Hommage de Didier Fassin à Marc Bessin

La mort de Marc est profondément triste et c’est, pour nous toutes et tous, une très grande perte. L’Iris lui doit beaucoup. Plus qu’on ne l’imagine. On dit souvent que l’Iris est né de la fusion de deux laboratoires, le GTMS, Genèse et transformation des mondes sociaux, et le Cresp, Centre de recherche sur la santé, le social et le politique, ce qui est exact. Mais on oublie de rappeler qu’il a aussi bénéficié, peu après sa création, de la présence d’un groupe de chercheuses et de chercheurs du Centre d’étude des mouvements sociaux, dont Marc était une cheville ouvrière. Il a convaincu ses collègues, parmi lesquelles Rose-Marie Lagrave, Michèle Leclerc-Olive et Monique de Saint-Martin, de venir nous rejoindre, et cet apport collectif a été décisif dans l’orientation de notre laboratoire autour des questions de temporalité, de genre et de care. Comme chacun le sait, Marc a été le deuxième directeur de l’Iris. Prendre la suite d’une équipe de direction qui a fondé une institution n’est jamais facile, mais il avait, dès son message de candidature, insisté sur l’attention qu’il porterait aux modes d’organisation et de délégation, au rôle du conseil de laboratoire et plus largement à la vie collective, tous éléments dont nous avons su préserver l’héritage. Cette fonction représentait un véritable sacrifice au bien commun, puisqu’il a dû interrompre la préparation de son habilitation à diriger des recherches et retarder de plusieurs années sa promotion comme directeur de recherche au CNRS. Cela lui coûtait, il le savait en prenant ces fonctions, mais il avait le sens de la responsabilité qui devait être la sienne pour animer cette expérience d’un laboratoire qu’il avait choisi et qu’il aimait. C’est cependant auprès des étudiantes et des étudiants qu’il a fait preuve de la plus grande générosité. Il leur a donné une grande partie de son temps et de son énergie. À côté des séminaires de recherche sur les thèmes qui étaient les siens, il en a mis en place d’autres autour des métiers auxquels pouvaient mener les sciences sociales et autour des enjeux éthiques de la pratique de l’enquête. Pour les candidates et les candidats aux concours, il a développé des séances de préparation auxquelles lui-même au sein de l’Iris ont participé. Avec ses doctorantes et doctorants, il passait beaucoup de temps pour discuter de leur travail, pour les inscrire dans des projets, pour les soutenir après leur thèse. Il avait accepté de coordonner le réseau national de doctorantes et doctorants santé et société que j’avais créé et il lui a permis de s’épanouir et de durer pendant de nombreuses années à travers notamment des journées d’étude. Qui mieux que lui pouvait remplir la fonction de chargé de mission pour le doctorat au sein de la direction des enseignements et de la vie étudiante à l’EHESS ? Je n’ai pas souvenir d’avoir rencontré dans l’enseignement supérieur un chercheur qui se soit montré aussi dévoué à l’égard du travail des autres. L’élire directeur d’études à l’EHESS au printemps dernier n’était pas seulement une consécration de son activité de recherche. C’était la reconnaissance de ce qu’il avait toujours fait : accompagner des étudiantes et des étudiants. Il y a un peu plus d’un an, je devais intervenir dans son séminaire sur l’éthique de la recherche. Quelques jours avant, il a annulé la séance à cause de ses problèmes de santé. J’étais évidemment très inquiet, mais nous nous sommes vus plusieurs mois plus tard, alors qu’il avait terminé son traitement, et nous avons longuement parlé de ses projets. Il était serein, pleinement engagé dans de nouvelles idées, avec cette forme de douceur et cette pointe d’humour qui rendaient les conversations avec lui toujours si plaisantes. Je perds un ami. Nous avions fait connaissance il y a trente ans alors que je venais d’arriver à l’Université Paris 13, et nous sommes, depuis lors, restés proches. Notre dernière, brève, rencontre a eu lieu au Collège de France après ma leçon inaugurale. Il m’a écrit le lendemain un message chaleureux, qui livrait une anecdote personnelle : « C’était un très chouette moment, disait-il. J’ai beaucoup aimé la citation de Lénine, il fallait le faire. Pour la petite histoire, j’ai fait mon tout premier exposé d’étudiant à la fac à Paris 8 sur Lénine et le travail, à propos du livre de Robert Linhart Lénine, les paysans, Taylor (c’était dans son séminaire, qui me faisait fantasmer, avant de découvrir son silence absolu durant tout le semestre…) ». Deux semaines plus tard, il était élu directeur d’études. Je lui ai écrit pour le féliciter à mon tour. Il m’a répondu : « Je tenterai d’être à la hauteur de cet honneur qu’on me fait. À très bientôt, j’espère ».



Citer ce billet
L'équipe pédagogique (2023, 2 octobre). Hommage de Didier Fassin à Marc Bessin. LE CARNET DES ETUDIANT.E.S DU MASTER SOCIOLOGIE DE L'EHESS. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rac1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.