Archives de catégorie : Travaux d’étudiants

Cette rubrique est liée au séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente.
Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

Mieux vaut prévenir qu’éloigner ? Une enquête collective en partenariat avec le SamuSocial de Paris

Après une première enquête collective réalisée en partenariat avec le P.H.A.R.E.S. (Pôle d’Hospitalité aux Activités à Rayonnement Ecologique et Solidaire), le carnet des étudiant-e-s du Master de sociologie publie en ce début d’année deux billets issus d’une nouvelle enquête collective effectuée dans le cadre de l’Ouscipo et animée par Corentin Durand et Romain Juston. Intitulée « Aux frontières de l’urgence. Enquête collective avec le Samusocial de Paris », elle a permis à trois groupes de six étudiant-e-s accompagnés par un encadrant d’effectuer une enquête au sein de structures d’hébergement d’urgence autour de la thématique des mesures dites d’ « éloignement » à l’encontre de personnes accueillies. Ces exclusions sont valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie.

Ce premier billet retrace l’enquête d’un groupe qui a enquêté dans un Lit Halte Soins Santé (LHSS) dont la particularité est de peu recourir à ce type de mesure. Laura Bonvicini, Justine Coron, Anaïs Lehmann et Tanya Kostitcyna ont alors réalisé un travail largement configuré par l’enquête de terrain se donnant pour objectif de mieux comprendre les logiques de prévention des situations problématiques dans ce centre.

*                 *

*

UN RÉCIT D’ARRIVÉE POUR PLANTER LE DÉCOR

Monsieur Balmond est arrivé au LHSS la veille de notre venue. Nous nous appuierons donc dans cet article sur son cas pour comprendre la prise en charge des hébergé-e-s au sein d’un LHSS de la région parisienne. Pakistanais âgé d’une quarantaine d’années, Monsieur Balmond est arrivé en France il y a 20 ans. Il entre au LHSS par la maraude, après avoir connu un éloignement d’un autre centre. Le motif de son admission au LHSS Esquirol est l’« altération de l’état général  » qu’il présente. À son arrivée, une insuffisance hépatique (cirrhose) et une perforation du tympan sont diagnostiquées. Le cas particulier de ce nouvel arrivant nous permet alors de donner un aperçu concret de l’accueil et des premiers jours au sein du LHSS. C’est l’occasion de suivre pas à pas les premiers pas d’un hébergé dans son nouvel environnement, premiers pas au cours desquels les normes sont notamment explicitées

Continuer la lecture de Mieux vaut prévenir qu’éloigner ? Une enquête collective en partenariat avec le SamuSocial de Paris

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Les archives, une source pour le sociologue

Par Alexandar Arroyo.

Dans ce billet, Alexandar Arroyo, étudiant en master « Histoire et civilisations », souligne l’intérêt pour les sociologues de mobiliser des matériaux d’archives, à condition de les traiter avec méthode et précaution. Ce texte est issu du travail qu’il a réalisé dans le cadre du séminaire « Introduction à l’usage des archives en sociologie ».

*                *

*

L’usage des archives n’a rien d’évident ni d’habituel en sociologie. La sociologie s’est érigée tardivement, au XIXème siècle, comme une science sociale autonome, et un des enjeux majeurs a été d’affirmer l’indépendance de cette discipline nouvelle face à des sciences sociales déjà institutionnalisées, en particulier l’histoire. La place des archives en sociologie porte la marque de ce processus. Alors que l’histoire a eu tendance à accorder un rôle central (et parfois excessif) aux archives, la sociologie a eu tendance à l’inverse à rejeter les archives au profit d’autres sources : le sociologue serait l’homme du terrain, abandonnant l’usage des archives à l’historien – on a même parlé d’une « mystique du terrain »1 .

Il faut cependant dépasser ces images préconçues : nous voulons montrer ici, en nous appuyant sur les textes de sociologues et d’historiens, que les archives sont des sources disponibles pour le sociologue, et qu’il ne faudrait pas les rejeter en raison des représentations qui ont accompagné la fondation de ces disciplines. Par ailleurs, la pratique croissante de l’interdisciplinarité en sciences sociales tend, sinon à remettre en cause, du moins à brouiller les frontières entre disciplines, et l’emprunt de méthodes est sans doute plus facile de nos jours. Le sociologue peut mettre à profit les apports de l’histoire et l’expérience des historiens avec les archives, tout en s’inscrivant dans une démarche clairement sociologique.

Qu’est-ce qu’une archive ? Questions de définition.

Travailler avec des archives implique de bien connaître les sources auxquelles on a affaire. On peut ici rappeler la définition juridique, en France, des archives :

« Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité. »2

Cette définition, très large, permet de saisir plusieurs aspects des archives : elles sont produites, elles sont d’abord un document qui a un usage et une finalité propres, et enfin elles sont conservées. Leur production est historiquement située : ce sont des documents produits dans un certain contexte, et pour répondre à un besoin précis. Et ces documents ne deviennent des archives que dans un second temps, lorsque leur conservation est organisée.

Le cas le plus fréquent est celui des archives publiques, qui organisent systématiquement la collecte et la conservation des archives des administrations d’État. Dans ce cas, les archives sont plus que des documents : elles ont aussi un rôle politique, comme symbole de l’État et de sa continuité. Ces enjeux de souveraineté ont été analysés par l’historienne Sophie Cœuré dans La Mémoire spoliée3 à propos des archives françaises spoliées par les autorités d’occupation allemandes durant la Seconde Guerre mondiale, puis par les troupes soviétiques à la fin de la guerre : l’archive devient un trophée, au service de la politique nazie, puis soviétique. Un État, une institution créent des fonds d’archives qui participent de leur légitimité. Tous les États ont des « Archives nationales » ou « Archives d’État », et il n’est pas rare qu’un chercheur étranger doive passer par l’ambassade de son pays pour y avoir accès : les archives de l’État sont à la fois un patrimoine national (en principe librement accessible à tous les citoyens), et un attribut de la souveraineté étatique, d’où la volonté de contrôler l’accès aux archives.

Mais la conservation peut aussi se faire dans un cadre privé, avec des finalités diverses : la reconnaissance de droits, la mémoire, voire ce que l’anthropologue Michel Naepels appelle la « piété familiale »4. Le lieu de la conservation est alors important : dans les fonds d’archives, ce sont des archivistes professionnels, avec leurs techniques propres, qui organisent les fonds ; dans des collections privées, on peut se trouver face à des archives sans véritable organisation. Et si l’accès est encadré par la loi pour les archives publiques, il est à la discrétion des détenteurs pour des archives privées. Ce n’est pas sans problèmes pour le chercheur : son travail est-il totalement libre, si l’accès à ses sources peut lui être refusé à tout moment ?

La définition légale de l’archive évoque la question de la « forme » et du « support » : tout type de document peut devenir une archive dès lors qu’il est conservé à cette fin. Il faut donc être attentif à la nature du document conservé. Il est vrai que les archives, dans les représentations comme dans la réalité des fonds existants, sont majoritairement des documents écrits. Toutefois, de plus en plus de documents électroniques, sonores ou visuels, sont conservés aujourd’hui, et suscitent un réel intérêt. Sous le terme unique d’archives, on trouve une grande diversité de documents, et c’est en fait la conservation qui constitue l’archive.

Quelle méthode face aux archives ?

« L’archive ne “dit” rien au sociologue, hors d’une problématique et d’une réflexion donnée » souligne à raison la sociologue Liora Israël dans « L’usage des archives en sociologie »5. Elle critique l’illusion d’une transparence des archives. C’est au contraire un des pièges possibles : penser que le document ancien nous met en contact, sans filtres, avec la réalité du passé. Nous l’avons vu, l’archive est produite dans un contexte précis, par des acteurs situés et pour des finalités qui leur sont propres ; et elle est conservée dans un certain cadre. L’usage des archives doit donc s’accompagner d’une réflexion sur la production et sur la conservation.

Les archives et leur production : une nécessaire contextualisation

Comme l’écrit Liora Israël, l’usage des archives doit s’accompagner d’une « sociologie des archives » : ici sociologues et historiens partagent un certain nombre de méthodes, de techniques afin d’opérer un travail critique sur le document. Le chercheur doit expliciter la situation dans laquelle sa documentation est produite. Cela implique de reconstituer un contexte de production, d’interroger la situation sociale des acteurs, l’histoire et la position des institutions concernées, mais aussi les représentations, les discours qui circulent dans une société donnée. Une solide connaissance du contexte historique est également indispensable.

Par ailleurs le document n’est pas produit pour lui-même, mais pour répondre à des motivations, des intérêts qui jouent un rôle déterminant. On doit s’intéresser non seulement à l’auteur, mais aussi au destinataire du document. C’est d’autant plus vrai pour des archives d’administrations publiques : dans la masse des documents adressés à un ministre par exemple, seule une petite partie est réellement lue par celui-ci ; il faut alors se demander quel bureau, quel service a effectivement reçu et lu ce document. Il est nécessaire de connaître le fonctionnement concret des institutions dont on utilise les archives pour bien comprendre et utiliser ces sources.

Et même lorsque ces documents ne semblent pas destinés à être lus, ces questions se posent, car l’acte même d’écrire est significatif. Travaillant sur des archives missionnaires, Michel Naepels rappelle que « rien n’oblige un missionnaire à s’intéresser aux croyances païennes ou aux cultures anciennes, et le cas échéant, rien ne l’oblige à en témoigner par écrit »6. Les « ego-documents » (journaux intimes, mémoires) n’échappent donc pas à cette analyse : il faut être attentif aux informations que donne le document, qui peuvent être biaisées par la situation de production, mais aussi à ce que le texte ne dit pas. Le plus difficile est alors de repérer les silences, les manques d’une documentation ; et comme le montre l’historienne Arlette Farge dans Le Goût de l’archive7, ces silences sont parfois tout aussi significatifs que le contenu même des archives.

La conservation des archives : pourquoi et comment archiver ?

La conservation des archives ne va pas de soi : la manière dont elle est effectuée joue un rôle dans notre perception des sources. La conservation s’est accompagnée d’un tri, une sélection, le plus souvent motivés par l’intérêt prêté, à ce moment-là, à un ensemble de documents. Mais il arrive parfois que le tri soit fait dans l’intention de cacher ou de mettre en avant certains documents plutôt que d’autres, notamment pour des périodes historiques troublées : l’historien Marc-Olivier Baruch montre ainsi que sous Vichy, des papiers ont été détruits par des membres de l’administration qui avaient intérêt à cacher leur participation à certaines décisions8. L’accès aux archives de ces périodes a souvent provoqué des débats importants : là encore, on voit que les archives sont un enjeu de pouvoir, et l’accès peut être plus difficile pour le chercheur dès lors qu’il travaille sur des sujets « sensibles ». La tendance est cependant à la réduction des délais de communications pour la plupart des archives publiques en France.

Une autre précaution concerne l’archivistique elle-même. La question se pose le plus souvent pour les inventaires qu’utilise le chercheur, et qui sont d’une aide précieuse dans son travail. Comme le souligne Liora Israël, les inventaires sont établis indépendamment des problématiques du chercheur, et c’est là leur limite. Mais la question de la science archivistique devient plus cruciale dans un cas comme celui des archives soviétiques, évoqué par Sophie Cœuré : celles-ci ne respectent pas le principe du respect des fonds (laisser intact les collections provenant d’un même individu ou d’une même institution), et trient les documents en fonction de leur « usage opérationnel ». Cet exemple limite nous montre qu’une réflexion sur l’archivistique peut s’avérer utile dans certains cas, mais aussi que des pratiques qui semblent aller de soi, celles de l’archivistique occidentale, sont des constructions sociales et culturelles, qu’il faut garder à l’esprit.

Les archives, une source pour le sociologue ?

« L’archive n’est pas une méthode, elle est un type de document », rappelle Liora Israël. L’archive n’est donc pas essentiellement une source pour l’historien et réservée à celui-ci. De même que les historiens ont au cours des dernières décennies repris certaines techniques privilégiées de la sociologie (par exemple les entretiens), de même rien n’exclut que le sociologue puisse faire un usage fécond des archives. Le chercheur doit garder à l’esprit sa problématique lorsqu’il aborde les archives : c’est la problématique, ainsi que la méthode d’analyse qui sont proprement sociologiques, et non pas les sources utilisées.

La constitution du corpus de sources est au cœur de ce travail, et elle est déterminante pour la recherche effectuée. Liora Israël évoque ainsi la frustration du chercheur confronté à l’écart qui existe entre ses questionnements, et les faibles réponses d’une documentation qui n’a pas été produite pour lui : le chercheur doit alors tâtonner pour construire dans les limites de la documentation disponible le corpus qu’il va étudier, en fonction d’une problématique qui guide ensuite la lecture et l’analyse. Elle prend l’exemple d’un classique de la sociologie, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique9, qui s’appuie sur des documents issus d’archives : correspondances, articles de journaux, courriers de lecteurs, rapports produits par des organisations. On voit ici la diversité de la documentation disponible dans les fonds d’archives privés ou publics, et cette diversité peut être féconde pour le chercheur.

En pratique, il faut également souligner que l’usage des archives peut se faire de plusieurs manières, que la lecture des sources peut varier. La distance par rapport au texte peut ainsi être très différente, entre le sociologue qui utilise les archives pour construire des statistiques et celui qui lit le document de près pour étudier des « cas » individuels. De même, le chercheur peut s’intéresser au document pour son contenu, mais aussi travailler sur les discours, les représentations des acteurs concernés. Il peut également opérer un « déplacement du regard », comme le fait le sociologue Olivier Masclet10, lorsqu’il étudie les annotations faites par le maire communiste de Gennevilliers, dans la marge d’un document produit en 1972 par son administration au sujet de la main-d’œuvre immigrée dans la commune. Ces annotations révèlent l’écart entre le discours officiel de la mairie contre les « marchands de sommeil », et un discours informel, en marge du document, où la présence d’une population immigrée est perçue comme un coût économique pour la commune, mais aussi une menace pour les autorités communistes, en raison de leur rejet par la population française de Gennevilliers. Le détail dans la marge est alors le véritable objet du chercheur, plus que le document lui-même.

Le « paradigme indiciaire » théorisé par l’historien Carlo Ginzburg peut alors se révéler particulièrement intéressant : pour le chercheur, le plus intéressant est parfois le détail difficile à trouver, qui « cloche », qui dénote dans un document, et qui ouvre une nouvelle piste. Du reste, le travail de Carlo Ginzburg dans Le Fromage et les Vers11, montre bien que pour un chercheur attentif aux indices, même des archives clairement institutionnelles (les archives de l’Inquisition italienne chez Ginzburg), peuvent se prêter à des problématiques qui sont communes à l’histoire et à la sociologie (la culture des classes populaires, la question de la lecture et de la réception…).

Conclusion

Il faut donc insister sur l’extraordinaire diversité des usages possibles des archives, et sur le fait que c’est la problématique, les méthodes employées, qui rendent le travail du chercheur sociologique, plus que le type de matériau qu’il emploie. Les archives sont produites par des acteurs sociaux, dans un contexte donné : elles disent quelque chose de la société qui les produit, pour qui les aborde avec des questionnements et des méthodes adéquats. On voit aussi clairement les apports possibles de l’interdisciplinarité entre histoire et sociologie, en particulier pour des travaux qui se situent au croisement des deux disciplines : socio-histoire, histoire sociale, histoire culturelle… Soulignons enfin, à la suite de Liora Israël que le sociologue lui-même peut devenir producteur d’archives, et que la conservation des archives des sociologues est un vrai enjeu pour la recherche, permettant le débat, la réexploration d’un terrain, mais aussi une histoire de la sociologie et de sa constitution.

Références

1 Cacciari, « Jean-Louis Fabiani,La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 mai 2015, consulté le 09 décembre 2016. URL :

2 Article L211-1 du Code du Patrimoine [voir http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/archives-publiques/lois, consulté le 9 décembre 2016]

3  Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique (de 1940 à nos jours), Paris, Payot, 2007

4 Michel Naepels, « Contextualiser les archives missionnaires : quelques remarques méthodologiques », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 21 août 2008, consulté le 03 mai 2016, § 6. URL : http://ateliers.revues.org/1882 ; DOI : 10.4000/ateliers.1882.

5 Liora Israël, « L’usage des archives en sociologie » dans Serge Paugam (éd.), L’Enquête sociologique, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 167-185.

6 Michel Naepels, « Contextualiser les archives missionnaires… », § 3.

7 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1989, 156 p.

8 Marc-Olivier Baruch, « Introduction » dans Jean-Pierre Azéma, Marc-Olivier Baruch, et Madeleine Rebérioux, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, p. 13-19.

9 William I. Thomas et Florian Znaniecki, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’un migrant (Chicago, 1919), Paris, Nathan, 1998

10 Olivier Masclet, « Une municipalité communiste face à l’immigration algérienne et marocaine », Genèses, décembre 2001, vol. n°45, no 4, p. 150‑163.

11 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les Vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Aubier, 2014 [1e édition : Carlo Ginzburg, Il Formaggio e i vermi : il cosmo di un mugnaio del’500, Turin, G. Einaudi, 1976]

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

Classes préparatoires, de Muriel Darmon

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteurs du billet: Yannis Aoustin, Harold Astre, Julia Cuvilliez, Laure Fallou, Mélissa Fletgen, Louis Gabrysiak, Chloé Lemeur, Fabrizio Li Vigni, Olga Nikolaeva, Cécilia Varela, Edwin Yahiaoui.

Master Sociologie, EHESS, Paris.

****************************************************************************

Muriel Darmon est une ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, sociologue et directrice de recherche au CNRS dans le Centre européen de sociologie et de science politique. Elle travaille sur les thèmes de la socialisation, la sociologie de la jeunesse, la sociologie du corps et de la santé, etc. En 2003, elle publie notamment Devenir anorexique aux Editions La Découverte. Dans cet ouvrage, elle adopte une approche originale de la socialisation en étudiant à la fois le travail de soi des anorexiques, et ce que leur fait l’institution psychiatrique. C’est une démarche semblable que Muriel Darmon adopte dans son ouvrage Les classes préparatoires : fabrique d’une jeunesse dominante, paru en août 2013 aux Editions La Découverte, et que nous avons commenté.

L’ouvrage de Muriel Darmon présente le résultat d’une longue enquête de deux ans menée dans les classes préparatoires scientifiques et économiques d’un lycée français choisi parce qu’il occupe une « place intermédiaire » dans la hiérarchie symbolique des classes préparatoires, entre les « grands lycées parisiens » et les « petites prépas de provinces » (p.17). Au choix d’un lieu unique répond, sur le plan méthodologique, la variété des modalités d’enquête, menée à la fois par observation non participante (en classe, lors des colles, etc…) et par entretiens (une centaine) avec les élèves, les enseignant-es et les personnels administratifs de l’établissement.

L’objectif de cette méthode d’enquête était, comme le dit l’auteure, de s’installer « au cœur de la prépa pour en apprécier les effets sur ses membres » (p.16), d’observer de l’intérieur « les processus de la socialisation institutionnelle préparatoire » (p.16). Cette méthode présente comme premier intérêt de distinguer nettement le discours sociologique de l’ensemble abondant des discours et représentations de la « prépa » qui circulent dans l’espace public et particulièrement médiatique, ensemble de « légendes dorées, noires et urbaines » (p.7) émanant de divers acteurs et actrices, dont les élèves et anciens élèves des classes préparatoires.

A cette abondance de discours activant des lieux communs contradictoires (de la prépa comme lieu de souffrances et de formatage intellectuel à la prépa comme éden méritocratique et lieu d’éveil à la singularité intellectuelle) s’oppose la rareté des travaux sociologiques depuis ceux, fondateurs, de Pierre Bourdieu et Monique de Saint-Martin.[1]

Concernant les origines sociales des étudiant-es des classes préparatoires, malgré l’accroissement significatif du nombre de classes préparatoires et d’élèves les intégrant, plus de la moitié d’entre eux/elles sont issu-es de milieux sociaux supérieurs économiquement et culturellement, entérinant la sélectivité et l’élitisme social des classes préparatoires. Il ne s’agit donc plus uniquement d’interroger les classes préparatoires à partir de l’origine et de la destination sociale de leurs élèves mais à partir du devenir, c’est-à-dire de la formation et des transformations de ces derniers pendant le temps même de la vie préparatoire. On peut reformuler ainsi les questions que pose l’introduction de l’ouvrage de Muriel Darmon : quel type particulier de personnes l’institution préparatoire fabrique-t-elle ? Quels habitus s’y forment ? Quelles dispositions spécifiques, notamment dans le rapport au temps et au travail y sont incorporées ?

 

L’ouvrage déploie donc une analyse de la classe préparatoire comme « appareil à former et à transformer les individus » (p.20), en la présentant comme une « institution enveloppante », dispositif puissant mais non totalitaire, fortement individualisant (chapitre I), notamment caractérisé par sa capacité à la mise au travail des individus et par les effets, dans le rapport à la gestion du temps et aux savoirs (chapitre III et IV) qu’il produit. L’objectif de l’ouvrage, tel qu’il est reformulé à la fin de l’introduction, est d’examiner une « jeunesse dominante » (p.22), dans la manière dont elle est mise au travail par l’institution, travaillée (« forgée, formée et transformée », p.22) par elle tout en la modifiant en retour. Se dessine alors les contours d’une jeunesse privilégiée et “socialement triée”, mais ne correspondant plus à l’image de la jeunesse bourgeoise caractérisée par le « loisir » en opposition au « travail » d’une jeunesse populaire et démunie. Il semble que l’ouvrage engage donc une redéfinition et une actualisation de la manière dont sont produit-e-s ou fabriqué-e-s par l’institution scolaire les dominant-es.

Dans son premier chapitre intitulé « Une institution non totalitaire, une violence retenue », Muriel Darmon montre que la classe préparatoire est une institution puissante. Il y a une retenue politique de la violence, notamment dans les processus de sélection. La violence est atténuée par un « ethos enseignant de la retenue », elle est renvoyée au passé, aux vieilles classes prépas. La question de la violence est un enjeu de définition des classes prépas, dans l’image qu’elles souhaitent donner d’elles-mêmes. Il s’agit de faire disparaître les représentations négatives qui y sont associées, pour attirer le plus grand nombre de candidatures et ne pas faire peur aux lycéens. Ne pas faire peur donc, mais également ne pas exclure une fois l’année commencée. L’institution préparatoire travaille sur la vie des étudiants, en leur faisant intérioriser un ensemble de techniques de gestion de soi. La classe préparatoire se définit donc par un double rejet, ce n’est ni une institution totalitaire ni une institution en déclin. Voilà pourquoi la notion d’institution enveloppante est plus adaptée.

La vie clandestine est un mode d’adaptation des élèves de classes préparatoires parallèle à celui imposé par l’institution elle-même (chapitre II). Ce dernier est comparé à l’adaptation primaire, selon l’analyse de Goffman qui propose alors de regarder la vie clandestine en tant que l’adaptation secondaire, sous la forme des pratiques au sein de l’institution, en dessous des pratiques officielles. Dans le cadre de cette adaptation secondaire, les élèves développent leur vie souterraine sous trois formes : des techniques de fraude, des techniques d’évasion et des pratiques d’ « insubordination rituelle ». La vie clandestine s’articule aussi autour des pratiques à côté de la vie institutionnelle : activités du week-end, vacances scolaires. La vie clandestine est ainsi un moyen d’échapper à la pression de la vie au sein de la classe préparatoire. Dans cette optique, la vie amoureuse se présente aussi comme une forme d’articulation de la disposition des élèves par rapport à l’institution. Cette vie amoureuse peut être considérée comme « pratique impossible », les étudiants choisissent de ne pas avoir de relations ou rompent avec leurs relations existantes. Mais elle est pour d’autres « vie amoureuse souterraine », comme moyen de garder le contrôle sur sa vie, de se montrer autonome par rapport à l’institution.

La gestion du temps apparaît durant l’enquête comme un facteur déterminant dans la réussite des élèves (chapitre III). Cette gestion du temps traduit une continuité entre la socialisation primaire véhiculée au sein de leur sphère privée, et la socialisation secondaire intégrée durant la prépa. L’enquête a ainsi démontré que la maîtrise du temps est en règle générale l’apanage des élèves dont les capitaux sont les plus conséquents. Muriel Darmon établit une comparaison avec le système universitaire au sein duquel l’usage du temps serait en quelque sorte plus libre. Nous pouvons de ce fait considérer que devenir « un maître du temps » est une des étapes du processus de fabrication d’une jeunesse dominante.

Dans le 4e chapitre intitulé « Les recettes et la science », Muriel Darmon met à jour une contradiction au sein même du contenu de l’enseignement des classes prépas. Deux dispositions d’apparence incompatibles y sont transmises aux élèves : la première est pragmatique, elle consiste en un ensemble de recettes supposées permettre de réussir les concours des « grandes écoles ». La seconde est scientifique : la classe prépa, à travers ses professeurs, transmet aux élèves un corps de connaissances qui valent en soi. Cette seconde disposition, si elle est intégrée, offre à l’élève la possibilité d’une plus grande capacité d’abstraction du monde qui l’entoure, développant par ailleurs son esprit critique. Cette contradiction suscite chez les élèves deux formes de critique du système dans lequel ils évoluent : certains vont rejeter la visée utilitariste du savoir quand d’autres se plaindront du trop faible intérêt de ce qui leur est enseigné dans l’optique de la réussite au concours.

Le dernier chapitre, « ’’Faire’’ scientifique, ’’faire’’ commercial », vise à déconstruire une dernière idée reçue sur les classes préparatoires, celle de l’identité commune des prépas. Muriel Darmon analyse notamment les différences entre les prépas scientifiques et les prépas économiques. La différence la plus visible concerne le « travail sur soi » que les professeurs des prépas économiques poursuivent et qui se focalise sur l’apparence physique et sur l’hexis corporelle. Les professeurs apprennent aux élèves à faire leurs nœuds de cravate, à bien choisir leur costume, à s’asseoir correctement, à simuler une apparence décontractée, à éviter certains gestes des mains, à maintenir un juste équilibre des sourires, et ainsi de suite. Ce qui varie, de façon importante, est principalement l’extension de la transformation, celle des prépas scientifiques étant plus scolaire et intellectuelle, alors que celle des prépas économiques se concentre davantage sur une mutation profonde de la personne. Muriel Darmon conclut son livre en se demandant si à ces deux cultures scolaires différentes correspondent ou non une différence de classes sociales d’origine et d’arrivées des étudiants.

Pour finir, l’auteure revient sur cinq idées reçues quant à la classe préparatoire, pour les infirmer. Ce n’est pas une institution totale, on n’y met pas entièrement « sa vie entre parenthèses », tout le monde n’est pas « logé à la même enseigne du stress permanent » (p. 304). Elle ne se résume pas à un simple «bourrage de crâne » quant à l’enseignement qu’elle dispense. Enfin, elle ne constitue pas un univers académique coupé de toute réalité quant au marché du travail, et la question de l’avenir professionnel des élèves est très présente lors de leur scolarité. L’analyse du dispositif préparatoire a montré qu’il se déploie dès la sélection des entrants, en sélectionnant rigoureusement les élèves selon leurs dispositions déjà acquises, puis par la mise au travail, la mise sous pression. La violence du dispositif est néanmoins retenue, par les définitions actuelles de la prépa ainsi que par les dispositions des membres de l’institution. Lorsqu’on regarde la socialisation en train de se faire, on voit que la socialisation préparatoire rencontre des individus déjà socialisés, et porteurs de rapports différents à l’avenir. Ces socialisations s’interpénètrent, c’est ce dont a voulu rendre compte cette recherche. Le dernier point est un élargissement de l’étude. La socialisation préparatoire est « un processus de fabrication, voire de reproduction des jeunesses dominantes » (p. 308), en ce qu’elle les prépare à l’urgence, à la responsabilité, mais aussi à la soumission au contrôle des connaissances et des activités.

 

Suite à la présentation de l’auteure et du livre, nous avons posé plusieurs questions à Muriel Darmon, que nous avons regroupées en plusieurs points :

  • Pour commencer, nous avons voulu revenir sur quelques points méthodologiques. La première question que nous nous sommes posée est celle de la mise à distance de l’objet d’étude : comment fait-on pour enquêter en classe prépa en tant qu’ancienne élève ? Cette distance est ici à mettre également en parallèle avec la difficulté d’accès au terrain que l’auteure met en perspective dans l’introduction et aux injonctions de ne pas rendre un travail trop “négatif” vis-à-vis de l’administration du lycée. Par ailleurs, nous nous sommes posé la question du choix des élèves interrogés en entretiens. Nous aurions voulu savoir comment très concrètement l’auteur a présenté la recherche aux élèves et sélectionné ceux avec qui elle a réalisé des entretiens. Était-ce sur une base de volontariat ? Dans ce cas, comment peut-on analyser les biais que cela crée (puisque c’est probablement une perte de temps pour les élèves). N’existait-il pas des leaders d’opinion qui risquaient d’influencer les réponses des élèves ? En ce qui concerne le choix de ne pas traiter des classes prépas littéraires, nous comprenons les raisons qui le justifient, mais nous avons regretté en revanche qu’il n’y ait pas plus de comparaisons effectuées entre les classes scientifiques et économiques. Par exemple, il aurait pu être intéressant de traiter de la question des mathématiques qui sont la seule matière que les élèves de prépa scientifique et économique ont en commun. On aurait ainsi pu regarder comment se faisait l’apprentissage de cette matière dans les différentes sections. D’autant plus qu’il s’agit d’une matière assez importante dans les deux sections. En outre, dans une perspective d’étude de la socialisation, on aurait aimé avoir un aperçu de l’après-prépa : nous aurions aimé savoir si l’auteur avait des éléments de réponse pour nous parler des effets de cette socialisation sur l’après-prépa, que ce soit dans le monde du travail comme elle l’évoque quelque peu, mais aussi sur la vie étudiante post-prépa et sur le reste de la vie d’adulte des anciens préparationnaires. Est-ce une piste de recherche envisagée dans le futur ? Par ailleurs, le livre de Muriel Darmon, en n’étudiant qu’un lycée, pose peut-être les limites de la monographie. Il aurait été ainsi intéressant de comparer plusieurs classes préparatoires. A ce sujet, nous avons fait part de notre réserve sur la généralisation effectuée dans le titre du livre : «  classes préparatoires » au pluriel, fabrique singulière (« la ») d’ « une » jeunesse dominante regroupée, titre en décalage avec la méthode de la monographie. Nous avons aussi regretté l’absence de statistiques plus complètes ou plus systématiques pour l’analyse des élèves, de leurs origines, de leurs résultats, etc.

 

  • Une autre piste de discussion que nous avons voulu évoquer avec l’auteure est celle de la réception médiatique du livre. En effet, étant donné la proximité du sujet avec des débats de société sur l’école, et en particulier ces derniers jours avec le débat sur la rémunération des professeurs de classes préparatoires, Muriel Darmon a été à plusieurs reprises sollicitée pour des interviews, des articles de presse, et même des conférences dans des écoles… Comment a-t-elle géré cette forte reprise médiatique, comment essaye-t-elle de montrer que son livre n’est pas forcément une justification des classes préparatoires (par exemple, par rapport à l’université), mais bien une approche sociologique, de l’extérieur, d’un objet mis à distance ? Quelle a été, aussi, la réaction des élèves de classes préparatoires lorsqu’elle y est allée pour présenter son analyse ?

 

  • Par ailleurs, l’objet d’étude que sont les classes préparatoires, ainsi que par le peu de références universitaires mises en avant, et une théorisation volontairement faible font du livre un livre assez accessible au grand public, et nous nous sommes interrogés sur le choix du titre : “la fabrique d’une jeunesse dominante”. L’utilisation du terme “dominante” n’est pas neutre… et pourtant il nous a semblé que Muriel Darmon revenait peu sur le choix de l’adjectif : cette jeunesse est-elle dominante car elle a la maîtrise du temps ? Le thème et la critique de la domination interviennent principalement dans la conclusion, qui est aussi la partie où elle élargit son propos à la structure sociale. Pourquoi attendre la conclusion pour faire le lien avec le titre ? Pourquoi mettre le thème de la fabrique de la domination en avant s’il n’intervient que dans les remarques conclusives ? Quelle distance prend-elle avec les théories bourdieusiennes de la reproduction ? Le choix du titre nous a interpellés et nous nous sommes demandé pour qui l’auteure avait écrit ce livre. Il y a en effet un décalage entre le côté grand public du livre, et en même temps le fait que les discussions autour des thèses de Foucault et Goffman sur l’institution, ou encore celles de Becker et Merton sur la socialisation, soient particulièrement fertiles, et que Muriel Darmon déclare dès l’introduction qu’elle ne cherchait à faire ni la critique, ni la célébration des classes préparatoires. Enfin, toujours à propos de l’accueil médiatique du livre, il faut noter la parution de plusieurs autres ouvrages liés aux classes préparatoires ces derniers mois. A ce titre, on peut penser au livre de Carole Daverne et Yves Dutercq, Les bons élèves[2], dont les auteurs interrogent élèves et professeurs de plusieurs classes préparatoires ; on peut penser aussi à l’article de Marie Duru-Bellat, Faut-il réformer les classes préparatoires ? Une dualité difficile à défendre[3], ou encore à la thèse de Jacques-Benoît Rauscher,  Les professeurs de Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles : une élite au service des élites ?[4] qui s’intéresse, de manière complémentaire à l’approche de Muriel Darmon, principalement aux professeurs des classes préparatoires et non plus aux élèves. Quelle est la place de son analyse au sein de ce champ fourni ? Comment son approche s’insère-t-elle parmi celles d’autres auteurs ? Et quelle suite cette publication fait-elle à son HDR ?

 

  • Nos dernières critiques étaient plus théoriques. Pour commencer, nous souhaitions remarquer que l’auteure ne traitait pas vraiment, dans son ouvrage, de la question des rapports de genre et de son lien avec la domination. Pourtant, nous avons remarqué par exemple que les filles sont plus présentes  dans les exemples sur la vie amoureuse, ou sur les représailles des professeurs (lorsqu’une élève mâche un chewing-gum par exemple), quand la plupart des exemples de maîtres de temps sont des garçons. Du coup, on ne sait pas si l’auteure a choisi ces extraits parce qu’ils étaient plus intéressants, qu’il y avait plus de matière, ou si cela montre réellement que les garçons ont un rapport plus dominant au temps que les filles. Pourquoi Muriel Darmon n’a-t-elle donc pas utilisé cette catégorie du genre dans son analyse, quand il nous a semblé qu’il y avait pourtant matière à dire ?

 

  • L’enseignement secondaire ne fait pas non plus l’objet d’investigations fournies. Or il apparaît qu’il s’agit d’un élément important pour comprendre la fabrication des attitudes et des façons d’être de ces étudiants. L’analyse fait « comme si » le secondaire n’avait pas existé avant la prépa, exactement comme le fait l’institution préparatoire. Il aurait probablement été intéressant d’interroger les lycées d’origine des élèves pour expliciter la formation des groupes au sein de l’institution.

 

  • Par ailleurs, si l’auteur interroge le rapport qu’ont les élèves au temps, elle n’aborde pas du tout leur lien avec l’espace. L’institution préparatoire, en tant qu’elle prend place dans un lycée intégrant d’autres élèves du secondaire, doit pourtant fabriquer la domination d’un point de vue spatial. Quels sont les lieux qui permettent de créer la domination et de devenir maîtres du temps ? Temps et espace sont étroitement liés, la proximité du lieu de vie avec le lycée, les « passe droits » au sein du lycée permettant aux étudiants de s’imposer comme dominants mériteraient probablement d’être analysés d’un point de vue sociologique, afin de saisir comment se crée un « espace-temps » propice à mettre en œuvre les attentes de l’institution…

 

  • « L’en-dehors » de la classe préparatoire semble également ne pas être spécifiquement analysé dans cet ouvrage, mettant de côté tout ce qui se passe hors-les-murs du lycée. Les pratiques festives de ces étudiants, les pratiques de convivialité, les phases de retour au domicile familial, la participation ou non à des rallyes, les loisirs extra-scolaires sont pourtant au cœur du processus de domination. Ils permettent de mieux comprendre les trajectoires des étudiants au sein de l’institution, la formation des groupes. Plus largement, les temporalités du travail et du loisir font l’objet d’une alternance intéressante pour expliciter le phénomène de « quête de l’excitation » (Norbert Elias, « The Quest for Excitment : Sport and Leizure in the Civilizing Process »[5]), le relâchement nécessaire au travail acharné de ces élèves qui se construisent comme dominants tant dans la classe prépa qu’en dehors.

De plus, les interactions entre les élèves ont été mises de côté au profit de l’étude des relations plus « institutionnelles » (prof-enseignant) : pourtant ces interactions participent également du processus de domination et mettent en lumière les affinités, les accointances, les échanges qui permettent à certains groupes de s’affirmer, reléguant de fait les autres au statut de « dominés parmi les dominants » (Pierre Bourdieu, Le sens pratique[6]).

 

  • Enfin, le concept de domination a été pris en tant que tel sans pour autant interroger sa définition et ses fondements. L’analyse de Pierre Bourdieu de ce thème permet pourtant de mettre en lumière une distinction entre la domination en tant que volonté et la volonté en tant qu’effet sur la structure sociale – ce que ce dernier résumait au travers des concepts de dispositions, positions, prises de position (La noblesse d’État). Nous avons donc demandé à Muriel Darmon si elle pouvait nous éclairer sur ce point et nous indiquer si cette distinction lui semblait pertinente pour mieux comprendre la formation de la domination en tant qu’effet. Les prises de position, volontairement et explicitement dominantes de certains étudiants ne participent-elles pas de la fabrication des « élites » de la prépa (ceux qui se dirigent vers la classe étoile) ?

 


[1] BOURDIEU P., DE SAINT MARTIN Monique, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989.

[2] DAVERNE C. & DUTERCQ Y Les bons élèves. Expériences et cadres de formation, PUF, 2013

[3] DURU-BELLAT M., « Faut-il réformer les classes préparatoires ? Une dualité difficile à défendre », Les Cahiers français, n° 376, septembre-octobre 2013 – pp. 73-82

[4] Thèse soutenue à l’institut d’étude politique de Paris en 2010 (sous la direction de Agnès Henriot-Van Zanten).

[5] ELIAS N., and DUNNING E. The Quest for Excitement: Sport and Leisure in the Civilizing Process. Oxford, Basil Blackwell, 1986. 313 pp.

[6] BOURDIEU P., Le Sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun »,‎ 1980, 475 p.

Le travail pornographique, de Mathieu Trachman

 

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteurs du billet: Marine Quennehen et Sabine Pakora.

Master Sociologie, EHESS, Paris.

****************************************************************************

Le parcours de l’auteur

 

Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, est un ouvrage paru en janvier 2013, issu de la thèse de Mathieu Trachman, soutenue en 2011 et intitulée : « Des hétérosexuels professionnels. Genre, sexualité et division du travail dans la pornographie française (1975-2010) » Mathieu Trachman a suivi le master de sociologie de l’EHESS dans la spécialité Genre, politique et sexualité. Sa thèse a été dirigée par Éric Fassin au sein de l’IRIS  et a bénéficié d’une allocation de recherche de l’Institut Émilie du Châtelet

Il est aujourd’hui chargé de recherche à l’INED. Mathieu Trachman anime cette année avec Manuela Salcedo un séminaire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, intitulé : « Sociologie du désir : genre, marché, politique ». Il est membre du conseil de rédaction  de la revue  “Genre, sexualité et société” et l’un des rédacteurs en chef de la “La vie des Idées“.

 

Méthodes employées dans l’ouvrage

L’ouvrage est novateur en ce que l’auteur articule différents champs de la  sociologies dans son analyse sur le travail pornographique : il croise une sociologie de la sexualité et du genre et la sociologie du travail. Cette approche croisée est particulièrement éclairante et fait de la pornographie un objet sociologique et scientifique au même titre que les autres. Nous pouvons observer une diversité des méthodes :

  • dépouillement d’archives (lois de l’assemblée nationale, archives du Film français, travail sur les dossiers de classification du Centre national de la cinématographie)
  • consultation de différents supports (magazines Hot Video et Chobix, visionnage des films pornographiques les plus connus)
  • entretiens avec différents professionnels du monde pornographique (producteurs, réalisateurs, acteurs et actrices, éclairagistes, etc…)
  • observation de scènes de tournages pornographiques (dont une semaine d’observation participante sur un tournage en Espagne, en tant qu’éclairagiste, et  au sein duquel il a aussi participé à la rédaction du scénario)

L’auteur est parvenu à saisir les frontières de ce marché et à décrire le fonctionnement de cette profession, par un travail d’objectivation. Cette démarche lui a permis de ne pas circoncrire cet objet et de l’appréhender sociologiquement en tenant compte du point de vue et du discours des professionnels. Le dévoilement de cet objet d’étude est allé de pair avec une évolution de son statut sur le terrain.

L’ambiguïté de son identité sexuelle nourrie sur le terrain –  tantôt comme un homme dans une dimension hétéronormative, tantôt comme homosexuel – lui a permis d’objectiver la situation d’enquête, en utilisant les données sexuées et genrées comme des instruments de son investigation. « Cette équation prend ici la forme d’un gay travaillant sur des hétérosexuels, hommes et femmes » [P 15][1], lui permettant d’adopter une position d’extériorité vis-à-vis du travail pornographique, par l’utilisation de son orientation sexuelle comme nouveau moyen de médiation entre le sociologue et son sujet d’étude.

On peut apparenter cette approche à la standpoint theory qui a pour but d’objectiver les rapports entre enquêtés et enquêteurs et ainsi mieux situer et contextualiser la parole recueillie et celle que l’on produit.  « La connaissance progressive du monde de la pornographie acquise au cours de l’enquête [lui] a insensiblement fait passer de la position d’interlocuteur extérieur à celui du sociologue du monde de la pornographie » (P 284).

 

Retour sur l’histoire de la pornographie

En tant qu’héritier de la sociologie de l’École de Chicago, et des débuts de la sociologie du genre et de la sexualité, Mathieu Trachman a choisi d’axer son étude sur la dimension professionnelle et capitaliste de la pornographie. Il prend pour référence les travaux de Linda Williams, pionnière des Porn Studies, Viviana Zelitzer et Elizabeth Bernstein. Ainsi l’industrie pornographique est définie comme un « capitalisme fantasmatique », les fantasmes étant investis pour créer du profit. Son travail se  positionne dans la continuité des travaux de Gayle Rubin (principalement “Le marché aux femmes” et “Penser le sexe”).

Notre réflexion préparatoire commune a permis de dégager les axes d’interrogation suivants. Le premier axe est celui de l’intrication du marché des fantasmes et du contrôle de l’Etat, intrication qui détermine la place des acteurs de la profession. Le deuxième axe interroge le statut de la sexualité et des normes hétérosexuelles dans la pornographie à travers la question de l’hétéronormativité.

 

I. Le marché du fantasme

Analyse historique d’un traitement étatique qui a entraîné la ghettoïsation de la pornographie

Mathieu Trachman décrit le processus historique de ghettoïsation du commerce pornographique comme ayant eu lieu dans les années 70. C’est en effet en 1975 que la pornographie se voit, de fait, autorisée. D’abord d’une manière très libre, puis d’une façon bien plus encadrée avec la loi de finances de 1976, qui crée le classement X. En se basant sur les avis de la commission du CNC, chargée d’inscrire les films appropriés dans le classement X, il a cherché à saisir les changements d’attitude des pouvoirs publics dans leurs rapports à ce type de production. Au fil des années, l’ordre moral et censeur qui régissait la pornographie s’est déplacé vers un jugement plus esthétique et technique basé sur une meilleure connaissance de l’industrie.

Cette tendance qui n’a pas eu pour effet d’abolir l’action de ghettoïsation  de ce secteur,  a incité l’auteur à  reconsidérer  la pornographie non pas comme un objet circonscrit et isolé,  en marge de la société, mais recontextualisé dans un champs social et spatial  au même titre que d’autres faits sociaux.

 

Comment un marché s’est-il développé d’après des fantasmes et pour des fantasmes ?

Travailler les fantasmes requiert une organisation du travail, relevant d’un domaine d’expertise spécifique; la mise en image des fantasmes des spectateurs nécessite compétences et savoir-faire. Le monde de la pornographie est partagé entre des « dominants » et des « dominés ». Les uns, une élite appartenant au secteur rémunéré, accumulent des capitaux (l’auteur cite l’exemple de « Vidéo Marc Dorcel ») et forment un groupe professionnel intégré à un monde qu’ils contribuent à construire et dont la pornographie est leur métier principal. Les autres s’inscrivent dans  le secteur précaire de l’amateurisme. Il renvoie à l’activité réalisée pour le plaisir et considérée hors marché par les professionnels, ce qui n’empêche pas des enjeux financiers. C’est un type de production qui tente de valoriser « l’authenticité » des rapports sexuels. Enfin, il est caractérisé par la faible maîtrise des compétences engagées dans la production et par un manque de savoir-faire.

Mathieu Trachman réalise alors une analyse de la « construction du marché des fantasmes ». Les films pornographiques sont considérés comme un réservoir à fantasmes et mettent en scène leurs diversités et leurs évolutions. Ne voulant pas se poser en « entrepreneurs de morale », tout peut être représenté, même ce qui apparaît illégal ou illégitime, déresponsabilisant les pornographes. Toutefois, l’auteur rappelle que les fantasmes représentés sont exclusivement ceux des hommes hétérosexuels masculins, il existe donc des fantasmes plus légitimes que d’autres. De plus en plus, les pornographes mettent en scène des fantasmes spécifiques visant un public de plus en plus ciblé, jouant à subvertir les rapports de classe et de race. Le sociologue montre que le non sexuel participe de l’érotisation.

 

Quels salaires et quel fonctionnement économique du marché ?

La production pornographique est le fait de trois types de « professionnels » : les réalisateurs, que l’auteur appelle aussi pornographes, les acteurs et les actrices. Ces différents professionnels négocient, dans une logique qui est celle d’un marché du travail où s’échangent des corps contre une rémunération. Mais il y a plus que cela : il y aussi un enjeu supplémentaire puisqu’ils s’inscrivent également dans des marchés d’échanges symboliques, qui sont différents selon le statut et le genre. Notamment, les salaires des acteurs, fait assez rare sur le marché du travail, sont plus faibles que ceux des actrices, parce qu’ils n’ont pas les mêmes enjeux lors de la production des fantasmes.

Ainsi, les acteurs sont essentiellement considérés comme une force de travail, presque comme des outils puisque la compétence qui est requise d’eux est finalement leur capacité physique, leur capacité à rester en érection sur une longue durée pour assurer les prises de vue. Contrairement aux femmes, leur apparence physique et leur ancienneté ne sont pas déterminants dans leur choix par les pornographes, même si on comprend que les mêmes acteurs et réalisateurs ont tendance à travailler ensemble de façon récurrente. Pour les actrices, d’autres enjeux viennent se superposer à la relation d’emploi. Elles sont en effet une force de travail, mais elles sont également des produits pour les pornographes puisque c’est l’attrait principal du film pornographique. Ce produit est donc un investissement pour les réalisateurs qui prospectent pour trouver de nouveaux « talents », les mettent en scène et les font évoluer pour en faire ce que Mathieu Trachman nomme “leur catalogue”.

Le sociologue explique donc que les actrices sont un capital pour les réalisateurs, qui cherchent à accumuler de nouveaux produits, donc de nouvelles actrices. Innover sur le marché, pour un pornographe, c’est présenter de nouveaux visages, de nouveaux corps donc de nouveaux fantasmes. Les actrices sont donc prises dans ce marché des fantasmes, qu’elles renouvellent lorsqu’elles arrivent en tant que débutantes, mais aussi dans un marché de la sexualité puisque leur nouveauté est aussi signe de leur inexpérience. L’inexpérience, tare chez les acteurs, devient richesse pour les femmes, car elle constitue en soi un fantasme, en plus de l’attrait de la nouveauté. C’est là que se noue donc le jeu délicat de la négociation de la valeur, car les actrices, contrairement aux hommes pour lesquels le salaire est relativement faible, ont une valeur qui se renégocie en permanence.

Le paradoxe de la valeur de l’actrice pornographique, qui se concrétise donc en termes de rémunération, vient de sa double position d’employée et de produit : en tant que nouvelle, l’actrice a une valeur ajoutée, mais son inexpérience l’empêche d’avoir accès à sa valeur réelle. En tant qu’ancienne, elle est un visage connu, éventuellement une « star », elle a un éventail de pratiques plus complet donc plus cher payé, mais elle n’a plus l’attrait de la nouveauté.

Dans ce jeu de négociation, on comprend que les réalisateurs sont avantagés dans le rapport de force : ils profitent de l’inexpérience des nouvelles et se servent de ces « débutantes » pour introduire une concurrence face aux anciennes. C’est un effet assez classique dans le cadre d’un marché de travail opaque et aux frontières de la légalité que de procurer un avantage aux recruteurs. On peut alors se demander pour quelles raisons les actrices n’accèdent pas aux fonctions de réalisation.

 

II. La pornographie : entre intimité de la sexualité et économie, diversité des fantasmes et normes hétérosexuelles

Le paradoxe des actrices qui oscillent entre le statut de victime et une certaine capacité d’agir

Donner la parole aux acteurs du milieu pornographique leur permet de ne pas être perçus comme des victimes, mais comme des individus agissant, que nous associerons avec la notion d’empowerment. Nous définirons ce terme comme le processus par lequel une personne acquiert le sentiment qu’elle peut exercer un plus grand contrôle sur sa réalité par des actions concrètes dans des conditions de vie incapacitantes ; le résultat d’un tel processus est l’augmentation des sentiments d’estime de soi, d’efficacité, de contrôle ou de pouvoir sur le plan individuel, organisationnel et communautaire » [Chamberland, Lessard, 2003 : 282][2].

L’entrée dans la pornographie a souvent été perçue comme un non-choix  pour les femmes, et une extorsion de leur sexualité. Nous ne saurions nier que ce travail est « imbriqué dans des inégalités de genre » [P138], mais pas seulement; le percevoir comme tel serait gommer la diversité qui compose ce métier.

Il apparaît tout d’abord comme une possibilité d’autonomie à la fois professionnelle et sexuelle. Certaines actrices mettent en avant l’autonomie qu’elles ont pu acquérir en entrant dans la pornographie, développant ainsi des capacités telles que la gestion de leur image, le démarchage…qu’elles n’auraient pu mettre en avant dans un travail de caissière, vendeuse. Elles deviennent d’une certaine manière maitresses de leur carrière, choisissant avec qui tourner, à quel moment et pour combien de temps.

Mais cette idée du travail n’est qu’une vision partielle, elle est rapidement remise en question quand les logiques du marché poussent les actrices à accepter des contraintes à la fois financières et sexuelles. Une des formes de cette instrumentalisation se retrouve dans l’échange économico-sexuel, théorisé par Paola Tabet dans son ouvrage, la Grande Arnaque. À cette appropriation de la sexualité féminine, le script pornographique répond par une exigence forte à l’hétérosexualité pour les hommes : il s’agit de l’affirmer.

 

Capter le monde pour mieux créer une réalité : l’ambiguïté d’une réification de l’hétérosexualité à partir de la diversité des fantasmes.

Mathieu Trachman traite de la place de l’identité sexuelle (ou bien sa déclaration) dans le champ professionnel de la pornographie et la question qui se pose est de demander si le travail pornographique transforme les identités sexuelles des pornographes ?

La représentation publique de l’attitude hétérosexuelle de la pornographie (et des pornographes également) est une idéologie professionnelle, qui masque certaines tensions et contradictions que peuvent subir les pornographes. Il existe une cohérence entre l’identité sexuelle hétérosexuelle et l’identité professionnelle hétéronormative masculine. L’homosexualité masculine est proscrite du porno hétéro alors que le lesbianisme est  accepté, cette expérience ne remettant pas en cause l’hétérosexualité des femmes. Il n’en est pas de même des acteurs pour qui les rapports sexuels sont systématiquement problématiques.

Ce refus de l’homosexualité masculine ne signifie pas que les pratiques sexuelles entre hommes soient exclues du répertoire sexuel des pornographes. Elles ne sont pas spécifiques à la culture gay, mais elles sont reléguées dans les coulisses de l’hétérosexualité masculine. Le monde de la pornographie est donc l’exemple d’une gestion de désirs masculins dans laquelle le secret et la visibilité sont centraux. Le script pornographique constitue un rappel à l’ordre sexué.

La construction de l’hétérosexualité décide donc de ce que sont les fantasmes masculins et ceux qui ne le sont pas. Le travail pornographique prend la forme d’une circonscription des fantasmes hétérosexuels légitimes, et d’une mise à distance des fantasmes douteux. Et pour assurer cette distance, l’affirmation de la virilité est importante.

 

_________________________________________

Bibliographie

JOËL-LAUF.M La sexualité en prison de femmes, thèse sous la direction de Philippe Combessie. 2012

TABET.P La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme, 2004, 207 p.

 


[1] Référence à l’ouvrage lui-même

[2] In JOËL-LAUF.M La sexualité en prison de femmes, thèse sous la direction de Philippe Combessie. 2012

 

La Mystique de la croissance : comment s’en libérer ?, de Dominique Méda

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteurs du billet: Medhi Arfaoui, Annabelle Bonnet, Emeline Derrian, Sara Moscardini, Stéphanie Perrin, Virginia  antilli, Noémie Vergier, Elodie Voisin.

Master Sociologie, EHESS, Paris.

****************************************************************************

I) Dominique Méda : une auteure interdisciplinaire et engagée

Dominique Méda, normalienne, agrégée en philosophie a débuté sa carrière à l’Inspection Générale des Affaires Sociales et est devenue responsable de la Mission Animation de la Recherche à la DARES. Elle est actuellement professeure de sociologie à Paris Dauphine et chercheuse à l’Irisso (Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales) de même que Titulaire de la chaire «Reconversion écologique, travail, emploi, Politiques sociales » au collège d’études mondiales (FMSH).

Ses principaux domaines de recherche sont le travail et la place de ce dernier dans la société, les politiques sociales, les indicateurs de richesse et les femmes notamment en relation à la sphère professionnelle. Sa publication en 1995 de l’ouvrage Le travail. Une valeur en voie de disparition ?, traite de ces sujets.

En 1999, Méda publie Qu’est-ce que la richesse ?, une analyse très critique de la définition du concept de richesse dans nos sociétés, et des outils de mesure utilisés. Dix ans plus tard, en 2008, elle revient sur le thème des indicateurs de richesse dans Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse. Quelques années auparavant, elle avait effectué avec Alain Lefebvre des comparaisons entre les modèles sociaux en Europe, afin de mettre en perspective les dysfonctionnements du modèle français dans Faut-il brûler le modèle social français ? (publié en 2006).

Elle a également travaillé tout au long de sa carrière sur les questions d’égalité hommes/femmes au travail en publiant, en 2001, Le Temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles de même qu’en participant au Rapport en 2005 intitulé Les inégalités entre les femmes et les hommes : les facteurs de précarité.

Enfin avec les ouvrages collectifs Redéfinir la prospérité et Les chemins de la transition de 2011, Méda entame une réflexion sur une économie de la qualité, une prospérité sans croissance et une nouvelle définition et répartition des richesses. Au-delà de ses publications, Dominique Méda a été l’un des membres fondateurs du Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesse (FAIR). Enfin depuis la fin du mois de novembre 2013, elle a choisi de s’investir dans un nouveau courant politique : « Nouvelle Donne ».

 

II) La mystique de la croissance : un manifeste politique ?

Dans cet ouvrage, l’auteure entame son analyse par la description de la crise sociale, économique et écologique que notre société traverse. L’auteure souligne comment l’Occident est sorti de la croissance, même si elle est toujours présente dans les discours. Dans les faits, les taux de croissance européens sont extrêmement faibles sinon négatifs. La mystique de la croissance, ou en d’autres termes le paradigme de la croissance, imprègne toujours nos sociétés. Il est temps selon Méda d’aller vers un nouveau paradigme.

Ainsi Dominique Méda déconstruit cette équation entre bonheur, croissance et plein emploi pour soutenir une économie qui intègre la justice sociale et permet la reconversion écologique. La Mystique de la croissance n’est donc pas un ouvrage de sociologie au sens classique du terme, avec un terrain et une méthode d’enquête, ni un travail philosophique. Mais il s’apparenterait plutôt à une forme de manifeste politique.

Ce livre se partage en trois parties, presque sous la forme d’un programme ou d’un plan d’action.

A) Première partie : “Comprendre”

Dans “Comprendre”, Méda dresse un portrait volontairement alarmant des problèmes environnementaux : la diminution des gisements de ressources naturelles, la disparition des énergies fossiles, la pollution, la bio-diversité en danger. La logique de « croissance » en serait à l’origine.

Puis, Méda cherche les raisons culturelles et sociales pour lesquelles nos sociétés se structurent, depuis le XVIIIè siècle, autour de la notion de « production ». Elle insiste tout d’abord sur l’instauration d’un rapport de domination et d’exploitation entre l’Homme et la Nature, qui distingue ces deux entités. Elle explique ensuite comment cette vision aurait été renforcée au XVIIIè siècle, avec la naissance de l’économie comme discipline, pour des raisons de cohésion sociale dans une société qui connaît de profondes transformations. La « production» aurait été perçue comme source du lien social, qui rend les individus dépendants les uns des autres à travers l’échange. L’augmentation incessante de la production est même devenue la condition sine qua non du maintien de l’ordre social.

La notion de « croissance » aurait été progressivement assimilée à celle de « progrès » puis à celle de « bien-être » pour la société. Elle aurait été pensée comme la garante de l’amélioration des conditions de vie, et ce jusque dans les années 1970. Enfin, selon l’auteure, les sciences humaines et sociales également auraient participé à accentuer cette croyance. Elles se seraient focalisées sur la production et sur les relations humaines, sans prendre en compte la nature et son rapport à elle et auraient ainsi contribué à l’oubli de son existence concrète.

De ce postulat, l’auteure explique que la croissance économique aurait été maximisée à outrance, devenant presque le critère de santé d’un État.

L’auteure termine justement sur le mode de calcul de la croissance dans nos sociétés, à travers une analyse de son indicateur majeur, le Produit Intérieur Brut. La comptabilité nationale est censée décrire la réalité de manière objective et scientifique, mais il s’agit d’une illusion : elle n’est pas une description neutre de la réalité, mais une construction à visée performative, destinée à orienter les actions et produire des effets dans une logique de « croissance ». C’est le produit d’une convention. Le PIB est un indicateur qui mesure un flux, l’ensemble des valeurs ajoutées. Mais l’indicateur exclut beaucoup d’activités, toutes celles qui ne sont pas rémunérées (temps de travail domestique, temps familial, bénévolat, loisir). Ensuite parce qu’il ne donne aucune vision de la répartition de cette richesse et qu’il ne fait aucune distinction entre ce qui est utile et inutile. Enfin parce que sur la manière d’établir un compte de résultat ne montre pas l’amoindrissement ou l’augmentation des stocks du « patrimoine naturel ». Ainsi l’utilisation du PIB aurait largement participé de cette confusion entre « croissance » et « progrès ».

B) Deuxième Partie : “Changer”

Dans cette partie, l’auteure se situe dans l’urgence de trouver une réponse pour sortir collectivement de cette impasse à la fois écologique, économique et sociale. Les solutions proposées consisteraient en l’élaboration d’une nouvelle grammaire pour orienter les nouveaux moyens de production et de consommation.

Ainsi, Méda rappelle que la nature ne pourrait plus subvenir à nos excès de consommation utilitaristes et positivistes, mal redistribués entre Nord et Sud, et généralement à notre vision anthropocentrique et capitaliste de la nature comme sujet à exploiter et à dominer envers laquelle nous n’avons aucun devoir mais uniquement des droits.

La question de la transmission d’un « patrimoine naturel » aux générations futures constituerait pour Méda un nouvel enjeu. Elle invite à reformuler l’idée de « patrimoine social » en y incluant une réflexion sur la justice sociale.

Premièrement, la notion de “capital naturel” devrait être remplacée par l’idée de patrimoine présentant la nature plutôt comme un bien commun à défendre sans attendre. Il faudrait se soucier aussi des composantes sociales et économiques qui constituent notre société. En définitive, on devrait penser la nature dans son ensemble, ses stocks, ses ressources naturelles renouvelables et non renouvelables tout en considérant les facteurs qui déclenchent sa dégradation ou son amélioration.

L’auteure soutient l’idée des indicateurs uniques divisés en sous-parties pour les facteurs les plus précieux et difficiles à évaluer : le travail humain et la sauvegarde de la planète. Il faudrait abandonner le PIB pour développer d’autres indicateurs qui représentent une réalité sociale plus complexe et multiple, comme l’indicateur synthétique de progrès qualitatif (IPQ).

Méda affirme que la crise économique du 2008 aurait complètement occulté la crise écologique sur laquelle des efforts internationaux étaient en train de se mobiliser. Notamment de nouveaux modes de productions comme la réduction de gaz à effet serre, la limitation de la pollution des eaux, des sols, le respect de la biodiversité et de nouveaux termes étaient progressivement élaborés comme « croissance verte » et « emploi vert ». Par conséquent, elle invite à trouver des solutions conjointes aux crises économiques et écologiques considérant tout d’abord la réalité physique de la nature.

Pour éviter que la sortie de la mystique de la croissance produise un chômage de masse, Méda propose préalablement le changement de notre conception de la croissance et de la consommation, donc un changement qui devrait déboucher de façon plus concrète sur la modification de nos habitudes : augmentation de l’agriculture biologique, modification de nos façons de construire, de nous déplacer, et surtout un renversement du paradigme de la quantité par celui de la « qualité » et de la « durabilité ».

C) Troisième partie : “Mettre en œuvre”

Selon l’auteure, il faudrait en tout premier lieu mettre la production au pas des critères politiques et éthiques. Des règles collectives de gestion des biens communs seraient à définir aux échelles mondiales, nationales et locales pour préserver la nature. Il faudrait sortir la production et la nature de la sphère privée. Du fait des contradictions (apparentes) entre question sociale et environnementale, il est difficile de défendre ouvertement un processus de réglementation politique et éthique de la production. Au début de la crise financière de 2008 aurait existé une volonté populaire et institutionnelle de moraliser la finance. Mais la crise se prolongeant et entraînant des politiques d’austérité, les questions sociales et écologiques se retrouveraient à nouveau en contradiction.

Afin de casser cette fausse contradiction il faudrait remettre en cause l’idée que croissance est synonyme d’emploi. Selon l’auteure on pourrait créer de l’emploi sans croissance grâce à la diminution de la durée du travail, et / ou diminution de la productivité en augmentant la qualité (environnementale et sociale) de la production. Toutefois, postule Méda, une politique de réduction de la productivité, et donc de la compétitivité, nécessiterait une régulation de la mondialisation. L’interdiction des paradis fiscaux, et l’obligation des banques à séparer leur activité de crédit de la spéculation seraient des exemples en ce sens.

Nous avons alors besoin d’un changement de paradigme : l’emploi ne devrait plus être considéré comme une variable d’ajustement dans l’objectif d’une production maximale, mais comme le moyen de répondre aux besoins essentiels et définis collectivement. L’auteure placerait la Communauté Européenne au premier rang des institutions qui pourraient effectuer et planifier cette transition en s’appuyant sur une « transition juste » socialement ressentie comme telle (ce à quoi l’écotaxe est un parfait contre-exemple).

De même, la recherche d’une relative autosuffisance économique serait indispensable, comme des accords internationaux sur les normes sociales et environnementales. Toutefois la régulation mondiale des quotas des gaz à effet de serre poserait le problème de la justice Nord/Sud et nécessiterait une importante redistribution des richesses globales.

Cette transition demanderait donc de grandes innovations sur le plan institutionnel, allant à l’encontre des intérêts politiques et économiques en place. Selon l’auteure, une forte activité démocratique, ainsi que la repolitisation du travail, de la production et de la consommation impliqueraient une attitude de gestion et de soin des ressources (humaines et naturelles) plutôt qu’une attitude d’exploitation. Ce qui conduirait à revaloriser certaines activités selon un nouvel indicateur de progrès seront les activités non-marchandes (éducation, soin, relationnel…), d’auto-production, voire les activités personnelles.

Pour cela, il faudrait convaincre que le dépassement du paradigme de la croissance est une opportunité. Une redistribution des richesses serait indispensable. Par ailleurs, ce changement ne serait possible que si l’on substituerait l’acte de consommation par une participation accrue à l’activité politique collective, et par l’autoproduction. C’est d’ailleurs la création de l’identité individuelle autour de l’acte de consommation qui poserait le plus de problèmes dans le changement de mentalité.

 

III) Conclusions et questions restées ouvertes

Peut-on parler de manifeste politique ? Dominique Méda ne le confirme pas. Elle explicite une stratégie communicative et pédagogique qui justifierait la forme de son ouvrage. Ce livre s’adresserait autant aux citoyens qu’aux décideurs. Elle ne veut pas non plus s’adresser aux lecteurs déjà convaincus de la nécessité d’abandonner le paradigme de la croissance et du capitalisme. D’où par exemple son refus de l’utilisation du mot de « décroissance ». Toutefois, cette stratégie nous interroge sur la véritable sortie du paradigme de la croissance ou tout du moins du capitalisme par Méda elle-même, puisque les concepts de « travailleurs », «consommateurs », « investissement » ou « capitaux » seraient tout aussi présents dans les maux qu’elle décrit que dans les solutions. Or un changement de paradigme, au sens de Kuhn, est un changement radical qui voit un renouvellement du vocabulaire et des acteurs. On peut toujours se demander si ce n’est pas au contraire une rupture complète qui permettra de prendre conscience de l’opportunité que pourrait représenter un changement de modèle de développement social et économique.

Il nous semble que le principal défaut ou omission de Dominique Méda est une analyse réelle du conflit social, qui est intrinsèquement inscrit dans les solutions qu’elle propose. Pourtant, elle rappelle dans son ouvrage le problème de conflit d’intérêt que représente une sortie de la mystique de la croissance. De même, elle revient lors du débat sur l’immobilisme des décideurs, sinon même des dégâts que cette croissance porte.

Toutefois, Méda ne semble pas vouloir s’attaquer dans son ouvrage aux rapports de force qui maintiennent ce choix de la nécessité de la croissance, au moins dans les discours. Elle invite les citoyens à se réapproprier de la vie politique. Elle s’insurge de ne pas les voir participer aux vrais débats de société.

Elle réaffirme pendant notre discussion que les citoyens ne peuvent pas prendre de mauvaises décisions, en tout cas pas pires que celles qui ont déjà été prises, tel que le maintien du PIB. Mais paradoxalement, elle semble refuser de se positionner sur des exemples concrets où les citoyens tentent de se réapproprier des choix de société.

Refus de la conflictualité, volonté d’une démarche inclusive et institutionnalisée? Lorsque nous lui demandons ce qui devrait être changé dans le système politique, nous n’obtenons pas de réponse. Chercheuse engagée certes, mais ses propositions présenteraient des limites. Il s’agit de donner des arguments aux citoyens pour qu’ils puissent prendre conscience et se battre, ou pour autant de se battre à leurs côtés ?

Lors du débat, les concepts de soutenabilité, et d’agriculture biologique, qui recouvrent des réalités extrêmement diverses, ne sont pas spécifiés par Dominique Méda qui nous laisse à ce sujet sans réponse précise. De facto, elle nous laisse sans indications de « pratiques anti- croissance » à développer en tant que citoyens et sociologues.

 

En conclusion, le paradoxe entre la forme et le contenu de cet ouvrage nous a paru révéler surtout le hiatus, historique, entre le changement de paradigme et sa mise en oeuvre. En effet, alors que la plupart des ouvrages traitant de ce sujet se cantonnent à résoudre soit la question philosophique, éthique ou morale de l’hybris, Dominique Méda, chercheuse engagée, nous propose une approche alternative dont l’ambiguïté témoigne de la complexité de ce positionnement.

En entretien comme dans son livre, l’auteure, énarque, fait part de son scepticisme vis-à-vis de la possibilité d’une démystification parmi les élites, déjà informées, déjà alertées. Le propos central du livre ne nous semble pas tenir dans ce procédé méthodique suggéré pour arriver à bout des maux sociaux et écologiques. La Mystique de la croissance propose, avant tout, de comprendre comment à un moment donné, il est devenu possible d’assujettir intégralement la nature au service de l’homme, l’homme au mythe de la croissance, et de voir cette construction sociale persister.

Nous retiendrons tout de même une part incontournable d’idées proposées par Dominique Méda, comme par exemple le nouveau partage du travail, les associations possibles entre la question sociale et la question écologique, ou encore l’intégration, à la comptabilité nationale, des flux de production non marchands.

Liberté et égalité, de Raymond Aron

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteur du billet: José Dario Rodriguez, Master Sociologie, EHESS, Paris.

****************************************************************************

« Le texte que l’on va lire est celui du dernier cours de R. Aron au Collège de France, prononcé le 4 avril 1978. (…) Tel qu’il est, il donne une idée  fidèle de la perspective politique de R. Aron au soir de sa carrière universitaire »  (R. ARON, « Liberté et égalité », 2013, p. 27.)
 
Sans vouloir être exhaustif dans la description des évènements historiques de la fin des années 1970, il est pourtant nécessaire d’énoncer quelques faits politiques, idéologiques et sociaux de cette époque pour s’approcher de la manière dont Aron expose ses idées lors de cette dernière conférence au Collège de France. Avant d’énumérer quelques évènements, il faut commencer par dire que le contexte politique est marqué par la guerre froide. Du côté social, on constate l’existence de nombreux mouvements animés par des jeunes tout au long des années 1960-1970. Depuis 1968 ils contestaient, entre autres, l’inégalité des sociétés capitalistes marquées par un modèle économique injuste et l’oppression des pouvoirs publics représentés par les gouvernants et les institutions étatiques.Dans un tel panorama (bien sûr incomplet), on pourrait dire qu’au niveau idéologique, les notions d’égalité et de liberté venues de l’Est semblaient peut-être plus concrètes et moins injustes que celles d’Occident. Cela mettait en question non seulement les régimes politiques de l’époque, mais le système démocratique même, fondé précisément sur les idées de liberté et d’égalité depuis son origine historique dans la Modernité (1).

C’est dans ce contexte qu’Aron s’interroge sur le devenir des démocraties libérales. L’auteur construit ses arguments à partir d’un dialogue avec la philosophie et d’un regard empirique sur les faits qui, à son avis, montraient la possibilité d’harmonisation entre les idéaux de liberté et d’égalité en Occident.

 

1.      Introduction

D’après Aron, il convient de parler « des libertés », au pluriel. C’est dans le concret qu’on constate l’existence de certaines libertés. « Nous jouissons tous de certaines libertés, et nous ne jouissons jamais de toutes les libertés » (p. 29). En ce sens, et par rapport aux définitions, aux explications et aux interprétations sur la liberté issues de la philosophie moderne comme celles de Hobbes et de Montesquieu à partir de la notion de l’Etat de Nature (2), Aron dira simplement qu’il vaut mieux « ne pas se reporter à la situation des hommes dans l’âge paléolithique que nous connaissons mal, mais plutôt se référer à ce que nous connaissons à la fois dans les petites sociétés néolithiques et dans nos sociétés » (p. 31). « Poser ou déduire la liberté dans l’abstrait (3) ne signifie pas grand-chose »(p. 32). C’est pourquoi il faut chercher le contenu des libertés dans un contexte concret et commencer par ce que « nous connaissons » (p. 31). On constate donc le caractère empirique de cette recherche aronienne. Empirique si l’on veut à partir de la philosophie moderne, ou peut-être empirique en termes classiques aristotéliciens si l’on regarde dans le début du livre premier de la Métaphysique où ce philosophe montre l’origine de la connaissance humaine : « Tous les hommes ont un désir naturel de savoir, comme le témoigne l’ardeur avec laquelle on recherche les connaissances qui s’acquièrent par les sens » [980a – Trad. Victor Cousin]. Aron va précisément « essayer de voir le contenu de nos libertés, dans le panorama de nos pays ‘démocratiques, prospères et libéraux’ » (p. 33).

 

2.      Les libertés dans les démocraties libérales

D’après cette remarque méthodologique, nous parlerons de trois types de liberté (reconnues et garanties par le pouvoir public) dans les sociétés démocratiques. Le premier type correspond aux libertés personnelles, divisées à leur tour en quatre catégories, à savoir : la sûreté ou la protection des individus, la liberté de circulation, la liberté de choix d’emploi ou de travail et la liberté religieuse. Cette dernière est extensive et équivalente aux libertés d’opinion, d’expression et de communication. Le deuxième type correspond aux libertés politiques : voter, protester, se rassembler. Le dernier type se composedes libertés sociales : liberté d’être soigné, de s’instruire et liberté des collectifs (syndicats).

Ces libertés peuvent être considérées à la fois comme formelles ou matérielles (réelles). En ce qui concerne les libertés personnelles, Aron va dire qu’elles sont les libertés réelles par excellence, tant qu’elles correspondent à « notre manière normale de vivre » (p. 37). Pour les libertés sociales l’auteur considère qu’elles sont aussi des libertés réelles, mais en tant qu’elles sont des conditions à l’exercice de certaines libertés. Pour les libertés politiques, la classification devient un peu plus complexe surtout quand on pense, par exemple, au droit de vote. Ce droit a à la fois une valeur symbolique et une efficacité indirecte (dans le champ symbolique on est égal et libre au moment des élections, et dans celui de l’efficacité le fait qu’il y ait des élections prévient la violence qui peut se déclencher dans la lutte pour le pouvoir hors d’un système démocratique). Néanmoins le fait de voter « ne donne pas nécessairement au peuple le sentiment de se gouverner lui-même » (p. 39).

On peut dire avec Aron qu’après les expériences du XXe siècle, « les libertés politiques sont les plus symboliques mais, à la fois, la condition essentielle des autres libertés » (p. 39). Ce sont des libertés qui se définissent à la fois grâce à l’État et contre lui ; par les résistances contre les abus de l’État. Et cela, uniquement dans le cadre des États démocratiques, qui ne sont ni partisans ni peuvent être confondus avec une religion ou une idéologie.

 

3.      Conscience de la liberté et représentation de la « bonne société »

Après cette présentation descriptive des libertés, Aron reconnait qu’il a laissé de côté, de manière intentionnelle ces deux éléments : conscience de la liberté et représentation de la « bonne société ». Il est vrai qu’on peut constater l’existence de certaines libertés dans nos sociétés, tel que l’on a vu ; mais « se sentir » libre répond à certaines conditions ou circonstances qui sont multiples et variables. Par rapport à ce sujet, l’auteur dira que « la conscience de la liberté ne se sépare pas de la conscience de la légitimité de la société » (p. 42) où les facteurs déterminants seront le degré d’inégalité ressenti par la population, le système d’autorité et l’ « idéologie ». Cette dernière, se définie comme la « représentation idéologique de ce qu’est une ‘bonne société’ » (p. 42).Aron laisse de côté aussi le problème de la liberté de la collectivité elle-même, la liberté du groupe dans son ensemble. Il le fait même en ayant conscience que, « dans l’Antiquité grecque, la liberté des cités était primordiale. La liberté par excellence » (p. 43).

Finalement, l’idée de l’auteur avec cette présentation des libertés, de manière empirique et historique, est de faire un résumé de ces libertés qui couvrent à peu près l’ensemble de ce que l’on comprend en Europe comme l’essentiel des libertés (voir, p. 44).

 

4.      Enjeux philosophiques et expériences de la liberté

En ce qui concerne les expériences de la liberté (ou plutôt des libertés), on distingue depuis le XIXe siècle et au long du XXe, deux approches prédominantes et en concurrence : libertés politiques (démocrates) et libertés sociales (socialistes). Aron essai de montrer la contradiction du régime soviétique, qui préconise la construction d’une société sans classes (égale et libre), mais en accordant le pouvoir à un seul Parti et à une minorité qui se confond avec l’État lui-même. À son avis, les conséquences sont évidentes, à savoir : la réduction, la violation et l’élimination des libertés personnelles.

En ce sens et dans ce contexte l’enjeu philosophique est au cœur de l’État démocratique même. Étant fondé sur des doctrines philosophiques qui ont inspiré le libéralisme moderne, face à l’absolutisme d’une religion, on voit comment le libéralisme se tourne aujourd’hui (1978) contre l’absolutisme d’une idéologie.

 

5.      Le refus total de la société comme nouvelle façon de penser

Ce qu’Aron voit à son époque n’est pas la recherche de la ‘bonne société’ mais le « refus de la société existante » (p. 53), issu d’une idéologie, répandue parmi les jeunes, marquée par la « détestation du pouvoir en tant que tel » (p. 52). Ils trouvent que le pouvoir est l’essence de l’inégalité sociale existante. C’est pourquoi d’après eux il faut éliminer le pouvoir. La communauté du village, plutôt anarchique, devient l’idéal d’égalité. Aron trouve des inconsistances chez les philosophes qui soutiennent ces idées ; ils contestent le Goulag, mais n’aboutissent pas à l’acceptation des sociétés libérales. Il critique aussi ceux qui idéalisent la « communauté du village », la communauté étroite, sans se rendre compte que pour aller de l’anarchie au despotisme il n’y a qu’un pas à faire. Ils considèrent donc le libéralisme comme la somme du pluralisme des libertés et des pouvoirs avec un système autoritaire (évident dans la vie professionnelle ou économique). Et c’est CE libéralisme critiqué par Aron qui est considéré par beaucoup comme l’essence de l’oppression (voir p. 53).

 

6.      Liberté politique et liberté philosophique

Jusqu’ici la liberté a été considérée comme une sorte d’ « action intentionnelle, l’action qui a comporté le choix et qui suppose pour l’individu la possibilité de faire ou de ne pas faire » (p. 54). Pourtant, la philosophie donne à la liberté un sens plus riche et précis. D’après Montesquieu la liberté est l’« exercice de la volonté » (maîtrise de la raison et de la volonté sur les passions), issu d’une pensée réfléchie. Le problème de cette définition est qu’on risque de confondre la politique avec la philosophie.

De toutes manières, d’après Aron, elles coïncident car la politique et la philosophie prennent « l’homme raisonnable » comme leur hypothèse principale. Pour elles, l’homme n’est pas bon par nature, mais lorsqu’on considère l’homme comme un être raisonnable, on se trouve devant un homme libre obéissant à la Raison, et grâce à cette liberté, il devient« citoyen » et accepte les lois de la société. En suivant la pensée kantienne, on dirait qu’ « il obéit à lui-même » (55) et qu’à partir de cette obéissance il s’insère dans la « bonne société », conçue à partir des commandements de la raison. (Pour expliquer à l’oral – « Le civisme n’est pas la même chose que la moralité, même si le civisme est une partie de la moralité »). Or, aujourd’hui la liberté est conçue comme « libération des désirs » (55). Aujourd’hui l’ennemi est l’État, le pouvoir comme ennemi des désirs individuels (institutions, interdits). L’individu est compris comme être de désir plutôt que comme être raisonnable.

 

En ce sens, Stuart Mill disait dans son ouvrage « On Liberty » que la liberté existait si elle ne nuisait pas aux autres (56). Il parlait d’une sorte de « Légitimité pour l’individu de vivre à sa manière ». Ainsi, les conduites mal vues appelaient immédiatement la censure morale, mais non pas une intervention quelconque des pouvoirs publics. Par contre, nous assistons aujourd’hui à une espèce de libération du principe de plaisir, d’éros, qui se trouve à l’origine de ce qu’Aron nomme la « crise morale des démocraties libérales » (56). Pour comprendre cette notion de « crise morale », Aron fait une distinction sous le principe que toutes les sociétés et tous les régimes cherchent à avoir une légitimité et un idéal. En ce qui concerne la notion de légitimité l’auteur signale qu’en Europe Occidentale c’est un fait à peu près réussi. En revanche, il n’a pas un avis pareil sur l’idéal. A cet égard, il souligne qu’on a oublié la notion de « vertu », comprise dans le sens aristotélicien du citoyen vertueux comme idéal de la société libre. Cet idéal est de plus, associé à une responsabilité des citoyens envers la société même dont ils font partie. Aron souligne l’importance de ces responsabilités ou « devoirs citoyens » disparus. Ce sont les raisons pour lesquelles Raymond Aron signale qu’en Europe Occidentale la crise des sociétés démocratiques n’est pas de l’ordre de la légitimité, mais une crise morale dans le sens d’un manque, ou plutôt d’un oubli de la vertu comme idéal citoyen.

 

 


(1) Sur ce contexte idéologique et la vivacité du « besoin » de liberté et d’égalité à cette époque, on pourrait mentionner les divers mouvements sociaux en Amérique Latine face aux dictatures militaires (imposées par les États-Unis), la contestation massive du modèle économique capitaliste et la lutte pour l’égalité sociale et contre la pauvreté structurelle où s’insère par exemple la théologie de la libération entre autres.

(2) Rivalité entre l’individu et la nature. Liberté confondue avec « capacité ou puissance de l’individu ».

(3) Comme des Droits de l’Homme : liberté = sûreté + propriété.

Raymond Aron, Liberté et Egalité, Cours au Collège de France, présenté par Pierre Manent

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteur du billet: Francesca Rossi, Master 2 Sociologie et Statistique, EHESS, Paris.

************************************************************************************

 

L’édition « Liberté et égalité » a été établie et présentée par Pierre Manent, que nous avons l’honneur d’accueillir aujourd’hui. Pierre Manent est normalien, agrégé de philosophie, directeur d’études à l’EHESS depuis 1992 et, aujourd’hui, auprès du Centre de recherches politiques « Raymond Aron ».
Dans sa préface, intitulée «La politique comme science et comme souci », il nous introduit à la pensée et à la perspective (ou mieux à la « réflexion ») politique, philosophique et sociologique d’Aron au soir  de sa carrière universitaire. Pierre Manent explicite, de la manière la plus pertinente et appropriée, l’esprit du texte, édité – nous le rappelons – à partir d’une dactylographie extrêmement fautive.

 

 

L’auteur de la préface y retrace les premières années de la formation d’Aron, qui déjà mesurait avec « de plus en plus d’acuité nourrie d’anxiété, combien le sort des hommes dépend de la manière dont ils conduisent leur vie politique » ; il évoque l’expérience allemande « le pays qu’il aimait, mais qu’il vit rejeter les principes élémentaires de la vie européenne »2 ; il revit en esprit les années de son âge mûr, de la soutenance de sa thèse de philosophie en 1938, à l’entrée dans la vie adulte avec la présentation d’une communication devant la société française de philosophie intitulée «Etats démocratiques et états totalitaires », jusqu’à la fin et à la prononciation de ce dernier discours, lequel, explique-t-il, appartient à l’autre extrémité de la carrière de Raymond Aron. Il s’agit d’un texte rédigé dans un moment où les circonstances étaient évidemment bien différentes de celles qui prévalaient 40 ans auparavant, lorsqu’Aron intervint devant la Société française de philosophie.
Comme il l’a déclaré à plusieurs reprises, ce texte est caractéristique de l’anxiété d’Aron dans sa dernière période face à l’anomie et/ou à la perte d’éléments d’orientation collective dans les sociétés libérales et démocratiques2. En effet, Aron interroge la « crise morale des démocraties libérales » (Manent).

Ceci nous conduit, en tant que groupe de travail, à poser les questions suivantes : Nous vous (re)posons la question des places relatives de la philosophie et de la sociologie : la balance s’inverserait-elle chez Aron? Ce ne serait plus une sociologie au service de l’argumentation philosophique, mais une philosophie éclairant la pensée sociologique. L’horizon de toute pensée sociologique est-elle critique, dimension tangible lorsque Aron s’annonce « [l’]observateur des sociétés dans l’histoire » ? Somme toute, au prisme de la pensée d’Aron, qu’est-ce que la philosophie peut, ou doit, nous apporter (à nous, jeunes sociologues en puissance) ?
Ensuite, une deuxième question, qui pourrait paraître une remarque d’ordre purement stylistique, mais qui « cache » une question d’ordre substantiel. Elle concerne le choix du titre de l’ouvrage : pourquoi avoir choisi le titre «Liberté et Egalité » si ce dernier concept n’est abordé que vers la fin du discours ? Est-ce que finalement la réflexion sur la liberté n’est pas un moyen pour Aron de critiquer notre conception de l’égalité si ce n’est la place de l’égalité dans notre conception politique moderne ?

Pour conclure, dans ce dernier cours donné au Collège de France le 4 avril 1978 et consacré aux libertés, Aron fait entendre l’inquiétude civique qui ne l’a jamais quitté, ressort de sa vie de pensée et d’action. Comme Pierre Manent le dit, « de bien des manières Aron parle de nous : qu’il s’agisse de la liberté détachée de tout critère, de la légitimité démocratique très généralement reconnue, de l’absence d’une notion acceptée de la vertu ou du bien commun, nous nous reconnaissons ». Dans cette optique, « Trente ans après, que reste-t-il de la pensée de Raymond Aron aujourd’hui ? » Comment est-ce que on pourrait (ré)-examiner le contexte historique moderne et contemporain à la lumière de la pensée d’Aron ?

 

 

Le siècle des chefs, d’Yves Cohen

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteur du billet: Camille Chevrier, M2 Sociologie Générale, EHESS, Paris

***************************************************************************

 

Yves Cohen est directeur d’études à l’EHESS et fait partie de l’équipe de recherche Prato (Pratiques, travail, organisation). Il a travaillé comme ouvrier au début des années 1970, entre autres chez Peugeot. Il obtient une maîtrise d’histoire en 1976 sur la naissance du syndicalisme de masse dans le pays de Montbéliard en 1917-1918. Il soutient en 1981 sa thèse sur « Ernest Mattern, les Automobiles Peugeot et le pays de Montbéliard industriel avant et pendant la Guerre de 1914-1918 ». En mai 1968, il participe aux contestations, et se décrit alors comme étudiant maoïste.

Yves Cohen travaille sur l’histoire de l’action au XXe siècle et il attache une grande importance à la méthodologie : analytique des pratiques, ethnographie historique, pragmatique historique, histoire des circulations, histoire connectée, études croisées, interaction située, cognition distribuée. Le siècle des chefs est le résultat d’une recherche de plus de vingt ans sur l’histoire du commandement et de l’autorité dans quatre pays (Allemagne, Etats-Unis, France et Union soviétique). L’auteur appuie son propos sur l’étude empirique des chefs et de leurs pratiques, et traite à la fois l’histoire des techniques (aussi bien matérielles qu’intellectuelles ou sociales) et l’histoire culturelle.

La figure de chef, à la fois nationale et transnationale, s’est dessinée au cours du XXème siècle, un siècle particulièrement marqué par une réflexion sur le commandement, la gouvernementalité et l’autorité. Cette réflexion se veut multiforme et s’appuie notamment sur l’idée d’un « besoin de chef ». En explorant divers domaines d’activité, de l’industrie à la politique, en passant par l’armée, ainsi que la psychologie et la sociologie, Yves Cohen retrace l’histoire des pratiques discursives et opérationnelles entourant le concept d’autorité.

Remarquons l’importance de l’héritage de la réflexion foucaldienne sur la gouvernementalité, dont la particularité est de s’intéresser aux écrits sur la manière de gouverner plus que sur la manière de gouverner elle même.

 

 

Le siècle des chefs est un ouvrage historique qui s’attache à faire une histoire du commandement et de l’autorité sous deux angles différents :

  • Partie 1: Il s’agit tout d’abord de faire une histoire des théories, de revenir de manière large sur les différentes disciplines ayant pris pour objet le « chef » et l’ « idée de chef » ;
  • Partie 2:  Yves Cohen propose une histoire des chefs en action, portée sur les pratiques de chefs.

Yves Cohen propose ainsi d’étudier à la fois les discours et les actes. Il prévient dès l’introduction le lecteur de son choix de ne pas traiter des questions suivantes : l’opposition au chef et au commandement, ainsi que l’obéissance et ses pratiques.

 

Partie 1: une histoire des théories du commandement et de l’autorité (1890 – 1940)

 

A)    Réflexion sur les bornes chronologiques

L’année 1890, marque l’apparition des réflexions sur l’autorité et le commandement dans le champ industriel, dans celui de l’armée et de la politique. La figure du chef existait bien avant cette période, mais aucune problématisation systématique de cette figure n’avait été menée, et la figure du chef n’était pas nommée comme telle.

 Question 1: pourquoi s’arrêter en 1940 ? Quelle justification historique, en termes de disponibilité des sources, d’intérêt heuristique, etc.?

Ce moment correspond au développement d’une série de doctrines dans lesquelles s’insère le management :

  • Scientific management
  • Psychologie sociale (Tarde)
  • Bolchevisme

Yves Cohen croise ces différentes sources au cours de sa réflexion.

 

B)    Réflexion sur la manière de nommer, l’importance du langage, l’usage des termes

« Une des raisons qui ont rendu jusqu’à présent impossible un champ d’études international, pluridisciplinaire et critique sur le chef, le leadership, l’autorité, est d’ordre linguistique » (p. 41).

La maîtrise des différentes langues dans les quatre pays étudiés a permis à Yves Cohen de mener une étude d’importance dans différents pays. Il identifie deux principaux problèmes : « l’intertraductibilité » du leadership et la distinction entre authority et autorité.

Nous nous proposons de revenir sur le problème de l’intertraductibilité du leadership. Différents termes sont utilisés dans les quatre pays :

  • « Fürhung »  pour Allemagne
  • « Leadership » pour les Etats-Unis
  • « Conduite »/ « commandement » pour la France
  • « Rukovodstvo  » (leadership) – « nachal’stvo »  (commandement) pour la Russie.

Ainsi, ce n’est pas la notion de leadership mais de directing qui correspond au commandement. To lead ne signifie pas commander mais diriger, guider. L’idée de leadership a une connotation moins formelle, et renvoie à la fois à l’organisation et à l’administration. La notion de leadership est donc plus englobante que celle de commandement. Yves Cohen rapproche le terme de leader de celui de « meneur » en français, avec l’idée que le meneur émerge de la foule, contrairement au chef qui est désigné.

Après avoir relevé ces différences linguistiques, Yves Cohen insiste sur l’opérationnalité qu’il peut y avoir à comparer des termes qui sont différents, tout en ayant conscience des limites que ces comparaisons imposent. « Ce n’est pas tant que la langue n’ait aucun effet sur le développement des pratiques, bien au contraire. (…) Mais cet effet est limité, et ce sont ces limites que nous devons tracer » (p. 52).

Par ailleurs, ces comparaisons s’imposent du fait de l’importance des circulations internationales des théories à l’époque. « C’est aussi pourquoi cette étude ne respecte pas les règles classiques de la bonne comparaison : elle admet la dissymétrie des données en raison même de la grande différence entre les divers pays considérés. » (p. 65).

 

C)    Retour sur les points clés de la première partie

Yves Cohen revient sur différents aspects des théories de l’autorité et du commandement sur la période 1890-1940 dans les quatre pays considérés (Etats-Unis, URSS, France, Allemagne).

L’apparition du « besoin de chef », même s’il se traduit de manière singulière dans chacun des pays, apparaît sous différentes formes, et se renforce au début du XXe siècle et jusqu’en 1914-1918. Gustave Le Bon, en 1895, dans Psychologie des foules parle du « besoin instinctif de tous les êtres en foule d’obéir à un meneur » et affirme que « les hommes en foule ne sauraient se passer de maître ». Sigmund Freud décrit dans « Psychologie collective et analyse du moi »  (1921) le meneur de la foule comme l’incarnation du « père primitif ».

Le rôle social du chef est exploré à travers notamment la figure du général Lyautey, dans son ouvrage Du rôle social de l’officier, issu d’un courant réformateur. On parle du « devoir moral » du chef et on réfléchit sur « la conduite des hommes ». Les rôles sociaux aussi bien de l’ingénieur que des officiers outrepassent l’aspect technique pour y intégrer une action sociale et morale. On y retrouve un véritable souci de paix sociale. L’idée de reconnaissance du citoyen dans l’ouvrier/soldat/employé y est fondamentale.

Yves Cohen, dans ses travaux, insiste sur l’importance de la circulation des savoirs.

  • Un exemple de la circulation entre léninisme et taylorisme.  Lénine, dans Que Faire (1902), développe l’idée selon laquelle le parti ouvrier social-démocrate doit être une organisation dont seuls les chefs soient membres. On peut établir une comparaison entre les théories de Lénine et de Taylor : ils distinguent l’action rationnelle des spécialistes et l’action d’une masse qui a besoin d’être pilotée.

Un des apports les plus forts est certainement le fait d’avoir souligné l’imbrication entre économie et politique. La nécessité de chefs politiques est, dans tous les pays étudiés, rattachée à l’économie. Les théories de l’autorité sont parfaitement imbibées de ces deux domaines d’action, et il n’est jamais possible de séparer les deux.

  • Exemple: le grand démarrage de la révolution industrielle en Russie a encouragé l’idée d’une nécessité du chef. Lénine, 1902, dans Que Faire ?, exprime ce besoin du chef. Ainsi, le bolchevisme infléchit le marxisme vers la nécessité d’une professionnalisation des chefs.

Question 2: quelle est la place des autres figures du chef? Par exemple, où situez-vous dans votre analyse les places du chef religieux mais aussi du chef de famille (nous pensons notamment à une analyse de l’autorité du père dans les sociétés patriarcales)? Comment avez-vous décidé d’une délimitation des sphères publiques et privées dans votre étude du commandement et de l’autorité ? Quelle influence accordez-vous à la sphère privée sur le rôle et la mise en œuvre publics de l’autorité ? Comment avez-vous, à l’aide des sources à votre disposition, décidé d’une approche de l’autorité et du commandement centrée sur le politique et l’économique?

 Question 3: Comment expliquer les connexions entre les notions de commandement et d’autorité dans les deux sphères économique et politique? Quelle est la capillarité réelle entre monde politique et monde économique ?

La deuxième partie du livre fait le liant entre les pratiques discursives discutées précédemment et les pratiques organisationnelles sur lesquelles Yves Cohen s’attache. Cette partie pose la question de ce que la forme écrite peut nous révéler de/dans la manière de faire autorité ; et comment actions et discours peuvent être articulés.

 

Partie 2 : Les chefs en action

Les chapitres qui traitent de Staline et d’Hitler éclairent particulièrement le propos de cette partie, consacrée à leur manière de se construire en chef au travers de l’écrit. Nous tenons à souligner la grande richesse des sources manipulées.

 

A)    Le cas allemand

L’Allemagne est présentée dans un contexte de crise institutionnelle, déchue de sa puissance après la première guerre mondiale, remplacée alors par la République de Weimar en 1919. Le pays, dans sa reconstruction, met en place par le biais industriel des stratégies de commandement au travers des entreprises. Cela passe notamment par la création de chefs intermédiaires, et d’une hiérarchie qui se décompose. On parle même de « rationalisation sociale » dans les traductions pour décrire ces dynamiques. L’idée est alors d’une part, de développer l’individualisme, en poussant chaque individu dans un rôle précis, et d’autre part, d’aller à contre courant de la République de Weimar, qui prône l’universalisme et la lutte contre la révolution. C’est tout le monde industriel qui se réorganise, l’autorité passant par la place de l’ingénieur, « le Führer », qui a une vocation à « éduquer » les ouvriers. Il s’inscrit dans les dynamiques de la « Führung », processus de management et de conduite. En 1933, soit un an avant qu’Hitler ne prenne le pouvoir officiellement, Yves Cohen décrit comment l’idée de « communauté raciale » est introduite de manière légitime dans les organisations du travail, par le régime national-socialiste (régime d’Hitler). Pour se réarmer, l’Etat a besoin des entreprises, et constitue une lutte raciale. Hitler incarne l’autorité suprême, à la fois en tant que Führer (terme qu’il s’approprie) et de juge. Le «Führerprinzip » devient l’obligation de la mise en dépendance totale de soi à un chef (Hitler), incarnation du peuple allemand de manière exclusive. L’Allemagne devient alors une nation de chefs, là où comme vous l’expliquez, « tout allemand aura toujours à commander quelqu’un et le dernier allemand aura toujours à commander des étrangers ou membres de sous race ».

 

B)    Le cas soviétique

 Étudier ensuite Staline amène Yves Cohen à le suivre au travail, quand il se fabrique et agit en tant que chef, au travers d’une masse de lettres considérable et des actes de commandements par écrit. Est ainsi évoquée la question de la personnalisation du pouvoir : celle-ci ne fait jamais l’objet d’une théorisation explicite sur la figure du chef unique ; cependant, il y a bien dans les actes une personnalisation absolue du pouvoir. Yves Cohen parle de « l’alliance étroite entre une pratique organisationnelle et la pratique discursive qui la dénie » (p. 432). L’auteur cherche ainsi à montrer comment un chef, peut devenir l’institution suprême et comment s’effectue ce processus. Celui-ci est notamment fondé sur certaines « de pratiques opératoires », comme l’utilisation importante de sources écrites (comme ses conversations écrites,) qui sont selon l’auteur un « instrument majeur de son quotidien ». A travers différents exemples chronologique, notamment son rapide voyage en Sibérie afin de récupérer par la force le blé des paysan.ne.s, ou le processus d’élaboration de la loi des « trois épis de blé », « la loi la plus sauvage sur le vol le plus léger », Yves Cohen montre comment l’hypercentralisation progressive du pouvoir s’insère une dynamique économique et politique.

Yves Cohen marque ainsi la différence entre ces deux chefs : Hitler liquide le lien social rural, puis les liens politiques, personnels et professionnels qui créent des solidarités n’ayant pas pour origine l’adhésion à sa politique ou sa personne, tandis que Staline construit une société complexe, où chaque entité (économique ou non) relève de sa hiérarchie propre et d’une quantité considérable d’autres hiérarchies.

 

Ouverture de la discussion :

 Question 4 : À propos de la manière de vivre sous Staline, vous évoquez les réseaux privés utilisés par les soviétiques pour résoudre différents problèmes. Comment envisager la réception de l’autorité magistrale de Staline sur le quotidien des individus ? Comment s’articulent cette autorité et les réseaux privés ? Comment penser la frontière privé/public en matière d’autorité ?

 Question 5 : À plusieurs reprises, il est question du « rée »l, de la « réalité » dans votre livre, comme p. 703 : « Le croisement des sources permet d’atteindre le réel – et en particulier la violence dans le réel – que le discursif, qui est aussi une part du réel, a entre autre pour politique d’escamoter ». Comment justifier l’emploi de cette notion de « réel » et à quoi fait-elle référence ?

 

 

Argumenter dans un champ de forces et Les sombres précurseurs, de Francis Chateauraynaud

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteur du billet: Paul Conchon, M2 Sociologie Générale, EHESS, Paris.

*************************************************************************

 

Francis Chateauraynaud est directeur d’études en sociologie à l’EHESS de Paris, où il a fondé le Groupe de sociologie pragmatique et réflexive. Il est l’auteur, entres autres, d’Experts et Faussaires, Pour une sociologie de la perception avec Christian Bessy en 1995, et des deux ouvrages dont nous traitons ici : Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque avec Didier Torny en 1999, réédité en 2013, et Argumenter dans un champ de forces. Essai de Balistique sociologique en 2011. Enfin, mentionnons qu’il est le co-créateur du logiciel d’analyse de corpus Prospéro, qui est mobilisé dans les sombres précurseurs. 

 

 

Nous avons choisi de lier dans notre présentation et dans les questions critiques qui suivront les deux ouvrages mentionnés plus haut. La question de l’alerte (dans les Sombres précurseurs) « précède » dans le raisonnement, et s’insère dans celle de la trajectoire des causes (dans Argumenter). L’aller-retour entre les deux ouvrages est donc d’après nous la meilleure manière de lire les deux – ce que la réédition des Sombres précurseurs a semblé nous confirmer. D’autant plus qu’ils mettent en œuvre des démarches différentes : les Sombres précurseurs peuvent être décrits comme une série d’études de cas à partir desquels émerge la figure du « lanceur d’alerte », là où Argumenter dans un champ de force est une explicitation systématique du modèle théorique de la « balistique sociologique », qui est donc l’étude des trajectoires argumentatives. Le premier traite de l’émergence d’un type particulier de cause, la création d’une crise par l’alerte, alors que l’autre généralise et systématise en expliquant comment interpréter et modéliser la trajectoire de toute cause dans le temps. Nous traiterons donc de ces deux ouvrages comme d’une œuvre solidaire.

Nous reviendrons rapidement sur les différentes notions mobilisées et sur le cadre théorique qui est celui de F. Chateauraynaud, puis nous aborderons ce qui nous a semblé être des traits saillants de ces travaux – puis nous reprendrons dans la deuxième partie une lecture plus critique de ceux-ci.

 

La théorie du monde social et d’accès au monde social défendue par F.Chateauraynaud est celle d’une « pragmatique des transformations ». Dans Argumenter dans un champ de forces (P17), elle décrit une approche des stratégies argumentatives dont des analyses fondées sur l’analyse des structures, des micro-interactions ou de l’incertitude totale seraient des cas limites. Il cherche dans les deux ouvrages à montrer comment les acteurs produisent des « prises » sur la genèse et la trajectoire d’alertes et de causes. Ces prises, qui permettent d’infléchir ces trajectoires et de les faire émerger, sont le produit de l’adéquation entre le « travail perceptuel » de l’acteur et les représentations des problèmes et des faits. Ces prises viennent des mots, des arguments, en ce que l’on peut appeler un registre argumentatif, dont la puissance argumentative est une des deux coordonnées qui définissent une trajectoire d’une cause, l’autre étant le temps. C’est le modèle d’analyse des trajectoires, cette balistique, donc, qui est défini dans Argumenter dans un champ de forces et qui traverse aussi selon nous Les sombres précurseurs.

L’argument tient donc ici une place centrale. Il est explicitement l’objet d’un des deux livres – il est au centre des deux. Est pris pour objet un argument lié à l’acteur, pris dans sa relation avec l’argumentateur et avec l’audience de l’argument, et qui entre dans un jeu interprétatif autant que dans un jeu d’acteurs. Autre caractéristique : l’espace argumentatif est continu de bout en bout. Il n’y a pas de différence essentielle entre le raisonnement scientifique, politique, l’expertise, en tout cas pas du point de vue de la cause. Le « sens commun » n’est pas délégitimé par rapport aux ordres politiques ou scientifiques – le lanceur d’alerte devient un « troisième terme », « irréductible » au deux précédents.

L’attention se décale ainsi des argumentateurs (au centre jusqu’ici des études de causes et de controverses) vers les arguments – par une typologie et la description de leur « portée », de leur « puissance », leur capacité à donner « prise » sans jamais les laisser seuls. Ils émergent et vont vers un milieu qui leur donne leur sens, leur contexte, et qui est l’espace social de référence. Car le « champ de forces » n’est pas ici le champ bourdieusien, malgré la parenté de vocabulaire. L’espace n’est pas discontinu, tout du moins pas celui de l’argumentation. Les acteurs ne sont pas non plus en apesanteur sociale et évoluent au sein de milieux, qui sont plus que de simples configurations relationnelles, mais bien des espaces où se partagent un savoir et une représentation. « Il n’y a pas d’argumentation possible sans représentation collective ni savoir commun déjà disponible dans l’esprit du public » (Argumenter, p. 100).

Le temps est par contre séquencé. Discontinu et modal. Discontinu car sont établies à plusieurs reprises des étapes dans les trajectoires d’une cause, ou dans l’émergence d’une alerte. Une cause passe ainsi dans l’archétype de votre modèle par 5 phases – lesquelles correspondent à un niveau de puissance argumentative, de prise possible par les acteurs, de nombre de « milieux » impliqués ». Modal ensuite car le temps est variable à l’intérieur d’une même cause ou alerte. Ainsi l’aller-retour entre le temps long et le temps court, dans le cas du débat sur le nucléaire, entre la question du stockage des déchets et celui de l’accident. Le temps est modal car il est modelé par l’argumentaire qui lui donne du sens et un rythme, et parce qu’il s’ancre et se projette. Le lanceur d’alerte mobilise le passé, et cherche à gagner une « prise » sur le présent pour conjurer le futur. Il se fait prophète, mais un prophète de l’action, un prophète qui veut être contrarié, qui veut produire une « prophétie déréalisatrice ».

F.Chateauraynaud entretient enfin un rapport particulier à la démocratie et à l’utilité politique de la sociologie. Il défend explicitement un rôle normatif de la sociologie en demandant à quoi elle servirait si ce n’était à modifier les attendus normatifs des citoyens. De manière moins explicite, son analyse de l’expertise laisse apparaître une conception « positive » de celle-ci, avec la mise en valeur d’une expertise « collective », « plurielle », « citoyenne », opposée à d’autres modèles plus articulés à des intérêts constitués qu’à la notion de vigilance. Enfin, la question de la violence mériterait d’être analysée plus frontalement, apparaissant de loin en loin au cours des textes sans jamais faire l’objet d’une analyse systématique. Son statut reste flou, et on ne sait pas si elle prend place dans la balistique sociologique comme une rupture de l’espace argumentatif ou comme un argument elle-même.

 

Argumenter dans un champ de force : Essai de balistique sociologique, Francis Chateauraynaud

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteur du billet: Montassir Sakhi, M2 Sociologie générale, EHESS, Paris.

*****************************************************************************

L’ouvrage de Francis Chateauraynaud combine théories et études empiriques. Il s’agit, dans la méthodologie poursuivie, d’effectuer un dépassement  des approches sociologiques dominantes à l’heure actuelle ou au moins de réconcilier ce qu’il appelle l’ethnométhodologie (une sociologie construite sur une base descriptive poussée) et une sociologie spéculative qui a été largement critiquée par Durkheim lors de son travail fondateur en France, qui visait à introduire la sociologie dans le domaine des sciences.

En revenant sur des causes défendues dans des champs sociaux différents et multi-situés, et en observant les régularités, l’auteur essaye de proposer une grammaire,  et de distinguer les étapes parcourues par les acteurs ainsi que les arguments qu’ils mobilisent afin d’installer leurs causes dans l’espace public et politique. Autrement dit, il s’agit d’une tentative de suivre les trajectoires des acteurs et des arguments depuis la formulation de la cause jusqu’à son aboutissement ou non-aboutissement. Ainsi, les objets de recherche sont liés à la notion de mobilisation entendue au sens large : mouvements sociaux, controverses, débats publics, etc. Les exemples sont tirés de causes et de mouvements tant au niveau national qu’international, qui se sont déclenchés lors de la dernière décennie (catastrophes naturelles, OGM, amiante, changements climatiques, nanotechnologies, mobilisations syndicales, élections, etc.).

Dans cette brève discussion, je voudrais me centrer sur la question des acteurs et des arguments, et sur l’un des deux ouvrages : « Argumenter dans un champ social. Essai de balistique sociologique» :

  • En lisant l’ouvrage, on peut retenir que la tentative de réconciliation entre acteur, structures et argumentation est restée inachevée. En fin de compte c’est la questions de « l’argumentation » et « des idées » formulées par les différents acteurs qui sont considérées par l’auteur ; elles seules constituent les facteurs qui déterminent le changement dans la conception pragmatique défendue tout au long de l’ouvrage. Si l’approche de la sociologie des controverses adoptée veut restituer à la fois les jeux d’acteurs et les jeux d’arguments produits au sein des arènes diverses, ce sont bien les arguments et leurs trajectoires qui finissent par être l’objet d’étude privilégié. En tout cas, l’idée que ce sont les structures sociales, et leurs changements, qui déterminent et conditionnent les transformations, est très vite évacuée au détriment d’une sociologie pragmatique qui dote les acteurs d’une capacité d’invention et d’action. Ainsi, les acteurs rationnels libres, ou au moins quelques acteurs « sont crédités d’une forte compétence sociale »[1] et peuvent surpasser les cadres sociaux préétablis à travers leurs capacités argumentatives. Ces capacités, selon l’auteur, se développent à travers le débat, la confrontation des preuves, le dépassement des épreuves, et elles se nourrissent des expériences quotidiennes de la vie de tous les jours (micro) et des expériences liées à l’échelle globale (macro), etc. Ainsi, il est difficile de dégager les conditionnements des acteurs, le contexte national (local et international), l’histoire, les trajectoires influencées par les différentes institutions de socialisation, qui constituent sans doute pourtant un facteur déterminant dans l’orientation des acteurs et de leurs arguments. En se concentrant sur les arguments, l’auteur a évacué le rôle des intérêts. En effet, des agents peuvent recourir à des arguments en prenant en compte leurs positions dans un champ ou dans un espace social. Ainsi, ces arguments sont influencés considérablement par des intérêts et non pas des croyances et des nouvelles convictions suite à la délibération et l’échange de discours comme le soutient l’auteur.

Si on veut éviter le débat éternel sur la portée des structures sociales ou encore l’idée de l’habitus bourdieusien qui tente de réconcilier déterminisme et apports des individus (structure structurée et structure structurante : car générateur d’une infinité de pratiques, capacités d’inventer des stratégies, etc.), on peut néanmoins rappeler la critique faite au concept de l’espace public qui, dans l’ouvrage, semble se définir d’une façon habermassienne. L’espace public est unique et non pas multiple, c’est l’espace contrôlé par les médias et les acteurs politiques dominants (l’espace bourgeois) ; or des philosophes comme Nancy Fraser[2] ou encore des historiographes comme Geoff Elley, Joan Landes, Mary Ryan ont montré que l’espace public depuis son instauration (selon Habermas dans les 18ème et 19ème siècles) a été exclusif, masculin, national, blanc, etc. et que des espaces publics multiples, diversifiés et alternatifs ont toujours existé (les féministes noires aux Etats-Unis, les ouvriers et les syndicats, des communautés des étrangers, etc). Les acteurs n’ont donc pas forcément toujours voulu et cherché à introduire leurs causes dans l’espace public dominant. Leurs enjeux ne consistent pas forcément à donner de la visibilité à leurs causes au sein de ses espaces. Introduire ces espaces peut même, dans certains cas, constituer un danger menaçant leurs causes. Il peut en résulter une perte des sympathisants qui méprisent l’espace public institué et dominant (le cas de certains mouvements populistes tel le « Mouvement 5 étoiles » en Italie, ou des mouvements non-légalisés tel le mouvement islamiste Justice et Bienfaisance au Maroc, etc.).

  • L’idée de l’ouvrage est aussi d’approcher sociologiquement « les arguments » depuis la sémiologie et la sémantique linguistique et cela en partant du constat que la sociologie des mouvements sociaux et des mobilisations a relégué « la question du débat et celle de l’argumentation »[3] à un plan secondaire au grand profit du répertoire d’action « qui tend à éclipser le répertoire argumentatif »[4]. Selon l’ouvrage, « l’argumentation est omniprésente dans les interactions, des conversations ordinaires aux instances de la vie publique, et c’est par son intermédiaire que prend corps toute disposition collective ». Or, cette idée a toujours constitué un fond d’analyse pour les sociologues de l’action sociale. Alain Touraine par exemple (dans ses premiers travaux imprégnés du marxisme) met l’accent sur le triptyque « identité, opposition et totalité » comme éléments fondateurs d’un mouvement social. Autrement dit, les acteurs ont toujours eu recours à l’argumentation pour recruter, légitimer, amplifier leurs mouvements, expliquer leur cause et exprimer le rapport de force. Mais cela ne signifie pas que la solidité de l’argument (le fait qu’il a « traversé plusieurs épreuves et survécu à bien des polémiques ») permette le maintien d’une mobilisation, en particulier dans une situation de rapport de classe. Et quand est mentionné le déclin du conflit de classe au détriment d’une nébuleuse de mouvements multiples, cela ne signifie pas l’effacement des intérêts puisque des conflits du 21ème siècle laissent observer que les luttes, même celles de reconnaissance, incluent des dimensions matérielles et de justice sociale.
  • Par ailleurs, par le fait de mettre l’accent sur les seuls arguments des acteurs, le risque est grand de considérer ces mêmes acteurs comme des individus rationnels, portés par l’intérêt général, échappant aux contraintes (contraintes de la domination quand on se place au point de vue des dominés et contraintes de la préservation de la barrière et de la distinction quand on se place du côté des dominants), des individus qui évoluent en dehors de systèmes d’intérêts. Autrement dit, des individus qui semblent être sincères et qui échappent aux jeux et à la conflictualité des champs, qui ne sont pas prédisposés par des règles du jeu relatives aux intérêts au sein d’un champ donné ou encore en dehors de configurations sociales au sens de Norbert Elias.
  • De plus, quand l’auteur déclare que « lorsqu’ils résistent, les acteurs ont de bonnes raisons de penser que leurs arguments ouvrent une dynamique ascendante », il tend à éclipser le fait que dans certains cas, les acteurs peuvent abandonner la résistance ou résistent dans des sphères microscopiques et privées tout en pensant qu’ils ont des arguments solides et tout en refusant l’idéologie dominante. A certains moments, les acteurs tendent au silence. Si cette résistance ne se manifeste pas en mobilisation publique, elle peut exister autrement, sous formes de pamphlets, blagues, « scripts cachés » laissant peu de traces, ou encore d’une manière « infra-politique » comme le dit James Scott,  sous l’effet d’une dictature, de l’absence d’organisations d’encadrement, ou d’absence de ce qu’on appelle une conscience de classe dans un jargon marxiste.
  • Dans ces cas, ne peut-on pas dire que les débats et l’argumentation reflètent simplement les positions sociales et les intérêts des groupes d’un côté, et de l’autre qu’ils permettent aux acteurs et rhéteurs de fédérer des individus appartenant au même espace social que la cause ?
 

[1] Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ social. Essai de balistique sociologique, Paris : Editions Petra, coll. « Pragmatismes », 2011, P. 20.

[2] Nancy Fraser, Le féminisme en mouvements. Des années 1960 à l’ère néolibérale, La Découverte, Collection SH/Politique et sociétés. Paris, 2012

[3] Francis Chateauraynaud, Argumenter … Op cité, P 31

[4] Ibid, P. 32