La colère dans les milieux militants dits d’« extrême gauche » : Analyse par le biais d’un roman de Steinbeck Ou ce que la littérature peut apporter à un travail sociologique

Billet rédigé dans le cadre du séminaire : « Réclamer Maidan : Pour une sociologie de la place publique » et « Emotions, société, individu » animé par Nilufer Göle et Eva Illouz.

Par Theo Defert, M1 sociologie

* * *

Ce billet traite de la question de la colère dans les milieux français dits d’ « extrême gauche », à la fois de sa représentation et de son schéma narratif. En effet, comme le défend Mary Holmes, la sociologie des émotions se doit de « nous permettre de comprendre l’importance sociologique des émotions, et tout particulièrement de la colère, dans la vie politique »[1] (Holmes, 2004, p. 1). Il est par ailleurs commun de considérer que : « nous pouvons définir la colère comme étant l’émotion politique par essence »[2] pour reprendre la formule de Peter Lyman (1981, p. 61). Quel rôle joue la colère dans les milieux militants ? Attaché à une perspective sociologique, et non psychologique, j’appréhende la colère par le biais d’« aspects révélateurs d’attitudes et comportements incorporés »[3] (Crossley, 1995, p. 143).

Dans ma recherche de master, plus précisément, je me demande si les milieux militants dits d’« extrême gauche » reproduisent les inégalités qu’ils dénoncent ? La question de la parole est au centre de mon analyse, et particulièrement sa répartition dans les groupes étudiés. Il s’agit d’une enquête ethnographique qui mêle observations participantes et entretiens. J’ai cependant eu l’occasion d’approcher mon sujet par le biais de la littérature dans le cadre de deux de mes séminaires : Emotions, société, individu animé par Eva Illouz et Réclamer Maidan : pour une sociologie de la place publique animé par Nilüfer Göle. J’ai trouvé cette démarche d’enquête, qui était alors nouvelle pour moi, particulièrement intéressante, ce qui me pousse aujourd’hui à écrire ce billet.

Mon approche s’inspire d’une certaine manière de celle que défendent Anne Barrère et Danilo Martuccelli dans leur ouvrage Le roman comme laboratoire (2009), à savoir l’idée que la littérature peut « stimuler l’imagination sociologique ». Selon eux, « discours sociologique et réalisme littéraire se sont en quelque sorte réciproquement aimantés, et, ce faisant, ont pu cristalliser un mode très voisin de description et d’analyse » (2009, p. 13). En cela, il existe une « pensée du roman ». Comme l’écrit David Ledent : « L’enjeu du travail de Barrère et Martuccelli est double puisqu’il invite non seulement à repenser les relations entre sociologie et littérature mais également à rompre avec la polarisation entre objectivisme et subjectivisme » (2013, p. 7).

J’ai choisi, de me servir du roman En un combat douteux de Steinbeck (1936) pour mon analyse, car il s’agit d’un ouvrage qui m’a été recommandé par l’une de mes enquêté.e.s, Sarah[4], une membre de Lutte Ouvrière, un parti trotskyste, lorsque j’ai parlé avec elle du fait que je menais un travail sur la colère dans les milieux d’ « extrême gauche ». Notons que ce livre n’est pas spécialement bien perçu par les milieux trotskystes en général qui le considèrent comme étant plus proche des idées stalinistes que des leurs[5].  Néanmoins, ce roman semble bien avoir une influence au sein de divers mouvements d’« extrême gauche » comme le montre  notamment le journal en ligne Frustration qui a consacré un article au livre : « Devenir un activiste humble et efficace en lisant En un combat douteux… de John Steinbeck ». La rédaction voit les actions des deux protagonistes comme des sources d’inspirations. En effet, selon eux, l’un agit « tout au long du livre, comme une sorte de militant idéal » et ce que l’autre « apprend de lui nous sert également pour concevoir un engagement politique à la fois efficace et humble ». De plus, l’article souligne l’importance de cet ouvrage pour les mouvements politiques actuels : « Politiquement, ce livre nous donne une idée de ce que peut être un militantisme très différent de celui qu’on connaît ». Ainsi, la rédaction affirme qu’il s’agit d’un livre précieux pour que les militant.e.s apprennent à « saisir les occasions où la colère s’exprime collectivement pour en faire un processus révolutionnaire ».

Ainsi, l’intérêt de l’analyse sociologique de ce roman est double : celui-ci présente une image réaliste, et reconnue en tant que telle par les milieux sociaux d’« extrême gauche », du mouvement ouvrier étasunien des années 1930 et sert de source d’inspiration pour un certain nombre d’organisations politiques actuelles. Je vais d’abord présenter l’analyse du roman En un combat douteux de Steinbeck puis, dans un second temps, je traiterai de l’apport spécifique de la littérature dans mon travail de sociologue.

La colère comme ressource militante à orienter

Le livre de Steinbeck relate le déroulement d’une grève dans l’Amérique des années 1930, évoquant donc la vague de grèves de 1929 aux Etats-Unis. L’auteur, communiste engagé et soutien de l’URSS, met en scène deux protagonistes eux-mêmes communistes, Mac et Jim, à un moment où cette idéologie était illégale et alors qu’il n’existait aucun parti officiel. Son livre est lu par certains groupes d’ « extrême gauche » contemporains comme une description fiable et juste de l’Amérique des années 1930, de son climat social, de la répression policière de l’époque et de son atmosphère anticommuniste. S’il est recommandé aux militant.e.s, c’est parce qu’il représenterait bien la façon dont se déroule un mouvement social, comment il est organisé. Le livre rend explicite également le rôle avant-gardiste des protagonistes, qui dans la tradition léniniste influencent, guident et mobilisent la masse des travailleurs. Ce point est intéressant, car Steinbeck se montre assez critique vis-à-vis des actions de Mac et Jim, qui, s’ils parviennent à obtenir un certain nombre de résultats et savent se monter efficaces, frayent néanmoins avec l’immoralité.

Dans ce livre, la colère est dépeinte comme une ressource. En effet, Mac et Jim abordent la thématique de la colère tout le long de l’œuvre, mais jamais de la leur, uniquement celle des ouvriers d’une exploitation agricole de Californie. Leur méthode est la suivante :

(Mac) : « Il n’y a qu’une seule règle, profiter de toutes les occasions. Nous n’avons ni troupes ni mitrailleuses. Cette nuit, nous étions prêts et l’occasion était bonne. London est désormais avec nous et il est le chef naturel de ces hommes. Nous lui apprendrons ce qu’il doit faire… Doucement. L’action elle vient des hommes eux-mêmes, quelles que soient les méthodes qu’on leur enseigne. London nous servira d’intermédiaire » (p.72)

Leur but est donc de s’octroyer la confiance du « chef » des ouvriers puis de le manipuler en utilisant la colère de ces mêmes ouvriers pour les amener à faire grève. Plus tard dans le livre, ils se serviront de la chute d’un vieil ouvrier d’une échelle pour déclencher la grève :

(Mac) : - « Dis-moi ce qui est arrivé. Vite. Il nous faut agir pendant qu’ils sont excités.

(Jim) : - C’est le vieux Dan. Il a voulu crâner et montrer qu’il était costaud. Deux barreaux de l’échelle ont cassé. Le vieux est tombé. Je crois qu’il s’est fracturé le bassin.

(Mac) : - Ça y est ! Je m’y attendais. Il ne faut pas grand-chose quand les hommes sont énervés. Le premier prétexte est bon. Après tout, ce vieux aura été bon à quelque chose.

(Jim) : - Bon à quelque chose ?

(Mac) : - Mais oui. Il a déclenché le mouvement. Nous allons pouvoir nous servir de lui. » (p. 117)

Ici on se rend bien compte que la colère, pour Jim et Mac, est une ressource à manipuler et à orienter pour faire avancer le mouvement. La colère individuelle des ouvriers n’est jamais évoquée dans le livre, l’enjeu étant toujours de savoir si la foule est assez en colère, assez prête pour oser mener des actions. Cette colère doit donc être constamment générée, revigorée, par l’action des protagonistes qui iront notamment jusqu’à exhiber publiquement le cadavre d’un de leurs amis tué par la police pour mobiliser la foule. Celle-ci est d’ailleurs fréquemment décrite comme un animal qui a besoin de sang pour se déchainer. Une scène du livre montre particulièrement bien cet aspect : le chef des ouvriers, London, s’est battu avec un autre ouvrier qui l’accusait injustement de trahir la cause et de pactiser avec la police. Après le combat, alors que l’ouvrier perd connaissance et a le crâne ouvert, London proclame un discours dans lequel il incite les ouvriers à se rassembler pour enfoncer une barricade tenue par la police :

(Jim) : - « Lorsque la foule a vu le sang, elle est devenue comme folle. Alors London l’a emmenée pour enlever la barricade.

 - Je te l’avais dit ! cria Mac ; il leur faut du sang. Alors ?

 - Alors, ils sont là-bas. Si tu les avais vus, Mac ! C’était comme si chacun d’eux avait disparu individuellement pour devenir partie d’un monstrueux animal lancé sur la route. J’ai failli les suivre […]

 - Les gens croient qu’une foule ne saurait exercer d’action efficace. Eh bien : J’en ai vu des foules : lorsqu’elles savent ce qu’elles veulent, elles ont l’efficacité de troupes entrainées, avec la ruse et la cruauté aussi. La foule c’est un monstrueux animal, tu as raison, et il est différent de tous les hommes qui la composent, plus fort que tous ces hommes réunis. […] L’animal ne désire pas enlever la barricade. Ceux qui étudient les foules pensent qu’elles sont composées d’hommes. Non, l’animal diffère autant de l’homme que l’homme diffère du chien. Une foule c’est merveilleux lorsqu’on peut se servir d’elle, mais nous ne la connaissons pas assez. Une fois lancée, elle est capable de tout. » (p.350-351)

Ainsi, dans le roman, la colère est une ressource, qui est constitutive de la foule, et représente le travail commun d’une classe sociale qui se met en marche pour son intérêt. Cette représentation de la colère implique que la foule se reconnaisse en un chef, élu par vote dans le cadre du livre, qui aura pour mission de la canaliser dans la bonne direction. Ainsi, le mouvement se dote d’une organisation verticale et stricte, ce qui peut amener à la reproduction d’inégalités.

Colère militante, colère genrée

Il est d’abord essentiel de rappeler que les émotions et le genre se dessinent conjointement, comme nous l’affirme Stéphanie Shields : « Le genre […] est […] toujours une composante des situations sociales. Ainsi, les émotions sont inévitablement liées au genre »[6] (2008, p. 169). Il est également intéressant de noter que, dans le roman de Steinbeck, la colère est également étroitement liée à une forme de violence déchainée, animale :

(Un vieil ouvrier) : « La colère ! Voilà ce que c’est. Tu sais bien, lorsqu’on va se battre, qu’on est fou, on se sent quelque chose de chaud dans le ventre. Voilà ce que c’est. Seulement ce n’est pas rien qu’un homme qui sent ça. C’est comme si tous les millions de travailleurs n’étaient plus qu’un seul homme qu’on a battu, affamé, et qui sent cette chaleur dans le ventre. Les travailleurs ne savent pas ce qui se passe, mais lorsque le géant qui les personnifie tous laissera éclater sa colère, ils seront tous là pour pousser en même temps que lui. Et je n’aime pas penser à ce qui se passera. Ils déchireront les gorges avec leurs dents, arracheront les lèvres avec leurs ongles. C’est la colère, voilà ce que c’est. » 
(p. 78)

Cela n’est pas anodin, car la violence est un moyen d’expression de la colère éminemment perçu comme masculin. En effet, Elsa Dorlin montre bien, en partant de l’analyse d’une affiche de prévention contre les violences domestiques, qu’une certaine capacité d’agir et une certaine puissance sont attribuées aux corps masculins : « Nous ne sommes pas mis.es devant la souffrance d’un objet, mais devant la puissance d’un sujet. Ces campagnes sont tragiques parce qu’au fond, elles ne traitent que d’une surpuissance prêtée aux « hommes ». Une puissance que l’on prête uniquement aux corps masculins » (2019, p. 190). Ainsi, les actions militantes des ouvriers et leurs usages de la violence s’accompagnent d’une « performance de genre », au sens que donne Judith Butler à ce terme. En effet, comme elle l’écrit : « Il ne faudrait pas concevoir le genre comme une identité stable ou lieu de la capacité d’agir à l’origine des différents actes ; le genre consiste davantage en une identité tissée avec le temps par des fils ténus, posée dans un espace extérieur par une répétition stylisée d’actes. L’effet du genre est produit par la stylisation du corps et doit donc être compris comme la façon banale dont toutes sortes de gestes, de mouvements et de styles corporels donnent l’illusion d’un soi genré durable » (Butler, 2005, p. 265).

Ainsi, exprimer sa colère par le biais de la violence constitue une performance de genre. La trajectoire de Mac et Jim comme des autres est donc conjointement militante et masculine. Cela ne veut pas dire qu’il est impossible pour des femmes d’exercer la violence, cependant, c’est une performance du genre « déviante » par rapport aux normes sociales. Elsa Dorlin le montre bien, en évoquant les actions d’autodéfense des suffragettes, il s’agissait de « techniques de ruse, qui exploitent les préjugés sexistes selon lesquelles les femmes ne peuvent se défendre. Ces techniques jouent donc sur l’effet de surprise, de stupéfaction sociale et sur la désorientation d’un adversaire qui, en raison même de ses préjugés, n’est pas « sur ses gardes » (couper les bretelles pour que les policiers soient contraints de retenir leur pantalon, aveugler la police en ouvrant une armée de parapluies, attaquer les chevaux lors de charges de la police montée, etc.) » (2019, p. 67).

Il est d’ailleurs intéressant de noter que les femmes sont particulièrement absentes dans le livre, elles sont « à peine décrites comme épouses discrètes ou objets de désir » comme le remarque l’article de Frustration (2020). Et ce malgré le fait que le mouvement de grève de 1930 incluait en son sein un grand nombre d’ouvrières. Cela est bien révélateur d’un rapport de force inégal entre hommes et femmes dans la représentation du militantisme portée par Steinbeck. Au-delà de leurs absences, il est important d’étudier la manière dont les protagonistes abordent la question du couple et de la parentalité :

(Jim) : - « Tu ne me croiras pas Mac, mais les femmes m’ont toujours fait peur. Peur d’être pris au piège.

(Mac) : - Trop jolies, hein ?

 -  Non, j’ai vu tous mes copains se laisser prendre. Ils cherchaient à faire l’amour avec des filles, et tout leur était bon, contre une palissade, dans une cour, n’importe où. Tôt ou tard, la fille était enceinte ; alors… je n’ai pas voulu être malheureux comme mon père et ma mère, crever de faim dans un appartement de deux pièces, avec un poêle à bois. Dieu sait que je puis me passer du luxe, mais je ne veux pas souffrir comme tous les copains que j’ai connus. Partir le matin, avec le déjeuner dans une gamelle ; un morceau de pâté moisi, et du café réchauffé dans une bouteille Thermos.

 - Tu as choisi une belle vie si tu n’aimes pas être malheureux. Attends un peu que nous ayons terminé notre mission et tu m’en reparleras.

 -  C’est tout différent, protesta Jim. Je n’ai pas peur d’un coup de poing, mais je déteste les coups d’épingle répétés tous les jours. Ce n’est pas la même chose.

 -  Ce n’est pas une différence qui m’empêchera de dormir, dit Mac, étouffant un bâillement. Quant aux maisons de femmes, elles ne sont pas amusantes. »
(p. 48-49)

Ainsi, la relation de couple et la parentalité sont perçues très négativement. Jouant sur le cliché sexiste de la vie de couple « liberticide » pour l’homme.

Les femmes sont donc exclues au sein de cette représentation du militantisme. Tout d’abord parce que les actions menées mettent en avant un mode d’expression de la colère qui est éminemment perçu comme masculin. La performance de genre que l’on attend des militant.e.s est donc très proche de la norme masculine. Ceci accentue alors les risques de reproduction d’inégalités car les femmes seront globalement plus difficilement intégrées aux activités militantes et seront plus facilement stigmatisées. De plus, le livre représente le couple et la parenté comme étant un frein à l’engagement politique. L’étude de ce livre nous permet d’étudier comment la structure sociale des mouvements politiques, ainsi que les questions relatives aux genres et à sa performativité peuvent mener à une certaine reproduction d’inégalités au sein des mouvements dits d’« extrême gauche ».

L’apport de la littérature dans un travail sociologique

L’analyse du roman de Steinbeck a été précieuse dans mon travail. En effet, la littérature a ici eu un usage scientifique. En effet, celle-ci est une source précieuse pour comprendre les émotions, les actions des individus et les représentations qu’ils en ont. La littérature privilégiant des procédés d’écritures et de narrations propres à susciter les émotions des lecteurs, nous sommes mis en face d’un récit qui nous rapproche bien plus de la réalité des questionnements et des représentations que peuvent avoir les militant.e.s d’« extrême gauche » sur le terrain. En effet, il n’existe pas un.e militant.e, quelle que soit l’organisation dont iel est membre, qui ne se pose pas tout un ensemble de questions : Est-ce légitime que je prenne la parole ? Faut-il que je mette en avant mes connaissances et mes expériences militantes ? Mais si je le fais, est-ce que ça ne serait pas une tentative de prise de pouvoir politique contraire à mes idées ? Mais il faut bien que le mouvement avance, je dois aider et dire ce que je pense ? Comment gérer une situation de crise sans que la foule ne se mette à écouter la voix qui crie le plus fort ? etc. Tous ces questionnements engendrent inévitablement tout un ensemble d’affects et d’émotions diverses auprès des militant.e.s, dont la plupart se contredisent entre eux. C’est pourquoi il est tout à fait pertinent d’user de la littérature pour analyser et comprendre les actions des individus, le sens qu’ils en donnent, leurs représentations et leurs émotions. Il faut néanmoins, ne pas oublier qu’il est primordial de situer le point de vue de l’auteur en prenant en compte ses caractéristiques sociales.

De plus, il faut bien voir que la littérature joue un rôle dans la construction des autoreprésentations et des identités militantes. J’ai remarqué qu’un grand nombre de mes enquêté.e.s ont affirmé s’être formés politiquement et avoir été marqués par la littérature de fiction et non scientifique. Cela s’explique, car la littérature sait se montrer un vecteur d’émotions et d’affects qui sont constitutifs de l’action et la mobilisation des individus, autrement dit de leurs conatus pour reprendre l’analyse de Frédéric Lordon (2010). La cellule locale de Lutte Ouvrière où milite Sarah est d’ailleurs assez singulière puisque l’un des cadres du parti avec lequel elle est en contact y prône la lecture de romans sociaux réalistes tels que La révolte des pendus (1936) de B. Traven ou encore Ces messieurs de Saint Malo (1983) de Bernard Simiot. En effet, ce cadre considère, selon Sarah, qu’il est nécessaire d’inciter les nouveaux membres du parti à lire de la fiction pour se former politiquement, comprendre le sens des luttes menées, avoir une idée plus concrète de l’organisation militante, en parallèle des ouvrages plus théoriques de Léon Trotsky, Lénine ou Rosa Luxembourg.

Enfin, pour élargir la perspective, il pourrait être bénéfique de construire une réflexion sur les stratégies et procédés d’écritures présents dans le champ scientifique. L’autonomisation du champ scientifique, créé par une logique de différentiation, a poussé ses agents à adopter un langage et une écriture propres. Celle-ci a un certain nombre de bénéfices, notamment en ce qui concerne le contrôle entre pairs, le besoin de justifier et de détailler sa démarche méthodologique et réflexive, etc. Cependant, si notre but en tant que scientifiques est d’avoir un effet performatif sur le monde social, alors il nous faut nous poser la question du public en vue duquel nous écrivons, et envisager les procédés et stratégies d’écritures présents dans la littérature comme des sources d’inspiration. Ici recèle l’apport que la littérature peut avoir au sein du champ scientifique. Dans Retour à Reims (2009), Didier Eribon développe un rapport particulier à l’écriture en laissant une grande place à l’analyse sociologique tout en arborant un style d’écriture bien plus personnel et intime, qui offre une certaine place à l’expression des sentiments et de leur évolution. Cette stratégie participe au développement d’une « sociologie sensible », qui, sans renier sa portée scientifique, se donne également pour but d’être un vecteur d’émotions et d’affects propre à avoir un effet performatif sur le monde social.

Bibliographie

Barrère Anne et Martuccelli Danilo,  Le roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2009, 374 p.

Bourdieu Pierre, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, 243 p.

Butler Judith, Trouble dans le genre, Paris, La Découverte, 2005, 272 p.

Crossley Nick, “Body Techniques, Agency and Intercorporeality: On Goffman’s Relations in Public”, Sociology, 1995, 29(1), pp. 133–149.

Dorlin Elsa, Se défendre : une philosophie de la violence, Paris, La Découverte, 2019, 284 p.

Eribon Didier, Retour à Reims, Paris, Fayard, 2009, 252 p.

Rédaction de Frustration, « Devenir un activiste humble et efficace en lisant en un combat douteux de Steinbeck », Frustration, 18 avril 2020. En ligne : https://www.frustrationmagazine.fr/devenir-un-activiste-humble-et-efficace-en-lisant-en-un-combat-douteux-de-john-steinbeck/. Consulté le 16/05/2022.

Holmes Mary, « Introduction: The Importance of Being Angry: Anger in Political Life», European Journal of Social Theory, 2004, 7(2), pp. 123-132.

Langshaw Austin John , Quand dire c’est faire, Paris, Points, 1991, 203 p.

Ledent David, « Les enjeux d’une sociologie par la littérature », COnTEXTES [En ligne], mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 14 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/contextes/5630

Lordon Frédéric, Capitalisme, désir et servitude : Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010, 213 p.

Lyman Peter, “The Politics of Anger”, Socialist Review, 1981, 11, pp.  55–74.

Marcellesi Jean-Baptiste et Gardin Bernard, Introduction à la sociolinguistique, Paris, Larousse, 1974, 263 p.

Shields S. A. & Warner L. R., “Gender and the emotion politics of emotional intelligence”. In S. Fineman (ed.), The emotional organization: Critical voices, London, Blackwell, 2008, pp.167-182.

Steinbeck John, En un combat douteux, traduit de l’américain par Edmond Michel-Tyl, Paris, Gallimard, 1940, 381 p.

Tannen Deborah, Conversational style, Oxford, Oxford University Press, 2005, 244 p.

[1] Traduction de l’anglais par mes soins de : “the main objective of this issue is to provide an understanding of the sociological importance of emotions, and specifically anger, in political life”.

[2] Traduction de l’anglais par mes soins de : « one can define anger as the essential political emotion ».

[3] Traduction de l’anglais par mes soins de : « publicly verifiable aspects of embodied conduct or behaviour ».

[4] Que je remercie d’ailleurs.

[5] Comme le montre notamment les propos tenus par les utilisateurs du forum en ligne : « Forum des amis de Lutte Ouvrière ».

[6] Traduction de l’anglais par mes soins de : «  Gender (and other intersecting dimensions of social identity) is, as we describe below, always a component of social situations; therefore emotion is inevitably linked to gender”.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.