Archives de catégorie : Mémoire

Cette rubrique contient l’ensemble des travaux produits par les étudiants et les étudiantes à partir de leur mémoire de recherche.

Joffre Pierre – Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Pierre Joffre livre dans ce billet quelques résultats issus de son mémoire de Master 2 de sociologie dans lequel il s’est attaché à comprendre les différences relatives à l’espace perçu, d’un quartier à l’autre, au sein du 18ème arrondissement de Paris. Pour saisir ces différences, il a notamment demandé à ses enquêtés de dessiner sur une carte les frontières  de ce qu’ils identifient comme leur quartier, en distinguant les espaces propres aux diverses activités qu’ils y déploient. Ce billet est ainsi, au-delà d’une analyse documentée du sentiment d’appartenance spatiale dans ces micro-quartiers parisiens, une proposition méthodologique et réflexive toute à fait originale.

Ni « purement populaire, ni vraiment bourgeois »[1] pour reprendre les termes d’Antoine Prost, le 18ème arrondissement de Paris fait sans doute partie des plus contrastés en termes de population. Par la mosaïque qu’il offre, il semblait intéressant de l’étudier plus précisément en se penchant sur deux micro-quartiers très différents, qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain, Marcadet-Poissonniers et Lamarck-Caulaincourt-Damrémont. Le travail de master s’interroge ainsi sur le rapport à la mixité sociale des populations qui vivent dans un arrondissement contrasté dans son ensemble, mais qui peut abriter des micro-quartiers beaucoup plus homogènes. Continuer la lecture de Joffre Pierre – Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques

Robicquet Pierre – A l’épreuve du terrain : à propos de la reformulation d’un projet de mémoire sur la psychiatrie

Pierre Robicquet est étudiant au sein de la spécialité « Sociologie générale » du master de sociologie de l’EHESS. Dans ce billet, il relate un épisode de son terrain en hôpital psychiatrique à la suite duquel il a complètement reconfiguré son projet de recherche qui, alors qu’il portait au préalable sur les patients, s’est déplacé vers les professionnel. Il restitue ici les circulations entre l’objet, le terrain et le chercheur, et expose les tenants et les aboutissants de l’ « épreuve » du terrain entre les aspects pratiques des choix du chercheur et leur  portée morale.

 

Pendant le second semestre de l’année 2014, j’ai formulé un projet de recherche sur le monde médical et psychiatrique. En parallèle du travail de construction de l’objet, j’entreprends un premier état de l’art permettant d’identifier une série de structures associatives au sein desquelles réaliser un stage exploratoire au début de l’été 2015. L’objectif de ce terrain exploratoire est de me permettre d’appréhender des pratiques plus concrètes afin de formuler un projet de recherche ancré. Le 5 juillet de la même année commence ma première immersion en milieu médical dans le centre thérapeutique[1] d’une petite ville de Gironde. Pendant environ quatre semaines, j’accompagne le psychologue de la structure dans chacune de ses activités et réunions d’équipes. Le mois suivant, je compile, déplie et analyse mes observations afin de formuler des premières hypothèses. L’année universitaire commence sur cette base, et le 20 novembre s’ouvre mon terrain de recherche en unité de soins intensifs pour une durée de sept mois. La structure n’est cette fois pas associative mais publique.

Pendant la durée de l’enquête, mon comportement de chercheur, et derrière, les lignes de ma recherche, ont été mis à l’épreuve du travail de terrain. Ce billet propose de discuter les circulations entre l’objet, le terrain, et l’enquêteur. J’y expose les négociations qui ont lieu lorsque je me suis retrouvé en situation d’échec. Pour cela, je présente et je discute le récit d’une délicate matinée d’enquête. Continuer la lecture de Robicquet Pierre – A l’épreuve du terrain : à propos de la reformulation d’un projet de mémoire sur la psychiatrie

Misoffe Prune – Restituer la restitution : bousculer son travail universitaire pour l’enrichir

Prune Missoffe est étudiante en master 2 de sociologie générale à l’EHESS. En organisant une réunion publique visant à restituer la démarche et les résultats de son travail de mémoire auprès des habitant-e-s de Saillans, Prune a pu susciter des échanges de la part des enquêtés qu’il s’est agit d’intégrer à son travail en cours. Elle « restitue » ici cette dernière séquence du travail du terrain.

« Je rends au public ce qu’il m’a prêté ; j’ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage : il est juste que, l’ayant achevé avec toute l’attention pour la vérité dont je suis capable, et qu’il mérite de moi, je lui en fasse la restitution » écrivait La Bruyère dans la préface de son ouvrage Les caractères. Rendre aux enquêtés ce qu’ils m’ont prêté, tel était mon objectif lorsque j’ai organisé une réunion publique de restitution le 28 juin 2016 à Saillans, commune d’environ 1 200 habitants dans la Drôme. Ce billet concrétise mon souhait de partager cette expérience de restitution.

Continuer la lecture de Misoffe Prune – Restituer la restitution : bousculer son travail universitaire pour l’enrichir

Fisher Evan – Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Par Evan Fisher.

Evan Fisher est étudiant en Master 2 au sein de la mention « Sociologie générale ». Il revient ici sur ses premiers (faux ?) pas dans le terrain de sa recherche conduite en partenariat avec Médecins sans frontières-France (MSF-France). En ouvrant son carnet de terrain, il donne à voir l’élaboration d’une question de recherche autour de la sélection des patients dans un hôpital de MSF-France à Amman, et il tire les leçons méthodologiques et scientifiques des premières difficultés méthodologiques qu’il a rencontrées sur le terrain. 

*               *

*

J’appréhende mon arrivée sur le terrain. Ce n’est pas que la Jordanie soit un pays dangereux ou que je ne me sente pas préparé. Mais les reportages de la BBC[1] et al-Jazeera[2] sur l’endroit de mon enquête évoquent un lieu éprouvant : un hôpital humanitaire de Médecins Sans Frontières-France (MSF-France), qui prend en charge des blessés de guerre syriens, yéménites, gazaouis et irakiens. La présence étouffante de tant de souffrance m’effraie par avance[3]. Continuer la lecture de Fisher Evan – Comment se relever après le CRASH ? Le caractère heuristique des « faux pas » sur le terrain

Viger Lou – En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur.

Lou Viger est étudiante en Master 2 de sociologie générale à l’EHESS. Elle nous propose ici une réflexion sur l’enquête qu’elle mène sur un site marqué par la présence d’une centrale nucléaire, à Flamanville dans le Cotentin. La relative proximité de l’enquêtrice avec son terrain permet de mettre en lumière des aspects spécifiques du terrain, tout en interrogeant à rebours la socialisation de l’enquêtrice aux enjeux et aux riques des énergies nucléaires.


 

« J’étais parti pour le Brésil parce que je voulais devenir ethnologue»1

Lorsque Claude Lévi-Strauss décide de franchir le pas de l’ethnologie, il commence par faire un long voyage. A l’affût du dépaysement, l’ethnologue abandonne sa zone de confort et se projette dans un environnement lointain, le plus à même de lui faire éprouver l’altérité́.

Sans aller jusqu’à rejoindre l’autre rive de l’Atlantique, j’ai choisi d’enquêter dans le Cotentin, dans la commune de Flamanville que je connais bien. C’est là que se trouve la maison de mes ancêtres j’habite plusieurs semaines par an depuis l’enfance. C’est là aussi qu’à moins d’un kilomètre est installée une centrale nucléaire, avec deux réacteurs en activité depuis le milieu des années 19802. Apparemment, rien d’exotique, rien de nouveau, si ce n’est des risques liés à la radioactivité dont la conscience s’éveille ou sommeille en chacun de nous. Nous3, car je suis ici presque autant sujet et objet de l’enquête, une indigène parmi les indigènes. Continuer la lecture de Viger Lou – En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur.