Appel à communication – Journée d’étude : L’âge dans la relation d’enquête : “jeunes chercheurs” face à leurs “vieux enquêtés”

Le groupe Vieillissements du Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société

lance un appel à communication pour sa prochaine journée d’étude

 

 L’âge dans la relation d’enquête :

“jeunes chercheurs” face à leurs “vieux enquêtés”

 

Journée proposée par Fanny Auger (CeRIES), Claire Lefrançois (CeRIES), Valentine Trépied (CMH)

 

En présence d’Isabelle Mallon (maître de conférences au Centre Max Weber, l’université Lyon 2).

Lieu : Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), 96 bd Raspail Paris

 

Date : vendredi 18 janvier 2013 de 10h à 18h

 

Les propositions de communication (max 500 mots, bibliographie non incluse) sont à envoyer avant le 5 novembre 2012 à Fanny Auger : fanny.auger59@hotmail.fr

 

Inscriptions pour le repas et demande de prise en charge des frais de déplacements à adresser avant le 15 novembre 2012  à Florence Ollivier : florence.ollivier@gmail.com

 

Cette journée d’étude vise à questionner la manière dont l’enquête de terrain peut être prise dans des rapports sociaux d’âge. Elle s’inscrit dans le cadre d’un groupe de travail pluridisciplinaire sur le vieillissement, constitué de doctorants et de post-doctorants qui mènent ou qui ont mené des recherches auprès des personnes définies comme « âgées ». De ce fait, si elle a été plus particulièrement pensée pour les « jeunes » chercheurs du réseau – qui sont potentiellement confrontés à des différences d’âge avec leurs enquêtés –, elle est toutefois largement ouverte à tous ceux ayant entamé une démarche réflexive sur les rapports sociaux d’âge auxquels ils ont pu être confrontés au cours de leurs enquêtes de terrain et ce, quelle que soit la méthodologie adoptée et quel que soit le thème de recherche.

Malgré toutes les précautions méthodologiques que l’on peut prendre pour ne pas « influencer » les données empiriques, la neutralité de l’enquêteur sur le terrain et la neutralisation de la situation d’enquête sont illusoires dans la mesure où les données d’enquête sont recueillies, voire coproduites, au cours d’interactions (Beaud, 1996 ; Mauger, 1991). Par conséquent, le contenu des discours des enquêtés et les pratiques observées sont toujours en partie dépendants de la définition de la situation des interlocuteurs, de l’image qu’ils se font des protagonistes de l’interaction. Dès lors, il est heuristique pour l’analyse de revenir sur le déroulement de l’enquête et de contextualiser la manière dont les matériaux ont été recueillis (Bizeul, 1998 ; Beaud, Weber, 2003).

Plus fondamentalement, la relation d’enquête se trouve prise dans un certain nombre de rapports sociaux – de genre, de classe, d’ethnicité, d’âge – dont elle peut difficilement s’extraire (Beaud, 1996)[1]. Mettre au jour ces différents rapports sociaux, analyser la manière dont les variables d’âge, de genre, ethno-raciale peuvent intervenir sur le terrain permet de voir se manifester les rapports sociaux qui prévalent dans le monde étudié et dont on peut tirer partie pour l’analyse (Fournier, 2006 ; Mazouz, 2008). Or, si la relation d’enquête et la manière dont elle peut être prise dans des rapports sociaux de classe (Mauger, 1991 ; Pinçon, Pinçon-Charlot, 1991 ; Chamboredon et al., 1994) ou de genre (Giglio-Jacquemot, 2003 ; Le Renard, 2010) a été bien étudiée, les enjeux liés à l’âge ont été beaucoup moins abordés dans la littérature française (Fournier, 2006 ; Lignier, 2008), ils sont le plus souvent seulement évoqués (Beaud, Weber, 2003 ; Bizeul, 1998).

Pourtant, l’âge – au même titre que le sexe, la couleur de peau, l’habillement, le langage, etc. – est un marqueur social puissant (Hughes, 1996). Il constitue un indice qui permet de caractériser son interlocuteur et de préciser le cadre de l’interaction (Strauss, 1992 ; Goffman, 1974). Ainsi, pour les « jeunes chercheurs » par exemple, être étudiant est considéré de manière générale comme un statut qui facilite l’accès au terrain (Beaud, Weber, 2003 ; Chamboredon et al., 1994). Ce statut, fortement lié à l’âge (Chamahian, 2009), peut avoir un caractère rassurant pour l’enquêté : l’enquêteur est encore en apprentissage et l’interaction peut s’inscrire dans le cadre d’un service rendu pour un travail universitaire. Pour autant, on peut penser que dans certaines circonstances, il peut jouer contre l’enquêteur et entraver l’interaction.

C’est sur ces questions que cette journée d’étude se propose de se pencher car dans tous les cas, on peut supposer que l’âge influence significativement la collecte des données. De quelle manière la différence d’âge entre enquêtés et enquêteurs, plus particulièrement entre « jeunes chercheurs » et leurs enquêtés plus âgés, intervient-elle au cours d’une enquête de terrain et comment l’objectiver ? Deux axes seront plus particulièrement développés pour tenter d’y répondre.

Lire la suite de l’appel à communication en téléchargeant la pièce-jointe contenant l’ensemble de l’appel: JE Relation d’âge


[1] Traditionnellement, la notion de rapport social renvoie peu ou prou à une perspective marxiste de domination. Son intérêt réside dans le fait de distinguer les rapports sociaux des relations sociales. Les relations sociales et les rapports sociaux constituent deux niveaux de réalité différenciés, qui peuvent en partie se recouvrir (Kergoat, 2004). Les relations sociales font référence aux relations concrètes entre les individus tandis que le rapport social traduit la tension entre des groupes socialement constitués, portant des intérêts antagonistes, qui se joue particulièrement autour de la division et de la répartition du travail. Ex. : on peut s’entendre avec son patron – dans le cadre d’une relation sociale – tout étant avec lui dans un rapport social.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.