Archives de catégorie : Master 1

Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Ce billet s’inscrit dans le cadre d’une enquête collective issue d’un partenariat entre l’Ouscipo[1] et le Samu Social de Paris. Il s’agit du deuxième billet issu de cette enquête collective publié sur ce carnet. Dans le cadre de sa mission de lutte contre la grande exclusion, le Samu Social de Paris propose un accueil de jour ou des possibilités d’hébergement la nuit aux personnes sans-domicile. Menée en 2015-2016 par une vingtaine d’étudiants répartis dans quatre centres, cette enquête collective a constitué pour nous une initiation “à la recherche par la recherche” par le biais d’un dialogue permanent avec les acteurs de la société civile. Cette recherche s’appuie sur une semaine d’enquête de terrain au sein d’un des Lits Halte Soins Santé (LHSS). Créés dès l’origine du Samu Social de Paris en 1993 et ouverts à titre expérimental, ils ont été pérennisés par décret le 17 mai 2006 et homologués « structure médico-sociale ». Les LHSS hébergent les sans domicile à temps complet et sans conditions pour une durée limitée à deux mois renouvelables.  

*             *

*

Au cours de cette riche semaine de terrain, nous avons réalisé des entretiens et des observations auprès du personnel et des hébergés de la structure[2], avec pour point de départ la thématique de l’« éloignement ». Les structures du Samu Social peuvent prononcer des mesures dites d’« éloignement » à l’encontre des personnes accueillies ou hébergées. Il s’agit d’exclusions valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie. Ainsi, nous avons abordé notre enquête avec pour volonté première d’observer les logiques pouvant conduire à de telles décisions.  

« Vous me foutez dehors. »

Continuer la lecture de Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Que faire après un Master de sociologie à l’EHESS ? Annonce de deux séances sur l’après master

La formation sociologie organise deux séances de travail sur l’après Master, les 23 mars et 19 avril 2017

Faire une thèse en sociologie, jeudi 23 mars de 15h à 18h en salle 13 (105 Bd Raspail)

Il s’agit de s’interroger sur les raisons de faire une thèse, sur les conditions requises, sur les débouchés après un doctorat, sur les financements disponibles ou encore sur l’utilité de l’année préparatoire au doctorat. Ces thèmes sont abordées avec des responsables de ces questions à l’Ecole doctorale  et avec des étudiants en doctorat qui viendront nous parler de leurs expériences.

Se professionnaliser après un Master de sociologie, mercredi 19 avril de 13h30 à 18h en salle de Lombards (96 Bd Raspail).

Nous proposons une réflexion sur les débouchés du Master de sociologie en dehors du doctorat. Nous présenterons une enquête sur le devenir des masterant.e.s qui a été réalisée par l’ehess, envisagerons les métiers de la fonction publique, et nous accueillerons d’anciennes et d’anciens étudiant.e.s de Master qui présenteront leurs parcours.

Les programmes complets seront prochainement disponibles.

Benoît Hachet

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Mieux vaut prévenir qu’éloigner ? Une enquête collective en partenariat avec le SamuSocial de Paris

Après une première enquête collective réalisée en partenariat avec le P.H.A.R.E.S. (Pôle d’Hospitalité aux Activités à Rayonnement Ecologique et Solidaire), le carnet des étudiant-e-s du Master de sociologie publie en ce début d’année deux billets issus d’une nouvelle enquête collective effectuée dans le cadre de l’Ouscipo et animée par Corentin Durand et Romain Juston. Intitulée « Aux frontières de l’urgence. Enquête collective avec le Samusocial de Paris », elle a permis à trois groupes de six étudiant-e-s accompagnés par un encadrant d’effectuer une enquête au sein de structures d’hébergement d’urgence autour de la thématique des mesures dites d’ « éloignement » à l’encontre de personnes accueillies. Ces exclusions sont valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie.

Ce premier billet retrace l’enquête d’un groupe qui a enquêté dans un Lit Halte Soins Santé (LHSS) dont la particularité est de peu recourir à ce type de mesure. Laura Bonvicini, Justine Coron, Anaïs Lehmann et Tanya Kostitcyna ont alors réalisé un travail largement configuré par l’enquête de terrain se donnant pour objectif de mieux comprendre les logiques de prévention des situations problématiques dans ce centre.

