Archives de catégorie : Méthodes

Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Pierre Joffre livre dans ce billet quelques résultats issus de son mémoire de Master 2 de sociologie dans lequel il s’est attaché à comprendre les différences relatives à l’espace perçu, d’un quartier à l’autre, au sein du 18ème arrondissement de Paris. Pour saisir ces différences, il a notamment demandé à ses enquêtés de dessiner sur une carte les frontières  de ce qu’ils identifient comme leur quartier, en distinguant les espaces propres aux diverses activités qu’ils y déploient. Ce billet est ainsi, au-delà d’une analyse documentée du sentiment d’appartenance spatiale dans ces micro-quartiers parisiens, une proposition méthodologique et réflexive toute à fait originale.

Ni « purement populaire, ni vraiment bourgeois »[1] pour reprendre les termes d’Antoine Prost, le 18ème arrondissement de Paris fait sans doute partie des plus contrastés en termes de population. Par la mosaïque qu’il offre, il semblait intéressant de l’étudier plus précisément en se penchant sur deux micro-quartiers très différents, qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain, Marcadet-Poissonniers et Lamarck-Caulaincourt-Damrémont. Le travail de master s’interroge ainsi sur le rapport à la mixité sociale des populations qui vivent dans un arrondissement contrasté dans son ensemble, mais qui peut abriter des micro-quartiers beaucoup plus homogènes. Continuer la lecture de Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Ce billet s’inscrit dans le cadre d’une enquête collective issue d’un partenariat entre l’Ouscipo[1] et le Samu Social de Paris. Il s’agit du deuxième billet issu de cette enquête collective publié sur ce carnet. Dans le cadre de sa mission de lutte contre la grande exclusion, le Samu Social de Paris propose un accueil de jour ou des possibilités d’hébergement la nuit aux personnes sans-domicile. Menée en 2015-2016 par une vingtaine d’étudiants répartis dans quatre centres, cette enquête collective a constitué pour nous une initiation “à la recherche par la recherche” par le biais d’un dialogue permanent avec les acteurs de la société civile. Cette recherche s’appuie sur une semaine d’enquête de terrain au sein d’un des Lits Halte Soins Santé (LHSS). Créés dès l’origine du Samu Social de Paris en 1993 et ouverts à titre expérimental, ils ont été pérennisés par décret le 17 mai 2006 et homologués « structure médico-sociale ». Les LHSS hébergent les sans domicile à temps complet et sans conditions pour une durée limitée à deux mois renouvelables.  

*             *

*

Au cours de cette riche semaine de terrain, nous avons réalisé des entretiens et des observations auprès du personnel et des hébergés de la structure[2], avec pour point de départ la thématique de l’« éloignement ». Les structures du Samu Social peuvent prononcer des mesures dites d’« éloignement » à l’encontre des personnes accueillies ou hébergées. Il s’agit d’exclusions valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie. Ainsi, nous avons abordé notre enquête avec pour volonté première d’observer les logiques pouvant conduire à de telles décisions.  

« Vous me foutez dehors. »

Continuer la lecture de Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Les archives, une source pour le sociologue

Par Alexandar Arroyo.

Dans ce billet, Alexandar Arroyo, étudiant en master « Histoire et civilisations », souligne l’intérêt pour les sociologues de mobiliser des matériaux d’archives, à condition de les traiter avec méthode et précaution. Ce texte est issu du travail qu’il a réalisé dans le cadre du séminaire « Introduction à l’usage des archives en sociologie ».

*                *

*

L’usage des archives n’a rien d’évident ni d’habituel en sociologie. La sociologie s’est érigée tardivement, au XIXème siècle, comme une science sociale autonome, et un des enjeux majeurs a été d’affirmer l’indépendance de cette discipline nouvelle face à des sciences sociales déjà institutionnalisées, en particulier l’histoire. La place des archives en sociologie porte la marque de ce processus. Alors que l’histoire a eu tendance à accorder un rôle central (et parfois excessif) aux archives, la sociologie a eu tendance à l’inverse à rejeter les archives au profit d’autres sources : le sociologue serait l’homme du terrain, abandonnant l’usage des archives à l’historien – on a même parlé d’une « mystique du terrain »1 .

Il faut cependant dépasser ces images préconçues : nous voulons montrer ici, en nous appuyant sur les textes de sociologues et d’historiens, que les archives sont des sources disponibles pour le sociologue, et qu’il ne faudrait pas les rejeter en raison des représentations qui ont accompagné la fondation de ces disciplines. Par ailleurs, la pratique croissante de l’interdisciplinarité en sciences sociales tend, sinon à remettre en cause, du moins à brouiller les frontières entre disciplines, et l’emprunt de méthodes est sans doute plus facile de nos jours. Le sociologue peut mettre à profit les apports de l’histoire et l’expérience des historiens avec les archives, tout en s’inscrivant dans une démarche clairement sociologique.

Qu’est-ce qu’une archive ? Questions de définition.

Travailler avec des archives implique de bien connaître les sources auxquelles on a affaire. On peut ici rappeler la définition juridique, en France, des archives :

« Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité. »2

Cette définition, très large, permet de saisir plusieurs aspects des archives : elles sont produites, elles sont d’abord un document qui a un usage et une finalité propres, et enfin elles sont conservées. Leur production est historiquement située : ce sont des documents produits dans un certain contexte, et pour répondre à un besoin précis. Et ces documents ne deviennent des archives que dans un second temps, lorsque leur conservation est organisée.

Le cas le plus fréquent est celui des archives publiques, qui organisent systématiquement la collecte et la conservation des archives des administrations d’État. Dans ce cas, les archives sont plus que des documents : elles ont aussi un rôle politique, comme symbole de l’État et de sa continuité. Ces enjeux de souveraineté ont été analysés par l’historienne Sophie Cœuré dans La Mémoire spoliée3 à propos des archives françaises spoliées par les autorités d’occupation allemandes durant la Seconde Guerre mondiale, puis par les troupes soviétiques à la fin de la guerre : l’archive devient un trophée, au service de la politique nazie, puis soviétique. Un État, une institution créent des fonds d’archives qui participent de leur légitimité. Tous les États ont des « Archives nationales » ou « Archives d’État », et il n’est pas rare qu’un chercheur étranger doive passer par l’ambassade de son pays pour y avoir accès : les archives de l’État sont à la fois un patrimoine national (en principe librement accessible à tous les citoyens), et un attribut de la souveraineté étatique, d’où la volonté de contrôler l’accès aux archives.

Mais la conservation peut aussi se faire dans un cadre privé, avec des finalités diverses : la reconnaissance de droits, la mémoire, voire ce que l’anthropologue Michel Naepels appelle la « piété familiale »4. Le lieu de la conservation est alors important : dans les fonds d’archives, ce sont des archivistes professionnels, avec leurs techniques propres, qui organisent les fonds ; dans des collections privées, on peut se trouver face à des archives sans véritable organisation. Et si l’accès est encadré par la loi pour les archives publiques, il est à la discrétion des détenteurs pour des archives privées. Ce n’est pas sans problèmes pour le chercheur : son travail est-il totalement libre, si l’accès à ses sources peut lui être refusé à tout moment ?

La définition légale de l’archive évoque la question de la « forme » et du « support » : tout type de document peut devenir une archive dès lors qu’il est conservé à cette fin. Il faut donc être attentif à la nature du document conservé. Il est vrai que les archives, dans les représentations comme dans la réalité des fonds existants, sont majoritairement des documents écrits. Toutefois, de plus en plus de documents électroniques, sonores ou visuels, sont conservés aujourd’hui, et suscitent un réel intérêt. Sous le terme unique d’archives, on trouve une grande diversité de documents, et c’est en fait la conservation qui constitue l’archive.

Quelle méthode face aux archives ?

« L’archive ne “dit” rien au sociologue, hors d’une problématique et d’une réflexion donnée » souligne à raison la sociologue Liora Israël dans « L’usage des archives en sociologie »5. Elle critique l’illusion d’une transparence des archives. C’est au contraire un des pièges possibles : penser que le document ancien nous met en contact, sans filtres, avec la réalité du passé. Nous l’avons vu, l’archive est produite dans un contexte précis, par des acteurs situés et pour des finalités qui leur sont propres ; et elle est conservée dans un certain cadre. L’usage des archives doit donc s’accompagner d’une réflexion sur la production et sur la conservation.

Les archives et leur production : une nécessaire contextualisation

Comme l’écrit Liora Israël, l’usage des archives doit s’accompagner d’une « sociologie des archives » : ici sociologues et historiens partagent un certain nombre de méthodes, de techniques afin d’opérer un travail critique sur le document. Le chercheur doit expliciter la situation dans laquelle sa documentation est produite. Cela implique de reconstituer un contexte de production, d’interroger la situation sociale des acteurs, l’histoire et la position des institutions concernées, mais aussi les représentations, les discours qui circulent dans une société donnée. Une solide connaissance du contexte historique est également indispensable.

Par ailleurs le document n’est pas produit pour lui-même, mais pour répondre à des motivations, des intérêts qui jouent un rôle déterminant. On doit s’intéresser non seulement à l’auteur, mais aussi au destinataire du document. C’est d’autant plus vrai pour des archives d’administrations publiques : dans la masse des documents adressés à un ministre par exemple, seule une petite partie est réellement lue par celui-ci ; il faut alors se demander quel bureau, quel service a effectivement reçu et lu ce document. Il est nécessaire de connaître le fonctionnement concret des institutions dont on utilise les archives pour bien comprendre et utiliser ces sources.

Et même lorsque ces documents ne semblent pas destinés à être lus, ces questions se posent, car l’acte même d’écrire est significatif. Travaillant sur des archives missionnaires, Michel Naepels rappelle que « rien n’oblige un missionnaire à s’intéresser aux croyances païennes ou aux cultures anciennes, et le cas échéant, rien ne l’oblige à en témoigner par écrit »6. Les « ego-documents » (journaux intimes, mémoires) n’échappent donc pas à cette analyse : il faut être attentif aux informations que donne le document, qui peuvent être biaisées par la situation de production, mais aussi à ce que le texte ne dit pas. Le plus difficile est alors de repérer les silences, les manques d’une documentation ; et comme le montre l’historienne Arlette Farge dans Le Goût de l’archive7, ces silences sont parfois tout aussi significatifs que le contenu même des archives.

La conservation des archives : pourquoi et comment archiver ?

La conservation des archives ne va pas de soi : la manière dont elle est effectuée joue un rôle dans notre perception des sources. La conservation s’est accompagnée d’un tri, une sélection, le plus souvent motivés par l’intérêt prêté, à ce moment-là, à un ensemble de documents. Mais il arrive parfois que le tri soit fait dans l’intention de cacher ou de mettre en avant certains documents plutôt que d’autres, notamment pour des périodes historiques troublées : l’historien Marc-Olivier Baruch montre ainsi que sous Vichy, des papiers ont été détruits par des membres de l’administration qui avaient intérêt à cacher leur participation à certaines décisions8. L’accès aux archives de ces périodes a souvent provoqué des débats importants : là encore, on voit que les archives sont un enjeu de pouvoir, et l’accès peut être plus difficile pour le chercheur dès lors qu’il travaille sur des sujets « sensibles ». La tendance est cependant à la réduction des délais de communications pour la plupart des archives publiques en France.

Une autre précaution concerne l’archivistique elle-même. La question se pose le plus souvent pour les inventaires qu’utilise le chercheur, et qui sont d’une aide précieuse dans son travail. Comme le souligne Liora Israël, les inventaires sont établis indépendamment des problématiques du chercheur, et c’est là leur limite. Mais la question de la science archivistique devient plus cruciale dans un cas comme celui des archives soviétiques, évoqué par Sophie Cœuré : celles-ci ne respectent pas le principe du respect des fonds (laisser intact les collections provenant d’un même individu ou d’une même institution), et trient les documents en fonction de leur « usage opérationnel ». Cet exemple limite nous montre qu’une réflexion sur l’archivistique peut s’avérer utile dans certains cas, mais aussi que des pratiques qui semblent aller de soi, celles de l’archivistique occidentale, sont des constructions sociales et culturelles, qu’il faut garder à l’esprit.

Les archives, une source pour le sociologue ?

« L’archive n’est pas une méthode, elle est un type de document », rappelle Liora Israël. L’archive n’est donc pas essentiellement une source pour l’historien et réservée à celui-ci. De même que les historiens ont au cours des dernières décennies repris certaines techniques privilégiées de la sociologie (par exemple les entretiens), de même rien n’exclut que le sociologue puisse faire un usage fécond des archives. Le chercheur doit garder à l’esprit sa problématique lorsqu’il aborde les archives : c’est la problématique, ainsi que la méthode d’analyse qui sont proprement sociologiques, et non pas les sources utilisées.

La constitution du corpus de sources est au cœur de ce travail, et elle est déterminante pour la recherche effectuée. Liora Israël évoque ainsi la frustration du chercheur confronté à l’écart qui existe entre ses questionnements, et les faibles réponses d’une documentation qui n’a pas été produite pour lui : le chercheur doit alors tâtonner pour construire dans les limites de la documentation disponible le corpus qu’il va étudier, en fonction d’une problématique qui guide ensuite la lecture et l’analyse. Elle prend l’exemple d’un classique de la sociologie, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique9, qui s’appuie sur des documents issus d’archives : correspondances, articles de journaux, courriers de lecteurs, rapports produits par des organisations. On voit ici la diversité de la documentation disponible dans les fonds d’archives privés ou publics, et cette diversité peut être féconde pour le chercheur.

En pratique, il faut également souligner que l’usage des archives peut se faire de plusieurs manières, que la lecture des sources peut varier. La distance par rapport au texte peut ainsi être très différente, entre le sociologue qui utilise les archives pour construire des statistiques et celui qui lit le document de près pour étudier des « cas » individuels. De même, le chercheur peut s’intéresser au document pour son contenu, mais aussi travailler sur les discours, les représentations des acteurs concernés. Il peut également opérer un « déplacement du regard », comme le fait le sociologue Olivier Masclet10, lorsqu’il étudie les annotations faites par le maire communiste de Gennevilliers, dans la marge d’un document produit en 1972 par son administration au sujet de la main-d’œuvre immigrée dans la commune. Ces annotations révèlent l’écart entre le discours officiel de la mairie contre les « marchands de sommeil », et un discours informel, en marge du document, où la présence d’une population immigrée est perçue comme un coût économique pour la commune, mais aussi une menace pour les autorités communistes, en raison de leur rejet par la population française de Gennevilliers. Le détail dans la marge est alors le véritable objet du chercheur, plus que le document lui-même.

Le « paradigme indiciaire » théorisé par l’historien Carlo Ginzburg peut alors se révéler particulièrement intéressant : pour le chercheur, le plus intéressant est parfois le détail difficile à trouver, qui « cloche », qui dénote dans un document, et qui ouvre une nouvelle piste. Du reste, le travail de Carlo Ginzburg dans Le Fromage et les Vers11, montre bien que pour un chercheur attentif aux indices, même des archives clairement institutionnelles (les archives de l’Inquisition italienne chez Ginzburg), peuvent se prêter à des problématiques qui sont communes à l’histoire et à la sociologie (la culture des classes populaires, la question de la lecture et de la réception…).

Conclusion

Il faut donc insister sur l’extraordinaire diversité des usages possibles des archives, et sur le fait que c’est la problématique, les méthodes employées, qui rendent le travail du chercheur sociologique, plus que le type de matériau qu’il emploie. Les archives sont produites par des acteurs sociaux, dans un contexte donné : elles disent quelque chose de la société qui les produit, pour qui les aborde avec des questionnements et des méthodes adéquats. On voit aussi clairement les apports possibles de l’interdisciplinarité entre histoire et sociologie, en particulier pour des travaux qui se situent au croisement des deux disciplines : socio-histoire, histoire sociale, histoire culturelle… Soulignons enfin, à la suite de Liora Israël que le sociologue lui-même peut devenir producteur d’archives, et que la conservation des archives des sociologues est un vrai enjeu pour la recherche, permettant le débat, la réexploration d’un terrain, mais aussi une histoire de la sociologie et de sa constitution.

Références

1 Cacciari, « Jean-Louis Fabiani,La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 mai 2015, consulté le 09 décembre 2016. URL :

2 Article L211-1 du Code du Patrimoine [voir http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/archives-publiques/lois, consulté le 9 décembre 2016]

3  Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique (de 1940 à nos jours), Paris, Payot, 2007

4 Michel Naepels, « Contextualiser les archives missionnaires : quelques remarques méthodologiques », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 21 août 2008, consulté le 03 mai 2016, § 6. URL : http://ateliers.revues.org/1882 ; DOI : 10.4000/ateliers.1882.

5 Liora Israël, « L’usage des archives en sociologie » dans Serge Paugam (éd.), L’Enquête sociologique, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 167-185.

6 Michel Naepels, « Contextualiser les archives missionnaires… », § 3.

7 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1989, 156 p.

8 Marc-Olivier Baruch, « Introduction » dans Jean-Pierre Azéma, Marc-Olivier Baruch, et Madeleine Rebérioux, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, p. 13-19.

9 William I. Thomas et Florian Znaniecki, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’un migrant (Chicago, 1919), Paris, Nathan, 1998

10 Olivier Masclet, « Une municipalité communiste face à l’immigration algérienne et marocaine », Genèses, décembre 2001, vol. n°45, no 4, p. 150‑163.

11 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les Vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Aubier, 2014 [1e édition : Carlo Ginzburg, Il Formaggio e i vermi : il cosmo di un mugnaio del’500, Turin, G. Einaudi, 1976]

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d’enseignement au sein du master « Sociologie générale » de l’EHESS.

More Posts

Des sociologues dans les cartons… d’archives

Par Elsa Boulet et Quentin Fondu.

Ce billet reprend l’introduction du séminaire « Initiation à l’usage des archives en sociologie », animé par Elsa Boulet en 2015-2016. Lors de la séance introductive, Quentin Fondu, doctorant en sociologie au CESSP-CSE, a présenté son propre travail d’enquête à partir d’archives en insistant sur les « ficelles du métier ». D’un format un peu particulier, ce séminaire visait à faire expérimenter aux étudiant.e.s en sociologie la confrontation avec des archives : après une séance introductive, les étudiant.e.s se sont plongé.e.s dans des cartons de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre) avec pour mission d’écrire un « mini-mémoire » portant sur les luttes pour la légalisation de l’avortement en France dans les années 1970-1980. La moitié des séances du séminaire a ainsi été consacrée au dépouillement des archives, l’autre moitié permettant un travail en atelier autour des questionnements, des hypothèses et des résultats présentés par les étudiant.e.s.

*                *

*

Des archives, mais pour quoi faire ?

Les archives ne sont pas une méthode fréquemment utilisées en sociologie, mais la sociologie historique est un champ de recherche qui n’en reste pas moins important. En replaçant les phénomènes sociaux dans des temporalités plus ou moins longues, la sociologie historique met en lumière la dynamique des rapports sociaux (l’émergence du capitalisme analysée par Max Weber [1]), la genèse des institutions (le travail de Rémi Lenoir sur l’idéologie familialiste par exemple [2]) ou encore des outils de savoir (Desrosières et « l’histoire de la raison statistique » [3]). Tout objet d’étude sociologique peut comporter une dimension historique, dans la mesure où sociologie et histoire partagent un même objet d’investigation : « le cours historique du monde » [4], pour reprendre les termes de J.C. Passeron. Continuer la lecture de Des sociologues dans les cartons… d’archives

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d’enseignement au sein du master « Sociologie générale » de l’EHESS.

More Posts

Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces

Par Marion Ink, doctorante au CEMS, chargée d’enseignement au sein du master « Sociologie générale » de l’EHESS.

Ce billet a été écrit dans le cadre du séminaire de Marion Ink : « L’enquête sociologique par entretiens », donné à l’EHESS en 2015-2016.
La lecture des retranscriptions des entretiens de chacun(e) des étudiant(e)s a permis d’identifier certaines « bonnes astuces » et « petites erreurs » des étudiant(e)s-enquêteur(e)s.
Nous remercions ainsi les étudiant(e)s de ce séminaire :
BONVICINI Laura, BOUVIER Ophélie, CHONAVEL Manon, CORON Justine, DEMIRDJIAN Léa , GALIBERT-LAINE Chloé, HELSENS Théo, ISHITSUKA Aurélia Milika , LESCHEVIN Théo, LONGO Mariana, LORMEAU Marine, NIEDDA Marie-Laurence, OLIVEIRA FERREIRA Lizandra, PANIS-LIE Julien, SANTINI Geoffrey, SESTITO Rosanna, USEO Matthieu, VANHOOREN Stéphanie et VISENTIN Sylvia, pour leurs retranscriptions d’entretiens, ainsi que leurs retours.

*             *

*

« L’Entretien Non- Directif de Recherche est une pratique sociale ou/et un dispositif de recherche dont la définition minimale est la suivante : c’est un entretien principalement entre deux personnes (il peut être étendu à un groupe), un interviewer et un interviewé, conduit et enregistré par l’interviewer. Celui-ci a pour objectif de favoriser la production d’un discours de l’interviewé sur un thème défini dans le cadre d’une recherche »  
BLANCHET Alain, GIAMI Alain, GOTMAN Anne et LEGER Jean-Michel, 1993, L’entretien dans les sciences sociales. L’écoute, la parole et le sens, Paris, Dunod, p.7

Ainsi, ces « trucs et astuces » ne sont conseillés que pour favoriser la production du discours de l’enquêté. Ces conseils sont à adapter selon l’entretien, l’interaction in situ, l’entretenu, la phase de l’enquête sociologique dans lequel s’inscrit l’entretien mené, etc. Continuer la lecture de Mener et retranscrire un entretien sociologique : trucs et astuces

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d’enseignement au sein du master « Sociologie générale » de l’EHESS.

More Posts

De l’enquête au texte : un atelier d’analyse des matériaux pour les étudiant-e-s du Master de sociologie

Dans le cadre de l’enseignement « De l’enquête au texte » animé par Romain Juston, un atelier d’ « analyse des matériaux » a été proposé à titre expérimental à la trentaine de participant-e-s de ce séminaire de méthodologie. La formule a rencontré l’intérêt des étudiant-e-s, au point de se dérouler désormais de façon hebdomadaire, lors de la dernière demi-heure de chaque cours. Les présentations ont donné lieu à la rédaction de textes sur la façon dont les étudiant-e-s se saisissent et analysent concrètement des matériaux divers issus de leurs enquêtes de terrain. Avant de publier ces textes, il fallait donc expliquer le principe, le déroulé et l’objectif de ces échanges en classe au cours desquels il est apparu que l’entrée par l’opération d’analyse est en mesure de susciter des échanges suffisamment riches et originaux pour être publiés sur ce carnet. Continuer la lecture de De l’enquête au texte : un atelier d’analyse des matériaux pour les étudiant-e-s du Master de sociologie

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur.

Lou Viger est étudiante en Master 2 de sociologie générale à l’EHESS. Elle nous propose ici une réflexion sur l’enquête qu’elle mène sur un site marqué par la présence d’une centrale nucléaire, à Flamanville dans le Cotentin. La relative proximité de l’enquêtrice avec son terrain permet de mettre en lumière des aspects spécifiques du terrain, tout en interrogeant à rebours la socialisation de l’enquêtrice aux enjeux et aux riques des énergies nucléaires.


 

« J’étais parti pour le Brésil parce que je voulais devenir ethnologue»1

Lorsque Claude Lévi-Strauss décide de franchir le pas de l’ethnologie, il commence par faire un long voyage. A l’affût du dépaysement, l’ethnologue abandonne sa zone de confort et se projette dans un environnement lointain, le plus à même de lui faire éprouver l’altérité́.

Sans aller jusqu’à rejoindre l’autre rive de l’Atlantique, j’ai choisi d’enquêter dans le Cotentin, dans la commune de Flamanville que je connais bien. C’est là que se trouve la maison de mes ancêtres j’habite plusieurs semaines par an depuis l’enfance. C’est là aussi qu’à moins d’un kilomètre est installée une centrale nucléaire, avec deux réacteurs en activité depuis le milieu des années 19802. Apparemment, rien d’exotique, rien de nouveau, si ce n’est des risques liés à la radioactivité dont la conscience s’éveille ou sommeille en chacun de nous. Nous3, car je suis ici presque autant sujet et objet de l’enquête, une indigène parmi les indigènes. Continuer la lecture de En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur.

L’ethnographie, c’est tout un art !

Compte-rendu « intéressé » de l’atelier « Les enjeux de l’ethnographie dans l’étude des pratiques artistiques » des Premières rencontres annuelles d’Ethnographie de l’EHESS  (nov.2014).

 

Alexis Ruiz-Salmeron est étudiant en M2 « Sociologie générale » à l’EHESS. Il réalise un mémoire de recherche en sociologie de la culture sous la direction de Jean-Louis Fabiani. Son enquête consiste en une monographie d’un lieu innovant de représentations du spectacle vivant qui est aussi un lieu de vie et de convivialité inscrit dans le territoire : le Cent-quatre à Paris. Il s’intéresse aux représentations et aux pratiques sociales des individus, les plus impliqués mais aussi les moins concernés, dans l’usage des espaces de ce lieu. Le compte-rendu de l’atelier[1] qu’il propose est ainsi mis en perspective avec le sujet de sa recherche.

Avant tout chose, une précision. J’ai assisté à cet atelier pour en tirer un certain nombre d’enseignements pour la réalisation de mon sujet de recherche. Je n’avais, au départ, aucunement l’intention d’en proposer une restitution. Ce texte est donc l’expression des travaux des intervenants sous le prisme de ma curiosité d’apprenti-chercheur soucieux (voire inquiet !) d’en apprendre le plus possible ; non pas sur les sujets mêmes des intervenants mais sur leurs pratiques de chercheurs. Mais n’est-ce pas aussi un des objectifs de ces journées que de créer un espace d’échanges autour des pratiques de recherche commune entre des (jeunes) chercheurs recourant à l’ethnographie pour résoudre des problèmes sociologiques ?  Continuer la lecture de L’ethnographie, c’est tout un art !

Le public ? Quel public ? Expérience professionnelle et recherche en cours sur les publics dans un dispositif de concertation

 Camille Lamouche est étudiante au sein du Master 2 « Sociologie générale » de l’EHESS. Elle nous propose ici un retour sur l’enquête qu’elle a effectué pour son mémoire et les enjeux autour des différentes approches des publics dans son travail, sur le terrain des dispositifs de concertation autant que sur le plan de l’analyse sociologique qu’ils appellent.  

Dans le cadre de mon Master 2, je réalise une recherche sur la sociologie de la concertation publique, démarche qui vise à associer la population aux prises de décisions publiques. Mon sujet consiste en l’étude des acteurs-organisateurs des concertations publiques. Il s’agit d’observer leurs pratiques et plus précisément celles à l’œuvre lorsqu’ils définissent les publics qu’ils cherchent à mobiliser.

Je reviens ici sur les deux perspectives depuis lesquelles j’ai eu l’occasion d’aborder la question des publics participants aux concertations : la première, en tant que professionnelle de la communication, la seconde en tant qu’étudiante en sociologie. La première est à l’origine de questionnements concernant l’approche des publics qui est à l’œuvre chez les professionnels de la communication. La seconde a nécessité un travail de problématisation, pour transformer ces questionnements en pistes d’analyse sociologique.

L’approche professionnelle : le public, une production d’experts ?

Le public n’existe pas. Voilà l’impression que me laissent dix années d’expérience en agence-conseil en communication publique. Bien sûr, on s’adresse à lui par le biais de campagnes, de sites Internet, de supports éditoriaux et autres événements. Il est quantifié, de temps à autres. Mais il n’est qualifié, au sens scientifique du terme, que très rarement, ces agences disposant finalement de très peu de données (souvent de seconde main) sur les publics auxquelles elles adressent leurs campagnes. En revanche, les professionnels y travaillant fourmillent de convictions : le public est sans cesse évoqué voire invoqué, des décisions stratégiques sont prises en son nom. Il n’en demeure pas moins que peu de données tangibles viennent appuyer ces intuitions. C’est cela qui me laisse penser que le public n’existe pas autrement que comme fiction, construite à des fins d’expertise.

Ainsi, la posture d’émetteur professionnel – ou communicant – implique bien souvent de construire de grandes catégories de publics en s’appuyant sur l’expérience et le bon sens. Stratégies, supports, messages, plans de diffusion sont ainsi articulés à partir de ce découpage. Or, cette méthodologie intuitive couplée à des impératifs budgétaires impose des campagnes dont on imagine fort bien qu’elles excluent une large partie des publics existants. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes lorsque l’on se situe dans une logique de communication publique, avec pour impératif officiel de s’adresser à tous les citoyens. Cette lacune devient encore plus problématique quand le travail de l’agence consiste à accompagner les dispositifs de concertation publique. En effet, le but affiché de ces derniers est de pallier certains dysfonctionnements de la démocratie en favorisant la prise de parole de tous les publics concernés par le projet soumis à concertation. En toute logique, il faudrait alors veiller à mettre en œuvre une information permettant à chacun de se saisir du projet et d’être en mesure de s’exprimer à son propos. Cependant, j’ai pu constater au cours de mes expériences l’absence constante de certains publics dans ces instances participatives. Les publics participants sont ceux-là même qui participent à la vie politique traditionnelle, quand les catégories sociales déjà exclues des dispositifs de participation politique classiques le demeurent dans la plupart des cas.

J’ai également observé une forme d’agitation autour de ces questions de publics. En effet, le milieu professionnel chargé d’organiser les concertations produit une réflexion fournie autour de la mobilisation de publics représentatifs. L’idéal d’une inclusion de tous les publics au processus est revendiqué et de nombreuses suggestions d’ordre normatif sont formulées en ce sens par les acteurs de ce champ professionnel. Citons pour exemple la Commission Nationale du Débat Public, qui a établi des règles méthodologiques de référence. Par ailleurs, ce que j’ai observé dans ma pratique professionnelle s’avérait assez éloigné de ces principes, puisque la structure qui porte son projet à concertation cherche, in fine, à le faire accepter dans les meilleures conditions pour elle. Ce point de départ, tout entier tourné vers l’aboutissement de la procédure, entrave la réflexion préalable à la mise en place du dispositif. Car l’enjeu réside alors dans une fine cartographie des publics, envisagée selon leur relation avec le projet. La communication est ensuite déployée en réponse à ces postures, celles-ci étant ainsi le principal critère pour reconnaître les publics. On le devine, cette démarche laisse de côté d’autres publics.

Ainsi, la recherche de la représentativité et de l’inclusion de tous les publics n’ont pas constitué, dans les expériences qui ont été les miennes, un critère majeur dans la formalisation du dispositif de concertation. L’écart entre la promesse concertative et la réalité mise en œuvre semblait alors prononcé. Pourtant, je n’ai cessé de constater combien les acteurs du monde de la concertation affichent leur souhait de « rénover la démocratie » et de « redonner confiance aux citoyens ». Mais, une fois la pratique à l’œuvre, la question de la représentativité des publics et des moyens de l’obtenir passe après celle de la mobilisation du public : l’approche quantitative prend alors le pas sur une approche qualitative.

Crédit photo: Reuters
Crédit photo: Reuters

 

L’approche sociologique : comment la construction des publics s’opère-t-elle dans le cadre d’une concertation ?

Ces expériences professionnelles ont forgé mon souhait d’aborder les publics de ces dispositifs participatifs en adoptant un regard sociologique. En effet, les questions de démocratie, de représentativité, de publics m’ont toujours particulièrement intéressée. Elles ont aiguillé mon parcours universitaire, mes précédents mémoires, mes choix professionnels. Elles continuent de m’inspirer, puisque j’ai de nouveau souhaité creuser ces thématiques au moment de rédiger un projet pour le Master 2. La formulation initiale de mon projet était la suivante : « je cherche à interroger les effets substantiels de la concertation : participe-t-elle à une plus-value de sentiment démocratique aux yeux des participants ? ». Je souhaitais analyser les transformations de la société civile dans son rapport à la démocratie. Pour cela, mon idée était de me concentrer sur une sociologie des participants et de travailler sur l’évolution de leur rapport à la démocratie au cours de leur participation.

Intermède : Un premier mémoire qui aborde la question participative et celle du public

Mon questionnement actuel a deux foyers originels : mon parcours professionnel, on l’a vu, avec une expérience dans les coulisses des dispositifs de concertation publique. J’y ajouterais mon mémoire de maîtrise, réalisé en 2002, dont le sujet approchait la notion de participation. En avril 2002, on s’en souvient, les élections présidentielles avaient apporté leur lot de stupeur et une déflagration particulière pour le Parti Socialiste. Alors au Celsa, en Maîtrise de Communication des institutions publiques, j’avais choisi d’étudier la communication interne au sein du Parti Socialiste pendant cette année post-défaite. Je voulais observer comment la crise était vécue par les militants et ce que la direction du Parti leur proposait comme outils pour y faire face. Le bouleversement suscité par la défaite de Lionel Jospin au premier tour, et plus encore par le passage de Jean-Marie Le Pen au second, avait décidé la direction du PS à ouvrir la parole aux militants. Dans une perspective de renouveau, de refondation, d’écoute, d’échange, de partage… Pour comprendre et imaginer le futur. Au terme de mon travail, mes conclusions montraient que cette écoute était très strictement cadencée, organisée, et combien la parole donnée avait très rapidement été reprise. Une forme d’instrumentalisation du public militant qui, j’ai pu m’en rendre compte par ailleurs, n’était pas dupe. C’était là mon premier rapport concret avec une expérience participative en train de se faire, et le début de mes interrogations sur les publics.

Depuis, mon approche a beaucoup évolué. Du fait de mes échanges avec mon directeur de recherche, j’ai progressivement déconstruit l’ensemble des jalons de ma réflexion pour aboutir à une deuxième formulation de question : « comment, si l’opinion la plus répandue promeut l’insincérité voire l’inutilité des démarches de concertation publique, expliquer la présence de participants individuels (hors association, parti politique, syndicat ou groupe constitué) aux réunions publiques ? En résumé, pourquoi ces personnes participent-elles quand même aux réunions publiques ? » Je me demandais quels sont les ressorts communs, sociaux et politiques, qui fondent leurs justifications rationnelles à une participation qui, elle, pourrait sembler irrationnelle.

Crédit image: Montgomery Flagg
Crédit image: Montgomery Flagg

 

L’observation participante  : une clé pour observer la participation ?   

Puis, un deuxième échange avec mon directeur m’a fait prendre conscience d’une clé qui se trouvait à ma disposition : j’ai la possibilité d’observer depuis l’intérieur les acteurs en charge de l’organisation des concertations. Je les connais, ce sont mes anciens collègues ou clients. Il m’est aisé de rentrer en contact avec eux. Dès la formulation de mon projet, j’avais trouvé mon terrain : une concertation menée par un maître d’ouvrage à propos d’une ligne de transport en commun majeure de la région Ile-de-France. Mon idée initiale était de mener la majorité de mes entretiens avec des personnes issues du public, d’assister à l’ensemble des réunions publiques puis d’interviewer quelques-uns des membres organisateurs. A ce stade, rappelons que je tenais à questionner le rapport des publics à la démocratie via leur expérience de la concertation publique. Mais, en me documentant sur les recherches publiées à propos des dispositifs participatifs, j’ai pris conscience de la multitude d’écrits existants d’une part, sur la question du couple démocratie/représentativité des concertations, d’autre part sur les publics (qui sont-ils, quelles sont leurs motivations à participer, comment participent-ils, ce que la participation a comme effets sur eux…). J’ai donc opéré un déplacement de ma question, après avoir constaté qu’il serait plus novateur – et plus stimulant – de saisir l’opportunité d’observer les acteurs-organisateurs des concertations publiques. Mon terrain reste le même en apparence, puisque je me concentre sur la même concertation publique, mais mon objet de recherche et ma problématique porteront sur ces acteurs en particulier. Mes entretiens, estimés à ce stade au nombre d’une dizaine, seront réalisés avec l’ensemble des acteurs impliqués de près ou de loin dans l’organisation du dispositif, car je cherche à couvrir l’espace de variation au sein de ce groupe. Je vais par ailleurs assister à toutes les réunions de travail en interne. Cela me permettra de compenser, en partie, le fait que je n’ai pas été autorisée à venir en observation dans leurs bureaux plusieurs jours par mois. Enfin, la formulation de mon énigme a évolué, pour coller à ce déplacement : je voudrais désormais interroger le rôle joué par les organisateurs de ces dispositifs quant à la question des publics participants. Puisque ce sont eux qui concrétisent l’offre et qui organisent la communication autour de cette dernière, sans doute leurs choix et leurs actions conditionnent-ils les types de publics participants. Alors qu’il existe une injonction formelle à réunir des participants représentatifs de la population concernée par le projet et que les organisateurs sont outillés pour organiser les concertations, pourquoi réunissent-ils toujours les mêmes typologies de publics ?

En résumé, j’ai évacué à ce stade de mes questionnements tout ce qui est directement lié à la notion de démocratie ou à la question des motivations/perceptions des publics. Je cherche désormais à observer comment les organisateurs construisent leurs publics, à l’aune de ce qu’ils jugent être une « bonne » concertation.

L’Ouscipo prend le large : une enquête collective à L’Ile-Saint-Denis

Développé au sein de l’EHESS, l’Ouscipo a vocation à développer des partenariats de recherche avec la société civile. Ces partenariats peuvent prendre la forme de travaux individuels (mémoires, thèses, etc.), mais aussi s’articuler à des activités d’enseignement sous la forme d’enquêtes collectives.

L’une des trois enquêtes collectives lancées depuis la rentrée 2014 au sein de la spécialité « Sociologie générale » s’inscrit dans ce cadre. Ce billet propose d’exposer le projet Ouscipo avant de donner à voir une de ces réalisations concrètes, à la fois outil d’initiation de la recherche par la recherche et forme innovante de collaboration entre des étudiant.e.s et des acteurs de la société civile. 

L’Ouscipo : au-delà de l’expertise et de la recherche auto-référencielle, inventer une nouvelle articulation entre recherche et société civile  

En janvier 2014, l’EHESS a donné naissance à un dispositif inédit et expérimental, l’Ouvroir de sciences sociales potentielles (Ouscipo). Sa mission : favoriser le développement des partenariats de recherche entre les étudiants de l’EHESS et des acteurs de la société civile.

C’est un ouvroir à double entrée, puisqu’il s’agit de favoriser à la fois l’ouverture des sciences sociales à la société civile, et l’ouverture la société civile aux sciences sociales. En cela, l’Ouscipo prend le contre-pied du diagnostic fataliste, trop souvent entendu, selon lequel les apports des sciences sociales n’intéresseraient plus les acteurs sociaux. C’est finalement un diagnostic rassurant, car il permet de ne pas s’interroger la responsabilité de nos propres pratiques de production et de diffusion de la recherche.

Continuer la lecture de L’Ouscipo prend le large : une enquête collective à L’Ile-Saint-Denis