Un mur (couleur) d’entretiens: Alex Alber présente son logiciel Sonal

[Questions élaborées par Cyprien Tasset et Alessia Smaniotto, réponses rédigées par Alex Alber]

 

Bonjour Alex Alber, vous êtes maître de conférences à l’université de Tours et membre du C.I.T.E.R.E.S. (équipe COST) et chercheur associé au Centre d’Etudes de l’Emploi. Vous avez étudié en thèse la formation des officiers en Europe, et vous développez Sonal, un logiciel gratuit d’aide à la transcription et à l’analyse d’entretiens.

 

Qu’est-ce qui vous a amené à travailler spécialement autour de la méthode de l’entretien? Avez-vous été marqué par l’usage de l’entretien dans telle ou telle autre recherche?

Je ne suis pas à proprement parler un spécialiste des entretiens. J’ai toujours fait à la fois des entretiens et des statistiques dans mes recherches. J’ai tendance à penser qu’une méthode est bonne si elle est adaptée à son objet et que le mieux est encore d’approcher une forme d’ambidextrie méthodologique. Pourtant, par un effet de spécialisation assez courant, j’ai surtout investi le champ quantitatif durant ma thèse, notamment en participant avec Philippe Cibois au développement du logiciel Trideux, que j’ai beaucoup enseigné. Le fait de me pencher plus particulièrement sur un outil dédié aux entretiens a donc été assez tardif.

Pour la petite histoire, c’est suite à une recherche durant laquelle j’avais utilisé Nvivo que j’ai eu l’idée de développer mon propre outil d’indexation thématique car je trouvais Nvivo beaucoup trop cher et assez peu ergonomique. J’avais jeté les bases d’un système de balisage textuel mais cela restait un peu en plan. C’est lors d’une seconde recherche dans laquelle j’ai dû retranscrire moi-même et sans outillage spécifique une quinzaine d’entretiens que je me suis décidé à creuser sérieusement la question. Non seulement je trouvais la retranscription fastidieuse, mais son résultat – une collection de fichiers word en plus d’une collection de fichiers mp3– me frustrait un peu. Je trouvais assez peu commode d’être obligé de faire des recherches par mot clé et j’avais l’impression de perdre beaucoup d’informations au passage. Je ressentais le besoin d’une approche plus globale des matériaux. C’est donc d’abord un souci pratique qui m’a orienté vers la réalisation d’un logiciel dédié aux enquêtes par entretiens.

 

D’autres logiciels existent déjà pour faciliter la retranscription des entretiens: qu’est-ce que Sonal apporte en plus? Pourriez-vous expliciter les arguments, les positions théoriques qui sous-tendent le logiciel?

Pour assister la retranscription, Sonal utilise un système de dictée qui repère les zones silencieuses dans la bande et propose à la retranscription des portions de quelques secondes, que l’utilisateur a le temps de saisir avant de valider pour passer à la suite. Cela simplifie les choses mais vous le voyez, Sonal n’est pas vraiment une solution miracle sur le plan de la retranscription ; ceci dit, je ne crois pas qu’il en existe. Les gens rêvent de convertir leurs bandes en texte d’un seul clic, mais cela n’est pas encore possible, du moins à ma connaissance, et je ne suis même pas sûr que cela soit vraiment souhaitable. En fait, même si les gens tombent sur Sonal en cherchant un outil de retranscription, son intérêt premier n’est pas forcément à rechercher de ce côté ; mais, pour expliquer ce que Sonal apporte en plus, je pense qu’il faut montrer en quoi sa logique de fonctionnement rompt avec les méthodes habituelles.

Les outils de retranscription reposent sur le principe d’un abandon programmé du support sonore au profit du verbatim, ce qui a pour effet de faire peser sur la qualité de la retranscription des enjeux considérables. Sonal propose de changer de perspective. Il ne s’agit plus de substituer les retranscriptions aux enregistrements mais bien de les y ajouter. Comme son nom le suggère, Sonal propose une approche basée sur le travail du son en permettant avant tout de stocker et d’administrer ses enregistrements, puis de repérer et d’annoter certaines parties de la bande en mémorisant leur contenu via un code couleur. Pour le dire simplement, c’est un peu comme si l’on passait un coup de feutre stabilo directement sur la bande.

Sonal_entretien avec les thèmes appliqués

 

L’utilisateur peut ensuite retranscrire le contenu de ces extraits pour faciliter leur usage ultérieur mais, dans une certaine mesure, rien ne l’oblige à le faire. On peut très bien se contenter – dans un premier temps – de les annoter, d’y ajouter des mots clés pour faciliter les recherches etc. Telle est sans doute la principale nouveauté apportée par cet outil et vous le voyez, elle n’est pas théorique, elle est essentiellement pratique : il s’agit de travailler à partir des fichiers son, tout en utilisant l’angle graphique pour faciliter l’appréhension du contenu des données. Cette optique peut d’ailleurs s’appliquer à beaucoup d’autres matériaux qu’à des entretiens sociologiques (conférences, séminaires, cours, concerts etc.). Mais là où Sonal est clairement le fruit d’une approche spécifiquement sociologique, c’est dans sa logique agrégative : il ne s’agit pas de retranscrire des entretiens pris isolément, mais bien de créer des corpus audio/textuels dans lesquels une série d’entretiens partagent un cadre analytique commun (un grille de « thématiques » reprenant peu ou prou le contenu du guide d’entretien) et dont les caractéristiques (sexe, âge etc.) sont renseignées dans une base de données gérée par l’utilisateur. On crée donc ce qu’on peut appeler une « base de données qualitative » qui prend la forme d’une banque d’extraits audio/textuels qui constituent les briques d’une sorte de « mur » d’extraits.

La page principale de Sonal

Cette organisation est ensuite très propice au filtrage. Via un système d’allumage/extinction des « briques » du mur, elle permet de visualiser, puis de relire et/ou de réécouter instantanément tous les extraits portant sur un sujet donné et/ou provenant d’interlocuteurs dotés de telles ou telles caractéristiques. Donc, vous le voyez, plus qu’une approche théorique bien précise, c’est surtout cette quasi utopie méthodologique qui m’a motivé : rendre visibles les matériaux et faciliter leur tri, pour retrouver instantanément tous les passages pertinents, qu’ils soient retranscrits ou non. Cela ne règle en rien les questions méthodologiques de fond liées à la démarche par entretiens mais cela permet déjà une appréhension plus globale des matériaux à disposition, ce qui limite le risque de passer à côté de passages importants.

 

La page principale de Sonal filtrée par thème

Mais en parallèle, Sonal rend possible une approche beaucoup plus quantitative. On peut par exemple faire ressortir le vocabulaire spécifiquement associé à tel sujet et/ou à tel type de locuteur. On peut également, grâce à Philippe Cibois, réaliser des plans factoriels illustrant les articulations entre attributs des répondants et vocabulaire pour suggérer des pistes analytiques. L’intérêt de l’outil est en l’occurrence que ces pistes pourront très facilement être testées par un retour aux extraits où les différentes formes apparaissent. De ce point de vue, on pourrait dire que Sonal permet de ne pas trancher entre une analyse compréhensive des signifiés et une lecture quantitative des signifiants. Vous le voyez, on est donc bien au-delà d’un simple outil de retranscription ; c’est une nouvelle méthode de travail qui englobe dans un seul outil l’enregistrement, la gestion des bandes, l’encodage thématique, les retranscriptions, et qui offre également ce que j’appelle un « système d’intuition » statistique qui accompagne le travail d’analyse. En référence à l’Oulipo, je le vois un peu comme une sorte d’« ouvroir de méthodologies potentielles » qui est maintenant entre les mains de la communauté scientifique. J’espère qu’elle s’en saisira.

 

Pensez-vous que l’on pourrait aller plus loin dans l’usage des possibilités offertes par internet, par exemple en ouvrant le développement du logiciel à d’autres spécialistes, comme des ingénieurs en informatique et acoustique, ou aux développeurs des logiciels open source?

Bien évidemment, je ne demande pas mieux. Le développement de Sonal n’est pas le cœur de mes activités de recherche et je ne peux guère m’y consacrer qu’en dilettante. Toute aide est donc la bienvenue. Cela dit, j’ai déjà reçu un sacré coup de main de la part d’un des tous premiers utilisateurs, en la personne de Xavier Le Nué, qui a développé un site pour Sonal et qui a beaucoup fait pour accroître sa visibilité sur Internet ; Philippe Cibois m’a également transmis des algorithmes d’analyse factorielle et nous envisageons ensemble de nouveaux outils statistiques avancés. Je ne suis donc pas seul dans ce projet et, même si je garde pour l’instant une main sur le code, je compte bien évoluer à terme vers un modèle open source car je pense que c’est le meilleur moyen d’arriver à une application de très haute qualité. Hélas, j’ai déjà demandé à plusieurs reprises un peu d’aide aux utilisateurs, sans grand succès jusqu’ici, mais la porte reste grande ouverte !

 

Dans quelle(s) direction(s) poursuivez-vous maintenant vos recherches?

Si l’on met Sonal de côté quelques instants, voici mes thématiques actuelles. Après avoir travaillé sur les écoles d’officiers en thèse, j’ai souhaité « démilitariser » mes recherches, en travaillant consécutivement, au gré de contrats divers, sur les cadres de la SNCF, sur les salariés âgés du public et du privé face aux changements technologiques et gestionnaires, avant de réaliser, pour la DGAFP, une comparaison des personnels encadrants du public et du privé et de la diffusion des méthodes gestionnaires en leur sein. Alors que j’ai longtemps pensé m’éparpiller à l’excès, je réalise maintenant toute la complémentarité de ces terrains et combien ils me permettent de me centrer sur un sujet à mon avis incontournable aujourd’hui : la diffusion des méthodes managériales dans l’encadrement du secteur public au sens large, que j’appréhende en lien avec les spécificités démographiques et organisationnelles de ce secteur.

Enfin, pour revenir à Sonal, j’ai encore beaucoup de choses à faire. Il faut notamment que je facilite la réintégration d’entretiens déjà retranscrits hors de Sonal, car la plupart des sociologues expérimentés sous-traitent cette tâche ; il faut également que je permette l’indexation thématique sur le support textuel, plus souple que la bande etc. Bref, après deux années de travail, je pense qu’il me reste largement l’équivalent devant moi. Affaire à suivre…

 

Pour plus d’informations et pour télécharger gratuitement Sonal : www.sonal-info.com

Pour suivre le développement, se tenir au courant des bugs et des nouveautés : http://sonal.hypotheses.org/

 



Une réflexion au sujet de « Un mur (couleur) d’entretiens: Alex Alber présente son logiciel Sonal »

  1. Bonjour,

    Je suis étudiante Tunisienne, je prépare un projet pour m’inscrire en thèse. Je voudrai faire une application de la lexicométrie sur un corpus en langue arabe.
    Est ce possible de le faire avec SONAL ?

    Corialement,
    rym

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *