Archives de catégorie : Enquête collective

Enquête ouscipo (2016-2017): L’expérience migratoire

Enquête collective en partenariat avec le « Collectif parisien de soutien aux exilé.e.s »

Mardi (bd Raspail 75006 Paris), du 13 décembre 2016 au 28 mars 2017. Cf. calendrier et salles ci-dessous

  • 13 décembre de 13 h à 15 h = salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris
  • 3 janvier de 13 h à 15 h = salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris
  • 10 janvier de 13 h à 16 h = salle de réunion de l’IISMM, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris
  • 17 janvier de 15 h à 18 h (attention changement d’horaire) = salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris
  • 21 février de 13 h à 16 h = salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris
  • 7 mars de 13 h à 16 h = salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris
  • 21 mars de 13 h à 15 h = salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris
  • 28 mars de 13 h à 15 h = salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris

Initiée dans le cadre de l’Ouvroir de sciences sociales potentielles de l’EHESS (ouscipo.ehess.fr), cette enquête sera réalisée en partenariat avec  des « collectifs parisiens de soutien aux exilé.e.s » (http://www.exilesparis.org/fr/). En mettant à distance le modèle de l’expertise, nous tenterons de réfléchir à la manière dont sciences sociales et acteurs de terrain peuvent co-construire des projets de recherche alliant pertinence sociale et intérêt scientifique.

Le « collectif parisien de soutien aux exilé.e.s » rassemble des collectifs et des associations qui s’organisent depuis plusieurs mois pour apporter quotidiennement une aide matérielle, alimentaire, médicale, psychologique, juridique et administrative aux personnes exilées, notamment dans les campements de fortune de la capitale.

Cette enquête permettra de recueillir et d’analyser des récits et des supports matériels (écrits, photographies, films notamment) de l’expérience migratoire, tant du point de vue de ceux qui la vivent que de celui des militants qui se sont mobilisés pour les soutenir. La structuration de ces expériences par le traitement institutionnel et policier de la question migratoire fera l’objet d’une attention particulière. Le dispositif empirique pourra notamment faire appel à des entretiens, éventuellement filmés, à l’analyse de corpus d’archives personnelles, à l’observation du travail militant, ou à la production de nouveaux contenus par les enquêtés. La construction médiatique de la « crise migratoire » est en effet notamment passée par la production et l’exploitation de récits et d’images. En contre-point, l’enquête cherchera à recueillir et à analyser récits, images et objets de l’ « expérience migratoire ». L’enquête contribuera ainsi à alimenter une cartographie interactive, mise en place par les collectifs, des expériences migratoires à Paris.

L’enquête permettra aux étudiants de se familiariser avec des méthodes de l’enquête qualitative en sciences sociales (observation, entretiens, analyse de contenu), qui seront éventuellement complétées par des techniques de l’enquête audio-visuelle (repérage, prise de vue, montage).

Le séminaire peut accueillir jusqu’à 15 étudiants, prioritairement inscrits en première année de Master. Pour vous inscrire, merci d’adresser un courriel à corentin.durand@ens.fr à partir du 15 octobre 2016, indiquant votre mention ou spécialité ainsi que le diplôme préparé. L’inscription vous sera confirmée avant le 1er novembre 2016. Toute connaissance dans des langues souvent parlées par les exilés présents à Paris, y compris l’anglais, est bienvenue.

___________________

Initiated by EHESS’s Ouscipo (ouscipo.ehess.fr), the research will be conducted with the Refugees Support Group in Paris (http://www.exilesparis.org/fr/). The Group unites several organisations providing food, medical assistance, legal and administrative advice, as well as psychological support to people in exile in Paris, especially in makeshift camps.

Students will collect and analyse oral histories and documents concerning migrants experience (writings, photographs, films). We will focus both on migrants and activists. Police and media responses to the “migrant crisis”, two important social forces shaping migrants lives, will also be part of the study.

Research methods will involve interviews, which might be recorded by a video camera, content analysis of personal archives, observation of grassroot strategies, as well as photographs. Indeed, media coverage of the “migrant crisis” relied heavily on the manufacturing, use and overuse of images. In contrast, our research will deal with the actual “experiences of migration”, as opposed to media representations. Our results will contribute to an interactive map of migrant lives in Paris.

The research will allow students to get familiar with qualitative methods in the social sciences (observation, interview, content analysis), and with the methods of audiovisual enquiry, if the research design requires it.

Up to 15 students can register for this class. Priority will be given to students in their first year of Master. To register, please send an email to corentin.durand@ens.fr, mentioning the program you are in. Registration will be confirmed by November 1st 2016. Knowledge of languages commonly used by migrants in Paris, including English, would be appreciated.

Enquête ouscipo (2016-2017): L’expérience du droit

Enquête collective en partenariat avec En Avant Toute(s)

Le séminaire de recherche de Liora Israël cherche cette année à étudier ce que peut être l’expérience du droit, comme formes de contact avec le droit, comme connaissance acquise au cours d’une certaine période, et comme formes particulières d’expérience collective du droit. Dans ce cadre, cinq étudiant.e.s du séminaire réalisent une recherche en partenariat avec l’association En Avant Toute(s).

Organisation luttant pour l’égalité femmes-hommes, elle s’adresse  aux jeunes de 12 à 25 ans qui se questionnent sur les rapports entre les femmes et les hommes dans la société. Elle accompagne également les jeunes femmes victimes de violence au sein du couple ou de la famille. Elle s’adresse à tous les publics sans distinction de genre, de classe sociale, de culture, de croyance ou d’orientation sexuelle.

L’enquête porte sur les sessions de sensibilisation à l’égalité femmes-hommes et à la prévention des violences organisées par l’association dans des classes de collèges. Elle donnera lieu à des observations des séances de sensibilisation et, éventuellement, à des entretiens avec des acteurs pédagogiques et des élèves. Une attention particulière sera portée à la mobilisation de catégories juridiques et au rapport à l’appareil judiciaire dans les discours des formatrices et des élèves.

enquête ouscipo (2017-2018) : Justice sur le tarmac ?

Enquête collective en partenariat avec l’ANAFÉ et le GISTI

  • Corentin Durand, ATER à l’EHESS
  • Liora Israël, maîtresse de conférences de l’EHESS
  • Gwénaëlle Mainsant, chargée de recherche au CNRS
  • Quentin Ravelli, chargé de recherche au CNRS

Initiée dans le cadre de l’Ouvroir de sciences sociales potentielles de l’EHES, cette enquête sera réalisée en partenariat avec l’Anafé (http://www.anafe.org/) et le GISTI (http://www.gisti.org/). En mettant à distance le modèle de l’expertise, nous tenterons de réfléchir à la manière dont sciences sociales et acteurs de terrain peuvent co-construire des projets de recherche alliant pertinence sociale et intérêt scientifique.

Ces deux associations sont engagées, respectivement depuis 1972 et 1989, dans la défense des droits des personnes étrangères et immigrées en France. Elles interviennent notamment par des permanences juridiques destinées à informer les étranger·ère·s sur leurs droits et à les assister dans leurs démarches administratives et juridiques.

L’ouverture annoncée d’une salle d’audience délocalisée du tribunal de grande instance de Bobigny, sur le site de l’aéroport de Roissy, interroge les pratiques et les représentations des acteurs. Située dans l’enceinte barbelée de la zone d’attente de l’aéroport, elle serait destinée aux étrangers qui y sont maintenus. La localisation particulière de ce « lieu de justice » invite à questionner les transformations contemporaines du traitement judiciaire de la situation des étrangers en France.

L’enquête peut accueillir jusqu’à vingt participants, répartis en trois groupes. Elle permettra aux étudiants de se familiariser avec des méthodes diverses : observation, entretiens, analyse de contenu et statistiques descriptives. Les premières séances seront consacrées à la définition de la problématique et la préparation de l’enquête de terrain. La collecte des données se fera au cours du mois de décembre. Les séances suivantes seront consacrées à l’analyse des données, puis au travail d’écriture. Enfin, une séance de restitution sera organisée.

Enquête ouscipo (2018-2019) en partenariat avec le Défenseur des droits

  • Liora Israël, maîtresse de conférences de l’EHESS
  • Gwénaëlle Mainsant, chargée de recherche au CNRS
  • Quentin Ravelli, chargé de recherche au CNRS
  • Louise Tassin, ATER à l’EHESS

Initiée dans le cadre de l’Ouvroir de sciences sociales potentielles de l’EHESS (ouscipo.ehess.fr), cette enquête sera réalisée en partenariat avec le Défenseur des droits, organisme indépendant chargé d’assurer la promotion et la protection des droits des citoyens et résidents en France (https://www.defenseurdesdroits.fr). En mettant à distance le modèle de l’expertise, nous tenterons de réfléchir à la manière dont sciences sociales et acteurs de terrain peuvent co-construire des projets de recherche alliant pertinence sociale et intérêt scientifique.

Né de la fusion de plusieurs institutions en 2011, le Défenseur des droits est chargé de traiter les réclamations relevant de cinq domaines de compétence : services publics, discriminations, droits de l’enfant, déontologie de la sécurité et lanceurs d’alerte. Il peut être saisi par courrier ou par le biais de ses délégués qui, bénévolement, reçoivent le public lors de permanences hebdomadaires sur tout le territoire. Entre classement sans suite, recours à la médiation et passage au contentieux, le traitement des saisines invite à questionner la fabrique en actes de l’accès au droit et ses transformations contemporaines.

L’enquête peut accueillir jusqu’à vingt participant-e-s, répartis en trois groupes. Elle permettra aux étudiants de se familiariser avec des méthodes diverses : observation, entretiens, analyse de contenu. Les premières séances seront consacrées à la définition de la problématique et la préparation de l’enquête de terrain. La collecte des données se fera au cours du mois de décembre. Les séances suivantes seront consacrées à l’analyse des données, puis au travail d’écriture. Enfin, une séance de restitution sera organisée avec le partenaire de l’enquête.

Enquête Ouscipo (2019-2020) Les Cinq Toits

  • Liora Israël, directrice d’études à l’EHESS
  • Gwénaëlle Mainsant, chargée de recherche au CNRS
  • Quentin Ravelli, chargé de recherche au CNRS
  • Louise Tassin, ATER à l’EHESS

Menée dans le cadre de l’Ouvroir de sciences sociales potentielles de l’EHESS (ouscipo.ehess.fr), cette enquête sera réalisée en partenariat avec Aurore, association de lutte contre la précarité et l’exclusion qui met en œuvre des formes innovantes d’hébergement d’urgence (http://aurore.asso.fr). À travers cette enquête, nous tenterons de réfléchir à la manière dont sciences sociales et acteurs de terrain peuvent, sans céder à la logique de l’expertise, co-construire des projets de recherche alliant pertinence sociale et intérêt scientifique.

L’enquête portera sur un « tiers-lieu » accueillant des personnes sans abri – familles orientées par le Samu social, demandeurs d’asile et réfugiés statutaires – dans une ancienne caserne de gendarmerie installée au cœur du 16èmearrondissement : Les Cinq Toits. Porté par l’association Aurore, ce lieu imaginé sur le modèle des Grands Voisinsa vocation à favoriser la rencontre de publics mixtes en proposant différentes activités : espace de restauration solidaire, recyclerie, projets associatifs et entrepreneuriaux, événements culturels, etc. Ce terrain ouvre de nombreuses pistes de recherche autour des transformations contemporaines de l’action sociale : insertion et réception du dispositif dans le quartier, co-construction des activités avec les personnes hébergées, recompositions du travail social en contexte « ouvert », mixité des activités entrepreneuriales et sociales, etc.

L’enquête peut accueillir vingt-quatre participant-e-s qui seront réparti-e-s en quatre groupes. Elle permettra aux étudiant-e-s de se familiariser avec les méthodes classiques de l’ethnographie : observations, entretiens et analyse de contenu. Les premières séances seront consacrées à la définition de la problématique et à la préparation de l’enquête. Le terrain aura lieu pendant trois semaines au cours du mois de décembre. Les séances suivantes porteront sur l’analyse des données, l’élaboration du plan, l’écriture académique et la restitution des résultats auprès du partenaire de l’enquête.