Archives de catégorie : Actualités

Un mur (couleur) d’entretiens: Alex Alber présente son logiciel Sonal

[Questions élaborées par Cyprien Tasset et Alessia Smaniotto, réponses rédigées par Alex Alber]

 

Bonjour Alex Alber, vous êtes maître de conférences à l’université de Tours et membre du C.I.T.E.R.E.S. (équipe COST) et chercheur associé au Centre d’Etudes de l’Emploi. Vous avez étudié en thèse la formation des officiers en Europe, et vous développez Sonal, un logiciel gratuit d’aide à la transcription et à l’analyse d’entretiens.

 

Qu’est-ce qui vous a amené à travailler spécialement autour de la méthode de l’entretien? Avez-vous été marqué par l’usage de l’entretien dans telle ou telle autre recherche?

Je ne suis pas à proprement parler un spécialiste des entretiens. J’ai toujours fait à la fois des entretiens et des statistiques dans mes recherches. J’ai tendance à penser qu’une méthode est bonne si elle est adaptée à son objet et que le mieux est encore d’approcher une forme d’ambidextrie méthodologique. Pourtant, par un effet de spécialisation assez courant, j’ai surtout investi le champ quantitatif durant ma thèse, notamment en participant avec Philippe Cibois au développement du logiciel Trideux, que j’ai beaucoup enseigné. Le fait de me pencher plus particulièrement sur un outil dédié aux entretiens a donc été assez tardif.

Pour la petite histoire, c’est suite à une recherche durant laquelle j’avais utilisé Nvivo que j’ai eu l’idée de développer mon propre outil d’indexation thématique car je trouvais Nvivo beaucoup trop cher et assez peu ergonomique. J’avais jeté les bases d’un système de balisage textuel mais cela restait un peu en plan. C’est lors d’une seconde recherche dans laquelle j’ai dû retranscrire moi-même et sans outillage spécifique une quinzaine d’entretiens que je me suis décidé à creuser sérieusement la question. Non seulement je trouvais la retranscription fastidieuse, mais son résultat – une collection de fichiers word en plus d’une collection de fichiers mp3– me frustrait un peu. Je trouvais assez peu commode d’être obligé de faire des recherches par mot clé et j’avais l’impression de perdre beaucoup d’informations au passage. Je ressentais le besoin d’une approche plus globale des matériaux. C’est donc d’abord un souci pratique qui m’a orienté vers la réalisation d’un logiciel dédié aux enquêtes par entretiens.

 

D’autres logiciels existent déjà pour faciliter la retranscription des entretiens: qu’est-ce que Sonal apporte en plus? Pourriez-vous expliciter les arguments, les positions théoriques qui sous-tendent le logiciel?

Pour assister la retranscription, Sonal utilise un système de dictée qui repère les zones silencieuses dans la bande et propose à la retranscription des portions de quelques secondes, que l’utilisateur a le temps de saisir avant de valider pour passer à la suite. Cela simplifie les choses mais vous le voyez, Sonal n’est pas vraiment une solution miracle sur le plan de la retranscription ; ceci dit, je ne crois pas qu’il en existe. Les gens rêvent de convertir leurs bandes en texte d’un seul clic, mais cela n’est pas encore possible, du moins à ma connaissance, et je ne suis même pas sûr que cela soit vraiment souhaitable. En fait, même si les gens tombent sur Sonal en cherchant un outil de retranscription, son intérêt premier n’est pas forcément à rechercher de ce côté ; mais, pour expliquer ce que Sonal apporte en plus, je pense qu’il faut montrer en quoi sa logique de fonctionnement rompt avec les méthodes habituelles.

Les outils de retranscription reposent sur le principe d’un abandon programmé du support sonore au profit du verbatim, ce qui a pour effet de faire peser sur la qualité de la retranscription des enjeux considérables. Sonal propose de changer de perspective. Il ne s’agit plus de substituer les retranscriptions aux enregistrements mais bien de les y ajouter. Comme son nom le suggère, Sonal propose une approche basée sur le travail du son en permettant avant tout de stocker et d’administrer ses enregistrements, puis de repérer et d’annoter certaines parties de la bande en mémorisant leur contenu via un code couleur. Pour le dire simplement, c’est un peu comme si l’on passait un coup de feutre stabilo directement sur la bande.

Sonal_entretien avec les thèmes appliqués

 

L’utilisateur peut ensuite retranscrire le contenu de ces extraits pour faciliter leur usage ultérieur mais, dans une certaine mesure, rien ne l’oblige à le faire. On peut très bien se contenter – dans un premier temps – de les annoter, d’y ajouter des mots clés pour faciliter les recherches etc. Telle est sans doute la principale nouveauté apportée par cet outil et vous le voyez, elle n’est pas théorique, elle est essentiellement pratique : il s’agit de travailler à partir des fichiers son, tout en utilisant l’angle graphique pour faciliter l’appréhension du contenu des données. Cette optique peut d’ailleurs s’appliquer à beaucoup d’autres matériaux qu’à des entretiens sociologiques (conférences, séminaires, cours, concerts etc.). Mais là où Sonal est clairement le fruit d’une approche spécifiquement sociologique, c’est dans sa logique agrégative : il ne s’agit pas de retranscrire des entretiens pris isolément, mais bien de créer des corpus audio/textuels dans lesquels une série d’entretiens partagent un cadre analytique commun (un grille de « thématiques » reprenant peu ou prou le contenu du guide d’entretien) et dont les caractéristiques (sexe, âge etc.) sont renseignées dans une base de données gérée par l’utilisateur. On crée donc ce qu’on peut appeler une « base de données qualitative » qui prend la forme d’une banque d’extraits audio/textuels qui constituent les briques d’une sorte de « mur » d’extraits.

La page principale de Sonal

Cette organisation est ensuite très propice au filtrage. Via un système d’allumage/extinction des « briques » du mur, elle permet de visualiser, puis de relire et/ou de réécouter instantanément tous les extraits portant sur un sujet donné et/ou provenant d’interlocuteurs dotés de telles ou telles caractéristiques. Donc, vous le voyez, plus qu’une approche théorique bien précise, c’est surtout cette quasi utopie méthodologique qui m’a motivé : rendre visibles les matériaux et faciliter leur tri, pour retrouver instantanément tous les passages pertinents, qu’ils soient retranscrits ou non. Cela ne règle en rien les questions méthodologiques de fond liées à la démarche par entretiens mais cela permet déjà une appréhension plus globale des matériaux à disposition, ce qui limite le risque de passer à côté de passages importants.

 

La page principale de Sonal filtrée par thème

Mais en parallèle, Sonal rend possible une approche beaucoup plus quantitative. On peut par exemple faire ressortir le vocabulaire spécifiquement associé à tel sujet et/ou à tel type de locuteur. On peut également, grâce à Philippe Cibois, réaliser des plans factoriels illustrant les articulations entre attributs des répondants et vocabulaire pour suggérer des pistes analytiques. L’intérêt de l’outil est en l’occurrence que ces pistes pourront très facilement être testées par un retour aux extraits où les différentes formes apparaissent. De ce point de vue, on pourrait dire que Sonal permet de ne pas trancher entre une analyse compréhensive des signifiés et une lecture quantitative des signifiants. Vous le voyez, on est donc bien au-delà d’un simple outil de retranscription ; c’est une nouvelle méthode de travail qui englobe dans un seul outil l’enregistrement, la gestion des bandes, l’encodage thématique, les retranscriptions, et qui offre également ce que j’appelle un « système d’intuition » statistique qui accompagne le travail d’analyse. En référence à l’Oulipo, je le vois un peu comme une sorte d’« ouvroir de méthodologies potentielles » qui est maintenant entre les mains de la communauté scientifique. J’espère qu’elle s’en saisira.

 

Pensez-vous que l’on pourrait aller plus loin dans l’usage des possibilités offertes par internet, par exemple en ouvrant le développement du logiciel à d’autres spécialistes, comme des ingénieurs en informatique et acoustique, ou aux développeurs des logiciels open source?

Bien évidemment, je ne demande pas mieux. Le développement de Sonal n’est pas le cœur de mes activités de recherche et je ne peux guère m’y consacrer qu’en dilettante. Toute aide est donc la bienvenue. Cela dit, j’ai déjà reçu un sacré coup de main de la part d’un des tous premiers utilisateurs, en la personne de Xavier Le Nué, qui a développé un site pour Sonal et qui a beaucoup fait pour accroître sa visibilité sur Internet ; Philippe Cibois m’a également transmis des algorithmes d’analyse factorielle et nous envisageons ensemble de nouveaux outils statistiques avancés. Je ne suis donc pas seul dans ce projet et, même si je garde pour l’instant une main sur le code, je compte bien évoluer à terme vers un modèle open source car je pense que c’est le meilleur moyen d’arriver à une application de très haute qualité. Hélas, j’ai déjà demandé à plusieurs reprises un peu d’aide aux utilisateurs, sans grand succès jusqu’ici, mais la porte reste grande ouverte !

 

Dans quelle(s) direction(s) poursuivez-vous maintenant vos recherches?

Si l’on met Sonal de côté quelques instants, voici mes thématiques actuelles. Après avoir travaillé sur les écoles d’officiers en thèse, j’ai souhaité « démilitariser » mes recherches, en travaillant consécutivement, au gré de contrats divers, sur les cadres de la SNCF, sur les salariés âgés du public et du privé face aux changements technologiques et gestionnaires, avant de réaliser, pour la DGAFP, une comparaison des personnels encadrants du public et du privé et de la diffusion des méthodes gestionnaires en leur sein. Alors que j’ai longtemps pensé m’éparpiller à l’excès, je réalise maintenant toute la complémentarité de ces terrains et combien ils me permettent de me centrer sur un sujet à mon avis incontournable aujourd’hui : la diffusion des méthodes managériales dans l’encadrement du secteur public au sens large, que j’appréhende en lien avec les spécificités démographiques et organisationnelles de ce secteur.

Enfin, pour revenir à Sonal, j’ai encore beaucoup de choses à faire. Il faut notamment que je facilite la réintégration d’entretiens déjà retranscrits hors de Sonal, car la plupart des sociologues expérimentés sous-traitent cette tâche ; il faut également que je permette l’indexation thématique sur le support textuel, plus souple que la bande etc. Bref, après deux années de travail, je pense qu’il me reste largement l’équivalent devant moi. Affaire à suivre…

 

Pour plus d’informations et pour télécharger gratuitement Sonal : www.sonal-info.com

Pour suivre le développement, se tenir au courant des bugs et des nouveautés : http://sonal.hypotheses.org/

 


Calendrier

Conseil pédagogique : lundi 4 avril 14h00 17h00.

Jury M1/M2 candidatures M1 : lundi 4 juillet 9h30 12h30.

Réunion de travail candidatures M1 : lundi 3 octobre 9h30 12h30.

Jury M1/M2 dernière session : lundi 17 octobre 9h30 12h30.

La procédure concernant le jury des allocations de thèse sera fixée et communiquée le 4 avril.

Journée d’Étude : Modernisation des entreprises publiques et sociologie

JE_Modernisation_Programme

Les grandes entreprises publiques françaises (La Poste, France Télécom, SNCF, EDF et GDF, etc.) sont, depuis de nombreuses années déjà, en pleine « modernisation ».

A partir des années 1980, voire avant, ces fleurons du service public fondés sur une relation salariale stable et un modèle économique d’investissement public fort ont vu leurs missions, leur périmètre, leur organisation et leur fonctionnement quotidien profondément renouvelés. Au long de ces processus de grande ampleur, tant par leur durée que par la diversité des domaines qu’ils embrassent, l’unité apparente de l’idée de modernisation apparaît toutefois problématique. Peut-on par exemple décrire la départementalisation des centres de distribution d’EDF-GDF dans les années 1990, et l’apparition d’une « branche commerce » dans la même entreprise, quelques années plus tard, comme les deux faces d’une seule et même logique ? Plus généralement, quand bien même on constate des lignes de force similaires dans les profonds changements affectant les entreprises publiques, doit-on y lire la trace d’une seule et même volonté réformatrice qui s’appliquerait indifféremment pendant trente ans ? Il y a un paradoxe apparent à ce que soient désignés, parfois depuis les années 1930 (Henry & Denord, 2007), sous un seul et même terme des changements qui embrassent une multiplicité d’objectifs, de déroulements et de résultats. Sans prétendre décréter, d’un point de vue d’observateur prétendument objectif, ce qui est vraiment moderne et ce qui ne l’est pas, on peut en revanche se demander pourquoi perdure, dans les programmes de recherche de la sociologie, cette question lancinante : en quoi les entreprises publiques se modernisent-elles ? Y aurait-il une continuité historique d’ensemble dans les phénomènes rangés sous cette catégorie ?

L’analyse sociologique de la modernisation prend souvent le parti de retrouver, derrière la multiplicité des nouvelles prescriptions, une inspiration managériale unique. Les analystes des transformations contemporaines du travail sont souvent amenés à produire des comparaisons entre deux modèles historiques dont l’un aurait récemment cédé le pas à l’autre. Qu’il s’agisse de modèles productifs (Boyer & Freyssenet, 2000 ; Veltz & Zarifian, 1993), ou d’organisation du travail (Coutrot, 1998 ; Courpasson, 2000), de management (Boltanski & Chiapello, 1999) ou encore de rapport salarial (Coutrot, 2005 ;
Monchatre, 2007 ; Vatin, 2006), bon nombre de ces synthèses visent à établir si ce qui change (dans l’organisation du travail, les nouvelles exigences de productivité, les nouvelles manières de recruter et de former, etc.), témoigne ou non du passage à une époque nouvelle. Bien que les bornes historiques de ces différents processus ne se recoupent pas complètement, on pourrait en première approximation y voir le passage d’un modèle dont l’archétype est l’exploitation liée à la chaîne, à un modèle d’autonomie dans des organisations en réseaux, par exemple. Le passage d’une époque où les grilles de qualification correspondant à la fois à un diplôme et à un salaire composaient des équivalences stables et institutionnalisées, à une gestion au cas par cas d’individus dotés de compétences y renvoie également. Construire de tels couples d’opposition présente l’avantage de pouvoir peindre d’un seul trait, sur une même toile, un vaste tableau qui appelle une explication macrosociale. Mais l’usage de ces constructions conceptuelles pose problème dès lors, précisément, qu’on cherche à les appliquer à un cas particulier, à un terrain où sont censées se montrer les transformations contemporaines du travail. Le problème naît moins de l’incommensurabilité du macrosocial et du cas particulier, que de la mobilisation par les acteurs observés (une partie seulement d’entre eux) de schèmes d’appréhension de ces transformations qui empruntent exactement le même langage, et reposent sur une conception semblable d’un « changement d’époque » résolu et définitif (cf. Riboud, 1987 ; Du Gay, 2003). Une fois ces phénomènes regroupés dans deux modèles différents – l’un ancien et l’autre moderne –, on est pris dans le type même de construction intellectuelle imposée par les directions d’entreprise en mutation ou « modernisées », dont la « conduite du changement » pose précisément comme inéluctable ce passage de l’ancien au moderne. Quand bien même la recherche en sciences sociales cherche à en déconstruire la modernité, la rationalité et l’efficacité, elle adopte ipso facto le postulat qu’un monde cède effectivement le pas à un autre, sous l’impulsion d’un ou plusieurs agents dont on peut décrire les objectifs et les modalités d’action.

Cette journée d’étude propose aux chercheurs un retour réflexif sur l’analyse de la modernisation du secteur public, suivant quatre axes de recherche, qui correspondent à autant d’ateliers. Les propositions de communication s’intègrent à l’un des axes de recherche suivants :

1. Observer de plus près les phénomènes de « modernisation » en se défiant de la présentation qu’en donnent les modernisateurs, ne signifie pas pour autant adopter une posture relativiste dénonçant des
illusions. Il est au contraire nécessaire de rendre compte du déroulement historique des processus regroupés sous ce terme. En partant de l’idée qu’il est déjà arrivé de « surestimer les ruptures dans les processus de modernisation » (Trouvé, 1996, p.306), il s’agit de produire une description et une analyse des formes que peuvent prendre les dynamiques réunies sous le vocable de modernisation tout en réintégrant l’idée de continuum. L’ambition modernisatrice peut en effet prendre la forme d’une innovation technologique, d’une rationalisation de l’activité de travail, d’une montée en puissance de
la logique marchande, etc.

2. Un deuxième travail consiste à déconstruire les catégories managériales dans lesquelles sont présentés les phénomènes de modernisation des entreprises publiques. Cela suppose de retracer l’origine et le cheminement des doctrines qui inspirent les dirigeants de ces entreprises depuis l’époque des premières tentatives de modernisation. Situés à l’intersection des grands corps de l’État, des élites politiques, et du conseil en stratégie, les administrateurs et dirigeants de grandes entreprises publiques cumulent des propriétés qui rendent possible la « managérialisation » progressive de la gouvernance, aussi bien que l’importation de pratiques de gestion d’une entreprise à une autre. Il y a là un domaine d’étude déjà en partie défriché par la sociologie du patronat (Boltanski & Bourdieu, 1976) ainsi que par les recherches sur le nouveau management public (Ferlie & Ashburner, 1996 ; Alam & Godard, 2007 ; Berrebi-Hoffmann & Grémion, 2009), qui éclairerait sans doute les mécanismes de diffusion de la doctrine modernisatrice.

3. On peut remarquer dans un troisième temps que le recouvrement des concepts managériaux et sociologiques n’est pas dû au hasard : les grandes entreprises publiques modernisatrices sont aussi celles qui ont accueilli le plus volontiers la recherche en sciences sociales, notamment la sociologie des organisations, ou encore celle des identités professionnelles, voire la sociologie du travail. De manière
générale, il y a là un terrain d’étude si fécond et prolifique que les sociologues n’y sont pas cantonnés dans un rôle marginal d’observateur. Certains laboratoires ont participé à la formation de nombreux cadres de ces entreprises, ou encore à l’accompagnement des processus de changements d’organisation dans lesquels les chercheurs se font également consultants : on pourrait citer ici le CSO, le CADIS, ou encore le LISE, ainsi que des programmes de recherche comme le PIRTTEM, le GIP Mutations industrielles, des cercles de réflexion tels que l’ANVIE ou les rencontres de Cargèse. L’interpénétration de l’analyse sociologique et des objets auxquels elle s’applique expliquerait l’apparent paradoxe d’un changement continu et continuellement modernisateur. Un historique de cette collaboration permettrait d’objectiver les effets de boucle entre sociologues et enquêtés, entre catégories scientifiques et catégories indigènes, qui contribuent à construire la modernisation.

4. Une dernière perspective pour rendre raison du paradoxe de la modernisation ininterrompue consiste à étudier ses effets sur la représentation du travail des salariés et sur leur rapport aux usagers, au public ou aux clients. Pris dans une série continue de vastes changements, ceux-ci se réfèrent à la fois à une identité de métier protectrice (Sainsaulieu, 1985 ; Osty, 2003 ; Uhalde, 2005), aux anciennes années de leur trajectoire professionnelle, et à la mémoire du collectif de travail (Halbwachs, 1950 ; Clot, 1999) pour dessiner l’image, congruente avec celle que leur propose leurs directions, d’un basculement de l’ « Avant » au « Maintenant ». Enquêter auprès des salariés de ces entreprises amène très souvent à rencontrer ce schème d’appréhension très répandu de la vie au travail qui, sans identifier toujours de bornes historiques précises, distingue le métier d’avant (en reconstruisant au passage une mémoire collective heureuse d’un âge d’or du travail, du métier et de l’entreprise) de ce que l’on fait – ou l’on ne fait plus – maintenant (Hanique, 2005). Étudier en détail les mécanismes de genèse, de perpétuation et de diffusion de ces représentations du travail permettrait également de comprendre la modernisation au plus près du terrain – et non seulement au niveau des directions d’entreprise – en montrant comment elle s’articule aux « résistances au changement » et à la « conduite du changement », voire en relativisant l’importance de la scission avant/maintenant, en montrant que la dynamique de la «modernisation » a été amorcée il y a longtemps, et qu’il s’agit moins d’une rupture que d’un processus inscrit dans un temps long.

Appel à communication: La mémoire dans la pratique sociologique

Depuis une trentaine d’années, on assiste à l’essor de la notion de mémoire dans l’espace public,
les usages communs et la sphère médiatique autour d’enjeux souvent politiques et juridiques.
Comme le remarque Marie-Claire Lavabre, cette effervescence de questions de mémoire collective
a été influencée par des préoccupations principalement historiennes qui coïncident avec la parution
des Lieux de mémoire de Pierre Nora. Et si nous devons l’introduction de cette notion dans les sciences
sociales à un sociologue, Maurice Halbwachs, cette résurgence récente manque encore d’ancrage
sociologique, en même temps qu’elle mériterait d’être élargie à une multitude de nouveaux
questionnements scientifiques.

On voudrait ici partir d’un certain nombre de grandes problématiques de la sociologie contemporaine
à même d’invoquer le concept analytique de mémoire pour le développer de manière innovante.
Parmi ces thématiques, nous souhaitons privilégier les mouvements sociaux, la culture visuelle,
les migrations et les phénomènes religieux. Cependant, les sessions prévues n’excluent pas des
propositions qui pourraient se regrouper dans la session finale consacrée à la réflexion autour de
la mémoire et du Sujet, de la mémoire en tant que source de lien social, vulnérabilité ou encore
force créatrice de l’acteur social. 

A l’intérieur ou au carrefour de ces thématiques, des jeunes chercheurs – doctorants ou
post-doctorants - sont invités à travailler les enjeux, le sens et la place de la « mémoire », ce à partir
de leur objet de recherche et leur terrain respectif. Les points de vue adoptés pourront de préférence
s’enraciner dans la subjectivité des acteurs et en appeler à une démarche sensible aux interférences
entre la mémoire individuelle et collective, bien que d’autres approches plus classiques soient aussi
les bienvenues.

Cet atelier aura pour objectif de réunir des doctorants et des post-doctorants qui échangeront sur la
portée heuristique du concept de mémoire dans la pratique sociologique quel que soit leur terrain.
Nous encourageons donc une participation internationale qui puisse apporter une grande diversité
dans les objets d’étude et quelques convergences épistémologiques et méthodologiques. En outre,
les actes de cet atelier seront publiés grâce à l’accueil de la « peer-reviewed » revue en ligne New
Cultural Frontiers, fondée par les jeunes chercheurs issus du CADIS.
(http://www.newculturalfrontiers.org/)

Pour plus d'informations : denizgunce@gmail.com

L’enquête qualitative et les perspectives comparatives : appel à communication pour journée d’étude 14-15 juin 2011

Journées d’études : L’enquête qualitative et les perspectives comparatives : spécificité, apports, limites

14 et 15 juin 2011

Centre Maurice Halbwachs, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris


Appel  communication

Le recours à la comparaison internationale est présent dès la fondation de la discipline sociologique. Le Suicide de Durkheim ou la Sociologie des religions de Weber, s’appuient très largement sur des analyses comparées pour fonder leur propos. Il existe une littérature méthodologique abondante sur  cette démarche. Malgré cette profusion de travaux, peu nombreux sont ceux qui soulèvent les problèmes spécifiques posés par l’utilisation de méthodes qualitatives (enquête par entretiens approfondis, ethnographie, analyse de discours, etc.). Cette journée d’étude a pour but de contribuer au débat méthodologique autour de ce type d’approches. Dans quelle mesure viennent-elles compléter les méthodes quantitatives ? Quel est leur apport et leur indépendance par rapport à ces dernières? Comment les démarches qualitatives éclairent-elles des questions macrosociologiques ? Quelles sont les spécificités du déroulement de l’enquête ?

Pour répondre à ces questions, plusieurs conférenciers de renom ont été invités : Serge Paugam, Cécile van de Velde, Bénédicte Zimmermann, Jean-Claude Barbier, Michèle Lamont. Parallèlement, cet appel à communication vise à susciter des contributions autour de quatre axes : la spécificité des méthodes qualitatives dans la comparaison internationale, la construction de l’objet de recherche, les enquêtes aux terrains multiples et l’analyse et l’interprétation des données issues des enquêtes comparatives.

Pour le lire en entier : enquetequalitative.comparaisoninternationale.2011.htm

Modalités de soumission des propositions et calendrier

Les communications, d’une longueur maximum de 6000 signes, feront l’objet d’une présentation orale de 20 minutes maximum. Elles seront accompagnées d’une courte présentation de l’auteur (nom, prénom, statut, institution de rattachement, coordonnées), d’un titre provisoire et des mots clés.

Les propositions d’article sont à adresser avant le 29 avril 2011 à :

yboget@gmail[point]com, linda.haapajarvi@ehess[point]fr et aurelie_picot@yahoo[point]fr

Les décisions du comité scientifique seront communiquées le 13 mai 2011.


Comité scientifique

Jean-Claude Barbier (Université Paris 1, CES), Antoine Derouet (EHESS, CMH-PRO) , Catherine Marry (ENS, CMH-PRO), Serge Paugam (EHESS, CMH-ERIS), Cécile van de Velde (EHESS, CMH-ERIS), Bénédicte Zimmermann (EHESS, CRIA)


Comité d’organisation

Yoann Boget, Linda Haapajärvi et Aurélie Picot (EHESS, CMH-ERIS)

Un nouveau site pour le Master Sociologie de l’EHESS

Destiné à un public d’étudiants français ou étrangers, susceptibles de s’inscrire au Master, aux étudiants et enseignants de ce Master, ainsi qu’à tous ceux qui s’intéressent à la sociologie, ce site interactif a vocation à offrir un lieu d’échanges pédagogiques et scientifiques autour du Master et de ses évolutions.


Petite visite guidée :

  • La rubrique « Actualités » vous informe des principaux événements marquant la vie du Master. Elle rend notamment compte des travaux des enseignants-chercheurs en sociologie de l’Ecole, sous la forme d’interviews courtes. Cyril Lemieux et Florent Champy nous font l’honneur d’inaugurer cette partie en présentant leurs ouvrages récemment publiés. Cette rubrique se veut collaborative : n’hésitez pas à discuter les ouvrages présentés, en y déposant des commentaires, qui seront modérés. Nous invitons également les enseignants à proposer des actualités sur leurs ouvrages récents, et les étudiants à réaliser eux-mêmes des interviews. Les chercheurs ou étudiants intéressés peuvent s’adresser à Cyprien Tasset ou à Cécile Van de Velde.
  • Les onglets « Présentation générale » et « Maquettes M1/M2 » permettent de se repérer dans la maquette du Master, de connaître les travaux des enseignants et de s’informer sur les multiples séminaires qui sont offerts aux étudiants.
  • La partie « Archives » donne accès à de bons travaux produits dans le cadre du Master. Cette visibilité aidera les étudiants ou futurs étudiants à se familiariser avec les formats de validation attendus.

Un immense Merci de la part de toute l’équipe du Master à Cyprien Tasset qui a pris en main la construction de ce site.

Nous remercions également Cyril Lemieux, Gabriel Rosenthal et Pierre Mounier pour leur participation à la construction du site.

Le site du Master de Sociologie de l’EHESS est un carnet de recherche Hypothèses.


cyprien tasset

Doctorant en sociologie à l'EHESS (au GSPM, équipe de recherche du Centre Marcel Mauss), je travaille au site du Master dans le cadre de mon monitorat.

More Posts