Archives de catégorie : Master 2

Que faire quand la littérature est grise ? L’état de l’art comme premier exercice de construction de l’objet

Maxime Agator est étudiant à l’EHESS en Master 2 sociologie, au sein de la mention sociologie générale. Il s’intéresse au problème public de la corruption et aux mouvements citoyens qui, en France, s’organisent contre ce phénomène. Il montre dans ce texte que la constitution d’un état de l’art autour de ses thématiques de recherche a été indissociable de l’opération de construction de l’objet. La littérature grise qu’il a dépouillée, d’abord dans un contexte professionnel et ensuite dans le cadre de ses recherches, prend ainsi des couleurs dès lors que l’enquêteur se propose d’en faire un objet d’étude. 

*              *

*

Lorsqu’on décide de consacrer un travail de sciences sociales à une thématique pour la première fois, l’état de l’art est souvent présenté comme un préalable indispensable à la recherche. En effet, avant de figurer dans nos productions écrites (projet ou compte-rendu de recherche), parcourir et maîtriser la littérature scientifique déjà consacrée à notre sujet de recherche semble être un prérequis nécessaire à plusieurs titres : acquérir une connaissance plus approfondie de son sujet, connaître les différentes manières dont l’objet de recherche a été construit par le passé par d’autres chercheurs, se positionner vis-à-vis des travaux antérieurs, et surtout déterminer quel angle peut apporter une contribution originale à l’état des connaissances scientifiques existantes. Continuer la lecture de Que faire quand la littérature est grise ? L’état de l’art comme premier exercice de construction de l’objet

Un Premier monde contre le Tiers monde ? La fabrique de la Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence au Salvador

Simon-Pierre Escudero est étudiant en Master 2 au sein de la mention Sociologie générale. Dans ce texte, il revient sur les origines de son projet de recherche sur les enfants des rues au Salvador et sur ce qui l’a conduit à prendre pour objet la fabrique de la Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence au Salvador (LEPINA). L’enjeu de son travail est de saisir cette question depuis l’extérieur et depuis l’intérieur du Salvador.

En juillet 2012, je commence mon premier terrain de quatre mois sur le mode de vie des callejeros, enfants vivant dans la rue au Salvador, en Amérique Centrale. Une association locale que j’avais connue lors d’un voyage exploratoire en 2009 devait alors me faire « rentrer dans la rue » pour travailler directement avec les callejeros. Or, j’apprends sur place que cette association a cessé de fonctionner, au dire de la responsable, à cause d’une nouvelle loi sur les mineurs qui l’empêche de continuer son travail. Cherchant un autre moyen de « rentrer dans la rue », je suis surpris de voir que plus aucune association, ni même l’Institut Salvadorien de Protection de l’Enfance et l’Adolescence (ISNA), institution gouvernementale, ne travaille auprès des enfants des rues. En revanche, cette conjoncture me permet d’échanger avec des travailleurs sociaux exerçant dans de multiples institutions qui travaillent à la prise en charge des enfants vivant dans les rues. La LEPINA, Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence est au cœur de leurs discussions.

Continuer la lecture de Un Premier monde contre le Tiers monde ? La fabrique de la Loi de Protection Intégrale de l’Enfance et l’Adolescence au Salvador