Archives de catégorie : Méthodes qualitatives

Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Pierre Joffre livre dans ce billet quelques résultats issus de son mémoire de Master 2 de sociologie dans lequel il s’est attaché à comprendre les différences relatives à l’espace perçu, d’un quartier à l’autre, au sein du 18ème arrondissement de Paris. Pour saisir ces différences, il a notamment demandé à ses enquêtés de dessiner sur une carte les frontières  de ce qu’ils identifient comme leur quartier, en distinguant les espaces propres aux diverses activités qu’ils y déploient. Ce billet est ainsi, au-delà d’une analyse documentée du sentiment d’appartenance spatiale dans ces micro-quartiers parisiens, une proposition méthodologique et réflexive toute à fait originale.

Ni « purement populaire, ni vraiment bourgeois »[1] pour reprendre les termes d’Antoine Prost, le 18ème arrondissement de Paris fait sans doute partie des plus contrastés en termes de population. Par la mosaïque qu’il offre, il semblait intéressant de l’étudier plus précisément en se penchant sur deux micro-quartiers très différents, qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain, Marcadet-Poissonniers et Lamarck-Caulaincourt-Damrémont. Le travail de master s’interroge ainsi sur le rapport à la mixité sociale des populations qui vivent dans un arrondissement contrasté dans son ensemble, mais qui peut abriter des micro-quartiers beaucoup plus homogènes. Continuer la lecture de Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Ce billet s’inscrit dans le cadre d’une enquête collective issue d’un partenariat entre l’Ouscipo[1] et le Samu Social de Paris. Il s’agit du deuxième billet issu de cette enquête collective publié sur ce carnet. Dans le cadre de sa mission de lutte contre la grande exclusion, le Samu Social de Paris propose un accueil de jour ou des possibilités d’hébergement la nuit aux personnes sans-domicile. Menée en 2015-2016 par une vingtaine d’étudiants répartis dans quatre centres, cette enquête collective a constitué pour nous une initiation “à la recherche par la recherche” par le biais d’un dialogue permanent avec les acteurs de la société civile. Cette recherche s’appuie sur une semaine d’enquête de terrain au sein d’un des Lits Halte Soins Santé (LHSS). Créés dès l’origine du Samu Social de Paris en 1993 et ouverts à titre expérimental, ils ont été pérennisés par décret le 17 mai 2006 et homologués « structure médico-sociale ». Les LHSS hébergent les sans domicile à temps complet et sans conditions pour une durée limitée à deux mois renouvelables.  

*             *

*

Au cours de cette riche semaine de terrain, nous avons réalisé des entretiens et des observations auprès du personnel et des hébergés de la structure[2], avec pour point de départ la thématique de l’« éloignement ». Les structures du Samu Social peuvent prononcer des mesures dites d’« éloignement » à l’encontre des personnes accueillies ou hébergées. Il s’agit d’exclusions valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie. Ainsi, nous avons abordé notre enquête avec pour volonté première d’observer les logiques pouvant conduire à de telles décisions.  

« Vous me foutez dehors. »

Continuer la lecture de Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Les archives, une source pour le sociologue

Par Alexandar Arroyo.

Dans ce billet, Alexandar Arroyo, étudiant en master « Histoire et civilisations », souligne l’intérêt pour les sociologues de mobiliser des matériaux d’archives, à condition de les traiter avec méthode et précaution. Ce texte est issu du travail qu’il a réalisé dans le cadre du séminaire « Introduction à l’usage des archives en sociologie ».

*                *

*

L’usage des archives n’a rien d’évident ni d’habituel en sociologie. La sociologie s’est érigée tardivement, au XIXème siècle, comme une science sociale autonome, et un des enjeux majeurs a été d’affirmer l’indépendance de cette discipline nouvelle face à des sciences sociales déjà institutionnalisées, en particulier l’histoire. La place des archives en sociologie porte la marque de ce processus. Alors que l’histoire a eu tendance à accorder un rôle central (et parfois excessif) aux archives, la sociologie a eu tendance à l’inverse à rejeter les archives au profit d’autres sources : le sociologue serait l’homme du terrain, abandonnant l’usage des archives à l’historien – on a même parlé d’une « mystique du terrain »1 .

Il faut cependant dépasser ces images préconçues : nous voulons montrer ici, en nous appuyant sur les textes de sociologues et d’historiens, que les archives sont des sources disponibles pour le sociologue, et qu’il ne faudrait pas les rejeter en raison des représentations qui ont accompagné la fondation de ces disciplines. Par ailleurs, la pratique croissante de l’interdisciplinarité en sciences sociales tend, sinon à remettre en cause, du moins à brouiller les frontières entre disciplines, et l’emprunt de méthodes est sans doute plus facile de nos jours. Le sociologue peut mettre à profit les apports de l’histoire et l’expérience des historiens avec les archives, tout en s’inscrivant dans une démarche clairement sociologique.

Qu’est-ce qu’une archive ? Questions de définition.

Travailler avec des archives implique de bien connaître les sources auxquelles on a affaire. On peut ici rappeler la définition juridique, en France, des archives :

« Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité. »2

Cette définition, très large, permet de saisir plusieurs aspects des archives : elles sont produites, elles sont d’abord un document qui a un usage et une finalité propres, et enfin elles sont conservées. Leur production est historiquement située : ce sont des documents produits dans un certain contexte, et pour répondre à un besoin précis. Et ces documents ne deviennent des archives que dans un second temps, lorsque leur conservation est organisée.

Le cas le plus fréquent est celui des archives publiques, qui organisent systématiquement la collecte et la conservation des archives des administrations d’État. Dans ce cas, les archives sont plus que des documents : elles ont aussi un rôle politique, comme symbole de l’État et de sa continuité. Ces enjeux de souveraineté ont été analysés par l’historienne Sophie Cœuré dans La Mémoire spoliée3 à propos des archives françaises spoliées par les autorités d’occupation allemandes durant la Seconde Guerre mondiale, puis par les troupes soviétiques à la fin de la guerre : l’archive devient un trophée, au service de la politique nazie, puis soviétique. Un État, une institution créent des fonds d’archives qui participent de leur légitimité. Tous les États ont des « Archives nationales » ou « Archives d’État », et il n’est pas rare qu’un chercheur étranger doive passer par l’ambassade de son pays pour y avoir accès : les archives de l’État sont à la fois un patrimoine national (en principe librement accessible à tous les citoyens), et un attribut de la souveraineté étatique, d’où la volonté de contrôler l’accès aux archives.

Mais la conservation peut aussi se faire dans un cadre privé, avec des finalités diverses : la reconnaissance de droits, la mémoire, voire ce que l’anthropologue Michel Naepels appelle la « piété familiale »4. Le lieu de la conservation est alors important : dans les fonds d’archives, ce sont des archivistes professionnels, avec leurs techniques propres, qui organisent les fonds ; dans des collections privées, on peut se trouver face à des archives sans véritable organisation. Et si l’accès est encadré par la loi pour les archives publiques, il est à la discrétion des détenteurs pour des archives privées. Ce n’est pas sans problèmes pour le chercheur : son travail est-il totalement libre, si l’accès à ses sources peut lui être refusé à tout moment ?

La définition légale de l’archive évoque la question de la « forme » et du « support » : tout type de document peut devenir une archive dès lors qu’il est conservé à cette fin. Il faut donc être attentif à la nature du document conservé. Il est vrai que les archives, dans les représentations comme dans la réalité des fonds existants, sont majoritairement des documents écrits. Toutefois, de plus en plus de documents électroniques, sonores ou visuels, sont conservés aujourd’hui, et suscitent un réel intérêt. Sous le terme unique d’archives, on trouve une grande diversité de documents, et c’est en fait la conservation qui constitue l’archive.

Quelle méthode face aux archives ?

« L’archive ne “dit” rien au sociologue, hors d’une problématique et d’une réflexion donnée » souligne à raison la sociologue Liora Israël dans « L’usage des archives en sociologie »5. Elle critique l’illusion d’une transparence des archives. C’est au contraire un des pièges possibles : penser que le document ancien nous met en contact, sans filtres, avec la réalité du passé. Nous l’avons vu, l’archive est produite dans un contexte précis, par des acteurs situés et pour des finalités qui leur sont propres ; et elle est conservée dans un certain cadre. L’usage des archives doit donc s’accompagner d’une réflexion sur la production et sur la conservation.

Les archives et leur production : une nécessaire contextualisation

Comme l’écrit Liora Israël, l’usage des archives doit s’accompagner d’une « sociologie des archives » : ici sociologues et historiens partagent un certain nombre de méthodes, de techniques afin d’opérer un travail critique sur le document. Le chercheur doit expliciter la situation dans laquelle sa documentation est produite. Cela implique de reconstituer un contexte de production, d’interroger la situation sociale des acteurs, l’histoire et la position des institutions concernées, mais aussi les représentations, les discours qui circulent dans une société donnée. Une solide connaissance du contexte historique est également indispensable.

Par ailleurs le document n’est pas produit pour lui-même, mais pour répondre à des motivations, des intérêts qui jouent un rôle déterminant. On doit s’intéresser non seulement à l’auteur, mais aussi au destinataire du document. C’est d’autant plus vrai pour des archives d’administrations publiques : dans la masse des documents adressés à un ministre par exemple, seule une petite partie est réellement lue par celui-ci ; il faut alors se demander quel bureau, quel service a effectivement reçu et lu ce document. Il est nécessaire de connaître le fonctionnement concret des institutions dont on utilise les archives pour bien comprendre et utiliser ces sources.

Et même lorsque ces documents ne semblent pas destinés à être lus, ces questions se posent, car l’acte même d’écrire est significatif. Travaillant sur des archives missionnaires, Michel Naepels rappelle que « rien n’oblige un missionnaire à s’intéresser aux croyances païennes ou aux cultures anciennes, et le cas échéant, rien ne l’oblige à en témoigner par écrit »6. Les « ego-documents » (journaux intimes, mémoires) n’échappent donc pas à cette analyse : il faut être attentif aux informations que donne le document, qui peuvent être biaisées par la situation de production, mais aussi à ce que le texte ne dit pas. Le plus difficile est alors de repérer les silences, les manques d’une documentation ; et comme le montre l’historienne Arlette Farge dans Le Goût de l’archive7, ces silences sont parfois tout aussi significatifs que le contenu même des archives.

La conservation des archives : pourquoi et comment archiver ?

La conservation des archives ne va pas de soi : la manière dont elle est effectuée joue un rôle dans notre perception des sources. La conservation s’est accompagnée d’un tri, une sélection, le plus souvent motivés par l’intérêt prêté, à ce moment-là, à un ensemble de documents. Mais il arrive parfois que le tri soit fait dans l’intention de cacher ou de mettre en avant certains documents plutôt que d’autres, notamment pour des périodes historiques troublées : l’historien Marc-Olivier Baruch montre ainsi que sous Vichy, des papiers ont été détruits par des membres de l’administration qui avaient intérêt à cacher leur participation à certaines décisions8. L’accès aux archives de ces périodes a souvent provoqué des débats importants : là encore, on voit que les archives sont un enjeu de pouvoir, et l’accès peut être plus difficile pour le chercheur dès lors qu’il travaille sur des sujets « sensibles ». La tendance est cependant à la réduction des délais de communications pour la plupart des archives publiques en France.

Une autre précaution concerne l’archivistique elle-même. La question se pose le plus souvent pour les inventaires qu’utilise le chercheur, et qui sont d’une aide précieuse dans son travail. Comme le souligne Liora Israël, les inventaires sont établis indépendamment des problématiques du chercheur, et c’est là leur limite. Mais la question de la science archivistique devient plus cruciale dans un cas comme celui des archives soviétiques, évoqué par Sophie Cœuré : celles-ci ne respectent pas le principe du respect des fonds (laisser intact les collections provenant d’un même individu ou d’une même institution), et trient les documents en fonction de leur « usage opérationnel ». Cet exemple limite nous montre qu’une réflexion sur l’archivistique peut s’avérer utile dans certains cas, mais aussi que des pratiques qui semblent aller de soi, celles de l’archivistique occidentale, sont des constructions sociales et culturelles, qu’il faut garder à l’esprit.

Les archives, une source pour le sociologue ?

« L’archive n’est pas une méthode, elle est un type de document », rappelle Liora Israël. L’archive n’est donc pas essentiellement une source pour l’historien et réservée à celui-ci. De même que les historiens ont au cours des dernières décennies repris certaines techniques privilégiées de la sociologie (par exemple les entretiens), de même rien n’exclut que le sociologue puisse faire un usage fécond des archives. Le chercheur doit garder à l’esprit sa problématique lorsqu’il aborde les archives : c’est la problématique, ainsi que la méthode d’analyse qui sont proprement sociologiques, et non pas les sources utilisées.

La constitution du corpus de sources est au cœur de ce travail, et elle est déterminante pour la recherche effectuée. Liora Israël évoque ainsi la frustration du chercheur confronté à l’écart qui existe entre ses questionnements, et les faibles réponses d’une documentation qui n’a pas été produite pour lui : le chercheur doit alors tâtonner pour construire dans les limites de la documentation disponible le corpus qu’il va étudier, en fonction d’une problématique qui guide ensuite la lecture et l’analyse. Elle prend l’exemple d’un classique de la sociologie, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique9, qui s’appuie sur des documents issus d’archives : correspondances, articles de journaux, courriers de lecteurs, rapports produits par des organisations. On voit ici la diversité de la documentation disponible dans les fonds d’archives privés ou publics, et cette diversité peut être féconde pour le chercheur.

En pratique, il faut également souligner que l’usage des archives peut se faire de plusieurs manières, que la lecture des sources peut varier. La distance par rapport au texte peut ainsi être très différente, entre le sociologue qui utilise les archives pour construire des statistiques et celui qui lit le document de près pour étudier des « cas » individuels. De même, le chercheur peut s’intéresser au document pour son contenu, mais aussi travailler sur les discours, les représentations des acteurs concernés. Il peut également opérer un « déplacement du regard », comme le fait le sociologue Olivier Masclet10, lorsqu’il étudie les annotations faites par le maire communiste de Gennevilliers, dans la marge d’un document produit en 1972 par son administration au sujet de la main-d’œuvre immigrée dans la commune. Ces annotations révèlent l’écart entre le discours officiel de la mairie contre les « marchands de sommeil », et un discours informel, en marge du document, où la présence d’une population immigrée est perçue comme un coût économique pour la commune, mais aussi une menace pour les autorités communistes, en raison de leur rejet par la population française de Gennevilliers. Le détail dans la marge est alors le véritable objet du chercheur, plus que le document lui-même.

Le « paradigme indiciaire » théorisé par l’historien Carlo Ginzburg peut alors se révéler particulièrement intéressant : pour le chercheur, le plus intéressant est parfois le détail difficile à trouver, qui « cloche », qui dénote dans un document, et qui ouvre une nouvelle piste. Du reste, le travail de Carlo Ginzburg dans Le Fromage et les Vers11, montre bien que pour un chercheur attentif aux indices, même des archives clairement institutionnelles (les archives de l’Inquisition italienne chez Ginzburg), peuvent se prêter à des problématiques qui sont communes à l’histoire et à la sociologie (la culture des classes populaires, la question de la lecture et de la réception…).

Conclusion

Il faut donc insister sur l’extraordinaire diversité des usages possibles des archives, et sur le fait que c’est la problématique, les méthodes employées, qui rendent le travail du chercheur sociologique, plus que le type de matériau qu’il emploie. Les archives sont produites par des acteurs sociaux, dans un contexte donné : elles disent quelque chose de la société qui les produit, pour qui les aborde avec des questionnements et des méthodes adéquats. On voit aussi clairement les apports possibles de l’interdisciplinarité entre histoire et sociologie, en particulier pour des travaux qui se situent au croisement des deux disciplines : socio-histoire, histoire sociale, histoire culturelle… Soulignons enfin, à la suite de Liora Israël que le sociologue lui-même peut devenir producteur d’archives, et que la conservation des archives des sociologues est un vrai enjeu pour la recherche, permettant le débat, la réexploration d’un terrain, mais aussi une histoire de la sociologie et de sa constitution.

Références

1 Cacciari, « Jean-Louis Fabiani,La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 mai 2015, consulté le 09 décembre 2016. URL :

2 Article L211-1 du Code du Patrimoine [voir http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/archives-publiques/lois, consulté le 9 décembre 2016]

3  Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique (de 1940 à nos jours), Paris, Payot, 2007

4 Michel Naepels, « Contextualiser les archives missionnaires : quelques remarques méthodologiques », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 21 août 2008, consulté le 03 mai 2016, § 6. URL : http://ateliers.revues.org/1882 ; DOI : 10.4000/ateliers.1882.

5 Liora Israël, « L’usage des archives en sociologie » dans Serge Paugam (éd.), L’Enquête sociologique, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 167-185.

6 Michel Naepels, « Contextualiser les archives missionnaires… », § 3.

7 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1989, 156 p.

8 Marc-Olivier Baruch, « Introduction » dans Jean-Pierre Azéma, Marc-Olivier Baruch, et Madeleine Rebérioux, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, p. 13-19.

9 William I. Thomas et Florian Znaniecki, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’un migrant (Chicago, 1919), Paris, Nathan, 1998

10 Olivier Masclet, « Une municipalité communiste face à l’immigration algérienne et marocaine », Genèses, décembre 2001, vol. n°45, no 4, p. 150‑163.

11 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les Vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Aubier, 2014 [1e édition : Carlo Ginzburg, Il Formaggio e i vermi : il cosmo di un mugnaio del’500, Turin, G. Einaudi, 1976]

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces

Par Marion Ink, doctorante au CEMS, chargée d’enseignement au sein du master « Sociologie générale » de l’EHESS.

Ce billet a été écrit dans le cadre du séminaire de Marion Ink : « L’enquête sociologique par entretiens », donné à l’EHESS en 2015-2016.
La lecture des retranscriptions des entretiens de chacun(e) des étudiant(e)s a permis d’identifier certaines « bonnes astuces » et « petites erreurs » des étudiant(e)s-enquêteur(e)s.
Nous remercions ainsi les étudiant(e)s de ce séminaire :
BONVICINI Laura, BOUVIER Ophélie, CHONAVEL Manon, CORON Justine, DEMIRDJIAN Léa , GALIBERT-LAINE Chloé, HELSENS Théo, ISHITSUKA Aurélia Milika , LESCHEVIN Théo, LONGO Mariana, LORMEAU Marine, NIEDDA Marie-Laurence, OLIVEIRA FERREIRA Lizandra, PANIS-LIE Julien, SANTINI Geoffrey, SESTITO Rosanna, USEO Matthieu, VANHOOREN Stéphanie et VISENTIN Sylvia, pour leurs retranscriptions d’entretiens, ainsi que leurs retours.

*             *

*

« L’Entretien Non- Directif de Recherche est une pratique sociale ou/et un dispositif de recherche dont la définition minimale est la suivante : c’est un entretien principalement entre deux personnes (il peut être étendu à un groupe), un interviewer et un interviewé, conduit et enregistré par l’interviewer. Celui-ci a pour objectif de favoriser la production d’un discours de l’interviewé sur un thème défini dans le cadre d’une recherche »  
BLANCHET Alain, GIAMI Alain, GOTMAN Anne et LEGER Jean-Michel, 1993, L’entretien dans les sciences sociales. L’écoute, la parole et le sens, Paris, Dunod, p.7

Ainsi, ces « trucs et astuces » ne sont conseillés que pour favoriser la production du discours de l’enquêté. Ces conseils sont à adapter selon l’entretien, l’interaction in situ, l’entretenu, la phase de l’enquête sociologique dans lequel s’inscrit l’entretien mené, etc. Continuer la lecture de Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur.

Lou Viger est étudiante en Master 2 de sociologie générale à l’EHESS. Elle nous propose ici une réflexion sur l’enquête qu’elle mène sur un site marqué par la présence d’une centrale nucléaire, à Flamanville dans le Cotentin. La relative proximité de l’enquêtrice avec son terrain permet de mettre en lumière des aspects spécifiques du terrain, tout en interrogeant à rebours la socialisation de l’enquêtrice aux enjeux et aux riques des énergies nucléaires.


 

« J’étais parti pour le Brésil parce que je voulais devenir ethnologue»1

Lorsque Claude Lévi-Strauss décide de franchir le pas de l’ethnologie, il commence par faire un long voyage. A l’affût du dépaysement, l’ethnologue abandonne sa zone de confort et se projette dans un environnement lointain, le plus à même de lui faire éprouver l’altérité́.

Sans aller jusqu’à rejoindre l’autre rive de l’Atlantique, j’ai choisi d’enquêter dans le Cotentin, dans la commune de Flamanville que je connais bien. C’est là que se trouve la maison de mes ancêtres j’habite plusieurs semaines par an depuis l’enfance. C’est là aussi qu’à moins d’un kilomètre est installée une centrale nucléaire, avec deux réacteurs en activité depuis le milieu des années 19802. Apparemment, rien d’exotique, rien de nouveau, si ce n’est des risques liés à la radioactivité dont la conscience s’éveille ou sommeille en chacun de nous. Nous3, car je suis ici presque autant sujet et objet de l’enquête, une indigène parmi les indigènes. Continuer la lecture de En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur.

L’ethnographie, c’est tout un art !

Compte-rendu « intéressé » de l’atelier « Les enjeux de l’ethnographie dans l’étude des pratiques artistiques » des Premières rencontres annuelles d’Ethnographie de l’EHESS  (nov.2014).

 

Alexis Ruiz-Salmeron est étudiant en M2 « Sociologie générale » à l’EHESS. Il réalise un mémoire de recherche en sociologie de la culture sous la direction de Jean-Louis Fabiani. Son enquête consiste en une monographie d’un lieu innovant de représentations du spectacle vivant qui est aussi un lieu de vie et de convivialité inscrit dans le territoire : le Cent-quatre à Paris. Il s’intéresse aux représentations et aux pratiques sociales des individus, les plus impliqués mais aussi les moins concernés, dans l’usage des espaces de ce lieu. Le compte-rendu de l’atelier[1] qu’il propose est ainsi mis en perspective avec le sujet de sa recherche.

Avant tout chose, une précision. J’ai assisté à cet atelier pour en tirer un certain nombre d’enseignements pour la réalisation de mon sujet de recherche. Je n’avais, au départ, aucunement l’intention d’en proposer une restitution. Ce texte est donc l’expression des travaux des intervenants sous le prisme de ma curiosité d’apprenti-chercheur soucieux (voire inquiet !) d’en apprendre le plus possible ; non pas sur les sujets mêmes des intervenants mais sur leurs pratiques de chercheurs. Mais n’est-ce pas aussi un des objectifs de ces journées que de créer un espace d’échanges autour des pratiques de recherche commune entre des (jeunes) chercheurs recourant à l’ethnographie pour résoudre des problèmes sociologiques ?  Continuer la lecture de L’ethnographie, c’est tout un art !

Le public ? Quel public ? Expérience professionnelle et recherche en cours sur les publics dans un dispositif de concertation

 Camille Lamouche est étudiante au sein du Master 2 « Sociologie générale » de l’EHESS. Elle nous propose ici un retour sur l’enquête qu’elle a effectué pour son mémoire et les enjeux autour des différentes approches des publics dans son travail, sur le terrain des dispositifs de concertation autant que sur le plan de l’analyse sociologique qu’ils appellent.  

Dans le cadre de mon Master 2, je réalise une recherche sur la sociologie de la concertation publique, démarche qui vise à associer la population aux prises de décisions publiques. Mon sujet consiste en l’étude des acteurs-organisateurs des concertations publiques. Il s’agit d’observer leurs pratiques et plus précisément celles à l’œuvre lorsqu’ils définissent les publics qu’ils cherchent à mobiliser.

Je reviens ici sur les deux perspectives depuis lesquelles j’ai eu l’occasion d’aborder la question des publics participants aux concertations : la première, en tant que professionnelle de la communication, la seconde en tant qu’étudiante en sociologie. La première est à l’origine de questionnements concernant l’approche des publics qui est à l’œuvre chez les professionnels de la communication. La seconde a nécessité un travail de problématisation, pour transformer ces questionnements en pistes d’analyse sociologique.

L’approche professionnelle : le public, une production d’experts ?

Le public n’existe pas. Voilà l’impression que me laissent dix années d’expérience en agence-conseil en communication publique. Bien sûr, on s’adresse à lui par le biais de campagnes, de sites Internet, de supports éditoriaux et autres événements. Il est quantifié, de temps à autres. Mais il n’est qualifié, au sens scientifique du terme, que très rarement, ces agences disposant finalement de très peu de données (souvent de seconde main) sur les publics auxquelles elles adressent leurs campagnes. En revanche, les professionnels y travaillant fourmillent de convictions : le public est sans cesse évoqué voire invoqué, des décisions stratégiques sont prises en son nom. Il n’en demeure pas moins que peu de données tangibles viennent appuyer ces intuitions. C’est cela qui me laisse penser que le public n’existe pas autrement que comme fiction, construite à des fins d’expertise.

Ainsi, la posture d’émetteur professionnel – ou communicant – implique bien souvent de construire de grandes catégories de publics en s’appuyant sur l’expérience et le bon sens. Stratégies, supports, messages, plans de diffusion sont ainsi articulés à partir de ce découpage. Or, cette méthodologie intuitive couplée à des impératifs budgétaires impose des campagnes dont on imagine fort bien qu’elles excluent une large partie des publics existants. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes lorsque l’on se situe dans une logique de communication publique, avec pour impératif officiel de s’adresser à tous les citoyens. Cette lacune devient encore plus problématique quand le travail de l’agence consiste à accompagner les dispositifs de concertation publique. En effet, le but affiché de ces derniers est de pallier certains dysfonctionnements de la démocratie en favorisant la prise de parole de tous les publics concernés par le projet soumis à concertation. En toute logique, il faudrait alors veiller à mettre en œuvre une information permettant à chacun de se saisir du projet et d’être en mesure de s’exprimer à son propos. Cependant, j’ai pu constater au cours de mes expériences l’absence constante de certains publics dans ces instances participatives. Les publics participants sont ceux-là même qui participent à la vie politique traditionnelle, quand les catégories sociales déjà exclues des dispositifs de participation politique classiques le demeurent dans la plupart des cas.

J’ai également observé une forme d’agitation autour de ces questions de publics. En effet, le milieu professionnel chargé d’organiser les concertations produit une réflexion fournie autour de la mobilisation de publics représentatifs. L’idéal d’une inclusion de tous les publics au processus est revendiqué et de nombreuses suggestions d’ordre normatif sont formulées en ce sens par les acteurs de ce champ professionnel. Citons pour exemple la Commission Nationale du Débat Public, qui a établi des règles méthodologiques de référence. Par ailleurs, ce que j’ai observé dans ma pratique professionnelle s’avérait assez éloigné de ces principes, puisque la structure qui porte son projet à concertation cherche, in fine, à le faire accepter dans les meilleures conditions pour elle. Ce point de départ, tout entier tourné vers l’aboutissement de la procédure, entrave la réflexion préalable à la mise en place du dispositif. Car l’enjeu réside alors dans une fine cartographie des publics, envisagée selon leur relation avec le projet. La communication est ensuite déployée en réponse à ces postures, celles-ci étant ainsi le principal critère pour reconnaître les publics. On le devine, cette démarche laisse de côté d’autres publics.

Ainsi, la recherche de la représentativité et de l’inclusion de tous les publics n’ont pas constitué, dans les expériences qui ont été les miennes, un critère majeur dans la formalisation du dispositif de concertation. L’écart entre la promesse concertative et la réalité mise en œuvre semblait alors prononcé. Pourtant, je n’ai cessé de constater combien les acteurs du monde de la concertation affichent leur souhait de « rénover la démocratie » et de « redonner confiance aux citoyens ». Mais, une fois la pratique à l’œuvre, la question de la représentativité des publics et des moyens de l’obtenir passe après celle de la mobilisation du public : l’approche quantitative prend alors le pas sur une approche qualitative.

Crédit photo: Reuters
Crédit photo: Reuters

 

L’approche sociologique : comment la construction des publics s’opère-t-elle dans le cadre d’une concertation ?

Ces expériences professionnelles ont forgé mon souhait d’aborder les publics de ces dispositifs participatifs en adoptant un regard sociologique. En effet, les questions de démocratie, de représentativité, de publics m’ont toujours particulièrement intéressée. Elles ont aiguillé mon parcours universitaire, mes précédents mémoires, mes choix professionnels. Elles continuent de m’inspirer, puisque j’ai de nouveau souhaité creuser ces thématiques au moment de rédiger un projet pour le Master 2. La formulation initiale de mon projet était la suivante : « je cherche à interroger les effets substantiels de la concertation : participe-t-elle à une plus-value de sentiment démocratique aux yeux des participants ? ». Je souhaitais analyser les transformations de la société civile dans son rapport à la démocratie. Pour cela, mon idée était de me concentrer sur une sociologie des participants et de travailler sur l’évolution de leur rapport à la démocratie au cours de leur participation.

Intermède : Un premier mémoire qui aborde la question participative et celle du public

Mon questionnement actuel a deux foyers originels : mon parcours professionnel, on l’a vu, avec une expérience dans les coulisses des dispositifs de concertation publique. J’y ajouterais mon mémoire de maîtrise, réalisé en 2002, dont le sujet approchait la notion de participation. En avril 2002, on s’en souvient, les élections présidentielles avaient apporté leur lot de stupeur et une déflagration particulière pour le Parti Socialiste. Alors au Celsa, en Maîtrise de Communication des institutions publiques, j’avais choisi d’étudier la communication interne au sein du Parti Socialiste pendant cette année post-défaite. Je voulais observer comment la crise était vécue par les militants et ce que la direction du Parti leur proposait comme outils pour y faire face. Le bouleversement suscité par la défaite de Lionel Jospin au premier tour, et plus encore par le passage de Jean-Marie Le Pen au second, avait décidé la direction du PS à ouvrir la parole aux militants. Dans une perspective de renouveau, de refondation, d’écoute, d’échange, de partage… Pour comprendre et imaginer le futur. Au terme de mon travail, mes conclusions montraient que cette écoute était très strictement cadencée, organisée, et combien la parole donnée avait très rapidement été reprise. Une forme d’instrumentalisation du public militant qui, j’ai pu m’en rendre compte par ailleurs, n’était pas dupe. C’était là mon premier rapport concret avec une expérience participative en train de se faire, et le début de mes interrogations sur les publics.

Depuis, mon approche a beaucoup évolué. Du fait de mes échanges avec mon directeur de recherche, j’ai progressivement déconstruit l’ensemble des jalons de ma réflexion pour aboutir à une deuxième formulation de question : « comment, si l’opinion la plus répandue promeut l’insincérité voire l’inutilité des démarches de concertation publique, expliquer la présence de participants individuels (hors association, parti politique, syndicat ou groupe constitué) aux réunions publiques ? En résumé, pourquoi ces personnes participent-elles quand même aux réunions publiques ? » Je me demandais quels sont les ressorts communs, sociaux et politiques, qui fondent leurs justifications rationnelles à une participation qui, elle, pourrait sembler irrationnelle.

Crédit image: Montgomery Flagg
Crédit image: Montgomery Flagg

 

L’observation participante  : une clé pour observer la participation ?   

Puis, un deuxième échange avec mon directeur m’a fait prendre conscience d’une clé qui se trouvait à ma disposition : j’ai la possibilité d’observer depuis l’intérieur les acteurs en charge de l’organisation des concertations. Je les connais, ce sont mes anciens collègues ou clients. Il m’est aisé de rentrer en contact avec eux. Dès la formulation de mon projet, j’avais trouvé mon terrain : une concertation menée par un maître d’ouvrage à propos d’une ligne de transport en commun majeure de la région Ile-de-France. Mon idée initiale était de mener la majorité de mes entretiens avec des personnes issues du public, d’assister à l’ensemble des réunions publiques puis d’interviewer quelques-uns des membres organisateurs. A ce stade, rappelons que je tenais à questionner le rapport des publics à la démocratie via leur expérience de la concertation publique. Mais, en me documentant sur les recherches publiées à propos des dispositifs participatifs, j’ai pris conscience de la multitude d’écrits existants d’une part, sur la question du couple démocratie/représentativité des concertations, d’autre part sur les publics (qui sont-ils, quelles sont leurs motivations à participer, comment participent-ils, ce que la participation a comme effets sur eux…). J’ai donc opéré un déplacement de ma question, après avoir constaté qu’il serait plus novateur – et plus stimulant – de saisir l’opportunité d’observer les acteurs-organisateurs des concertations publiques. Mon terrain reste le même en apparence, puisque je me concentre sur la même concertation publique, mais mon objet de recherche et ma problématique porteront sur ces acteurs en particulier. Mes entretiens, estimés à ce stade au nombre d’une dizaine, seront réalisés avec l’ensemble des acteurs impliqués de près ou de loin dans l’organisation du dispositif, car je cherche à couvrir l’espace de variation au sein de ce groupe. Je vais par ailleurs assister à toutes les réunions de travail en interne. Cela me permettra de compenser, en partie, le fait que je n’ai pas été autorisée à venir en observation dans leurs bureaux plusieurs jours par mois. Enfin, la formulation de mon énigme a évolué, pour coller à ce déplacement : je voudrais désormais interroger le rôle joué par les organisateurs de ces dispositifs quant à la question des publics participants. Puisque ce sont eux qui concrétisent l’offre et qui organisent la communication autour de cette dernière, sans doute leurs choix et leurs actions conditionnent-ils les types de publics participants. Alors qu’il existe une injonction formelle à réunir des participants représentatifs de la population concernée par le projet et que les organisateurs sont outillés pour organiser les concertations, pourquoi réunissent-ils toujours les mêmes typologies de publics ?

En résumé, j’ai évacué à ce stade de mes questionnements tout ce qui est directement lié à la notion de démocratie ou à la question des motivations/perceptions des publics. Je cherche désormais à observer comment les organisateurs construisent leurs publics, à l’aune de ce qu’ils jugent être une « bonne » concertation.

Entretien avec Daniel Céfaï à l’occasion de la parution de « L’engagement ethnographique »

L'engagement ethnographique par Daniel Cefai

Entretien mené Marie Ghis Malfilatre, étudiante en Master 2  en sociologie à l’EHESS

Daniel Cefaï, Directeur d’études à l’EHESS – membre du CEMS – Institut Marcel Mauss

Beaucoup de chercheurs se réclament de la démarche ethnographique et de sa méthode, pourquoi publier un nouvel ouvrage sur ce thème ?

L’Engagement ethnographique a été conçu comme une suite de L’enquête de terrain (Paris, La Découverte, 2003). Ce premier ouvrage avait été lu comme un manuel pédagogique, même si le projet en était une cartographie de problèmes d’histoire et d’épistémologie de l’enquête de terrain. Avec L’engagement ethnographique, j’ai rassemblé une équipe de jeunes chercheurs, pour un bon nombre, liés à l’Institut Marcel Mauss (EHESS-CNRS), et nous avons entrepris de choisir, de traduire et de commenter un ensemble de textes plus récents, écrits par des praticiens sur des problèmes pratiques rencontrés dans l’enquête. Cet ouvrage est le résultat d’un travail collectif auquel les coéditeurs, Costey, Gardella, Gayet-Viaud, Gonzalez, Le Méner et Terzi, doivent être associés.

Nous avons commencé par une discussion sur ce que nous entendions par ethnographie, et nous nous sommes arrêtés sur la définition que nous donnons en introduction d’une démarche d’enquête en sciences sociales, qui s’appuie sur une observation prolongée, participante ou directe, continue ou fractionnée, de milieux de vie, de situations ou d’activités, requérant l’implication à la première personne, de l’enquêteur, qu’il soit sociologue, anthropologue, politiste ou géographe. Le principal médium de ce type d’enquête est ainsi l’expérience incarnée de l’enquêteur, qui doit trouver ses marques, apprendre une langue (étrangère, mais qui peut être aussi professionnelle, politique ou religieuse), incorporer des habitudes, s’initier aux contextes d’expérience, aux façons de vivre, de faire et de parler de ses enquêtés… C’est une démarche qui, contrairement à la plupart des autres méthodes d’enquête, exige de la part de l’enquêteur de maîtriser des savoir-faire qui comprennent l’accès au(x) terrain(s) (se faire accepter, gagner la confiance, trouver sa place, savoir en sortir…) et la prise de notes la plus dense et la plus précise possible (la question de la tenue d’un journal de terrain est cruciale, ainsi que de la capacité à décrire ce que l’on voit et ce que l’on entend, en s’aidant parfois d’enregistrements audio ou vidéo de séquences d’activités in situ). Pour finir, se pose la question de comment produire des analyses et faire émerger de la théorie en partant d’un corpus de données qui compte parfois des centaines sinon des milliers de pages…

L’ensemble de l’ouvrage s’articule autour de trois grands axes : 1. expliciter la spécificité de la description fondée sur l’observation (en mettant en valeur les apports de la phénoménologie et de l’ethnométhodologie et en insistant sur la spécificité de ces savoir-faire d’enquête), 2. aborder le lien entre l’analyse de situation et les échelles macrosociologiques ou historiques (comment par exemple s’articule l’enquête ethnographique avec l’analyse de réseau ou comment se pose la question de l’ethnographie à l’épreuve de la globalisation) ; et, finalement, 3. traiter des questions de l’éthique et de la politique en jeu dans l’enquête de terrain (aussi bien les dilemmes qui se posent dans des interactions que les problèmes soulevés par le principe de consentement informé et la rédaction de codes d’éthique).

Il nous est semblé que nous touchions là à un ensemble de problèmes tout à fait centraux dans la réflexion actuelle sur le fieldwork, sur lesquels les interrogations et les controverses dans le monde anglophone continuent d’avoir beaucoup à nous apprendre.

 

Pouvez-vous préciser quels ont été les critères du choix des articles et des contributeurs ?

Dans la première partie de l’ouvrage, nous avons choisi d’interroger ce qu’est une bonne description ethnographique. La question de la description reste le parent pauvre de l’épistémologie en sciences sociales – encore qu’il y ait eu par le passé à l’École de belles entreprises, donnant lieu à la publication de Décrire : un impératif ? (1985) et d’une livraison d’Enquête (1998, n° 6). On a voulu insister sur l’art d’observer, de prendre des notes, de les relire, de les assembler et de tirer de cette configuration de données des éléments de compréhension et d’analyse.

Dans « Du comment au pourquoi », Jack Katz, un chercheur de UCLA qui se situe au croisement de l’héritage de l’École de Chicago, de la phénoménologie et de l’ethnométhodologie, interroge les critères de qualification d’une bonne description. Celle-ci peut être « révélatrice », « colorée », « vivante », « poignante », « riche », « variée », « située », « nuancée », « énigmatique », « à valeur stratégique », « d’une grande richesse », « à la texture dense » ou « finement nuancée ». Une bonne description, tout en étant une fin en soi à poursuivre, est aussi un passage obligé vers de bonnes explications et interprétations. Mieux décrire comment les gens font ce qu’ils font, c’est se donner les moyens de produire des inférences causales qui soient pertinentes. Ou plutôt, une bonne description a incorporé le questionnement qui s’est fait à son épreuve et elle y a elle-même gagné une portée explicative et interprétative, sans perdre de son ancrage indexical dans les situations qu’elle décrit. Cette affirmation va à l’évidence à l’encontre de la critique qui est souvent faite à l’ethnographie d’être enfermée dans une espèce de micro-description de petites situations dont elle serait incapable de sortir. Katz défend la thèse de l’induction analytique, qui et au cœur de la tradition de l’École de Chicago de William Isaac Thomas et Florian Znaniecki jusqu’à Howard Becker. L’idée en est que, pour faire de la bonne théorie, il faut au départ faire de la bonne description. L’ethnographie n’est pas enfermée dans un projet descriptif, mais qu’elle a également, dès le départ, une dimension théorique. Une monographie n’a de sens que recadrée par rapport à d’autres monographies avec lesquelles elle offre des point de comparaison : elle expose des cas qui ne sont des cas que parce qu’ils sont eux-mêmes confrontés à d’autres cas, dans une optique de généralisation.

Cette dynamique qui fait du cas un cas et qui simultanément fait émerger les concepts et les propositions pour l’appréhender est centrale en ethnographie. C’est elle qui ne cesse de jouer dans le rapport qui se met en place entre l’observation, la prise de notes et l’écriture ethnographique. Le livre de Robert M. Emerson, Rachel Fretz et Linda Shaw, Writing Ethnographic Fieldnotes (1995), dont nous avons traduit un chapitre, reste la meilleure entrée en matière. Prendre des notes de terrain est le B A BA de l’enquête de terrain aux Etats-Unis et l’enjeu d’une pédagogie spécifique. Face à chaque situation, il faut être capable de répondre aux questions suivantes : Quel est son objet ? Qui l’accomplit ? Où ? Quand ? Comment ? Avec qui ? Contre qui ? De quel point de vue ? À cause de quoi ? En vue de quoi ? Avec quelles conséquences ? L’activité de description passe par de nombreux aller-retour entre carnets de terrain, fichiers sur l’ordinateur, lectures de bibliothèque, discussions avec les collègues, vérifications auprès des enquêtés, investigations complémentaires sur le terrain. Nous en avons parlé comme d’une spirale qui intègre une série d’activités et qui complique l’opposition entre théorie et empirie. Emerson et ses coauteures insistent cependant sur le respect des catégories et perspectives des acteurs – l’ethnographie devant s’astreindre à rendre compte des comptes rendus produits par les participants à des situations, en relation à un travail d’observation et de participation, avant toute extension vers l’explication et l’interprétation. On retrouve là des questions qui ont été posées ailleurs par Schutz, Garfinkel ou Wittgenstein, mais du point de vue d’une pratique concrète de l’ethnographie.

L’enquêteur ne doit donc pas savoir à l’avance ce qu’il cherche : avant de laisser le champ libre à l’analyse, il s’astreint à séjourner au ras du sol, à explorer des situations avec ténacité, à comprendre ce que les participants y font, à saisir comment les événements s’y enchaînent, à apprendre les mots, en langage ordinaire, pour le dire et à consigner le tout dans son journal de terrain. Il doit maintenir un engagement fort en faveur des perspectives des acteurs. Au lieu de traduire sans précaution ces significations natives, et de les forcer en les subsumant sous des concepts analytiques et des modèles théoriques, l’ethnographe doit, à chaque étape de la prise de notes, de la préparation de commentaires et de mémentos, de l’inférence par codage ouvert et de la production d’explications et d’interprétations, être l’obligé des « significations des membres ». On entend souvent dire en sciences sociales qu’il faut analyser les « rapports sociaux » de classe, genre ou race ou les « forces sociales » qui « déterminent » une situation. L’enjeu est plutôt de rendre compte, par observation directe ou participante, et pas seulement par entretien ou documentation, de la manière dont les gens s’y prennent pour définir et maîtriser leurs situations de la vie quotidienne – la façon dont ils les vivent tantôt comme des contraintes, tantôt comme des occasions de liberté et la façon dont la classe, le genre ou la race y interviennent comme problèmes pratiques, ou non.

Cette première partie s’achève sur un texte ardu, mais crucial, de W. Lawrence Wieder. Proche de Garfinkel, il a écrit un livre remarquable, Language and Social Reality : The Case of Telling the Convict Code (1974) où il mène une analyse de la « culture de la prison » avant d’opérer une opération de re-spécification de ce savoir sociologique : Wieder adopte une attitude réflexive par rapport aux comptes rendus que lui font les membres du site pénitentiaire, tels qu’ils sont produits en situation, et à partir desquels il infère ce qu’il appelle les maximes du « code du détenu ». Ce texte est une très fine réflexion, documentée empiriquement, de comment opèrent des normes en action et en interaction – qui fait écho à un énorme pan de littérature en philosophie pratique. Le code tel qu’il est reconstruit par le sociologue requiert des typifications de sens commun qui ne sont pas de nature différente de celles sur lesquelles s’appuient les taulards dans leurs raisonnements ordinaires. Wieder transforme les « ressources analytiques » des études sur la déviance et sur les organisations judiciaires et pénitentiaires qui battaient leur plein aux Etats-Unis dans les années 1960, en « thème » ou « topique » d’enquête. Il fait d’une pierre deux coups, décrivant les activités des prisonniers en conditionnelle et ses propres activités de description et d’inférence. Il remet ainsi en cause la portée explicative du concept de « sous-culture déviante » et met en évidence les structures d’intelligibilité d’arrière-plan, partagées par les détenus et les surveillants, moyennant lesquelles ils donnent du sens à ce qu’ils font. L’ethnographie prend alors la forme de ce que Garfinkel appelait la « méthode documentaire d’interprétation » : au lieu de faire du code du détenu une variable explicative, il montre comment l’accomplissement des maximes du code est ce qui constitue la « réalité sociale » et l’ « ordre moral » de la prison.

Trois entrées, donc, sur la question de la description : quelles sont les qualités d’une bonne description ? Comment prend-on des notes de terrain et décrit-on ce que l’on observe ? Que font les acteurs quand ils énoncent des règles et que fait l’ethnographe quand il décrit des règles que suivent les acteurs ?

 

Mais vous ne vous en êtes pas tenus à cette réflexion sur l’observation et la description. Est-ce que la deuxième partie ne vous permet pas de sortir de ce face à face de l’enquêteur avec la situation ethnographique ?

Effectivement, la deuxième partie de l’ouvrage a pour objectif d’interroger la notion de « situation ethnographique ». Pendant longtemps, on a reproché aux ethnographes de ne s’intéresser qu’à des situations sans profondeur historique et sans envergure macrosociologique. Sur quel site spatio-temporel l’enquête de terrain prend-elle place ? Quel type d’engagement territorial et historique l’ethnographie requiert-elle ? Comment « élargir », en étendue dans l’espace et en durée dans le temps, mais aussi à d’autres sites empiriques et à d’autres interrogations théoriques, le terrain d’enquête, sans pour autant renoncer aux exigences de la méthode ethnographique. On a beaucoup parlé de « déterritorialisation » ou de « délocalisation » du terrain et surenchéri dans les métaphores déconstructivistes en la matière. Ce problème est traité dans L’Engagement ethnographique par les travaux de Glaeser, Marcus et Burawoy qui coupent court, selon moi, à l’une des principales critiques adressées à l’ethnographie.

Le texte d’Andreas Glaeser, de l’Université de Chicago, qui a étudié, entre autres, avec Sally Falk Moore à Harvard et qui a beaucoup pris à l’anthropologie de Manchester, s’efforce de dire comment des processus historiques ou des actions à distance portent à conséquence dans des situations observées ici et maintenant. Glaeser se rallie à la critique de la délimitation des sites ethnographiques à des unités circonscrites d’espace-temps. Dans un beau livre sur la réunification des polices de Berlin Est et Berlin Ouest, Divided in Unity (2000), il analysait le « mur dans les têtes », les différences dans l’expérience de l’espace, du temps, du travail, de la loi… en les raccordant à des contextes nationaux, en les liant à des environnements culturels et à des héritages historiques. Ici, il essaie de montrer comment une « analyse de situation », au sens de Max Gluckman, ne peut pas s’enfermer dans une situation de co-présence, à la Goffman, mais doit prendre en compte des phénomènes souvent éloignés dans l’espace et dans le temps. Cette variation de grandeurs d’échelle par l’enquêteur doit d’ailleurs accompagner les variations qu’accomplissent les acteurs eux-mêmes, avant de risquer ses propres circulations entre vues naturelle, microscopique ou télescopique.

La question de l’histoire a également été traitée avec Michael Burawoy et la notion de revisite des terrains. Après une enquête dans un grand magasin de la banlieue de Chicago, en vue de sa thèse, Burawoy s’est rendu compte que Don Roy, un étudiant de Chicago également, dont le recueil de textes Un sociologue à l’usine (2006) a été publié récemment, avait fait sa thèse sur le même site vingt ans plus tôt. Il s’est alors posé la question de ce que revisiter un terrain pouvait signifier. Que peut-on montrer ou que cherche-t-on à prouver lorsqu’on reprend un terrain en main ? Burawoy a construit une typologie pour montrer en quoi un terrain ne se joue pas forcément en un seul coup, mais peut être revisité, ré-exploré avec des conséquences sur l’évaluation des données et des analyses de l’enquête antérieure, sur la connaissance des transformations de l’objet empirique ou sur la critique de la théorie développée préalablement. Ces revisites permettent de réfléchir à l’historicité du travail de terrain en même temps qu’à l’historicité des objets étudiés et des lectures proposées. Le retour sur des terrains déjà explorés donne une profondeur longitudinale à l’enquête ethnographique – tant à ses objets qu’à ses méthodes et ses théories.

Le dernier point de la deuxième partie a trait à de l’ethnographie multi-située. On dit souvent que jusque dans les années 1970, il était plus facile de faire des études de cas sur des communautés insulaires qui donnaient lieu à des monographies. Cette ethnographie aurait été mise en cause, notamment à travers une critique de l’anthropologie coloniale et la découverte que nous vivons dans un monde de plus en plus « connecté ». Tout cela est sans doute vrai, mais pas totalement nouveau. Le projet anthropologique a d’emblée été pensé comme prenant appui sur plusieurs terrains : comparaison et généralisation lui sont consubstantiels – que l’on pense au fichier du Laboratoire d’anthropologie sociale – et nombre d’anthropologues ont au cours de leur vie approfondi leurs hypothèses en changeant de terrain – Fredrik Barth a par exemple circulé entre Pakistan, Bali, Iran et Nouvelle-Guinée. Ce qui serait nouveau, ce serait que la conception de l’objet est aujourd’hui d’emblée conçue à partir de flux et de réseaux. Mais là encore, on pourrait trouver un exemple classique, Le Paysan polonais (1919) de Thomas et Znaniecki, qui était déjà une enquête globale, circulant entre Chicago et plusieurs sites d’Europe centrale et de l’Est, suivant des lettres, des personnes, des langues, des marchandises et des capitaux, passant par la connaissance approfondie de plusieurs mondes sociaux et la perception aiguë de la mutation historique des mouvements migratoires. En tout cas, George E. Marcus développe avec brio cette conception de l’ethnographie multisituée, qui achève notre deuxième partie, et qui si moyen en est donné aux enquêteurs, change leur point de vue sur ce qu’est l’ethnographie.

Une nouvelle ontologie de la situation ethnographique, une proposition d’enquête sur des réseaux sociaux et des processus historiques et au plus radicalement, une autre compréhension de ce qui fait un terrain et les méthodes de l’explorer : on trouve tout cela dans la deuxième partie.

 

L’ethnographe se retrouve alors projeté dans des dynamiques historiques et politiques qu’il doit prendre en compte et si possible accompagner. Comment s’y prend-il ou s’y prend-elle ? Quels problèmes cela pose-t-il ?

Nous avons consacré la dernière partie de l’ouvrage à ce que l’on appelle communément l’éthique du terrain et qui recouvre toutes sortes de questions normatives auxquelles les praticiens de l’ethnographie sont confrontés pendant leurs enquêtes. On peut être renvoyé, sans rentrer dans les détails, aux réflexions sur les standpoint epistemologies, à l’embrigadement des ethnographes dans des projets politiques ou guerriers, à leur souci de maintenir une vocation critique de leurs travaux ; ou tout simplement, être concerné par les dilemmes personnels, mais aussi moraux et légaux, auxquels les enquêteurs se heurtent quand ils participent à certaines interactions, par leurs préoccupations de jouer cartes sur table ou non avec les enquêtés, en recourant à l’observation clandestine, et par leurs anticipations des conséquences que la divulgation de certaines informations pourrait avoir sur les vies de leurs enquêtés.

Plusieurs éléments peuvent éclairer ce propos, à commencer par les développements des ethnographies féministes et subalternes. Il y a beaucoup de littérature sur ce sujet, mais nous avons choisi de présenter et de commenter une critique classique du concept de culture avec le texte de Lila Abu-Lughod, « Writing Against Culture » – en forme de clin d’œil au Writing Culture (1986) édité par J. Clifford et G. Marcus. Dès les années 1970, les féministes avaient montré comment, par exemple, dans les textes de Clastres ou Lévi-Strauss, les femmes avaient un statut d’acteur secondaire. Ces questions de l’altérité se sont imposées avec les années 1980, où des questions qui étaient jusque-là forcloses de l’enquête ont trouvé droit de cité, non sans entraîner parfois une dérive post-moderne avec laquelle nous pouvons être en désaccord. La position d’Abu-Lughod est très intéressante parce que d’une part, elle endosse les thématiques qui ont été mises en avant par les women studies et les ethnic and race studies, mais que d’autre part, elle ne se précipite pas dans une espèce de radicalisme, adoptant une position à la fois réfléchie anthropologiquement et pragmatique politiquement. Dans Sentiments voilés (2000), Abu-Lughod enquête sur des familles bédouines pour y montrer la place des femmes et la complexité des liens entre les membres de la famille – rendant impossible une critique radicale de l’oppression des femmes musulmanes. Abu Lughod défend l’idée d’une « ethnographie du particulier » contre les généralisations culturalistes, qui permet de dépasser les processus de constitution de l’identité et de l’altérité (Othering/Selfing), qui étaient le propre de l’imaginaire colonial (orientaliste ou africaniste). Elle refuse ce qu’elle appelle le « féminisme culturel » et l’« orientalisme inversé ». Elle veut rendre sensibles d’autres personnes, situations, événements, en les décrivant dans leur singularité, avec beaucoup de sensibilité au détail, visant une espèce de justesse et justice descriptives.

 

Est-ce par souci éthique, voire politique, vis-à-vis des enquêtés et, plus généralement, vis-à-vis de la production de savoirs que vous mobilisez la notion d’engagement ethnographique ?

La notion d’engagement est le fil rouge de l’ensemble de l’ouvrage. Faire de l’ethnographie, c’est premièrement prendre un engagement de faire des descriptions et de bien les faire, en les ancrant dans l’observation directe et participante, et de faire émerger des savoirs ancrés dans ces données descriptives. C’est, deuxièmement, prendre un engagement de montrer de près ce qui se passe dans des ordres d’interaction au sens de Goffman, mais aussi de restituer les emboîtements et les enchaînements de contextes, dans l’espace et dans le temps, qui jouent dans ces ordres d’interactions. C’est enfin troisièmement, prendre des engagements déontologiques, éthiques ou politiques, au sens plus classique du terme. L’activité ethnographique, ce n’est pas simplement le récit d’expériences subjectives ou la production de savoirs objectifs, c’est aussi une activité qui, comme toute activité humaine, emprunte à la fois une certaine compréhension des situations aux acteurs et, en même temps, risque d’entraîner des conséquences sur leurs manières de vivre. L’enquête est coopérative, elle n’est jamais solitaire, elle est toujours débitrice vis-à-vis des enquêtés et, en même temps, elle doit toujours se poser la question des conséquences et, en particulier, de celles qui pourraient être néfastes pour les personnes observées.

Kim Hopper nous est paru un bon cas de figure. Anthropologue, spécialiste de la vie à la rue, il aura aussi été expert devant des tribunaux ou rédacteur pour des magazines, témoin de la condition des sans-abri ou défenseur de leurs droits sur la scène politique, clinicien coopérant avec des psychiatres ou conseiller pour des organisations non gouvernementales, ou encore rédacteur de rapports destinés à dénoncer ou à élaborer des politiques publiques. Il joue ainsi un rôle de passeur et de traducteur : il circule entre plusieurs scènes publiques, mettant son expérience de chercheur au service d’une cause qu’il est sans cesse en train de reformuler pour la rendre pertinente selon le contexte d’intervention et l’adresse à un auditoire. Hopper pousse loin l’ethnographie multi-sites et multi-méthodes et il ne dissocie plus les phases de réception et d’application de ses enquêtes de l’enquête elle-même. Peut-être qu’il va même trop loin dans ce réancrage de l’arène scientifique dans l’arène publique : en rendant l’enquête au public, en acceptant d’endosser des rôles d’expert, d’activiste, de pédagogue, de journaliste, d’avocat ou de citoyen, il finit par désespérer de l’enquête elle-même, à quoi bon, quand, dit-il, la situation des sans-abri patine et finit même dans certains cas par empirer. On peut avoir une vision plus ou moins ouverte de l’enquête sur ses environnements politique, médiatique, administratif, judiciaire… mais on ne peut pas rester insensible à la démarche de Hopper, aux multiples recadrages qu’elle occasionne, à cette capacité à saisir un objet depuis de multiples perspectives, à cette compréhension dans la durée des transformations d’un secteur de la vie sociale, et au bout du compte, à ce sentiment de désillusion.

La question normative peut être traitée autrement. Dans L’engagement ethnographique, les notions d’humanisme tactique (Abu Lughod), d’activisme circonstancié (Marcus) et de sociologie publique (Burawoy) sont mises en avant. Il est de moins en moins possible de rester sur la touche, et de toute façon, les enquêtés et les auditoires de l’ethnographe s’empressent de lui demander de choisir son camp, quand on ne lui en assigne pas un, sans même lui demander de justification. Il n’y a pas de recette générale pour s’en sortir, mais la réflexion sur des cas exposés par des praticiens, comme l’ont fait les anthropologues de l’AAA (American Association of Anthropology), permet de s’y préparer. En France, la composition du livre a coïncidé avec la période où des débats ont été menés autour de la rédaction de codes déontologiques et professionnels au sein de l’Association française de sociologie, mais aussi au sein de l’Association française de science politique et de l’Association française d’anthropologie. Était notamment en question la pratique des formulaires de « consentement informé » à faire signer par les enquêtés, protocole déjà existant dans la plupart des autres pays et la soumission des projets d’enquête et des publications à des comités d’éthique, opérants dans les établissements publics, les universités et les revues. Nous avons alors traduit le code de l’Association américaine de sociologie, qui est venu se rajouter à la collection de ce type de documents déjà disponibles et rassemblé quelques éléments d’informations sur la polémique autour des Institutional Review Boards. Il s’est trouvé que cette enquête a rencontré l’actualité des débats dans les sociétés scientifiques, où certains demandaient l’institution de codes qui soient une garantie de leurs activités vis-à-vis de tiers, où d’autres critiquaient les tentatives de trop codifier l’enquête ethnographique : la plupart des questions déontologiques, éthiques ou politiques ne sont pas solubles par une démarche juridico-administrative et il n’est pas sûr que ce soit une bonne chose de donner un vrai pouvoir à des organes d’évaluation des projets scientifiques. S’il faut rester vigilant face aux risques de dérapages institutionnels, cette discussion a quand même remis sur le tapis la question de l’engagement normatif des chercheurs en sciences sociales en général, et des enquêteurs de terrain en particulier.

 

Dans vos travaux, vous faites souvent référence à la philosophie pragmatiste et à l’École de Chicago. L’Engagement ethnographique peut-il s’inscrire dans cet héritage ?

Non, pas vraiment ou plutôt, pas seulement. L’Engagement ethnographique est un ouvrage qui a été pensé dès le début comme pluraliste – tout comme L’Enquête de terrain. À part Katz et Emerson qui se revendiquent de Chicago, les autres auteurs que nous avons traduits et introduits ne sont pas directement liés à cet héritage, quand ils ne lui sont pas ouvertement hostiles, comme Michael Burawoy. Effectivement, Chicago reste le lieu fondateur de la démarche ethnographique en sociologie, même si l’histoire des sciences sociales a remis en cause la vision mythique qui continue de nimber l’héritage de Chicago. Mais dans l’ouvrage, l’anthropologie pratiquée au Rhodes-Livingstone Institute, parfois qualifiée de tradition de Manchester, a une place de choix. Les ethnographies à tessiture phénoménologique ou ethnométhodologique sont représentées. De nombreuses ethnographies critiques, appliquées ou impliquées, sont recensées. Aujourd’hui, la référence aux écoles de Chicago est une référence parmi d’autres et il ne faut pas avoir à son égard un fétichisme que les chercheurs qu’on y inclut n’avaient pas eux-mêmes ! Il y a tout simplement des ethnographies, des bonnes, des moins bonnes, des mauvaises… qui ont la capacité de restituer à leurs publics des « faits » qui d’ordinaire restent inaperçus, dissimulés ou refoulés ou d’accoucher par le dialogue des « voix » qui peinent à se faire entendre ou sont exclues des lieux autorisés d’expression et de représentation, qui dépeignent avec plus ou moins de véracité des situations, qui permettent avec plus ou moins d’originalité de faire éclore des interprétations, qui stimulent avec plus ou moins de talent l’imagination théorique ou politique…

Et il en va de même avec l’expression de « pragmatisme ethnographique », que nous avons forgée pour essayer de pointer différentes transformations du travail de terrain aujourd’hui. Il ne s’agit pas de créer un nouveau culte, mais juste d’attirer l’attention sur plusieurs points pour la compréhension desquels, selon nous, le pragmatisme est le mieux armé. 1. D’abord un pari : l’extrapolation à de grands cadres explicatifs et interprétatifs est de plus en plus risquée et en même temps de plus en plus nécessaire. L’ethnographie montre comment y parvenir, en procédant par un mixte d’abduction, d’induction et de déduction – pensez à la logique de l’enquête de Peirce ou de Dewey, ou à la pratique de Holmes ou de Dupin – et en développant une « casuistique » – que Dodier et Baszanger avaient évoquée du reste dans leur article sur « Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique » (1997). L’ethnographe s’émeut plus des « cas négatifs » qui lui résistent et le perturbent dans le processus de résolution d’une situation problématique qu’il ne s’exalte face aux cas de confirmation de ses croyances et de ses conjectures. Cette conception de l’enquête par cas, qui ne sait pas à l’avance ce qu’elle va trouver plutôt qu’elle va tester des théories, est effectivement héritée pour une bonne part de Chicago. 2. Par ailleurs, on a vu avec la notion de spirale de l’enquête que différentes phases s’enroulent les unes sur les autres – recueil des données, compréhension des situations, apprentissage des activités, maîtrise des catégories, discussion avec les enquêtés, lecture en bibliothèque, controverse avec des collègues… L’ethnographe est un observateur au milieu d’autres observateurs, pour reprendre la métaphore de G. Stocking, dans Observers observed (1985), et plus encore, il est un acteur au milieu d’autres acteurs, ayant souvent bien de la peine à faire valoir la légitimité de son savoir, réduit à un point de vue. L’observation participante se fait très souvent « coopération observatrice », selon différentes modalités, dont la plus impliquée est la recherche-action, comme forme d’ « expérimentation observatrice » – on n’est pas loin du lien au monde social auquel des auteurs pragmatistes comme Mead ou Dewey aspiraient. 3. Du coup, il est évident que l’ethnographie ne part pas de principes abstraits, mais qu’elle est empêtrée dans des interactions avec des personnes et des choses et qu’elle s’interroge à partir d’une logique des conséquences, sans céder à la fiction d’un universel de surplomb. Cette question de la contextualité des savoirs ethnographiques et des difficultés d’une éthique située est d’autant plus forte que l’ethnographe développe des « activités hybrides » et qu’il est poussé par le mouvement de l’enquête hors de son rôle initial d’universitaire ou de chercheur. Plus on se déplace entre postes d’observation et fait varier les grandeurs d’échelle, plus on conçoit les situations que l’on observe et décrit comme des nœuds de perspectives multiples, et plus il devient difficile de donner une réponse à qui l’on est et à ce que l’on fait sur le terrain. Plus il devient malaisé de maintenir une image cohérente de chercheur désintéressé, plus plausible il est que l’on soit embarqué dans des histoires que l’on ne maîtrise pas, plus il est compliqué de restituer les données que l’on a récoltées, sans parti pris…

 

En quelques mots, si vous deviez résumer l’apport principal de cet ouvrage, sur quoi voudriez-vous insister ?

Des points importants, il y en a plusieurs, que nous venons de décliner, et qui vont à l’encontre des mauvais procès qui sont souvent faits à l’ethnographie. L’ethnographie est une démarche rigoureuse et raisonnée ; elle permet d’engendrer des catégories et des propositions théoriques ; elle est compatible avec l’analyse comparée et historique ; et quand elle est praticable, elle est la meilleure voie pour accéder aux contextes d’expérience et d’activité des enquêtés. Mais s’il y a un point sur lequel j’aimerais insister, c’est que l’ethnographie n’est pas seulement une méthode, au sens d’une technique qu’on appliquerait pour rassembler et analyser des données. C’est une autre manière de faire des sciences sociales. Bien souvent, on la classe dans les manuels aux côtés des méthodes d’entretien, des analyses d’archives, du récit de vie, etc., mais l’ethnographie va beaucoup plus loin. C’est une approche qui requiert une grande réflexivité de la part du chercheur et qui permet de produire de nouveaux savoirs sur différents objets déjà établis. Si l’on prend la question politique, l’ethnographie permet de la saisir du point de vue des acteurs, en pratique et en situation – sans pour autant négliger les perspectives que lui donneraient l’analyse de réseaux, l’enquête historique ou le commentaire politique, au sens classique du terme. L’ethnographie permet de voir, de dire et de comprendre des choses que ne peuvent ni voir, ni dire ni comprendre la théorie politique ou la science politique, quand elles sont trop focalisées sur les thématiques normatives des philosophes ou orientées par des modèles d’analyse préétablis. On pourrait montrer cela en explorant les acquis de l’anthropologie politique et montrer tout ce qu’elle a pu nous apprendre depuis plus d’un siècle. L’ethnographie ne fait pas table rase, elle prend le monde comme il est, et elle est décapante parce qu’elle apprend de l’observation et de la description et parce qu’elle est d’une grande méfiance vis-à-vis des préjugés théoriques et idéologiques (tout en sachant qu’elle en réintroduit nécessairement par la bande : l’analyse est interminable). Les manières de faire sont du reste d’une grande variété : il n’y a pas une et une seule manière de faire de l’ethnographie. À la rentrée, paraîtra un ouvrage, coédité avec Mathieu Berger et Carole Gayet-Viaud, intitulé Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble (Bruxelles, Peter Lang, 2011), où quelques objets et questions seront présentés ; en même temps qu’un autre ouvrage Arenas públicas. Etnografia da vida associativa (Rio-Niterói, EdUFF, 2011), coédité avec Marco Antônio Mello, Felipe Veiga Berocan et Fabio Reis Mota, résultant d’un projet collectif d’ethnographie des associations. Ces différents travaux reprennent des questionnements qui ont cours actuellement à l’Institut Marcel Mauss, à l’École, sur l’ethnographie du politique. D’autres sont possibles…

Un mur (couleur) d’entretiens: Alex Alber présente son logiciel Sonal

[Questions élaborées par Cyprien Tasset et Alessia Smaniotto, réponses rédigées par Alex Alber]

 

Bonjour Alex Alber, vous êtes maître de conférences à l’université de Tours et membre du C.I.T.E.R.E.S. (équipe COST) et chercheur associé au Centre d’Etudes de l’Emploi. Vous avez étudié en thèse la formation des officiers en Europe, et vous développez Sonal, un logiciel gratuit d’aide à la transcription et à l’analyse d’entretiens.

 

Qu’est-ce qui vous a amené à travailler spécialement autour de la méthode de l’entretien? Avez-vous été marqué par l’usage de l’entretien dans telle ou telle autre recherche?

Je ne suis pas à proprement parler un spécialiste des entretiens. J’ai toujours fait à la fois des entretiens et des statistiques dans mes recherches. J’ai tendance à penser qu’une méthode est bonne si elle est adaptée à son objet et que le mieux est encore d’approcher une forme d’ambidextrie méthodologique. Pourtant, par un effet de spécialisation assez courant, j’ai surtout investi le champ quantitatif durant ma thèse, notamment en participant avec Philippe Cibois au développement du logiciel Trideux, que j’ai beaucoup enseigné. Le fait de me pencher plus particulièrement sur un outil dédié aux entretiens a donc été assez tardif.

Pour la petite histoire, c’est suite à une recherche durant laquelle j’avais utilisé Nvivo que j’ai eu l’idée de développer mon propre outil d’indexation thématique car je trouvais Nvivo beaucoup trop cher et assez peu ergonomique. J’avais jeté les bases d’un système de balisage textuel mais cela restait un peu en plan. C’est lors d’une seconde recherche dans laquelle j’ai dû retranscrire moi-même et sans outillage spécifique une quinzaine d’entretiens que je me suis décidé à creuser sérieusement la question. Non seulement je trouvais la retranscription fastidieuse, mais son résultat – une collection de fichiers word en plus d’une collection de fichiers mp3– me frustrait un peu. Je trouvais assez peu commode d’être obligé de faire des recherches par mot clé et j’avais l’impression de perdre beaucoup d’informations au passage. Je ressentais le besoin d’une approche plus globale des matériaux. C’est donc d’abord un souci pratique qui m’a orienté vers la réalisation d’un logiciel dédié aux enquêtes par entretiens.

 

D’autres logiciels existent déjà pour faciliter la retranscription des entretiens: qu’est-ce que Sonal apporte en plus? Pourriez-vous expliciter les arguments, les positions théoriques qui sous-tendent le logiciel?

Pour assister la retranscription, Sonal utilise un système de dictée qui repère les zones silencieuses dans la bande et propose à la retranscription des portions de quelques secondes, que l’utilisateur a le temps de saisir avant de valider pour passer à la suite. Cela simplifie les choses mais vous le voyez, Sonal n’est pas vraiment une solution miracle sur le plan de la retranscription ; ceci dit, je ne crois pas qu’il en existe. Les gens rêvent de convertir leurs bandes en texte d’un seul clic, mais cela n’est pas encore possible, du moins à ma connaissance, et je ne suis même pas sûr que cela soit vraiment souhaitable. En fait, même si les gens tombent sur Sonal en cherchant un outil de retranscription, son intérêt premier n’est pas forcément à rechercher de ce côté ; mais, pour expliquer ce que Sonal apporte en plus, je pense qu’il faut montrer en quoi sa logique de fonctionnement rompt avec les méthodes habituelles.

Les outils de retranscription reposent sur le principe d’un abandon programmé du support sonore au profit du verbatim, ce qui a pour effet de faire peser sur la qualité de la retranscription des enjeux considérables. Sonal propose de changer de perspective. Il ne s’agit plus de substituer les retranscriptions aux enregistrements mais bien de les y ajouter. Comme son nom le suggère, Sonal propose une approche basée sur le travail du son en permettant avant tout de stocker et d’administrer ses enregistrements, puis de repérer et d’annoter certaines parties de la bande en mémorisant leur contenu via un code couleur. Pour le dire simplement, c’est un peu comme si l’on passait un coup de feutre stabilo directement sur la bande.

Sonal_entretien avec les thèmes appliqués

 

L’utilisateur peut ensuite retranscrire le contenu de ces extraits pour faciliter leur usage ultérieur mais, dans une certaine mesure, rien ne l’oblige à le faire. On peut très bien se contenter – dans un premier temps – de les annoter, d’y ajouter des mots clés pour faciliter les recherches etc. Telle est sans doute la principale nouveauté apportée par cet outil et vous le voyez, elle n’est pas théorique, elle est essentiellement pratique : il s’agit de travailler à partir des fichiers son, tout en utilisant l’angle graphique pour faciliter l’appréhension du contenu des données. Cette optique peut d’ailleurs s’appliquer à beaucoup d’autres matériaux qu’à des entretiens sociologiques (conférences, séminaires, cours, concerts etc.). Mais là où Sonal est clairement le fruit d’une approche spécifiquement sociologique, c’est dans sa logique agrégative : il ne s’agit pas de retranscrire des entretiens pris isolément, mais bien de créer des corpus audio/textuels dans lesquels une série d’entretiens partagent un cadre analytique commun (un grille de « thématiques » reprenant peu ou prou le contenu du guide d’entretien) et dont les caractéristiques (sexe, âge etc.) sont renseignées dans une base de données gérée par l’utilisateur. On crée donc ce qu’on peut appeler une « base de données qualitative » qui prend la forme d’une banque d’extraits audio/textuels qui constituent les briques d’une sorte de « mur » d’extraits.

La page principale de Sonal

Cette organisation est ensuite très propice au filtrage. Via un système d’allumage/extinction des « briques » du mur, elle permet de visualiser, puis de relire et/ou de réécouter instantanément tous les extraits portant sur un sujet donné et/ou provenant d’interlocuteurs dotés de telles ou telles caractéristiques. Donc, vous le voyez, plus qu’une approche théorique bien précise, c’est surtout cette quasi utopie méthodologique qui m’a motivé : rendre visibles les matériaux et faciliter leur tri, pour retrouver instantanément tous les passages pertinents, qu’ils soient retranscrits ou non. Cela ne règle en rien les questions méthodologiques de fond liées à la démarche par entretiens mais cela permet déjà une appréhension plus globale des matériaux à disposition, ce qui limite le risque de passer à côté de passages importants.

 

La page principale de Sonal filtrée par thème

Mais en parallèle, Sonal rend possible une approche beaucoup plus quantitative. On peut par exemple faire ressortir le vocabulaire spécifiquement associé à tel sujet et/ou à tel type de locuteur. On peut également, grâce à Philippe Cibois, réaliser des plans factoriels illustrant les articulations entre attributs des répondants et vocabulaire pour suggérer des pistes analytiques. L’intérêt de l’outil est en l’occurrence que ces pistes pourront très facilement être testées par un retour aux extraits où les différentes formes apparaissent. De ce point de vue, on pourrait dire que Sonal permet de ne pas trancher entre une analyse compréhensive des signifiés et une lecture quantitative des signifiants. Vous le voyez, on est donc bien au-delà d’un simple outil de retranscription ; c’est une nouvelle méthode de travail qui englobe dans un seul outil l’enregistrement, la gestion des bandes, l’encodage thématique, les retranscriptions, et qui offre également ce que j’appelle un « système d’intuition » statistique qui accompagne le travail d’analyse. En référence à l’Oulipo, je le vois un peu comme une sorte d’« ouvroir de méthodologies potentielles » qui est maintenant entre les mains de la communauté scientifique. J’espère qu’elle s’en saisira.

 

Pensez-vous que l’on pourrait aller plus loin dans l’usage des possibilités offertes par internet, par exemple en ouvrant le développement du logiciel à d’autres spécialistes, comme des ingénieurs en informatique et acoustique, ou aux développeurs des logiciels open source?

Bien évidemment, je ne demande pas mieux. Le développement de Sonal n’est pas le cœur de mes activités de recherche et je ne peux guère m’y consacrer qu’en dilettante. Toute aide est donc la bienvenue. Cela dit, j’ai déjà reçu un sacré coup de main de la part d’un des tous premiers utilisateurs, en la personne de Xavier Le Nué, qui a développé un site pour Sonal et qui a beaucoup fait pour accroître sa visibilité sur Internet ; Philippe Cibois m’a également transmis des algorithmes d’analyse factorielle et nous envisageons ensemble de nouveaux outils statistiques avancés. Je ne suis donc pas seul dans ce projet et, même si je garde pour l’instant une main sur le code, je compte bien évoluer à terme vers un modèle open source car je pense que c’est le meilleur moyen d’arriver à une application de très haute qualité. Hélas, j’ai déjà demandé à plusieurs reprises un peu d’aide aux utilisateurs, sans grand succès jusqu’ici, mais la porte reste grande ouverte !

 

Dans quelle(s) direction(s) poursuivez-vous maintenant vos recherches?

Si l’on met Sonal de côté quelques instants, voici mes thématiques actuelles. Après avoir travaillé sur les écoles d’officiers en thèse, j’ai souhaité « démilitariser » mes recherches, en travaillant consécutivement, au gré de contrats divers, sur les cadres de la SNCF, sur les salariés âgés du public et du privé face aux changements technologiques et gestionnaires, avant de réaliser, pour la DGAFP, une comparaison des personnels encadrants du public et du privé et de la diffusion des méthodes gestionnaires en leur sein. Alors que j’ai longtemps pensé m’éparpiller à l’excès, je réalise maintenant toute la complémentarité de ces terrains et combien ils me permettent de me centrer sur un sujet à mon avis incontournable aujourd’hui : la diffusion des méthodes managériales dans l’encadrement du secteur public au sens large, que j’appréhende en lien avec les spécificités démographiques et organisationnelles de ce secteur.

Enfin, pour revenir à Sonal, j’ai encore beaucoup de choses à faire. Il faut notamment que je facilite la réintégration d’entretiens déjà retranscrits hors de Sonal, car la plupart des sociologues expérimentés sous-traitent cette tâche ; il faut également que je permette l’indexation thématique sur le support textuel, plus souple que la bande etc. Bref, après deux années de travail, je pense qu’il me reste largement l’équivalent devant moi. Affaire à suivre…

 

Pour plus d’informations et pour télécharger gratuitement Sonal : www.sonal-info.com

Pour suivre le développement, se tenir au courant des bugs et des nouveautés : http://sonal.hypotheses.org/