Archives de catégorie : Actualités

Deuxième édition de la journée scientifique des étudiant.e.s du Master de Sociologie Générale de l’EHESS

Le vendredi 29 mai 2015 dans l’amphithéâtre Furet de l’EHESS, les étudiant.e.s du master de sociologie générale organisent une journée consacrée à leurs recherches. Quelques mois avant de rendre le manuscrit de leurs mémoires, cette journée sera l’occasion de revenir sur leur travail de master.

Préparée par les représentant.e.s des étudiant.e.s du master, cette journée a pour but de permettre aux étudiant.e.s d’échanger à propos des résultats obtenus, des analyses produites et des méthodes mises en œuvre avec des enseignant.e.s chercheur.se.s. Ce sera une opportunité pour les étudiant.e.s de parler librement de leur travail en faisant part des doutes ou des hésitations qu’illes peuvent rencontrer. Les enseignant.e.s chercheur.se.s invité.e.s à participer à la journée n’étant pas les directeur.ice.s de recherche des étudiant.e.s, leurs conseils seront de nature à ouvrir de nouvelles perspectives à/sur leurs enquêtes. Les retours ainsi obtenus permettront de renforcer ou de prolonger les premières analyses à un moment où la rédaction des mémoires n’est pas encore achevée.

L’épreuve du feu, que constitue la présentation d’une recherche scientifique, est très formatrice car les étudiant.e.s disposeront de 15 minutes pour présenter leur recherche. En amont, illes auront fait circuler un document d’une dizaine de pages qui sera transmis aux discutant.e.s concerné.e.s, qui pourront alors y puiser leurs premiers éléments de discussions. La préparation de ces différents supports s’avère parfois compliquée car il faut faire un choix entre ce qui est primordial et secondaire, ainsi que sur la manière de le dire et d’organiser son oral.

Cette journée s’inscrit dans la lignée pédagogique de l’école qui est de former les étudiant.e.s à la recherche par la recherche En y participant, les communicant.e.s expérimenteront pour la première fois cet « exercice ordinaire de la recherche » que représente la « com’ »[1]. En somme, participer à cette journée revient à éprouver la pratique de la recherche aussi bien dans la confrontation des résultats avec des pairs que dans l’exercice de restitution d’un travail devant un public composé d’étudiant.e.s ou de chercheur.se.s.

L’organisation de cette journée relève également d’un apprentissage du métier de la recherche. Ici, des choix scientifiques ont été faits. Contrairement à l’année dernière, les représentant.e.s des étudiant.e.s ont pris le parti de ne pas centrer la journée sur un thème, mais de diversifier les sujets abordés, les approches, les méthodes et les analyses afin d’élargir l’éventail de pratiques sociologiques dont il sera question. Les étudiant.e.s présent.e.s dans le public pourront alors nourrir leur recherche à la lumière des travaux exposés.

Au total, douze interventions de 10 à 15 minutes chacune seront réparties dans cinq pôles. Durant en moyenne 1h15, chaque pôle donnera lieu à une discussion animée par un ou deux discutant.e.s et sera suivi d’un temps d’échange avec l’auditoire. N’hésitez donc pas à y venir nombreux pour échanger après chaque session, et lors du pot convivial qui suivra !

En espérant vous y voir, vous trouverez ci-dessous le Programme complet de la journée.

 

[1]
[1] Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin, « Colloque : Anatomie d’un exercice ordinaire de la recherche, Carnet Zilsel, http://zilsel.hypotheses.org/1005

 

DEUXIEME EDITION DE LA JOURNEE SCIENTIFIQUE DES ETUDIANT.E.S DU MASTER DE SOCIOLOGIE GENERALE DE L’EHESS

 

Le 29 mai 2015 de 9h30 à 18h dans l’amphithéâtre Furet.

105, Boulevard Raspail, 75006 Paris, France.

Métros: Notre-Dame des Champs (L 12), Saint-Placide (L 4).

 

9 h 30 – 12 h 30
Discutant : Marc Bessin
Premier pôle : Action sociale

  • Minju Song: Entre les militants et les pèlerins : le cas de l’association des prêtres catholiques pour la réalisation de la justice en Corée du sud.

Deuxième pôle : Pratiques culturelles et engagement

  • Marie Helluin: La littérature dans les milieux d’extrême gauche
  • Morgane Mabille: Les publics des fictions lesbiennes : méthodologie d’une enquête de réception en ligne

14 h – 18 h 
Discutants : Sylvain Laurens, Stéphane Beaud, Nicolas Dodier
Troisième pôle : L’urbanisme entre micro et macrosociologie

  • Mathilde Caro: Les représentations de la division sociale de l’espace à échelle micro urbaine à travers l’exemple des rues Saint Denis et Montorgueil dans le 2ème arrondissement à Paris
  • Virginia Santilli: La financiarisation des actifs immobiliers. Enquête dans la finance de l’immobilier, comment parler des outils ?

Quatrième pôle : Ecole

  • Morgane Baladron: L’intégration universitaire des formations professionnelles en journalisme: le cas de l’IPJ – Paris Dauphine
  • Elis de Aquino: Les écoles de la seconde chance en Seine-Saint-Denis
  • Vincent Hugoo: La temporalité dans les formes de socialisation des collégiens

Cinquième pôle : Impact social de l’objet et de son concept

  • Evan Fisher: Réfugiés et demandeurs d’asile syriens et catégorisation socio-administrative en France
  • Chayma Boda: Le modèle du citoyen courageux et la légitimation de l’«agir juste» dans l’espace public chinois
  • Maxime Agator: Etudier la corruption en France comme un problème public émergent : enjeux et méthodes.

 

Pot de fin de journée à 18h.

 

Le public ? Quel public ? Expérience professionnelle et recherche en cours sur les publics dans un dispositif de concertation

 Camille Lamouche est étudiante au sein du Master 2 « Sociologie générale » de l’EHESS. Elle nous propose ici un retour sur l’enquête qu’elle a effectué pour son mémoire et les enjeux autour des différentes approches des publics dans son travail, sur le terrain des dispositifs de concertation autant que sur le plan de l’analyse sociologique qu’ils appellent.  

Dans le cadre de mon Master 2, je réalise une recherche sur la sociologie de la concertation publique, démarche qui vise à associer la population aux prises de décisions publiques. Mon sujet consiste en l’étude des acteurs-organisateurs des concertations publiques. Il s’agit d’observer leurs pratiques et plus précisément celles à l’œuvre lorsqu’ils définissent les publics qu’ils cherchent à mobiliser.

Je reviens ici sur les deux perspectives depuis lesquelles j’ai eu l’occasion d’aborder la question des publics participants aux concertations : la première, en tant que professionnelle de la communication, la seconde en tant qu’étudiante en sociologie. La première est à l’origine de questionnements concernant l’approche des publics qui est à l’œuvre chez les professionnels de la communication. La seconde a nécessité un travail de problématisation, pour transformer ces questionnements en pistes d’analyse sociologique.

L’approche professionnelle : le public, une production d’experts ?

Le public n’existe pas. Voilà l’impression que me laissent dix années d’expérience en agence-conseil en communication publique. Bien sûr, on s’adresse à lui par le biais de campagnes, de sites Internet, de supports éditoriaux et autres événements. Il est quantifié, de temps à autres. Mais il n’est qualifié, au sens scientifique du terme, que très rarement, ces agences disposant finalement de très peu de données (souvent de seconde main) sur les publics auxquelles elles adressent leurs campagnes. En revanche, les professionnels y travaillant fourmillent de convictions : le public est sans cesse évoqué voire invoqué, des décisions stratégiques sont prises en son nom. Il n’en demeure pas moins que peu de données tangibles viennent appuyer ces intuitions. C’est cela qui me laisse penser que le public n’existe pas autrement que comme fiction, construite à des fins d’expertise.

Ainsi, la posture d’émetteur professionnel – ou communicant – implique bien souvent de construire de grandes catégories de publics en s’appuyant sur l’expérience et le bon sens. Stratégies, supports, messages, plans de diffusion sont ainsi articulés à partir de ce découpage. Or, cette méthodologie intuitive couplée à des impératifs budgétaires impose des campagnes dont on imagine fort bien qu’elles excluent une large partie des publics existants. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes lorsque l’on se situe dans une logique de communication publique, avec pour impératif officiel de s’adresser à tous les citoyens. Cette lacune devient encore plus problématique quand le travail de l’agence consiste à accompagner les dispositifs de concertation publique. En effet, le but affiché de ces derniers est de pallier certains dysfonctionnements de la démocratie en favorisant la prise de parole de tous les publics concernés par le projet soumis à concertation. En toute logique, il faudrait alors veiller à mettre en œuvre une information permettant à chacun de se saisir du projet et d’être en mesure de s’exprimer à son propos. Cependant, j’ai pu constater au cours de mes expériences l’absence constante de certains publics dans ces instances participatives. Les publics participants sont ceux-là même qui participent à la vie politique traditionnelle, quand les catégories sociales déjà exclues des dispositifs de participation politique classiques le demeurent dans la plupart des cas.

J’ai également observé une forme d’agitation autour de ces questions de publics. En effet, le milieu professionnel chargé d’organiser les concertations produit une réflexion fournie autour de la mobilisation de publics représentatifs. L’idéal d’une inclusion de tous les publics au processus est revendiqué et de nombreuses suggestions d’ordre normatif sont formulées en ce sens par les acteurs de ce champ professionnel. Citons pour exemple la Commission Nationale du Débat Public, qui a établi des règles méthodologiques de référence. Par ailleurs, ce que j’ai observé dans ma pratique professionnelle s’avérait assez éloigné de ces principes, puisque la structure qui porte son projet à concertation cherche, in fine, à le faire accepter dans les meilleures conditions pour elle. Ce point de départ, tout entier tourné vers l’aboutissement de la procédure, entrave la réflexion préalable à la mise en place du dispositif. Car l’enjeu réside alors dans une fine cartographie des publics, envisagée selon leur relation avec le projet. La communication est ensuite déployée en réponse à ces postures, celles-ci étant ainsi le principal critère pour reconnaître les publics. On le devine, cette démarche laisse de côté d’autres publics.

Ainsi, la recherche de la représentativité et de l’inclusion de tous les publics n’ont pas constitué, dans les expériences qui ont été les miennes, un critère majeur dans la formalisation du dispositif de concertation. L’écart entre la promesse concertative et la réalité mise en œuvre semblait alors prononcé. Pourtant, je n’ai cessé de constater combien les acteurs du monde de la concertation affichent leur souhait de « rénover la démocratie » et de « redonner confiance aux citoyens ». Mais, une fois la pratique à l’œuvre, la question de la représentativité des publics et des moyens de l’obtenir passe après celle de la mobilisation du public : l’approche quantitative prend alors le pas sur une approche qualitative.

Crédit photo: Reuters
Crédit photo: Reuters

 

L’approche sociologique : comment la construction des publics s’opère-t-elle dans le cadre d’une concertation ?

Ces expériences professionnelles ont forgé mon souhait d’aborder les publics de ces dispositifs participatifs en adoptant un regard sociologique. En effet, les questions de démocratie, de représentativité, de publics m’ont toujours particulièrement intéressée. Elles ont aiguillé mon parcours universitaire, mes précédents mémoires, mes choix professionnels. Elles continuent de m’inspirer, puisque j’ai de nouveau souhaité creuser ces thématiques au moment de rédiger un projet pour le Master 2. La formulation initiale de mon projet était la suivante : « je cherche à interroger les effets substantiels de la concertation : participe-t-elle à une plus-value de sentiment démocratique aux yeux des participants ? ». Je souhaitais analyser les transformations de la société civile dans son rapport à la démocratie. Pour cela, mon idée était de me concentrer sur une sociologie des participants et de travailler sur l’évolution de leur rapport à la démocratie au cours de leur participation.

Intermède : Un premier mémoire qui aborde la question participative et celle du public

Mon questionnement actuel a deux foyers originels : mon parcours professionnel, on l’a vu, avec une expérience dans les coulisses des dispositifs de concertation publique. J’y ajouterais mon mémoire de maîtrise, réalisé en 2002, dont le sujet approchait la notion de participation. En avril 2002, on s’en souvient, les élections présidentielles avaient apporté leur lot de stupeur et une déflagration particulière pour le Parti Socialiste. Alors au Celsa, en Maîtrise de Communication des institutions publiques, j’avais choisi d’étudier la communication interne au sein du Parti Socialiste pendant cette année post-défaite. Je voulais observer comment la crise était vécue par les militants et ce que la direction du Parti leur proposait comme outils pour y faire face. Le bouleversement suscité par la défaite de Lionel Jospin au premier tour, et plus encore par le passage de Jean-Marie Le Pen au second, avait décidé la direction du PS à ouvrir la parole aux militants. Dans une perspective de renouveau, de refondation, d’écoute, d’échange, de partage… Pour comprendre et imaginer le futur. Au terme de mon travail, mes conclusions montraient que cette écoute était très strictement cadencée, organisée, et combien la parole donnée avait très rapidement été reprise. Une forme d’instrumentalisation du public militant qui, j’ai pu m’en rendre compte par ailleurs, n’était pas dupe. C’était là mon premier rapport concret avec une expérience participative en train de se faire, et le début de mes interrogations sur les publics.

Depuis, mon approche a beaucoup évolué. Du fait de mes échanges avec mon directeur de recherche, j’ai progressivement déconstruit l’ensemble des jalons de ma réflexion pour aboutir à une deuxième formulation de question : « comment, si l’opinion la plus répandue promeut l’insincérité voire l’inutilité des démarches de concertation publique, expliquer la présence de participants individuels (hors association, parti politique, syndicat ou groupe constitué) aux réunions publiques ? En résumé, pourquoi ces personnes participent-elles quand même aux réunions publiques ? » Je me demandais quels sont les ressorts communs, sociaux et politiques, qui fondent leurs justifications rationnelles à une participation qui, elle, pourrait sembler irrationnelle.

Crédit image: Montgomery Flagg
Crédit image: Montgomery Flagg

 

L’observation participante  : une clé pour observer la participation ?   

Puis, un deuxième échange avec mon directeur m’a fait prendre conscience d’une clé qui se trouvait à ma disposition : j’ai la possibilité d’observer depuis l’intérieur les acteurs en charge de l’organisation des concertations. Je les connais, ce sont mes anciens collègues ou clients. Il m’est aisé de rentrer en contact avec eux. Dès la formulation de mon projet, j’avais trouvé mon terrain : une concertation menée par un maître d’ouvrage à propos d’une ligne de transport en commun majeure de la région Ile-de-France. Mon idée initiale était de mener la majorité de mes entretiens avec des personnes issues du public, d’assister à l’ensemble des réunions publiques puis d’interviewer quelques-uns des membres organisateurs. A ce stade, rappelons que je tenais à questionner le rapport des publics à la démocratie via leur expérience de la concertation publique. Mais, en me documentant sur les recherches publiées à propos des dispositifs participatifs, j’ai pris conscience de la multitude d’écrits existants d’une part, sur la question du couple démocratie/représentativité des concertations, d’autre part sur les publics (qui sont-ils, quelles sont leurs motivations à participer, comment participent-ils, ce que la participation a comme effets sur eux…). J’ai donc opéré un déplacement de ma question, après avoir constaté qu’il serait plus novateur – et plus stimulant – de saisir l’opportunité d’observer les acteurs-organisateurs des concertations publiques. Mon terrain reste le même en apparence, puisque je me concentre sur la même concertation publique, mais mon objet de recherche et ma problématique porteront sur ces acteurs en particulier. Mes entretiens, estimés à ce stade au nombre d’une dizaine, seront réalisés avec l’ensemble des acteurs impliqués de près ou de loin dans l’organisation du dispositif, car je cherche à couvrir l’espace de variation au sein de ce groupe. Je vais par ailleurs assister à toutes les réunions de travail en interne. Cela me permettra de compenser, en partie, le fait que je n’ai pas été autorisée à venir en observation dans leurs bureaux plusieurs jours par mois. Enfin, la formulation de mon énigme a évolué, pour coller à ce déplacement : je voudrais désormais interroger le rôle joué par les organisateurs de ces dispositifs quant à la question des publics participants. Puisque ce sont eux qui concrétisent l’offre et qui organisent la communication autour de cette dernière, sans doute leurs choix et leurs actions conditionnent-ils les types de publics participants. Alors qu’il existe une injonction formelle à réunir des participants représentatifs de la population concernée par le projet et que les organisateurs sont outillés pour organiser les concertations, pourquoi réunissent-ils toujours les mêmes typologies de publics ?

En résumé, j’ai évacué à ce stade de mes questionnements tout ce qui est directement lié à la notion de démocratie ou à la question des motivations/perceptions des publics. Je cherche désormais à observer comment les organisateurs construisent leurs publics, à l’aune de ce qu’ils jugent être une « bonne » concertation.

Quand le sociologue prend ses quartiers.

A propos de Colin Giraud, Quartiers gays, Paris, PUF, 2014.
Mathilde Caro est étudiante au sein du M2 « Sociologie générale » de l’EHESS. Elle propose dans ce billet une note sur l’ouvrage Quartiers gays de Colin Giraud. Cette note est augmentée de deux façons : d’abord, par la mise en perspective de l’ouvrage par rapport au travail de recherche menée par Mathilde Caro qui porte sur les rues Saint-Denis et Montorgueil ; ensuite, par une interview « flash » avec l’auteur permettant de revenir sur la genèse de ce travail, ainsi que sur les concepts et méthodes qu’il y déploie. Nous tenons à remercier ici les animateurs du carnet Zilsel (http://zilsel.hypotheses.org/) qui nous ont inspiré, entre autres choses, ce format de présentation des ouvrages de sciences sociales. 

Colin Giraud, Quartiers Gays. Paris, PUF, 2014.
Colin Giraud, Quartiers Gays. Paris, PUF, 2014.

Si les positions homophobes de certains mouvements et dirigeants politiques suite à la loi dite « Taubira » n’ont pas manqué de rappeler que l’homosexualité ne constituait pas en France en 2014 un fait social tout à fait banalisé, elle reste pourtant encore mal connue et relativement peu étudiée par les sciences sociales françaises. C’est dans cette brèche que s’inscrit Colin Giraud en s’intéressant dans cet ouvrage à des espaces urbains singuliers : les « quartiers gays ».Issu de sa thèse portant sur le rôle des populations gays dans les processus de gentrification à Paris et Montréal, le sociologue s’interroge sur les rapports d’influence entre une communauté et l’espace qu’elle investit. A travers une démarche comparative entre le Marais et le Village, il analyse les processus urbains, sociaux et culturels à l’œuvre dans ces espaces où les homosexuels sont « visibles dans la ville parce que visibles dans l’espace social » (p. 3). Des convergences internationales aux spécificités nationales et locales, Colin Giraud étudie ces quartiers gays et le processus de « gaytrification ». Il met ainsi au jour les rapports différenciés à la ville et à l’homosexualité de leurs résidents selon leurs trajectoires et expériences de socialisations.

Continuer la lecture de Quand le sociologue prend ses quartiers.

L’Ouscipo prend le large : une enquête collective à L’Ile-Saint-Denis

Développé au sein de l’EHESS, l’Ouscipo a vocation à développer des partenariats de recherche avec la société civile. Ces partenariats peuvent prendre la forme de travaux individuels (mémoires, thèses, etc.), mais aussi s’articuler à des activités d’enseignement sous la forme d’enquêtes collectives.

L’une des trois enquêtes collectives lancées depuis la rentrée 2014 au sein de la spécialité « Sociologie générale » s’inscrit dans ce cadre. Ce billet propose d’exposer le projet Ouscipo avant de donner à voir une de ces réalisations concrètes, à la fois outil d’initiation de la recherche par la recherche et forme innovante de collaboration entre des étudiant.e.s et des acteurs de la société civile. 

L’Ouscipo : au-delà de l’expertise et de la recherche auto-référencielle, inventer une nouvelle articulation entre recherche et société civile  

En janvier 2014, l’EHESS a donné naissance à un dispositif inédit et expérimental, l’Ouvroir de sciences sociales potentielles (Ouscipo). Sa mission : favoriser le développement des partenariats de recherche entre les étudiants de l’EHESS et des acteurs de la société civile.

C’est un ouvroir à double entrée, puisqu’il s’agit de favoriser à la fois l’ouverture des sciences sociales à la société civile, et l’ouverture la société civile aux sciences sociales. En cela, l’Ouscipo prend le contre-pied du diagnostic fataliste, trop souvent entendu, selon lequel les apports des sciences sociales n’intéresseraient plus les acteurs sociaux. C’est finalement un diagnostic rassurant, car il permet de ne pas s’interroger la responsabilité de nos propres pratiques de production et de diffusion de la recherche.

Continuer la lecture de L’Ouscipo prend le large : une enquête collective à L’Ile-Saint-Denis

Cent ans après la Première Guerre mondiale : réinterroger les violences du XXème siècle.

Entretien avec Ilan Lew et Daniel Bonnard à l’occasion de la parution du dossier thématique « Anthropologie historique des violences de masse ».

Ilan Lew et Daniel Bonnard (dir.), « Anthropologie historique des violences de masse », Émulations, n° 12, Février 2014.

Contact et élaboration des questions avec les interviewés : Laura Chartain. Révision de l’interview : Romain Juston ;  mise en ligne : Lucile Dumont.

Ce numéro de revue qui prend la forme d’un ouvrage collectif, présente les résultats de recherches novatrices de jeunes chercheuses et chercheurs en sciences sociales sur les violences de masse. Il est le résultat d’un travail en binôme d’Ilan Lew, qui réalise sa thèse  au CADIS/EHESS autour de témoignages d’auteurs de violences de masse et de Daniel Bonnard, qui termine sa thèse au International Research and Documentation Centre for War Crimes Trials de l’Université de Marburg (Allemagne) sur la répression des crimes contre l’humanité en Zone française d’occupation en Allemagne (1945-1949).

Peintures - Anthropohi violences

Continuer la lecture de Cent ans après la Première Guerre mondiale : réinterroger les violences du XXème siècle.

Un Master de Sociologie, et après ? La diversité des débouchés. Mercredi 5 mars 2014 de 9h à 17h au 105 bd Raspail.

 

 

 

PROGRAMME DE LA JOURNEE

 

La diversité des parcours (Amphithéâtre, 105 Bd Raspail) 9h – 12h30 

 

 

9 h 00 introduction de la journée

9 h 30 Enquête sur le devenir des étudiants de l’EHESS

– Le devenir professionnel des docteurs de l’EHESS, Mauricio Bustamente (Doctorant)

10h Les débouchés de la sociologie

– Association des anciens élèves et amis de l’EHESS (Alumni) André Grelon (DE EHESS)

– L’Association Française de Sociologie Delphine Serre (Professeure Paris 1)

11h L’enseignement des sciences économiques et sociales

– Les concours par Jennifer Bidet (responsable de la préparation à l’agrégation à l’ENS)

– Les expériences : Céline Véniat (en doctorat à l’Ehess) et Charles Mercier (M2 Soc Stat en

2011)

11h40 Expériences professionnelles d’anciens étudiants en sociologie

Anthony Chaufton (psychologue clinicien en association), Harold Astre (Directeur d’Hopital), Benoît

Céroux (Chargé de recherches à la CNAF), Nicolas Reynal (Consultant en affaires publiques)

12h30 Fin de la matinée

 

 

Parcours doctoral dans les centres de recherche de l’école (Salle des Lombards, 96 Bd Raspail) 13h30 – 17h00

 

13h30 Introduction de l’après midi

14h – 14h30 Aides à la mobilité et financements de la thèse, Véronique Conuau (DEVE)

14h30 – 17h L’intégration des doctorants dans les laboratoires de l’EHESS

CADIS, CEIAS, CEIFR, CEM, CERMES3, CESPRA, CESSP-CRPS, CETOBAC, CMH, CRAL, IMM, IRIS

17h Buffet de clôture (salle des artistes)

Journée organisée par la formation master Sociologie de l’EHESS

Compte rendu Journée d’études autour de Goffman

Journée autour de Goffman

Goffman et l’ordre de l’interaction

Institut Marcel Mauss – 21 octobre 2013. Conférence organisée dans le cadre du séminaire : « Relire la sociologie de Chicago » par Daniel Cefaï (CEMS-EHESS) et Howard Becker

Le 21 octobre 2013, s’est tenue à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales une journée de réflexion sur Erving Goffman. Les parutions en français de son livre Comment se conduire dans les lieux publics[i] et du collectif Goffman et l’ordre de l’interaction[ii] ont rassemblé, ce jour, Yves Winkin (ENS-Lyon), Daniel Cefaï (CEMS-IMM-EHESS), Carole Gayet-Viaud (CESDIP–CNRS) et Mathieu Berger (CriDIS-Université Catholique de Louvain), sous les présidences successives de Howard Becker et Danny Trom (LIER-IMM-CNRS). Ils nous ont présenté respectivement leurs analyses de la réception internationale et intergénérationnelle de Goffman, ont tiré quelques leçons de son travail sur l’ordre de l’interaction, de la civilité et de la normativité de l’être-en-public, et enfin ont explicité comment reprendre certaines de ses hypothèses dans une ethnographie de la participation.

 Nous proposons ici un court compte rendu de cette journée. Sans prétendre à un recueil exhaustif, nous vous présenterons les idées principales de chacune des interventions. Nous proposons également une bibliographie à laquelle se référer pour compléter ce compte rendu.

Intervention d’Yves Winkin :

« Erving Goffman, d’un siècle à l’autre, d’un continent à l’autre »

Yves Winkin ouvre la séance avec son analyse sur les raisons générales de la réception (transnationale, transcontinentale, transhistorique, transdisciplinaire) de l’œuvre goffmanienne, qu’il présente comme des hypothèses d’analyse.

En effet, Yves Winkin rappelle que Goffman lui-même prend des précautions en précisant qu’il est un homme blanc de la middle class des années 60, américain, et qu’il ne prétendait pas faire une théorie qui pourrait dépasser ces frontières[iii]. Cependant, Yves Winkin souligne que les théories de Goffman sont reprises dans plusieurs sociétés pourtant bien éloignées des terrains anglophones qu’il a observés, mais aussi dans des disciplines variées. Il est tant étudié en communication qu’en sociologie, en science politique, en psychologie, etc.

Pour expliquer cela, Yves Winkin évoque l’idée qu’il serait possible de reprendre l’hypothèse proposée par Jean-Elie Boltanski[iv] à propos de la réception d’Edward Sapir, à savoir que la formulation de ses phrases était telle qu’elles pouvaient être décontextualisées et être mobilisées dans différents contextes. Yves Winkin souligne la pertinence de cette hypothèse pour Sapir, auteur souvent utilisé en amorce de paragraphe ou en introduction. Pourtant, il réfute en partie cette hypothèse concernant Goffman, d’avantage utilisé « en profondeur » par ses multiples successeurs.

Dès lors, Yves Winkin va proposer sept raisons potentielles permettant de mieux comprendre la réception de Goffman.

Première raison : « une ethnographie dans »

« Goffman n’a jamais produit de texte ou de livre qui soit le simple compte rendu d’un travail ethnographique. Il a toujours pris appui sur ces terrains, que ce soit à Unst (terrain en 1949-1950), à Ste Elisabeth ou plus secondairement dans les casinos[v]. Il en décrit des situations en quelques phrase, jamais plus d’une demi-page, et sur cette base, il propose des élaborations théoriques d’emblée généralisantes »

Dans les premières pages de sa thèse (1953, non publiée), il y a une volonté systématique d’une ethnographie dans et non pas d’une ethnographie de. Autrement dit, il recueille différents matériaux agglomérés dans une élaboration générale, mais ne propose pas l’ethnographie d’un groupe social ou d’une institution spécifique.

Deuxième raison : la multiplicité des notions

« Tout en cherchant à construire une trame théorique, celle-ci n’est jamais à longue portée ». Dans Footnotes, en 1981, alors qu’il est président de l’American Sociological Association, Goffman écrit « je suis pour une théorie à basse portée » [vi]. « S’il y a œuvre théorique, c’est une œuvre qui est constituée de chapelets de toutes petites notions » précise Yves Winkin. En effet, se référant à l’index produit par Daniel Cefaï dans la traduction de Behavior in public places, Winkin souligne que l’on peut trouver une centaine de notions dans ce seul ouvrage. Ainsi, il propose que « lorsqu’une œuvre est constituée de toutes petites notions, on peut dire que leur granularité leur permet de passer à travers les parois temporelles, culturelles ou disciplinaires ».

Troisième raison : l’utilisation des métaphores

Yves Winkin rappelle que Goffman utilise un grand nombre de métaphores : le théâtre dans La mise en scène de la vie quotidienne[vii], qui revient dans Les cadres de l’expérience[viii], ou la métaphore de l’organisme broyeur dans Interpersonal Persuasion[ix], traduit partiellement dans Les moments et leurs hommes[x]. Dans cette dernière métaphore, « l’asile [est] comparé à un organisme qui avale les patients et les rejette littéralement comme des excréments ». Winkin propose l’utilisation de métaphores pour expliciter ses théories comme une raison de sa grande réception.

Quatrième raison : la flexibilité des notions

Yves Winkin reprend une phrase de Carl G. Hempel citée dans Le métier de sociologue de Bourdieu, Passeron et Chamboredon[xi], où le philosophe fait une association entre la disponibilité sémantique et la vertu heuristique. « C’est-à-dire, précise Winkin, que plus une notion est flexible, disponible sémantiquement, plus elle a des chances d’être utile pour la recherche. »

Cinquième raison : les contextes politiques et historiques

Le succès de Goffman en Italie et en France repose, pour Yves Winkin, sur une prise de conscience de l’Etat totalitaire qui correspond à l’institution totale, présentée dans Asiles[xii]. Cet ouvrage est le premier à être publié en France au début des années 70 et correspond, en effet, à l’époque des mouvements de revendications sociétales et politiques.

Sixième raison : la réception générationnelle

La sixième raison rejoint la précédente, mais insiste sur l’accueil générationnel. Après la traduction d’Asiles, Bourdieu continue à faire traduire un certain nombre d’ouvrages de Goffman. Le succès de la traduction d’Asiles au sein de la « génération 68 » va se perpétuer avec de nouvelles générations. Yves Winkin évoque notamment le fait que de nombreux étudiants demande aujourd’hui une traduction de Gender Advertisement[xiii].

Septième raison : la réception disciplinaire

Yves Winkin remarque que certains ouvrages de Goffman sont plus ou moins travaillés selon les disciplines étudiées. Il souligne que Stigmate est très présent dans la formation des travailleurs sociaux, alors que dans des études de Communication, c’est La mise en scène de la vie quotidienne qui y est lue depuis des dizaines d’années Ainsi, chaque discipline, semble-t-il à Winkin, a su trouver dans les travaux de Goffman, un héritage spécifique qui se perpétue dans les formations.

Conclusion

Yves Winkin conclut sa présentation sur des questions qui resteront en suspens, notamment quant aux limites de la réception de l’œuvre de Goffman. Ainsi, certains ouvrages, bien que traduits en français, restent en marge comme Les cadres de l’expérience, qui ne semble pas avoir été beaucoup utilisé, contrairement à la traduction allemande, bien antérieure à la version française. D’autres textes ne sont pas du tout traduits : Gender Advertisements, Strategic Interaction[xiv] et Encounters[xv], mais également la thèse de Goffman (1953), qui est pourtant essentielle pour comprendre la cohérence globale de son œuvre.

Winkin s’interroge également sur les raisons de la non-traduction de élèves de Goffman, comme Lyn Lofland (A World of Strangers[xvi]), Arlie Hochschild (The Managed Heart – Commercialization of Human Feelings[xvii] ) ou encore Carole B. Gardner (Passing By : Gender and Harassment[xviii] ).

Intervention de Daniel Cefaï

« L’ordre de l’interaction comme ordre public : quelques leçons de Goffman »

L’intervention de Daniel Cefaï, reprend les points clefs de la postface qu’il a écrit pour la traduction de Behavior in Public places. Il nous rappelle, tout d’abord, que l’ouvrage est publié en 1963, soit plus tard que La présentation de soi en 1959, Asiles en 1961, dans la lancée d’Encounters en 1961, et juste avant Stigmate en 1963. Le matériau empirique de Behavior in Public Places est recueilli de 1954 à 1957 à l’Hôpital Saint Elisabeth, lors des interactions urbaines que Goffman observe quotidiennement, ainsi que dans des extraits de manuels de savoir vivre. Goffman reprend également des éléments de sa thèse, soutenue en 1953, sur les îles Shetland et les notions qu’il y développe. Daniel Cefaï les liste: « performance, communication, région, équipe, façade, scène, coulisse, mise en scène, alignement d’action, réalisation dramatique, contrôle expressif, définition de soi » (p. 210).

Daniel Cefaï nous rappelle ainsi le contexte intellectuel de l’ouvrage, qui s’ancre dans la tradition de Chicago, entre une influence de l’anthropologie durkheimienne[xix] – enseignée par W. L. Warner[xx] et A. R. Radcliffe-Brown – et un héritage de G. H. Mead et de E. C. Hughes[xxi]. En effet, il souligne les références que fait Goffman à ses amis et collègues de l’époque, Fred Davis, au groupe réuni autour de Robert W. Habenstein, Gregory Stone, etc.

L’ordre de l’interaction comme ordre social

Cefaï précise cependant la singularité du travail de Goffman. « Dans la thèse de 53 comme dans le livre de 63, il pose les bases d’une enquête systématique sur l’ordre de l’interaction, (…) qui est un ordre de coprésence ». Celui-ci « a son autonomie, qu’on peut étudier en tant que telle et qui n’est pas l’ordre social au sens de l’ordre structurel, l’ordre fonctionnel ou l’ordre légal. L’ordre de l’interaction a ses propres règles du jeu. (…) Cet ordre d’interaction a sa propre dynamique d’auto-organisation, d’autorégulation et d’autodéfinition »[xxii].

