Archives de catégorie : avec Muriel Darmon

Classes préparatoires, de Muriel Darmon

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteurs du billet: Yannis Aoustin, Harold Astre, Julia Cuvilliez, Laure Fallou, Mélissa Fletgen, Louis Gabrysiak, Chloé Lemeur, Fabrizio Li Vigni, Olga Nikolaeva, Cécilia Varela, Edwin Yahiaoui.

Master Sociologie, EHESS, Paris.

****************************************************************************

Muriel Darmon est une ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, sociologue et directrice de recherche au CNRS dans le Centre européen de sociologie et de science politique. Elle travaille sur les thèmes de la socialisation, la sociologie de la jeunesse, la sociologie du corps et de la santé, etc. En 2003, elle publie notamment Devenir anorexique aux Editions La Découverte. Dans cet ouvrage, elle adopte une approche originale de la socialisation en étudiant à la fois le travail de soi des anorexiques, et ce que leur fait l’institution psychiatrique. C’est une démarche semblable que Muriel Darmon adopte dans son ouvrage Les classes préparatoires : fabrique d’une jeunesse dominante, paru en août 2013 aux Editions La Découverte, et que nous avons commenté.

L’ouvrage de Muriel Darmon présente le résultat d’une longue enquête de deux ans menée dans les classes préparatoires scientifiques et économiques d’un lycée français choisi parce qu’il occupe une « place intermédiaire » dans la hiérarchie symbolique des classes préparatoires, entre les « grands lycées parisiens » et les « petites prépas de provinces » (p.17). Au choix d’un lieu unique répond, sur le plan méthodologique, la variété des modalités d’enquête, menée à la fois par observation non participante (en classe, lors des colles, etc…) et par entretiens (une centaine) avec les élèves, les enseignant-es et les personnels administratifs de l’établissement.

L’objectif de cette méthode d’enquête était, comme le dit l’auteure, de s’installer « au cœur de la prépa pour en apprécier les effets sur ses membres » (p.16), d’observer de l’intérieur « les processus de la socialisation institutionnelle préparatoire » (p.16). Cette méthode présente comme premier intérêt de distinguer nettement le discours sociologique de l’ensemble abondant des discours et représentations de la « prépa » qui circulent dans l’espace public et particulièrement médiatique, ensemble de « légendes dorées, noires et urbaines » (p.7) émanant de divers acteurs et actrices, dont les élèves et anciens élèves des classes préparatoires.

A cette abondance de discours activant des lieux communs contradictoires (de la prépa comme lieu de souffrances et de formatage intellectuel à la prépa comme éden méritocratique et lieu d’éveil à la singularité intellectuelle) s’oppose la rareté des travaux sociologiques depuis ceux, fondateurs, de Pierre Bourdieu et Monique de Saint-Martin.[1]

Concernant les origines sociales des étudiant-es des classes préparatoires, malgré l’accroissement significatif du nombre de classes préparatoires et d’élèves les intégrant, plus de la moitié d’entre eux/elles sont issu-es de milieux sociaux supérieurs économiquement et culturellement, entérinant la sélectivité et l’élitisme social des classes préparatoires. Il ne s’agit donc plus uniquement d’interroger les classes préparatoires à partir de l’origine et de la destination sociale de leurs élèves mais à partir du devenir, c’est-à-dire de la formation et des transformations de ces derniers pendant le temps même de la vie préparatoire. On peut reformuler ainsi les questions que pose l’introduction de l’ouvrage de Muriel Darmon : quel type particulier de personnes l’institution préparatoire fabrique-t-elle ? Quels habitus s’y forment ? Quelles dispositions spécifiques, notamment dans le rapport au temps et au travail y sont incorporées ?

 

L’ouvrage déploie donc une analyse de la classe préparatoire comme « appareil à former et à transformer les individus » (p.20), en la présentant comme une « institution enveloppante », dispositif puissant mais non totalitaire, fortement individualisant (chapitre I), notamment caractérisé par sa capacité à la mise au travail des individus et par les effets, dans le rapport à la gestion du temps et aux savoirs (chapitre III et IV) qu’il produit. L’objectif de l’ouvrage, tel qu’il est reformulé à la fin de l’introduction, est d’examiner une « jeunesse dominante » (p.22), dans la manière dont elle est mise au travail par l’institution, travaillée (« forgée, formée et transformée », p.22) par elle tout en la modifiant en retour. Se dessine alors les contours d’une jeunesse privilégiée et “socialement triée”, mais ne correspondant plus à l’image de la jeunesse bourgeoise caractérisée par le « loisir » en opposition au « travail » d’une jeunesse populaire et démunie. Il semble que l’ouvrage engage donc une redéfinition et une actualisation de la manière dont sont produit-e-s ou fabriqué-e-s par l’institution scolaire les dominant-es.

Dans son premier chapitre intitulé « Une institution non totalitaire, une violence retenue », Muriel Darmon montre que la classe préparatoire est une institution puissante. Il y a une retenue politique de la violence, notamment dans les processus de sélection. La violence est atténuée par un « ethos enseignant de la retenue », elle est renvoyée au passé, aux vieilles classes prépas. La question de la violence est un enjeu de définition des classes prépas, dans l’image qu’elles souhaitent donner d’elles-mêmes. Il s’agit de faire disparaître les représentations négatives qui y sont associées, pour attirer le plus grand nombre de candidatures et ne pas faire peur aux lycéens. Ne pas faire peur donc, mais également ne pas exclure une fois l’année commencée. L’institution préparatoire travaille sur la vie des étudiants, en leur faisant intérioriser un ensemble de techniques de gestion de soi. La classe préparatoire se définit donc par un double rejet, ce n’est ni une institution totalitaire ni une institution en déclin. Voilà pourquoi la notion d’institution enveloppante est plus adaptée.

La vie clandestine est un mode d’adaptation des élèves de classes préparatoires parallèle à celui imposé par l’institution elle-même (chapitre II). Ce dernier est comparé à l’adaptation primaire, selon l’analyse de Goffman qui propose alors de regarder la vie clandestine en tant que l’adaptation secondaire, sous la forme des pratiques au sein de l’institution, en dessous des pratiques officielles. Dans le cadre de cette adaptation secondaire, les élèves développent leur vie souterraine sous trois formes : des techniques de fraude, des techniques d’évasion et des pratiques d’ « insubordination rituelle ». La vie clandestine s’articule aussi autour des pratiques à côté de la vie institutionnelle : activités du week-end, vacances scolaires. La vie clandestine est ainsi un moyen d’échapper à la pression de la vie au sein de la classe préparatoire. Dans cette optique, la vie amoureuse se présente aussi comme une forme d’articulation de la disposition des élèves par rapport à l’institution. Cette vie amoureuse peut être considérée comme « pratique impossible », les étudiants choisissent de ne pas avoir de relations ou rompent avec leurs relations existantes. Mais elle est pour d’autres « vie amoureuse souterraine », comme moyen de garder le contrôle sur sa vie, de se montrer autonome par rapport à l’institution.

La gestion du temps apparaît durant l’enquête comme un facteur déterminant dans la réussite des élèves (chapitre III). Cette gestion du temps traduit une continuité entre la socialisation primaire véhiculée au sein de leur sphère privée, et la socialisation secondaire intégrée durant la prépa. L’enquête a ainsi démontré que la maîtrise du temps est en règle générale l’apanage des élèves dont les capitaux sont les plus conséquents. Muriel Darmon établit une comparaison avec le système universitaire au sein duquel l’usage du temps serait en quelque sorte plus libre. Nous pouvons de ce fait considérer que devenir « un maître du temps » est une des étapes du processus de fabrication d’une jeunesse dominante.

Dans le 4e chapitre intitulé « Les recettes et la science », Muriel Darmon met à jour une contradiction au sein même du contenu de l’enseignement des classes prépas. Deux dispositions d’apparence incompatibles y sont transmises aux élèves : la première est pragmatique, elle consiste en un ensemble de recettes supposées permettre de réussir les concours des « grandes écoles ». La seconde est scientifique : la classe prépa, à travers ses professeurs, transmet aux élèves un corps de connaissances qui valent en soi. Cette seconde disposition, si elle est intégrée, offre à l’élève la possibilité d’une plus grande capacité d’abstraction du monde qui l’entoure, développant par ailleurs son esprit critique. Cette contradiction suscite chez les élèves deux formes de critique du système dans lequel ils évoluent : certains vont rejeter la visée utilitariste du savoir quand d’autres se plaindront du trop faible intérêt de ce qui leur est enseigné dans l’optique de la réussite au concours.

Le dernier chapitre, « ’’Faire’’ scientifique, ’’faire’’ commercial », vise à déconstruire une dernière idée reçue sur les classes préparatoires, celle de l’identité commune des prépas. Muriel Darmon analyse notamment les différences entre les prépas scientifiques et les prépas économiques. La différence la plus visible concerne le « travail sur soi » que les professeurs des prépas économiques poursuivent et qui se focalise sur l’apparence physique et sur l’hexis corporelle. Les professeurs apprennent aux élèves à faire leurs nœuds de cravate, à bien choisir leur costume, à s’asseoir correctement, à simuler une apparence décontractée, à éviter certains gestes des mains, à maintenir un juste équilibre des sourires, et ainsi de suite. Ce qui varie, de façon importante, est principalement l’extension de la transformation, celle des prépas scientifiques étant plus scolaire et intellectuelle, alors que celle des prépas économiques se concentre davantage sur une mutation profonde de la personne. Muriel Darmon conclut son livre en se demandant si à ces deux cultures scolaires différentes correspondent ou non une différence de classes sociales d’origine et d’arrivées des étudiants.

Pour finir, l’auteure revient sur cinq idées reçues quant à la classe préparatoire, pour les infirmer. Ce n’est pas une institution totale, on n’y met pas entièrement « sa vie entre parenthèses », tout le monde n’est pas « logé à la même enseigne du stress permanent » (p. 304). Elle ne se résume pas à un simple «bourrage de crâne » quant à l’enseignement qu’elle dispense. Enfin, elle ne constitue pas un univers académique coupé de toute réalité quant au marché du travail, et la question de l’avenir professionnel des élèves est très présente lors de leur scolarité. L’analyse du dispositif préparatoire a montré qu’il se déploie dès la sélection des entrants, en sélectionnant rigoureusement les élèves selon leurs dispositions déjà acquises, puis par la mise au travail, la mise sous pression. La violence du dispositif est néanmoins retenue, par les définitions actuelles de la prépa ainsi que par les dispositions des membres de l’institution. Lorsqu’on regarde la socialisation en train de se faire, on voit que la socialisation préparatoire rencontre des individus déjà socialisés, et porteurs de rapports différents à l’avenir. Ces socialisations s’interpénètrent, c’est ce dont a voulu rendre compte cette recherche. Le dernier point est un élargissement de l’étude. La socialisation préparatoire est « un processus de fabrication, voire de reproduction des jeunesses dominantes » (p. 308), en ce qu’elle les prépare à l’urgence, à la responsabilité, mais aussi à la soumission au contrôle des connaissances et des activités.

 

Suite à la présentation de l’auteure et du livre, nous avons posé plusieurs questions à Muriel Darmon, que nous avons regroupées en plusieurs points :

  • Pour commencer, nous avons voulu revenir sur quelques points méthodologiques. La première question que nous nous sommes posée est celle de la mise à distance de l’objet d’étude : comment fait-on pour enquêter en classe prépa en tant qu’ancienne élève ? Cette distance est ici à mettre également en parallèle avec la difficulté d’accès au terrain que l’auteure met en perspective dans l’introduction et aux injonctions de ne pas rendre un travail trop “négatif” vis-à-vis de l’administration du lycée. Par ailleurs, nous nous sommes posé la question du choix des élèves interrogés en entretiens. Nous aurions voulu savoir comment très concrètement l’auteur a présenté la recherche aux élèves et sélectionné ceux avec qui elle a réalisé des entretiens. Était-ce sur une base de volontariat ? Dans ce cas, comment peut-on analyser les biais que cela crée (puisque c’est probablement une perte de temps pour les élèves). N’existait-il pas des leaders d’opinion qui risquaient d’influencer les réponses des élèves ? En ce qui concerne le choix de ne pas traiter des classes prépas littéraires, nous comprenons les raisons qui le justifient, mais nous avons regretté en revanche qu’il n’y ait pas plus de comparaisons effectuées entre les classes scientifiques et économiques. Par exemple, il aurait pu être intéressant de traiter de la question des mathématiques qui sont la seule matière que les élèves de prépa scientifique et économique ont en commun. On aurait ainsi pu regarder comment se faisait l’apprentissage de cette matière dans les différentes sections. D’autant plus qu’il s’agit d’une matière assez importante dans les deux sections. En outre, dans une perspective d’étude de la socialisation, on aurait aimé avoir un aperçu de l’après-prépa : nous aurions aimé savoir si l’auteur avait des éléments de réponse pour nous parler des effets de cette socialisation sur l’après-prépa, que ce soit dans le monde du travail comme elle l’évoque quelque peu, mais aussi sur la vie étudiante post-prépa et sur le reste de la vie d’adulte des anciens préparationnaires. Est-ce une piste de recherche envisagée dans le futur ? Par ailleurs, le livre de Muriel Darmon, en n’étudiant qu’un lycée, pose peut-être les limites de la monographie. Il aurait été ainsi intéressant de comparer plusieurs classes préparatoires. A ce sujet, nous avons fait part de notre réserve sur la généralisation effectuée dans le titre du livre : «  classes préparatoires » au pluriel, fabrique singulière (« la ») d’ « une » jeunesse dominante regroupée, titre en décalage avec la méthode de la monographie. Nous avons aussi regretté l’absence de statistiques plus complètes ou plus systématiques pour l’analyse des élèves, de leurs origines, de leurs résultats, etc.

 

  • Une autre piste de discussion que nous avons voulu évoquer avec l’auteure est celle de la réception médiatique du livre. En effet, étant donné la proximité du sujet avec des débats de société sur l’école, et en particulier ces derniers jours avec le débat sur la rémunération des professeurs de classes préparatoires, Muriel Darmon a été à plusieurs reprises sollicitée pour des interviews, des articles de presse, et même des conférences dans des écoles… Comment a-t-elle géré cette forte reprise médiatique, comment essaye-t-elle de montrer que son livre n’est pas forcément une justification des classes préparatoires (par exemple, par rapport à l’université), mais bien une approche sociologique, de l’extérieur, d’un objet mis à distance ? Quelle a été, aussi, la réaction des élèves de classes préparatoires lorsqu’elle y est allée pour présenter son analyse ?

 

  • Par ailleurs, l’objet d’étude que sont les classes préparatoires, ainsi que par le peu de références universitaires mises en avant, et une théorisation volontairement faible font du livre un livre assez accessible au grand public, et nous nous sommes interrogés sur le choix du titre : “la fabrique d’une jeunesse dominante”. L’utilisation du terme “dominante” n’est pas neutre… et pourtant il nous a semblé que Muriel Darmon revenait peu sur le choix de l’adjectif : cette jeunesse est-elle dominante car elle a la maîtrise du temps ? Le thème et la critique de la domination interviennent principalement dans la conclusion, qui est aussi la partie où elle élargit son propos à la structure sociale. Pourquoi attendre la conclusion pour faire le lien avec le titre ? Pourquoi mettre le thème de la fabrique de la domination en avant s’il n’intervient que dans les remarques conclusives ? Quelle distance prend-elle avec les théories bourdieusiennes de la reproduction ? Le choix du titre nous a interpellés et nous nous sommes demandé pour qui l’auteure avait écrit ce livre. Il y a en effet un décalage entre le côté grand public du livre, et en même temps le fait que les discussions autour des thèses de Foucault et Goffman sur l’institution, ou encore celles de Becker et Merton sur la socialisation, soient particulièrement fertiles, et que Muriel Darmon déclare dès l’introduction qu’elle ne cherchait à faire ni la critique, ni la célébration des classes préparatoires. Enfin, toujours à propos de l’accueil médiatique du livre, il faut noter la parution de plusieurs autres ouvrages liés aux classes préparatoires ces derniers mois. A ce titre, on peut penser au livre de Carole Daverne et Yves Dutercq, Les bons élèves[2], dont les auteurs interrogent élèves et professeurs de plusieurs classes préparatoires ; on peut penser aussi à l’article de Marie Duru-Bellat, Faut-il réformer les classes préparatoires ? Une dualité difficile à défendre[3], ou encore à la thèse de Jacques-Benoît Rauscher,  Les professeurs de Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles : une élite au service des élites ?[4] qui s’intéresse, de manière complémentaire à l’approche de Muriel Darmon, principalement aux professeurs des classes préparatoires et non plus aux élèves. Quelle est la place de son analyse au sein de ce champ fourni ? Comment son approche s’insère-t-elle parmi celles d’autres auteurs ? Et quelle suite cette publication fait-elle à son HDR ?

 

  • Nos dernières critiques étaient plus théoriques. Pour commencer, nous souhaitions remarquer que l’auteure ne traitait pas vraiment, dans son ouvrage, de la question des rapports de genre et de son lien avec la domination. Pourtant, nous avons remarqué par exemple que les filles sont plus présentes  dans les exemples sur la vie amoureuse, ou sur les représailles des professeurs (lorsqu’une élève mâche un chewing-gum par exemple), quand la plupart des exemples de maîtres de temps sont des garçons. Du coup, on ne sait pas si l’auteure a choisi ces extraits parce qu’ils étaient plus intéressants, qu’il y avait plus de matière, ou si cela montre réellement que les garçons ont un rapport plus dominant au temps que les filles. Pourquoi Muriel Darmon n’a-t-elle donc pas utilisé cette catégorie du genre dans son analyse, quand il nous a semblé qu’il y avait pourtant matière à dire ?

 

  • L’enseignement secondaire ne fait pas non plus l’objet d’investigations fournies. Or il apparaît qu’il s’agit d’un élément important pour comprendre la fabrication des attitudes et des façons d’être de ces étudiants. L’analyse fait « comme si » le secondaire n’avait pas existé avant la prépa, exactement comme le fait l’institution préparatoire. Il aurait probablement été intéressant d’interroger les lycées d’origine des élèves pour expliciter la formation des groupes au sein de l’institution.

 

  • Par ailleurs, si l’auteur interroge le rapport qu’ont les élèves au temps, elle n’aborde pas du tout leur lien avec l’espace. L’institution préparatoire, en tant qu’elle prend place dans un lycée intégrant d’autres élèves du secondaire, doit pourtant fabriquer la domination d’un point de vue spatial. Quels sont les lieux qui permettent de créer la domination et de devenir maîtres du temps ? Temps et espace sont étroitement liés, la proximité du lieu de vie avec le lycée, les « passe droits » au sein du lycée permettant aux étudiants de s’imposer comme dominants mériteraient probablement d’être analysés d’un point de vue sociologique, afin de saisir comment se crée un « espace-temps » propice à mettre en œuvre les attentes de l’institution…

 

  • « L’en-dehors » de la classe préparatoire semble également ne pas être spécifiquement analysé dans cet ouvrage, mettant de côté tout ce qui se passe hors-les-murs du lycée. Les pratiques festives de ces étudiants, les pratiques de convivialité, les phases de retour au domicile familial, la participation ou non à des rallyes, les loisirs extra-scolaires sont pourtant au cœur du processus de domination. Ils permettent de mieux comprendre les trajectoires des étudiants au sein de l’institution, la formation des groupes. Plus largement, les temporalités du travail et du loisir font l’objet d’une alternance intéressante pour expliciter le phénomène de « quête de l’excitation » (Norbert Elias, « The Quest for Excitment : Sport and Leizure in the Civilizing Process »[5]), le relâchement nécessaire au travail acharné de ces élèves qui se construisent comme dominants tant dans la classe prépa qu’en dehors.

De plus, les interactions entre les élèves ont été mises de côté au profit de l’étude des relations plus « institutionnelles » (prof-enseignant) : pourtant ces interactions participent également du processus de domination et mettent en lumière les affinités, les accointances, les échanges qui permettent à certains groupes de s’affirmer, reléguant de fait les autres au statut de « dominés parmi les dominants » (Pierre Bourdieu, Le sens pratique[6]).

 

  • Enfin, le concept de domination a été pris en tant que tel sans pour autant interroger sa définition et ses fondements. L’analyse de Pierre Bourdieu de ce thème permet pourtant de mettre en lumière une distinction entre la domination en tant que volonté et la volonté en tant qu’effet sur la structure sociale – ce que ce dernier résumait au travers des concepts de dispositions, positions, prises de position (La noblesse d’État). Nous avons donc demandé à Muriel Darmon si elle pouvait nous éclairer sur ce point et nous indiquer si cette distinction lui semblait pertinente pour mieux comprendre la formation de la domination en tant qu’effet. Les prises de position, volontairement et explicitement dominantes de certains étudiants ne participent-elles pas de la fabrication des « élites » de la prépa (ceux qui se dirigent vers la classe étoile) ?

 


[1] BOURDIEU P., DE SAINT MARTIN Monique, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989.

[2] DAVERNE C. & DUTERCQ Y Les bons élèves. Expériences et cadres de formation, PUF, 2013

[3] DURU-BELLAT M., « Faut-il réformer les classes préparatoires ? Une dualité difficile à défendre », Les Cahiers français, n° 376, septembre-octobre 2013 – pp. 73-82

[4] Thèse soutenue à l’institut d’étude politique de Paris en 2010 (sous la direction de Agnès Henriot-Van Zanten).

[5] ELIAS N., and DUNNING E. The Quest for Excitement: Sport and Leisure in the Civilizing Process. Oxford, Basil Blackwell, 1986. 313 pp.

[6] BOURDIEU P., Le Sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun »,‎ 1980, 475 p.