*                 *

*

UN RÉCIT D’ARRIVÉE POUR PLANTER LE DÉCOR

Monsieur Balmond est arrivé au LHSS la veille de notre venue. Nous nous appuierons donc dans cet article sur son cas pour comprendre la prise en charge des hébergé-e-s au sein d’un LHSS de la région parisienne. Pakistanais âgé d’une quarantaine d’années, Monsieur Balmond est arrivé en France il y a 20 ans. Il entre au LHSS par la maraude, après avoir connu un éloignement d’un autre centre. Le motif de son admission au LHSS Esquirol est l’« altération de l’état général  » qu’il présente. À son arrivée, une insuffisance hépatique (cirrhose) et une perforation du tympan sont diagnostiquées. Le cas particulier de ce nouvel arrivant nous permet alors de donner un aperçu concret de l’accueil et des premiers jours au sein du LHSS. C’est l’occasion de suivre pas à pas les premiers pas d’un hébergé dans son nouvel environnement, premiers pas au cours desquels les normes sont notamment explicitées

Continuer la lecture de Mieux vaut prévenir qu’éloigner ? Une enquête collective en partenariat avec le SamuSocial de Paris

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

A l’épreuve du terrain : à propos de la reformulation d’un projet de mémoire sur la psychiatrie

Pierre Robicquet est étudiant au sein de la spécialité « Sociologie générale » du master de sociologie de l’EHESS. Dans ce billet, il relate un épisode de son terrain en hôpital psychiatrique à la suite duquel il a complètement reconfiguré son projet de recherche qui, alors qu’il portait au préalable sur les patients, s’est déplacé vers les professionnel. Il restitue ici les circulations entre l’objet, le terrain et le chercheur, et expose les tenants et les aboutissants de l’ « épreuve » du terrain entre les aspects pratiques des choix du chercheur et leur  portée morale.

 

Pendant le second semestre de l’année 2014, j’ai formulé un projet de recherche sur le monde médical et psychiatrique. En parallèle du travail de construction de l’objet, j’entreprends un premier état de l’art permettant d’identifier une série de structures associatives au sein desquelles réaliser un stage exploratoire au début de l’été 2015. L’objectif de ce terrain exploratoire est de me permettre d’appréhender des pratiques plus concrètes afin de formuler un projet de recherche ancré. Le 5 juillet de la même année commence ma première immersion en milieu médical dans le centre thérapeutique[1] d’une petite ville de Gironde. Pendant environ quatre semaines, j’accompagne le psychologue de la structure dans chacune de ses activités et réunions d’équipes. Le mois suivant, je compile, déplie et analyse mes observations afin de formuler des premières hypothèses. L’année universitaire commence sur cette base, et le 20 novembre s’ouvre mon terrain de recherche en unité de soins intensifs pour une durée de sept mois. La structure n’est cette fois pas associative mais publique.

Pendant la durée de l’enquête, mon comportement de chercheur, et derrière, les lignes de ma recherche, ont été mis à l’épreuve du travail de terrain. Ce billet propose de discuter les circulations entre l’objet, le terrain, et l’enquêteur. J’y expose les négociations qui ont lieu lorsque je me suis retrouvé en situation d’échec. Pour cela, je présente et je discute le récit d’une délicate matinée d’enquête. Continuer la lecture de A l’épreuve du terrain : à propos de la reformulation d’un projet de mémoire sur la psychiatrie

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Des sociologues dans les cartons… d’archives

Par Elsa Boulet et Quentin Fondu.

Ce billet reprend l’introduction du séminaire « Initiation à l’usage des archives en sociologie », animé par Elsa Boulet en 2015-2016. Lors de la séance introductive, Quentin Fondu, doctorant en sociologie au CESSP-CSE, a présenté son propre travail d’enquête à partir d’archives en insistant sur les « ficelles du métier ». D’un format un peu particulier, ce séminaire visait à faire expérimenter aux étudiant.e.s en sociologie la confrontation avec des archives : après une séance introductive, les étudiant.e.s se sont plongé.e.s dans des cartons de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre) avec pour mission d’écrire un « mini-mémoire » portant sur les luttes pour la légalisation de l’avortement en France dans les années 1970-1980. La moitié des séances du séminaire a ainsi été consacrée au dépouillement des archives, l’autre moitié permettant un travail en atelier autour des questionnements, des hypothèses et des résultats présentés par les étudiant.e.s.

*                *

*

Des archives, mais pour quoi faire ?

Les archives ne sont pas une méthode fréquemment utilisées en sociologie, mais la sociologie historique est un champ de recherche qui n’en reste pas moins important. En replaçant les phénomènes sociaux dans des temporalités plus ou moins longues, la sociologie historique met en lumière la dynamique des rapports sociaux (l’émergence du capitalisme analysée par Max Weber [1]), la genèse des institutions (le travail de Rémi Lenoir sur l’idéologie familialiste par exemple [2]) ou encore des outils de savoir (Desrosières et « l’histoire de la raison statistique » [3]). Tout objet d’étude sociologique peut comporter une dimension historique, dans la mesure où sociologie et histoire partagent un même objet d’investigation : « le cours historique du monde » [4], pour reprendre les termes de J.C. Passeron. Continuer la lecture de Des sociologues dans les cartons… d’archives

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d’enseignement au sein du master « Sociologie générale » de l’EHESS.

More Posts

De l’enquête au texte : un atelier d’analyse des matériaux pour les étudiant-e-s du Master de sociologie

Dans le cadre de l’enseignement « De l’enquête au texte » animé par Romain Juston, un atelier d’ « analyse des matériaux » a été proposé à titre expérimental à la trentaine de participant-e-s de ce séminaire de méthodologie. La formule a rencontré l’intérêt des étudiant-e-s, au point de se dérouler désormais de façon hebdomadaire, lors de la dernière demi-heure de chaque cours. Les présentations ont donné lieu à la rédaction de textes sur la façon dont les étudiant-e-s se saisissent et analysent concrètement des matériaux divers issus de leurs enquêtes de terrain. Avant de publier ces textes, il fallait donc expliquer le principe, le déroulé et l’objectif de ces échanges en classe au cours desquels il est apparu que l’entrée par l’opération d’analyse est en mesure de susciter des échanges suffisamment riches et originaux pour être publiés sur ce carnet. Continuer la lecture de De l’enquête au texte : un atelier d’analyse des matériaux pour les étudiant-e-s du Master de sociologie

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS).
ATER à l’EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

L’Ouscipo prend le large : une enquête collective à L’Ile-Saint-Denis

Développé au sein de l’EHESS, l’Ouscipo a vocation à développer des partenariats de recherche avec la société civile. Ces partenariats peuvent prendre la forme de travaux individuels (mémoires, thèses, etc.), mais aussi s’articuler à des activités d’enseignement sous la forme d’enquêtes collectives.

L’une des trois enquêtes collectives lancées depuis la rentrée 2014 au sein de la spécialité « Sociologie générale » s’inscrit dans ce cadre. Ce billet propose d’exposer le projet Ouscipo avant de donner à voir une de ces réalisations concrètes, à la fois outil d’initiation de la recherche par la recherche et forme innovante de collaboration entre des étudiant.e.s et des acteurs de la société civile. 

L’Ouscipo : au-delà de l’expertise et de la recherche auto-référencielle, inventer une nouvelle articulation entre recherche et société civile  

En janvier 2014, l’EHESS a donné naissance à un dispositif inédit et expérimental, l’Ouvroir de sciences sociales potentielles (Ouscipo). Sa mission : favoriser le développement des partenariats de recherche entre les étudiants de l’EHESS et des acteurs de la société civile.

C’est un ouvroir à double entrée, puisqu’il s’agit de favoriser à la fois l’ouverture des sciences sociales à la société civile, et l’ouverture la société civile aux sciences sociales. En cela, l’Ouscipo prend le contre-pied du diagnostic fataliste, trop souvent entendu, selon lequel les apports des sciences sociales n’intéresseraient plus les acteurs sociaux. C’est finalement un diagnostic rassurant, car il permet de ne pas s’interroger la responsabilité de nos propres pratiques de production et de diffusion de la recherche.

Continuer la lecture de L’Ouscipo prend le large : une enquête collective à L’Ile-Saint-Denis