Goffman ne cesse jamais de réfléchir sur la société toute entière, sans opposer le « micro » et le « macro ». « D’abord, nous rappelle Cefaï, [Goffman] substitue la société à l’étude des rôles et des statuts (…) il va jouer la carte d’une micro analyse de l’engagement situé ». À ce propos, Cefaï précise un des points selon lui cruciaux dans l’ouvrage de Goffman : « on ne peut pas déduire les places d’un certain nombre de participants à l’ordre de l’interaction, de positions supposées qu’ils auraient dans un ordre, qu’on appellerait aujourd’hui « structural » (…) L’ordre de l’interaction est celui qui assigne les rôles et les statuts à ceux qui y participent ». Daniel Cefaï nous propose alors un extrait d’Encounters, qu’il traduit en français lors de cette conférence, « il faut s’intéresser à ces séquences habituelles d’activités quotidiennes, qui s’ordonnent progressivement en ligne d’actions, coordonnées les unes avec les autres, dans l’accomplissement d’une seule activité conjointe, un circuit d’actions interdépendantes qui s’auto-entretient et s’auto-interrompt et que nous pourrions appeler un système d’activités situées ».

L’ordre de l’interaction comme ordre moral

Daniel Cefaï nous propose alors le deuxième point de son intervention. « L’enquête traite l’ordre de l‘interaction comme un ordre moral ». Goffman traite dans cet ouvrage du respect et du non-respect des propriétés situationnelles de l’engagement. La lecture d’un extrait de Comment se conduire dans les lieux publics permet d’étayer ce propos. « Les propriétés situationnelles ont un caractère moral, l’individu est obligé de les respecter ». Mais Goffman précise aussi que « comme toute règle morale, ces propriétés interactionnelles peuvent être transgressées (…) peuvent être instrumentalisées à des fins intéressées ».

L’ordre de l’interaction comme ordre de communication

En troisième point, Daniel Cefaï insiste sur l’ordre de l’interaction comme « un ordre de communication ». Il explique ainsi que « l’ordre de communication [chez Goffman] est un ordre de circulation, des échanges communicationnels, moyennant des idiomes discursifs mais aussi des idiomes corporels, Ces “actes de communications” sont visibles dans le corps, mais aussi dans les espacements entre les corps mais aussi dans les arrangements de la situation ». C’est l’idée d’ancrage écologique de l’ordre social, nous dit Cefaï, qui entre en résonance avec les recherches de Park à Chicago dans les années 1920.

Goffman et le projet d’une sociologie des situations, des rassemblements, des occasions

Daniel Cefaï propose en quatrième et dernier point de nous présenter « le projet d’une sociologie des situations, des rassemblements, des occasions de Goffman ». Les concepts mobilisés par Goffman dans son livre permettent de renouveler l’analyse des interactions. Pour cela, il nous invite à revoir quelques définitions[1]. Tout d’abord, celle du champ de la vie publique :

« Le domaine d’activités qui est engendré par les interactions en face à face, organisé par des normes de “mélange social”, un domaine qui recouvre les mariages, les repas de famille, les réunions professionnelles, les interactions de services, les marches forcées, les queues, les foules et les couples »

Puis Cefaï, précise la définition de rassemblements chez Goffman :

« Tout regroupement de deux personnes ou plus : les membres de ce regroupement incluent tous ceux qui, et seulement ceux qui, à un moment donné, se trouvent en présence immédiate les uns des autres »[xxiii]

Il poursuit avec la définition de la rencontre ( face engagement) :

« Un rassemblement centré, un rassemblement focalisé dans lequel il y a partage d’un foyer d’attentions perceptibles, cognitives ou affectives, et souvent un objectif d’action qui lie mutuellement les participants »

Daniel Cefaï propose également la définition de la notion de situation sociale dans le travail de Goffman, qu’il résume de la manière suivante :

« L’environnement des rencontres et des rassemblements, un espace temps qui se crée à travers le rassemblement et la rencontre avec engagement mutuel des membres qui prend fin quand s’en va la dernière personne restante »

Daniel Cefaï conclut ces citations, avec la notion d’occasion sociale qui précise celle de situation sociale :

« C’est un événement unifié, identifiable vis-à-vis duquel les participants entretiennent un ensemble d’attentes publiques et qui a son propre profil d’engagement avec ses moments forts, ses moments faibles, dans lesquels viennent s’entremêler un nombre variable de ligne d’action »

Conclusion

Si Goffman n’est ni un penseur du politique ni un activiste, conclut Daniel Cefaï, il n’en a pas moins de fines descriptions et de puissantes analyses de la questions de la hiérarchie des statuts et des inégalités au pouvoir. Sa postface énumère en particulier les multiples occurrences dans l’œuvre de Goffman de vignettes ethnographiques qui illustrent les asymétries de race et de genre, très travaillée à Chicago. Cefaï finit son exposé en insistant sur le fait que Goffman a une conception politique de l’ordre public. « L’ordre public est, précise Cefaï, l’inverse de l’ordre total de l’asile. Il y a une philosophie implicite de l’ordre civil dont les membres sont liés par un contrat implicite de communication qui recouvre une compréhension partagée d’un accord mutuel en acte. C’est un ordre civil, qui donne finalement accès au respect de soi et au respect d’autrui dans une tension entre exercice de la liberté et obligation de la solidarité ». La micropolitique de Goffman apparaît ainsi comme un compromis entre « une conception de la liberté négative, héritée du libéralisme politique » et « une conception durkheimienne de la solidarité, ressaisie concrètement, depuis les relations de coprésence dans des situations d’interaction ».

Intervention Carole Gayet-Viaud :

« Civilité et normativité de l’être-en-public chez Goffman »

Carole Gayet-Viaud s’est intéressée à Goffman à partir d’un travail sur la normativité à l’œuvre dans les côtoiements urbains. Son travail a donc fortement été marqué par Les rites d’interaction[xxiv], les deux volumes de La mise en scène de la vie quotidienne, ainsi que Comment se conduire dans les lieux publics.

Son travail a pris état « de l’embarras (…) qui accompagne aujourd’hui politiquement, les conceptions de la civilité. (…) Il y a deux positions idéologiquement opposées, mais ontologiquement solidaires, qui se partagent et se disputent l’interprétation de la crise contemporaine des civilités. D’un côté, une interprétation formaliste, qui pense que les apparences valent en elles-mêmes, même si elles ne révèlent pas un fond d’égalité réelle ; de l’autre, les tenants de la critique, qui dissocient également les apparences du fond, mais pour dénoncer la tromperie que constituent les apparences civiles, et dénoncer le fond (violent, pétri de rapports de domination) qui se cachent derrière ».Or, propose Carole Gayet-Viaud, « la théorie goffmanienne des civilités n’y est pas pour rien dans cet héritage contemporain et dans l’ambivalence actuelle des façons de concevoir la civilité et ses rites ».

Carole Gayet-Viaud insiste notamment sur l’importance du fait que la vision du public de Goffman « se dissocie de celle portée par la philosophie politique, notamment celle qu’on trouve chez Dewey ». La vision du public de Goffman est plutôt très marquée par l’idée de travail sur l’apparence et, ajoute Carole Gayet-Viaud, par l’idée d’une superficialité et même d’une facticité des apparences, que d’un travail fait en commun pour définir ce qui fait problème collectivement et comment y répondre. Le Goffman ici discuté par Gayet-Viaud, est donc plutôt « un Goffman où la question du public est marquée par une tyrannie de la seconde personne où la convenance est imposée de l’extérieur, par opposition à une vision plus Arendtienne du public, où c’est un “je agissant” qui s’avance parmi les autres pour défendre ce qu’il croit juste et vrai ».

Carole Gayet-Viaud appuie sa présentation sur une enquête ethnographique sur les côtoiements urbains[xxv], qu’elle a menée en région parisienne essentiellement, de 2000 à 2006 et qui a fait l’objet de sa thèse de doctorat à l’EHESS. Elle propose de définir la civilité comme « ce mode de réglage des rapports entre citadins/concitoyens, avec son épaisseur politique et morale, telle qu’elle peut être exprimée et mise à l’épreuve dans les interactions quotidiennes. Or, précise Carole Gayet-Viaud, si la définition du « rituel » que propose Goffman permet bien de cerner l’importance de ce qui se joue dans ces situations d’interactions quotidiennes, elle produit aussi des effets de clôture sur le questionnement possible sur ce que veulent dire ces situations. Cette définition insiste ainsi plutôt sur le sens des normes que leur seule application en situation ». Il existe donc, Carole Gayet-Viaud le souligne, un paradoxe dans la théorie de Goffman sur les échanges civils. « D’un côté, explicite-t-elle, il découvre l’importance du travail réalisé sur les apparences dans les situations de coprésence, mais de l’autre côté, il contribue, de manière assez régulière, à discréditer la portée même de ce que ce travail peut produire ».

Elle porte ainsi une critique à Goffman qui « refuse obstinément le statut de réalité aux apparences (…) sous prétexte qu’il y a un travail qui va produire les apparences qui est étayé par des conventions, il va en faire le lieu d’une facticité ».

Pour étayer son propos, Carole Gayet Viaud nous offre la lecture de quelques extraits des ouvrages de Goffman.

« En tant qu’acteur, les individus cherchent à entretenir l’impression selon laquelle ils vivent conformément aux nombreuses normes qui servent à les évaluer, eux-mêmes et leurs produits. Parce que ces normes sont innombrables et partout présentes, les acteurs vivent, bien qu’on puisse le croire dans un univers moral. Mais dans la mesure où ce sont des acteurs, se préoccupent des individus, c’est moins la question morale de l’actualisation de ces normes que la question amorale de la mise au point d’impressions propres à croire qu’ils sont en train d’actualiser ces normes. Leur activité soulève donc bien des questions morales, mais en tant qu’acteur, il ne s’y intéresse pas d’un point de vue moral, ils sont sous ce rapport des étiquetés de la moralité » [xxvi]

Un point que Carole Gayet-Viaud souligne est le fait que Goffman ait mis « l’inattention civile au cœur des interactions urbaines mais aussi au sommet. Autrement dit, toute sa théorie des civilités va être subordonnée à ce qui se définit souvent comme le modèle de la convention dans la civilité urbaine, à savoir la circulation, ordonnée autour de l’évitement des heurts ». De plus, elle remarque que, pour Goffman, il n’y a pas de nécessité de réflexivité, les rites d’interactions allant généralement de soi, « d’autant qu’il est beaucoup plus coûteux de ne pas se conformer aux normes que de s’y conformer ».

Carole Gayet-Viaud émet ainsi une critique à Goffman, qui « ne pense que peu ce à quoi les gens tiennent et ce qu’ils voudraient faire valoir les uns face aux autres en public, parfois difficilement. Il privilégie la dimension défensive des interactions (les rites « négatifs »), notamment en articulant l’orientation des échanges autour de la préservation de la face ». Dans cette perspective, « le public va être d’abord le lieu de l’exposition à autrui, au sens quasi étymologique du terme, précise Carole Gayet-Viaud, de « mise à la torture. (…) En effet, ajoute-t-elle, s’il y a certes chez Goffman la reconnaissance, furtive, d’une pente au rapprochement, nous retrouvons surtout son pendant : la préservation des menaces ». Pour illustrer cette critique, Gayet-Viaud donne l’exemple de l’enfant qui est assimilé pour Goffman au modèle du fou. « L’enfant va être défini simplement comme un être inachevé, n’ayant pas encore la sacralité requise pour bénéficier des rituels de civilité ». Au cours de son enquête sur les interactions urbaines, elle a pu, au contraire, repérer « une sociabilité particulière suscitée par la présence d’enfants en bas âge ». Elle souligne de ce point de vue l’aspect réducteur de l’approche de Goffman, qui porte une vision presque exclusivement négative des côtoiements urbains, et donne pour enjeu ultime aux interactions « l’innocuité du rapport à autrui, les civilités n’étant finalement qu’un instrument pour maintenir cette innocuité ». Elle propose alors « de renverser la perspective, et d’étudier aussi pour elle-même la pente au rapprochement, et ces situations où il n’y a pas d’arrière-pensée possible, ou bien celles où les arrière-pensées possibles sont désamorcées par certaines qualités de la situation et/ou certains efforts des personnes en présence. Les enfants ouvrent la voie à la considération de cette pente là et reconfigurent ainsi la façon d’envisager d’autres situations, au-delà du maintien à un niveau zéro du « rien ne se passe », qui serait la panacée de l’interaction entre inconnus ».

Carole Gayet-Viaud souligne enfin une autre différence entre ce que propose Goffman et ses propres observations et analyses des interactions urbaines. « Goffman affirme que les acteurs ont toujours tendance à éviter le conflit, à respecter les normes car l’inverse serait, selon lui, trop coûteux, et n’en vaudrait donc pas la peine. Les gens préfèreraient, selon lui, circuler et laisser faire que de disputer de ce qui est juste ou vrai. Du coup, il y a un sens commun très partagé sur la superficialité de ces échanges et l’idée que ce qui s’y joue est négligeable ; pourtant,précise-t-elle, dans les situations, les gens montrent leur attachement viscéral à ces enjeux (ces questions de principe, de respect), malgré le côté furtif et d’apparence anodin des situations de face à face entre gens qui ne se connaissent pas et ne se reverront plus. On voit qu’il y a quelque chose d’une vraie culture morale et politique à l’œuvre (…) qui s’éprouve. C’est-à-dire, conclut-elle, les personnes en situation se demandent, hésitent, voudraient comprendre, définir leur responsabilité en tant que personnes présentes dans les situations ».

Intervention de Mathieu Berger :

« Behavior in Civic Places. Goffman et l’ethnographie de la participation »

Sans s’intéresser à des activités proprement politiques, Goffman propose des notions auxquelles Mathieu Berger a eu recours pour analyser des dispositifs de démocratie participative, notamment dans le développement urbain et l’aménagement du territoire. Berger mène une enquête depuis 2004 en Belgique dans les dispositifs appelés « des contrats de quartier », qui s’inscrit dans « un programme de rénovation urbaine et de revitalisation urbaine participative »[xxvii]. Depuis 2012, il mène également une enquête ethnographique aux Etats-Unis sur les questions des prises de parole citoyenne dans le cadre des conseils municipaux.

Afin de saisir l’importance du choix de mobiliser Goffman dans son travail, Berger revient sur le point de départ de son enquête. En 2003, il anime des réunions dans une association en Belgique, et se retrouve alors engagé comme acteur de ces processus participatifs dans ces projets dans les secteurs de l’action publique, de la santé, de la jeunesse et de l’urgence sociale.

Il s’est ainsi retrouvé à chercher l’impact des interventions des citoyens pa p ppooofhf r rapport aux discussions mais aussi aux prises de décisions. Mathieu Berger découvre que les individus se retrouvent face à des évènements très institutionnalisés, dans lesquels « les personnes sont invitées à s’engager dans des « situations pièges » [xxviii] (…) des situations dans lesquels les discours des participants ont toutes les chances d’échouer, risquent à tout moment d’être discrédités, voire ridiculisés ».

Ces différents problèmes amènent Mathieu Berger à quitter l’association et à entamer une enquête dans différents « dispositifs participatifs » des politiques de la ville, où la prise de parole citoyenne se trouve le plus souvent entravée ou mise en échec. Il les décrit d’abord du côté des organisateurs en charge de la mobilisation. Il s’agit alors pour lui « de saisir les opérations de cadrage et les techniques de maitrise des impressions à travers lesquelles la participation est mise en discours et mise en scène, alors que l’influence citoyenne de ce projet reste très minimale dans les faits ». Il décrit également les épreuves du côté des citoyens, en mobilisant la notion de cadre (frame analysis). Il s’intéresse ainsi à la façon dont ces cadres sont constamment transgressés par les citoyens pour en évaluer le caractère très peu praticable.

Mathieu Berger nous propose d’approfondir deux points au cœur de sa recherche sur la prise de parole dans les espaces publics institutionnels : la question de la vulnérabilité des personnes et la vulnérabilité de l’expérience démocratique.

Il remarque d’abord que dans toute assemblée participative, l’auditoire se compose d’individus non ratifiés et d’individus considérés comme participants ratifiés à des titres différents. Ainsi, dans les contrats de quartier, certains participants sont présents comme « simples habitants » quand d’autres apparaissent en « délégués des habitants. ». Dans le cadre des assemblées observées aux Etats-Unis, Mathieu Berger distingue deux types de participants : « ceux qui vont être invités par les conseillers municipaux, généralement invités à la tribune dans des dispositions favorables et souvent même célébrés » et ceux qui vont prendre la parole en fin de réunion. Il y aura ainsi des droits différents d’accès et de parole à la réunion, précise Berger.

Lorsqu’il s’intéresse à la grande vulnérabilité des engagements de parole des « simples citoyens » (ces participants non spécialistes, non mandatés, qui ne sont pas particulièrement conviés à prendre la parole ni soutenus par l’institution lorsqu’ils le font), Mathieu Berger emprunte les catégories de Stigmates. Il est en effet possible de distinguer les « participants discrédités » et les « participants discréditables ».

On parlera de « participant discrédité » « quand pour s’apercevoir de l’échec de sa participation, il suffit de diriger notre attention visuelle vers cette personne ». Il illustre sa réflexion en prenant exemple de la prise de parole dans les réunions participatives aux Etats-Unis : Avant même d’avoir pris la parole, un individu se déplaçant de sa chaise à la tribune peut être discrédité par une allure, un accoutrement, des mouvements et des gestes trop lents ou trop brusques, etc. Le caractère haut en couleur, hors-norme, la folie qu’il laisse transparaître est immédiatement perçue par l’auditoire, cela avant même la prise de parole, en deçà du discours. À ce propos, Berger nous rappelle la notion goffmanienne de « “Condition de Félicité”, c’est-à-dire avant même de satisfaire aux règles pratiques que suppose l’engagement dans la discussion, il s’agit de satisfaire à une grammaire de la normalité ». Ces processus de stigmatisation posent une question qui est souvent esquivée par les théories de la démocratie celle de « l’identification de citoyens de seconde zone et de leur participation ». Berger illustre ce problème en évoquant certains de ces participants hors norme, hauts en couleurs, qui manifestent des signes de folie, ou parfois d’ébriété, qu’il a interviewés, et qui sont catégorisés par les personnes en charge du participant comme des gadflies (« mouches du coche »). Certains, comme pour les personnes stigmatisées chez Goffman, en tirent de la fierté ; d’autres, de la honte.

À côté des participants discrédités, il y a « les personnes discréditables, qui en prenant la parole dans des conditions défavorables, prennent le risque considérable, de se montrer publiquement incapables et d’être discrédités en tant que possibles acteurs des politiques de la ville ». Mathieu Berger nous propose alors une typologie des engagements ratés, qui tient à certaines règles qui ont été transgressées. « La compétence citoyenne ne serait alors ici, poursuit Mathieu Berger, pas moins une compétence discursive ou d’argumentation, qu’une compétence de contextualisation qui en l’occurrence est plurielle dans la mesure où elle porte sur différentes dimensions contextuelles, sur différents niveaux du cadre »

Mathieu Berger nous présente ensuite, à partir de trois cas de figure, la question de « la vulnérabilité de l’expérience démocratique aux engagements malheureux ou ravageurs » :

–       La question des ruptures de cadre majeures, où la situation s’effondre littéralement.

–       La mise en suspens de l’activité démocratique (ou virtualisation de la participation) : « On va montrer comment, précise Berger, les acteurs essaient de faire cohabiter constamment un cadre interactionnel qui ressort dans la démocratie représentative et un autre cadre interactionnel ressortant de la démocratie participative. Les échanges ne peuvent alors se pratiquer que sur cette ambigüité interactionnelle et chaque tentative d’actualiser un type de rapport qui ressortirait d’un cadre ou de l’autre tend à interrompre la participation ».

–       L’introduction d’un second degré dans l’activité démocratique (ou modalisation de la participation). « Devant l’échec de cette participation institutionnelle en assemblée, on retrouve toute une série d’expérimentations sur le mode du ludique (…), ou sous la forme de la mise en scène cérémonielle ».

 

Bibliographie du compte rendu :

Berger M., 2011, « Micro-écologie de la résistance. Les appuis sensibles de la parole citoyenne dans une assemblée d’urbanisme participatif à Bruxelles », in Berger M., Cefaï D., & Gayet-Viaud C., (dir.), Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles: Peter Lang (« Action publique »).

Berger M., Cefaï D., & Gayet-Viaud C., (dir.), 2011, Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles: Peter Lang (« Action publique »).

Berger M., 2012, « Mettre les pieds dans une discussion publique. La théorie goffmanienne des rôles communicationnels appliquée aux assemblées de démocratie participative », in Cefaï D. & Perreau L. (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: CEMS et Amiens : CURAPP.

Berger M., à paraître, Les cadres de l’expérience démocratique. Enquête sur les voix citoyennes dans un dispositif de démocratie technique à Bruxelles, Bruxelles: P.I.E. Peter Lang (« Action publique »).

Bourdieu P., Chamboredon J.-C. & Passeron J.-C., 2005, Le métier de sociologue: Préalables épistémologiques. 5e édition. Berlin ; New York: Mouton de Gruyter, (« Les Textes sociologiques »).

Cefaï D. & Perreau L. (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: CEMS et Amiens : CURAPP.

Cefaï D., & Gardella E., 2012, « Comment analyser une situation ? De Frame Analysis à Forms Of Talk », in Cefaï D. & Perreau L. (dir.), Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: PUF et Amiens : CURAPP, pp. 230-263.

Cefaï D., 2013, « L’ordre public. Micropolitique de Goffman », Postface à E. Goffman, 2013 Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris: Economica, (« Etudes sociologiques »), pp. 207-288.

Gardner C.B., 1995, Passing By: Gender And Public Harassment. Berkeley: University of California Press.

Gayet-Viaud C., 2009, « La femme autonome et l’homme galant. Intransigeances du respect et acrobaties de l’égard dans la civilité urbaine », in Jouan M. et Laugier S. (dir.), Penser l’autonomie, Paris : PUF, (« Éthique et philosophie morale »).

Gayet-Viaud C., à paraître, La civilité. Enquête sur les formes élémentaires de la coexistence urbaine, Paris: Economica, (« Études sociologiques »).

Goffman E., 1953, Communication Conduct In An Island Community, thèse de doctorat, département de sociologie, Université de Chicago.

Goffman E., 1957, « Interpersonal Persuasion », In B. Schaffner, Group Processes: Transactions Of The Third, New York, pp. 117-193.

Goffman E., 1968, Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Trad. de Asylums : Essays On The Social Situation Of Mental Patients And Other Inmates, par L. Lainé & C. Lainé, Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

Goffman E., 1970, Strategic Interaction. Philadelphia: University of Pennsylvania Press.

Goffman E., 1972, Encounters: Two Studies In The Sociology Of Interaction. Harmondsworth: Penguin.

Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne 1, La présentation de soi, trad. de The Presentation Of Self In Eeveryday Life, par Accardo A., Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

Goffman E., 1979, Gender Advertisements. 1st Harper Colophon ed. Harper Colophon Books. New York: Harper & Row.

Goffman E., 1981, « Program Committee Encourages Papers On Range Of Methodologies », American Sociological Association Footnotes, vol. 9/August, n°6.

Goffman E., 1991, Les cadres de l’expérience. Trad. de Frame Analysis : An Essay Of The Organization Of Experience, par I Joseph, M. Dartevelle et P. Joseph, Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

Goffman E., 2001, Les Rites d’interaction, trad. de Interaction Ritual par A. Kihm, Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

Goffman E., 2013, Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, trad. de Behavior In The Public Places : Notes On The Social Organization Of Gatherings, par D. Cefaï, Paris: Economica, (« Etudes sociologiques »).

Hochschild A.R., 2012, The Managed Heart. Commercialization Of Human Feeling. Berkeley: University of California Press.

Lofland L.H., 1985, A World Of Strangers : Order And Action In Urban Public Space. Prospect Heights, Ill.: Waveland Press.

Sapir E., 1976, Linguistique, trad. par J.-É. Boltanski & N. Soulé-Susbielles, Paris: Minuit, (« Le Sens Commun »).

Smith G. & Winkin Y., 2012, « Comment devenir un chercheur interstitiel. W. Lloyd Warner, premier mentor d’Erving Goffman » in Cefaï D. & Perreau L. (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: CEMS et Amiens : CURAPP.

Vienne P., 2012, « L’énigme de l’institution totale. Revisiter la relation intellectuelle entre Everett C. Hughes et Erving Goffman » in Cefaï D. & Perreau L. (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: CEMS et Amiens : CURAPP.

Winkin Y. (ed.), 1980, La nouvelle communication, Paris: Seuil, (« Points Essais »).

Winkin Y., & Goffman E., 1988, Les moments et leurs hommes, Paris: Seuil/Minuit, (« Points Essais »).

Winkin Y., 2001, Anthropologie de la communication. De la théorie au terrain, Paris: Seuil (« Points Essais »).


[1] Explicitées dans Cefaï D., « Postface » in Goffman E., 2013, op. cit., p. 235-236.

[i] Goffman E., 2013, Comment se conduire dans les lieux publics, trad. de Behavior in the Public Places : Notes on the Social Organization of Gatherings par D. Cefaï, Paris: Economica, (« Etudes sociologiques »).

[ii] Cefaï D. & Perreau L. (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris: CEMS et Amiens : CURAPP.

[iii] Goffman, 2013, op. cit., p.7.

[iv] Sapir E., 1976, Linguistique, trad. par J.-É. Boltanski & N. Soulé-Susbielles, Paris: Editions de Minuit, (« Le Sens Commun »).

[v] Goffman introduit Comment se conduire dans les lieux publics en explicitant que ces analyses sont tirées de ses enquêtes ethnographiques aux îles Shetland et à l’Hôpital psychiatrique de Saint Elisabeth, mais aussi d’observations d’interactions dans les lieux publics ou de prescriptions tirées de manuels de savoir-vivre (p.6).

[vi] Goffman E., 1981, « Program Committee Encourages Papers on Range of Methodologies », American Sociological Association Footnotes, vol. 9, n°6August.

[vii] Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne 1, La présentation de soi, trad. de The Presentation Of Self In Everyday Life, par A. Accardo, Paris: Éditions de Minuit, (« Le Sens commun »).

[viii] Goffman E., 1991, Les cadres de l’expérience. Trad. de Frame Analysis : An Essay Of The Organization Of Experience, par I. Joseph, M. Dartevelle et P. Joseph, Paris: Les Editions de Minuit, (« Le Sens commun »).

[ix] Goffman E., 1957, « Interpersonal Persuasion », In B. Schaffner, Group Processes. Transactions Of The Third, New York, p. 117-193.

[x] Winkin Y., & Goffman E., 1988, Des moments et leurs hommes, Paris: Seuil (« Points Essais »).

[xi] Bourdieu P., Chamboredon J.-C. & Passeron J.-C., 2005, Le métier de sociologue: Préalables épistémologiques. 5e édition. Berlin ; New York: Mouton de Gruyter, (« Les Textes sociologiques »).

[xii] Goffman E., 1968, Asiles : Etudes sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Trad. de Asylums : Essays On The Social Situation Of Mental Patients And Other Inmates, par L. Lainé & C. Lainé C., Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

[xiii] Goffman E., 1979, Gender Advertisements. 1st Harper Colophon ed. Harper Colophon Books. New York: Harper & Row.

[xiv] Goffman E., 1970, Strategic Interaction. Philadelphie: University of Pennsylvania Press.

[xv] Goffman E., 1972, Encounters: Two Studies In The Sociology Of Interaction. Harmondsworth: Penguin.

[xvi] Lofland L.H., 1985, A World Of Strangers : Order And Action In Urban Public Space. Prospect Heights, Ill.: Waveland Press.

[xvii] Hochschild A.R., 2012, The Managed Heart Commercialization Of Human Feeling. Berkeley: University of California Press, http://site.ebrary.com/id/10555078.

[xviii] Gardner C.B., 1995, Passing By: Gender And Public Harassment. Berkeley: University of California Press.

[xix] Daniel Cefaï fait référence ici au chapitre 12 de l’ouvrage : « Structures et fonctions des propriétés situationnelles », pp. 165-168.

[xx] À propos du rapport de Goffman à Warner, voir Smith G. & Winkin Y., 2012, « Comment devenir un chercheur interstitiel. W. Lloyd Warner, premier mentor d’Erving Goffman » in Cefaï & Perreau., op. cit.

[xxi] À propos du rapport de Goffman à Hughes, voir Vienne P., 2012, « L’énigme de l’institution totale. Revisiter la relation intellectuelle entre Everett C. Hughes et Erving Goffman » in Ibid.

[xxii] La citation exacte de Goffman est la suivante : « Pour faire bref, un ordre social peut être défini comme la conséquence de tout ensemble de normes morales qui régulent la façon dont des personnes poursuivent leurs objectifs. Cet ensemble de normes ne spécifie pas les finalités que poursuivent les participants, ni le schéma formé par la composition ou l’intégration de ces finalités les unes avec les autres. Il concerne seulement les modalités de leur visée » Goffman, 2013, op. cit., p.10.

[xxiii] Ibid., p. 18

[xxiv] Goffman E., 2001, Les Rites d’interaction, trad. de Interaction Ritual par A. Kihm, Paris: Minuit, (« Le Sens commun »).

[xxv] Gayet-Viaud C. (à paraître), La civilité. Enquête sur les formes élémentaires de la coexistence urbaine, Paris: Economica (« Études sociologiques »). Pour un article de synthèse voir : Gayet-Viaud C., 2011, « La moindre des choses. Enquête sur la civilité urbaine et ses péripéties », in BEGER M., CEFAÏ D., Gayet-Viaud C., (dir.), Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble. Paris : Economica.

[xxvi] Goffman, 1973, op. cit. p. 237.

[xxvii] Berger M. (à paraître), Les cadres de l’expérience démocratique. Enquête sur les voix citoyennes dans un dispositif de démocratie technique à Bruxelles, Paris : Economica.

[xxviii] Il reprend ici la notion de Goffman de cadre piégé de l’expérience in Goffman, 1991, op. cit.

Appel à communications

 « Le travail dans tous ses états »

Journée d’étude des jeunes chercheurs en sociologie de l’ehess

(20 mai 2014 – 105 bd. Raspail, 75006 Paris)
ams.ehess@gmail.com | jesocio.hypotheses.org

Depuis 2012, l’Atelier des Masterants de Sociologie (AMS) propose aux étudiant(e)s de se rencontrer afin de croiser et enrichir leurs recherches. Il organise cette année une journée d’étude afin de permettre aux jeunes chercheur(e)s du master sociologie de confronter et discuter leurs travaux. Cette journée d’étude abordera « le travail dans tous ses états ».

Le travail fut une des premières préoccupations de la sociologie comme discipline naissante, que ce soit en France (Durkheim, 1893), dans le monde anglo-saxon (Veblen, 1899) ou en Allemagne (Marx, 1867 ; Weber, 1905). Composante primordiale dans des sociétés nouvellement industrialisées, son étude permet de mieux appréhender aujourd’hui une période de profondes mutations.

Dans ce contexte, les approches du travail se multiplient et se croisent, se constituant parfois en courant ou en école de pensée. Certaines approches, davantage centrées sur l’organisation du travail (Ballé, 2009 ; Lomba, 2010), cherchent avant tout à comprendre l’ajustement des fonctions et relations au sein d’une entreprise, d’une administration, ou autres formes d’organisation. D’autres approches s’intéressent plus à la dimension communautaire regroupant les individus dans des professions (Champy, 2009, 2011). Elles rendent notamment compte des trajectoires dans et en dehors du travail, et du contexte social plus global dans lequel cette activité s’inscrit. Les recherches relevant de la sociologie du travail ne se réduisent cependant pas à ces deux orientations. Des approches mixtes croisent tant les outils analytiques que les méthodes de collectes de données afin de proposer une vision globale de leurs objets de recherches (Zimmermann, 2011). Certain(e)s auteur(e)s passent par l’analyse du travail pour s’interroger plus généralement sur les structures ou les processus constitutifs de nos sociétés contemporaines (Castel, 1995 ; Boltanski, Chiapello, 1999 ; Menger, 2011). Notons enfin que les approches du travail croisent aujourd’hui très régulièrement les autres domaines de la sociologie, comme par exemple les recherches sur le genre (Guillaume, Pochic, 2009), sur la technique (Grelon, 2007), ou encore sur le journalisme (Lemieux, 2000).

Cette multiplicité des perspectives rend la tâche difficile au chercheur qui doit se positionner. Elle l’interroge sur le sens à donner au travail dans le cadre de sa propre recherche et, plus généralement, à la place de cette notion tant en sociologie que dans la société dans son ensemble. Afin de tenter de répondre à ces interrogations et d’engager la problématisation de cette notion, nous proposons d’examiner dans cette journée la question suivante :

Quel(s) usage(s) les sociologues font-ils de la notion de travail ?

Pour ce faire, les contributeurs(rices) sont invités à inscrire leurs propositions dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants :

 1 – Le travail : quelles activités, quelles approches ?

2 – De l’objet et de la méthode : comment décrire le travail ?

3 – Le travail : quelle(s) montée(s) en généralité ?

Bien entendu, ces axes ne sauraient apporter une réponse exhaustive, ni épuiser la richesse de ce domaine et de ses usages. Cette journée ne visera donc pas tant à rechercher un consensus autour de la définition du « travail » en sociologie, qu’à échanger sur les conceptions et les utilisations pratiques des chercheurs pour appréhender cette notion complexe. Ainsi, ce programme reste ouvert à toute autre proposition qui irait dans le sens de cette entreprise.

Axe 1 – Le travail : quelles activités, quelles approches ?

La multiplicité des productions scientifiques pouvant relever de la sociologie du travail fait de ce domaine une source importante d’inspirations pour les chercheurs. Ainsi, il est possible de procéder à une étude de tout type de travail, des plus légitimes (Parsons, 1951) aux moins acceptés (Thrasher, 1928 ; Sutherland, 1937 ; Gold, 1952). Il est même possible d’appliquer ces outils à des activités ne relevant a priori pas d’un travail (Becker, 1985), ou dont le classement dans la catégorie de travail fait l’objet d’une controverse (Hely, 2008). Plus généralement, à travers une description des processus de classement, de qualification ou de légitimation du travail, les contributeurs(trices) pourront montrer que ces derniers peuvent émaner tant du chercheur que des acteurs observés.

Axe 2 – Objet et de méthode : comment décrire le travail ?

Au delà de cette pluralité d’usages de la notion de travail en sociologie, il apparait pertinent de discuter des choix de méthodes et d’analyser les coulisses de l’enquête. En effet, si le positionnement théorique permet d’expliciter et justifier une manière d’appréhender le travail, il est nécessaire de décrire les raisons qui ont guidé ce choix. Les contributeurs(rices) sont donc invité(e)s à rendre compte de la définition de leur terrain, de leur recueil ou construction de données, de leur rapport aux enquêtés et de leur processus d’analyse afin d’en mesurer les implications dans leur approche du travail. La mise en récit de cette dimension d’une recherche en cours ou achevée, revenant sur les réussites et les échecs d’un terrain et de son approche, permettra d’initier une discussion sur les différentes manières de décrire le travail.

Axe 3 – Le travail : quelle(s) montée(s) en généralité ?

L’extrême fragmentation de la littérature sociologique autour du travail ne menace pas pour autant, par la collection d’études de cas, la montée en généralité. Celle-ci demeure possible tant au niveau des pratiques individuelles de la profession (Hochschild, 2012) que de la société. Elle peut concerner l’activité décrite (Zimmermann, 2011) ou d’autres éléments qui permettent de révéler les cadres cognitifs des sociétés industrialisées (Zolesio, 2012). Dans un cas comme dans l’autre, elle permet une réflexion plus large sur des processus sociaux (Touraine, 1973 ; Castel, 1995 ; Boltanski, Chiapello, 1999). Les contributeurs(rices) sont ainsi invité(e)s à évoquer les degrés de montée en généralité possibles de leur recherche.

Chacun des axes proposés suppose une approche réflexive des chercheur(e)s, invité(e)s à dénaturaliser la présence du travail dans toutes les dimensions de leurs travaux. Ils/Elles peuvent donc orienter plus ou moins leur contribution en vue d’interroger le métier de sociologue au même titre que les autres activités, comme forme aboutie de la montée en généralité. Il sera également intéressant de chercher à situer les travaux présentés dans le champ disciplinaire et les impacts possibles sur les résultats.

En invitant les contributeurs(rices) à échanger sur ces différents axes, nous espérons pouvoir, à l’issue de cette journée, mieux prendre conscience et mieux comprendre quel est aujourd’hui l’impact du domaine sur le travail des chercheur(e)s.

 

Propositions de contribution :

Les propositions de contribution (2000 signes au maximum, bibliographie exclue) doivent être adressées aux organisateurs (ams.ehess@gmail.com), en français ou en anglais, au plus tard le 7 mars 2014. Chaque communication durera 15 minutes et fera l’objet d’une discussion.

Il est possible de proposer une communication à plusieurs auteurs.

Merci de ne pas oublier dans la proposition les mentions suivantes : Nom(s) et prénom(s) de(s) (l’)auteur(es), établissement, cursus en cours, directeur de mémoire/thèse, email.

Après décision du comité d’organisation et annonce aux auteurs (19 mars 2014), il sera demandé aux participants de communiquer les textes complets (15 000 signes bibliographie comprise, en français ou en anglais) au comité avant le 1er mai 2014. Ces documents permettront tant de réunir les présentations en différentes sessions que de les envoyer aux discutant(e)s de chacune de ces sessions.

Calendrier :

10 mars 2014 : date limite d’envoi des propositions.

19 mars 2014 : retours des comités d’organisation et scientifique.

1er mai 2014 : date limite d’envoi des versions finales des communications sélectionnées.

20 mai 2014 : journée d’étude de 9h à 17h en amphithéâtre François Furet, 105 bd. Raspail.

 

Comité d’organisation :

Mehdi Arfaoui, Marion Ink, Pierre Nocerino, Pierre-Louis Rolle, Samuel Thomas (ams.ehess@gmail.com).

 

Comité scientifique :

Coordonné par Nicolas Dodier, responsable du master de sociologie, le comité scientifique sera annoncé en même temps que le programme.

 

Bibliographie indicative :

Akrich, M., Callon, M., Latour, B., 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris: Presses de l’école des Mines, coll. « Sciences Sociales ».

Arond, H., Weinberg, S. K., “The Occupational Culture of the Boxer”, American Journal of Sociology, 5/1952, (n° 57), pp. 460-469.

Ballé, C., 2009, Sociologie des organisations, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

Becker, H. S., 1963 [1985], Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris: Métailié, coll. « Leçons de choses ».

Boltanski, L., Chiapello, È., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris: Gallimard, col « NRF essais ».

Castel, R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris: Gallimard, coll. « Folio ».

Champy, F., 2009, La Sociologie des professions, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige, Manuels ».

Champy, F., 2011, Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris: Presses Universitaires de France, Coll. « Le lien social ».

Durkheim, E., 1893 [2007], De la division du travail social, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine ».

Gold, R., “Janitors versus Tenants: A Status-Income Dilemma”, American Journal of Sociology, 1952, (n° 57), pp. 486-493.

Grelon, A., “French Engineers: Between Unity and Heterogeneity”, History of Technology, 27/2007, pp. 107-124.

Guillaume, C., Pochic, S., “What would you sacrifice? Access to top management and the work/life balance”, Gender, Work and Organization, 16/2009, (n°1), pp.14-36.

Hély, M., “À travail égal, salaire inégal : ce que travailler dans le secteur associatif veut dire”, Sociétés contemporaines, 1/2008, (n° 69), pp. 125-147.

Hochschild, A.-R., 2012, The Managed Heart Commercialization of Human Feeling, Berkeley: University of California Press.

Lomba, L., “Les petites mains des petites entreprises : gestion informelle et fractures ouvrières” Sociologie du travail, 52/2010, (n° 4), pp. 503-520.

Lemieux, C., 2000, Mauvaise presse : Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris: Métailié, coll. « Leçons de choses ».

Marx, K., 1867 [1993] Le capital, Paris: Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige ».

Menger, P.-M., 2011, Les intermittents du spectacle. Sociologie du travail flexible, 2e édition augmentée, Paris: Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Cas de figure ».

Parsons, T., 1951 [1991], The Social System, Londres: Routledge.

Sutherland, E., 1937, The Professional Thief, University of Chicago Press.

Thrasher, F., “How to Study the Boys’ Gang in the Open”, Journal of Educational Sociology, 1/ Jan., 1928, (n° 5), pp. 244-254.

Touraine, A., 1973, Production de la société, Paris: Editions du Seuil, coll. « Sociologie ».

Veblen, T., 1890 [1970] Théorie de la classe de loisir, Paris: Gallimard, coll. « Tel ».

Zimmermann, B., 2011, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris: Economica, coll. « Etudes sociologiques ».

Zolesio, E., 2012, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, coll. « Le Sens Social ».

La Mystique de la croissance : comment s’en libérer ?, de Dominique Méda

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteurs du billet: Medhi Arfaoui, Annabelle Bonnet, Emeline Derrian, Sara Moscardini, Stéphanie Perrin, Virginia  antilli, Noémie Vergier, Elodie Voisin.

Master Sociologie, EHESS, Paris.

****************************************************************************

I) Dominique Méda : une auteure interdisciplinaire et engagée

Dominique Méda, normalienne, agrégée en philosophie a débuté sa carrière à l’Inspection Générale des Affaires Sociales et est devenue responsable de la Mission Animation de la Recherche à la DARES. Elle est actuellement professeure de sociologie à Paris Dauphine et chercheuse à l’Irisso (Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales) de même que Titulaire de la chaire «Reconversion écologique, travail, emploi, Politiques sociales » au collège d’études mondiales (FMSH).

Ses principaux domaines de recherche sont le travail et la place de ce dernier dans la société, les politiques sociales, les indicateurs de richesse et les femmes notamment en relation à la sphère professionnelle. Sa publication en 1995 de l’ouvrage Le travail. Une valeur en voie de disparition ?, traite de ces sujets.

En 1999, Méda publie Qu’est-ce que la richesse ?, une analyse très critique de la définition du concept de richesse dans nos sociétés, et des outils de mesure utilisés. Dix ans plus tard, en 2008, elle revient sur le thème des indicateurs de richesse dans Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse. Quelques années auparavant, elle avait effectué avec Alain Lefebvre des comparaisons entre les modèles sociaux en Europe, afin de mettre en perspective les dysfonctionnements du modèle français dans Faut-il brûler le modèle social français ? (publié en 2006).

Elle a également travaillé tout au long de sa carrière sur les questions d’égalité hommes/femmes au travail en publiant, en 2001, Le Temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles de même qu’en participant au Rapport en 2005 intitulé Les inégalités entre les femmes et les hommes : les facteurs de précarité.

Enfin avec les ouvrages collectifs Redéfinir la prospérité et Les chemins de la transition de 2011, Méda entame une réflexion sur une économie de la qualité, une prospérité sans croissance et une nouvelle définition et répartition des richesses. Au-delà de ses publications, Dominique Méda a été l’un des membres fondateurs du Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesse (FAIR). Enfin depuis la fin du mois de novembre 2013, elle a choisi de s’investir dans un nouveau courant politique : « Nouvelle Donne ».

 

II) La mystique de la croissance : un manifeste politique ?

Dans cet ouvrage, l’auteure entame son analyse par la description de la crise sociale, économique et écologique que notre société traverse. L’auteure souligne comment l’Occident est sorti de la croissance, même si elle est toujours présente dans les discours. Dans les faits, les taux de croissance européens sont extrêmement faibles sinon négatifs. La mystique de la croissance, ou en d’autres termes le paradigme de la croissance, imprègne toujours nos sociétés. Il est temps selon Méda d’aller vers un nouveau paradigme.

Ainsi Dominique Méda déconstruit cette équation entre bonheur, croissance et plein emploi pour soutenir une économie qui intègre la justice sociale et permet la reconversion écologique. La Mystique de la croissance n’est donc pas un ouvrage de sociologie au sens classique du terme, avec un terrain et une méthode d’enquête, ni un travail philosophique. Mais il s’apparenterait plutôt à une forme de manifeste politique.

Ce livre se partage en trois parties, presque sous la forme d’un programme ou d’un plan d’action.

A) Première partie : “Comprendre”

Dans “Comprendre”, Méda dresse un portrait volontairement alarmant des problèmes environnementaux : la diminution des gisements de ressources naturelles, la disparition des énergies fossiles, la pollution, la bio-diversité en danger. La logique de « croissance » en serait à l’origine.

Puis, Méda cherche les raisons culturelles et sociales pour lesquelles nos sociétés se structurent, depuis le XVIIIè siècle, autour de la notion de « production ». Elle insiste tout d’abord sur l’instauration d’un rapport de domination et d’exploitation entre l’Homme et la Nature, qui distingue ces deux entités. Elle explique ensuite comment cette vision aurait été renforcée au XVIIIè siècle, avec la naissance de l’économie comme discipline, pour des raisons de cohésion sociale dans une société qui connaît de profondes transformations. La « production» aurait été perçue comme source du lien social, qui rend les individus dépendants les uns des autres à travers l’échange. L’augmentation incessante de la production est même devenue la condition sine qua non du maintien de l’ordre social.

La notion de « croissance » aurait été progressivement assimilée à celle de « progrès » puis à celle de « bien-être » pour la société. Elle aurait été pensée comme la garante de l’amélioration des conditions de vie, et ce jusque dans les années 1970. Enfin, selon l’auteure, les sciences humaines et sociales également auraient participé à accentuer cette croyance. Elles se seraient focalisées sur la production et sur les relations humaines, sans prendre en compte la nature et son rapport à elle et auraient ainsi contribué à l’oubli de son existence concrète.

De ce postulat, l’auteure explique que la croissance économique aurait été maximisée à outrance, devenant presque le critère de santé d’un État.

L’auteure termine justement sur le mode de calcul de la croissance dans nos sociétés, à travers une analyse de son indicateur majeur, le Produit Intérieur Brut. La comptabilité nationale est censée décrire la réalité de manière objective et scientifique, mais il s’agit d’une illusion : elle n’est pas une description neutre de la réalité, mais une construction à visée performative, destinée à orienter les actions et produire des effets dans une logique de « croissance ». C’est le produit d’une convention. Le PIB est un indicateur qui mesure un flux, l’ensemble des valeurs ajoutées. Mais l’indicateur exclut beaucoup d’activités, toutes celles qui ne sont pas rémunérées (temps de travail domestique, temps familial, bénévolat, loisir). Ensuite parce qu’il ne donne aucune vision de la répartition de cette richesse et qu’il ne fait aucune distinction entre ce qui est utile et inutile. Enfin parce que sur la manière d’établir un compte de résultat ne montre pas l’amoindrissement ou l’augmentation des stocks du « patrimoine naturel ». Ainsi l’utilisation du PIB aurait largement participé de cette confusion entre « croissance » et « progrès ».

B) Deuxième Partie : “Changer”

Dans cette partie, l’auteure se situe dans l’urgence de trouver une réponse pour sortir collectivement de cette impasse à la fois écologique, économique et sociale. Les solutions proposées consisteraient en l’élaboration d’une nouvelle grammaire pour orienter les nouveaux moyens de production et de consommation.

Ainsi, Méda rappelle que la nature ne pourrait plus subvenir à nos excès de consommation utilitaristes et positivistes, mal redistribués entre Nord et Sud, et généralement à notre vision anthropocentrique et capitaliste de la nature comme sujet à exploiter et à dominer envers laquelle nous n’avons aucun devoir mais uniquement des droits.

La question de la transmission d’un « patrimoine naturel » aux générations futures constituerait pour Méda un nouvel enjeu. Elle invite à reformuler l’idée de « patrimoine social » en y incluant une réflexion sur la justice sociale.

Premièrement, la notion de “capital naturel” devrait être remplacée par l’idée de patrimoine présentant la nature plutôt comme un bien commun à défendre sans attendre. Il faudrait se soucier aussi des composantes sociales et économiques qui constituent notre société. En définitive, on devrait penser la nature dans son ensemble, ses stocks, ses ressources naturelles renouvelables et non renouvelables tout en considérant les facteurs qui déclenchent sa dégradation ou son amélioration.

L’auteure soutient l’idée des indicateurs uniques divisés en sous-parties pour les facteurs les plus précieux et difficiles à évaluer : le travail humain et la sauvegarde de la planète. Il faudrait abandonner le PIB pour développer d’autres indicateurs qui représentent une réalité sociale plus complexe et multiple, comme l’indicateur synthétique de progrès qualitatif (IPQ).

Méda affirme que la crise économique du 2008 aurait complètement occulté la crise écologique sur laquelle des efforts internationaux étaient en train de se mobiliser. Notamment de nouveaux modes de productions comme la réduction de gaz à effet serre, la limitation de la pollution des eaux, des sols, le respect de la biodiversité et de nouveaux termes étaient progressivement élaborés comme « croissance verte » et « emploi vert ». Par conséquent, elle invite à trouver des solutions conjointes aux crises économiques et écologiques considérant tout d’abord la réalité physique de la nature.

Pour éviter que la sortie de la mystique de la croissance produise un chômage de masse, Méda propose préalablement le changement de notre conception de la croissance et de la consommation, donc un changement qui devrait déboucher de façon plus concrète sur la modification de nos habitudes : augmentation de l’agriculture biologique, modification de nos façons de construire, de nous déplacer, et surtout un renversement du paradigme de la quantité par celui de la « qualité » et de la « durabilité ».

C) Troisième partie : “Mettre en œuvre”

Selon l’auteure, il faudrait en tout premier lieu mettre la production au pas des critères politiques et éthiques. Des règles collectives de gestion des biens communs seraient à définir aux échelles mondiales, nationales et locales pour préserver la nature. Il faudrait sortir la production et la nature de la sphère privée. Du fait des contradictions (apparentes) entre question sociale et environnementale, il est difficile de défendre ouvertement un processus de réglementation politique et éthique de la production. Au début de la crise financière de 2008 aurait existé une volonté populaire et institutionnelle de moraliser la finance. Mais la crise se prolongeant et entraînant des politiques d’austérité, les questions sociales et écologiques se retrouveraient à nouveau en contradiction.

Afin de casser cette fausse contradiction il faudrait remettre en cause l’idée que croissance est synonyme d’emploi. Selon l’auteure on pourrait créer de l’emploi sans croissance grâce à la diminution de la durée du travail, et / ou diminution de la productivité en augmentant la qualité (environnementale et sociale) de la production. Toutefois, postule Méda, une politique de réduction de la productivité, et donc de la compétitivité, nécessiterait une régulation de la mondialisation. L’interdiction des paradis fiscaux, et l’obligation des banques à séparer leur activité de crédit de la spéculation seraient des exemples en ce sens.

Nous avons alors besoin d’un changement de paradigme : l’emploi ne devrait plus être considéré comme une variable d’ajustement dans l’objectif d’une production maximale, mais comme le moyen de répondre aux besoins essentiels et définis collectivement. L’auteure placerait la Communauté Européenne au premier rang des institutions qui pourraient effectuer et planifier cette transition en s’appuyant sur une « transition juste » socialement ressentie comme telle (ce à quoi l’écotaxe est un parfait contre-exemple).

De même, la recherche d’une relative autosuffisance économique serait indispensable, comme des accords internationaux sur les normes sociales et environnementales. Toutefois la régulation mondiale des quotas des gaz à effet de serre poserait le problème de la justice Nord/Sud et nécessiterait une importante redistribution des richesses globales.

Cette transition demanderait donc de grandes innovations sur le plan institutionnel, allant à l’encontre des intérêts politiques et économiques en place. Selon l’auteure, une forte activité démocratique, ainsi que la repolitisation du travail, de la production et de la consommation impliqueraient une attitude de gestion et de soin des ressources (humaines et naturelles) plutôt qu’une attitude d’exploitation. Ce qui conduirait à revaloriser certaines activités selon un nouvel indicateur de progrès seront les activités non-marchandes (éducation, soin, relationnel…), d’auto-production, voire les activités personnelles.

Pour cela, il faudrait convaincre que le dépassement du paradigme de la croissance est une opportunité. Une redistribution des richesses serait indispensable. Par ailleurs, ce changement ne serait possible que si l’on substituerait l’acte de consommation par une participation accrue à l’activité politique collective, et par l’autoproduction. C’est d’ailleurs la création de l’identité individuelle autour de l’acte de consommation qui poserait le plus de problèmes dans le changement de mentalité.

 

III) Conclusions et questions restées ouvertes

Peut-on parler de manifeste politique ? Dominique Méda ne le confirme pas. Elle explicite une stratégie communicative et pédagogique qui justifierait la forme de son ouvrage. Ce livre s’adresserait autant aux citoyens qu’aux décideurs. Elle ne veut pas non plus s’adresser aux lecteurs déjà convaincus de la nécessité d’abandonner le paradigme de la croissance et du capitalisme. D’où par exemple son refus de l’utilisation du mot de « décroissance ». Toutefois, cette stratégie nous interroge sur la véritable sortie du paradigme de la croissance ou tout du moins du capitalisme par Méda elle-même, puisque les concepts de « travailleurs », «consommateurs », « investissement » ou « capitaux » seraient tout aussi présents dans les maux qu’elle décrit que dans les solutions. Or un changement de paradigme, au sens de Kuhn, est un changement radical qui voit un renouvellement du vocabulaire et des acteurs. On peut toujours se demander si ce n’est pas au contraire une rupture complète qui permettra de prendre conscience de l’opportunité que pourrait représenter un changement de modèle de développement social et économique.

Il nous semble que le principal défaut ou omission de Dominique Méda est une analyse réelle du conflit social, qui est intrinsèquement inscrit dans les solutions qu’elle propose. Pourtant, elle rappelle dans son ouvrage le problème de conflit d’intérêt que représente une sortie de la mystique de la croissance. De même, elle revient lors du débat sur l’immobilisme des décideurs, sinon même des dégâts que cette croissance porte.

Toutefois, Méda ne semble pas vouloir s’attaquer dans son ouvrage aux rapports de force qui maintiennent ce choix de la nécessité de la croissance, au moins dans les discours. Elle invite les citoyens à se réapproprier de la vie politique. Elle s’insurge de ne pas les voir participer aux vrais débats de société.

Elle réaffirme pendant notre discussion que les citoyens ne peuvent pas prendre de mauvaises décisions, en tout cas pas pires que celles qui ont déjà été prises, tel que le maintien du PIB. Mais paradoxalement, elle semble refuser de se positionner sur des exemples concrets où les citoyens tentent de se réapproprier des choix de société.

Refus de la conflictualité, volonté d’une démarche inclusive et institutionnalisée? Lorsque nous lui demandons ce qui devrait être changé dans le système politique, nous n’obtenons pas de réponse. Chercheuse engagée certes, mais ses propositions présenteraient des limites. Il s’agit de donner des arguments aux citoyens pour qu’ils puissent prendre conscience et se battre, ou pour autant de se battre à leurs côtés ?

Lors du débat, les concepts de soutenabilité, et d’agriculture biologique, qui recouvrent des réalités extrêmement diverses, ne sont pas spécifiés par Dominique Méda qui nous laisse à ce sujet sans réponse précise. De facto, elle nous laisse sans indications de « pratiques anti- croissance » à développer en tant que citoyens et sociologues.

 

En conclusion, le paradoxe entre la forme et le contenu de cet ouvrage nous a paru révéler surtout le hiatus, historique, entre le changement de paradigme et sa mise en oeuvre. En effet, alors que la plupart des ouvrages traitant de ce sujet se cantonnent à résoudre soit la question philosophique, éthique ou morale de l’hybris, Dominique Méda, chercheuse engagée, nous propose une approche alternative dont l’ambiguïté témoigne de la complexité de ce positionnement.

En entretien comme dans son livre, l’auteure, énarque, fait part de son scepticisme vis-à-vis de la possibilité d’une démystification parmi les élites, déjà informées, déjà alertées. Le propos central du livre ne nous semble pas tenir dans ce procédé méthodique suggéré pour arriver à bout des maux sociaux et écologiques. La Mystique de la croissance propose, avant tout, de comprendre comment à un moment donné, il est devenu possible d’assujettir intégralement la nature au service de l’homme, l’homme au mythe de la croissance, et de voir cette construction sociale persister.

Nous retiendrons tout de même une part incontournable d’idées proposées par Dominique Méda, comme par exemple le nouveau partage du travail, les associations possibles entre la question sociale et la question écologique, ou encore l’intégration, à la comptabilité nationale, des flux de production non marchands.