Que faire quand la littérature est grise ? L’état de l’art comme premier exercice de construction de l’objet

Maxime Agator est étudiant à l’EHESS en Master 2 sociologie, au sein de la mention sociologie générale. Il s’intéresse au problème public de la corruption et aux mouvements citoyens qui, en France, s’organisent contre ce phénomène. Il montre dans ce texte que la constitution d’un état de l’art autour de ses thématiques de recherche a été indissociable de l’opération de construction de l’objet. La littérature grise qu’il a dépouillée, d’abord dans un contexte professionnel et ensuite dans le cadre de ses recherches, prend ainsi des couleurs dès lors que l’enquêteur se propose d’en faire un objet d’étude. 

*              *

*

Lorsqu’on décide de consacrer un travail de sciences sociales à une thématique pour la première fois, l’état de l’art est souvent présenté comme un préalable indispensable à la recherche. En effet, avant de figurer dans nos productions écrites (projet ou compte-rendu de recherche), parcourir et maîtriser la littérature scientifique déjà consacrée à notre sujet de recherche semble être un prérequis nécessaire à plusieurs titres : acquérir une connaissance plus approfondie de son sujet, connaître les différentes manières dont l’objet de recherche a été construit par le passé par d’autres chercheurs, se positionner vis-à-vis des travaux antérieurs, et surtout déterminer quel angle peut apporter une contribution originale à l’état des connaissances scientifiques existantes.

Dans mon cas, l’état de l’art a joué un rôle particulièrement important dans le choix de mon sujet puisqu’une première ébauche de celui-ci a été réalisée dans le cadre d’une expérience professionnelle antérieure au sein du département de recherche d’une grande ONG transnationale. Intéressé par les questions de corruption depuis plusieurs années, j’ai en effet eu l’occasion de travailler en tant que stagiaire dans un service de cette ONG chargé de collecter et diffuser des connaissances sur les pratiques de corruption à travers le monde et les politiques mises en place pour s’y opposer. Cela m’a semblé être l’endroit idéal pour mieux saisir l’état des connaissances sur cette question et identifier un aspect du thème que je pourrai explorer dans un futur travail de recherche, en bref : faire un premier « état de l’art » général avant d’en venir à une recherche précise sur les questions ainsi soulevées.

La littérature grise : une littérature ambivalente

Le corpus de documents que j’ai pu consulter dans le cadre de cette expérience de stage m’est toutefois apparue comme fortement ambivalent. D’abord, parce que les textes explicitement consacrés à la corruption et traités par le service m’ont semblé en grande partie composés de littérature « grise » : rapports d’institutions publiques ou privées, textes écris parfois par des scientifiques mais non publiés dans des revues (ce qui donne à réfléchir sur le statut à leur accorder), ou encore textes de praticiens ou de chercheurs travaillant dans des ONGs. Si cette littérature grise est parfois très riche en détails et informations du fait de son caractère international et de l’expérience de ses auteurs, et si elle fournit une première vision précieuse, à la fois synthétique et comparative, elle m’est très souvent apparue sociologiquement insatisfaisante sur un certain nombre de points que j’ai progressivement identifiés.

Les questionnements y sont ainsi souvent concentrés quasi-exclusivement autour des niveaux et des formes de corruption abstraits et de l’efficacité de contre-mesures, délaissant d’autres aspects notamment contextuels ; ces textes traitent ainsi quasi-uniquement des pays en développement, avec un relatif impensé des spécificités de la corruption de pays « développés » parfois posés en modèles ; les fortes influences de l’économie, d’une science politique théorique et parfois des régressions ou agrégations statistiques contrastent avec la rareté de matériaux empiriques, du type de ceux que l’on recueille par l’entremise d’enquêtes de terrain.

Ces productions comportent également souvent une dimension fortement normative rarement explicitée, comme lors de l’existence d’un modèle idéal souhaitable unique de régulation politique est posée et qu’une série de principes et politiques sont considérés comme valables partout pour éliminer la corruption. Pour certains, la conformité à ce modèle appelé « bonne gouvernance » est même quantifiable, « la corruption » en étant une composante mesurable via des sondages d’opinions d’ « experts ».  Des institutions comme la Banque mondiale avec ses « Worldwide Governance Indicators »[1], réalisent ensuite des agrégations homogénéisées des chiffres de ces sondages d’opinion pour chaque pays avant d’établir classements et comparaisons, bien que les sondages soient réalisés avec des méthodologies différentes – y compris les définitions de ce qui doit être mesuré[2] – et ne couvrent pas tous les mêmes pays. Deux pays comparés de cette manière peuvent donc l’être sur aucune base commune. Malgré des critiques récurrentes sur la capacité de ces agrégats à décrire le réel, de nombreux textes les reprennent néanmoins à leur compte comme variable pour tester l’effet statistique d’autres facteurs sur le « niveau de corruption » d’un pays.[3]

En parallèle de cette approche plus ou moins normative, certains textes comportent également une tendance à l’approche globalisante et généralisante, qui tend à penser la corruption comme une déviance a-historique et naturelle, sans véritablement s’interroger sur ses variations ou son inscription dans des rapports sociaux particuliers. La reprise de la « formule »  de la corruption issue de la théorie du principal-agent de l’économiste Robert Klitgaard en est un bon exemple : celle-ci pose que dans l’exercice d’un pouvoir, « Corruption = Monopoly plus discretion minus accountability »[4] , formule sensée être valable dans tous les secteurs d’activité, public ou privé, et que ce soit « à Washington ou Ouagadougou »[5].

Abstraite, normative, globale, cette littérature m’a par ailleurs semblé laisser de côté beaucoup de questions. Par exemple, le mouvement anti-corruption lui-même est rarement évoqué de manière critique ou même réflexive, pas plus que le lien entre politiques d’aide au développement issues du « Consensus de Washington » et le financement de certaines mobilisations anti-corruption transnationales ; l’histoire récente du terme corruption et de sa définition la plus courante ; ou enfin le paradoxe apparent entre un relatif consensus qui semble l’accompagner parmi des acteurs pourtant très divers, et le caractère très flou de ses frontières.

Au lieu d’un état de l’art, j’ai donc ressenti une certaine confusion et j’ai dû faire face à un nouveau questionnement : comment expliquer que tant de questions ne soient pas posées et qu’à l’inverse certaines soient traitées de manière intensive, y compris par des auteurs issus du champ universitaire ?

Une nécessaire « rupture épistémologique ». Faire de la littérature grise un objet comme un autre

À la fin de mon stage, et à mesure de la réorientation de mes lectures vers des travaux scientifiques – obtenus par l’entremise de bases de données documentaires et d’articles scientifiques – j’ai progressivement réalisé que si le sujet avait été relativement peu traité en France sous le terme de « corruption », laissant une place de choix au corpus majoritairement anglo-saxon de littérature grise présenté plus haut, d’autres travaux avaient en fait abordé des thèmes connexes ou parfois la même question sous d’autres entrées que ce terme. Surtout, j’en suis arrivé à la conclusion qu’il était impossible de construire un objet pertinent sans procéder à une forme de « rupture épistémologique » avec cette littérature et ses postulats, littérature grise mais aussi parfois académique, et questionner nombre de ses points consensuels qui me sont apparus comme de plus en plus fragiles.

J’ai donc choisi de déplacer le regard et de m’intéresser à ce qui se joue autour du qualificatif de corruption lui-même, à son histoire récente et aux mobilisations qu’il suscite, plutôt qu’aux pratiques « corrompues » et aux contre-mesures. J’ai ainsi découvert qu’une approche « constructiviste » de la corruption avait justement entrepris d’étudier la manière dont les problèmes de corruption sont construits et perçus dans différents contextes, et montre que cette notion et les pratiques qu’on y inclut après qu’elles ont longtemps été tolérées a évolué avec le temps.[7] Cela m’a permis de questionner le consensus apparent autour de cette notion dans la littérature grise, et m’a invité à m’intéresser plutôt à son caractère évolutif et à la redéfinition de normes sous-jacentes, par exemple par l’entremise des scandales qui semblent occuper une place majeure mais peu explorée, et en pensant cette fois fortement l’inscription dans les rapports sociaux et un contexte historique. Cela posait toutefois un problème pratique important : que faire de cette littérature foisonnante que j’avais consultée et synthétisée pendant des mois ?

La corruption comme obstacle au développement économique. Campagne mondiale de deux agences des Nations-Unies pour la promotion d'un programme de réforme des finances publiques. UNDP & UNODC 2011 (Licence CC-BY-NC-ND 2.0).
La corruption comme obstacle au
développement économique. Campagne mondiale de deux agences des
Nations-Unies pour la promotion d’un programme de réforme des finances
publiques. UNDP & UNODC 2011 (Licence CC-BY-NC-ND 2.0).

D’un côté, il était tentant de simplement la laisser de côté. Dans la mesure où ses présupposés sont parfois discutables et pas toujours étayés, garde-t-elle alors encore une pertinence ? Ne risque-t-elle pas de faire obstacle à la compréhension en limitant la rupture avec des impensés que j’avais peut-être intériorisés ? D’un autre côté, elle constitue un corpus très bien diffusé et synthétisé, difficilement contournable, qui fait référence pour de nombreux acteurs ; elle est très riche en informations sur des pratiques considérées comme déviantes et porte des analyses parfois fondées. On peut de surcroît supposer que cette littérature porte nécessairement la trace de « comment » ce problème de « corruption » a été structuré : ne peut-elle donc pas constituer un objet d’étude en elle-même, ou du moins une source, d’autant qu’elle participe parfois à sa construction intellectuelle ?

Une solution provisoire et pratique : Renvoyer la littérature grise vers un ailleurs géographique et temporel

Dans mon cas, j’ai choisi de résoudre cette tension par une sorte de compromis pratique, en instaurant une double distance : une distance d’abord géographique en m’intéressant plus spécifiquement à l’échelle française, de fait moins concernée par cette littérature, et une seconde distance temporelle en laissant ce corpus de côté dans un premier temps, quitte à y revenir plus tard, mieux outillé de littérature sociologique sur la production et l’usage des expertises et la circulation transnationale des connaissances, par exemple à l’aide du concept de communauté épistémique[8]. J’ai gardé pour autant à l’esprit ce que j’ai synthétisé et lu pendant cette période pour mieux éclairer, comparer, questionner ce que j’ai trouvé dans mes recherches sur l’émergence de la corruption comme un problème public en France au début des années 1990.

L’état de l’art fut donc pour moi non seulement un préalable nécessaire à la recherche, mais aussi un véritable premier exercice de construction de l’objet.

Maxime Agator

[1]          Site des WGI : http://info.worldbank.org/governance/wgi/index.aspx#doc  [consulté le 08/07/2015]

[2]          L’une des sources agrégée, le Global Insight Business Conditions and Risk Indicators,  inclue ainsi la mesure du caractère « intrusif » et la « lourdeur bureaucratique » (red tape) de l’administration, tandis que d’autres interrogent sur l’expérience personnelle des pots-de-vin ou demandent d’estimer un niveau général.

[3]          Par exemple, chercher à deviner l’effet de l’existence d’une loi sur l’accès à l’information  en fonction du « niveau » de corruption : Alina Mungiu Pippidi, « FOIA as an anti-corruption tool », ERCAS Working Paper, 2013. Disponible  http://www.againstcorruption.eu/wp-content/uploads/2013/04/WP-34-FOIA-as-an-anti-corruption-tool1.pdf [consulté le 08/07/2015]

[4]          On pourrait le traduire par « Corruption = Monopole + Discretion – responsabilité »

[5]            Robert Klitgaard, « International Cooperation Against Corruption », Finance & Development, Washington, Fonds Monétaire International, vol. 35, no 1 mars 1998.

[7]          Par exemple : Arnold J. Heidenheimer et Michael Johnston (eds.), Political corruption: concepts & contexts, New Brunswick, N.J., Etats-Unis, Transaction Publishers, 2002 ; Michael Johnston, « The search for definitions: the vitality of politics and the issue of corruption », International Social Science Journal, 1 septembre 1996, vol. 48, no 149, p. 321‑335.

[8]            Peter M. Haas, « Introduction : Epistemic Communities and International Policy Coordination », International Organization, 1992, vol. 46, no 1.

*Image en bandeau via Flickr, Angers, france: Site de l’ancienne manufacture d’allumettes. Les archives d’une entreprise qui a quitté les lieux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *