la recherche auto-référencielle, inventer une nouvelle articulation entre recherche et société civile  

En janvier 2014, l’EHESS a donné naissance à un dispositif inédit et expérimental, l’Ouvroir de sciences sociales potentielles (Ouscipo). Sa mission : favoriser le développement des partenariats de recherche entre les étudiants de l’EHESS et des acteurs de la société civile.

C’est un ouvroir à double entrée, puisqu’il s’agit de favoriser à la fois l’ouverture des sciences sociales à la société civile, et l’ouverture la société civile aux sciences sociales. En cela, l’Ouscipo prend le contre-pied du diagnostic fataliste, trop souvent entendu, selon lequel les apports des sciences sociales n’intéresseraient plus les acteurs sociaux. C’est finalement un diagnostic rassurant, car il permet de ne pas s’interroger la responsabilité de nos propres pratiques de production et de diffusion de la recherche.

Continuer la lecture de L’Ouscipo prend le large : une enquête collective à L’Ile-Saint-Denis

Appel à communications

 « Le travail dans tous ses états »

Journée d’étude des jeunes chercheurs en sociologie de l’ehess

(20 mai 2014 – 105 bd. Raspail, 75006 Paris)
ams.ehess@gmail.com | jesocio.hypotheses.org

Depuis 2012, l’Atelier des Masterants de Sociologie (AMS) propose aux étudiant(e)s de se rencontrer afin de croiser et enrichir leurs recherches. Il organise cette année une journée d’étude afin de permettre aux jeunes chercheur(e)s du master sociologie de confronter et discuter leurs travaux. Cette journée d’étude abordera « le travail dans tous ses états ».

Le travail fut une des premières préoccupations de la sociologie comme discipline naissante, que ce soit en France (Durkheim, 1893), dans le monde anglo-saxon (Veblen, 1899) ou en Allemagne (Marx, 1867 ; Weber, 1905). Composante primordiale dans des sociétés nouvellement industrialisées, son étude permet de mieux appréhender aujourd’hui une période de profondes mutations.

Dans ce contexte, les approches du travail se multiplient et se croisent, se constituant parfois en courant ou en école de pensée. Certaines approches, davantage centrées sur l’organisation du travail (Ballé, 2009 ; Lomba, 2010), cherchent avant tout à comprendre l’ajustement des fonctions et relations au sein d’une entreprise, d’une administration, ou autres formes d’organisation. D’autres approches s’intéressent plus à la dimension communautaire regroupant les individus dans des professions (Champy, 2009, 2011). Elles rendent notamment compte des trajectoires dans et en dehors du travail, et du contexte social plus global dans lequel cette activité s’inscrit. Les recherches relevant de la sociologie du travail ne se réduisent cependant pas à ces deux orientations. Des approches mixtes croisent tant les outils analytiques que les méthodes de collectes de données afin de proposer une vision globale de leurs objets de recherches (Zimmermann, 2011). Certain(e)s auteur(e)s passent par l’analyse du travail pour s’interroger plus généralement sur les structures ou les processus constitutifs de nos sociétés contemporaines (Castel, 1995 ; Boltanski, Chiapello, 1999 ; Menger, 2011). Notons enfin que les approches du travail croisent aujourd’hui très régulièrement les autres domaines de la sociologie, comme par exemple les recherches sur le genre (Guillaume, Pochic, 2009), sur la technique (Grelon, 2007), ou encore sur le journalisme (Lemieux, 2000).

Cette multiplicité des perspectives rend la tâche difficile au chercheur qui doit se positionner. Elle l’interroge sur le sens à donner au travail dans le cadre de sa propre recherche et, plus généralement, à la place de cette notion tant en sociologie que dans la société dans son ensemble. Afin de tenter de répondre à ces interrogations et d’engager la problématisation de cette notion, nous proposons d’examiner dans cette journée la question suivante :

Quel(s) usage(s) les sociologues font-ils de la notion de travail ?

Pour ce faire, les contributeurs(rices) sont invités à inscrire leurs propositions dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants :

 1 – Le travail : quelles activités, quelles approches ?

2 – De l’objet et de la méthode : comment décrire le travail ?

3 – Le travail : quelle(s) montée(s) en généralité ?

Bien entendu, ces axes ne sauraient apporter une réponse exhaustive, ni épuiser la richesse de ce domaine et de ses usages. Cette journée ne visera donc pas tant à rechercher un consensus autour de la définition du « travail » en sociologie, qu’à échanger sur les conceptions et les utilisations pratiques des chercheurs pour appréhender cette notion complexe. Ainsi, ce programme reste ouvert à toute autre proposition qui irait dans le sens de cette entreprise.

Axe 1 – Le travail : quelles activités, quelles approches ?

La multiplicité des productions scientifiques pouvant relever de la sociologie du travail fait de ce domaine une source importante d’inspirations pour les chercheurs. Ainsi, il est possible de procéder à une étude de tout type de travail, des plus légitimes (Parsons, 1951) aux moins acceptés (Thrasher, 1928 ; Sutherland, 1937 ; Gold, 1952). Il est même possible d’appliquer ces outils à des activités ne relevant a priori pas d’un travail (Becker, 1985), ou dont le classement dans la catégorie de travail fait l’objet d’une controverse (Hely, 2008). Plus généralement, à travers une description des processus de classement, de qualification ou de légitimation du travail, les contributeurs(trices) pourront montrer que ces derniers peuvent émaner tant du chercheur que des acteurs observés.

Axe 2 – Objet et de méthode : comment décrire le travail ?

Au delà de cette pluralité d’usages de la notion de travail en sociologie, il apparait pertinent de discuter des choix de méthodes et d’analyser les coulisses de l’enquête. En effet, si le positionnement théorique permet d’expliciter et justifier une manière d’appréhender le travail, il est nécessaire de décrire les raisons qui ont guidé ce choix. Les contributeurs(rices) sont donc invité(e)s à rendre compte de la définition de leur terrain, de leur recueil ou construction de données, de leur rapport aux enquêtés et de leur processus d’analyse afin d’en mesurer les implications dans leur approche du travail. La mise en récit de cette dimension d’une recherche en cours ou achevée, revenant sur les réussites et les échecs d’un terrain et de son approche, permettra d’initier une discussion sur les différentes manières de décrire le travail.

Axe 3 – Le travail : quelle(s) montée(s) en généralité ?

L’extrême fragmentation de la littérature sociologique autour du travail ne menace pas pour autant, par la collection d’études de cas, la montée en généralité. Celle-ci demeure possible tant au niveau des pratiques individuelles de la profession (Hochschild, 2012) que de la société. Elle peut concerner l’activité décrite (Zimmermann, 2011) ou d’autres éléments qui permettent de révéler les cadres cognitifs des sociétés industrialisées (Zolesio, 2012). Dans un cas comme dans l’autre, elle permet une réflexion plus large sur des processus sociaux (Touraine, 1973 ; Castel, 1995 ; Boltanski, Chiapello, 1999). Les contributeurs(rices) sont ainsi invité(e)s à évoquer les degrés de montée en généralité possibles de leur recherche.

Chacun des axes proposés suppose une approche réflexive des chercheur(e)s, invité(e)s à dénaturaliser la présence du travail dans toutes les dimensions de leurs travaux. Ils/Elles peuvent donc orienter plus ou moins leur contribution en vue d’interroger le métier de sociologue au même titre que les autres activités, comme forme aboutie de la montée en généralité. Il sera également intéressant de chercher à situer les travaux présentés dans le champ disciplinaire et les impacts possibles sur les résultats.

En invitant les contributeurs(rices) à échanger sur ces différents axes, nous espérons pouvoir, à l’issue de cette journée, mieux prendre conscience et mieux comprendre quel est aujourd’hui l’impact du domaine sur le travail des chercheur(e)s.

 

Propositions de contribution :

Les propositions de contribution (2000 signes au maximum, bibliographie exclue) doivent être adressées aux organisateurs (ams.ehess@gmail.com), en français ou en anglais, au plus tard le 7 mars 2014. Chaque communication durera 15 minutes et fera l’objet d’une discussion.

Il est possible de proposer une communication à plusieurs auteurs.

Merci de ne pas oublier dans la proposition les mentions suivantes : Nom(s) et prénom(s) de(s) (l’)auteur(es), établissement, cursus en cours, directeur de mémoire/thèse, email.

Après décision du comité d’organisation et annonce aux auteurs (19 mars 2014), il sera demandé aux participants de communiquer les textes complets (15 000 signes bibliographie comprise, en français ou en anglais) au comité avant le 1er mai 2014. Ces documents permettront tant de réunir les présentations en différentes sessions que de les envoyer aux discutant(e)s de chacune de ces sessions.

Calendrier :

10 mars 2014 : date limite d’envoi des propositions.

19 mars 2014 : retours des comités d’organisation et scientifique.

1er mai 2014 : date limite d’envoi des versions finales des communications sélectionnées.

20 mai 2014 : journée d’étude de 9h à 17h en amphithéâtre François Furet, 105 bd. Raspail.

 

Comité d’organisation :

Mehdi Arfaoui, Marion Ink, Pierre Nocerino, Pierre-Louis Rolle, Samuel Thomas (ams.ehess@gmail.com).

 

Comité scientifique :

Coordonné par Nicolas Dodier, responsable du master de sociologie, le comité scientifique sera annoncé en même temps que le programme.

 

Bibliographie indicative :

Akrich, M., Callon, M., Latour, B., 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris: Presses de l’école des Mines, coll. « Sciences Sociales ».

Arond, H., Weinberg, S. K., “The Occupational Culture of the Boxer”, American Journal of Sociology, 5/1952, (n° 57), pp. 460-469.

Ballé, C., 2009, Sociologie des organisations, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

Becker, H. S., 1963 [1985], Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris: Métailié, coll. « Leçons de choses ».

Boltanski, L., Chiapello, È., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris: Gallimard, col « NRF essais ».

Castel, R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris: Gallimard, coll. « Folio ».

Champy, F., 2009, La Sociologie des professions, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige, Manuels ».

Champy, F., 2011, Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris: Presses Universitaires de France, Coll. « Le lien social ».

Durkheim, E., 1893 [2007], De la division du travail social, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine ».

Gold, R., “Janitors versus Tenants: A Status-Income Dilemma”, American Journal of Sociology, 1952, (n° 57), pp. 486-493.

Grelon, A., “French Engineers: Between Unity and Heterogeneity”, History of Technology, 27/2007, pp. 107-124.

Guillaume, C., Pochic, S., “What would you sacrifice? Access to top management and the work/life balance”, Gender, Work and Organization, 16/2009, (n°1), pp.14-36.

Hély, M., “À travail égal, salaire inégal : ce que travailler dans le secteur associatif veut dire”, Sociétés contemporaines, 1/2008, (n° 69), pp. 125-147.

Hochschild, A.-R., 2012, The Managed Heart Commercialization of Human Feeling, Berkeley: University of California Press.

Lomba, L., “Les petites mains des petites entreprises : gestion informelle et fractures ouvrières” Sociologie du travail, 52/2010, (n° 4), pp. 503-520.

Lemieux, C., 2000, Mauvaise presse : Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris: Métailié, coll. « Leçons de choses ».

Marx, K., 1867 [1993] Le capital, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige ».

Menger, P.-M., 2011, Les intermittents du spectacle. Sociologie du travail flexible, 2e édition augmentée, Paris: Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Cas de figure ».

Parsons, T., 1951 [1991], The Social System, Londres: Routledge.

Sutherland, E., 1937, The Professional Thief, University of Chicago Press.

Thrasher, F., “How to Study the Boys’ Gang in the Open”, Journal of Educational Sociology, 1/ Jan., 1928, (n° 5), pp. 244-254.

Touraine, A., 1973, Production de la société, Paris: Editions du Seuil, coll. « Sociologie ».

Veblen, T., 1890 [1970] Théorie de la classe de loisir, Paris: Gallimard, coll. « Tel ».

Zimmermann, B., 2011, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris: Economica, coll. « Etudes sociologiques ».

Zolesio, E., 2012, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, coll. « Le Sens Social ».