Argumenter dans un champ de force : Essai de balistique sociologique, Francis Chateauraynaud

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteur du billet: Montassir Sakhi, M2 Sociologie générale, EHESS, Paris.

*****************************************************************************

L’ouvrage de Francis Chateauraynaud combine théories et études empiriques. Il s’agit, dans la méthodologie poursuivie, d’effectuer un dépassement  des approches sociologiques dominantes à l’heure actuelle ou au moins de réconcilier ce qu’il appelle l’ethnométhodologie (une sociologie construite sur une base descriptive poussée) et une sociologie spéculative qui a été largement critiquée par Durkheim lors de son travail fondateur en France, qui visait à introduire la sociologie dans le domaine des sciences.

En revenant sur des causes défendues dans des champs sociaux différents et multi-situés, et en observant les régularités, l’auteur essaye de proposer une grammaire,  et de distinguer les étapes parcourues par les acteurs ainsi que les arguments qu’ils mobilisent afin d’installer leurs causes dans l’espace public et politique. Autrement dit, il s’agit d’une tentative de suivre les trajectoires des acteurs et des arguments depuis la formulation de la cause jusqu’à son aboutissement ou non-aboutissement. Ainsi, les objets de recherche sont liés à la notion de mobilisation entendue au sens large : mouvements sociaux, controverses, débats publics, etc. Les exemples sont tirés de causes et de mouvements tant au niveau national qu’international, qui se sont déclenchés lors de la dernière décennie (catastrophes naturelles, OGM, amiante, changements climatiques, nanotechnologies, mobilisations syndicales, élections, etc.).

Dans cette brève discussion, je voudrais me centrer sur la question des acteurs et des arguments, et sur l’un des deux ouvrages : « Argumenter dans un champ social. Essai de balistique sociologique» :

  • En lisant l’ouvrage, on peut retenir que la tentative de réconciliation entre acteur, structures et argumentation est restée inachevée. En fin de compte c’est la questions de « l’argumentation » et « des idées » formulées par les différents acteurs qui sont considérées par l’auteur ; elles seules constituent les facteurs qui déterminent le changement dans la conception pragmatique défendue tout au long de l’ouvrage. Si l’approche de la sociologie des controverses adoptée veut restituer à la fois les jeux d’acteurs et les jeux d’arguments produits au sein des arènes diverses, ce sont bien les arguments et leurs trajectoires qui finissent par être l’objet d’étude privilégié. En tout cas, l’idée que ce sont les structures sociales, et leurs changements, qui déterminent et conditionnent les transformations, est très vite évacuée au détriment d’une sociologie pragmatique qui dote les acteurs d’une capacité d’invention et d’action. Ainsi, les acteurs rationnels libres, ou au moins quelques acteurs « sont crédités d’une forte compétence sociale »[1] et peuvent surpasser les cadres sociaux préétablis à travers leurs capacités argumentatives. Ces capacités, selon l’auteur, se développent à travers le débat, la confrontation des preuves, le dépassement des épreuves, et elles se nourrissent des expériences quotidiennes de la vie de tous les jours (micro) et des expériences liées à l’échelle globale (macro), etc. Ainsi, il est difficile de dégager les conditionnements des acteurs, le contexte national (local et international), l’histoire, les trajectoires influencées par les différentes institutions de socialisation, qui constituent sans doute pourtant un facteur déterminant dans l’orientation des acteurs et de leurs arguments. En se concentrant sur les arguments, l’auteur a évacué le rôle des intérêts. En effet, des agents peuvent recourir à des arguments en prenant en compte leurs positions dans un champ ou dans un espace social. Ainsi, ces arguments sont influencés considérablement par des intérêts et non pas des croyances et des nouvelles convictions suite à la délibération et l’échange de discours comme le soutient l’auteur.

Si on veut éviter le débat éternel sur la portée des structures sociales ou encore l’idée de l’habitus bourdieusien qui tente de réconcilier déterminisme et apports des individus (structure structurée et structure structurante : car générateur d’une infinité de pratiques, capacités d’inventer des stratégies, etc.), on peut néanmoins rappeler la critique faite au concept de l’espace public qui, dans l’ouvrage, semble se définir d’une façon habermassienne. L’espace public est unique et non pas multiple, c’est l’espace contrôlé par les médias et les acteurs politiques dominants (l’espace bourgeois) ; or des philosophes comme Nancy Fraser[2] ou encore des historiographes comme Geoff Elley, Joan Landes, Mary Ryan ont montré que l’espace public depuis son instauration (selon Habermas dans les 18ème et 19ème siècles) a été exclusif, masculin, national, blanc, etc. et que des espaces publics multiples, diversifiés et alternatifs ont toujours existé (les féministes noires aux Etats-Unis, les ouvriers et les syndicats, des communautés des étrangers, etc). Les acteurs n’ont donc pas forcément toujours voulu et cherché à introduire leurs causes dans l’espace public dominant. Leurs enjeux ne consistent pas forcément à donner de la visibilité à leurs causes au sein de ses espaces. Introduire ces espaces peut même, dans certains cas, constituer un danger menaçant leurs causes. Il peut en résulter une perte des sympathisants qui méprisent l’espace public institué et dominant (le cas de certains mouvements populistes tel le « Mouvement 5 étoiles » en Italie, ou des mouvements non-légalisés tel le mouvement islamiste Justice et Bienfaisance au Maroc, etc.).

