Mémoires 2013

 Ryder Gillespie :  « L’Agence France Presse à l’épreuve des transformations de son environnement »

 Sous la direction de Cyril Lemieux

Le présent mémoire de Master tente, par la mise en comparaison synchronique et diachronique de deux types de faits d’actualités, de percevoir les évolutions du travail journalistique au sein de l’agence française de presse (AFP) en testant l’hypothèse d’un effet lié à la massification et au développement de l’usage d’internet et des réseaux sociaux. Pour cela, le travail met en parallèle le traitement agencier des annonces de décès et des annonces de résultats d’élections présidentielles sur une période allant du milieu des années 90 à l’élection présidentielle française de 2012. A cette fin, un ensemble de méthodes ont été mises à contribution : des entretiens ont été réalisés avec des journalistes, des observations ont été menées au sein des rédactions de l’agence, les archives de l’AFP ont été consultées et enfin une approche plus quantitative a été mise en œuvre avec l’usage d’un logiciel et d’une base fourni par l’Observatoire Transmédias. Le principal résultat de ce travail est la mise en évidence d’un changement de position et/ou d’élargissement de l’activité de l’agence dans l’espace de production de l’information. L’agence, institution dont le statut était initialement de fournir les journalistes et le public français en nouvelles, apparaît lentement entrain de réaliser un nouveau type d’activité et de changer de statut. Avec l’émergence et le développement d’internet et des réseaux sociaux, l’agence apparaît ainsi se transformer en agence de référence et de vérification pour des informations déjà disponibles dans le champ public. Un changement de statut qui ne se fait pas sans difficultés puisqu’il remet en cause la position ainsi qu’un certain nombre de pratiques agencières liées à cette position, mais aussi de normes et de pratiques d’autres acteurs, extérieurs à l’agence.

rydergillespie@yahoo.fr

 

Marion Ink : « De l’Etranger au « familial » : se créer un « chez soi » de la différence. Enquête ethnographie dans l’une des maisons de la Cité Internationale Universitaire de Paris« 

Sous la direction de Johan Heilbron. Jury de soutenance : Daniel Cefaï et Yves Winkin.

Ce travail s’intéresse aux interactions et aux relations entre résidents dans une des maisons de la Cité Internationale Universitaire de Paris. D’une part, il s’agissait de décrire et d’analyser comment, dans leur vie quotidienne, les résidents vivent ensemble, interagissent dans les espaces collectifs de la maison. Autrement dit, comment gèrent-ils en continue l’imprévisibilité interactionnelle, dûe à l’hétérogénéité nationale, disciplinaire et sociale de la population à l’épreuve d’une injonction implicite à la découverte, à la rencontre et à la socialisation internationale ? D’autre part, nous avons suivi un nombre plus restreint d’acteurs, ceux investis, de manière plus ou moins relative, à la vie collective de la maison. Il s’agissait alors de repérer les régularités et les divergences de leur processus de socialisation. Ainsi, nous avons mené un travail d’analyse sur le processus de constitution de relations amicales et de « groupes d’amis » dans ce contexte de vivre ensemble international.

ink.marion@gmail.com

 

Audrey Marcillat : « Femmes sans-abri à Paris. Etude du sans-abrisme au prisme du genre« 

Sous la direction de Marc Bessin,

Lauréate du Second prix Cnaf du mémoire 2013

La recherche a pour but de contribuer aux savoirs existants sur l’expérience des sans-abri en éclairant la situation des femmes, jusqu’alors évincées de la majorité des productions académiques et institutionnelles. La méthodologie principalement utilisée est l’observation participante au 115 du Samu Social de Paris. Le questionnement central de cette enquête vise à mettre à l’épreuve l’hypothèse d’un impensé du genre au sein des représentations sociales du sans-abrisme. Cet angle problématique conduit à mobiliser différentes dimensions du phénomène à la fois spatiales, temporelles et sexuées.Ce mémoire fait donc apparaître les impensés du genre qui sont au fondement des représentations sociales de l’exclusion, tout apportant une contribution à la connaissance du sans-abrisme à travers l’analyse des expériences et des pratiques sociales des sans-abri parisiens.

 audrey.marcillat@gmail.com

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *