Archives de catégorie : Parution d’ouvrages

Compte rendu Journée d’études autour de Goffman

Journée autour de Goffman

Goffman et l’ordre de l’interaction

Institut Marcel Mauss – 21 octobre 2013. Conférence organisée dans le cadre du séminaire : « Relire la sociologie de Chicago » par Daniel Cefaï (CEMS-EHESS) et Howard Becker

Le 21 octobre 2013, s’est tenue à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales une journée de réflexion sur Erving Goffman. Les parutions en français de son livre Comment se conduire dans les lieux publics[i] et du collectif Goffman et l’ordre de l’interaction[ii] ont rassemblé, ce jour, Yves Winkin (ENS-Lyon), Daniel Cefaï (CEMS-IMM-EHESS), Carole Gayet-Viaud (CESDIP–CNRS) et Mathieu Berger (CriDIS-Université Catholique de Louvain), sous les présidences successives de Howard Becker et Danny Trom (LIER-IMM-CNRS). Ils nous ont présenté respectivement leurs analyses de la réception internationale et intergénérationnelle de Goffman, ont tiré quelques leçons de son travail sur l’ordre de l’interaction, de la civilité et de la normativité de l’être-en-public, et enfin ont explicité comment reprendre certaines de ses hypothèses dans une ethnographie de la participation.

 Nous proposons ici un court compte rendu de cette journée. Sans prétendre à un recueil exhaustif, nous vous présenterons les idées principales de chacune des interventions. Nous proposons également une bibliographie à laquelle se référer pour compléter ce compte rendu.

Intervention d’Yves Winkin :

« Erving Goffman, d’un siècle à l’autre, d’un continent à l’autre »

Yves Winkin ouvre la séance avec son analyse sur les raisons générales de la réception (transnationale, transcontinentale, transhistorique, transdisciplinaire) de l’œuvre goffmanienne, qu’il présente comme des hypothèses d’analyse.

En effet, Yves Winkin rappelle que Goffman lui-même prend des précautions en précisant qu’il est un homme blanc de la middle class des années 60, américain, et qu’il ne prétendait pas faire une théorie qui pourrait dépasser ces frontières[iii]. Cependant, Yves Winkin souligne que les théories de Goffman sont reprises dans plusieurs sociétés pourtant bien éloignées des terrains anglophones qu’il a observés, mais aussi dans des disciplines variées. Il est tant étudié en communication qu’en sociologie, en science politique, en psychologie, etc.

Pour expliquer cela, Yves Winkin évoque l’idée qu’il serait possible de reprendre l’hypothèse proposée par Jean-Elie Boltanski[iv] à propos de la réception d’Edward Sapir, à savoir que la formulation de ses phrases était telle qu’elles pouvaient être décontextualisées et être mobilisées dans différents contextes. Yves Winkin souligne la pertinence de cette hypothèse pour Sapir, auteur souvent utilisé en amorce de paragraphe ou en introduction. Pourtant, il réfute en partie cette hypothèse concernant Goffman, d’avantage utilisé « en profondeur » par ses multiples successeurs.

Dès lors, Yves Winkin va proposer sept raisons potentielles permettant de mieux comprendre la réception de Goffman.

Première raison : « une ethnographie dans »

« Goffman n’a jamais produit de texte ou de livre qui soit le simple compte rendu d’un travail ethnographique. Il a toujours pris appui sur ces terrains, que ce soit à Unst (terrain en 1949-1950), à Ste Elisabeth ou plus secondairement dans les casinos[v]. Il en décrit des situations en quelques phrase, jamais plus d’une demi-page, et sur cette base, il propose des élaborations théoriques d’emblée généralisantes »

Dans les premières pages de sa thèse (1953, non publiée), il y a une volonté systématique d’une ethnographie dans et non pas d’une ethnographie de. Autrement dit, il recueille différents matériaux agglomérés dans une élaboration générale, mais ne propose pas l’ethnographie d’un groupe social ou d’une institution spécifique.

Deuxième raison : la multiplicité des notions

« Tout en cherchant à construire une trame théorique, celle-ci n’est jamais à longue portée ». Dans Footnotes, en 1981, alors qu’il est président de l’American Sociological Association, Goffman écrit « je suis pour une théorie à basse portée » [vi]. « S’il y a œuvre théorique, c’est une œuvre qui est constituée de chapelets de toutes petites notions » précise Yves Winkin. En effet, se référant à l’index produit par Daniel Cefaï dans la traduction de Behavior in public places, Winkin souligne que l’on peut trouver une centaine de notions dans ce seul ouvrage. Ainsi, il propose que « lorsqu’une œuvre est constituée de toutes petites notions, on peut dire que leur granularité leur permet de passer à travers les parois temporelles, culturelles ou disciplinaires ».

Troisième raison : l’utilisation des métaphores

Yves Winkin rappelle que Goffman utilise un grand nombre de métaphores : le théâtre dans La mise en scène de la vie quotidienne[vii], qui revient dans Les cadres de l’expérience[viii], ou la métaphore de l’organisme broyeur dans Interpersonal Persuasion[ix], traduit partiellement dans Les moments et leurs hommes[x]. Dans cette dernière métaphore, « l’asile [est] comparé à un organisme qui avale les patients et les rejette littéralement comme des excréments ». Winkin propose l’utilisation de métaphores pour expliciter ses théories comme une raison de sa grande réception.

Quatrième raison : la flexibilité des notions

Yves Winkin reprend une phrase de Carl G. Hempel citée dans Le métier de sociologue de Bourdieu, Passeron et Chamboredon[xi], où le philosophe fait une association entre la disponibilité sémantique et la vertu heuristique. « C’est-à-dire, précise Winkin, que plus une notion est flexible, disponible sémantiquement, plus elle a des chances d’être utile pour la recherche. »

Cinquième raison : les contextes politiques et historiques

Le succès de Goffman en Italie et en France repose, pour Yves Winkin, sur une prise de conscience de l’Etat totalitaire qui correspond à l’institution totale, présentée dans Asiles[xii]. Cet ouvrage est le premier à être publié en France au début des années 70 et correspond, en effet, à l’époque des mouvements de revendications sociétales et politiques.

Sixième raison : la réception générationnelle

La sixième raison rejoint la précédente, mais insiste sur l’accueil générationnel. Après la traduction d’Asiles, Bourdieu continue à faire traduire un certain nombre d’ouvrages de Goffman. Le succès de la traduction d’Asiles au sein de la « génération 68 » va se perpétuer avec de nouvelles générations. Yves Winkin évoque notamment le fait que de nombreux étudiants demande aujourd’hui une traduction de Gender Advertisement[xiii].

Septième raison : la réception disciplinaire

Yves Winkin remarque que certains ouvrages de Goffman sont plus ou moins travaillés selon les disciplines étudiées. Il souligne que Stigmate est très présent dans la formation des travailleurs sociaux, alors que dans des études de Communication, c’est La mise en scène de la vie quotidienne qui y est lue depuis des dizaines d’années Ainsi, chaque discipline, semble-t-il à Winkin, a su trouver dans les travaux de Goffman, un héritage spécifique qui se perpétue dans les formations.

Conclusion

Yves Winkin conclut sa présentation sur des questions qui resteront en suspens, notamment quant aux limites de la réception de l’œuvre de Goffman. Ainsi, certains ouvrages, bien que traduits en français, restent en marge comme Les cadres de l’expérience, qui ne semble pas avoir été beaucoup utilisé, contrairement à la traduction allemande, bien antérieure à la version française. D’autres textes ne sont pas du tout traduits : Gender Advertisements, Strategic Interaction[xiv] et Encounters[xv], mais également la thèse de Goffman (1953), qui est pourtant essentielle pour comprendre la cohérence globale de son œuvre.

Winkin s’interroge également sur les raisons de la non-traduction de élèves de Goffman, comme Lyn Lofland (A World of Strangers[xvi]), Arlie Hochschild (The Managed Heart – Commercialization of Human Feelings[xvii] ) ou encore Carole B. Gardner (Passing By : Gender and Harassment[xviii] ).

Intervention de Daniel Cefaï

« L’ordre de l’interaction comme ordre public : quelques leçons de Goffman »

L’intervention de Daniel Cefaï, reprend les points clefs de la postface qu’il a écrit pour la traduction de Behavior in Public places. Il nous rappelle, tout d’abord, que l’ouvrage est publié en 1963, soit plus tard que La présentation de soi en 1959, Asiles en 1961, dans la lancée d’Encounters en 1961, et juste avant Stigmate en 1963. Le matériau empirique de Behavior in Public Places est recueilli de 1954 à 1957 à l’Hôpital Saint Elisabeth, lors des interactions urbaines que Goffman observe quotidiennement, ainsi que dans des extraits de manuels de savoir vivre. Goffman reprend également des éléments de sa thèse, soutenue en 1953, sur les îles Shetland et les notions qu’il y développe. Daniel Cefaï les liste: « performance, communication, région, équipe, façade, scène, coulisse, mise en scène, alignement d’action, réalisation dramatique, contrôle expressif, définition de soi » (p. 210).

Daniel Cefaï nous rappelle ainsi le contexte intellectuel de l’ouvrage, qui s’ancre dans la tradition de Chicago, entre une influence de l’anthropologie durkheimienne[xix] – enseignée par W. L. Warner[xx] et A. R. Radcliffe-Brown – et un héritage de G. H. Mead et de E. C. Hughes[xxi]. En effet, il souligne les références que fait Goffman à ses amis et collègues de l’époque, Fred Davis, au groupe réuni autour de Robert W. Habenstein, Gregory Stone, etc.

L’ordre de l’interaction comme ordre social

Cefaï précise cependant la singularité du travail de Goffman. « Dans la thèse de 53 comme dans le livre de 63, il pose les bases d’une enquête systématique sur l’ordre de l’interaction, (…) qui est un ordre de coprésence ». Celui-ci « a son autonomie, qu’on peut étudier en tant que telle et qui n’est pas l’ordre social au sens de l’ordre structurel, l’ordre fonctionnel ou l’ordre légal. L’ordre de l’interaction a ses propres règles du jeu. (…) Cet ordre d’interaction a sa propre dynamique d’auto-organisation, d’autorégulation et d’autodéfinition »[xxii].

Goffman ne cesse jamais de réfléchir sur la société toute entière, sans opposer le « micro » et le « macro ». « D’abord, nous rappelle Cefaï, [Goffman] substitue la société à l’étude des rôles et des statuts (…) il va jouer la carte d’une micro analyse de l’engagement situé ». À ce propos, Cefaï précise un des points selon lui cruciaux dans l’ouvrage de Goffman : « on ne peut pas déduire les places d’un certain nombre de participants à l’ordre de l’interaction, de positions supposées qu’ils auraient dans un ordre, qu’on appellerait aujourd’hui « structural » (…) L’ordre de l’interaction est celui qui assigne les rôles et les statuts à ceux qui y participent ». Daniel Cefaï nous propose alors un extrait d’Encounters, qu’il traduit en français lors de cette conférence, « il faut s’intéresser à ces séquences habituelles d’activités quotidiennes, qui s’ordonnent progressivement en ligne d’actions, coordonnées les unes avec les autres, dans l’accomplissement d’une seule activité conjointe, un circuit d’actions interdépendantes qui s’auto-entretient et s’auto-interrompt et que nous pourrions appeler un système d’activités situées ».

L’ordre de l’interaction comme ordre moral

Daniel Cefaï nous propose alors le deuxième point de son intervention. « L’enquête traite l’ordre de l‘interaction comme un ordre moral ». Goffman traite dans cet ouvrage du respect et du non-respect des propriétés situationnelles de l’engagement. La lecture d’un extrait de Comment se conduire dans les lieux publics permet d’étayer ce propos. « Les propriétés situationnelles ont un caractère moral, l’individu est obligé de les respecter ». Mais Goffman précise aussi que « comme toute règle morale, ces propriétés interactionnelles peuvent être transgressées (…) peuvent être instrumentalisées à des fins intéressées ».

L’ordre de l’interaction comme ordre de communication

En troisième point, Daniel Cefaï insiste sur l’ordre de l’interaction comme « un ordre de communication ». Il explique ainsi que « l’ordre de communication [chez Goffman] est un ordre de circulation, des échanges communicationnels, moyennant des idiomes discursifs mais aussi des idiomes corporels, Ces “actes de communications” sont visibles dans le corps, mais aussi dans les espacements entre les corps mais aussi dans les arrangements de la situation ». C’est l’idée d’ancrage écologique de l’ordre social, nous dit Cefaï, qui entre en résonance avec les recherches de Park à Chicago dans les années 1920.

Goffman et le projet d’une sociologie des situations, des rassemblements, des occasions

Daniel Cefaï propose en quatrième et dernier point de nous présenter « le projet d’une sociologie des situations, des rassemblements, des occasions de Goffman ». Les concepts mobilisés par Goffman dans son livre permettent de renouveler l’analyse des interactions. Pour cela, il nous invite à revoir quelques définitions[1]. Tout d’abord, celle du champ de la vie publique :

« Le domaine d’activités qui est engendré par les interactions en face à face, organisé par des normes de “mélange social”, un domaine qui recouvre les mariages, les repas de famille, les réunions professionnelles, les interactions de services, les marches forcées, les queues, les foules et les couples »

Puis Cefaï, précise la définition de rassemblements chez Goffman :

« Tout regroupement de deux personnes ou plus : les membres de ce regroupement incluent tous ceux qui, et seulement ceux qui, à un moment donné, se trouvent en présence immédiate les uns des autres »[xxiii]

Il poursuit avec la définition de la rencontre ( face engagement) :

« Un rassemblement centré, un rassemblement focalisé dans lequel il y a partage d’un foyer d’attentions perceptibles, cognitives ou affectives, et souvent un objectif d’action qui lie mutuellement les participants »

Daniel Cefaï propose également la définition de la notion de situation sociale dans le travail de Goffman, qu’il résume de la manière suivante :

« L’environnement des rencontres et des rassemblements, un espace temps qui se crée à travers le rassemblement et la rencontre avec engagement mutuel des membres qui prend fin quand s’en va la dernière personne restante »

Daniel Cefaï conclut ces citations, avec la notion d’occasion sociale qui précise celle de situation sociale :

« C’est un événement unifié, identifiable vis-à-vis duquel les participants entretiennent un ensemble d’attentes publiques et qui a son propre profil d’engagement avec ses moments forts, ses moments faibles, dans lesquels viennent s’entremêler un nombre variable de ligne d’action »

Conclusion

Si Goffman n’est ni un penseur du politique ni un activiste, conclut Daniel Cefaï, il n’en a pas moins de fines descriptions et de puissantes analyses de la questions de la hiérarchie des statuts et des inégalités au pouvoir. Sa postface énumère en particulier les multiples occurrences dans l’œuvre de Goffman de vignettes ethnographiques qui illustrent les asymétries de race et de genre, très travaillée à Chicago. Cefaï finit son exposé en insistant sur le fait que Goffman a une conception politique de l’ordre public. « L’ordre public est, précise Cefaï, l’inverse de l’ordre total de l’asile. Il y a une philosophie implicite de l’ordre civil dont les membres sont liés par un contrat implicite de communication qui recouvre une compréhension partagée d’un accord mutuel en acte. C’est un ordre civil, qui donne finalement accès au respect de soi et au respect d’autrui dans une tension entre exercice de la liberté et obligation de la solidarité ». La micropolitique de Goffman apparaît ainsi comme un compromis entre « une conception de la liberté négative, héritée du libéralisme politique » et « une conception durkheimienne de la solidarité, ressaisie concrètement, depuis les relations de coprésence dans des situations d’interaction ».

Intervention Carole Gayet-Viaud :

« Civilité et normativité de l’être-en-public chez Goffman »

Carole Gayet-Viaud s’est intéressée à Goffman à partir d’un travail sur la normativité à l’œuvre dans les côtoiements urbains. Son travail a donc fortement été marqué par Les rites d’interaction[xxiv], les deux volumes de La mise en scène de la vie quotidienne, ainsi que Comment se conduire dans les lieux publics.

Son travail a pris état « de l’embarras (…) qui accompagne aujourd’hui politiquement, les conceptions de la civilité. (…) Il y a deux positions idéologiquement opposées, mais ontologiquement solidaires, qui se partagent et se disputent l’interprétation de la crise contemporaine des civilités. D’un côté, une interprétation formaliste, qui pense que les apparences valent en elles-mêmes, même si elles ne révèlent pas un fond d’égalité réelle ; de l’autre, les tenants de la critique, qui dissocient également les apparences du fond, mais pour dénoncer la tromperie que constituent les apparences civiles, et dénoncer le fond (violent, pétri de rapports de domination) qui se cachent derrière ».Or, propose Carole Gayet-Viaud, « la théorie goffmanienne des civilités n’y est pas pour rien dans cet héritage contemporain et dans l’ambivalence actuelle des façons de concevoir la civilité et ses rites ».

Carole Gayet-Viaud insiste notamment sur l’importance du fait que la vision du public de Goffman « se dissocie de celle portée par la philosophie politique, notamment celle qu’on trouve chez Dewey ». La vision du public de Goffman est plutôt très marquée par l’idée de travail sur l’apparence et, ajoute Carole Gayet-Viaud, par l’idée d’une superficialité et même d’une facticité des apparences, que d’un travail fait en commun pour définir ce qui fait problème collectivement et comment y répondre. Le Goffman ici discuté par Gayet-Viaud, est donc plutôt « un Goffman où la question du public est marquée par une tyrannie de la seconde personne où la convenance est imposée de l’extérieur, par opposition à une vision plus Arendtienne du public, où c’est un “je agissant” qui s’avance parmi les autres pour défendre ce qu’il croit juste et vrai ».

Carole Gayet-Viaud appuie sa présentation sur une enquête ethnographique sur les côtoiements urbains[xxv], qu’elle a menée en région parisienne essentiellement, de 2000 à 2006 et qui a fait l’objet de sa thèse de doctorat à l’EHESS. Elle propose de définir la civilité comme « ce mode de réglage des rapports entre citadins/concitoyens, avec son épaisseur politique et morale, telle qu’elle peut être exprimée et mise à l’épreuve dans les interactions quotidiennes. Or, précise Carole Gayet-Viaud, si la définition du « rituel » que propose Goffman permet bien de cerner l’importance de ce qui se joue dans ces situations d’interactions quotidiennes, elle produit aussi des effets de clôture sur le questionnement possible sur ce que veulent dire ces situations. Cette définition insiste ainsi plutôt sur le sens des normes que leur seule application en situation ». Il existe donc, Carole Gayet-Viaud le souligne, un paradoxe dans la théorie de Goffman sur les échanges civils. « D’un côté, explicite-t-elle, il découvre l’importance du travail réalisé sur les apparences dans les situations de coprésence, mais de l’autre côté, il contribue, de manière assez régulière, à discréditer la portée même de ce que ce travail peut produire ».

Elle porte ainsi une critique à Goffman qui « refuse obstinément le statut de réalité aux apparences (…) sous prétexte qu’il y a un travail qui va produire les apparences qui est étayé par des conventions, il va en faire le lieu d’une facticité ».

Pour étayer son propos, Carole Gayet Viaud nous offre la lecture de quelques extraits des ouvrages de Goffman.

« En tant qu’acteur, les individus cherchent à entretenir l’impression selon laquelle ils vivent conformément aux nombreuses normes qui servent à les évaluer, eux-mêmes et leurs produits. Parce que ces normes sont innombrables et partout présentes, les acteurs vivent, bien qu’on puisse le croire dans un univers moral. Mais dans la mesure où ce sont des acteurs, se préoccupent des individus, c’est moins la question morale de l’actualisation de ces normes que la question amorale de la mise au point d’impressions propres à croire qu’ils sont en train d’actualiser ces normes. Leur activité soulève donc bien des questions morales, mais en tant qu’acteur, il ne s’y intéresse pas d’un point de vue moral, ils sont sous ce rapport des étiquetés de la moralité » [xxvi]

Un point que Carole Gayet-Viaud souligne est le fait que Goffman ait mis « l’inattention civile au cœur des interactions urbaines mais aussi au sommet. Autrement dit, toute sa théorie des civilités va être subordonnée à ce qui se définit souvent comme le modèle de la convention dans la civilité urbaine, à savoir la circulation, ordonnée autour de l’évitement des heurts ». De plus, elle remarque que, pour Goffman, il n’y a pas de nécessité de réflexivité, les rites d’interactions allant généralement de soi, « d’autant qu’il est beaucoup plus coûteux de ne pas se conformer aux normes que de s’y conformer ».

Carole Gayet-Viaud émet ainsi une critique à Goffman, qui « ne pense que peu ce à quoi les gens tiennent et ce qu’ils voudraient faire valoir les uns face aux autres en public, parfois difficilement. Il privilégie la dimension défensive des interactions (les rites « négatifs »), notamment en articulant l’orientation des échanges autour de la préservation de la face ». Dans cette perspective, « le public va être d’abord le lieu de l’exposition à autrui, au sens quasi étymologique du terme, précise Carole Gayet-Viaud, de « mise à la torture. (…) En effet, ajoute-t-elle, s’il y a certes chez Goffman la reconnaissance, furtive, d’une pente au rapprochement, nous retrouvons surtout son pendant : la préservation des menaces ». Pour illustrer cette critique, Gayet-Viaud donne l’exemple de l’enfant qui est assimilé pour Goffman au modèle du fou. « L’enfant va être défini simplement comme un être inachevé, n’ayant pas encore la sacralité requise pour bénéficier des rituels de civilité ». Au cours de son enquête sur les interactions urbaines, elle a pu, au contraire, repérer « une sociabilité particulière suscitée par la présence d’enfants en bas âge ». Elle souligne de ce point de vue l’aspect réducteur de l’approche de Goffman, qui porte une vision presque exclusivement négative des côtoiements urbains, et donne pour enjeu ultime aux interactions « l’innocuité du rapport à autrui, les civilités n’étant finalement qu’un instrument pour maintenir cette innocuité ». Elle propose alors « de renverser la perspective, et d’étudier aussi pour elle-même la pente au rapprochement, et ces situations où il n’y a pas d’arrière-pensée possible, ou bien celles où les arrière-pensées possibles sont désamorcées par certaines qualités de la situation et/ou certains efforts des personnes en présence. Les enfants ouvrent la voie à la considération de cette pente là et reconfigurent ainsi la façon d’envisager d’autres situations, au-delà du maintien à un niveau zéro du « rien ne se passe », qui serait la panacée de l’interaction entre inconnus ».

Carole Gayet-Viaud souligne enfin une autre différence entre ce que propose Goffman et ses propres observations et analyses des interactions urbaines. « Goffman affirme que les acteurs ont toujours tendance à éviter le conflit, à respecter les normes car l’inverse serait, selon lui, trop coûteux, et n’en vaudrait donc pas la peine. Les gens préfèreraient, selon lui, circuler et laisser faire que de disputer de ce qui est juste ou vrai. Du coup, il y a un sens commun très partagé sur la superficialité de ces échanges et l’idée que ce qui s’y joue est négligeable ; pourtant,précise-t-elle, dans les situations, les gens montrent leur attachement viscéral à ces enjeux (ces questions de principe, de respect), malgré le côté furtif et d’apparence anodin des situations de face à face entre gens qui ne se connaissent pas et ne se reverront plus. On voit qu’il y a quelque chose d’une vraie culture morale et politique à l’œuvre (…) qui s’éprouve. C’est-à-dire, conclut-elle, les personnes en situation se demandent, hésitent, voudraient comprendre, définir leur responsabilité en tant que personnes présentes dans les situations ».

Intervention de Mathieu Berger :

« Behavior in Civic Places. Goffman et l’ethnographie de la participation »

Sans s’intéresser à des activités proprement politiques, Goffman propose des notions auxquelles Mathieu Berger a eu recours pour analyser des dispositifs de démocratie participative, notamment dans le développement urbain et l’aménagement du territoire. Berger mène une enquête depuis 2004 en Belgique dans les dispositifs appelés « des contrats de quartier », qui s’inscrit dans « un programme de rénovation urbaine et de revitalisation urbaine participative »[xxvii]. Depuis 2012, il mène également une enquête ethnographique aux Etats-Unis sur les questions des prises de parole citoyenne dans le cadre des conseils municipaux.

Afin de saisir l’importance du choix de mobiliser Goffman dans son travail, Berger revient sur le point de départ de son enquête. En 2003, il anime des réunions dans une association en Belgique, et se retrouve alors engagé comme acteur de ces processus participatifs dans ces projets dans les secteurs de l’action publique, de la santé, de la jeunesse et de l’urgence sociale.

Il s’est ainsi retrouvé à chercher l’impact des interventions des citoyens pa p ppooofhf r rapport aux discussions mais aussi aux prises de décisions. Mathieu Berger découvre que les individus se retrouvent face à des évènements très institutionnalisés, dans lesquels « les personnes sont invitées à s’engager dans des « situations pièges » [xxviii] (…) des situations dans lesquels les discours des participants ont toutes les chances d’échouer, risquent à tout moment d’être discrédités, voire ridiculisés ».

Ces différents problèmes amènent Mathieu Berger à quitter l’association et à entamer une enquête dans différents « dispositifs participatifs » des politiques de la ville, où la prise de parole citoyenne se trouve le plus souvent entravée ou mise en échec. Il les décrit d’abord du côté des organisateurs en charge de la mobilisation. Il s’agit alors pour lui « de saisir les opérations de cadrage et les techniques de maitrise des impressions à travers lesquelles la participation est mise en discours et mise en scène, alors que l’influence citoyenne de ce projet reste très minimale dans les faits ». Il décrit également les épreuves du côté des citoyens, en mobilisant la notion de cadre (frame analysis). Il s’intéresse ainsi à la façon dont ces cadres sont constamment transgressés par les citoyens pour en évaluer le caractère très peu praticable.

Mathieu Berger nous propose d’approfondir deux points au cœur de sa recherche sur la prise de parole dans les espaces publics institutionnels : la question de la vulnérabilité des personnes et la vulnérabilité de l’expérience démocratique.

Il remarque d’abord que dans toute assemblée participative, l’auditoire se compose d’individus non ratifiés et d’individus considérés comme participants ratifiés à des titres différents. Ainsi, dans les contrats de quartier, certains participants sont présents comme « simples habitants » quand d’autres apparaissent en « délégués des habitants. ». Dans le cadre des assemblées observées aux Etats-Unis, Mathieu Berger distingue deux types de participants : « ceux qui vont être invités par les conseillers municipaux, généralement invités à la tribune dans des dispositions favorables et souvent même célébrés » et ceux qui vont prendre la parole en fin de réunion. Il y aura ainsi des droits différents d’accès et de parole à la réunion, précise Berger.

Lorsqu’il s’intéresse à la grande vulnérabilité des engagements de parole des « simples citoyens » (ces participants non spécialistes, non mandatés, qui ne sont pas particulièrement conviés à prendre la parole ni soutenus par l’institution lorsqu’ils le font), Mathieu Berger emprunte les catégories de Stigmates. Il est en effet possible de distinguer les « participants discrédités » et les « participants discréditables ».

On parlera de « participant discrédité » « quand pour s’apercevoir de l’échec de sa participation, il suffit de diriger notre attention visuelle vers cette personne ». Il illustre sa réflexion en prenant exemple de la prise de parole dans les réunions participatives aux Etats-Unis : Avant même d’avoir pris la parole, un individu se déplaçant de sa chaise à la tribune peut être discrédité par une allure, un accoutrement, des mouvements et des gestes trop lents ou trop brusques, etc. Le caractère haut en couleur, hors-norme, la folie qu’il laisse transparaître est immédiatement perçue par l’auditoire, cela avant même la prise de parole, en deçà du discours. À ce propos, Berger nous rappelle la notion goffmanienne de « “Condition de Félicité”, c’est-à-dire avant même de satisfaire aux règles pratiques que suppose l’engagement dans la discussion, il s’agit de satisfaire à une grammaire de la normalité ». Ces processus de stigmatisation posent une question qui est souvent esquivée par les théories de la démocratie celle de « l’identification de citoyens de seconde zone et de leur participation ». Berger illustre ce problème en évoquant certains de ces participants hors norme, hauts en couleurs, qui manifestent des signes de folie, ou parfois d’ébriété, qu’il a interviewés, et qui sont catégorisés par les personnes en charge du participant comme des gadflies (« mouches du coche »). Certains, comme pour les personnes stigmatisées chez Goffman, en tirent de la fierté ; d’autres, de la honte.

À côté des participants discrédités, il y a « les personnes discréditables, qui en prenant la parole dans des conditions défavorables, prennent le risque considérable, de se montrer publiquement incapables et d’être discrédités en tant que possibles acteurs des politiques de la ville ». Mathieu Berger nous propose alors une typologie des engagements ratés, qui tient à certaines règles qui ont été transgressées. « La compétence citoyenne ne serait alors ici, poursuit Mathieu Berger, pas moins une compétence discursive ou d’argumentation, qu’une compétence de contextualisation qui en l’occurrence est plurielle dans la mesure où elle porte sur différentes dimensions contextuelles, sur différents niveaux du cadre »

Mathieu Berger nous présente ensuite, à partir de trois cas de figure, la question de « la vulnérabilité de l’expérience démocratique aux engagements malheureux ou ravageurs » :

–       La question des ruptures de cadre majeures, où la situation s’effondre littéralement.

–       La mise en suspens de l’activité démocratique (ou virtualisation de la participation) : « On va montrer comment, précise Berger, les acteurs essaient de faire cohabiter constamment un cadre interactionnel qui ressort dans la démocratie représentative et un autre cadre interactionnel ressortant de la démocratie participative. Les échanges ne peuvent alors se pratiquer que sur cette ambigüité interactionnelle et chaque tentative d’actualiser un type de rapport qui ressortirait d’un cadre ou de l’autre tend à interrompre la participation ».

–       L’introduction d’un second degré dans l’activité démocratique (ou modalisation de la participation). « Devant l’échec de cette participation institutionnelle en assemblée, on retrouve toute une série d’expérimentations sur le mode du ludique (…), ou sous la forme de la mise en scène cérémonielle ».

 

Bibliographie du compte rendu :

Berger M., 2011, « Micro-écologie de la résistance. Les appuis sensibles de la parole citoyenne dans une assemblée d’urbanisme participatif à Bruxelles », in Berger M., Cefaï D., & Gayet-Viaud C., (dir.), Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles: Peter Lang (« Action publique »).

Berger M., Cefaï D., & Gayet-Viaud C., (dir.), 2011, Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles: Peter Lang (« Action publique »).

Berger M., 2012, « Mettre les pieds dans une discussion publique. La théorie goffmanienne des rôles communicationnels appliquée aux assemblées de démocratie participative », in Cefaï D. & Perreau L. (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: CEMS et Amiens : CURAPP.

Berger M., à paraître, Les cadres de l’expérience démocratique. Enquête sur les voix citoyennes dans un dispositif de démocratie technique à Bruxelles, Bruxelles: P.I.E. Peter Lang (« Action publique »).

Bourdieu P., Chamboredon J.-C. & Passeron J.-C., 2005, Le métier de sociologue: Préalables épistémologiques. 5e édition. Berlin ; New York: Mouton de Gruyter, (« Les Textes sociologiques »).

Cefaï D. & Perreau L. (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: CEMS et Amiens : CURAPP.

Cefaï D., & Gardella E., 2012, « Comment analyser une situation ? De Frame Analysis à Forms Of Talk », in Cefaï D. & Perreau L. (dir.), Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: PUF et Amiens : CURAPP, pp. 230-263.

Cefaï D., 2013, « L’ordre public. Micropolitique de Goffman », Postface à E. Goffman, 2013 Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris: Economica, (« Etudes sociologiques »), pp. 207-288.

Gardner C.B., 1995, Passing By: Gender And Public Harassment. Berkeley: University of California Press.

Gayet-Viaud C., 2009, « La femme autonome et l’homme galant. Intransigeances du respect et acrobaties de l’égard dans la civilité urbaine », in Jouan M. et Laugier S. (dir.), Penser l’autonomie, Paris : PUF, (« Éthique et philosophie morale »).

Gayet-Viaud C., à paraître, La civilité. Enquête sur les formes élémentaires de la coexistence urbaine, Paris: Economica, (« Études sociologiques »).

Goffman E., 1953, Communication Conduct In An Island Community, thèse de doctorat, département de sociologie, Université de Chicago.

Goffman E., 1957, « Interpersonal Persuasion », In B. Schaffner, Group Processes: Transactions Of The Third, New York, pp. 117-193.

Goffman E., 1968, Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Trad. de Asylums : Essays On The Social Situation Of Mental Patients And Other Inmates, par L. Lainé & C. Lainé, Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

Goffman E., 1970, Strategic Interaction. Philadelphia: University of Pennsylvania Press.

Goffman E., 1972, Encounters: Two Studies In The Sociology Of Interaction. Harmondsworth: Penguin.

Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne 1, La présentation de soi, trad. de The Presentation Of Self In Eeveryday Life, par Accardo A., Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

Goffman E., 1979, Gender Advertisements. 1st Harper Colophon ed. Harper Colophon Books. New York: Harper & Row.

Goffman E., 1981, « Program Committee Encourages Papers On Range Of Methodologies », American Sociological Association Footnotes, vol. 9/August, n°6.

Goffman E., 1991, Les cadres de l’expérience. Trad. de Frame Analysis : An Essay Of The Organization Of Experience, par I Joseph, M. Dartevelle et P. Joseph, Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

Goffman E., 2001, Les Rites d’interaction, trad. de Interaction Ritual par A. Kihm, Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

Goffman E., 2013, Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, trad. de Behavior In The Public Places : Notes On The Social Organization Of Gatherings, par D. Cefaï, Paris: Economica, (« Etudes sociologiques »).

Hochschild A.R., 2012, The Managed Heart. Commercialization Of Human Feeling. Berkeley: University of California Press.

Lofland L.H., 1985, A World Of Strangers : Order And Action In Urban Public Space. Prospect Heights, Ill.: Waveland Press.

Sapir E., 1976, Linguistique, trad. par J.-É. Boltanski & N. Soulé-Susbielles, Paris: Minuit, (« Le Sens Commun »).

Smith G. & Winkin Y., 2012, « Comment devenir un chercheur interstitiel. W. Lloyd Warner, premier mentor d’Erving Goffman » in Cefaï D. & Perreau L. (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: CEMS et Amiens : CURAPP.

Vienne P., 2012, « L’énigme de l’institution totale. Revisiter la relation intellectuelle entre Everett C. Hughes et Erving Goffman » in Cefaï D. & Perreau L. (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: CEMS et Amiens : CURAPP.

Winkin Y. (ed.), 1980, La nouvelle communication, Paris: Seuil, (« Points Essais »).

Winkin Y., & Goffman E., 1988, Les moments et leurs hommes, Paris: Seuil/Minuit, (« Points Essais »).

Winkin Y., 2001, Anthropologie de la communication. De la théorie au terrain, Paris: Seuil (« Points Essais »).


[1] Explicitées dans Cefaï D., « Postface » in Goffman E., 2013, op. cit., p. 235-236.

[i] Goffman E., 2013, Comment se conduire dans les lieux publics, trad. de Behavior in the Public Places : Notes on the Social Organization of Gatherings par D. Cefaï, Paris: Economica, (« Etudes sociologiques »).

[ii] Cefaï D. & Perreau L. (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: CEMS et Amiens : CURAPP.

[iii] Goffman, 2013, op. cit., p.7.

[iv] Sapir E., 1976, Linguistique, trad. par J.-É. Boltanski & N. Soulé-Susbielles, Paris: Editions de Minuit, (« Le Sens Commun »).

[v] Goffman introduit Comment se conduire dans les lieux publics en explicitant que ces analyses sont tirées de ses enquêtes ethnographiques aux îles Shetland et à l’Hôpital psychiatrique de Saint Elisabeth, mais aussi d’observations d’interactions dans les lieux publics ou de prescriptions tirées de manuels de savoir-vivre (p.6).

[vi] Goffman E., 1981, « Program Committee Encourages Papers on Range of Methodologies », American Sociological Association Footnotes, vol. 9, n°6August.

[vii] Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne 1, La présentation de soi, trad. de The Presentation Of Self In Everyday Life, par A. Accardo, Paris: Éditions de Minuit, (« Le Sens commun »).

[viii] Goffman E., 1991, Les cadres de l’expérience. Trad. de Frame Analysis : An Essay Of The Organization Of Experience, par I. Joseph, M. Dartevelle et P. Joseph, Paris: Les Editions de Minuit, (« Le Sens commun »).

[ix] Goffman E., 1957, « Interpersonal Persuasion », In B. Schaffner, Group Processes. Transactions Of The Third, New York, p. 117-193.

[x] Winkin Y., & Goffman E., 1988, Des moments et leurs hommes, Paris: Seuil (« Points Essais »).

[xi] Bourdieu P., Chamboredon J.-C. & Passeron J.-C., 2005, Le métier de sociologue: Préalables épistémologiques. 5e édition. Berlin ; New York: Mouton de Gruyter, (« Les Textes sociologiques »).

[xii] Goffman E., 1968, Asiles : Etudes sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Trad. de Asylums : Essays On The Social Situation Of Mental Patients And Other Inmates, par L. Lainé & C. Lainé C., Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

[xiii] Goffman E., 1979, Gender Advertisements. 1st Harper Colophon ed. Harper Colophon Books. New York: Harper & Row.

[xiv] Goffman E., 1970, Strategic Interaction. Philadelphie: University of Pennsylvania Press.

[xv] Goffman E., 1972, Encounters: Two Studies In The Sociology Of Interaction. Harmondsworth: Penguin.

[xvi] Lofland L.H., 1985, A World Of Strangers : Order And Action In Urban Public Space. Prospect Heights, Ill.: Waveland Press.

[xvii] Hochschild A.R., 2012, The Managed Heart Commercialization Of Human Feeling. Berkeley: University of California Press, http://site.ebrary.com/id/10555078.

[xviii] Gardner C.B., 1995, Passing By: Gender And Public Harassment. Berkeley: University of California Press.

[xix] Daniel Cefaï fait référence ici au chapitre 12 de l’ouvrage : « Structures et fonctions des propriétés situationnelles », pp. 165-168.

[xx] À propos du rapport de Goffman à Warner, voir Smith G. & Winkin Y., 2012, « Comment devenir un chercheur interstitiel. W. Lloyd Warner, premier mentor d’Erving Goffman » in Cefaï & Perreau., op. cit.

[xxi] À propos du rapport de Goffman à Hughes, voir Vienne P., 2012, « L’énigme de l’institution totale. Revisiter la relation intellectuelle entre Everett C. Hughes et Erving Goffman » in Ibid.

[xxii] La citation exacte de Goffman est la suivante : « Pour faire bref, un ordre social peut être défini comme la conséquence de tout ensemble de normes morales qui régulent la façon dont des personnes poursuivent leurs objectifs. Cet ensemble de normes ne spécifie pas les finalités que poursuivent les participants, ni le schéma formé par la composition ou l’intégration de ces finalités les unes avec les autres. Il concerne seulement les modalités de leur visée » Goffman, 2013, op. cit., p.10.

[xxiii] Ibid., p. 18

[xxiv] Goffman E., 2001, Les Rites d’interaction, trad. de Interaction Ritual par A. Kihm, Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

[xxv] Gayet-Viaud C. (à paraître), La civilité. Enquête sur les formes élémentaires de la coexistence urbaine, Paris: Economica (« Études sociologiques »). Pour un article de synthèse voir : Gayet-Viaud C., 2011, « La moindre des choses. Enquête sur la civilité urbaine et ses péripéties », in BEGER M., CEFAÏ D., Gayet-Viaud C., (dir.), Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble. Paris : Economica.

[xxvi] Goffman, 1973, op. cit. p. 237.

[xxvii] Berger M. (à paraître), Les cadres de l’expérience démocratique. Enquête sur les voix citoyennes dans un dispositif de démocratie technique à Bruxelles, Paris : Economica.

[xxviii] Il reprend ici la notion de Goffman de cadre piégé de l’expérience in Goffman, 1991, op. cit.

A la vie, à la mort. Euthanasie : le grand malentendu – Philippe Bataille

Parution de l’ouvrage « A la vie, à la mort. Euthanasie : le grand malentendu » de Philippe Bataille aux Editions Autrement, collection Haut et Fort, septembre 2012.

Premières lignes de l’introduction du livre – pages 9 et 10:

« Un médecin ne tue pas. Cela arrive, mais ne se dit pas. Cela se sait, mais ne se répète pas. Cela se fait, mais ne se pense pas. Alors il y a des problèmes, et même beaucoup de problèmes. Car il existe des gens qui souffrent de ne pas mourir. Et d’autres, en plus grand nombre, qui s’interrogent sur le sens de l’agonie qu’ils endurent. Pas n’importe qui. Des incurables qui ont lutté tant qu’ils le pouvaient et qui sont sans espoir ; des handicapés, enfermés dans leurs corps, qui n’en peuvent plus de vivre ; des parents sidérés devant leur enfant inanimé et qui demandent que « cela s’arrête ». La loi Leonetti de 2005 sur la fin de vie incite la médecine à leur répondre. Depuis, le médecin dit aux incurables qu’il n’assiste pas la mort. Il rappelle à l’emmuré qu’il respecte l’interdit d’euthanasie. Et l’hôpital suggère à des parents désespérés de lui abandonner leur enfant plutôt que d’envisager une aide active à mourir. D’euthanasie et d’aide médicale à mourir, il sera pourtant question dans ce livre. Que voit-on lorsqu’on se situe aux frontières de l’interdit de tuer qui souvent résiste, parfois lâche ? Pourquoi ? Comment ? Qui ? Qu’advient-il des patients qui attendent la mort sans consentir aux soins qui leur sont imposés ? Quelle mort la maladie réserve-t-elle à ceux qui l’ont combattue quand ils ont perdu ? Et qu’en disent leurs proches ? Que dire les concernant ?

Ce livre pénètre les silences de l’hôpital sur les demandes d’en finir demeurées sans réponse. Il s’intéresse à ce que l’on entend et ce qui se dit, mais aussi se vit, pour les médecins et les soignants, du refus de l’aide médicale à mourir et de l’interdit d’euthanasie. Quelle médecine pratiquent-ils ? Quel sens donnent-ils à leurs soins ? Pourquoi, en régime palliativiste, chaque demande d’aide médicale à mourir est-elle abordée comme un suicide assisté pourchassé par la loi, jusqu’à l’obsession ? »

 

Philippe Bataille, A la vie, à la mort. Euthanasie: le grand malentendu, éditions Autrement, collection Haut et Fort. Paru en septembre 2012.

Philippe Bataille est sociologue, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), directeur du Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (CADIS: EHESS-CNRS) et responsable de la formation doctorale et de master de sociologie de l’EHESS.

 

Pour aller plus loin:

Lire l’interview réalisée par Laura Chartain et publiée sur ce site: http://mastersociologie.hypotheses.org/2366

 

Mais aussi:

Article paru dans l’édition du Monde du 19 septembre 2012 : « Les malades sont culpabilisés de vouloir hâter leur propre mort »

Article paru dans l’édition de Libération du 14 septembre 2012: « On mélange aide à mourir et à s’éteindre »

Emission « Les Matins de France Culture », 19 septembre 2012: La société face à la fin de vie

 

 

 

The New Arab Revolutions that Shook the World – Fahrad Khosrokhavar

Farhad Khosrokhavar, The New Arab Revolutions that Shook the World, Paradigm Publishers, Boulder, USA, 350 pages, mai 2012.

Dans ce livre Khosrokhavar dresse l’historique des mouvements démocratique dans le monde arabe dans la dernière décennie, en comparaison avec l’Iran. Il donne une vue synoptique de ces mouvements, et en particulier, de leurs acteurs, autant anciens que nouveaux.

Les anciens acteurs sont les syndicalistes, les ouvriers, les chômeurs en quête désespérée d’un emploi. Les nouveaux acteurs sont les « netizens », les nouveaux défenseurs du droit de l’homme (la nouveauté est leur nombre élevé et leur conscience d’appartenir à une mondialité morale), les journalistes auto-proclamés ainsi que la jeunesse plus ou moins éduquée. L’auteur analyse en particulier l’avènement des femmes qui parviennent quelquefois à se rehausser au niveau du leadership de mouvement de révolte sans s’assurer d’une composante nécessairement féministe dans ces mouvements.

L’auteur décrit et analyse ces mouvements sur fond d’une évolution démographique et éducative importante dans la région, avec des formes de socialisation nouvelle, au sein de nouvelles formes de corruption et de répression ouvertes par la période d’Infitah (Ouverture économique des régimes). Il insiste sur la nature spécifique de ces mouvements « effervescents » dans le sens durkheimien, avec unification d’une grande partie de la société civile pour des périodes plus ou moins courtes contre les dictatures, ce qui donne par la suite la clé des formes de « refroidissement » de ces mouvements où les formes de rupture apparaissent en leur sein.

L’auteur analyse autant les tendances à la démocratisation que les obstacles qui s’y dressent : le sectarisme, les conflits religieux (chiite versus sunnite, kurde versus arabe, formes tribales d’affiliation avec les types d’alliance et de rupture d’alliance qui s’opposent à une stabilisation de l’Etat….), la manipulation par des Etats autoritaires des mouvements sociaux, ainsi que la lutte pour l’hégémonie au niveau des acteurs régionaux et internationaux (Les Etats-Unis, Israël, l’Arabie Saoudite, l’Iran)ainsi que l’émergence ou le renforcement des acteurs politiques étatiques (la Turquie, Qatar) mais aussi des structures transnationales arabes (comme la Ligue Arabe…).

L’ouvrage montre comment les diverses tendances démocratiques affrontent les divisions de la société, divisions accentuées par les Etats autocratiques, mettant fin à la réussite « facile » du début des révolutions arabes (les cas tunisien et égyptien).

Pour conclure, l’auteur souligne l’irréversibilité des révolutions arabes et l’émergence de nouveaux types d’intellectuels qu’il qualifie d’ « intellectuels intermédiaires » où des activistes du corps médical, des artistes de Rap et de Hard Metal ainsi que des « netizens » jouent un nouveau rôle pour la promotion des « intellectuels modestes » qui n’entendent plus être d’avant-garde et suivent le mouvement plutôt que de vouloir lui imprimer une direction par le haut.

L’ouvrage insiste particulièrement sur la dimension symbolique des révolutions arabes où les formes de mobilisation à la « Place Tahrir » côtoient d’autres types de mobilisation (dans le sens du mouvement tout au long des axes et des « avenues » en contraste avec le modèle de fixation sur un espace géographique chargé de symboles). Il décrit aussi les formes de traitement symbolique des régimes autocratiques où, à la différence des mouvements islamistes marqués par un « sérieux mortel », ces mouvements procèdent par une ironie désacralisante. Les nouvelles formes de tolérance, de non-violence, mais aussi leurs limites sont bien marquées dans cet ouvrage.

Pour aller plus loin:

Lire l’interview réalisé par Clément Therme et Tara Mousavier et publiée sur ce site : http://mastersociologie.hypotheses.org/2287

Lire le quatrième de couverture (en anglais) : http://www.paradigmpublishers.com/books/BookDetail.aspx?productID=287382

La seconde vie des bébés morts – Dominique Memmi

Parution de l’ouvrage La seconde vie des bébés morts de Dominique Memmi aux Editions de l’EHESS. Depuis le début des années 1990, les hôpitaux européens ont révolutionné les pratiques entourant la mort du fœtus ou du nourrisson. Escamoter l’enfant mort et inciter les parents à « passer à autre chose », tel était l’usage jusqu’alors. Apprendre à « faire son deuil », telle est la règle désormais. Le deuil devient volontariste, presque appliqué. Mais le plus surprenant est sans doute l’invite systématiquement faite aux parents de regarder leur enfant mort. Internationale, cette mutation fut aussi radicale : en dix ans, une page de l’histoire de la mort enfantine a été tournée. Elle cristallise une nouvelle manière de saluer les morts rendant essentielles la matérialité et l’incarnation du souvenir. Que s’est-il passé pour que la présentation ou la représentation du corps devienne, ou redevienne, incontournable pour penser la perte ? Un simple retour au passé ? Fétichisation du corps et psychologisation de son usage : le corps, la chair, le donné biologique sont appelés au secours des psychés. Mais le phénomène se limite-t-il bien au cas des bébés morts ? Que nous suggère-t-il de la redéfinition contemporaine des identités ?

Dominique Memmi, La seconde vie des bébés morts, Éditions de l’EHESS, coll. « Cas de figure », 2011.

Dominique Memmi est sociologue et politologue, directrice de recherche au CNRS, membre du CSU et responsable de l’axe de recherche « Santé et société » à la Maison des Sciences de l’Homme à Paris.

Pour aller plus loin:

Lire l’interview réalisé par Ilan Lew et publiée sur ce site : http://mastersociologie.hypotheses.org/2130

 

Sommaire

 

1. Une petite révolution symbolique
Un état des lieux
Le tournant des années 1980-1990
Des initiatives professionnelles
Des évolutions contradictoires ?
Des usages du corps comme formule de compromis ?

2. Re-présenter les morts : rupture et continuité
Un coup d’arrêt au déni de la mort
La mise en représentation néonatale
actuelle et ses justifications
Un volontarisme institutionnel sans précédent
Un volontarisme réservé aux bébés
L’appropriation irrépressible par le regard profane

3. Deux explications insatisfaisantes
Une demande introuvable
Une vérité scientifique indécidable
Ambition scientifique et aspiration normative

4. Théorie psychanalytique et clinique médicale
D’une psychanalyse à une psychologie du deuil
La spécificité des deuils d’enfants
Une « médicalisation » du deuil ?

5. Valorisation de l’enfant et souffrance des mères
La reconnaissance de la souffrance des mères
L’enfant désiré
La promotion de l’enfant
Une souffrance historiquement construite ?
« Des femmes qui pleurent avec d’autres femmes »

6. La dure administration des restes
La vie et la mort à l’hôpital
Une réévaluation de la valeur du vivant
Les soignants ou la dure administration
des « restes »
La « biopolitique déléguée » :
des soignants au front des pratiques sociales
Contraintes et ressources propres du monde médical
L’ardente obligation au « projet d’enfant »
Affronter les apories du projet d’enfant
Maîtriser ou déléguer la gestion de l’arbitraire ?

7. Un retour au passé ?
Des scansions successives
À la recherche de compromis
Entre désincarnation et naturalisme : le corps

 

La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers – Didier Fassin

Parution de l’ouvrage La force de l’ordre Une anthropologie de la police des quartiers par Didier Fassin au Seuil. Fondé sur une enquête conduite quinze mois durant, des prémices des émeutes de l’automne 2005 jusqu’en 2007, auprès de la brigade anti-criminalité d’une banlieue parisienne, cet ouvrage met en lumière l’exception sécuritaire à laquelle sont soumises les « cités ». Au plus près du travail des policiers comme de l’expérience qu’en ont les populations, il montre que se déroulent au quotidien, près de chez nous, des scènes qui mettent en question le contrat social et la démocratie. À l’opposé des épisodes spectaculaires que relate le journalisme, Didier Fassin raconte l’ennui et l’inactivité des patrouilles, la pression du chiffre et les doutes sur le métier, les formes invisibles de violence et les relations ambiguës avec le monde politique, la banalité du racisme et des discriminations, les interrogations éthiques des agents. Restituant le climat des interventions, il replace les situations dont il témoigne aussi bien dans la perspective du contexte social et politique contemporain que dans celle des imaginaires tels qu’ils se donnent à lire au cinéma et dans les séries télévisées. Loin d’une posture confortable de dénonciation, cette étude s’efforce d’approfondir un nécessaire débat sur la manière dont on police aujourd’hui les milieux populaires et, singulièrement, les jeunes de familles immigrées.

 

Directeur d’études à l’EHESS, Didier Fassin est aussi professeur de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study de Princeton. Il a notamment publié La Raison humanitaire (Hautes Études-Gallimard-Seuil, 2010), L’Empire du traumatisme (Flammarion, 2008) et Quand les corps se souviennent (La Découverte, 2006).

 

Pour aller plus loin :

http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20111201.OBS5765/mais-qui-sont-didier-et-eric-fassin.html

Gouverner la réussite scolaire Une arithmétique politique des inégalités – Romuald Normand

Parution de l’ouvrage Gouverner la réussite scolaire Une arithmétique politique des inégalités par Romulad Normand chez Peter Lang.  Comparant les Etats-Unis, l’Angleterre et la France, ce livre éclaire le débat public face aux enquêtes internationales utilisées pour légitimer des choix stratégiques et à l’obligation de rendre compte qui s’installe dans les systèmes éducatifs. Science et politique étant liées, l’auteur explore la circulation internationale des savoirs scientifiques et experts, leur traduction en sciences de gouvernement, leur stabilisation dans des recommandations et des instruments choisis par les décideurs politiques pour justifier les réformes.

La mesure des inégalités à l’école est située ici dans une perspective sociologique, historique et comparative. Des instruments et techniques de calcul ont façonné des principes de justice comme le mérite, l’efficacité, l’équité. Leur analyse invite les lecteurs – politiques, administrateurs, personnels d’encadrement, enseignants, parents… – à découvrir l’arithmétique politique des inégalités qui a infléchi les politiques d’éducation ces dernières décennies.

 

Chercheur associé au Groupe de sociologie politique et morale (EHESS – Institut Marcel Mauss), Romuald Normand est agrégé de sciences sociales et maître de conférences en sociologie à l’Ecole normale supérieure de Lyon.

Pourquoi désobéir en démocratie ? – Albert Ogien et Sandra Laugier

Les raisons de se révolter ne manquent pas. Mais on ne se révolte pas n’importe comment : en démocratie, s’engager dans un combat contre l’injustice, l’inégalité ou la domination est un geste qui doit s’exprimer sous une forme d’action politique acceptable. Parmi ces formes se trouve la désobéissance civile qui consiste, pour le citoyen, à refuser, de façon non-violente, collective et publique, de remplir une obligation légale ou réglementaire parce qu’il la juge indigne ou illégitime, et parce qu’il ne s’y reconnaît pas.

Cette forme d’action est souvent considérée avec méfiance : pour certains, elle ne serait que la réaction sans lendemain d’une conscience froissée puisqu’elle n’est pas articulée à un projet de changement politique ; pour d’autres, à l’inverse, elle mettrait la démocratie en danger en rendant légitime un type d’action dont l’objet pourrait être d’en finir avec l’État de droit.

Ce livre original, écrit par un sociologue et une philosophe, analyse le sens politique de la désobéissance, en l’articulant à une analyse approfondie des actes de désobéissance civile qui prolifèrent dans la France d’aujourd’hui – à l’école, à l’hôpital, à l’université, dans des entreprises, etc. Il montre comment ces actes s’ancrent avant tout dans un refus de la logique du résultat et de la performance qui s’impose désormais comme un mode de gouvernement. À la dépossession qui le menace – dépossession de son métier, de sa langue, de sa voix – le citoyen ne peut alors répondre que par la désobéissance, dont le sens politique doit être pensé.

Les raisons de se révolter ne manquent pas. Mais on ne se révolte pas n’importe comment : en démocratie, s’engager dans un combat contre l’injustice, l’inégalité ou la domination est un geste qui doit s’exprimer sous une forme d’action politique acceptable. Parmi ces formes se trouve la désobéissance civile qui consiste, pour le citoyen, à refuser, de façon non-violente, collective et publique, de remplir une obligation légale ou réglementaire parce qu’il la juge indigne ou illégitime, et parce qu’il ne s’y reconnaît pas.

Cette forme d’action est souvent considérée avec méfiance : pour certains, elle ne serait que la réaction sans lendemain d’une conscience froissée puisqu’elle n’est pas articulée à un projet de changement politique ; pour d’autres, à l’inverse, elle mettrait la démocratie en danger en rendant légitime un type d’action dont l’objet pourrait être d’en finir avec l’État de droit.

Ce livre original, écrit par un sociologue et une philosophe, analyse le sens politique de la désobéissance, en l’articulant à une analyse approfondie des actes de désobéissance civile qui prolifèrent dans la France d’aujourd’hui – à l’école, à l’hôpital, à l’université, dans des entreprises, etc. Il montre comment ces actes s’ancrent avant tout dans un refus de la logique du résultat et de la performance qui s’impose désormais comme un mode de gouvernement. À la dépossession qui le menace – dépossession de son métier, de sa langue, de sa voix – le citoyen ne peut alors répondre que par la désobéissance, dont le sens politique doit être pensé.

A. Ogien, S. Laugier,

Pourquoi désobéir en démocratie ?

La Découverte, Paris 2010.

Pour aller plus loin :

http://lectures.revues.org/1182

http://www.mouvements.info/pourquoi-desobeir-en-democratie.html

https://www.franceculture.fr/oeuvre-pourquoi-desobeir-en-democratie-de-sandra-laugier-et-albert-ogien

http://www.scienceshumaines.com/pourquoi-desobeir-en-democratie_fr_26168.html

http://www.alternatives-economiques.fr/pourquoi-desobeir-en-democratie_fr_art_965_51659.html

https://www.dailymotion.com/video/xmzw9w_les-indignes-selon-albert-ogien-1-3_news

Les os, les cendres et l’Etat – Arnaud Esquerre

Parution de l’ouvrage Les os, les cendres et l’Etat par Arnaud Esquerre

 

Qui, aujourd’hui, se préoccupe des os et des cendres des morts ?

Personne, si l’on devait s’en tenir à la réponse apportée depuis les années 1970 par ceux qui soutiennent que l’individualisme contemporain aurait conduit en Europe à un « déni de la mort ». Cependant cette idée apparaît fausse dès lors qu’on quitte la théorie pour s’intéresser aux pratiques concernant les morts. La crémation, l’exhibition de restes humains dans les musées, les « profanations » et les morts suspects dans les enquêtes médico-légales sont autant de terrains d’enquête qui révèlent que les morts font l’objet d’un intérêt accru, et qu’ils sont traités, depuis la fin du xxe siècle, d’une manière inédite par l’État. Cette configuration nouvelle se déploie alors qu’ont lieu de profonds et rapides changements, parmi lesquels le développement massif de la crémation, l’interdiction de montrer des restes humains et leur restitution à des « peuples autochtones » qui les réclament, la transformation de l’atteinte aux morts en un délit d’expression, et l’émergence des autopsies virtuelles les « virtopsies » -.

Derrière ces modifications aux apparences hétérogènes, l’ouvrage montre l’avènement d’une nouvelle conception de la communauté, « morte-vivante », qui suppose de traiter les restes humains comme des « personnes incomplètes ».

Arnaud Esquerre

Les os, les cendres et l’État

Paris, Fayard, 2011

 Arnaud Esquerre est membre associé au GSPM (EHESS), il a déjà publié La manipulation mentale. Sociologie des sectes en France (2009), ouvrage issu de sa thèse dirigée par Luc Boltanski. Il a codirigé avec Gérôme Truc le numéro de Raisons politiques « Morts et fragments de corps » publié en février 2011.

Pour aller plus loin :

 https://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-les-os-les-cendres-et-l-etat-d-arnaud-esquerre-ed-fayard-2011-11-19

 http://radiofrance-blogs.com/bernard-thomasson/2011/11/02/que-faire-des-restes-apres-la-mort/

 http://www.scienceshumaines.com/les-os-les-cendres-et-l-etat_fr_28106.html


Les travailleurs des déchets – coordonné par Delphine Corteel et Stéphane Le Lay

Parution de l'ouvrage, "Les travailleurs des déchets", coordonné par Delphine Corteel
et Stéphane Le Lay et préfacé par Alain Corbin.


« Ce beau livre, dirigé par Delphine Corteel et Stéphane Le Lay, est nourri par
l’histoire. Il se fonde sur l’enquête de terrain. Il montre la diversité des
cultures du déchet. Il met en évidence l’intensité des multiples formes de la
sidération, de l’angoisse, de l’anxiété suscitées par le maniement de l’ordure
voire par sa simple proximité. Le lecteur, au fil des pages, se construit un
nouveau regard sur les travailleurs du déchet. Les auteurs l’invitent à
l’empathie. Il en vient à partager de multiples émotions où se mêlent le dégoût,
la honte, la peur, l’humiliation, la fierté. La lecture du livre, sourdement,
suggère des modes d’engagement collectif. »
Alain Corbin

Delphine Corteel est anthropologue, maître de conférences à l’université de
Reims, chercheure à l’IDHE-Cachan.
Stéphane Le Lay est sociologue, chercheur associé au CRTD-CNAM.
Avec la participation de : Sabine Barles, Régine Bercot, Carlotta Caputo,
Claudia Cirelli, Bénédicte Florin, Isabelle Gernet, Agnès Jeanjean, Dominique
Lhuilier, Frédéric Michel, Thierry Morlet, Nadine Poussin, Barbara Prost,
Valérie Pueyo, Angelo Soares, Serge Volkoff.
Avec le soutien de l'ORDIF (Observatoire régional des déchets d'Ile de France)
11 x 17 - 328 pages - 18 €
ISBN : 978-2-7492-1436-8
Editions erès
Collection « Clinique du travail » dirigée par Yves Clot et Dominique Lhuilier
En librairie à partir du 25 août 2011