  • L’idée de l’ouvrage est aussi d’approcher sociologiquement « les arguments » depuis la sémiologie et la sémantique linguistique et cela en partant du constat que la sociologie des mouvements sociaux et des mobilisations a relégué « la question du débat et celle de l’argumentation »[3] à un plan secondaire au grand profit du répertoire d’action « qui tend à éclipser le répertoire argumentatif »[4]. Selon l’ouvrage, « l’argumentation est omniprésente dans les interactions, des conversations ordinaires aux instances de la vie publique, et c’est par son intermédiaire que prend corps toute disposition collective ». Or, cette idée a toujours constitué un fond d’analyse pour les sociologues de l’action sociale. Alain Touraine par exemple (dans ses premiers travaux imprégnés du marxisme) met l’accent sur le triptyque « identité, opposition et totalité » comme éléments fondateurs d’un mouvement social. Autrement dit, les acteurs ont toujours eu recours à l’argumentation pour recruter, légitimer, amplifier leurs mouvements, expliquer leur cause et exprimer le rapport de force. Mais cela ne signifie pas que la solidité de l’argument (le fait qu’il a « traversé plusieurs épreuves et survécu à bien des polémiques ») permette le maintien d’une mobilisation, en particulier dans une situation de rapport de classe. Et quand est mentionné le déclin du conflit de classe au détriment d’une nébuleuse de mouvements multiples, cela ne signifie pas l’effacement des intérêts puisque des conflits du 21ème siècle laissent observer que les luttes, même celles de reconnaissance, incluent des dimensions matérielles et de justice sociale.
  • Par ailleurs, par le fait de mettre l’accent sur les seuls arguments des acteurs, le risque est grand de considérer ces mêmes acteurs comme des individus rationnels, portés par l’intérêt général, échappant aux contraintes (contraintes de la domination quand on se place au point de vue des dominés et contraintes de la préservation de la barrière et de la distinction quand on se place du côté des dominants), des individus qui évoluent en dehors de systèmes d’intérêts. Autrement dit, des individus qui semblent être sincères et qui échappent aux jeux et à la conflictualité des champs, qui ne sont pas prédisposés par des règles du jeu relatives aux intérêts au sein d’un champ donné ou encore en dehors de configurations sociales au sens de Norbert Elias.
  • De plus, quand l’auteur déclare que « lorsqu’ils résistent, les acteurs ont de bonnes raisons de penser que leurs arguments ouvrent une dynamique ascendante », il tend à éclipser le fait que dans certains cas, les acteurs peuvent abandonner la résistance ou résistent dans des sphères microscopiques et privées tout en pensant qu’ils ont des arguments solides et tout en refusant l’idéologie dominante. A certains moments, les acteurs tendent au silence. Si cette résistance ne se manifeste pas en mobilisation publique, elle peut exister autrement, sous formes de pamphlets, blagues, « scripts cachés » laissant peu de traces, ou encore d’une manière « infra-politique » comme le dit James Scott,  sous l’effet d’une dictature, de l’absence d’organisations d’encadrement, ou d’absence de ce qu’on appelle une conscience de classe dans un jargon marxiste.
  • Dans ces cas, ne peut-on pas dire que les débats et l’argumentation reflètent simplement les positions sociales et les intérêts des groupes d’un côté, et de l’autre qu’ils permettent aux acteurs et rhéteurs de fédérer des individus appartenant au même espace social que la cause ?
 

[1] Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ social. Essai de balistique sociologique, Paris : Editions Petra, coll. « Pragmatismes », 2011, P. 20.

[2] Nancy Fraser, Le féminisme en mouvements. Des années 1960 à l’ère néolibérale, La Découverte, Collection SH/Politique et sociétés. Paris, 2012

[3] Francis Chateauraynaud, Argumenter … Op cité, P 31

[4] Ibid, P. 32


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *