Tous les articles par Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

Changer d’horizon disciplinaire par l’élaboration d’un projet de recherche

Théo Leschevin est étudiant en Master 1 de sociologie à l’EHESS au sein de la mention de sociologie générale. Il revient dans ce billet sur son année précédente, depuis sa formations pluri-disciplinaire et sa poursuite à l’étranger jusqu’à son entrée en Master de sociologie à l’EHESS. Entre les deux, il a dû élaborer un projet de recherche de sciences sociales. Il montre, au concret de ses pratiques d’apprenti-chercheur, les ressources et les contraintes qu’il  a tirées de ces expériences disciplinaires variées. Il propose enfin de revenir dans un second billet sur la forme finale épousée par son projet de recherche, après en avoir exposé ici la genèse. 

Réunir les ingrédients d’un projet de recherche

En Septembre 2014, je suis arrivé en Irlande pour entreprendre ma dernière année de licence d’anthropologie au sein de l’Université de Maynooth, où j’allais pouvoir suivre une série de cours dont le choix m’était imparti. C’est une des particularités du programme Erasmus : dans la mesure où l’étudiant fait valider un programme d’enseignements à un directeur d’échange dans son université de départ (dans mon cas, au département d’Anthropologie de Lyon 2), il décide des cours qu’il pourra valider. J’avais de surcroît la possibilité de sortir des frontières disciplinaires, dans la continuité d’une formation de licence qui alliait déjà l’anthropologie, la science politique et la sociologie. Je me suis alors laissé guider par une certaine ouverture dans les choix des thèmes à approfondir. Les multiples approches qu’admettaient des cours aussi variés que Anthropology of Security, Linguistic Anthropology, Urban Anthropology ou Contemporary Theory and Ethnography  (lectures, dissertations, enquêtes) allaient aussi me permettre de pratiquer différentes techniques académiques. J’ai donc suivi des séminaires en anthropologie, ainsi qu’en histoire et en sociologie. Ces derniers étaient notamment orientés vers la société Nord-Irlandaise, que je découvrais durant ce voyage d’étude. J’avais ici réuni une série d’ingrédients qui allait produire le terreau de mon projet de recherche.

Des intérêts de recherche ont ainsi émergé à travers les travaux réalisés lors de  certains de ces séminaires : intrigué par le concept de « securitization [i]» abordé par plusieurs séminaires, j’ai décidé de me lancer dans un travail à ce sujet au sein du cours Anthropology of Security. Je me suis engagé dans un travail de recherche que je voulais faire reposer sur une approche spécifique de ce concept théorique, celui la formation de la notion d’Etat-Voyou, et sur un cas pratique, la désignation de la Corée du Nord au sein des échanges internationaux. Ce travail a consisté en une reprise de concepts et de théories autour de la sécurité, de critiques apportées par divers acteurs dans le cas de la notion d’Etat-Voyou et d’un retour sur les concepts après cette étude de cas. J’ai donc développé un intérêt pour la sécurité, ainsi qu’une réflexion autour des conflits et de leurs articulations dans un assemblage de discours. Réfléchissant à la façon dont je devais aborder la question, j’ai été rattrapé par un défaut courant chez les apprentis-chercheurs : la formulation d’un propos démesuré et trop général. Ce n’est que plus tard que je reviendrai au travail de terrain, considéré comme un point de départ fournissant l’antidote le plus sûr à la trop grande amplitude de mes projets initiaux.

Un deuxième travail a été central dans la formulation d’intérêts nouveaux, puisqu’il a pris une direction très différente.  Dans le cadre d’un séminaire d’Anthropologie Urbaine, j’ai cette fois mis en place une enquête ethnographique auprès d’une association d’aide aux sans-abris de la ville de Dublin. Cela devait me permettre de nourrir par une enquête empirique une recherche sur les thématiques de la pauvreté et de l’expérience de l’espace social. Je voulais initialement observer les liens entre les conceptions de la vie urbaine et l’appréhension de la catégorie de « sans-abris ».  Au fil des observations et des entretiens, j’ai rapidement décidé de m’intéresser plus précisément aux bénévoles : c’est en faisant progresser cette problématique à mesure que je participais aux activités de l’association que j’en suis venu à discuter de la formulation des discours et pratiques des bénévoles au sein de leur carrière, ainsi que de la façon dont ils se saisissent de systèmes de représentations. Enrichie par des lectures sur ces thèmes, la progression de ce travail a énormément reposé sur l’expérience du terrain et sur les discussions que j’ai pu avoir avec d’autres étudiants, eux aussi engagés dans une enquête empirique. Satisfait de la tournure qu’avait pris ce projet, il était néanmoins compliqué de continuer dans cette direction puisque l’association fréquentée rencontrait à cette période plusieurs problèmes d’organisation. Ceux-ci se traduisaient par des différends marqués entre bénévoles et par plusieurs désistements de membres importants de l’organisation. Un mois après la fin de mon travail, et suite à des problèmes avec certains sans-abris, l’association mettait fin au système de maraudes. Qui plus est, j’étais encore indécis quant à ma présence en Irlande pour les années à venir, ce qui m’a conduit à réfléchir à un nouveau projet, à déployer depuis la France, où je rentrais pour suivre une formation de Master.

Que tirer de ces premières expériences de recherche ? Le premier travail m’a laissé un goût certain pour les entreprises de recherches bibliographiques et de confrontation de productions thématiques, méthode déployée et approfondie cette année par l’étude sociologique des controverses. Quant au deuxième travail, il m’a également rappelé qu’une enquête de terrain était redoutablement efficace pour la construction d’un sujet, le modelage d’une réflexion à partir d’expériences de terrain : j’y ai nourri un goût pour l’approche qualitative dans laquelle je souhaitais m’engager par la suite. De façon transversale à ces deux projets, j’ai nourri un intérêt pour les thématiques des conflits, de la production de discours, de l’expérience de la violence et de l’incertitude. J’avais réuni les ingrédients, la pâte commençait à prendre. Il fallait maintenant la laisser reposer.

Equipé pour suivre un nouvel itinéraire Crédits : Théo Leschevin
Equipé pour suivre un nouvel itinéraire
Crédits : Théo Leschevin

 

Quelle(s) discipline(s) pour quelle(s) recette(s) ? Faire mûrir le projet

Alors que le deuxième de ces travaux était encore en cours, j’ai décidé de m’atteler à un projet à mettre en œuvre au sein d’un travail de mémoire de recherche à l’EHESS. Pour cela, les nombreuses étapes de la préparation à l’inscription pédagogique et la réflexion autour d’un choix d’orientation ont eu l’effet d’un incubateur.

J’ai commencé par discuter de la question avec l’enseignant responsable de l’accompagnement du travail sur la Securitization, Mark Maguire. Celui-ci m’a alors conseillé et accompagné dans la préparation d’un dossier de candidature à l’EHESS. Ayant suivi mon travail, il a accepté d’écrire la lettre de recommandation nécessaire à la constitution du dossier. Surtout, j’ai profité d’avoir été plusieurs fois en contact avec lui pour échanger à différentes reprises : me renvoyant vers les travaux à approfondir dans le cadre d’une approche de la sécurité, des conflits et des jeux de langages, nous discutions alors des différents chercheurs qu’il pourrait être utile de contacter. Puisqu’il était trop tôt pour constituer un dossier d’inscription, il me restait à articuler un projet plus concret.

Ce travail de précision de projet a commencé à mon retour en France, se construisant avec une découverte de l’EHESS et des chercheurs : reprenant mes réflexions là où je les avais laissées, j’ai décidé de m’orienter vers deux projets très différents, mais réunis autour des thématiques déjà identifiées. Le premier était lié à mon expérience irlandaise et consistait en une approche de certains évènements contemporains ayant lieu en Irlande du Nord et de leurs interactions avec le contexte historique des Troubles. J’ai progressivement porté mon attention sur une série de protestations, les Holy Cross Disputes, ayant eu lieu à Belfast en 2001 : abordées à plusieurs reprises dans certaines discussions, notamment académiques, elles m’avaient grandement intéressé. Le deuxième projet reposait sur une approche ethnographique des populations Buryat (groupe ethnique/géographique répartie entre la Russie, la Chine et la Mongolie), de la question de leur identité nationale et de leur expérience du conflit Russo-Ukrainien. Plus ténu dans ses affiliations avec mes premières recherches, ce sujet reposait sur mes approches thématiques, une part ethnographique poussée et plusieurs intérêts personnels : ayant travaillé par le passé sur des approches historiques de l’URSS, côtoyant des étudiants russophones, j’avais été intrigué par plusieurs articles relatant la présence de ces habitants de la république de Bouriatie au sein des conflits du Donbass. J’ai donc opéré un grand écart académique en préparant ces deux projets durant l’été, grand écart qui devait évidemment mener à un choix final.

En raison de ses domaines de recherches, l’anthropologue Michel Naepels a été mon premier point d’entrée à l’EHESS, et m’a aidé à préciser mon projet tout en m’aiguillant vers plusieurs chercheurs. Une première série de prises de contact a alors commencé. Fournissant des messages assez précis aux chercheurs spécialistes d’aires géographiques, j’ai été plus vague lors des contacts avec des chercheurs spécialistes des thématiques recherchées. Il s’agissait donc d’un double-jeu des plus difficiles à tenir, mais les multiples retours et discussions des chercheurs rencontrés allaient m’aider à faire la part des choses. Ils ont aussi révélé le dilemme disciplinaire qui se profilait :

– Durant l’été, j’ai commencé à rencontrer des chercheurs spécialistes de l’aire géographique des Buryat et de l’Asie centrale, au Collège de France et à l’EHESS. Ceux-ci étaient intéressés par les intentions proposées, mais ont tous pointé un certain nombre de problèmes : la difficulté pratique de mettre un place un travail de terrain dans cette zone, la trop grande ambition de ce projet dans le cadre d’un master, le travail important que représentait l’apprentissage du Russe nécessaire à l’apprentissage du Mongol/Buryat (bien que cette partie linguistique soit constitutive de l’approche Anthropologique). J’ai néanmoins réussi à trouver certains soutiens, et ai pu contacter une chercheuse présente à Oulan-Oude[ii]. Cela m’a alors permis d’avoir une entrée plus précise et de commencer à préparer un visa pour la région, en envisageant la possibilité d’enseigner le français dans un établissement local. C’était également le projet qui prolongeait « officiellement » mon cursus, puisqu’orienté vers des approches anthropologiques pour lesquelles j’avais été formé. Des avancées qui n’ont finalement fait que renforcer une hésitation croissante.

– En parallèle, j’ai continué à développer le projet d’étude des évènements des Holy-Cross dans le cadre d’une approche de l’Irlande du Nord. J’ai pu reprendre contact avec un sociologue de l’Université de Maynooth, responsable des cours que j’avais suivi sur la société Nord Irlandaise : Il m’a également proposé son soutien dans l’organisation d’un projet de recherche autour de Belfast, dans la mesure du possible. Je me suis progressivement rendu compte de la démarcation qui s’était créé : approcher ce sujet c’était jouer la carte de la multiplicité d’expériences, et se diriger vers un parcours de Sociologie. Ayant cela à l’esprit, j’ai pu rencontrer Dominique Linhardt, suivant les conseils de Michel Naepels et d’un autre chercheur en Anthropologie. Il a pu longuement me recommander sur la mise en place de ce projet spécifique, et m’accorder son soutien dans le cas d’une poursuite dans ce sens pour le Master. Cette discussion a permis de recentrer mon sujet pour l’ajuster au cadre d’un master. Il en est aussi ressorti que j’allais devoir me séparer de toutes les références bibliographiques mobilisées dans le premier travail de préparation, ce qui a permis de désencombrer grandement le projet et de travailler sa définition. Pour autant, Dominique Linhardt m’a finalement conseillé de réfléchir longuement avant d’opérer ce grand partage, auquel je ne pourrai pas échapper.

L'apprenti chercheur à la croisée des chemins. Crédits : Théo Leschevin
L’apprenti chercheur à la croisée des chemins.
Crédits : Théo Leschevin

Plusieurs facteurs m’ont fait pencher pour une approche sociologique des événements se déroulant en Irlande du Nord: il y a eu premièrement l’influence directe d’une année très interdisciplinaire au sein d’une université Irlandaise aux divisions entre disciplines moins établies. Celle-ci allait de pair avec l’influence plus ancienne du parcours de double licence : cela m’a permis d’aborder plus sereinement le risque que représentait un changement d’étiquette disciplinaire. Deuxièmement, force a été de constater qu’une division s’était créée entre mon premier projet, difficilement réalisable et moins sûr d’aboutir, et un deuxième projet plus spécifique et modeste (bien qu’encore trop large), réalisable dans le cadre d’un master. Finalement, ce sont les discussions avec les membres du LIER et avec Dominque Linhardt, dont les sujets de recherches faisaient résonner mes préoccupations, qui m’ont convaincu d’entamer un projet au sein du Master Sociologie de l’EHESS.

La Rentrée des classes, ou comment se familiariser avec les ustensiles.

Il faut préciser (et c’est un facteur qui a joué depuis la genèse de ce projet), que les spécificités académiques de l’EHESS ont beaucoup influencé cette traversée disciplinaire : les barrières entre disciplines sont effectivement plus poreuses au sein de cette école. M’engager dans un parcours de Sociologie ne m’empêcherait donc pas de naviguer entre les séminaires durant mon année de Master, ni de poursuivre éventuellement un cursus en Anthropologie. La dernière partie du processus d’entrée à l’EHESS a également été des plus décisives dans la formulation explicite de mon projet. En effet, il était nécessaire de préciser mon ébauche de travail, puisqu’il a fallu reprendre à plusieurs fois une trame de pré-projet qui devait poser les intentions du travail de Master 1. La « maitrise » s’acquiert par la pratique, et coucher sur le papier une intrigue véritable pour le projet de Master fut très révélateur quant aux points forts et aux lacunes des approches envisagées.

Reprenant ce travail de résumé d’intention, j’ai pu laisser de côté toutes les considérations théoriques et réflexions thématiques qui m’avaient jusque-là accompagné – il faut le dire, comme un fardeau – pour me concentrer sur le plus pertinent : situer concrètement comment pourrait se penser, en une année, une approche de mon projet de recherche. Quelles approches retenir, quelle modalité d’enquête mettre en œuvre, comment justifier mon approche méthodologique ?, etc. Après avoir mis tant de temps à décider du contenu de mon projet, il fallait maintenant l’expliciter en travaillant la préparation méthodique et méthodologique de la conduite de la recherche : il convenait de remettre en arrière-plan tout ce qui avait été fait jusque-là, sans négliger l’influence de ce travail. Reprenant ce travail en septembre, j’ai pu présenter mon dossier à la deuxième session de l’examen pédagogique.

Mais le contenu n’allait pas être mis de côté pour très longtemps : les premiers séminaires de l’école sont arrivés, accompagnés du traditionnel tour de table de première séance, où les étudiants sont confrontés à l’exercice redoutable d’une présentation de recherche concise au possible. Retrouvant une formule académique « à la carte », qui m’avait intéressé en tant qu’étudiant Erasmus, j’ai pu formuler un nouveau corpus de séminaires spécifique à mes intérêts: j’ai continué à suivre le travail de certains des chercheurs contactés en sélectionnant leurs séminaires de recherches, ce qui m’a également permis de garder un certain prisme anthropologique à l’esprit. Le reste des séminaires s’est divisé entre des thématiques de recherches autour du conflit, de l’expérience et de l’approche de la violence. D’un même trait, les séminaires méthodologiques et obligatoires ont rapidement permis d’en venir à une image plus précise de l’approche méthodologique que je voulais mettre en place : celle-ci devait dériver de l’approche ethnographique, de l’ observation et des entretiens, mais également s’emparer d’autres points d’entrée pour mettre en place un travail à distance durant la première année. Guidé par les nombreuses dynamiques de l’Ecole, j’ai donc mis la main à la pâte et entamé, pour de bon, le « vrai » travail de Master.

Au travail
Master Chef

La genèse du projet ayant été présenté je me propose de revenir, dans un billet ultérieur, sur la forme finale de ce projet, tel qu’il apparaissait avant que le travail de terrain en modifie les contours et le contenu. Cela permettra de discuter les influences des décisions présentées ici, et de réfléchir aux implications pratiques d’un parcours disciplinaire.

Théo Leschevin

[i] Pour un retour critique sur ce thème, voir Balzacq T. , Basaran T. , Bigo D. , Guittet E.P and Olsson C. (2010) « Security Practices. » International Studies Encyclopedia Online. Denemark, Robert A. Blackwell Publishing, Blackwell Reference Online.

[ii] Capitale de la République de Bouriatie, sujet de la fédération de Russie, et donc destination la plus accessible pour essayer de rentrer sur ce terrain.

Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter