L’ethnographie, c’est tout un art !

Compte-rendu « intéressé » de l’atelier « Les enjeux de l’ethnographie dans l’étude des pratiques artistiques » des Premières rencontres annuelles d’Ethnographie de l’EHESS  (nov.2014).

 

Alexis Ruiz-Salmeron est étudiant en M2 « Sociologie générale » à l’EHESS. Il réalise un mémoire de recherche en sociologie de la culture sous la direction de Jean-Louis Fabiani. Son enquête consiste en une monographie d’un lieu innovant de représentations du spectacle vivant qui est aussi un lieu de vie et de convivialité inscrit dans le territoire : le Cent-quatre à Paris. Il s’intéresse aux représentations et aux pratiques sociales des individus, les plus impliqués mais aussi les moins concernés, dans l’usage des espaces de ce lieu. Le compte-rendu de l’atelier[1] qu’il propose est ainsi mis en perspective avec le sujet de sa recherche.

Avant tout chose, une précision. J’ai assisté à cet atelier pour en tirer un certain nombre d’enseignements pour la réalisation de mon sujet de recherche. Je n’avais, au départ, aucunement l’intention d’en proposer une restitution. Ce texte est donc l’expression des travaux des intervenants sous le prisme de ma curiosité d’apprenti-chercheur soucieux (voire inquiet !) d’en apprendre le plus possible ; non pas sur les sujets mêmes des intervenants mais sur leurs pratiques de chercheurs. Mais n’est-ce pas aussi un des objectifs de ces journées que de créer un espace d’échanges autour des pratiques de recherche commune entre des (jeunes) chercheurs recourant à l’ethnographie pour résoudre des problèmes sociologiques ? 

L’enjeu de cet atelier des Premières rencontres annuelles d’ethnographie de l’EHESS était en effet de donner à voir les méthodes et les situations explorées lors d’un travail d’enquête mêlant entretiens, observations, participations dans le milieu artistique. Il y a été question aussi bien de pratiques amateurs (cours de danse Hip-Hop, pratique de batterie de samba) mais aussi de pratiques professionnelles (Festival de l’Imaginaire ou défilé de Rio de Janeiro). Les terrains ont été envisagé à la fois comme des lieux culturels et de sociabilité. Du loisir culturel aux professions artistiques, les chercheurs ont exploré un large éventail de dispositifs et de cadre d’interactions mettant à l’épreuve leur savoir-faire et leurs implications d’observateurs et de participants. De mon côté, je suis au début de la construction de mon objet d’enquête. Je souhaite faire une monographie sur un lieu innovant de représentations du spectacle vivant qui est aussi un lieu de vie et de convivialité inscrit dans le territoire. Pour cela, j’ai choisi le Cent-quatre à Paris. Je m’intéresse aux représentations et aux pratiques sociales des individus, des plus impliqués aux moins concernés par l’usage des espaces de ce lieu.

Je présenterai successivement le compte-rendu de cet atelier puis les commentaires que ces interventions ont suscité dans le cadre de mon projet de recherche.

Quand le rythme prend le chercheur

Tout d’abord, pour Antoinette Kuijlaars, il s’agissait d’étudier les critères de jugement des batteries d’école de samba au carnaval de Rio de Janeiro, notamment depuis son « poste » d’observation, à savoir la batterie dans laquelle Antoinette jouait. Au milieu de cent musiciens en répétition et de trois cents en défilé, elle a fait état de son attachement à cette expérience assez unique consistant à jouer devant des centaines de milliers de personnes et au cœur d’une grande force émotionnelle liée à la musique elle-même. Comme son titre l’indique, il s’agissait alors de « dépasser la posture de participation observante », dont un des risques est d’assimiler la croyance selon laquelle les critères de jugement lors du carnaval était peu crédibles voire manipulés par des juges corrompus. Elle avait notamment eu un sentiment de défiance très grand lorsqu’un premier juge, puis un second, sont entrés en contact avec elle. Puis en s’entretenant avec eux, elle est entrée dans la complexité des critères et des protocoles pour juger d’un travail auquel, finalement, ils ont peu accès car, par exemple, ils n’ont pas le droit d’accéder aux répétitions. En effet des enjeux dans le travail de composition et des liens entre les amateurs permettraient de juger de l’investissement de uns et des autres dans le projet mais le fait d’y venir, pour un juge, pourrait être jugé comme du favoritisme vis à vis des uns ou des autres.

Retrouver la confiance du terrain

L’intervention de Louis Jesu a particulièrement retenu mon intérêt. L’enjeu de sa thèse est d’étudier l’ancrage dans le territoire des pratiques de rap et de danse Hip-Hop. Il nous a fait part de la spécificité méthodologique de son travail d’enquête consistant à étudier deux lieux : l’un est un studio d’enregistrement et de répétition pour les rappeurs mais aussi un lieu de passage inscrit dans la vie d’un quartier de banlieue parisienne ; l’autre est une association de danse Hip-Hop inscrite dans un territoire du même type. Ces lieux sont à la fois des espaces de pratiques et de créations artistiques et des lieux de rencontres et de sociabilités. Ils participent à la continuité des relations sociales des habitants du quartier engagés à différents degrés dans la vie de ces associations. Méthodologiquement, Louis Jesu a rendu compte d’un retranchement des rappeurs dans leur image publique d’artiste qui ne facilite pas le travail du chercheur en entretien. Il a fallu souvent opérer un décentrage du regard, notamment au travers de la variété des professionnels travaillant autour de ces espaces : travailleurs sociaux, professeurs de danse, ingénieurs du son, etc. Pour ne pas prendre parti, lors de débats nombreux, parfois tendus – notamment sur la qualité des performances des rappeurs – le chercheur a trouvé un « lieu refuge » pour marquer sa neutralité : la cabine des ingénieurs du son qui eux-mêmes se doivent d’être neutres, par professionnalisme, car ils ont à faire à tous les artistes.

photo_artiste

La situation la plus délicate, et la plus riche d’enseignements pour moi, à laquelle Louis Jesu a dû faire face s’est déroulée dans l’association de danse : un conflit latent qu’il avait sous-estimé entre la direction de l’association et une partie des personnes présents également dans le même lieu, remettant en question l’avenir de son directeur. Louis Jésu nous a raconté comment il a dû prendre parti dans cette situation délicate, et comment cela a rendu possible la poursuite du travail de terrain.

Ce qui a révélé le caractère délicat de cette situation est la possibilité de se froisser avec les principaux interlocuteurs, notamment ceux qui vous « autorisent » et vous ouvrent le terrain mais aussi l’impossible recours à la neutralité dans certaines situations et la prise de position qui en découle pour ne pas « griller » le terrain d’enquête. Dans mon travail de recherche, bien que le Cent-quatre peut se prêter facilement à de nombreuses façons d’observer, mon accès aux spectateurs et aux personnels est indispensable et c’est pourquoi le rapport à l’institution est essentiel.

Musique et recherche, les deux amours du chercheur

Enfin, Talia Bachir-Loopuyt, connaisseuse des musiques turques et arabes, musicienne elle-même, a travaillé notamment sur l’édition 2008 du Festival de l’Imaginaire et tout particulièrement sur l’une des chanteuses invitées, Waed Bouhassoun, autour d’un poème « Je T’aime de deux amours » écrit par Rabia Al Adawiya, femme poète, au VIIIème siècle.

L’intervention de Talia Bachir-Loopuyt se fait autour de la question suivante : « Quel est le regard de l’ethnographe ? » Cette question sur pose au concret de l’enquête, en répétition et au concert : où se place-t-on ? Car, au-delà de l’étude des formes inédites du public européen, des références à des réputations établies ou des stratégies de développement de carrière, il a fallu pour elle découvrir l’art à l’œuvre en amont et pendant le concert et faire la part des enjeux esthétiques et de ce qui était de l’ordre du rituel religieux. L’art du concert, cette chercheuse a pu l’étudier notamment lors des répétitions, pendant lesquelles elle observait le processus de création, les tensions existantes entre interprètes et qui se découvrent au fur et à mesure, notamment grâce à sa connaissance de la musique.

Talia Bachir-Loopuyt était dans une position d’observation non participante. Elle a relevé notamment cette idée d’ethnographie des « bonnes raisons » et la mission des chercheurs de réfléchir aux agencements de ces différentes raisons d’agir. Elle a noté aussi la difficulté du chercheur à doser sa critique, problématique inhérente à tout travail de recherche.

Intermède.

Etant actuellement en reprise d’études et travaillant à Montpellier Danse, un festival et une saison dédiés notamment à la danse contemporaine, j’ai acquis une certaine familiarité avec les métiers, les pratiques et le milieu de la création du spectacle vivant, sans être spécialiste des terrains qui ont été présentés. Les questions que je me pose dans le cadre de ma situation actuelle d’apprenti-chercheur sont d’abord méthodologiques, et leur intérêt est renforcé par la proximité de cet atelier avec mon sujet. Je m’interroge tout particulièrement sur l’enjeu de la distanciation, pour ne pas arriver sur le terrain d’enquête en ayant le sentiment de tout comprendre et manquer l’essentiel. Aujourd’hui, l’enquête sur le terrain n’a pas commencé, et il est très précieux de pouvoir se nourrir de l’expérience d’autres chercheurs.

Voici quelques traces de ce dialogue entre ces interventions et mon sujet de recherche :

Etre juge et parti

Ce que j’ai le plus retenu de l’intervention d’Antoinette Kuijlaars, c’est cette question de la participation observante : étant elle-même « juge et partie », il lui a été difficile de s’extraire de sa position de participante.

Dans mon cas, j’ai très tôt senti que mon métier d’attaché aux relations avec les publics pouvait devenir une posture privilégiant les questionnements de ce type de personnel administratif d’un établissement culturel plutôt qu’un autre : les médiateurs n’interagissent pas de la même manière avec les publics, la direction, les techniciens ou les autres services administratifs que d’autres personnels (responsables en communication, en mécénat, en relation presse, les programmateurs et les artistes). C’est à la fois, à ce stade, une richesse car j’ai une connaissance fine de l’activité de ces professionnels et des rapports de forces qui traversent ces institutions. Mais c’est aussi une faiblesse car je dois veiller à ne pas appliquer une grille de lecture spécifique à l’institution dans laquelle je travaille à celle sur laquelle je souhaite travailler : le Cent-quatre. Je ne sais pas encore jusqu’à quel point je « participerai » au Cent-quatre mais j’avais le sentiment, au moment de cet atelier, que je devais être prudent vis-à-vis des logiques d’action issues de ma situation de « professionnel de la culture », afin que celle-ci ne parasite pas le programme de recherche que j’entends déployer sur cette institution.

Ces deux logiques, professionnelles et académiques, se trouvent donc nouvellement entremêlées, avec des effets sensibles dans une partie de mon activité. Ainsi, lorsque je mène des actions de médiations (visites, présentation vidéo, ateliers), je suis plus attentif à la manière de m’adresser aux usagers, et aux retours de la part des enseignants.

La neutralité du chercheur à l’épreuve

Quant à la prise de position qu’a dû prendre Louis Jesu, c’est un exemple éloquent de l’implication du chercheur malgré lui dans la situation qu’il prétend étudier. Il n’est pas impossible que je sois confronté à une telle situation : en effet, désirant étudier à la fois les « concepteurs » des dispositifs mis en place pour provoquer des interactions sociales, mais aussi les « intermédiaires » (médiateurs culturels, techniciens…) ainsi que les « récepteurs » de ces dispositifs, voire des partenaires extérieurs, il est possible que je me retrouve dans une situation où la confiance que l’un me portera pourra être renforcée ou amoindrie selon les interactions personnelles que j’aurai avec une autre personne. C’est certainement le b.a.-ba de l’enquête mais, avec Louis, j’ai pu en mesurer les effets concrets.

De l’inobservable…

Quand à la dernière intervention, celle de Talia Bachir-Loopuyt, une question importante a piqué ma curiosité : comment faire de l’observation dans les bureaux de l’administration du festival ? C’est à peu près impossible, elle n’a pu faire que des entretiens. Cela renvoie au contrôle parfois assez fort de certaines professions sur le travail du chercheur. Ici, cela m’a permis de comprendre que dans le milieu de la culture – particulièrement celui des écritures contemporaines au sens large – les acteurs manifestent une forte réflexivité sur leurs pratiques et sur le sens de leurs actions, étant en cela parfois nourris par les apports des sciences sociales.

Ainsi, son sujet, qui est peut-être le plus proche du mien, est celui qui a le plus déjoué mes anticipations. Elle a, en effet, mis le doigt sur une question que je ne m’étais pas posée : je pensais observer les passants, les spectateurs, les amateurs mais pas les personnels administratifs, en tous cas pas dans leurs bureaux, comme si j’avais accepté l’idée, en tant que professionnel, que c’était inobservable. A tenter donc !…

Ces éléments liés à la pratique ethnographique du chercheur dans un contexte de pratiques artistiques m’ont permis d’appréhender les différentes méthodologies à l’œuvre selon les terrains et les pratiques des acteurs.

Ce que j’ai tiré de ces restitutions d’expériences de terrains, c’est la variété des contraintes, des interactions personnelles du chercheur avec les acteurs, ce que peut apporter la participation et la connaissance préalable des milieux sur lesquels on enquête, la persévérance que tout cela requiert et la difficulté de l’engagement ethnographique. Mon approche du travail de terrain s’en trouve, je crois, plus riche grâce aux expériences de ces « thésards ». Merci à eux !

[1] Atelier animé par Florence Nowak (CEIAS) et ElinaDjebbari (King’sCollege London/CRAL) Commentaires : Emmanuelle Olivier (CRAL-CNRS). Les premières rencontres annuelles d’ethnographie se sont déroulées les 5, 6 et 7 novembre 2014 à l’EHESS. Plus d’informations sur http://rae.hypotheses.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *