Le siècle des chefs, d’Yves Cohen

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteur du billet: Camille Chevrier, M2 Sociologie Générale, EHESS, Paris

***************************************************************************

 

Yves Cohen est directeur d’études à l’EHESS et fait partie de l’équipe de recherche Prato (Pratiques, travail, organisation). Il a travaillé comme ouvrier au début des années 1970, entre autres chez Peugeot. Il obtient une maîtrise d’histoire en 1976 sur la naissance du syndicalisme de masse dans le pays de Montbéliard en 1917-1918. Il soutient en 1981 sa thèse sur « Ernest Mattern, les Automobiles Peugeot et le pays de Montbéliard industriel avant et pendant la Guerre de 1914-1918 ». En mai 1968, il participe aux contestations, et se décrit alors comme étudiant maoïste.

Yves Cohen travaille sur l’histoire de l’action au XXe siècle et il attache une grande importance à la méthodologie : analytique des pratiques, ethnographie historique, pragmatique historique, histoire des circulations, histoire connectée, études croisées, interaction située, cognition distribuée. Le siècle des chefs est le résultat d’une recherche de plus de vingt ans sur l’histoire du commandement et de l’autorité dans quatre pays (Allemagne, Etats-Unis, France et Union soviétique). L’auteur appuie son propos sur l’étude empirique des chefs et de leurs pratiques, et traite à la fois l’histoire des techniques (aussi bien matérielles qu’intellectuelles ou sociales) et l’histoire culturelle.

La figure de chef, à la fois nationale et transnationale, s’est dessinée au cours du XXème siècle, un siècle particulièrement marqué par une réflexion sur le commandement, la gouvernementalité et l’autorité. Cette réflexion se veut multiforme et s’appuie notamment sur l’idée d’un « besoin de chef ». En explorant divers domaines d’activité, de l’industrie à la politique, en passant par l’armée, ainsi que la psychologie et la sociologie, Yves Cohen retrace l’histoire des pratiques discursives et opérationnelles entourant le concept d’autorité.

Remarquons l’importance de l’héritage de la réflexion foucaldienne sur la gouvernementalité, dont la particularité est de s’intéresser aux écrits sur la manière de gouverner plus que sur la manière de gouverner elle même.

 

 

Le siècle des chefs est un ouvrage historique qui s’attache à faire une histoire du commandement et de l’autorité sous deux angles différents :

  • Partie 1: Il s’agit tout d’abord de faire une histoire des théories, de revenir de manière large sur les différentes disciplines ayant pris pour objet le « chef » et l’ « idée de chef » ;
  • Partie 2:  Yves Cohen propose une histoire des chefs en action, portée sur les pratiques de chefs.

Yves Cohen propose ainsi d’étudier à la fois les discours et les actes. Il prévient dès l’introduction le lecteur de son choix de ne pas traiter des questions suivantes : l’opposition au chef et au commandement, ainsi que l’obéissance et ses pratiques.

 

Partie 1: une histoire des théories du commandement et de l’autorité (1890 – 1940)

 

A)    Réflexion sur les bornes chronologiques

L’année 1890, marque l’apparition des réflexions sur l’autorité et le commandement dans le champ industriel, dans celui de l’armée et de la politique. La figure du chef existait bien avant cette période, mais aucune problématisation systématique de cette figure n’avait été menée, et la figure du chef n’était pas nommée comme telle.

 Question 1: pourquoi s’arrêter en 1940 ? Quelle justification historique, en termes de disponibilité des sources, d’intérêt heuristique, etc.?

Ce moment correspond au développement d’une série de doctrines dans lesquelles s’insère le management :

  • Scientific management
  • Psychologie sociale (Tarde)
  • Bolchevisme

Yves Cohen croise ces différentes sources au cours de sa réflexion.

 

B)    Réflexion sur la manière de nommer, l’importance du langage, l’usage des termes

« Une des raisons qui ont rendu jusqu’à présent impossible un champ d’études international, pluridisciplinaire et critique sur le chef, le leadership, l’autorité, est d’ordre linguistique » (p. 41).

La maîtrise des différentes langues dans les quatre pays étudiés a permis à Yves Cohen de mener une étude d’importance dans différents pays. Il identifie deux principaux problèmes : « l’intertraductibilité » du leadership et la distinction entre authority et autorité.

Nous nous proposons de revenir sur le problème de l’intertraductibilité du leadership. Différents termes sont utilisés dans les quatre pays :

  • « Fürhung »  pour Allemagne
  • « Leadership » pour les Etats-Unis
  • « Conduite »/ « commandement » pour la France
  • « Rukovodstvo  » (leadership) – « nachal’stvo »  (commandement) pour la Russie.

Ainsi, ce n’est pas la notion de leadership mais de directing qui correspond au commandement. To lead ne signifie pas commander mais diriger, guider. L’idée de leadership a une connotation moins formelle, et renvoie à la fois à l’organisation et à l’administration. La notion de leadership est donc plus englobante que celle de commandement. Yves Cohen rapproche le terme de leader de celui de « meneur » en français, avec l’idée que le meneur émerge de la foule, contrairement au chef qui est désigné.

Après avoir relevé ces différences linguistiques, Yves Cohen insiste sur l’opérationnalité qu’il peut y avoir à comparer des termes qui sont différents, tout en ayant conscience des limites que ces comparaisons imposent. « Ce n’est pas tant que la langue n’ait aucun effet sur le développement des pratiques, bien au contraire. (…) Mais cet effet est limité, et ce sont ces limites que nous devons tracer » (p. 52).

Par ailleurs, ces comparaisons s’imposent du fait de l’importance des circulations internationales des théories à l’époque. « C’est aussi pourquoi cette étude ne respecte pas les règles classiques de la bonne comparaison : elle admet la dissymétrie des données en raison même de la grande différence entre les divers pays considérés. » (p. 65).

 

C)    Retour sur les points clés de la première partie

Yves Cohen revient sur différents aspects des théories de l’autorité et du commandement sur la période 1890-1940 dans les quatre pays considérés (Etats-Unis, URSS, France, Allemagne).

L’apparition du « besoin de chef », même s’il se traduit de manière singulière dans chacun des pays, apparaît sous différentes formes, et se renforce au début du XXe siècle et jusqu’en 1914-1918. Gustave Le Bon, en 1895, dans Psychologie des foules parle du « besoin instinctif de tous les êtres en foule d’obéir à un meneur » et affirme que « les hommes en foule ne sauraient se passer de maître ». Sigmund Freud décrit dans « Psychologie collective et analyse du moi »  (1921) le meneur de la foule comme l’incarnation du « père primitif ».

Le rôle social du chef est exploré à travers notamment la figure du général Lyautey, dans son ouvrage Du rôle social de l’officier, issu d’un courant réformateur. On parle du « devoir moral » du chef et on réfléchit sur « la conduite des hommes ». Les rôles sociaux aussi bien de l’ingénieur que des officiers outrepassent l’aspect technique pour y intégrer une action sociale et morale. On y retrouve un véritable souci de paix sociale. L’idée de reconnaissance du citoyen dans l’ouvrier/soldat/employé y est fondamentale.

Yves Cohen, dans ses travaux, insiste sur l’importance de la circulation des savoirs.

  • Un exemple de la circulation entre léninisme et taylorisme.  Lénine, dans Que Faire (1902), développe l’idée selon laquelle le parti ouvrier social-démocrate doit être une organisation dont seuls les chefs soient membres. On peut établir une comparaison entre les théories de Lénine et de Taylor : ils distinguent l’action rationnelle des spécialistes et l’action d’une masse qui a besoin d’être pilotée.

Un des apports les plus forts est certainement le fait d’avoir souligné l’imbrication entre économie et politique. La nécessité de chefs politiques est, dans tous les pays étudiés, rattachée à l’économie. Les théories de l’autorité sont parfaitement imbibées de ces deux domaines d’action, et il n’est jamais possible de séparer les deux.

  • Exemple: le grand démarrage de la révolution industrielle en Russie a encouragé l’idée d’une nécessité du chef. Lénine, 1902, dans Que Faire ?, exprime ce besoin du chef. Ainsi, le bolchevisme infléchit le marxisme vers la nécessité d’une professionnalisation des chefs.

Question 2: quelle est la place des autres figures du chef? Par exemple, où situez-vous dans votre analyse les places du chef religieux mais aussi du chef de famille (nous pensons notamment à une analyse de l’autorité du père dans les sociétés patriarcales)? Comment avez-vous décidé d’une délimitation des sphères publiques et privées dans votre étude du commandement et de l’autorité ? Quelle influence accordez-vous à la sphère privée sur le rôle et la mise en œuvre publics de l’autorité ? Comment avez-vous, à l’aide des sources à votre disposition, décidé d’une approche de l’autorité et du commandement centrée sur le politique et l’économique?

 Question 3: Comment expliquer les connexions entre les notions de commandement et d’autorité dans les deux sphères économique et politique? Quelle est la capillarité réelle entre monde politique et monde économique ?

La deuxième partie du livre fait le liant entre les pratiques discursives discutées précédemment et les pratiques organisationnelles sur lesquelles Yves Cohen s’attache. Cette partie pose la question de ce que la forme écrite peut nous révéler de/dans la manière de faire autorité ; et comment actions et discours peuvent être articulés.

 

Partie 2 : Les chefs en action

Les chapitres qui traitent de Staline et d’Hitler éclairent particulièrement le propos de cette partie, consacrée à leur manière de se construire en chef au travers de l’écrit. Nous tenons à souligner la grande richesse des sources manipulées.

 

A)    Le cas allemand

L’Allemagne est présentée dans un contexte de crise institutionnelle, déchue de sa puissance après la première guerre mondiale, remplacée alors par la République de Weimar en 1919. Le pays, dans sa reconstruction, met en place par le biais industriel des stratégies de commandement au travers des entreprises. Cela passe notamment par la création de chefs intermédiaires, et d’une hiérarchie qui se décompose. On parle même de « rationalisation sociale » dans les traductions pour décrire ces dynamiques. L’idée est alors d’une part, de développer l’individualisme, en poussant chaque individu dans un rôle précis, et d’autre part, d’aller à contre courant de la République de Weimar, qui prône l’universalisme et la lutte contre la révolution. C’est tout le monde industriel qui se réorganise, l’autorité passant par la place de l’ingénieur, « le Führer », qui a une vocation à « éduquer » les ouvriers. Il s’inscrit dans les dynamiques de la « Führung », processus de management et de conduite. En 1933, soit un an avant qu’Hitler ne prenne le pouvoir officiellement, Yves Cohen décrit comment l’idée de « communauté raciale » est introduite de manière légitime dans les organisations du travail, par le régime national-socialiste (régime d’Hitler). Pour se réarmer, l’Etat a besoin des entreprises, et constitue une lutte raciale. Hitler incarne l’autorité suprême, à la fois en tant que Führer (terme qu’il s’approprie) et de juge. Le «Führerprinzip » devient l’obligation de la mise en dépendance totale de soi à un chef (Hitler), incarnation du peuple allemand de manière exclusive. L’Allemagne devient alors une nation de chefs, là où comme vous l’expliquez, « tout allemand aura toujours à commander quelqu’un et le dernier allemand aura toujours à commander des étrangers ou membres de sous race ».

 

B)    Le cas soviétique

 Étudier ensuite Staline amène Yves Cohen à le suivre au travail, quand il se fabrique et agit en tant que chef, au travers d’une masse de lettres considérable et des actes de commandements par écrit. Est ainsi évoquée la question de la personnalisation du pouvoir : celle-ci ne fait jamais l’objet d’une théorisation explicite sur la figure du chef unique ; cependant, il y a bien dans les actes une personnalisation absolue du pouvoir. Yves Cohen parle de « l’alliance étroite entre une pratique organisationnelle et la pratique discursive qui la dénie » (p. 432). L’auteur cherche ainsi à montrer comment un chef, peut devenir l’institution suprême et comment s’effectue ce processus. Celui-ci est notamment fondé sur certaines « de pratiques opératoires », comme l’utilisation importante de sources écrites (comme ses conversations écrites,) qui sont selon l’auteur un « instrument majeur de son quotidien ». A travers différents exemples chronologique, notamment son rapide voyage en Sibérie afin de récupérer par la force le blé des paysan.ne.s, ou le processus d’élaboration de la loi des « trois épis de blé », « la loi la plus sauvage sur le vol le plus léger », Yves Cohen montre comment l’hypercentralisation progressive du pouvoir s’insère une dynamique économique et politique.

Yves Cohen marque ainsi la différence entre ces deux chefs : Hitler liquide le lien social rural, puis les liens politiques, personnels et professionnels qui créent des solidarités n’ayant pas pour origine l’adhésion à sa politique ou sa personne, tandis que Staline construit une société complexe, où chaque entité (économique ou non) relève de sa hiérarchie propre et d’une quantité considérable d’autres hiérarchies.

 

Ouverture de la discussion :

 Question 4 : À propos de la manière de vivre sous Staline, vous évoquez les réseaux privés utilisés par les soviétiques pour résoudre différents problèmes. Comment envisager la réception de l’autorité magistrale de Staline sur le quotidien des individus ? Comment s’articulent cette autorité et les réseaux privés ? Comment penser la frontière privé/public en matière d’autorité ?

 Question 5 : À plusieurs reprises, il est question du « rée »l, de la « réalité » dans votre livre, comme p. 703 : « Le croisement des sources permet d’atteindre le réel – et en particulier la violence dans le réel – que le discursif, qui est aussi une part du réel, a entre autre pour politique d’escamoter ». Comment justifier l’emploi de cette notion de « réel » et à quoi fait-elle référence ?

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *