Joffre Pierre – Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Pierre Joffre livre dans ce billet quelques résultats issus de son mémoire de Master 2 de sociologie dans lequel il s’est attaché à comprendre les différences relatives à l’espace perçu, d’un quartier à l’autre, au sein du 18ème arrondissement de Paris. Pour saisir ces différences, il a notamment demandé à ses enquêtés de dessiner sur une carte les frontières  de ce qu’ils identifient comme leur quartier, en distinguant les espaces propres aux diverses activités qu’ils y déploient. Ce billet est ainsi, au-delà d’une analyse documentée du sentiment d’appartenance spatiale dans ces micro-quartiers parisiens, une proposition méthodologique et réflexive toute à fait originale.

Ni « purement populaire, ni vraiment bourgeois »[1] pour reprendre les termes d’Antoine Prost, le 18ème arrondissement de Paris fait sans doute partie des plus contrastés en termes de population. Par la mosaïque qu’il offre, il semblait intéressant de l’étudier plus précisément en se penchant sur deux micro-quartiers très différents, qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain, Marcadet-Poissonniers et Lamarck-Caulaincourt-Damrémont. Le travail de master s’interroge ainsi sur le rapport à la mixité sociale des populations qui vivent dans un arrondissement contrasté dans son ensemble, mais qui peut abriter des micro-quartiers beaucoup plus homogènes. Continuer la lecture de Joffre Pierre – Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Enquête Ouscipo 2017 – Au seuil du SamuSocial

Ce billet s’inscrit dans le cadre d’une enquête collective issue d’un partenariat entre l’Ouscipo[1] et le Samu Social de Paris. Il s’agit du deuxième billet issu de cette enquête collective publié sur ce carnet. Dans le cadre de sa mission de lutte contre la grande exclusion, le Samu Social de Paris propose un accueil de jour ou des possibilités d’hébergement la nuit aux personnes sans-domicile. Menée en 2015-2016 par une vingtaine d’étudiants répartis dans quatre centres, cette enquête collective a constitué pour nous une initiation “à la recherche par la recherche” par le biais d’un dialogue permanent avec les acteurs de la société civile. Cette recherche s’appuie sur une semaine d’enquête de terrain au sein d’un des Lits Halte Soins Santé (LHSS). Créés dès l’origine du Samu Social de Paris en 1993 et ouverts à titre expérimental, ils ont été pérennisés par décret le 17 mai 2006 et homologués « structure médico-sociale ». Les LHSS hébergent les sans domicile à temps complet et sans conditions pour une durée limitée à deux mois renouvelables.  

*             *

*

Au cours de cette riche semaine de terrain, nous avons réalisé des entretiens et des observations auprès du personnel et des hébergés de la structure[2], avec pour point de départ la thématique de l’« éloignement ». Les structures du Samu Social peuvent prononcer des mesures dites d’« éloignement » à l’encontre des personnes accueillies ou hébergées. Il s’agit d’exclusions valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie. Ainsi, nous avons abordé notre enquête avec pour volonté première d’observer les logiques pouvant conduire à de telles décisions.  

« Vous me foutez dehors. »

Continuer la lecture de Enquête Ouscipo 2017 – Au seuil du SamuSocial

Que faire après un Master de sociologie à l’EHESS ? Annonce de deux séances sur l’après master

La formation sociologie organise deux séances de travail sur l’après Master, les 23 mars et 19 avril 2017

Faire une thèse en sociologie, jeudi 23 mars de 15h à 18h en salle 13 (105 Bd Raspail)

Il s’agit de s’interroger sur les raisons de faire une thèse, sur les conditions requises, sur les débouchés après un doctorat, sur les financements disponibles ou encore sur l’utilité de l’année préparatoire au doctorat. Ces thèmes sont abordées avec des responsables de ces questions à l’Ecole doctorale  et avec des étudiants en doctorat qui viendront nous parler de leurs expériences.

Se professionnaliser après un Master de sociologie, mercredi 19 avril de 13h30 à 18h en salle de Lombards (96 Bd Raspail).

Nous proposons une réflexion sur les débouchés du Master de sociologie en dehors du doctorat. Nous présenterons une enquête sur le devenir des masterant.e.s qui a été réalisée par l’ehess, envisagerons les métiers de la fonction publique, et nous accueillerons d’anciennes et d’anciens étudiant.e.s de Master qui présenteront leurs parcours.

Les programmes complets seront prochainement disponibles.

Benoît Hachet

Enquête Ouscipo 2017 – Mieux vaut prévenir qu’éloigner ?

Après une première enquête collective réalisée en partenariat avec le P.H.A.R.E.S. (Pôle d’Hospitalité aux Activités à Rayonnement Ecologique et Solidaire), le carnet des étudiant-e-s du Master de sociologie publie en ce début d’année deux billets issus d’une nouvelle enquête collective effectuée dans le cadre de l’Ouscipo et animée par Corentin Durand et Romain Juston. Intitulée « Aux frontières de l’urgence. Enquête collective avec le Samusocial de Paris », elle a permis à trois groupes de six étudiant-e-s accompagnés par un encadrant d’effectuer une enquête au sein de structures d’hébergement d’urgence autour de la thématique des mesures dites d’ « éloignement » à l’encontre de personnes accueillies. Ces exclusions sont valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie.

Ce premier billet retrace l’enquête d’un groupe qui a enquêté dans un Lit Halte Soins Santé (LHSS) dont la particularité est de peu recourir à ce type de mesure. Laura Bonvicini, Justine Coron, Anaïs Lehmann et Tanya Kostitcyna ont alors réalisé un travail largement configuré par l’enquête de terrain se donnant pour objectif de mieux comprendre les logiques de prévention des situations problématiques dans ce centre.

*                 *

*

UN RÉCIT D’ARRIVÉE POUR PLANTER LE DÉCOR

Monsieur Balmond est arrivé au LHSS la veille de notre venue. Nous nous appuierons donc dans cet article sur son cas pour comprendre la prise en charge des hébergé-e-s au sein d’un LHSS de la région parisienne. Pakistanais âgé d’une quarantaine d’années, Monsieur Balmond est arrivé en France il y a 20 ans. Il entre au LHSS par la maraude, après avoir connu un éloignement d’un autre centre. Le motif de son admission au LHSS Esquirol est l’« altération de l’état général  » qu’il présente. À son arrivée, une insuffisance hépatique (cirrhose) et une perforation du tympan sont diagnostiquées. Le cas particulier de ce nouvel arrivant nous permet alors de donner un aperçu concret de l’accueil et des premiers jours au sein du LHSS. C’est l’occasion de suivre pas à pas les premiers pas d’un hébergé dans son nouvel environnement, premiers pas au cours desquels les normes sont notamment explicitées

Continuer la lecture de Enquête Ouscipo 2017 – Mieux vaut prévenir qu’éloigner ?

Robicquet Pierre – A l’épreuve du terrain : à propos de la reformulation d’un projet de mémoire sur la psychiatrie

Pierre Robicquet est étudiant au sein de la spécialité « Sociologie générale » du master de sociologie de l’EHESS. Dans ce billet, il relate un épisode de son terrain en hôpital psychiatrique à la suite duquel il a complètement reconfiguré son projet de recherche qui, alors qu’il portait au préalable sur les patients, s’est déplacé vers les professionnel. Il restitue ici les circulations entre l’objet, le terrain et le chercheur, et expose les tenants et les aboutissants de l’ « épreuve » du terrain entre les aspects pratiques des choix du chercheur et leur  portée morale.

 

Pendant le second semestre de l’année 2014, j’ai formulé un projet de recherche sur le monde médical et psychiatrique. En parallèle du travail de construction de l’objet, j’entreprends un premier état de l’art permettant d’identifier une série de structures associatives au sein desquelles réaliser un stage exploratoire au début de l’été 2015. L’objectif de ce terrain exploratoire est de me permettre d’appréhender des pratiques plus concrètes afin de formuler un projet de recherche ancré. Le 5 juillet de la même année commence ma première immersion en milieu médical dans le centre thérapeutique[1] d’une petite ville de Gironde. Pendant environ quatre semaines, j’accompagne le psychologue de la structure dans chacune de ses activités et réunions d’équipes. Le mois suivant, je compile, déplie et analyse mes observations afin de formuler des premières hypothèses. L’année universitaire commence sur cette base, et le 20 novembre s’ouvre mon terrain de recherche en unité de soins intensifs pour une durée de sept mois. La structure n’est cette fois pas associative mais publique.

Pendant la durée de l’enquête, mon comportement de chercheur, et derrière, les lignes de ma recherche, ont été mis à l’épreuve du travail de terrain. Ce billet propose de discuter les circulations entre l’objet, le terrain, et l’enquêteur. J’y expose les négociations qui ont lieu lorsque je me suis retrouvé en situation d’échec. Pour cela, je présente et je discute le récit d’une délicate matinée d’enquête. Continuer la lecture de Robicquet Pierre – A l’épreuve du terrain : à propos de la reformulation d’un projet de mémoire sur la psychiatrie

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search