Archives de catégorie : Travaux d’étudiants

Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Pierre Joffre livre dans ce billet quelques résultats issus de son mémoire de Master 2 de sociologie dans lequel il s’est attaché à comprendre les différences relatives à l’espace perçu, d’un quartier à l’autre, au sein du 18ème arrondissement de Paris. Pour saisir ces différences, il a notamment demandé à ses enquêtés de dessiner sur une carte les frontières  de ce qu’ils identifient comme leur quartier, en distinguant les espaces propres aux diverses activités qu’ils y déploient. Ce billet est ainsi, au-delà d’une analyse documentée du sentiment d’appartenance spatiale dans ces micro-quartiers parisiens, une proposition méthodologique et réflexive toute à fait originale.

Ni « purement populaire, ni vraiment bourgeois »[1] pour reprendre les termes d’Antoine Prost, le 18ème arrondissement de Paris fait sans doute partie des plus contrastés en termes de population. Par la mosaïque qu’il offre, il semblait intéressant de l’étudier plus précisément en se penchant sur deux micro-quartiers très différents, qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain, Marcadet-Poissonniers et Lamarck-Caulaincourt-Damrémont. Le travail de master s’interroge ainsi sur le rapport à la mixité sociale des populations qui vivent dans un arrondissement contrasté dans son ensemble, mais qui peut abriter des micro-quartiers beaucoup plus homogènes. Continuer la lecture de Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Ce billet s’inscrit dans le cadre d’une enquête collective issue d’un partenariat entre l’Ouscipo[1] et le Samu Social de Paris. Il s’agit du deuxième billet issu de cette enquête collective publié sur ce carnet. Dans le cadre de sa mission de lutte contre la grande exclusion, le Samu Social de Paris propose un accueil de jour ou des possibilités d’hébergement la nuit aux personnes sans-domicile. Menée en 2015-2016 par une vingtaine d’étudiants répartis dans quatre centres, cette enquête collective a constitué pour nous une initiation “à la recherche par la recherche” par le biais d’un dialogue permanent avec les acteurs de la société civile. Cette recherche s’appuie sur une semaine d’enquête de terrain au sein d’un des Lits Halte Soins Santé (LHSS). Créés dès l’origine du Samu Social de Paris en 1993 et ouverts à titre expérimental, ils ont été pérennisés par décret le 17 mai 2006 et homologués « structure médico-sociale ». Les LHSS hébergent les sans domicile à temps complet et sans conditions pour une durée limitée à deux mois renouvelables.  

*             *

*

Au cours de cette riche semaine de terrain, nous avons réalisé des entretiens et des observations auprès du personnel et des hébergés de la structure[2], avec pour point de départ la thématique de l’« éloignement ». Les structures du Samu Social peuvent prononcer des mesures dites d’« éloignement » à l’encontre des personnes accueillies ou hébergées. Il s’agit d’exclusions valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie. Ainsi, nous avons abordé notre enquête avec pour volonté première d’observer les logiques pouvant conduire à de telles décisions.  

« Vous me foutez dehors. »

Continuer la lecture de Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

A l’épreuve du terrain : à propos de la reformulation d’un projet de mémoire sur la psychiatrie

Pierre Robicquet est étudiant au sein de la spécialité « Sociologie générale » du master de sociologie de l’EHESS. Dans ce billet, il relate un épisode de son terrain en hôpital psychiatrique à la suite duquel il a complètement reconfiguré son projet de recherche qui, alors qu’il portait au préalable sur les patients, s’est déplacé vers les professionnel. Il restitue ici les circulations entre l’objet, le terrain et le chercheur, et expose les tenants et les aboutissants de l’ « épreuve » du terrain entre les aspects pratiques des choix du chercheur et leur  portée morale.

 

Pendant le second semestre de l’année 2014, j’ai formulé un projet de recherche sur le monde médical et psychiatrique. En parallèle du travail de construction de l’objet, j’entreprends un premier état de l’art permettant d’identifier une série de structures associatives au sein desquelles réaliser un stage exploratoire au début de l’été 2015. L’objectif de ce terrain exploratoire est de me permettre d’appréhender des pratiques plus concrètes afin de formuler un projet de recherche ancré. Le 5 juillet de la même année commence ma première immersion en milieu médical dans le centre thérapeutique[1] d’une petite ville de Gironde. Pendant environ quatre semaines, j’accompagne le psychologue de la structure dans chacune de ses activités et réunions d’équipes. Le mois suivant, je compile, déplie et analyse mes observations afin de formuler des premières hypothèses. L’année universitaire commence sur cette base, et le 20 novembre s’ouvre mon terrain de recherche en unité de soins intensifs pour une durée de sept mois. La structure n’est cette fois pas associative mais publique.

Pendant la durée de l’enquête, mon comportement de chercheur, et derrière, les lignes de ma recherche, ont été mis à l’épreuve du travail de terrain. Ce billet propose de discuter les circulations entre l’objet, le terrain, et l’enquêteur. J’y expose les négociations qui ont lieu lorsque je me suis retrouvé en situation d’échec. Pour cela, je présente et je discute le récit d’une délicate matinée d’enquête. Continuer la lecture de A l’épreuve du terrain : à propos de la reformulation d’un projet de mémoire sur la psychiatrie

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Restituer la restitution : bousculer son travail universitaire pour l’enrichir

Prune Missoffe est étudiante en master 2 de sociologie générale à l’EHESS. En organisant une réunion publique visant à restituer la démarche et les résultats de son travail de mémoire auprès des habitant-e-s de Saillans, Prune a pu susciter des échanges de la part des enquêtés qu’il s’est agit d’intégrer à son travail en cours. Elle « restitue » ici cette dernière séquence du travail du terrain.

« Je rends au public ce qu’il m’a prêté ; j’ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage : il est juste que, l’ayant achevé avec toute l’attention pour la vérité dont je suis capable, et qu’il mérite de moi, je lui en fasse la restitution » écrivait La Bruyère dans la préface de son ouvrage Les caractères. Rendre aux enquêtés ce qu’ils m’ont prêté, tel était mon objectif lorsque j’ai organisé une réunion publique de restitution le 28 juin 2016 à Saillans, commune d’environ 1 200 habitants dans la Drôme. Ce billet concrétise mon souhait de partager cette expérience de restitution.

Continuer la lecture de Restituer la restitution : bousculer son travail universitaire pour l’enrichir

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Par Evan Fisher.

Evan Fisher est étudiant en Master 2 au sein de la mention « Sociologie générale ». Il revient ici sur ses premiers (faux ?) pas dans le terrain de sa recherche conduite en partenariat avec Médecins sans frontières-France (MSF-France). En ouvrant son carnet de terrain, il donne à voir l’élaboration d’une question de recherche autour de la sélection des patients dans un hôpital de MSF-France à Amman, et il tire les leçons méthodologiques et scientifiques des premières difficultés méthodologiques qu’il a rencontrées sur le terrain. 

*               *

*

J’appréhende mon arrivée sur le terrain. Ce n’est pas que la Jordanie soit un pays dangereux ou que je ne me sente pas préparé. Mais les reportages de la BBC[1] et al-Jazeera[2] sur l’endroit de mon enquête évoquent un lieu éprouvant : un hôpital humanitaire de Médecins Sans Frontières-France (MSF-France), qui prend en charge des blessés de guerre syriens, yéménites, gazaouis et irakiens. La présence étouffante de tant de souffrance m’effraie par avance[3]. Continuer la lecture de Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Saisir et interpréter le travail de sélection des manuscrits dans l’édition littéraire

Lilas Bass est étudiante au sein de la mention GPS du Master de sociologie . Elle propose ici un retour sur un texte préalablement discuté dans le cadre d’un atelier d’analyse de matériaux animé dans le cadre du séminaire « De l’enquête au texte ». Par le recours à des matériaux originaux, issus de cartographies ou de dispositifs de comptage, Lilas objective des formes de division du travail à partir d’une étude fine de l’organisation spatiale des activités dans une grande entreprise d’édition. 

*             *

*

Face au paradoxe d’une pratique d’écriture (et de lecture) majoritaire chez les femmes et d’un moindre accès des femmes à la publication littéraire[1], j’ai souhaité remettre en cause l’idée « romantique » selon laquelle « le talent n’a pas de sexe », et m’inscrire dans la tradition en sociologie de l’art qui consiste à saisir les leviers sociologiques et historiques de construction de la valeur littéraire.

Pour déplacer le regard et ne pas me focaliser sur le travail artistique à proprement parler (la question ayant déjà été abondamment traitée dans des travaux antérieurs[2]), je me suis demandé si les premières instances de légitimation littéraire (les maisons d’édition) n’étaient pas le lieu premier de constitution d’une valeur littéraire genrée.

Le présent travail propose plus particulièrement de rendre compte précisément des pratiques de sélection des manuscrits au sein des maisons d’édition littéraire, et à ce titre d’étudier, grâce aux outils développés par la sociologie du travail, l’ensemble des pratiques professionnelles, des réseaux de sociabilité et de toutes les « conventions »[3] professionnelles qui concourent à déterminer ce qui constitue la « valeur » en littérature française contemporaine. En d’autres termes : quels sont les acteurs impliqués dans la sélection des manuscrits ? Quel est le poids relatif de chacun de ces acteurs dans le processus décisionnel de publication ? Comment procèdent-ils pour sélectionner les manuscrits ?

Continuer la lecture de Saisir et interpréter le travail de sélection des manuscrits dans l’édition littéraire

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Sortir la tête des cartons d’archives et regarder autour : suivre les « archiveuses » dans leurs déplacements

Le précédent billet publié sur ce carnet présente le principe de l’atelier d’analyse de matériaux organisé au sein du séminaire « De l’enquête au texte ». Marine Gilis est étudiante au sein de la mention GPS du Master de sociologie et s’est essayée la première à cet exercice en soumettant à la discussion collective une série de plans qu’elle a artisanalement confectionnée au cours de son enquête de terrain, et dont il lui est apparu qu’ils constituaient une ressource heuristique pour déployer une analyse originale. Elle revient dans ce texte sur ce que ces plans lui permettent d’attester relativement au travail de terrain mené au sein du Centre lesbien de documentation et d’archives (CLDA). Suivront une série d’autres billets produits à l’issu de ces ateliers qui permettront, nous l’espérons d’attester de l’intérêt de s’arrêter collectivement sur cette opération centrale de l’analyse de matériaux.

*             *

*

Après une licence d’histoire, j’entre en 2014 master sociologie spécialité Genre, Politiques, Sexualités à l’EHESS. Je choisis la sociologie pour découvrir et mettre en pratiques de nouveaux outils méthodologiques. Je connaissais le travail en archives, la construction d’un état de la littérature, et je découvre les entretiens. Intéressée par la photographie ethnographique, il m’est apparu pertinent de photographier mon terrain. Je travaille en effet sur un collectif, constitué en association loi 1901 depuis 1985, qui a pour nom Centre lesbien de documentation et d’archives (CLDA). Composée d’une dizaine de personnes, ce collectif a pour objectif de collecter, conserver et transmettre la mémoire lesbienne. « Les archiveuses » est un terme inventé par ce collectif pour dénommer les bénévoles qui le compose. Ces archiveuses se réunissent chaque jeudi soir au Foyer pour Toutes d’Autreville, espace non-mixte réservé aux femmes, où elles tiennent deux salles. Une salle se situe au rez-de-chaussée et sert de bibliothèque et d’accueil au public, la salle du sous-sol est le lieu de conservation des archives. Je voulais observer le lieu mais aussi les personnes dans leur travail et leurs déplacements.

Des photographies au plan des lieux : genèse d’un outil

Une dizaine de personnes, c’est suffisamment peu pour permettre à toutes de se connaître au sein de ce collectif relativement fermé sur lui-même. Les visiteuses sont rares mais je suis, malgré tout, très vite intégrée comme stagiaire, puis comme bénévole, ce statut me permettant d’endosser un rôle d’observatrice participante. Au fil des observations, il m’est apparu intéressant de parler de leurs gestes, de leurs savoir-faire, et des relations qu’elles nouent entre elles, afin de donner à voir ces pratiques militantes et « professionnelles ». Le recours à la photographie s’est, en quelque sorte, alors imposé pour figer dans l’image ce que j’avais du mal à saisir dans mes carnets de terrain. Les archiveuses ont, pour la grande majorité, comme point commun de ne pas se mettre en avant, de ne pas souhaiter être visible. ll m’a alors semblé difficile de négocier de les prendre en photo. Elles refusent en outre toute possibilité d’apparaître sur le site de l’association ou sur leur page Facebook, il m’aurait été impossible de faire apparaître certaines d’entre elles dans un travail de recherche. Je me trouvais donc dans une impasse. Quelques temps après, pendant un séminaire à l’EHESS, une chercheuse évoquait son travail photographique, elle avait pris des clichés successifs de l’emplacement d’une station de bus devant une gare et avait analysé la répartition des personnes dans l’espace, en fonction du genre notamment. Peu à peu m’est venue l’idée que je pouvais figurer des personnes dans l’espace sans que cela soit figuratif, sans que j’aie besoin de prendre des photographies. J’ai alors dessiné un plan des salles du CLDA, sur lequel je reportais des cercles de couleur pour représenter chaque archiveuse. Je pouvais dès lors les représenter dans l’espace et ainsi étoffer mes notes de terrains ainsi que les analyses que j’escomptais pouvoir en tirer.

Plan détaillé de la salle du rez-de-chaussée : 

image-marine-2 image-marine-1

 

Comment lire ces plans ?

Les couleurs utilisées n’ont aucune signification symbolique, il s’agissait de prendre une couleur par personne, de préférence claire pour pouvoir inscrire un chiffre à l’intérieur qui soit visible. Les numéros permettent de rendre compte de la temporalité du déplacement. Le 1 correspond au premier endroit où la personne s’est arrêtée, le 2 au deuxième endroit, etc. Par arrêt j’entends une occupation de l’espace significative en termes de temps (supérieur à 5 minutes) et/ou significative en termes d’utilisation (position qui donne sens au processus de déplacement où à l’activité de l’archiveuse représentée).

Hachures: les zones hachurées en diagonales correspondantes à des endroits qui ne font par partie intégrante de l’espace dit du CLDA, cela correspondant à des escaliers ou un cagibi. Les zones hachurées verticales correspondent à des espaces de travail (bureau, table). Les hachures mettent en relief ces emplacements, soit pour signifier qu’ils sont à la marge et pas utilisés dans le cadre des activités propres au CLDA, soit au contraire pour mettre en valeur des zones centrales par rapport à ces mêmes activités.

D’un aide-mémoire à un aide-analyse ; du carnet de terrain au mémoire de recherche

Cet outil original était d’abord destiné à une utilisation très personnelle et heuristique, je ne pensais pas l’intégrer dans mon mémoire. Mes objectifs étaient de rendre plus fiable mon observation. En manque de confiance par rapport à une expérience débutante en sociologie, j’ai voulu utiliser deux points de vue, celui de la retranscription écrite et celui de la représentation visuelle. Cela m’était d’autant plus utile qu’il ne m’était pas toujours permis de retravailler mon observation le jour même ou le lendemain, visualiser à nouveau les déplacements des personnes dans la salle me permettait de me remémorer plus facilement les détails, de mieux les comprendre. J’ai ensuite remarqué que certaines choses décrites de façon linéaire n’ont parfois de sens qu’une fois corrélées avec une description précise des déplacements. Certaines choses devenaient visibles grâce à cette sorte de seconde observation. Ce qui ne peut être clairement décrit par le texte, peut émerger visuellement, comme le fait que par exemple certaines des enquêtées se retrouvent souvent par binôme dans leurs activités, même dans le cadre d’activités qui ne s’y prêtent pas, et ces binômes sont souvent les mêmes. Ça me permettait également de voir qu’elles étaient les zones mortes, celles où les archiveuses ne vont pas ou très peu, ainsi que les zones de vie, comme la table qui est centrale et qui concentre la plupart des cercles de couleur. Enfin il m’était possible de superposer les plans et me concentrer sur une personne, un binôme pour corréler ces observations avec des informations sur leur profession, ce que j’ai pu entendre pendant les entretiens, etc.

C’est outil créé pour me mettre en confiance s’est avéré très heuristique et je l’ai finalement intégré progressivement à mes analyses de manière plus systématique. En plus des objectifs que je m’étais fixés et auxquels cet outil répondait parfaitement, j’y ai progressivement trouvé d’autres intérêts. En effet, il permet d’élargir la connaissance globale que j’avais de toutes les archiveuses. Toutes n’ont pas répondu positivement à mes demandes d’entretiens, certaines se dévoilaient plus que d’autres. Cela me permettait d’instaurer un équilibre dans mon observation, car je devais analyser chaque personne en présence, et pas seulement les plus actives et collaboratives. Je me demandais alors systématiquement pourquoi une telle va vers là, tandis qu’une autre n’y va jamais, etc. J’ai pu ainsi approfondir mes connaissances sur toutes les enquêtées : ces déplacements reflètent-ils un intérêt personnel ou professionnel ? Les lieux en disent long sur l’activité professionnelle, notamment celle en prise avec le public : Qui gère le public, qui se met à l’écart ? etc. J’ai pu repérer des utilisations incohérentes de l’espace. Les visiteuses et archiveuses sont en effet regroupées autour de la même table, on y colle, découpe, colle, trie, écrit, lit, discute… Ainsi, les lieux de travail, de détente et de discussion ne sont pas séparés. De même, deux des enquêtés ne connaissent que très peu le fonds d’archives, mais pourtant on peut voir qu’elles y vont quelques fois. Qu’y font-elles? Leur présence révèle une autre utilisation « détournée » du lieu, deux caisses d’alimentation sont conservées au milieu des cartons d’archives, et servent les soirées où les archiveuses décident de manger sur place. Concernant les binômes, les plans donnent à voir les affinités. De retranscrire objectivement et sans analyse des plans de déplacements me permettait de me protéger vis-à-vis des enquêtées par rapport à leurs éventuelles réactions. Ce travail m’a aussi demandé d’aller plus loin dans ma connaissance du terrain. J’ai compris que si Axelle et Armelle sont souvent côte à côte, c’est qu’elles appartiennent à la même classe d’âge, travaillent toutes deux dans des centres de recherches et se voient en dehors des permanences ; si Mathilde et Lucienne forment un binôme, c’est qu’elles habitent pas loin l’une de l’autre et rentrent en voiture les jeudis soirs ensemble. D’autres apparaissent par contrastes être des électrons libres réduisant leurs contacts aux aléas de la situation.

Les plans comme outils par définition limitée : se pencher sur le dehors des cartes

J’ai toutefois été confrontée à des obstacles que j’ai pu évoquer en séminaire, ces difficultés ont fait l’objet d’échanges qui m’ont permis d’aller plus loin dans ma réflexion et qui ont fait émerger quelques solutions. Il ne m’a pas été possible, par exemple, d’observer la totalité de l’espace du CLDA qui est divisé en deux. Il aurait aussi été intéressant de prendre en compte les déplacements à l’intérieur du Foyer pour Toutes, puisque les archiveuses y passent nécessairement (les couloirs, l’entrée, les toilettes) et certaines l’utilisent périodiquement (la cuisine quand les archiveuses décident de manger sur place, la grande salle pour étaler les affiches et préparer une exposition, où quand le groupe de préparation du colloque préfère se réunir à l’écart du reste pour moins de bruits et de dispersion de l’attention, les couloirs pour discuter de choses plus personnelles). De manière plus générale, il a été difficile de réaliser ces plans en cas d’affluence massive de visiteuses. Au fil des discussions il m’est apparu un peu ambitieux de vouloir tout rendre visible, les choix que j’ai réalisés, même s’ils ont été contraints par la technique, ne sont pas moins pertinents. Il a été remarqué également que le temps d’observation n’est pas toujours le même, il varie d’1h30 à 2h30 dans le cas de mes observations. Les observations ne sont donc pas tout à fait homogènes, ce qui rend délicat toute tentative de comparaison. En effet, si chaque point représente un arrêt, certains durent 5 minutes, d’autres une heure. Je n’ai pas trouvé encore de moyen simple et lisible de rendre compte de la durée. Enfin d’un point de vue technique, lors du séminaire mes plans initiaux n’ont pas paru toujours très lisibles à certains, du moins d’un point de vue architectural. Cette méthode demande des connaissances techniques, la maîtrise de logiciels de réalisation de plan. Il m’a été alors suggéré de faire des plans à la main (voir plan détaillé du rez-de-chaussée ci-dessus).

Ces échanges durant le séminaire ont non seulement servi à chercher des solutions aux difficultés rencontrées, mais ont également permis de réfléchir ensemble sur l’utilisation de cet outil afin de l’améliorer et de permettre à d’autres de l’utiliser de façon pertinente. Je n’avais pas pensé à la réception, par les enquêtées, de cette méthode et des analyses qui ont résulté de son utilisation. Une des étudiantes m’a demandé si j’avais montré ces plans aux enquêtées et quelles étaient leurs réactions. Se reconnaissent-elles dans ces déplacements ? En ont-elles une vision différente ? Comment les interprètent-elles ? Ce travail n’a pas encore été réalisé, mais il le sera sûrement dans le mémoire.

Conclusion. Variantes de la méthode

Cette méthode peut sans doute être déclinée en fonction de tous les besoins. Je m’en suis en effet servie d’une manière spécifique. On peut travailler en zones « chaudes » et zones « froides ». C’est-à-dire que pour rendre compte de la dispersion des archives du CLDA, il m’a été possible de colorer les espaces en bleu pour les zones où il n’y a aucune archive de l’association et en rouge les zones où celles-ci-sont regroupées. On peut affiner les critères avec autant de couleurs que nécessaires, et leur donner un sens symbolique, pratique. Il est possible de faire la même chose en fonction du temps passé par individu ou même par le groupe dans une zone précise. Dans le cas de la salle du rez-de-chaussée, la table centrale serait entourée de rouge, et plus on va vers les armoires, plus les zones sont claires, avec également autant de nuances que nécessaires. Que ce soit au niveau de l’utilisation des couleurs (utilisation pratique, symbolique ou non significative), des formes géométriques (même forme pour toutes les personnes, différentes formes pour différentes catégories de personnes, etc.) ou du jumelage avec d’autres techniques (photographie, statistiques, récit d’observation, etc.), cet outil fonctionne comme un logiciel open source, il est modifiable et ajusté à l’utilisateur. Il revient en effet à chaque personne de le faire connaître en même temps que de l’adapter à ses propres besoins et à son terrain.

Marine Gilis

Crédits de l’image en bandeau : Marine Gilis.

Les noms des lieux, des associations et des personnes ont été anonymisés.

 

 

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur.

Lou Viger est étudiante en Master 2 de sociologie générale à l’EHESS. Elle nous propose ici une réflexion sur l’enquête qu’elle mène sur un site marqué par la présence d’une centrale nucléaire, à Flamanville dans le Cotentin. La relative proximité de l’enquêtrice avec son terrain permet de mettre en lumière des aspects spécifiques du terrain, tout en interrogeant à rebours la socialisation de l’enquêtrice aux enjeux et aux riques des énergies nucléaires.


 

« J’étais parti pour le Brésil parce que je voulais devenir ethnologue»1

Lorsque Claude Lévi-Strauss décide de franchir le pas de l’ethnologie, il commence par faire un long voyage. A l’affût du dépaysement, l’ethnologue abandonne sa zone de confort et se projette dans un environnement lointain, le plus à même de lui faire éprouver l’altérité́.

Sans aller jusqu’à rejoindre l’autre rive de l’Atlantique, j’ai choisi d’enquêter dans le Cotentin, dans la commune de Flamanville que je connais bien. C’est là que se trouve la maison de mes ancêtres j’habite plusieurs semaines par an depuis l’enfance. C’est là aussi qu’à moins d’un kilomètre est installée une centrale nucléaire, avec deux réacteurs en activité depuis le milieu des années 19802. Apparemment, rien d’exotique, rien de nouveau, si ce n’est des risques liés à la radioactivité dont la conscience s’éveille ou sommeille en chacun de nous. Nous3, car je suis ici presque autant sujet et objet de l’enquête, une indigène parmi les indigènes. Continuer la lecture de En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur.

Que faire quand la littérature est grise ? L’état de l’art comme premier exercice de construction de l’objet

Maxime Agator est étudiant à l’EHESS en Master 2 sociologie, au sein de la mention sociologie générale. Il s’intéresse au problème public de la corruption et aux mouvements citoyens qui, en France, s’organisent contre ce phénomène. Il montre dans ce texte que la constitution d’un état de l’art autour de ses thématiques de recherche a été indissociable de l’opération de construction de l’objet. La littérature grise qu’il a dépouillée, d’abord dans un contexte professionnel et ensuite dans le cadre de ses recherches, prend ainsi des couleurs dès lors que l’enquêteur se propose d’en faire un objet d’étude. 

*              *

*

Lorsqu’on décide de consacrer un travail de sciences sociales à une thématique pour la première fois, l’état de l’art est souvent présenté comme un préalable indispensable à la recherche. En effet, avant de figurer dans nos productions écrites (projet ou compte-rendu de recherche), parcourir et maîtriser la littérature scientifique déjà consacrée à notre sujet de recherche semble être un prérequis nécessaire à plusieurs titres : acquérir une connaissance plus approfondie de son sujet, connaître les différentes manières dont l’objet de recherche a été construit par le passé par d’autres chercheurs, se positionner vis-à-vis des travaux antérieurs, et surtout déterminer quel angle peut apporter une contribution originale à l’état des connaissances scientifiques existantes. Continuer la lecture de Que faire quand la littérature est grise ? L’état de l’art comme premier exercice de construction de l’objet

Un Premier monde contre le Tiers monde ? La fabrique de la Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence au Salvador

Simon-Pierre Escudero est étudiant en Master 2 au sein de la mention Sociologie générale. Dans ce texte, il revient sur les origines de son projet de recherche sur les enfants des rues au Salvador et sur ce qui l’a conduit à prendre pour objet la fabrique de la Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence au Salvador (LEPINA). L’enjeu de son travail est de saisir cette question depuis l’extérieur et depuis l’intérieur du Salvador.

En juillet 2012, je commence mon premier terrain de quatre mois sur le mode de vie des callejeros, enfants vivant dans la rue au Salvador, en Amérique Centrale. Une association locale que j’avais connue lors d’un voyage exploratoire en 2009 devait alors me faire « rentrer dans la rue » pour travailler directement avec les callejeros. Or, j’apprends sur place que cette association a cessé de fonctionner, au dire de la responsable, à cause d’une nouvelle loi sur les mineurs qui l’empêche de continuer son travail. Cherchant un autre moyen de « rentrer dans la rue », je suis surpris de voir que plus aucune association, ni même l’Institut Salvadorien de Protection de l’Enfance et l’Adolescence (ISNA), institution gouvernementale, ne travaille auprès des enfants des rues. En revanche, cette conjoncture me permet d’échanger avec des travailleurs sociaux exerçant dans de multiples institutions qui travaillent à la prise en charge des enfants vivant dans les rues. La LEPINA, Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence est au cœur de leurs discussions.

Continuer la lecture de Un Premier monde contre le Tiers monde ? La fabrique de la Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence au Salvador