Argumenter dans un champ de force : Essai de balistique sociologique, Francis Chateauraynaud

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteur du billet: Montassir Sakhi, M2 Sociologie générale, EHESS, Paris.

*****************************************************************************

L’ouvrage de Francis Chateauraynaud combine théories et études empiriques. Il s’agit, dans la méthodologie poursuivie, d’effectuer un dépassement  des approches sociologiques dominantes à l’heure actuelle ou au moins de réconcilier ce qu’il appelle l’ethnométhodologie (une sociologie construite sur une base descriptive poussée) et une sociologie spéculative qui a été largement critiquée par Durkheim lors de son travail fondateur en France, qui visait à introduire la sociologie dans le domaine des sciences.

En revenant sur des causes défendues dans des champs sociaux différents et multi-situés, et en observant les régularités, l’auteur essaye de proposer une grammaire,  et de distinguer les étapes parcourues par les acteurs ainsi que les arguments qu’ils mobilisent afin d’installer leurs causes dans l’espace public et politique. Autrement dit, il s’agit d’une tentative de suivre les trajectoires des acteurs et des arguments depuis la formulation de la cause jusqu’à son aboutissement ou non-aboutissement. Ainsi, les objets de recherche sont liés à la notion de mobilisation entendue au sens large : mouvements sociaux, controverses, débats publics, etc. Les exemples sont tirés de causes et de mouvements tant au niveau national qu’international, qui se sont déclenchés lors de la dernière décennie (catastrophes naturelles, OGM, amiante, changements climatiques, nanotechnologies, mobilisations syndicales, élections, etc.).

Dans cette brève discussion, je voudrais me centrer sur la question des acteurs et des arguments, et sur l’un des deux ouvrages : « Argumenter dans un champ social. Essai de balistique sociologique» :

  • En lisant l’ouvrage, on peut retenir que la tentative de réconciliation entre acteur, structures et argumentation est restée inachevée. En fin de compte c’est la questions de « l’argumentation » et « des idées » formulées par les différents acteurs qui sont considérées par l’auteur ; elles seules constituent les facteurs qui déterminent le changement dans la conception pragmatique défendue tout au long de l’ouvrage. Si l’approche de la sociologie des controverses adoptée veut restituer à la fois les jeux d’acteurs et les jeux d’arguments produits au sein des arènes diverses, ce sont bien les arguments et leurs trajectoires qui finissent par être l’objet d’étude privilégié. En tout cas, l’idée que ce sont les structures sociales, et leurs changements, qui déterminent et conditionnent les transformations, est très vite évacuée au détriment d’une sociologie pragmatique qui dote les acteurs d’une capacité d’invention et d’action. Ainsi, les acteurs rationnels libres, ou au moins quelques acteurs « sont crédités d’une forte compétence sociale »[1] et peuvent surpasser les cadres sociaux préétablis à travers leurs capacités argumentatives. Ces capacités, selon l’auteur, se développent à travers le débat, la confrontation des preuves, le dépassement des épreuves, et elles se nourrissent des expériences quotidiennes de la vie de tous les jours (micro) et des expériences liées à l’échelle globale (macro), etc. Ainsi, il est difficile de dégager les conditionnements des acteurs, le contexte national (local et international), l’histoire, les trajectoires influencées par les différentes institutions de socialisation, qui constituent sans doute pourtant un facteur déterminant dans l’orientation des acteurs et de leurs arguments. En se concentrant sur les arguments, l’auteur a évacué le rôle des intérêts. En effet, des agents peuvent recourir à des arguments en prenant en compte leurs positions dans un champ ou dans un espace social. Ainsi, ces arguments sont influencés considérablement par des intérêts et non pas des croyances et des nouvelles convictions suite à la délibération et l’échange de discours comme le soutient l’auteur.

Si on veut éviter le débat éternel sur la portée des structures sociales ou encore l’idée de l’habitus bourdieusien qui tente de réconcilier déterminisme et apports des individus (structure structurée et structure structurante : car générateur d’une infinité de pratiques, capacités d’inventer des stratégies, etc.), on peut néanmoins rappeler la critique faite au concept de l’espace public qui, dans l’ouvrage, semble se définir d’une façon habermassienne. L’espace public est unique et non pas multiple, c’est l’espace contrôlé par les médias et les acteurs politiques dominants (l’espace bourgeois) ; or des philosophes comme Nancy Fraser[2] ou encore des historiographes comme Geoff Elley, Joan Landes, Mary Ryan ont montré que l’espace public depuis son instauration (selon Habermas dans les 18ème et 19ème siècles) a été exclusif, masculin, national, blanc, etc. et que des espaces publics multiples, diversifiés et alternatifs ont toujours existé (les féministes noires aux Etats-Unis, les ouvriers et les syndicats, des communautés des étrangers, etc). Les acteurs n’ont donc pas forcément toujours voulu et cherché à introduire leurs causes dans l’espace public dominant. Leurs enjeux ne consistent pas forcément à donner de la visibilité à leurs causes au sein de ses espaces. Introduire ces espaces peut même, dans certains cas, constituer un danger menaçant leurs causes. Il peut en résulter une perte des sympathisants qui méprisent l’espace public institué et dominant (le cas de certains mouvements populistes tel le « Mouvement 5 étoiles » en Italie, ou des mouvements non-légalisés tel le mouvement islamiste Justice et Bienfaisance au Maroc, etc.).

  • L’idée de l’ouvrage est aussi d’approcher sociologiquement « les arguments » depuis la sémiologie et la sémantique linguistique et cela en partant du constat que la sociologie des mouvements sociaux et des mobilisations a relégué « la question du débat et celle de l’argumentation »[3] à un plan secondaire au grand profit du répertoire d’action « qui tend à éclipser le répertoire argumentatif »[4]. Selon l’ouvrage, « l’argumentation est omniprésente dans les interactions, des conversations ordinaires aux instances de la vie publique, et c’est par son intermédiaire que prend corps toute disposition collective ». Or, cette idée a toujours constitué un fond d’analyse pour les sociologues de l’action sociale. Alain Touraine par exemple (dans ses premiers travaux imprégnés du marxisme) met l’accent sur le triptyque « identité, opposition et totalité » comme éléments fondateurs d’un mouvement social. Autrement dit, les acteurs ont toujours eu recours à l’argumentation pour recruter, légitimer, amplifier leurs mouvements, expliquer leur cause et exprimer le rapport de force. Mais cela ne signifie pas que la solidité de l’argument (le fait qu’il a « traversé plusieurs épreuves et survécu à bien des polémiques ») permette le maintien d’une mobilisation, en particulier dans une situation de rapport de classe. Et quand est mentionné le déclin du conflit de classe au détriment d’une nébuleuse de mouvements multiples, cela ne signifie pas l’effacement des intérêts puisque des conflits du 21ème siècle laissent observer que les luttes, même celles de reconnaissance, incluent des dimensions matérielles et de justice sociale.
  • Par ailleurs, par le fait de mettre l’accent sur les seuls arguments des acteurs, le risque est grand de considérer ces mêmes acteurs comme des individus rationnels, portés par l’intérêt général, échappant aux contraintes (contraintes de la domination quand on se place au point de vue des dominés et contraintes de la préservation de la barrière et de la distinction quand on se place du côté des dominants), des individus qui évoluent en dehors de systèmes d’intérêts. Autrement dit, des individus qui semblent être sincères et qui échappent aux jeux et à la conflictualité des champs, qui ne sont pas prédisposés par des règles du jeu relatives aux intérêts au sein d’un champ donné ou encore en dehors de configurations sociales au sens de Norbert Elias.
  • De plus, quand l’auteur déclare que « lorsqu’ils résistent, les acteurs ont de bonnes raisons de penser que leurs arguments ouvrent une dynamique ascendante », il tend à éclipser le fait que dans certains cas, les acteurs peuvent abandonner la résistance ou résistent dans des sphères microscopiques et privées tout en pensant qu’ils ont des arguments solides et tout en refusant l’idéologie dominante. A certains moments, les acteurs tendent au silence. Si cette résistance ne se manifeste pas en mobilisation publique, elle peut exister autrement, sous formes de pamphlets, blagues, « scripts cachés » laissant peu de traces, ou encore d’une manière « infra-politique » comme le dit James Scott,  sous l’effet d’une dictature, de l’absence d’organisations d’encadrement, ou d’absence de ce qu’on appelle une conscience de classe dans un jargon marxiste.
  • Dans ces cas, ne peut-on pas dire que les débats et l’argumentation reflètent simplement les positions sociales et les intérêts des groupes d’un côté, et de l’autre qu’ils permettent aux acteurs et rhéteurs de fédérer des individus appartenant au même espace social que la cause ?
 

[1] Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ social. Essai de balistique sociologique, Paris : Editions Petra, coll. « Pragmatismes », 2011, P. 20.

[2] Nancy Fraser, Le féminisme en mouvements. Des années 1960 à l’ère néolibérale, La Découverte, Collection SH/Politique et sociétés. Paris, 2012

[3] Francis Chateauraynaud, Argumenter … Op cité, P 31

[4] Ibid, P. 32

Programme du séminaire Sociologies Contemporaines

Sociologies contemporaines

Nicolas Dodier, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherche à l’INSERM (TH)
André Grelon, directeur d’études à l’EHESS (TH)
Benoît Hachet, professeur agrégé à l’EHESS
Isabelle Ville, directrice d’études à l’EHESS, directrice de recherche à l’INSERM (TH)

Chaque semaine un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Il peut aussi bien s’agir d’une recherche originale que d’une réédition critique d’un auteur dont l’approche méthodologique et théorique s’avère riche pour la sociologie d’aujourd’hui. La séance est organisée de manière à laisser une large place aux échanges entre les étudiants et l’invité.

Vous retrouverez dans cette rubrique les présentations faites par les étudiants.

Programme :

23 octobre : séance d’introduction

13 novembre : Francis Chateauraynaud pour la réédition en 2013 des Sombres Précurseurs. Une sociologie de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS, ainsi que pour Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Éditions Petra, 2011.

20 novembre : Yves Cohen pour Le siècle des chefs, Paris, Éditions Amsterdam, 2013.

27 novembre : Sezin Topçu pour La France nucléaire. L’art de gouverner une technologie contestée, Paris, Le Seuil, 2013.

4 décembre : Aron Raymond, Liberté et égalité. 2013, Paris, Éditions de l’EHESS, préface de Pierre Manent

11 décembre : Henry Odile, Les guérisseurs de l’économie. Socio-genèse du métier de consultant (1900-1944). 2012, PARIS, CNRS-Editions

18 décembre : Darmon Muriel, Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante. 2013, Paris, La Découverte.

8 janvier : Dominique Méda La mystique de la croissance. Flammarion, 2013

15 janvier : Mathieu Trachman, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes,  La Découverte, 2013

22 janvier : Christine Castelain-Meunier, Le ménage : la fée, la sorcière et l’homme nouveau, Paris, Stock, 2013.

29 janvier : Dominique Memmi, La seconde vie des bébés morts, Éditions de l’EHESS, 2011

5 février : bilan du séminaire

Mémoires 2013

 Ryder Gillespie :  “L’Agence France Presse à l’épreuve des transformations de son environnement”

 Sous la direction de Cyril Lemieux

Le présent mémoire de Master tente, par la mise en comparaison synchronique et diachronique de deux types de faits d’actualités, de percevoir les évolutions du travail journalistique au sein de l’agence française de presse (AFP) en testant l’hypothèse d’un effet lié à la massification et au développement de l’usage d’internet et des réseaux sociaux. Pour cela, le travail met en parallèle le traitement agencier des annonces de décès et des annonces de résultats d’élections présidentielles sur une période allant du milieu des années 90 à l’élection présidentielle française de 2012. A cette fin, un ensemble de méthodes ont été mises à contribution : des entretiens ont été réalisés avec des journalistes, des observations ont été menées au sein des rédactions de l’agence, les archives de l’AFP ont été consultées et enfin une approche plus quantitative a été mise en œuvre avec l’usage d’un logiciel et d’une base fourni par l’Observatoire Transmédias. Le principal résultat de ce travail est la mise en évidence d’un changement de position et/ou d’élargissement de l’activité de l’agence dans l’espace de production de l’information. L’agence, institution dont le statut était initialement de fournir les journalistes et le public français en nouvelles, apparaît lentement entrain de réaliser un nouveau type d’activité et de changer de statut. Avec l’émergence et le développement d’internet et des réseaux sociaux, l’agence apparaît ainsi se transformer en agence de référence et de vérification pour des informations déjà disponibles dans le champ public. Un changement de statut qui ne se fait pas sans difficultés puisqu’il remet en cause la position ainsi qu’un certain nombre de pratiques agencières liées à cette position, mais aussi de normes et de pratiques d’autres acteurs, extérieurs à l’agence.

rydergillespie@yahoo.fr

 

Marion Ink : “De l’Etranger au « familial » : se créer un « chez soi » de la différence. Enquête ethnographie dans l’une des maisons de la Cité Internationale Universitaire de Paris

Sous la direction de Johan Heilbron. Jury de soutenance : Daniel Cefaï et Yves Winkin.

Ce travail s’intéresse aux interactions et aux relations entre résidents dans une des maisons de la Cité Internationale Universitaire de Paris. D’une part, il s’agissait de décrire et d’analyser comment, dans leur vie quotidienne, les résidents vivent ensemble, interagissent dans les espaces collectifs de la maison. Autrement dit, comment gèrent-ils en continue l’imprévisibilité interactionnelle, dûe à l’hétérogénéité nationale, disciplinaire et sociale de la population à l’épreuve d’une injonction implicite à la découverte, à la rencontre et à la socialisation internationale ? D’autre part, nous avons suivi un nombre plus restreint d’acteurs, ceux investis, de manière plus ou moins relative, à la vie collective de la maison. Il s’agissait alors de repérer les régularités et les divergences de leur processus de socialisation. Ainsi, nous avons mené un travail d’analyse sur le processus de constitution de relations amicales et de « groupes d’amis » dans ce contexte de vivre ensemble international.

ink.marion@gmail.com

 

Audrey Marcillat : “Femmes sans-abri à Paris. Etude du sans-abrisme au prisme du genre

Sous la direction de Marc Bessin,

Lauréate du Second prix Cnaf du mémoire 2013

La recherche a pour but de contribuer aux savoirs existants sur l’expérience des sans-abri en éclairant la situation des femmes, jusqu’alors évincées de la majorité des productions académiques et institutionnelles. La méthodologie principalement utilisée est l’observation participante au 115 du Samu Social de Paris. Le questionnement central de cette enquête vise à mettre à l’épreuve l’hypothèse d’un impensé du genre au sein des représentations sociales du sans-abrisme. Cet angle problématique conduit à mobiliser différentes dimensions du phénomène à la fois spatiales, temporelles et sexuées.Ce mémoire fait donc apparaître les impensés du genre qui sont au fondement des représentations sociales de l’exclusion, tout apportant une contribution à la connaissance du sans-abrisme à travers l’analyse des expériences et des pratiques sociales des sans-abri parisiens.

 audrey.marcillat@gmail.com

 

Entretien avec Isabelle Jonveaux, au sujet de son ouvrage « Le monastère au travail. Le royaume de Dieu au défi de l’économie »

 Entretien avec Isabelle Jonveaux, au sujet de son ouvrage « Le monastère au travail. Le royaume de Dieu au défi de l’économie” publié en 2011 aux Editions  Bayard Jeunesse et issu de sa thèse de doctorat en sociologie réalisée à l’ EHESS sous la direction de Danièle Hervieu-Léger (2009). Isabelle Jonveaux  termine actuellement un post-doctorat à l’université de Graz (Autriche) et ses travaux de recherche portent sur les disciplines du corps dans le monde monastique et la question d’Internet et de la religion.

L’entretien a été mené en ligne par Laura Chartain, doctorante en sociologie à l’EHESS au sein de l’Institut Marcel Mauss (IMM).

Jonveaux Isabelle (2011), Le monastère au travail : Le Royaume de Dieu au défi de l’économie, Editions Bayard Jeuness, collection Etudes et Essai, 612 p.

Avec l’entretien d’Isabelle Jonveaux, nous inaugurons une nouvelle rubrique du site master sociologie de l’EHESS, intitulée “interviews de jeunes docteurs” dans laquelle nous donnons la parole à des jeunes docteurs en sociologie de l’EHESS, ayant publié leur thèse, et qui nous parlent de leur expérience et de leur parcours de recherche (contact pour publier dans cette rubrique: laurachartain@gmail.com).

  1. Peux-tu retracer rapidement ton parcours et ce qui t’a amené à travailler sur cet objet ? 

J’ai commencé par une classe préparatoire B/L qui m’a d’emblée donné une approche croisée de la sociologie et de l’économie et j’ai tout naturellement poursuivi avec une double maîtrise sociologie-économie à Paris X. C’est alors que j’ai commencé à travailler sur l’économie des monastères comme mémoire bi-disciplinaire car je souhaitais m’interroger sur les fonctions économiques des ménages particuliers que sont les communautés religieuses catholiques. Parallèlement, j’avais été aussi très intéressée par l’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme et souhaitais mieux comprendre le lien entre économie rationnelle et ascèse monastique dont Weber parle. Durant mon année de maîtrise, j’ai aussi lu les ouvrages de sociologie des religions de Danièle Hervieu-Léger et je me suis alors rendu compte que mon objet, pour être mieux compris, méritait d’être croisé avec une approche de sociologie des religions. C’est alors que j’ai postulé à l’EHESS pour le master 2 sociologie mention « Sciences des religions et société » pour travailler sous la direction de Danièle Hervieu-Léger. Sur ses conseils, mon travail de master 2 a porté sur une étude de cas, un monastère français, intégrant mon questionnement sur l’économie dans le cadre plus vaste d’une réflexion sur l’utopie (cf Jean Séguy, 1971). Ceci m’a naturellement conduite à poursuivre avec une thèse qui a elle, intégré la mise en perspective historique pour mieux évaluer les changements de la modernité et une comparaison entre quatre pays européens.

  1. Peux-tu préciser les différentes étapes de ton argumentation et situer ton travail dans le champ de la recherche actuelle sur le sujet ? en préciser les apports ?

Le point de départ de ma problématique est une tension irrésolue dans le monde monastique entre la volonté de vivre l’utopie du Royaume de Dieu déjà-là et encore à venir en s’abstrayant des nécessités terrestres pour se consacrer à la vie contemplative et la nécessité biologique, matérielle, de travailler pour assurer la subsistance de la communauté. Cette tension est présente dès les origines du monachisme et a souvent été à l’origine de réformes ou de fondation de nouveaux ordres. Ma thèse s’interroge donc sur la manière dont les moines intègrent l’économie dans un environnement religieux qui souhaiterait la nier et cherche à comprendre les types d’économie auxquelles cette contrainte conduit. Du fait du peu de recherches sociologiques existant sur le sujet, ma première partie a été principalement une partie théorique de construction du monastère comme objet sociologique pour ensuite pouvoir y intégrer la variable économique. Suivait un chapitre sur la tension entre économie et vie de prière dans l’histoire du monachisme comme référentiel indispensable dans la considération des mutations liées à la modernité. A partir de là, commençait l’analyse du fonctionnement de l’économie d’un monastère (intégrant diagrammes des revenus, organigrammes, etc.), des stratégies mises en place par les moines pour intégrer l’économie à l’utopie religieuse, mais aussi des points de tension qui demeurent, notamment dans la gestion des temps religieux et économiques et les questions induites par l’arrivée de nouveaux modes de travail, comme la mécanisation et l’informatisation, qui modifient le sens donné au travail monastique qui était essentiellement manuel. Négation de l’économie, externalisation par l’embauche de laïcs ou vente de la marque, ou encore assignation d’un sens religieux, dans l’art ou le développement des activités écologiques, sont donc les stratégies principales recensées d’intégration de l’économie à la sphère religieuse.

La troisième partie s’intéressait quant à elle au monastère dans son environnement social, notamment avec l’influence de l’héritage socio-historique sur la forme d’économie monastique présente dans un pays. Le monde monastique est en outre aujourd’hui au cœur d’un regain d’intérêt de la part de la société, qui passe notamment par les produits. Ainsi que j’ai pu l’étudier pour  la bière, il se construit sur certains marchés une économie que l’on peut dire charismatique dans la réputation reconnue grâce à l’identité charismatique et inimitable des producteurs. Des entreprises laïques tentent de s’approprier ce charisme par l’usage de référents monastiques dans leurs produits mais l’essentiel leur manque. D’où l’apparition de labels ou de marques pour protéger les produits réellement fabriqués par les moines. Ceux-ci, en partie pour trouver un créneau sur le marché, et en partie pour, selon les moines, être en accord avec l’identité monastique, jouent de plus en plus sur le traditionnel, le naturel voire le biologique. Le monastère peut alors promouvoir un type de consommation alternative que viendront chercher les clients. Les monastères deviennent en effet dans la société qui est de moins en moins intéressée à son salut eschatologique des lieux d’expérimentation d’un mode de vie alternatif perçu comme plus sain, plus naturel. On observe alors une recomposition du charisme monastique qui ne demeure plus uniquement religieux, mais s’élargit, grâce aux propositions commerciales des moines, vers d’autres sphères actuellement plausibles pour la société. Je souhaitais aussi par cette thèse défendre la pertinence d’étudier un objet a priori religieux par la porte d’entrée de l’économie car celle-ci s’avère un lieu essentiel de compréhension des évolutions de la vie religieuse et un vecteur central de ses mutations. D’autre part, dans un contexte de crise économique prolongée, cette étude de l’économie alternative développée par les monastères peut apporter matière à réflexion dans le champ de la sociologie économique.

  1. Etais-tu financée pendant ta thèse ? Quelles étaient les conditions de réalisation de thèse ? Quelles contraintes et quelles limites t’es-tu imposée ?

J’ai effectué ma thèse de doctorat en cotutelle avec l’université de Trente en Italie sous la direction de Salvatore Abbruzzese. Je souhaitais cette cotutelle car je comptais aussi effectuer des enquêtes dans les monastères italiens et ma directrice française m’a conseillé de me présenter au concours d’entrée en doctorat de l’université de Trente (en Italie, les places de doctorat sont limitées, on y entre sur concours), les 8 premières étant couvertes par une bourse de trois ans. N’y croyant pas du tout, car ne parlant pas italien, je me suis présentée cependant au concours et ai contre toute attente finie première. On m’a alors demandé de passer la première année en Italie, ce qui m’a en réalité aidée pour apprendre la langue et pouvoir ainsi réaliser au mieux mes enquêtes en Italie. J’ai aussi passé la plus grosse partie de ma troisième année en Italie pour profiter des excellentes conditions de travail que j’avais sur place. Mon but a toujours été de finir ma thèse en trois ans et je reconnais que cela n’a été possible que parce que j’avais déjà effectué mon master 2 sur le sujet, je ne partais donc pas de zéro. J’ai cependant dû m’imposer des limites claires pour ne pas multiplier les enquêtes de terrain inutilement et m’astreindre à une discipline ascétique ( !) pour l’année de rédaction de manière à tenir mon programme. Il était clair pour moi que je pouvais traiter ce sujet pendant encore dix ans, mais c’est pour cette raison que j’ai décidé de m’en tenir à l’exercice universitaire des trois ans, quitte à poursuivre après sur les points que je n’aurai pas eu le temps de développer. J’ai enfin obtenu en milieu de deuxième année la bourse de la région Ile-de-France pour les étudiants en cotutelle, qui a pu financer mon séjour en Italie de la troisième année, mes déplacements pour des colloques et les frais de voyage pour les professeurs italiens venus pour ma soutenance.

  1. Comment as-tu construit ton enquête de terrain ? Quels choix as-tu dû faire en fonction de ton objet de recherche et des contraintes matérielles qui pesaient sur toi ?

Mon enquête de terrain a consisté en des enquêtes dans 14 monastères de quatre pays différents : la France, l’Italie, l’Allemagne et la Belgique. En réalité, comme je me suis rapidement rendu compte qu’il serait trop long d’effectuer une comparaison à niveau égal entre les quatre pays, c’est pourquoi j’ai choisi deux piliers de comparaison qui étaient la France et l’Italie, que la Belgique et l’Allemagne sont venues nuancer. Les difficultés de l’enquête en monastère ont été de deux ordres : le premier, de m’adapter au « temps monastique » car il m’est arrivée de recevoir des réponses positives pour une enquête 6 mois après ma demande, et la seconde, de trouver expédients au fait que les monastères de femmes étaient très réticents à me recevoir (je n’en ai visité que deux sur les 14 enquêtes) et chercher à comprendre les raisons de ces refus. D’autre part, la difficulté d’enquêter dans un monastère est l’impossibilité pour un laïc d’accéder à tous les lieux. La clôture, qui sépare théoriquement et symboliquement le monastère du monde, est en outre plus sévère dans les monastères d’hommes que dans les monastères de femmes. Alors que les hommes peuvent entrer dans la clôture des moines, ce n’est pas le cas des femmes dans les monastères de moniales, ce qui signifie que les moments où j’ai pu pénétrer dans les lieux réservés aux religieux ont été très rares. Mais je me suis assez vite aperçu que cela n’était cependant pas déterminant pour mon enquête concernant l’économie.

  1. Comment as-tu rédigé ta thèse ? Quels conseils donnerais-tu sur ce point particulier ? Quel type d’adaptation as-tu dû réaliser pour la publication de l’ouvrage ?

La rédaction de la thèse a été l’objet de ma troisième année et pour conserver une cohérence dans le raisonnement et dans l’écriture, j’avais décidé de suivre pour l’écriture la suite du plan. L’erreur a cependant été je crois, de vouloir tout rédiger d’un seul coup en revenant ensuite sur les parties plus faibles, car le travail d’amélioration à partir d’un texte déjà écrit est beaucoup plus difficile. J’en tire pour conclusion, pour mon travail actuel, qu’il vaut mieux prendre plus de temps pour la rédaction mais travailler les paragraphes en profondeur les uns après les autres plutôt que d’y revenir ensuite.

Le passage à la publication de ma thèse de 515 pages a été un moment douloureux car il m’a fallu en élaguer plus d’un tiers. S’il était évident que certaines parties trop universitaires (descriptif de l’enquête de terrain par exemple), ne méritaient pas de rester dans une telle publication, ce travail a été plus difficile pour d’autres parties que je devais raccourcir, donc réécrire sans pour autant les supprimer. Les extraits d’entretiens ont aussi dû être réduits. Trouver un éditeur qui convenait à mes critères a pris plus de six mois, mais je ne regrette pas d’avoir attendu et refusé certaines offres car Bayard me proposais autant une édition qui conservait l’aspect scientifique de mon travail qu’une grande diffusion et, ce n’est pas négligeable, ne demandait aucune mise de fonds de départ.

  1. Travailles-tu encore sur un sujet similaire ? Qu’as-tu fait après la thèse ?

Ainsi que j’en avais le projet pendant ma thèse, je poursuis actuellement mes recherches sur le monachisme contemporain. La question que je traite actuellement, celle de l’ascèse, est une question surgie lors de mon travail de doctorat et à laquelle je n’avais pas trouvé de réponse. Alors que Max Weber décrit les moines comme des virtuoses de l’ascèse extramondaine, je m’étais aperçue que les moines n’avaient jamais employé ce terme d’ascèse dans les entretiens à moins que je ne le fisse moi-même. Pourtant, le travail qui était au cœur de mes entretiens, est aussi pour saint Benoît, le rédacteur de la règle, un pilier de l’ascèse. Que devais-je en conclure ? Que les moines ne vivent plus l’ascèse ? Je souhaitais donc pouvoir effectuer mon post-doctorat sur ce sujet et j’ai eu la chance de trouver un programme de post-doctorat pour étrangers par le fonds national de la recherche autrichien. Pour me présenter, il me fallait être accepté au préalable dans un institut de recherche d’une université autrichienne, ce que j’ai pu faire à Graz où j’avais repéré un groupe de recherche sur la thématique  corps et religion. J’ai donc obtenu un poste de post-doctorat sous contrat de deux ans à l’université de Graz où je peux aussi enseigner et être relativement indépendante dans mes recherches. Cela n’a cependant pas été facile et il m’a fallu attendre un an avant d’obtenir ce poste qui me permettais de poursuivre mes recherches dans le domaine que je souhaitais. Mon intégration dans le groupe de recherche « Commun(icat)ing bodies » a été pour moi très enrichissant et avec deux autres jeunes collègues, nous avons organisé une conférence internationale sur ce sujet en février 2012.

Parallèlement, je suis toujours membre associée au Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux et travaille sur d’autres sujets tels que Internet et religion qui fera l’objet d’un ouvrage publié en mai 2013, ou de sociologie économique.

Journée d’étude – L’âge dans la relation d’enquête : “jeunes chercheurs” face à leurs “vieux enquêtés”

Journée d’étude du Groupe Vieillissement du Réseau des Jeunes
Chercheurs Santé et Société

L’ÂGE DANS LA RELATION D’ENQUÊTE :
« JEUNES CHERCHEURS » FACE À LEURS « VIEUX ENQUÊTÉS »

Vendredi 18 Janvier 2013

EHESS, 190-198 avenue de France, 75013 Paris, salle 638

PROGRAMME : Programme, JE L’âge dans la relation d’enquête

A la vie, à la mort. Euthanasie : le grand malentendu – Philippe Bataille

Parution de l’ouvrage “A la vie, à la mort. Euthanasie : le grand malentendu” de Philippe Bataille aux Editions Autrement, collection Haut et Fort, septembre 2012.

Premières lignes de l’introduction du livre – pages 9 et 10:

“Un médecin ne tue pas. Cela arrive, mais ne se dit pas. Cela se sait, mais ne se répète pas. Cela se fait, mais ne se pense pas. Alors il y a des problèmes, et même beaucoup de problèmes. Car il existe des gens qui souffrent de ne pas mourir. Et d’autres, en plus grand nombre, qui s’interrogent sur le sens de l’agonie qu’ils endurent. Pas n’importe qui. Des incurables qui ont lutté tant qu’ils le pouvaient et qui sont sans espoir ; des handicapés, enfermés dans leurs corps, qui n’en peuvent plus de vivre ; des parents sidérés devant leur enfant inanimé et qui demandent que « cela s’arrête ». La loi Leonetti de 2005 sur la fin de vie incite la médecine à leur répondre. Depuis, le médecin dit aux incurables qu’il n’assiste pas la mort. Il rappelle à l’emmuré qu’il respecte l’interdit d’euthanasie. Et l’hôpital suggère à des parents désespérés de lui abandonner leur enfant plutôt que d’envisager une aide active à mourir. D’euthanasie et d’aide médicale à mourir, il sera pourtant question dans ce livre. Que voit-on lorsqu’on se situe aux frontières de l’interdit de tuer qui souvent résiste, parfois lâche ? Pourquoi ? Comment ? Qui ? Qu’advient-il des patients qui attendent la mort sans consentir aux soins qui leur sont imposés ? Quelle mort la maladie réserve-t-elle à ceux qui l’ont combattue quand ils ont perdu ? Et qu’en disent leurs proches ? Que dire les concernant ?

Ce livre pénètre les silences de l’hôpital sur les demandes d’en finir demeurées sans réponse. Il s’intéresse à ce que l’on entend et ce qui se dit, mais aussi se vit, pour les médecins et les soignants, du refus de l’aide médicale à mourir et de l’interdit d’euthanasie. Quelle médecine pratiquent-ils ? Quel sens donnent-ils à leurs soins ? Pourquoi, en régime palliativiste, chaque demande d’aide médicale à mourir est-elle abordée comme un suicide assisté pourchassé par la loi, jusqu’à l’obsession ?”

 

Philippe Bataille, A la vie, à la mort. Euthanasie: le grand malentendu, éditions Autrement, collection Haut et Fort. Paru en septembre 2012.

Philippe Bataille est sociologue, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), directeur du Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (CADIS: EHESS-CNRS) et responsable de la formation doctorale et de master de sociologie de l’EHESS.

 

Pour aller plus loin:

Lire l’interview réalisée par Laura Chartain et publiée sur ce site: http://mastersociologie.hypotheses.org/2366

 

Mais aussi:

Article paru dans l’édition du Monde du 19 septembre 2012 : “Les malades sont culpabilisés de vouloir hâter leur propre mort”

Article paru dans l’édition de Libération du 14 septembre 2012: “On mélange aide à mourir et à s’éteindre”

Emission “Les Matins de France Culture”, 19 septembre 2012: La société face à la fin de vie

 

 

 

Entretien avec Philippe Bataille à l’occasion de la parution de : « A la vie, à la mort. Euthanasie : le grand malentendu »

Entretien avec Philippe Bataille au sujet de l’ouvrage « A la vie, à la mort. Euthanasie : le grand malentendu », publié en septembre 2012 aux Editions Autrement.

Philippe Bataille est sociologue, directeur d’études à l’EHESS, directeur du Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (CADIS: EHESS-CNRS) et responsable de la formation doctorale et de master de sociologie de l’EHESS.

L’entretien a été mené par Laura Chartain, doctorante en sociologie à l’EHESS au sein de l’Institut Marcel Mauss (IMM), dans le cadre du monitorat réalisé entre 2010 et 2012 et de l’administration de ce site mastersociologie.

Philippe Bataille, A la vie, à la mort. Euthanasie: le grand malentendu, éditions Autrement, collection Haut et Fort.

voir aussi la présentation résumée de l’ouvrage publiée sur ce site : http://mastersociologie.hypotheses.org/2374

Philippe Bataille vous publiez « A la vie, à la mort. Euthanasie : le grand malentendu » aux éditions Autrement. Cet ouvrage soulève une contradiction fondamentale à partir des souffrances que peut engendrer l’interdit d’euthanasie en France. S’il présente un point de vue engagé sur cette question, il résulte aussi d’une véritable enquête et d’une construction sociologique déroulée sur plusieurs années. L’idée de cette interview réalisée le 1er août 2012 avant que le livre ne soit paru et que des commentaires ou des réactions aient pu voir le jour est de provoquer un dialogue structuré autour de quelques questions simples sur la genèse et la progression de la recherche.

Pour commencer, pouvez-vous nous dire quelques mots pour présenter le propos de ce livre et ce qui vous a conduit, en tant que sociologue, à l’écrire ?

Ce livre résulte d’une enquête sociologique qui a initialement investi des demandes d’aide active à mourir, des euthanasies réclamées. Il peut s’agir d’un malade qui décide d’arrêter ses soins ou bien de ne pas s’y engager ou d’un handicapé qui renonce à vivre. Mais aussi du parent d’un enfant conscient ou inconscient. J’ai abordé ces situations en tant que membre du Centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin depuis 10 ans. Ce centre intervient sur saisine à l’échelle nationale, le plus souvent lorsque le système de décision médicale se bloque sur des considérations éthiques. Parfois la médecine est indécise. Les demandes d’aide active à mourir révèlent alors des tensions éthiques et morales qui traversent les équipes médicales et les services de soins. L’enquête sociologique donne la parole à ceux qui attendent de mourir ou leurs proches. Elle s’arrête sur les arguments soignants et médicaux d’opposition à l’aide active à mourir. La réalité des situations que j’ai investiguées domine l’écriture du livre. Ce n’est pas une prise de position pour ou contre l’euthanasie, mais une étude sur des situations générées par une demande de mourir dans le contexte hospitalier français. Elle peut-être très exceptionnelle et éloignée de la fin de la vie pour quelqu’un qui est autonome et sans réelle assistance médicale, par exemple respiratoire. Mais elle concerne aussi des patients gravement atteints ou très handicapés qui considèrent avoir dépassé les limites qu’ils donnaient à leur vie ou à leur existence.

Pouvez-vous retracer les différentes étapes du processus de recherche qui vous a amené, depuis l’étude du droit des patients, à formuler ce problème de la rencontre du consentement des patients avec les applications de la loi qui rappelle l’interdit de l’euthanasie ?

En 1998 je suivais les Etats généraux de la santé constitutifs en 2002 du droit des patients (Loi Kouchner). La parole des malades était un objet nouveau. Des patients nommaient leur expérience de la maladie et des soins. Ils distinguaient les conséquences médicales de leurs ressentis sociaux et psychologiques. Ils s’affichaient lors de grandes manifestations collectives souvent associatives, comme les Etats généraux des malades du cancer. Je ne décrivais pas leur retour à la normalité comme le proposait alors la sociologie interactionniste, je m’intéressais plutôt aux bouleversements de la personnalité et du rapport aux autres. L’important était aussi que cette dynamique humaine et relationnelle évoluait vers une recherche de droits nouveaux. Le sujet malade affirmait sa volonté d’exister, sinon en résistant médicalement à la maladie ou à l’âge, du moins socialement et politiquement.

Il fallait toutefois parvenir à une meilleure lecture des processus en cours et des dynamiques à l’œuvre. Mais un cadre d’analyse se dessinait. A compter de 2005 je me suis davantage intéressé à la mise en œuvre de la loi Leonetti sur la fin de la vie. Elle dit prolonger le droit des patients en s’appuyant sur la culture palliative de contrôle des douleurs et d’accompagnement jusqu’à la mort. Elle répète l’interdiction d’euthanasie, tout en indiquant comment procéder pour la réaliser médicalement en suspendant l’hydratation et l’alimentation jusqu’au décès. Elle légalise le laisser-mourir et interdit le faire-mourir. Je m’interrogeais sur le devenir du consentement aux soins qui me paraissait être la clé de voûte de l’éthique médicale et du droit des patients de la loi de 2002.

Ce questionnement me situait à un point de rencontre entre le droit des patients, l’éthique médicale et l’interdit d’euthanasie tel que révisé par la loi récente. J’ai conçu, ici à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, dans mon séminaire Sociologie du sujet vulnérable, quelques clés de lecture pour mieux me situer dans ce point carrefour. C’était d’autant plus difficile à tenir que chacune des histoires qui le révélaient était totale, unique, singulière, terriblement humaine et personnelle.

La problématique qui apparaissait devait beaucoup à mes activités bénévoles au Centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin. J’y découvrais de l’intérieur des demandes d’euthanasie qui n’aboutissaient pas, au moment même où elles heurtaient les soignants et les médecins à qui elles s’adressaient. Les droits des malades se déclinaient difficilement dans les ordres institutionnel, politique et juridique qu’ils devaient atteindre pour être respectés. Ma question de départ s’est alors renversée. Il ne s’agissait plus seulement de suivre l’émergence des droits du patient mais de s’intéresser à leurs devenirs en suivant des situations qui les sollicitent fortement. Or la référence à la loi Leonetti n’apaisait pas les tensions éthiques de la fin de la vie. A partir du Centre de Cochin j’avais connaissance de plusieurs cas de demande d’aide active à mourir, chacun replacé dans son contexte avec les entourages, les conjoints, les amis, les enfants, en plus des soignants ou des médecins. Tous étaient médicalisés ou l’avaient été. La demande pouvait aussi être relayée par un parent ou un proche s’il s’agissait de bébés, d’enfants ou d’adolescents, voire d’adultes inconscients.

Se référer à la loi Leonetti dans les staffs soignants et médicaux n’aidait pas la recherche d’une réponse éthique et médicale. À l’inverse, s’y référer confortait les arguments du refus et de la fin de non-recevoir. Le temps passait pour ceux qui réclamaient la mort, souvent très longtemps. Tous devaient accepter, attendre encore. Pour ma part, je respectais la méthode d’éthique clinique du Centre de Cochin qui n’intervient pas dans la décision médicale. Des caractéristiques communes faisaient toutefois se rapprocher ces environnements complexes où l’on attend la mort. Je voyais à quel moment ces demandes devenaient inaudibles pour les médecins et les équipes. Qu’il s’agisse d’un enfant inconscient ou d’un handicapé adulte et parfaitement lucide, atteint par exemple d’un Locked-in Syndrome, c’étaient toujours les mêmes arguments moraux d’interdits de tuer qui revenaient et qui s’imposaient. Dans ces cas, des soignants et des médecins s’investissent d’une fonction morale de résistance à ce qu’ils estiment être des dérives suicidaires liées à l’individualisme dominant qui, selon eux, caractérise les sociétés modernes, ainsi qu’à la tentation sociétale d’abandonner à leur sort les plus vulnérables s’ils représentent une dépense importante pour la collectivité.

A partir de 2008 je me suis d’autant plus intéressé à la culture palliative qu’elle dominait dans les arguments du refus. C’est ensuite que j’ai précisé mon objet en décrivant ce que j’ai appelé le palliativisme. Du reste, à la fin de mon livre je donne des extraits du rapport annuel de l’Observatoire de la fin de vie de 2012 qui affirme que les soins palliatifs incarnent la pointe avancée d’une révolution médicale et culturelle qui bouleverse la médecine des traitements et de la recherche de guérison.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur la manière dont vous avez commencé et mené l’enquête de terrain en unité de soins palliatifs ?

Il était effectivement temps de commencer une enquête plus systématique. L’occasion m’était offerte de me rendre en Unité de soins palliatifs (USP). J’hésitais car je n’avais jamais eu pour objectif d’observer des pratiques soignantes. En me rendant dans une USP je me rapprochais de l’exercice soignant et de médecine qui devait traiter les demandes d’aide active à mourir.

J’ai répondu en 2008/2009 à l’invitation d’un chef de service d’une unité de soins palliatifs. Il me connaissait et souhaitait depuis plusieurs mois déjà que je m’intéresse à l’activité de son service. J’ai suivi pendant 6 mois les entrées des patients qui se faisaient l’après-midi. Beaucoup étaient au seuil de la mort, d’autres en étaient plus éloignés. Mais, surtout, dans une USP, je devais étudier les droits des malades appliqués à la fin de la vie en culture palliative, selon les termes de la loi de 2005. J’ai mené l’enquête en me rendant dans le service l’après-midi, les jours où s’effectuaient des entrées de nouveaux patients pour assister à leur accueil. Du reste, c’est avec l’une de ces scènes que je commence mon livre. Je suis également présent au staff de l’après-midi qui fait le point sur chacun des occupants des quinze lits du service. L’enquête m’a permis d’objectiver des arguments que je n’avais jusque-là vus circuler que de manière subjective. Je suivais l’activité du service après m’être rapproché du système de la décision médicale. Des patients ne vivaient que quelques jours, parfois un ou deux. D’autres passaient plusieurs mois dans le service ou ils allaient et venaient avant de mourir, ici ou ailleurs. Pour ma part j’étais en blouse blanche et je portais un badge indiquant que j’étais sociologue. J’ai pris des notes en permanence puisque j’ai peu enregistré, seulement les réunions où je faisais le point devant les équipes de l’avancée de mes travaux. Je circulais facilement et j’étais autorisé à parler avec des malades, ce que j’ai fait en me tenant près d’eux alors qu’ils étaient alités.

Pourquoi avoir choisi un mode d’écriture synthétique qui rend compte, tour à tour et sur un même plan, des émotions des personnes qui vivent les morceaux de situations présentées – malades, proches, soignants, médecins, sans voiler celles de l’enquêteur – et les analyses du chercheur ?

L’écriture laisse paraître un dispositif d’enquête, peu traditionnel, j’en ai bien conscience. L’écriture restitue toute la démarche. Elle est narrative par beaucoup d’aspects. Mon texte laisse libre la lecture de celui qui découvre ces situations. Un peu comme je l’ai moi-même fait avec le Centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin qui m’a donné à voir de l’intérieur ces situations qu’aucun dispositif de recherche en sciences humaines et sociales ne peut imaginer ou investiguer. Toutes étaient dramatiques, jusqu’à cruelles pour ceux qui avaient à les vivre. Elles révélaient des personnalités singulières dans des contextes hyper subjectivés. L’émotion n’était ni mon objet, ni un paradigme. Je ne pratique pas une sociologie des émotions. En revanche je ne pouvais ignorer son rôle, peut-être sa fonction pour aider à la compréhension de l’autre. C’est ce que le livre autorise à penser. Du reste, c’est de l’émotion du lecteur dont vous me parlez, du ressenti de sa lecture, donc aussi de sa subjectivité, et peut-être de son histoire ou de sa mémoire.

J’ai vraiment estimé essentiel de ne pas désincarner les histoires que je rapportais. C’est un choix d’écriture, même s’il fut difficile à réaliser car la théorie et la méthode nous protègent aussi en tant que chercheur ou auteur. Au passage, toutefois, je montre que la solidarité ressentie avec ces histoires lues se fonde sur la subjectivité et l’émotion.

A titre personnel, je n’avais pas de représentations sociales sur la mort qui se réclame, ni d’imaginaire ou d’expérience personnelle. En outre, je ne disposais d’aucune catégorie déjà existante qui m’aurait aidé à classer ces drames de l’existence. Il fallait entendre et comprendre, y compris la demande d’une femme qui ne renvoie plus à aucun rôle social ou représentation sociale lorsqu’elle réclame la mort de son enfant. Vous l’entendez. Le propos ne correspond plus à rien de connu socialement et vous ne savez plus quoi penser. Pourtant tout est là. Quelqu’un souffre de son isolement et ressent l’abandon de tous. Les douleurs dont je parle vous placent au seuil de la folie, parfois seule issue à l’incompréhension et à la solitude, jusqu’à ce geste de désespoir de Marie Humbert qui a déclenché la mort de son fils Vincent, éconduit sur sa demande d’euthanasie. C’était en 2004 et la loi Leonetti devait répondre à cette situation. Il n’en est rien encore aujourd’hui.

Pourquoi avoir choisi de tant donner à voir les émotions des personnes concernées par ces situations et de laisser apparaître l’émotion même du chercheur ? Pourquoi cette subjectivité ?

Je reprendrai le mot que François de Singly m’a adressé suite à sa lecture. Il parle d’une sociologie compréhensive et critique. Cela me convient pour son aspect méthodologique. Dans l’écriture de A la vie, à la mort j’ai laissé circuler l’émotion et la subjectivité, au risque sinon de perdre tout lien de solidarité avec les histoires dont je parle. Mon souci a été de conserver l’unité du mouvement observé. Il part de l’expérience vécue de la maladie et des soins jusqu’à revendiquer des droits nouveaux pour mieux garantir la qualité de ses liens à l’autre. Précisément ce que le palliativisme contrefait.

On voit, au fil de la lecture, pour chaque situation, toute la difficulté pour que le jugement puisse se forger ou pour que les décisions soient prises. Dans la préface de l’ouvrage d’Odile Moulin, « Laissez-le partir », vous montrez bien l’enjeu sociétal d’une telle question par le fait que l’existence d’une loi permettrait de faire porter la responsabilité de l’euthanasie non pas sur les individus mais sur la société. Nous aurions pu discuter sur les dispositifs, sur la manière dont vous pensez que la loi et éventuellement des règlements pourraient être écrits.

Le livre n’aborde pas ces sujets de manière théorique. De même qu’il ne se fourvoie dans aucune catégorisation systématique. Je n’établis pas une typologie qui distingue les suicides assistés de l’euthanasie, l’aide active de l’assistance à mourir, en soins ou en traitements. Je m’en tiens à des expériences vécues et j’en rends compte, tant pour les patients et leurs proches, que pour les médecins et les soignants. Quant à être favorable à une loi pro-euthanasie ou pas, je n’en sais rien. Je sais en revanche qu’il faut dépasser l’interdit de tuer que la médecine s’est imposé avec la loi Leonetti. J’ai également cru utile de dégager nettement l’attente d’une assistance médicale à mourir qui concerne des malades parvenus au bout des traitements et de leur épuisement. Ceux-là demandent à s’endormir sans plus se réveiller. Il est anormal que des soignants, surtout des psychologues – dans ces mêmes services–, leur opposent leur objectif de lutte contre le suicide assisté ou l’euthanasie.

J’avais une dernière question puisque le temps manque. On pourrait penser que vous êtes entré dans des situations exceptionnelles et que par là, vous n’avez pas vu l’ordinaire des soins palliatifs et que vous les critiquez. En effet, d’après l’argument sociologique que vous développez à la fin de l’ouvrage (chapitre « Consentir »), vous montrez comment le débat français est construit par l’opposition entre les tenants du palliativisme et les tenants du droit à l’aide active à mourir, les premiers reprochant aux seconds de se conformer au modèle d’une société promouvant l’individualisme et de vouloir hâter la mort pour la vivre sans souffrance dans la continuité d’une vie basée sur la recherche de la performance et proposant, à l’inverse, un espace de solidarité et d’apaisement pour accompagner la fin de vie. En réalité, vous distinguez le palliativisme et les soins palliatifs qui sont davantage une pratique dont vous montrez aussi tout le bien qu’ils peuvent faire aux personnes au travers des situations qui apparaissent dans le livre et qui sont décrites telles que les personnes les ont vécues.

L’ouvrage remet effectivement en perspective nombre de petites scénettes saisies lors de mes observations en USP. Je m’appuie sur elles pour mieux distinguer l’activité de soins palliatifs du palliativisme. Le palliativisme réalise le projet de la culture palliative qui ni ne hâte, ni ne retient la mort, au bénéfice des techniques soignantes et des savoirs pharmaceutiques de maîtrise de la douleur. Soignants et médecins palliatifs soulagent les douleurs de la mort qu’ils regardent venir. Ce projet médical et soignant ne convient toutefois pas à tous, voire inquiète.

Une discipline médicale dépossède des sujets mourants du rapport personnel à leur mort. Elle valorise sa maîtrise des soins et sa recherche d’une mort naturelle. La maladie tue si souvent que la mort du patient doit continuer de concerner toutes les spécialités de médecine, surtout généraliste et de soins à domicile.

Pour ma part, j’ai estimé que mon enquête était terminée lorsque j’ai compris les raisons pour lesquelles une équipe de soignants d’unité de soins palliatifs refusait une sédation terminale à une malade qui souffrait d’un cancer depuis 13 ans ponctué de plusieurs rechutes. Elle se savait au seuil de sa mort et elle ne souhaitait pas l’attendre davantage. Elle demandait à être plongée dans un sommeil sans réveil. Ce n’est pas ce qui s’est passé. Cela a également été le cas du sociologue François Ascher. Bien qu’il ait rédigé ses directives anticipées et désigné sa personne de confiance, exactement comme l’indique encore aujourd’hui la loi Leonetti. La volonté de François Ascher n’a toutefois pas été respectée et son épouse a été malmenée lorsqu’elle s’en est plainte. C’est sur cette histoire que je termine le livre.

Enfin une toute dernière question sur le choix des situations que vous décrivez. Pourquoi vous êtes-vous appuyé sur des cas qui avaient précédemment été rendus publics ?

 En effet. J’utilise des histoires que j’ai connues de l’intérieur avant qu’elles n’aient été révélées au public par ceux qui les avaient vécues. Notamment les mères d’enfant ou d’adolescent qui ont éprouvé le besoin d’écrire, parfois de peindre, pour faire connaître le calvaire qu’elles avaient vécu. Je me réfère à leurs œuvres et témoignages en plus d’autres qui sont sur des sites ou qui ont fait l’objet d’un film ou d’un documentaire. J’ai disposé pour ce livre de mes observations et je m’en suis tenu à mon propre matériel de recherche, mais il est par là accessible à tous. Chacun trouve sur internet les données de base à partir duquel ce livre a été construit et écrit.

Interview de Philippe Bataille par Laura Chartain le 1er août 2012 dans le cadre du monitorat réalisé au sein de la mention sociologie de l’EHESS entre 2010 et 2012. Texte retranscrit et retravaillé à partir de l’enregistrement.


The New Arab Revolutions that Shook the World – Fahrad Khosrokhavar

Farhad Khosrokhavar, The New Arab Revolutions that Shook the World, Paradigm Publishers, Boulder, USA, 350 pages, mai 2012.

Dans ce livre Khosrokhavar dresse l’historique des mouvements démocratique dans le monde arabe dans la dernière décennie, en comparaison avec l’Iran. Il donne une vue synoptique de ces mouvements, et en particulier, de leurs acteurs, autant anciens que nouveaux.

Les anciens acteurs sont les syndicalistes, les ouvriers, les chômeurs en quête désespérée d’un emploi. Les nouveaux acteurs sont les « netizens », les nouveaux défenseurs du droit de l’homme (la nouveauté est leur nombre élevé et leur conscience d’appartenir à une mondialité morale), les journalistes auto-proclamés ainsi que la jeunesse plus ou moins éduquée. L’auteur analyse en particulier l’avènement des femmes qui parviennent quelquefois à se rehausser au niveau du leadership de mouvement de révolte sans s’assurer d’une composante nécessairement féministe dans ces mouvements.

L’auteur décrit et analyse ces mouvements sur fond d’une évolution démographique et éducative importante dans la région, avec des formes de socialisation nouvelle, au sein de nouvelles formes de corruption et de répression ouvertes par la période d’Infitah (Ouverture économique des régimes). Il insiste sur la nature spécifique de ces mouvements « effervescents » dans le sens durkheimien, avec unification d’une grande partie de la société civile pour des périodes plus ou moins courtes contre les dictatures, ce qui donne par la suite la clé des formes de « refroidissement » de ces mouvements où les formes de rupture apparaissent en leur sein.

L’auteur analyse autant les tendances à la démocratisation que les obstacles qui s’y dressent : le sectarisme, les conflits religieux (chiite versus sunnite, kurde versus arabe, formes tribales d’affiliation avec les types d’alliance et de rupture d’alliance qui s’opposent à une stabilisation de l’Etat….), la manipulation par des Etats autoritaires des mouvements sociaux, ainsi que la lutte pour l’hégémonie au niveau des acteurs régionaux et internationaux (Les Etats-Unis, Israël, l’Arabie Saoudite, l’Iran)ainsi que l’émergence ou le renforcement des acteurs politiques étatiques (la Turquie, Qatar) mais aussi des structures transnationales arabes (comme la Ligue Arabe…).

L’ouvrage montre comment les diverses tendances démocratiques affrontent les divisions de la société, divisions accentuées par les Etats autocratiques, mettant fin à la réussite « facile » du début des révolutions arabes (les cas tunisien et égyptien).

Pour conclure, l’auteur souligne l’irréversibilité des révolutions arabes et l’émergence de nouveaux types d’intellectuels qu’il qualifie d’ « intellectuels intermédiaires » où des activistes du corps médical, des artistes de Rap et de Hard Metal ainsi que des « netizens » jouent un nouveau rôle pour la promotion des « intellectuels modestes » qui n’entendent plus être d’avant-garde et suivent le mouvement plutôt que de vouloir lui imprimer une direction par le haut.

L’ouvrage insiste particulièrement sur la dimension symbolique des révolutions arabes où les formes de mobilisation à la « Place Tahrir » côtoient d’autres types de mobilisation (dans le sens du mouvement tout au long des axes et des « avenues » en contraste avec le modèle de fixation sur un espace géographique chargé de symboles). Il décrit aussi les formes de traitement symbolique des régimes autocratiques où, à la différence des mouvements islamistes marqués par un « sérieux mortel », ces mouvements procèdent par une ironie désacralisante. Les nouvelles formes de tolérance, de non-violence, mais aussi leurs limites sont bien marquées dans cet ouvrage.

Pour aller plus loin:

Lire l’interview réalisé par Clément Therme et Tara Mousavier et publiée sur ce site : http://mastersociologie.hypotheses.org/2287

Lire le quatrième de couverture (en anglais) : http://www.paradigmpublishers.com/books/BookDetail.aspx?productID=287382