Tous les articles par josselin tricou

Entretien avec Romuald Normand à l’occasion de la parution de “Gouverner la réussite scolaire »

Entretien mené par Josselin Tricou de Romuald Normand, maître de conférence en sociologie à l’ENS-Lyon et chercheur associé au GSPM au sujet de son ouvrage, Gouverner la réussite scolaire – Une arithmétique politique des inégalités”.

Quel est l’hypothèse de départ de votre livre ?

L’hypothèse de départ m’est venue du travail que j’avais précédemment réalisé dans ma thèse avec  Laurent Thévenot. Une partie était consacrée à l’histoire de l’équipement de l’écolier républicain par ses meubles au moment où tout un programme de recherche en sciences sociales s’intéressait à la place des objets, notamment dans la sociologie des sciences travaillée par Michel Callon et Bruno Latour. J’avais montré que des sciences (anthropométrie, architecture, hygiénisme) avaient convergé pour donner naissance à la table-banc et à une mesure scientifique de la normalité des écoliers, alors que mon objet plus général de recherche était la discipline dans les pédagogies. Cette mesure de la normalité avait ensuite évolué d’une préoccupation hygiéniste et morale à un intérêt pour la mesure de l’intelligence notamment sous l’influence d’Alfred Binet, opposé sur ce point à Durkheim au sein de la Société Libre pour l’Etude Psychologique de l’Enfant. Je découvrais alors que Binet avait eu plus de succès aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne dans la diffusion et le développement de son test…il y avait là la possibilité de suivre cette histoire…l’autre déterminant était l’intérêt grandissant de la sociologie de l’éducation et du ministère pour l’efficacité de l’école, notamment sous l’influence des travaux de l’IREDU. Quelle était l’origine sociale et politique de cette science ? Cela a conduit mes premiers pas….

Qu’entendez-vous exactement par l’expression « arithmétique politique de la réussite scolaire » ?

en travaillant la mesure de l’école, et non l’évaluation, j’étais aussi marqué par les travaux de sociologie de la statistique et d’histoire de la quantification développés par Alain Desrosières et Laurent Thévenot….j’avais l’intuition que la mesure des inégalités n’était pas seulement d’essence sociologique mais aussi économique…c’était d’ailleurs explicite dans le livre de Bourdieu « le partage des bénéfices » qui marquait à la fois une étape dans le développement de la sociologie des inégalités mais aussi, au-delà des questions de reproduction, un lien entre inégalités, planification et redistribution. L’arithmétique politique est un concept inventé par William Petty, le fondateur de l’économie politique moderne qu’il fait reposer sur le calcul et la répartition (il avait exproprié les irlandais de leurs terres sous l’autorité de Cromwell pour ensuite les cadastrer et les répartir, d’où aussi la naissance du terme assessment, un composé de « asset » (actif) et de « statement » (relevé): relevé des actifs). Mais c’est aussi l’inventeur de la démographie et donc d’une certaine forme de mesure des populations. Cette notion d’arithmétique politique a été réhabilitée en Angleterre au cours des années 20 par des biologistes et des économistes soucieux de prendre au sérieux la mesure des inégalités sociales dans l’éducation contre la pensée eugéniste et héréditariste. Leurs travaux ont constituée la matrice commune justifiant le développement de l’Etat-providence, de l’école compréhensive anglaise, et de la sociologie quantitative des inégalités scolaires….

Qu’apporte cette recherche à la recherche sociologique sur l’école déjà saturée ?

La recherche sociologique sur l’école en France, notamment celle sur les inégalités, manque sérieusement de perspective comparatiste et elle a construit son propre grand récit sans tenir compte des influences internationales dans l’élaboration de ses problématiques et le développement de ses méthodes. On le voit par exemple, contrairement à la sociologie britannique, dans l’absence d’interrogation de PISA comme objet politique en soi. Comment renouer avec une perspective de sociologie critique sans s’enfermer dans un nationalisme méthodologique, comme l’exprime Ulrich Beck, afin penser les effets de la globalisation et de l’européanisation des politiques d’éducation ? Quel rôle a joué historiquement la sociologie de l’éducation aux côtés d’autres disciplines comme la psychologie ou l’économie dans l’élaboration de sciences modernes de gouvernement ? Tels sont quelques uns des fils conducteurs qui m’ont guidé dans la rédaction de ce livre….

La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers – Didier Fassin

Parution de l’ouvrage La force de l’ordre Une anthropologie de la police des quartiers par Didier Fassin au Seuil. Fondé sur une enquête conduite quinze mois durant, des prémices des émeutes de l’automne 2005 jusqu’en 2007, auprès de la brigade anti-criminalité d’une banlieue parisienne, cet ouvrage met en lumière l’exception sécuritaire à laquelle sont soumises les « cités ». Au plus près du travail des policiers comme de l’expérience qu’en ont les populations, il montre que se déroulent au quotidien, près de chez nous, des scènes qui mettent en question le contrat social et la démocratie. À l’opposé des épisodes spectaculaires que relate le journalisme, Didier Fassin raconte l’ennui et l’inactivité des patrouilles, la pression du chiffre et les doutes sur le métier, les formes invisibles de violence et les relations ambiguës avec le monde politique, la banalité du racisme et des discriminations, les interrogations éthiques des agents. Restituant le climat des interventions, il replace les situations dont il témoigne aussi bien dans la perspective du contexte social et politique contemporain que dans celle des imaginaires tels qu’ils se donnent à lire au cinéma et dans les séries télévisées. Loin d’une posture confortable de dénonciation, cette étude s’efforce d’approfondir un nécessaire débat sur la manière dont on police aujourd’hui les milieux populaires et, singulièrement, les jeunes de familles immigrées.

 

Directeur d’études à l’EHESS, Didier Fassin est aussi professeur de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study de Princeton. Il a notamment publié La Raison humanitaire (Hautes Études-Gallimard-Seuil, 2010), L’Empire du traumatisme (Flammarion, 2008) et Quand les corps se souviennent (La Découverte, 2006).

 

Pour aller plus loin :

http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20111201.OBS5765/mais-qui-sont-didier-et-eric-fassin.html

Gouverner la réussite scolaire Une arithmétique politique des inégalités – Romuald Normand

Parution de l’ouvrage Gouverner la réussite scolaire Une arithmétique politique des inégalités par Romulad Normand chez Peter Lang.  Comparant les Etats-Unis, l’Angleterre et la France, ce livre éclaire le débat public face aux enquêtes internationales utilisées pour légitimer des choix stratégiques et à l’obligation de rendre compte qui s’installe dans les systèmes éducatifs. Science et politique étant liées, l’auteur explore la circulation internationale des savoirs scientifiques et experts, leur traduction en sciences de gouvernement, leur stabilisation dans des recommandations et des instruments choisis par les décideurs politiques pour justifier les réformes.

La mesure des inégalités à l’école est située ici dans une perspective sociologique, historique et comparative. Des instruments et techniques de calcul ont façonné des principes de justice comme le mérite, l’efficacité, l’équité. Leur analyse invite les lecteurs – politiques, administrateurs, personnels d’encadrement, enseignants, parents… – à découvrir l’arithmétique politique des inégalités qui a infléchi les politiques d’éducation ces dernières décennies.

 

Chercheur associé au Groupe de sociologie politique et morale (EHESS – Institut Marcel Mauss), Romuald Normand est agrégé de sciences sociales et maître de conférences en sociologie à l’Ecole normale supérieure de Lyon.