Archives de catégorie : Interviews de jeunes docteurs

Dans cette rubrique, nous donnons la parole à des jeunes docteurs en sociologie de l’EHESS, ayant publié leur thèse, et qui nous parlent de leur expérience et de leur parcours de recherche. (contact pour publier dans cette rubrique: laurachartain@gmail.com)

Entretien avec Isabelle Jonveaux, au sujet de son ouvrage « Le monastère au travail. Le royaume de Dieu au défi de l’économie »

 Entretien avec Isabelle Jonveaux, au sujet de son ouvrage « Le monastère au travail. Le royaume de Dieu au défi de l’économie » publié en 2011 aux Editions  Bayard Jeunesse et issu de sa thèse de doctorat en sociologie réalisée à l’ EHESS sous la direction de Danièle Hervieu-Léger (2009). Isabelle Jonveaux  termine actuellement un post-doctorat à l’université de Graz (Autriche) et ses travaux de recherche portent sur les disciplines du corps dans le monde monastique et la question d’Internet et de la religion.

L’entretien a été mené en ligne par Laura Chartain, doctorante en sociologie à l’EHESS au sein de l’Institut Marcel Mauss (IMM).

Jonveaux Isabelle (2011), Le monastère au travail : Le Royaume de Dieu au défi de l’économie, Editions Bayard Jeuness, collection Etudes et Essai, 612 p.

Avec l’entretien d’Isabelle Jonveaux, nous inaugurons une nouvelle rubrique du site master sociologie de l’EHESS, intitulée « interviews de jeunes docteurs » dans laquelle nous donnons la parole à des jeunes docteurs en sociologie de l’EHESS, ayant publié leur thèse, et qui nous parlent de leur expérience et de leur parcours de recherche (contact pour publier dans cette rubrique: laurachartain@gmail.com).

  1. Peux-tu retracer rapidement ton parcours et ce qui t’a amené à travailler sur cet objet ? 

J’ai commencé par une classe préparatoire B/L qui m’a d’emblée donné une approche croisée de la sociologie et de l’économie et j’ai tout naturellement poursuivi avec une double maîtrise sociologie-économie à Paris X. C’est alors que j’ai commencé à travailler sur l’économie des monastères comme mémoire bi-disciplinaire car je souhaitais m’interroger sur les fonctions économiques des ménages particuliers que sont les communautés religieuses catholiques. Parallèlement, j’avais été aussi très intéressée par l’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme et souhaitais mieux comprendre le lien entre économie rationnelle et ascèse monastique dont Weber parle. Durant mon année de maîtrise, j’ai aussi lu les ouvrages de sociologie des religions de Danièle Hervieu-Léger et je me suis alors rendu compte que mon objet, pour être mieux compris, méritait d’être croisé avec une approche de sociologie des religions. C’est alors que j’ai postulé à l’EHESS pour le master 2 sociologie mention « Sciences des religions et société » pour travailler sous la direction de Danièle Hervieu-Léger. Sur ses conseils, mon travail de master 2 a porté sur une étude de cas, un monastère français, intégrant mon questionnement sur l’économie dans le cadre plus vaste d’une réflexion sur l’utopie (cf Jean Séguy, 1971). Ceci m’a naturellement conduite à poursuivre avec une thèse qui a elle, intégré la mise en perspective historique pour mieux évaluer les changements de la modernité et une comparaison entre quatre pays européens.

  1. Peux-tu préciser les différentes étapes de ton argumentation et situer ton travail dans le champ de la recherche actuelle sur le sujet ? en préciser les apports ?

Le point de départ de ma problématique est une tension irrésolue dans le monde monastique entre la volonté de vivre l’utopie du Royaume de Dieu déjà-là et encore à venir en s’abstrayant des nécessités terrestres pour se consacrer à la vie contemplative et la nécessité biologique, matérielle, de travailler pour assurer la subsistance de la communauté. Cette tension est présente dès les origines du monachisme et a souvent été à l’origine de réformes ou de fondation de nouveaux ordres. Ma thèse s’interroge donc sur la manière dont les moines intègrent l’économie dans un environnement religieux qui souhaiterait la nier et cherche à comprendre les types d’économie auxquelles cette contrainte conduit. Du fait du peu de recherches sociologiques existant sur le sujet, ma première partie a été principalement une partie théorique de construction du monastère comme objet sociologique pour ensuite pouvoir y intégrer la variable économique. Suivait un chapitre sur la tension entre économie et vie de prière dans l’histoire du monachisme comme référentiel indispensable dans la considération des mutations liées à la modernité. A partir de là, commençait l’analyse du fonctionnement de l’économie d’un monastère (intégrant diagrammes des revenus, organigrammes, etc.), des stratégies mises en place par les moines pour intégrer l’économie à l’utopie religieuse, mais aussi des points de tension qui demeurent, notamment dans la gestion des temps religieux et économiques et les questions induites par l’arrivée de nouveaux modes de travail, comme la mécanisation et l’informatisation, qui modifient le sens donné au travail monastique qui était essentiellement manuel. Négation de l’économie, externalisation par l’embauche de laïcs ou vente de la marque, ou encore assignation d’un sens religieux, dans l’art ou le développement des activités écologiques, sont donc les stratégies principales recensées d’intégration de l’économie à la sphère religieuse.

La troisième partie s’intéressait quant à elle au monastère dans son environnement social, notamment avec l’influence de l’héritage socio-historique sur la forme d’économie monastique présente dans un pays. Le monde monastique est en outre aujourd’hui au cœur d’un regain d’intérêt de la part de la société, qui passe notamment par les produits. Ainsi que j’ai pu l’étudier pour  la bière, il se construit sur certains marchés une économie que l’on peut dire charismatique dans la réputation reconnue grâce à l’identité charismatique et inimitable des producteurs. Des entreprises laïques tentent de s’approprier ce charisme par l’usage de référents monastiques dans leurs produits mais l’essentiel leur manque. D’où l’apparition de labels ou de marques pour protéger les produits réellement fabriqués par les moines. Ceux-ci, en partie pour trouver un créneau sur le marché, et en partie pour, selon les moines, être en accord avec l’identité monastique, jouent de plus en plus sur le traditionnel, le naturel voire le biologique. Le monastère peut alors promouvoir un type de consommation alternative que viendront chercher les clients. Les monastères deviennent en effet dans la société qui est de moins en moins intéressée à son salut eschatologique des lieux d’expérimentation d’un mode de vie alternatif perçu comme plus sain, plus naturel. On observe alors une recomposition du charisme monastique qui ne demeure plus uniquement religieux, mais s’élargit, grâce aux propositions commerciales des moines, vers d’autres sphères actuellement plausibles pour la société. Je souhaitais aussi par cette thèse défendre la pertinence d’étudier un objet a priori religieux par la porte d’entrée de l’économie car celle-ci s’avère un lieu essentiel de compréhension des évolutions de la vie religieuse et un vecteur central de ses mutations. D’autre part, dans un contexte de crise économique prolongée, cette étude de l’économie alternative développée par les monastères peut apporter matière à réflexion dans le champ de la sociologie économique.

  1. Etais-tu financée pendant ta thèse ? Quelles étaient les conditions de réalisation de thèse ? Quelles contraintes et quelles limites t’es-tu imposée ?

J’ai effectué ma thèse de doctorat en cotutelle avec l’université de Trente en Italie sous la direction de Salvatore Abbruzzese. Je souhaitais cette cotutelle car je comptais aussi effectuer des enquêtes dans les monastères italiens et ma directrice française m’a conseillé de me présenter au concours d’entrée en doctorat de l’université de Trente (en Italie, les places de doctorat sont limitées, on y entre sur concours), les 8 premières étant couvertes par une bourse de trois ans. N’y croyant pas du tout, car ne parlant pas italien, je me suis présentée cependant au concours et ai contre toute attente finie première. On m’a alors demandé de passer la première année en Italie, ce qui m’a en réalité aidée pour apprendre la langue et pouvoir ainsi réaliser au mieux mes enquêtes en Italie. J’ai aussi passé la plus grosse partie de ma troisième année en Italie pour profiter des excellentes conditions de travail que j’avais sur place. Mon but a toujours été de finir ma thèse en trois ans et je reconnais que cela n’a été possible que parce que j’avais déjà effectué mon master 2 sur le sujet, je ne partais donc pas de zéro. J’ai cependant dû m’imposer des limites claires pour ne pas multiplier les enquêtes de terrain inutilement et m’astreindre à une discipline ascétique ( !) pour l’année de rédaction de manière à tenir mon programme. Il était clair pour moi que je pouvais traiter ce sujet pendant encore dix ans, mais c’est pour cette raison que j’ai décidé de m’en tenir à l’exercice universitaire des trois ans, quitte à poursuivre après sur les points que je n’aurai pas eu le temps de développer. J’ai enfin obtenu en milieu de deuxième année la bourse de la région Ile-de-France pour les étudiants en cotutelle, qui a pu financer mon séjour en Italie de la troisième année, mes déplacements pour des colloques et les frais de voyage pour les professeurs italiens venus pour ma soutenance.

  1. Comment as-tu construit ton enquête de terrain ? Quels choix as-tu dû faire en fonction de ton objet de recherche et des contraintes matérielles qui pesaient sur toi ?

Mon enquête de terrain a consisté en des enquêtes dans 14 monastères de quatre pays différents : la France, l’Italie, l’Allemagne et la Belgique. En réalité, comme je me suis rapidement rendu compte qu’il serait trop long d’effectuer une comparaison à niveau égal entre les quatre pays, c’est pourquoi j’ai choisi deux piliers de comparaison qui étaient la France et l’Italie, que la Belgique et l’Allemagne sont venues nuancer. Les difficultés de l’enquête en monastère ont été de deux ordres : le premier, de m’adapter au « temps monastique » car il m’est arrivée de recevoir des réponses positives pour une enquête 6 mois après ma demande, et la seconde, de trouver expédients au fait que les monastères de femmes étaient très réticents à me recevoir (je n’en ai visité que deux sur les 14 enquêtes) et chercher à comprendre les raisons de ces refus. D’autre part, la difficulté d’enquêter dans un monastère est l’impossibilité pour un laïc d’accéder à tous les lieux. La clôture, qui sépare théoriquement et symboliquement le monastère du monde, est en outre plus sévère dans les monastères d’hommes que dans les monastères de femmes. Alors que les hommes peuvent entrer dans la clôture des moines, ce n’est pas le cas des femmes dans les monastères de moniales, ce qui signifie que les moments où j’ai pu pénétrer dans les lieux réservés aux religieux ont été très rares. Mais je me suis assez vite aperçu que cela n’était cependant pas déterminant pour mon enquête concernant l’économie.

  1. Comment as-tu rédigé ta thèse ? Quels conseils donnerais-tu sur ce point particulier ? Quel type d’adaptation as-tu dû réaliser pour la publication de l’ouvrage ?

La rédaction de la thèse a été l’objet de ma troisième année et pour conserver une cohérence dans le raisonnement et dans l’écriture, j’avais décidé de suivre pour l’écriture la suite du plan. L’erreur a cependant été je crois, de vouloir tout rédiger d’un seul coup en revenant ensuite sur les parties plus faibles, car le travail d’amélioration à partir d’un texte déjà écrit est beaucoup plus difficile. J’en tire pour conclusion, pour mon travail actuel, qu’il vaut mieux prendre plus de temps pour la rédaction mais travailler les paragraphes en profondeur les uns après les autres plutôt que d’y revenir ensuite.

Le passage à la publication de ma thèse de 515 pages a été un moment douloureux car il m’a fallu en élaguer plus d’un tiers. S’il était évident que certaines parties trop universitaires (descriptif de l’enquête de terrain par exemple), ne méritaient pas de rester dans une telle publication, ce travail a été plus difficile pour d’autres parties que je devais raccourcir, donc réécrire sans pour autant les supprimer. Les extraits d’entretiens ont aussi dû être réduits. Trouver un éditeur qui convenait à mes critères a pris plus de six mois, mais je ne regrette pas d’avoir attendu et refusé certaines offres car Bayard me proposais autant une édition qui conservait l’aspect scientifique de mon travail qu’une grande diffusion et, ce n’est pas négligeable, ne demandait aucune mise de fonds de départ.

  1. Travailles-tu encore sur un sujet similaire ? Qu’as-tu fait après la thèse ?

Ainsi que j’en avais le projet pendant ma thèse, je poursuis actuellement mes recherches sur le monachisme contemporain. La question que je traite actuellement, celle de l’ascèse, est une question surgie lors de mon travail de doctorat et à laquelle je n’avais pas trouvé de réponse. Alors que Max Weber décrit les moines comme des virtuoses de l’ascèse extramondaine, je m’étais aperçue que les moines n’avaient jamais employé ce terme d’ascèse dans les entretiens à moins que je ne le fisse moi-même. Pourtant, le travail qui était au cœur de mes entretiens, est aussi pour saint Benoît, le rédacteur de la règle, un pilier de l’ascèse. Que devais-je en conclure ? Que les moines ne vivent plus l’ascèse ? Je souhaitais donc pouvoir effectuer mon post-doctorat sur ce sujet et j’ai eu la chance de trouver un programme de post-doctorat pour étrangers par le fonds national de la recherche autrichien. Pour me présenter, il me fallait être accepté au préalable dans un institut de recherche d’une université autrichienne, ce que j’ai pu faire à Graz où j’avais repéré un groupe de recherche sur la thématique  corps et religion. J’ai donc obtenu un poste de post-doctorat sous contrat de deux ans à l’université de Graz où je peux aussi enseigner et être relativement indépendante dans mes recherches. Cela n’a cependant pas été facile et il m’a fallu attendre un an avant d’obtenir ce poste qui me permettais de poursuivre mes recherches dans le domaine que je souhaitais. Mon intégration dans le groupe de recherche « Commun(icat)ing bodies » a été pour moi très enrichissant et avec deux autres jeunes collègues, nous avons organisé une conférence internationale sur ce sujet en février 2012.

Parallèlement, je suis toujours membre associée au Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux et travaille sur d’autres sujets tels que Internet et religion qui fera l’objet d’un ouvrage publié en mai 2013, ou de sociologie économique.