Argumenter dans un champ de forces et Les sombres précurseurs, de Francis Chateauraynaud

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteur du billet: Paul Conchon, M2 Sociologie Générale, EHESS, Paris.

*************************************************************************

 

Francis Chateauraynaud est directeur d’études en sociologie à l’EHESS de Paris, où il a fondé le Groupe de sociologie pragmatique et réflexive. Il est l’auteur, entres autres, d’Experts et Faussaires, Pour une sociologie de la perception avec Christian Bessy en 1995, et des deux ouvrages dont nous traitons ici : Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque avec Didier Torny en 1999, réédité en 2013, et Argumenter dans un champ de forces. Essai de Balistique sociologique en 2011. Enfin, mentionnons qu’il est le co-créateur du logiciel d’analyse de corpus Prospéro, qui est mobilisé dans les sombres précurseurs. 

 

 

Nous avons choisi de lier dans notre présentation et dans les questions critiques qui suivront les deux ouvrages mentionnés plus haut. La question de l’alerte (dans les Sombres précurseurs) « précède » dans le raisonnement, et s’insère dans celle de la trajectoire des causes (dans Argumenter). L’aller-retour entre les deux ouvrages est donc d’après nous la meilleure manière de lire les deux – ce que la réédition des Sombres précurseurs a semblé nous confirmer. D’autant plus qu’ils mettent en œuvre des démarches différentes : les Sombres précurseurs peuvent être décrits comme une série d’études de cas à partir desquels émerge la figure du « lanceur d’alerte », là où Argumenter dans un champ de force est une explicitation systématique du modèle théorique de la « balistique sociologique », qui est donc l’étude des trajectoires argumentatives. Le premier traite de l’émergence d’un type particulier de cause, la création d’une crise par l’alerte, alors que l’autre généralise et systématise en expliquant comment interpréter et modéliser la trajectoire de toute cause dans le temps. Nous traiterons donc de ces deux ouvrages comme d’une œuvre solidaire.

Nous reviendrons rapidement sur les différentes notions mobilisées et sur le cadre théorique qui est celui de F. Chateauraynaud, puis nous aborderons ce qui nous a semblé être des traits saillants de ces travaux – puis nous reprendrons dans la deuxième partie une lecture plus critique de ceux-ci.

 

La théorie du monde social et d’accès au monde social défendue par F.Chateauraynaud est celle d’une « pragmatique des transformations ». Dans Argumenter dans un champ de forces (P17), elle décrit une approche des stratégies argumentatives dont des analyses fondées sur l’analyse des structures, des micro-interactions ou de l’incertitude totale seraient des cas limites. Il cherche dans les deux ouvrages à montrer comment les acteurs produisent des « prises » sur la genèse et la trajectoire d’alertes et de causes. Ces prises, qui permettent d’infléchir ces trajectoires et de les faire émerger, sont le produit de l’adéquation entre le « travail perceptuel » de l’acteur et les représentations des problèmes et des faits. Ces prises viennent des mots, des arguments, en ce que l’on peut appeler un registre argumentatif, dont la puissance argumentative est une des deux coordonnées qui définissent une trajectoire d’une cause, l’autre étant le temps. C’est le modèle d’analyse des trajectoires, cette balistique, donc, qui est défini dans Argumenter dans un champ de forces et qui traverse aussi selon nous Les sombres précurseurs.

L’argument tient donc ici une place centrale. Il est explicitement l’objet d’un des deux livres – il est au centre des deux. Est pris pour objet un argument lié à l’acteur, pris dans sa relation avec l’argumentateur et avec l’audience de l’argument, et qui entre dans un jeu interprétatif autant que dans un jeu d’acteurs. Autre caractéristique : l’espace argumentatif est continu de bout en bout. Il n’y a pas de différence essentielle entre le raisonnement scientifique, politique, l’expertise, en tout cas pas du point de vue de la cause. Le « sens commun » n’est pas délégitimé par rapport aux ordres politiques ou scientifiques – le lanceur d’alerte devient un « troisième terme », « irréductible » au deux précédents.

L’attention se décale ainsi des argumentateurs (au centre jusqu’ici des études de causes et de controverses) vers les arguments – par une typologie et la description de leur « portée », de leur « puissance », leur capacité à donner « prise » sans jamais les laisser seuls. Ils émergent et vont vers un milieu qui leur donne leur sens, leur contexte, et qui est l’espace social de référence. Car le « champ de forces » n’est pas ici le champ bourdieusien, malgré la parenté de vocabulaire. L’espace n’est pas discontinu, tout du moins pas celui de l’argumentation. Les acteurs ne sont pas non plus en apesanteur sociale et évoluent au sein de milieux, qui sont plus que de simples configurations relationnelles, mais bien des espaces où se partagent un savoir et une représentation. « Il n’y a pas d’argumentation possible sans représentation collective ni savoir commun déjà disponible dans l’esprit du public » (Argumenter, p. 100).

Le temps est par contre séquencé. Discontinu et modal. Discontinu car sont établies à plusieurs reprises des étapes dans les trajectoires d’une cause, ou dans l’émergence d’une alerte. Une cause passe ainsi dans l’archétype de votre modèle par 5 phases – lesquelles correspondent à un niveau de puissance argumentative, de prise possible par les acteurs, de nombre de « milieux » impliqués ». Modal ensuite car le temps est variable à l’intérieur d’une même cause ou alerte. Ainsi l’aller-retour entre le temps long et le temps court, dans le cas du débat sur le nucléaire, entre la question du stockage des déchets et celui de l’accident. Le temps est modal car il est modelé par l’argumentaire qui lui donne du sens et un rythme, et parce qu’il s’ancre et se projette. Le lanceur d’alerte mobilise le passé, et cherche à gagner une « prise » sur le présent pour conjurer le futur. Il se fait prophète, mais un prophète de l’action, un prophète qui veut être contrarié, qui veut produire une « prophétie déréalisatrice ».

F.Chateauraynaud entretient enfin un rapport particulier à la démocratie et à l’utilité politique de la sociologie. Il défend explicitement un rôle normatif de la sociologie en demandant à quoi elle servirait si ce n’était à modifier les attendus normatifs des citoyens. De manière moins explicite, son analyse de l’expertise laisse apparaître une conception « positive » de celle-ci, avec la mise en valeur d’une expertise « collective », « plurielle », « citoyenne », opposée à d’autres modèles plus articulés à des intérêts constitués qu’à la notion de vigilance. Enfin, la question de la violence mériterait d’être analysée plus frontalement, apparaissant de loin en loin au cours des textes sans jamais faire l’objet d’une analyse systématique. Son statut reste flou, et on ne sait pas si elle prend place dans la balistique sociologique comme une rupture de l’espace argumentatif ou comme un argument elle-même.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *