Archives de catégorie : Maquette du Master

Parce que c’est mon projet (de recherche) !

La rédaction d’un projet de recherche est un passage obligé pour quiconque fait de la sociologie ou, plus généralement, des sciences. Tout-e chercheur-se doit se confronter régulièrement à cet exercice, que ce soit pour entrer en Master, en doctorat ou au CNRS, mais aussi pour lancer un groupe de travail, définir un programme de séminaire, organiser un colloque, etc.

Bien que commun, cela n’en reste pas moins un exercice difficile. En effet, le statut même du projet de recherche est, en lui-même, contradictoire : d’un côté il porte sur un projet en cours, donc non terminé voire même pas du tout commencé ; de l’autre le document doit apparaître, dans sa forme, comme abouti, terminé. Ainsi, le projet de recherche est un document finalisé à un moment donné, mais appelé par la suite à être transformé et modifié tout au long de la recherche[1]. Reste à savoir comment faire pour parvenir à figer les différentes versions de ce projet.

Le projet de recherche est un document à la fois achevé et inachevé. On parle de document de Schrödinger (Image via memegenerator.net)

Ainsi, le présent article vise à donner des pistes sur ce qui est attendu concrètement dans un projet de recherche. En cela, il pourra notamment servir aux candidat-es à l’EHESS, que ce soit pour l’entrée en M1/M2 ou pour candidater à une allocation doctorale. Il est probablement transposable à d’autres formations et disciplines. Il s’inscrit d’ailleurs à la suite de divers autres articles tout aussi utiles, dont nous ne saurions que trop recommander la lecture. Chacun de ces documents, que ce soit des commentaires généraux[2], des conseils associés à une discipline autre que la sociologie[3] ou des indications relatives à une formation spécifique[4], peuvent servir d’inspiration aux candidat-es soucieux-ses d’être guidé-es dans la production de leur projet de recherche.

Il s’agira donc, dans un premier temps, de comprendre à quoi sert un projet de recherche, de saisir quels sont les objectifs qu’il est censé remplir. Cela permettra alors, dans un second temps, de repérer les différents éléments qui doivent composer ce document.

À quoi sert un projet de recherche ?

Concrètement, un projet de recherche rempli deux fonctions :

  1. Donner une direction à son travail, savoir où l’on va.
  2. Trouver des moyens d’y aller (ou, pour le dire clairement : trouver des financements).

Ces deux objectifs impliquent que le projet de recherche prend tout son sens par l’évaluation à laquelle il va donner lieu. Un projet de recherche est certes important pour mesurer son propre avancement, mais sert surtout à soumettre cet avancement aux pairs. Ceci nous amène à déplacer légèrement la question : Qu’est-ce qui, concrètement, est évalué dans un projet de recherche ?

Une fois encore, la réponse est double :

  1. Évaluation de la capacité à réaliser une recherche.
  2. Évaluation de la capacité à écrire une recherche.

Ainsi, à travers le projet de recherche, ce sont les différentes étapes de la recherche qui font l’objet d’une évaluation : la capacité à recueillir et analyser des données d’une part et à restituer ces données d’autre part. Autrement dit, le projet de recherche a pour rôle de montrer à quel point le-la candidat-e est un-e professionnel-le de la recherche (ou aspirant-e professionnel-le). Tout l’enjeu est de réussir à montrer sa connaissance des usages et des fautes propres à ce milieu, et ce en quelques pages seulement[5] !

Un tel travail peut s’avérer paralysant, notamment quand il s’agit d’intégrer une formation destinée justement à enseigner ces différentes compétences. La seconde partie de cet article visera ainsi à repérer les différents éléments à intégrer, d’une façon ou d’une autre, dans ce type de document. Il ne s’agit donc pas tant d’un modèle à suivre que d’un ensemble de pièces qu’il s’agit d’agencer à la manière d’un puzzle. Peu importe donc la manière dont vous structurez votre projet de recherche tant que vous montrez à vos pairs lecteur-rices que vous savez quels sont les éléments importants à leur présenter pour qu’ils-elles puissent évaluer correctement votre projet.

Étudiant-e face à son projet de recherche – Allégorie
(via mooseyscountrygarden.com)

Assembler les pièces d’un puzzle

Il s’agira ici de s’attarder sur trois objectifs centraux d’un projet :

L’idée sera d’expliciter quelles sont les pièces nécessaires à aborder pour traiter de chacun de ces objectifs. Ce faisant, nous indiquerons certains risques ou pièges à éviter mais aussi, parfois, quelques astuces susceptibles d’aider dans la rédaction.

Trouver un sujet

Cela peut sembler évident : présenter un projet de recherche nécessite d’avoir un sujet ou un ensemble de thèmes de recherche dans lesquels le-la candidat-e annonce vouloir s’inscrire. Il est ainsi attendu du-de la candidat-e qu’il-elle sache repérer les thématiques importantes qui le concernent et de les rapprocher de son propre projet.

Bien qu’évident, ce point n’est pas sans difficulté. Il n’est par exemple pas rare de forcer la mise en lien avec certaines thématiques pour de mauvaises raisons. Il s’agit ainsi, par exemple, d’éviter l’évocation de thèmes uniquement parce qu’ils paraissent « à la mode », sans autre forme de justification.

Mais lun des principaux risques tient peut-être à la place du « Je » dans la présentation de ces thèmes. En effet, le choix d’un sujet est lié, d’une manière ou d’une autre, au parcours de chacun-e. L’évocation de ce parcours peut être une façon de mettre en récit son projet, notamment lorsqu’il faut expliquer un parcours « atypique ». Or, au delà de l’usage du « Je », la mise en scène de soi dans le cadre d’un document universitaire est toujours périlleuse étant donné la diversité des pratiques des chercheur-ses sur ce point. Quand certain-es y verraient une marque de réflexivité, d’autres pourraient l’interpréter comme le signe d’un égocentrisme déplacé.

Il est donc tentant de conseiller au-à la candidat-e de « trouver un équilibre » dans la mise en scène de soi comme acteur-rice de l’enquête. Conseil certes juste, mais également bien peu pratique (autant dire « débrouillez-vous… ») et très représentatif du problème (il faut choisir parmi une diversité de façon de faire, toute potentiellement bonne si elles sont justifiées). Comment faire alors ? Une astuce consiste à montrer que l’on a connaissance de cette diversité. En explicitant et motivant ses choix relatifs à la place du « Je », le-la candidat-e fera preuve de réflexivité sur sa place dans l’enquête, dans le recueil des données mais aussi dans leur restitution. Il-elle pourra notamment justifier de son choix à l’aide de divers documents sociologiques qui, avant lui, auront thématisé cette difficulté. En montrant sa connaissance de la diversité des pratiques de recherche et son souci de soumettre son propre arbitrage à ses pairs, le-la candidat-e enverra ainsi un signe fort de professionnalisme à ses pairs.

Ce que l’on appelle « l’état de l’art » est justement un autre de ces signes de professionnalisme. Il est en effet attendu du-de la candidat-e qu’il-elle fasse preuve de sa connaissance des travaux réalisés avant lui. Il-elle doit ainsi présenter un état de la littérature scientifique abordant chacune des thématiques qu’il-elle aura repérées. Est ainsi évalué la capacité du-de la candidat-e à repérer et discuter avec pertinence des documents académiques. Autrement dit, l’objectif est de montrer la volonté de s’inscrire pleinement dans un (ou plusieurs) champ(s) de recherche.

Étudiant-e terrorisé-e par la littérature scientifique – Allégorie
(Michel Foucault and Cat, Paris1, 978 par Martine Franck)

Cet exercice très académique peut s’avérer périlleux. Il est en effet compliqué de rendre dynamique la présentation successive de références académiques potentiellement nombreuses. Il est par ailleurs difficile de se décider sur le niveau concret de détails qu’il convient d’accorder à chacune de ces références. Une présentation trop rapide pourra donner une impression de « catalogue », voire même d’un vaste name-dropping censément flatteur (pour l’auteur qui étale sa connaissance des références académiques ou pour le lecteur qui retrouvera ses propres documents). À l’inverse, une présentation longue de chaque référence risque de rendre la lecture fastidieuse et de conduire au décrochage des lecteurs.

Encore une fois, il est tentant d’appeler le-la candidat-e à (se débrouiller pour) trouver un équilibre. Une astuce existe néanmoins pour cela : mesurer le degré d’utilité de la référence. Une référence n’aura d’utilité que si elle est utilisée, mobilisée concrètement par le-la candidat-e. Il existe une grande diversité d’usages possibles des références : se positionner théoriquement, expliciter un dispositif d’enquête, emprunter un concept,… Il convient donc d’expliquer aux lecteurs-rices l’usage qui sera fait de telle ou telle référence (et donc son utilité). Une telle démarche présente un double avantage :

  • premièrement, cela attestera d’une lecture attentive des documents cités ;
  • deuxièmement, cela aidera à donner de la cohérence à l’état de la littérature, les références étant mobilisées pour répondre à des objectifs précis.

Construire son objet

Trouver un sujet et le replacer dans la multitude des enquêtes préexistantes est un point important mais insuffisant. Une enquête ne peut en effet se définir uniquement par le(s) champ(s) dans le(s)quel(s) elle s’inscrit : elle doit également avoir une direction, un angle. Autrement dit, le-la candidat-e doit montrer sa capacité à passer d’un sujet qui l’intéresse à un objet construit scientifiquement. Il peut en cela recourir à deux outils, avec deux objectifs distincts.

Le-la candidat-e doit en premier lieu formuler une problématique ou, a minima, des questions de recherche. Ce faisant, il atteste de sa capacité à trouver une question, une énigme sociologiquement pertinente, c’est-à-dire une énigme qui nécessite la mise en place d’une enquête sociologique. Cependant, trouver une problématique est un exercice difficile. Exercice d’autant plus difficile que cette problématique est susceptible d’évoluer tout au long de l’enquête. Comment parvenir à fixer une question alors même que celle-ci n’aura de cesse de changer par la suite ? Justement en assumant le fait que cette question va changer. Il n’est en effet pas attendu du-de la candidat-e qu’il-elle trouve immédiatement « la bonne question » (comme s’il en existait qu’une seule de valable), mais qu’il-elle sache « poser de bonnes questions ». Pour cela, il-elle pourra se reporter à différents modes d’emploi spécifiquement consacré à la problématique. Par exemple, le chapitre « Problématiser » de Cyril Lemieux[6] ne donne pas moins qu’une « recette » pour construire sa problématique en quatre étapes. Ces conseils suivis, il restera à mettre en scène cette énigme, dans l’espoir de rendre la question si percutante que les évaluateurs-rices jugent nécessaire voire primordial d’accéder à la requête du-de la candidat-e en lui accordant une place dans la formation/une allocation de recherche.

Poser une question sociologiquement pertinente est une chose. Reste-t-il encore de savoir mettre en place des moyens pour y répondre. Ainsi, au delà de la problématique, le-la candidat-e peut dans un second temps proposer des hypothèses, des pistes d’explication. Ainsi, le projet de recherche n’est pas seulement un moyen d’évaluer les compétences du-de la candidat-e à poser une question mais aussi de voir sa capacité à y trouver des réponses. Tout comme la problématique, il ne faut pas voir dans ces hypothèses des éléments figés une fois pour toutes. Il ne s’agit pas tant d’apporter des réponses dans le projet de recherche (si les réponses étaient déjà trouvées, à quoi servirait-il de poursuivre ce projet ?) que de montrer un souhait de chercher des explications. Autrement dit, l’un des objectifs de ces hypothèses de travail sera, pour le-la candidat-e, de faire état de sa capacité à monter en généralité. Remplir cet objectif permet, une fois encore, de montrer son souhait d’inscription dans une communauté de recherche. Plus que de connaître les travaux précédemment réalisés, il s’agit de s’inscrire et de contribuer aux débats existants. L’idée est donc de montrer non seulement son intérêt pour un sujet donné, mais aussi une véritable volonté d’inscrire ce sujet dans un objet plus général, partagé par différentes personnes.

Étant donné le caractère central de ces deux éléments (construire une question et proposer des pistes pour y répondre), il convient d’être vigilant aux différentes difficultés qu’ils leur sont associés. Plusieures sont listées dans le chapitre précité, notamment en ce qui concerne le risque de formuler des questions descriptives ou scolastiques. En complément, nous nous arrêterons ici sur le risque d’un effet, déjà évoqué, de « catalogue ». Il est effectivement tentant, pour éviter de passer à côté de la « bonne » question ou de la « bonne » hypothèse, de faire une myriade de propositions. Cela peut également être un moyen de présenter, en toute sincérité, différentes pistes de travail parmi lesquelles le-la candidat-e n’aura pas su se décider. Cela n’en demeure pas moins une faute susceptible d’être sanctionnée par les évaluateurs-rices. En effet, quand bien même le-la candidat-e souhaiterait évoquer plusieurs questions et hypothèses, il-elle doit montrer sa capacité à les hiérarchiser. Cette hiérarchisation peut être explicite : le-la candidat-e peut tout à fait chercher à repérer une question générale, rattachant sa recherche à un champ plus vaste, mais aussi un ensemble de questions de recherches précises, qui attesteront de sa volonté de trouver rapidement des réponses concrètes et pratiques sur ses terrains d’enquête. Car tel sera la conséquence de cette définition d’un sujet et de la construction un objet de recherches : la nécessité de mettre en place une enquête empirique.

Élaborer un dispositif d’enquête

La dernière pièce du projet de recherche correspond donc à sa partie la plus « pratique » : le-la candidat-e doit montrer sa capacité à proposer un dispositif d’enquête susceptible de répondre au mieux aux questions qu’il a soulevées.

Étudiant-e exposant son dispositif d’enquête à son-sa directeur-rice – Allégorie
(via boardgamegeek.com)

En vue d’attester de ses capacités à mener une enquête, il est possible d’intégrer dans le projet de recherche des éléments empiriques issus d’une enquête exploratoire. Cela peut s’avérer compliqué si l’enquête n’en est qu’à ses balbutiements ou si le format ne permet pas d’être généreux sur les matériaux. Quand elle est possible, cette présentation de données empiriques est un atout considérable : elle permet, d’un même mouvement, de montrer une triple compétence attendue d’un chercheur en sociologie :

  1. La capacité à récolter des données pertinentes ;
  2. La capacité à analyser ces données (à les mettre en lien les unes avec les autres, à les traiter via des concepts) ;
  3. La capacité à restituer ces données de façon harmonieuse dans un document.

Malgré tout, il convient de mettre en garde le-la candidat-e contre plusieurs risques liés à cette mobilisation des matériaux. Ces derniers peuvent en effet desservir le-la candidat-e s’ils s’avèrent trop abondants, dans le sens où cela pourrait être interprété comme le signe d’un défaut de hiérarchisation des données. Il est ainsi attendu du-de la candidat-e qu’il-elle ne se livre pas à un simple « catalogue » (une fois encore) de données, mais qu’il-elle sache repérer les éléments les plus pertinents à porter à la connaissance des évaluateurs-rices. Cette sélection est une tâche particulièrement difficile : le-la candidat-e pourrait également faire l’objet de sanctions si les éléments qu’il-elle a sélectionnés s’apparentent à de simples « illustrations » de son propos, sans proposer de réelle analyse des matériaux. Ainsi, la mobilisation des matériaux est un moyen d’envoyer aux évaluateurs-rices des signes relativement implicites de compétences professionnelles relatives au recueil, à l’analyse et à la restitution des données.

Toutefois, il est aussi nécessaire d’expliciter ses compétences pratiques relatives au déroulement de l’enquête. Revenons sur chacune des étapes évoquées.

À propos du recueil des données tout d’abord : le-la candidat-e gagnera à évoquer les enjeux pratiques de cette récolte en évoquant les différentes méthodes qu’il-elle souhaite mobiliser. De cette manière, il-elle montrera une fois encore sa connaissance de la diversité des manières de faire et sa capacité à justifier de ces choix de méthode (tout en évitant comme précédemment de tomber dans le piège des méthodes supposément « à la mode » et, pourtant, parfois mal maitrisée). Plus encore, il-elle devra montrer une attention forte à la question de la faisabilité de l’enquête, en évoquant par exemple le temps requis par la récolte des données ou, tout simplement, en explicitant le degré d’accessibilité aux données. Il s’agit d’un point important pour éviter d’en « prévoir trop » ce qui conduirait à un projet de recherche complètement infaisable.

Concernant l’analyse des données ensuite : le-la candidat-e pourra évoquer les différents outils conceptuels qu’il-elle compte mobiliser dans l’analyse ou, à défaut, les angles qu’il-elle suppose pertinent. Toute la difficulté repose ici sur le fait d’anticiper des analyses ou des résultats, sans pour autant donner l’impression que l’on sait déjà ce que l’on va trouver. Une solution peut consister à distinguer différents « axes de recherche », permettant d’anticiper les contributions possibles à divers champs de la sociologie.

Quant à la restitution des données enfin : le-la candidat-e pourra évoquer les perspectives de valorisation envisagées pour son travail, que ce soit envers ses pairs (rédaction d’articles, participation à des colloques ou à des groupes de recherche spécifiques, etc.), ses enquêté-es (restitutions intermédiaires et/ou finales, rédaction de rapport ou de note, etc.) ou un public élargi. Cette étape de la restitution, parfois délaissée dans les projets de recherche, s’avère pourtant importante. Elle montre en effet un réel souci pour la valorisation des savoirs, dans et hors l’université. Ce point est loin d’être négligeable, notamment pour des évaluateurs-rices soucieux-ses de dénicher des futurs collaborateurs-rices prolifiques. Reste encore une fois à trouver un équilibre, cette fois entre ambition (multiplier les formats et les publics) et humilité (rester réaliste par rapport à la charge de travail que cela implique, voire aux compétences spécifiques liées à des formats originaux[7]).

Le-la candidat-e, en explicitant ses choix concrets relatifs à ces trois points (recueil, analyse et restitution), donne aux évaluateurs-rices une idée du « style » de chercheur-se qu’il-elle souhaite incarner. C’est, une fois encore, un moyen de montrer que l’on a connaissance de la diversité des manières de faire et, surtout, d’être en mesure de choisir parmi cette pluralité de pratiques possibles.

Afin d’être plus convaincant dans ses arbitrages, le-la candidat-e pourra mobiliser différentes ressources académiques. Il existe en effet pléthore d’articles méthodologiques relatifs à l’engagement ou à la posture du-de la chercheur-se, qui peuvent aisément être mobilisés pour défendre ces choix… une autre occasion de montrer son inscription (ou son souhait d’inscription) dans l’activité collective qu’est la recherche !

Conclusion

Cela a été évoqué à plusieurs reprises : il n’existe pas une seule façon de faire de la recherche. De la même manière, il y a forcément plusieurs manières de faire un projet de recherche. Ainsi, cet article est forcément partiel et partial. Il serait sans doute bénéfique pour les candidat-es de s’approprier les conseils proposés ici, notamment en les confrontant avec d’autres. En cela, l’aide d’un-e tuteur-rice ou d’un-e directeur-rice est un bien des plus précieux, qu’il ne faut pas hésiter à solliciter.

Un ultime conseil en guise de conclusion (et qui, de fait, résume tous les autres) sera d’inciter les candidat-es à développer une réflexivité sur leurs pratiques de recherche. Ce faisant, ils-elles seront davantage susceptibles de présenter et, surtout, défendre leur propre manière de faire de la recherche. Ils-elles agiront ainsi en « bon » professionnel, quand bien même leurs évaluateurs-rices prôneraient d’autres pratiques.

Auteur du présent article félicitant les personnes ayant réussi à finaliser leur projet de recherche, malgré les photos de chats inutiles et autres inepties – Allégorie
(Image via Youtube.com)

Notes :

Image de couverture : dessin de NOP (du blog Émile, on bande ?)

[1] Sur ce point, voir notamment J.-P. Olivier de Sardan, « Le projet de thèse. Un processus itératif », in M. Hunsmann & S. Kapp (dir.), Devenir chercheur. Écrire une thèse en sciences sociales, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Cas de figure », 2013, pp. 107-124.

[2] D. Courbet, « Comment rédiger un projet de recherche (thèse de doctorat, mémoire de master…) ? », Institut de Recherche en Sciences de l’Information et de la Communication Irsic/Imsic, Aix Marseille Université [en ligne], Version n°3, juin 2017. url : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01560460/document.

[3] É. Ruiz, « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ? », Devenir historien-ne. Méthodologie de la recherche en historiographie [carnet de recherche en ligne], 2011. url : https://devhist.hypotheses.org/238

[4] Par exemple, le carnet hypothèse de la mention « Genre, Politique, Sexualité » de l’EHESS, propose ainsi un certain nombre de conseils particulièrement transposables et utiles pour les candidat-es à la mention « Sociologie générale ». url : https://gps.hypotheses.org/redaction-dun-projet-de-recherche.

[5] Le nombre de pages attendues varie grandement d’une institution à l’autre. Il convient de bien respecter ce nombre de pages, généralement adapté à la manière dont les dossiers sont évalués. Si les évaluateur-rices attendent des documents de quelques pages, ils-elles ne prendront pas le temps de lire un document de 30 pages. À l’inverse, un document de 4 pages aura du mal à convaincre une commission qui attend des développements importants. Le nombre de pages demandé est donc un indice du niveau de détails attendu et de l’évaluation de compétences spécifiques (synthèse vs. explicitation). Dans un contexte où les commissions n’ont souvent qu’un temps limité pour évaluer les dossiers, le respect des formats est souvent un moyen rapide de faire le tri parmi les candidatures.

[6] C. Lemieux, « Problématiser » in S. Paugam, L’enquête sociologique, Paris, PUF, 2010, pp. 27-51.

[7] C’est notamment le cas lorsque ces écritures mobilisent des outils « inhabituels », comme la photographie, la vidéo ou le dessin. C’est cependant également le cas pour des formes d’écriture textuelle : écrire un texte destiné à un public élargi nécessite d’adapter largement ses manières de faire, notamment en s’adaptant aux contraintes propres à l’espace de publication (blogging ou micro-blogging, tribune dans la presse, long article dans un journal spécialisé, etc.).

pierrenocerino

Doctorant et ATER à l'EHESS

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Pierre Joffre livre dans ce billet quelques résultats issus de son mémoire de Master 2 de sociologie dans lequel il s’est attaché à comprendre les différences relatives à l’espace perçu, d’un quartier à l’autre, au sein du 18ème arrondissement de Paris. Pour saisir ces différences, il a notamment demandé à ses enquêtés de dessiner sur une carte les frontières  de ce qu’ils identifient comme leur quartier, en distinguant les espaces propres aux diverses activités qu’ils y déploient. Ce billet est ainsi, au-delà d’une analyse documentée du sentiment d’appartenance spatiale dans ces micro-quartiers parisiens, une proposition méthodologique et réflexive toute à fait originale.

Ni « purement populaire, ni vraiment bourgeois »[1] pour reprendre les termes d’Antoine Prost, le 18ème arrondissement de Paris fait sans doute partie des plus contrastés en termes de population. Par la mosaïque qu’il offre, il semblait intéressant de l’étudier plus précisément en se penchant sur deux micro-quartiers très différents, qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain, Marcadet-Poissonniers et Lamarck-Caulaincourt-Damrémont. Le travail de master s’interroge ainsi sur le rapport à la mixité sociale des populations qui vivent dans un arrondissement contrasté dans son ensemble, mais qui peut abriter des micro-quartiers beaucoup plus homogènes. Continuer la lecture de Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Ce billet s’inscrit dans le cadre d’une enquête collective issue d’un partenariat entre l’Ouscipo[1] et le Samu Social de Paris. Il s’agit du deuxième billet issu de cette enquête collective publié sur ce carnet. Dans le cadre de sa mission de lutte contre la grande exclusion, le Samu Social de Paris propose un accueil de jour ou des possibilités d’hébergement la nuit aux personnes sans-domicile. Menée en 2015-2016 par une vingtaine d’étudiants répartis dans quatre centres, cette enquête collective a constitué pour nous une initiation “à la recherche par la recherche” par le biais d’un dialogue permanent avec les acteurs de la société civile. Cette recherche s’appuie sur une semaine d’enquête de terrain au sein d’un des Lits Halte Soins Santé (LHSS). Créés dès l’origine du Samu Social de Paris en 1993 et ouverts à titre expérimental, ils ont été pérennisés par décret le 17 mai 2006 et homologués « structure médico-sociale ». Les LHSS hébergent les sans domicile à temps complet et sans conditions pour une durée limitée à deux mois renouvelables.  

*             *

*

Au cours de cette riche semaine de terrain, nous avons réalisé des entretiens et des observations auprès du personnel et des hébergés de la structure[2], avec pour point de départ la thématique de l’« éloignement ». Les structures du Samu Social peuvent prononcer des mesures dites d’« éloignement » à l’encontre des personnes accueillies ou hébergées. Il s’agit d’exclusions valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie. Ainsi, nous avons abordé notre enquête avec pour volonté première d’observer les logiques pouvant conduire à de telles décisions.  

« Vous me foutez dehors. »

Continuer la lecture de Au seuil du SamuSocial. A propos d’une expérience de transfert de structure vécue comme une mesure d’éloignement.

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Que faire après un Master de sociologie à l’EHESS ? Annonce de deux séances sur l’après master

La formation sociologie organise deux séances de travail sur l’après Master, les 23 mars et 19 avril 2017

Faire une thèse en sociologie, jeudi 23 mars de 15h à 18h en salle 13 (105 Bd Raspail)

Il s’agit de s’interroger sur les raisons de faire une thèse, sur les conditions requises, sur les débouchés après un doctorat, sur les financements disponibles ou encore sur l’utilité de l’année préparatoire au doctorat. Ces thèmes sont abordées avec des responsables de ces questions à l’Ecole doctorale  et avec des étudiants en doctorat qui viendront nous parler de leurs expériences.

Se professionnaliser après un Master de sociologie, mercredi 19 avril de 13h30 à 18h en salle de Lombards (96 Bd Raspail).

Nous proposons une réflexion sur les débouchés du Master de sociologie en dehors du doctorat. Nous présenterons une enquête sur le devenir des masterant.e.s qui a été réalisée par l’ehess, envisagerons les métiers de la fonction publique, et nous accueillerons d’anciennes et d’anciens étudiant.e.s de Master qui présenteront leurs parcours.

Les programmes complets seront prochainement disponibles.

Benoît Hachet

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Mieux vaut prévenir qu’éloigner ? Une enquête collective en partenariat avec le SamuSocial de Paris

Après une première enquête collective réalisée en partenariat avec le P.H.A.R.E.S. (Pôle d’Hospitalité aux Activités à Rayonnement Ecologique et Solidaire), le carnet des étudiant-e-s du Master de sociologie publie en ce début d’année deux billets issus d’une nouvelle enquête collective effectuée dans le cadre de l’Ouscipo et animée par Corentin Durand et Romain Juston. Intitulée « Aux frontières de l’urgence. Enquête collective avec le Samusocial de Paris », elle a permis à trois groupes de six étudiant-e-s accompagnés par un encadrant d’effectuer une enquête au sein de structures d’hébergement d’urgence autour de la thématique des mesures dites d’ « éloignement » à l’encontre de personnes accueillies. Ces exclusions sont valables pour des périodes allant d’une journée à quelques semaines, exceptionnellement pour une durée indéfinie.

Ce premier billet retrace l’enquête d’un groupe qui a enquêté dans un Lit Halte Soins Santé (LHSS) dont la particularité est de peu recourir à ce type de mesure. Laura Bonvicini, Justine Coron, Anaïs Lehmann et Tanya Kostitcyna ont alors réalisé un travail largement configuré par l’enquête de terrain se donnant pour objectif de mieux comprendre les logiques de prévention des situations problématiques dans ce centre.

*                 *

*

UN RÉCIT D’ARRIVÉE POUR PLANTER LE DÉCOR

Monsieur Balmond est arrivé au LHSS la veille de notre venue. Nous nous appuierons donc dans cet article sur son cas pour comprendre la prise en charge des hébergé-e-s au sein d’un LHSS de la région parisienne. Pakistanais âgé d’une quarantaine d’années, Monsieur Balmond est arrivé en France il y a 20 ans. Il entre au LHSS par la maraude, après avoir connu un éloignement d’un autre centre. Le motif de son admission au LHSS Esquirol est l’« altération de l’état général  » qu’il présente. À son arrivée, une insuffisance hépatique (cirrhose) et une perforation du tympan sont diagnostiquées. Le cas particulier de ce nouvel arrivant nous permet alors de donner un aperçu concret de l’accueil et des premiers jours au sein du LHSS. C’est l’occasion de suivre pas à pas les premiers pas d’un hébergé dans son nouvel environnement, premiers pas au cours desquels les normes sont notamment explicitées

Continuer la lecture de Mieux vaut prévenir qu’éloigner ? Une enquête collective en partenariat avec le SamuSocial de Paris

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

A l’épreuve du terrain : à propos de la reformulation d’un projet de mémoire sur la psychiatrie

Pierre Robicquet est étudiant au sein de la spécialité « Sociologie générale » du master de sociologie de l’EHESS. Dans ce billet, il relate un épisode de son terrain en hôpital psychiatrique à la suite duquel il a complètement reconfiguré son projet de recherche qui, alors qu’il portait au préalable sur les patients, s’est déplacé vers les professionnel. Il restitue ici les circulations entre l’objet, le terrain et le chercheur, et expose les tenants et les aboutissants de l’ « épreuve » du terrain entre les aspects pratiques des choix du chercheur et leur  portée morale.

 

Pendant le second semestre de l’année 2014, j’ai formulé un projet de recherche sur le monde médical et psychiatrique. En parallèle du travail de construction de l’objet, j’entreprends un premier état de l’art permettant d’identifier une série de structures associatives au sein desquelles réaliser un stage exploratoire au début de l’été 2015. L’objectif de ce terrain exploratoire est de me permettre d’appréhender des pratiques plus concrètes afin de formuler un projet de recherche ancré. Le 5 juillet de la même année commence ma première immersion en milieu médical dans le centre thérapeutique[1] d’une petite ville de Gironde. Pendant environ quatre semaines, j’accompagne le psychologue de la structure dans chacune de ses activités et réunions d’équipes. Le mois suivant, je compile, déplie et analyse mes observations afin de formuler des premières hypothèses. L’année universitaire commence sur cette base, et le 20 novembre s’ouvre mon terrain de recherche en unité de soins intensifs pour une durée de sept mois. La structure n’est cette fois pas associative mais publique.

Pendant la durée de l’enquête, mon comportement de chercheur, et derrière, les lignes de ma recherche, ont été mis à l’épreuve du travail de terrain. Ce billet propose de discuter les circulations entre l’objet, le terrain, et l’enquêteur. J’y expose les négociations qui ont lieu lorsque je me suis retrouvé en situation d’échec. Pour cela, je présente et je discute le récit d’une délicate matinée d’enquête. Continuer la lecture de A l’épreuve du terrain : à propos de la reformulation d’un projet de mémoire sur la psychiatrie

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Restituer la restitution : bousculer son travail universitaire pour l’enrichir

Prune Missoffe est étudiante en master 2 de sociologie générale à l’EHESS. En organisant une réunion publique visant à restituer la démarche et les résultats de son travail de mémoire auprès des habitant-e-s de Saillans, Prune a pu susciter des échanges de la part des enquêtés qu’il s’est agit d’intégrer à son travail en cours. Elle « restitue » ici cette dernière séquence du travail du terrain.

« Je rends au public ce qu’il m’a prêté ; j’ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage : il est juste que, l’ayant achevé avec toute l’attention pour la vérité dont je suis capable, et qu’il mérite de moi, je lui en fasse la restitution » écrivait La Bruyère dans la préface de son ouvrage Les caractères. Rendre aux enquêtés ce qu’ils m’ont prêté, tel était mon objectif lorsque j’ai organisé une réunion publique de restitution le 28 juin 2016 à Saillans, commune d’environ 1 200 habitants dans la Drôme. Ce billet concrétise mon souhait de partager cette expérience de restitution.

Continuer la lecture de Restituer la restitution : bousculer son travail universitaire pour l’enrichir

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Par Evan Fisher.

Evan Fisher est étudiant en Master 2 au sein de la mention « Sociologie générale ». Il revient ici sur ses premiers (faux ?) pas dans le terrain de sa recherche conduite en partenariat avec Médecins sans frontières-France (MSF-France). En ouvrant son carnet de terrain, il donne à voir l’élaboration d’une question de recherche autour de la sélection des patients dans un hôpital de MSF-France à Amman, et il tire les leçons méthodologiques et scientifiques des premières difficultés méthodologiques qu’il a rencontrées sur le terrain. 

*               *

*

J’appréhende mon arrivée sur le terrain. Ce n’est pas que la Jordanie soit un pays dangereux ou que je ne me sente pas préparé. Mais les reportages de la BBC[1] et al-Jazeera[2] sur l’endroit de mon enquête évoquent un lieu éprouvant : un hôpital humanitaire de Médecins Sans Frontières-France (MSF-France), qui prend en charge des blessés de guerre syriens, yéménites, gazaouis et irakiens. La présence étouffante de tant de souffrance m’effraie par avance[3]. Continuer la lecture de Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Des sociologues dans les cartons… d’archives

Par Elsa Boulet et Quentin Fondu.

Ce billet reprend l’introduction du séminaire « Initiation à l’usage des archives en sociologie », animé par Elsa Boulet en 2015-2016. Lors de la séance introductive, Quentin Fondu, doctorant en sociologie au CESSP-CSE, a présenté son propre travail d’enquête à partir d’archives en insistant sur les « ficelles du métier ». D’un format un peu particulier, ce séminaire visait à faire expérimenter aux étudiant.e.s en sociologie la confrontation avec des archives : après une séance introductive, les étudiant.e.s se sont plongé.e.s dans des cartons de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre) avec pour mission d’écrire un « mini-mémoire » portant sur les luttes pour la légalisation de l’avortement en France dans les années 1970-1980. La moitié des séances du séminaire a ainsi été consacrée au dépouillement des archives, l’autre moitié permettant un travail en atelier autour des questionnements, des hypothèses et des résultats présentés par les étudiant.e.s.

*                *

*

Des archives, mais pour quoi faire ?

Les archives ne sont pas une méthode fréquemment utilisées en sociologie, mais la sociologie historique est un champ de recherche qui n’en reste pas moins important. En replaçant les phénomènes sociaux dans des temporalités plus ou moins longues, la sociologie historique met en lumière la dynamique des rapports sociaux (l’émergence du capitalisme analysée par Max Weber [1]), la genèse des institutions (le travail de Rémi Lenoir sur l’idéologie familialiste par exemple [2]) ou encore des outils de savoir (Desrosières et « l’histoire de la raison statistique » [3]). Tout objet d’étude sociologique peut comporter une dimension historique, dans la mesure où sociologie et histoire partagent un même objet d’investigation : « le cours historique du monde » [4], pour reprendre les termes de J.C. Passeron. Continuer la lecture de Des sociologues dans les cartons… d’archives

Elsa Boulet

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (Université Lyon 2) et IRIS (EHESS). Chargée d'enseignement au sein du master "Sociologie générale" de l'EHESS.

More Posts

Saisir et interpréter le travail de sélection des manuscrits dans l’édition littéraire

Lilas Bass est étudiante au sein de la mention GPS du Master de sociologie . Elle propose ici un retour sur un texte préalablement discuté dans le cadre d’un atelier d’analyse de matériaux animé dans le cadre du séminaire « De l’enquête au texte ». Par le recours à des matériaux originaux, issus de cartographies ou de dispositifs de comptage, Lilas objective des formes de division du travail à partir d’une étude fine de l’organisation spatiale des activités dans une grande entreprise d’édition. 

*             *

*

Face au paradoxe d’une pratique d’écriture (et de lecture) majoritaire chez les femmes et d’un moindre accès des femmes à la publication littéraire[1], j’ai souhaité remettre en cause l’idée « romantique » selon laquelle « le talent n’a pas de sexe », et m’inscrire dans la tradition en sociologie de l’art qui consiste à saisir les leviers sociologiques et historiques de construction de la valeur littéraire.

Pour déplacer le regard et ne pas me focaliser sur le travail artistique à proprement parler (la question ayant déjà été abondamment traitée dans des travaux antérieurs[2]), je me suis demandé si les premières instances de légitimation littéraire (les maisons d’édition) n’étaient pas le lieu premier de constitution d’une valeur littéraire genrée.

Le présent travail propose plus particulièrement de rendre compte précisément des pratiques de sélection des manuscrits au sein des maisons d’édition littéraire, et à ce titre d’étudier, grâce aux outils développés par la sociologie du travail, l’ensemble des pratiques professionnelles, des réseaux de sociabilité et de toutes les « conventions »[3] professionnelles qui concourent à déterminer ce qui constitue la « valeur » en littérature française contemporaine. En d’autres termes : quels sont les acteurs impliqués dans la sélection des manuscrits ? Quel est le poids relatif de chacun de ces acteurs dans le processus décisionnel de publication ? Comment procèdent-ils pour sélectionner les manuscrits ?

Continuer la lecture de Saisir et interpréter le travail de sélection des manuscrits dans l’édition littéraire

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter